WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La production imprimée à  Angers pendant la période révolutionnaire, 1787-1799


par Cédric Pichot
Université d'Angers - Maà®trise d'histoire du livre 2002
  

sommaire suivant

Copyright (c) Cedric PICHOT

Permission is granted to copy, distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the Free Software Foundation;

with no Invariant Sections, no Front-Cover Texts, and no Back-Cover Texts. A copy of the license is included in the section entitled "GNU

Free Documentation License".

Université d'Angers

U.F.R. Lettres, Langues et Sciences humaines

La production imprimée

à Angers

pendant la période révolutionnaire,

1787-1799.

Mémoire de maîtrise d'histoire du livre, Présenté par Cédric Pichot.

Directeur de recherche :

Madame Véronique Sarrazin.

Septembre 2002

Ce mémoire de maîtrise est la propriété de l'Université d'Angers
et ne doit pas être reproduit sans son autorisation.

Sommaire .

Sommaire .

. p. 2

Remerciements .

. p. 3

Liste des abréviations .

.. p. 4

Introduction .

.. p. 5

1ère partie . Les conditions de production et de diffusion de l'imprimé à Angers pendant

la période révolutionnaire, 1787-1799 .

.. p. 9

Chapitre 1 . Les cadres juridiques de la production imprimée en France .

p. 9

Chapitre 2 . Les professionnels des métiers du livre à Angers .

. p. 21

Chapitre 3 . Les principaux clients des imprimeurs .

.. p. 38

2ème partie . Les imprimés .

. p. 53

Chapitre 4 . Les types d'imprimés .

.. p. 53

Chapitre 5 . Le contenu des textes .

p. 67

Chapitre 6 . La forme éditoriale .

.. p. 84

Chapitre 7 . La qualité éditoriale .

. p. 94

3ème partie . Le marché de l'imprimé et ses enjeux .

.. p. 105

Chapitre 8 . La répartition de la production .

p. 105

Chapitre 9 . Les moyens de la concurrence .

.. p. 116

Chapitre 10 . Une manière de véhiculer des idées .

. p. 128

Conclusion .

. p. 136

Annexes .

p.139

Inventaire des sources .

.. p. 165

Bibliographie .

. p. 215

Tables des matières .

p. 223

Remerciements :

Je tiens d'abord à remercier Mme Sarrazin qui m'a beaucoup aidé pour la préparation et la rédaction de ce mémoire, notamment par sa grande disponibilité et ses précieux conseils.

Je remercie aussi sincèrement le personnel de la Bibliothèque Municipale d'Angers, et plus particulièrement Mme Dominique DESCHERE, pour les ouvrages qui m'ont été communiqués avec une facilité qui m'a permis de progresser plus rapidement dans mes travaux. Je remercie également les personnels des Archives Départementales de Maine-etLoire et des Archives Municipales d'Angers, pour les précieux enseignements qu'ils m'ont apportés.

Merci aussi à Matthieu Daudier qui m'a autorisé à consulter son mémoire de maîtrise et m'a ainsi permis de comparer mes résultats avec ceux de la période précédente, celle qu'il a étudiée. Merci encore à Nicolas Rambault pour les renseignements qu'il m'a procurés concernant les Affiches d'Angers.

Je salue, de façon plus globale, toutes les personnes qui m'ont supporté durant la recherche et la rédaction de ce mémoire, plus particulièrement mes parents et amis.

Liste des abréviations :

Abréviations concernant les lieux et livres où se trouvent les textes :

AA : Affiches d'Angers.

ADML : Archives Départementales de Maine-et-Loire. AH : Anjou Historique.

AMA : Archives Municipales d'Angers. AMC : Archives Municipales de Cholet. BMA : Bibliothèque Municipale d'Angers. BNF : Bibliothèque Nationale de France. BUA : Bibliothèque Universitaire d'Angers. BUC : Bibliothèque Universitaire de Cholet. RA : Revue de l'Anjou.

UCO : Université Catholique de l'Ouest.

Abréviations diverses :

l. : livre(s).

s. : sol(s).

s.d. : sans date.

s.f. : sans format.

s.i. : sans nom d'imprimeur. s.p. : sans nombre de pages.

Introduction :

L'histoire de l'imprimé ne peut désormais plus se réduire à la seule production de livres et d'ouvrages : il faut désormais tenter d'insérer cette production dans une économie globale de l'imprimé, qui prenne en compte aussi bien sa circulation que sa production1. Les deux dernières décennies de l'Ancien Régime français sont le temps d'apogée d'une production et d'une demande d'imprimés qui existaient auparavant, mais connaissent alors une croissance prodigieuse, notamment en province. Les périodiques présentent et discutent des questions d'actualité et leur progression témoigne de l'existence d'un champ de l'opinion public important en France. Cependant, les opinions publiques sont véhiculées essentiellement à travers les livres d'opinions, qui ont pour objectif clair et direct d'influencer les esprits d'un maximum de personnes.

Le sujet de ce mémoire de maîtrise est résumé à << La production imprimée à Angers pendant la période révolutionnaire, 1787-1799 >>. L'étude de la production imprimée d'une ville ou d'une région suggère en premier lieu l'établissement d'une liste des imprimés qui y sont produits. Mon corpus se compose de 773 livres et documents administratifs, 792 textes recensés si l'on ne compte qu'une fois chaque périodique et 832 imprimés si on les compte pour chaque année de parution. Celui-ci est rassemblé en fin de volume, dans l'inventaire des sources. Les documents y sont classés par année et répertoriés par nom d'auteur ou par titre lorsque ceux-ci ne sont pas disponibles. A la fin de chaque référence, on trouve le lieu où le document a été trouvé, écrit en abrégé et entre crochets. Cette étude suppose également un examen des différents paramètres qui composent les imprimés, à savoir l'imprimeur, l'année d'édition, le format (...), de chacun. C'est de ces données qu'il est possible de dégager les statistiques nécessaires à l'analyse de cette production.

1 Boutier, Jean, << Livres et imprimés en limousin au 1 8ème siècle : production, diffusion, consommation >>, dans Les imprimés limousins au 18ème siècle, Limoges, Rencontre des historiens du Limousin, P.U.L.I.M., 1994, p. 5.

Pour choisir la date de commencement de mon sujet, je me suis appuyé sur le début des débats sur les réformes : le livre de Louis Viger (document n° 702), qui participe et remporte le concours proposé par l'académie d'Angers (voir le titre du livre), exprime directement le poids trop lourd qui pèse sur un nombre trop faible de gens. C'est pourquoi il peut être considéré comme un départ pour l'esprit révolutionnaire angevin. Ce livre a remporté le concours proposé par l'académie d'Angers en 1787, mais n'a été publié qu'en 1789, certainement en raison de ses idées particulièrement novatrices. De plus, comme c'est le cas pour de nombreuses autres villes françaises, la grande discussion qui anime la période révolutionnaire n'éclot pas à partir de la convocation des états généraux, mais plutôt lors de la réunion de l'assemblée provinciale d'Anjou à partir du 10 juin 17873. J'ai fixé l'autre extrémité de mon sujet en 1799 car c'est avant tout la fin du Directoire, marquée par le coup d'État du 18 Brumaire, la Constitution de l'an VIII et le retour du musellement de la presse en 1800 sous le régime napoléonien. Le 17 décembre de cette même année, le nombre de journaux parisiens est réduit à 13, et diminue encore ensuite.

Les informations sur les imprimés contenues dans le corpus sont recueillies essentiellement à partir des documents conservés aux Archives départementales de Maine-etLoire (ADML), aux Archives Municipales d'Angers (AMA) et à la Bibliothèque Municipale d'Angers (BMA). J'y ai restitué les références des documents selon le modèle bibliographique actuel, c'est à dire en rétablissant les normes présentement en vigueur pour les majuscules et la ponctuation, mais aussi pour l'orthographe, car cela m'a permis de faire un travail plus rapide. En effet, vu que je ne me souciais pas de la façon dont les mots étaient écrits, notamment pour des titres longs comme ceux des textes officiels, j 'ai pu visiter un plus grand nombre de textes. En fait, j 'ai préféré gagner du temps et explorer plus de documents pour tenter de rendre mon travail légèrement plus représentatif de la production angevine de cette époque. C'est pourquoi j'ai suivi les règles paléographiques, rétablissant l'orthographe selon le modèle actuel. Egalement, des erreurs involontaires dans les textes inventoriés n'ont pas été corrigées avant l'impression ; je ne pouvais pas pour autant les restituer. Le plus simple était donc de transcrire dans l'orthographe actuelle. J'ai également précisé, en fin de paragraphe et entre crochets, l'endroit où j 'ai trouvé chaque ouvrage, afin que d'autres personnes, étudiants ou chercheurs, puis sent utiliser mon travail.

Il est impossible de prétendre que ce corpus soit réellement représentatif de la production imprimée angevine durant la période révolutionnaire. Cependant, compte tenu de

2 Discours sur cette question : quels sont les moyens d 'encourager le commerce à Angers ?, Mame, 1789.

3 LEBRUN, François (dir.), Histoire d 'Angers, Toulouse, Privat, 1984.

l'importante quantité de documents dénombrés et des difficultés à trouver de nouveaux documents à la fin de ce travail, il semble peu probable qu'un grand nombre de ceux-ci n'aient pas été visités et que les statistiques établies soient éloignées de la réalité. Ainsi, la majorité des textes officiels provient des Archives Départementales de Maine-et-Loire, tandis que la plupart des livres proprement dits vient de la Bibliothèque Municipale d'Angers.

Les mots placés entre crochets dans les titres d'ouvrages sont les mots qui n'étaient normalement pas présents dans ces titres mais qui ont été ajoutés dans le but d'assurer une bonne compréhension au lecteur. Egalement, les titres donnés dans les notes de bas de pages dans le texte sont abrégés, mais ils sont complets si l'on se réfère au corpus qui se trouve en fin de volume. Si certains titres sont identiques, ils ont été rigoureusement vérifiés et sont réellement différents de leurs homonymes, généralement soit par leur nombre de pages et par leur format simultanément.

Un sujet consistant à recenser et analyser la production imprimée d'une ville durant la période révolutionnaire présente différents intérêts majeurs. Il permet avant tout de comprendre comment se déroulait la vie éditoriale pendant la période révolutionnaire afin de saisir quelle était l'activité intellectuelle dans cette ville à ce moment. Le but est aussi de connaître quelle était l'utilisation qui était faite du livre durant une décennie de fermentation intellectuelle telle que cette période : l'imprimé était-il un bon moyen de véhiculer des idées ? Ainsi, il est important de connaître les opinions des personnes de cette période, surtout celles qui vivent au sein du milieu intellectuel, afin de connaître l'état d'esprit ambiant. Egalement, l'évolution des mentalités amène les lecteurs à délaisser les ouvrages à caractère religieux pour s'orienter vers la politique. On assiste donc à une évolution des préoccupations. De plus, ce type de sujet aborde certains aspects de l'histoire éditoriale, dans le but de découvrir quelle était la qualité des livres avant et si elle s'est dégradée ou améliorée. Enfin, il permet d'approcher les opinions des personnes de cette époque pour tenter de cerner l'esprit de cette fin de siècle. La finalité de ce mémoire doit être de constater ce qu'a produit chaque imprimeur, mais aussi d'observer le fonctionnement de l'imprimerie à Angers pendant la Révolution, d'interpréter les apparitions et disparitions d'imprimeurs et de libraires, ...

Les difficultés de ce type de sujet sont principalement d'obtenir un panel représentatif de la production réelle de la ville, tant en matière de formats que de types de documents. Le principal problème réside dans la difficulté de savoir quelle est la proportion des textes que l'on a visités. Ainsi, bien que je pense avoir visité une grande majorité des fonds, il est possible qu'un certain nombre de documents m'aient échappé, notamment aux Archives

Départementales de Maine-et-Loire, en raison du manque de temps. Egalement, certains fonds ont disparu ou sont momentanément indisponibles.

L'apparition des années révolutionnaires (l'an I de la liberté, 1789-1790) et républicaines (l'an I de la République, 1792-1793) peuvent présenter certains problèmes pour la datation des ouvrages : il est parfois difficile de savoir si un livre est produit en 1793 ou en 1794 s'il est daté de « l'an II de la République ». De plus, il faut prendre garde à ce type de précision qui risque d'induire en erreur la personne non-avertie. Cependant, pour un certain nombre de textes, il est possible de retrouver, par leur contenu, l'année durant laquelle ils ont été imprimés. Néanmoins, il reste souvent difficile d'obtenir une certitude pour la date d'impression des textes rédigés en fin d'année.

En fait, ce mémoire comprend d'abord une étude des conditions de production et de diffusion de l'imprimé à Angers pendant la période révolutionnaire. Celle-ci repose sur l'examen des cadres juridiques de la production imprimée angevine, le recensement des professionnels des métiers du livre qui y sont présents et les principaux clients des imprimeurs. La seconde partie examine directement les imprimés, à travers leurs différentes sortes, leurs contenus, ainsi que leur forme et leur qualité éditoriales. La dernière partie concerne le marché de l'imprimé et ses enjeux, dont l'observation est faite à partir de la répartition de la production entre les imprimeurs, des moyens de la concurrence et de l'imprimé considéré comme un moyen de diffuser des idées.

sommaire suivant