WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Fissuration en béton avec référence particulière au béton à haute performance


par Touhami TAHENNI
USTHB, Algerie - Magister en Génie Civil 2006
Dans la categorie: Sciences
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

1.3.3. FORME DU GRANULAT

Les granulats concassés ont une rugosité supérieure à celle des granulats roulés, ce qui favorise l'adhérence entre la pâte de ciment et le granulat et ainsi donne une meilleure résistance ; le gain en compacité des formes arrondies étant contrecarré par la mauvaise adhérence des granulats roulés (sphérique). Cependant les formes très anguleuses chez les granulats concassés « poinçonnent » la pâte de ciment en présence de chargement externe et les granulats roulés sont préférables de ce point de vue. Une angularité accentuée demande aussi beaucoup d'eau pour être maniable. Ainsi pour le BHP le granulat idéal doit être concassé, propre, de forme cubique, à angularité réduite et contenant le moins possible de particule plates ou allongées du fait de la faible résistance au plan de fissuration de ces dernières [6] et [7].

1.4. ESSAIS DE RÉSISTANCE À LA TRACTION

Trois types d'essai permettent de mesurer la résistance à la traction d'un béton : l'essai de traction directe, l'essai de flexion et l'essais de fendage.

1.4.1. ESSAI DE TRACTION DIRECTE

L'essai de traction directe est l'essai le plus représentatif du phénomène de la traction mais, il est entre autre, très délicat à réaliser. L'application directe d'un effort de traction pure, en dehors de toute excentricité, est très difficile car il nécessite, après sciage des extrémités, le collage de têtes de traction parfaitement centrées, l'opération devant avoir lieu sans aucun effort de flexion parasite. Cette essai, satisfaisant sur le plan théorique, a deux défauts principaux :

Il est assez dispersé dans ces résultats, ceci en raison du sciage des extrémités qui crée un affaiblissement dans ces zones, les ruptures se produisent assez souvent dans la zone du collage.

En dépit du succès de l'emploi de fixations spéciales, il est difficile d'éviter des contraintes secondaires telles que celles induites par les mâchoires ou par des ancrages noyés. La rupture se fait toujours au niveau des extrémités de l'éprouvette cylindrique [8].

Selon [2], ROSSI et al ont procédé à des essais de traction directe sur des cylindres de béton de résistance à la compression comprise entre 35 et 128 MPa. Ils ont confirmé la diminution de la résistance à la traction et de la variabilité des résultats avec l'augmentation de la dimension des éprouvettes. ROSSI et al expliquent cette différence de résistance par l'hétérogénéité des composants du béton. Plus spécifiquement, l'effet de dimensions est fonction du diamètre maximal du granulat ainsi que la différence entre les granulats et le mortier qui les entoure en tenue de granulométrie. Cette différence étant faible dans le cas du BHP du fait que les dimensions maximales des granulats sont faibles pour celui-ci.

La figure1.1 montre un tirant en béton armé soumis à des efforts de traction.

Figure 1.1 : Essai de traction sur un tirant en béton armé [50].

précédent sommaire suivant