WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Installation d'une ferme avicole moderne dans la localité de Niamey au Niger


par Ibrahim SOFO MAGAGI
CESAG - Master II 2006
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

Introduction

Au 21e siècle, les changements climatiques demeurent l'une des menaces les plus graves qui pèsent sur le développement durable de l'humanité. Le climat a connu des variations naturelles occasionnant de ce fait des bouleversements au niveau mondial à savoir l'accroissement des concentrations dans l'atmosphère des rejets de gaz à effets de serre. En effet, ces variations se traduisent par des effets touchant directement les ressources naturelles et l'ensemble des secteurs de la vie, notamment la sécurité alimentaire, la santé humaine et animale et surtout l'activité économique.

En Afrique de l'ouest, ces manifestations se caractérisent par la sécheresse qui aujourd'hui, accélère le déboisement, mettant ainsi en péril les forets tropicaux et les surfaces cultivables. En plus, elles entraînent de nombreuses transformations défavorables au maintien de la biodiversité des espèces. Toutefois, cette forte dépendance par rapport aux ressources naturelles et la précarité des conditions de vie de la population fait de cette zone la région la plus vulnérable en terme d'insécurité alimentaire.

Au Niger, les changements climatiques se sont caractérisés par une faible production agricole en général et des ressources animales en particulier. En effet, en 1974, 1983 et 2005 les productions agricoles ont connu une baisse considérable engendrant du coup des déficits céréaliers dans les zones rurales.

Le Niger est un pays dont l'économie repose essentiellement sur l'exportation de l'uranium et des produits agropastoraux. En 1998, l'élevage occupait 80% de la population et se composait essentiellement des bovins, des ovins, des caprins, de la volaille,....) et représente 24 % du PIB selon les données du ministère des ressources animales. Certes, l'élevage est extensif mais il se caractérise surtout par une faible productivité et est pratiqué par des petits exploitants (échelle de la famille) et des éleveurs nomades avec des moyens rudimentaires. C'est justement pour relancer le secteur de l'élevage que les pouvoirs publics ont mis en oeuvre des projets de développement pour accroître la production nationale.

1

Présentation de l'étude 1. Problématique

Depuis son ascension à l'indépendance en 1960, le Niger a initié de multiples projets d'élevage en vue de renforcer sa politique globale de développement économique.

Pays sahélien de l'Afrique de l'Ouest, le Niger exporte ses produits d'élevage vers les pays africains notamment la Cote d'Ivoire, le Ghana, la Libye et l'Algérie.

L'élevage est surtout extensif et se compose essentiellement des bovins, des ovins, des caprins et de volaille.

Malgré l'importance de ce secteur, le rendement des espèces reste faible du fait des contraintes climatiques et du caractère traditionnel des activités. Ces difficultés se ressentent avec acquitté au niveau de la filière avicole. Ainsi, la production nationale des produits avicoles demeure encore insuffisante. En 2003, elle est estimée à 4420650 oeufs de consommation, 32711 poulets de chair et 1522560 poules et pintades alors que la demande d'oeufs est estimée à 153045811. Cette filière avicole n'est pas développée pour répondre à la demande du marché global malgré les potentialités de la zone. C'est pourquoi, le Niger a initié depuis 1980 l'élevage intensif de la volaille comme un moyen de lutte contre l'insécurité alimentaire et au delà la pauvreté.

En effet, trois (3) périodes caractérisent la politique de développement de l'aviculture au Niger :

- la période de lancement : 1960 à 1980 avec l'élaboration des premières politiques de développement de l'aviculture (mise en place des centres avicoles de l'Etat).

- la période d'expansion : 1980 à 1990 au cours de laquelle fut exécutée le projet « filière avicole moderne » et également marquée par une redynamisation des structures étatiques existantes (usine d'aliment de bétail, centres avicoles) et un soutien aux élevages privés ; - la période de léthargie à partir de 1990 marquée par le désengagement de l'Etat, la fermeture des élevages privés et le développement des circuits parallèles (importations).

Le marché avicole au Niger est ravitaillé essentiellement par deux (2) secteurs :

- le secteur traditionnel : son apport dans la production nationale est estimée à 95%.2 Selon une étude de l'ONUDI (Organisation des Nations Unies pour le Développement

1 MAIZAMA Dambagi Gilbert, SANAKO Fatokoma, BEIDOU Adamou, GANAHI Abdou ; Repères pour un développement de la filière avicole moderne au Niger ; Ministère des Ressources Animales ; Niger ; 2003

2 Dare : 1977

2

Industriel) réalisée en 1989, le secteur traditionnel fournit un tonnage annuel de 8700 de viande de volaille et 17 millions d'oeufs représentant une valeur de 11 milliards de Fcfa3 ; - le secteur moderne ne fournit que 132 tonnes de viande de volaille et 18 millions d'oeufs pour une valeur globale de 1,5 milliards de Fcfa.

L'aviculture traditionnelle est surtout l'apanage des populations rurales qui approvisionnent le marché local en produits avicoles. Ce commerce de volaille représente surtout une source de revenus pour ces populations. En plus, ces produits garantissent une bonne nutrition aux consommateurs.

Selon la FAO, la production de la viande de volaille en 2004 représente un peu plus de 30% de la production mondiale de viande (soit 78 millions de tonnes) et gagne progressivement des parts du marché mondial des viandes, occupant la seconde place derrière le porc (100,4 millions de tonnes en 2004) et devançant largement la viande bovine (58,7 millions de tonnes Malgré l'importance de l'aviculture, plusieurs contraintes se posent au développement de la production traditionnelle des volailles. Il s'agit des contraintes liées à :

- la présence des maladies de Newcastle (peste aviaire), la variole aviaire, la spirochétose et les parasites internes (coccidies) qui sont des pathologies pouvant décimer la totalité

du cheptel aviaire ;

- le faible potentiel génétique de production d'oeufs et de chair ;

- le mauvais environnement des élevages : des poulaillers inappropriés qui favorisent la propagation de maladies infectieuses et parasitaires et les prédateurs (présence des éperviers, serpents) responsables des pertes importantes ;

- l'alimentation insuffisante et souvent mal équilibrée contribue à limiter la performance de l'aviculture traditionnelle.

Face aux risques et aux faiblesses liés au secteur traditionnel, l'Etat nigérien a encouragé la création de fermes avicoles modernes privées en vue :

- d'accroître la production locale de produits avicoles ;

- de réduire autant que possible les coûts de production de ces produits ;

- d'améliorer la qualité des produits livrés à la consommation.

Ainsi, ces fermes sont appelées à jouer un rôle important dans le développement du cheptel aviaire local.

3 Creunet, 1997

3

En revanche, elles rencontrent de nombreux problèmes liés à :

- la mortalité enregistrée dans les élevages due à une pathologie aviaire (la conduite de l'élevage hors des normes, absence de programme de prophylaxie et de calcul économique) ;

- l'absence ou l'insuffisance de l'encadrement des services de l'élevage ;

- l'environnement économique défavorable (difficulté d'approvisionnement en intrants, fluctuation de la production agricole) ;

- la prolifération des circuits de commercialisation informels ;

- l'insuffisance et l'inadaptation des moyens de financements pour l'exploitation des fermes (surface financière faible).

Aujourd'hui, l'apparition des épizooties de grippe aviaire en Asie, Europe puis en Afrique de l'Ouest depuis 2005 a permis d'attirer l'attention des consommateurs de la viande de volaille sur le caractère professionnel de l'aviculture.

Certains consommateurs ont dès lors cessé de consommer cette viande. Du coup, la demande de la volaille a connu une baisse considérable provoquant ainsi le ralentissement des activités des fermes.

Parmi les facteurs explicatifs des problèmes de la filière avicole nigérienne, il convient de citer :

- le manque de compétences technico-commercial des exploitants de ferme ;

- l'inorganisation de la filière avicole (absence de coopérative des aviculteurs) ; - la concurrence des produits avicoles importés ;

- l'insuffisance du fonds de roulement pour le démarrage des activités des fermes avicoles ;

- le manque de suivi des services techniques de l'élevage ;

- la baisse des rendements des productions agricoles influant sur le prix des aliments de la volaille.

Traditionnellement, la conception des projets avicoles est plus orientée vers les aspects techniques au détriment des critères liés à la rentabilité. Ce qui pour toutes ses raisons ne favorise pas souvent la pérennité du projet ou de l'affaire.

Au regard de toutes ces causes, les pistes de réflexions suivantes ont été dégagées : - le renforcement des compétences des propriétaires des fermes avicoles ;

- l'installation d'une nouvelle ferme avicole moderne avec toutes les compétences requises ;

4

Ainsi, le choix est porté sur la conception d'un projet d'installation de ferme avicole moderne. La question fondamentale est alors de savoir :

Quelle est la rentabilité d'un projet de ferme avicole dans un environnement dominé par des exploitants ruraux et des importateurs?

De façon précise, il s'agit de vérifier l'attractivité du marché de volaille pour les promoteurs désireux de créer un projet dans ce secteur et la rentabilité.

2. Objet de l'étude L'objet de l'étude porte sur l'installation d'une ferme avicole moderne susceptible

d'approvisionner régulièrement le marché intérieur du Niger en produits avicoles dans les meilleures conditions de prix et de qualité.

3. Objectifs de l'étude

3.1 Objectif général

De façon générale, l'objectif de l'étude est l'installation d'une ferme avicole moderne dans la

localité de Niamey.

3.2 Objectifs spécifiques

Pour atteindre cet objectif global, les objectifs spécifiques suivants doivent être réalisés :

- étudier le marché avicole du Niger ;

- élaborer un plan technique du projet ;

- proposer un schéma organisationnel et institutionnel ;

- évaluer la rentabilité financière et économique du projet.

4. Intérêts de l'étude :

La réalisation de cette étude de faisabilité d'installation de ferme avicole présente un intérêt pour :

- l'Etat du Niger

Cette idée de projet vient une fois de plus asseoir le concept de « moins d'Etat » en impliquant le secteur privé dans l'augmentation de la production locale avicole.

5

- le CESAG

L'étude vient renforcer la mission de culture d'excellence en matière de formation professionnelle du CESAG. Elle assure également la diversification de sa banque de données et ouvre de nouveaux champs de recherches en conception de projet.

- le stagiaire

Ce mémoire contribuera à approfondir les enseignements suivis et surtout à une maîtrise de la démarche et des outils de conception des projets.

- le lecteur

L'exploitation de ce mémoire permettra d'enrichir le capital de connaissance du lecteur à travers la démarche de conception et les outils d'analyse de projet.

- le consommateur

Ce projet d'installation de ferme contribuera à fournir des produits de qualité et à moindres coûts pour les consommateurs.

5. Délimitation du champ de l'étude La présente étude prendra essentiellement en compte l'étude de faisabilité du projet et

concernera uniquement la zone de Niamey pour des raisons d'ordre financier et temporel.

6. Démarche de l'étude La démarche adoptée dans la réalisation de cette recherche repose sur les points suivants :

- une revue de la littérature afin de définir les concepts et de cerner la démarche d'une étude de faisabilité de projet ;

- une conception d'un modèle pratique d'élaboration de projet ;

- une élaboration d'un guide de collecte d'informations ;

- une collecte des données par administration de guide d'entretien aux exploitants de ferme avicole ;

- une interprétation des résultats de l'enquête suivant le modèle prédéfinis ; - une formulation de propositions d'une étude détaillée de projet.

6

7. Plan de l'étude

En plus de l'introduction et de la conclusion, la présente étude s'articule autour de quatre (4)

points regroupés en deux (2) parties.

La première (1 ere) partie fait l'exposé du cadre théorique au chapitre 1, du contexte et de la méthodologie au chapitre 2 de l'étude.

Enfin, la deuxième partie traitera des résultats de l'étude en tenant compte dans le chapitre 1 de l'analyse préalable du projet et dans le chapitre 2 de l'évaluation du projet du point de vue financier et économique.

7

PARTIE I

CADRE THEORIQUE ET CONTEXTE DE

L'ETUDE DE PROJET

8

Partie I : Cadre théorique et contextuel de l'étude de projet

Cette partie s'articule autour de deux (2) chapitres. Le premier (1er) chapitre traite du cadre conceptuel de projet et dans un second (2e) chapitre du contexte de l'installation de la ferme avicole et de la méthodologie de recherche.

CHAPITRE 1 : Cadre conceptuel de projet

Pour comprendre le rôle que peuvent jouer les techniques de conception de projets lors de sa phase de préparation, il est souhaitable de rappeler d'une part la notion de projet dans sa globalité et d'autre part les principales phases et les différents angles d'étude de faisabilité d'un projet.

I. Les concepts lies au projet

1.1 Définitions de la notion de projets

Plusieurs définitions ont été données pour expliquer le terme « projet » par les différents auteurs.

Pour Bridier S. Michailof, le projet est « un ensemble complet d'activités et d'opérations qui consomment des ressources limitées (main d'oeuvre, devises, etc....) et dont les cibles (ou attendent (cibles, clients, bénéficiaires, etc....) des revenus ou autres avantages monétaires ou non monétaires »4.

Mieux encore le projet est « un processus unique de transformation de ressources ayant pour but de réaliser d'une façon ponctuelle un extrant spécifique répondant a un ou des objectifs précis, a l'intérieur des contraintes budgétaires, matérielles, humaines et temporelles ». Enfin selon Hubert Wallot, le projet « est un processus ayant pour but de réaliser un produit spécifique, une oeuvre concrète qui suit un cycle de vie de durée limitée et est constitué de phases et d'etapes typiques avec ses composantes variant selon le stade du cycle ».

1.2 Les caractéristiques des projets

De toutes ces définitions, il faut retenir les caractéristiques des projets suivantes: - assujettissement à des contraintes de coûts, de délai et de qualité ;

- implication de nombreux intervenants : dans un projet, la présence de toutes les parties prenantes est importante (clients, fournisseurs, bailleurs de fonds, l'équipe,....) ;

4 BRIDIER Manuel, SERGE Michaiof ; Guide pratique d'analyse de projets : Evaluation et choix des investissements

9

- atteinte des objectifs : un projet est en principe la résolution d'un problème économique ou social;

- durée limitée (cycle de vie dynamique) : un projet est par nature borné dans le temps.

1.3 Les étapes du cycle de vie de projet

Le projet est définis comme étant un processus de transformation de ressources, sujet à

diverses contraintes dont des contraintes temporelles. Cette notion d'horizon temporel fixe implicitement au projet un point de départ et un point d'arrivée.

Ainsi, la trajectoire d'un projet est définie comme étant le cycle de vie du projet.

1.3.1 L'identification

Elle est l'étape au cours de laquelle les dirigeants cherchent à trouver des idées de projets qui doivent contribuer au développement du pays ou de l'entreprise. Il s'agit de faire une analyse de l'environnement et d'identifier les opportunités à saisir ou les besoins à satisfaire.

1.3.2 La préparation

La préparation consiste à étudier le projet dans toutes ses composantes. C'est la phase de pré- faisabilité ou de faisabilité analysant le projet sous les angles: technique, commercial, financier, économique, social, organisationnel et environnemental.

1.3.3 L'appréciation (l'évaluation ex-ante)

Cette étape est la plus critique car elle dépend largement de la qualité des études effectuée en amont. A ce niveau, l'analyste devra se poser des questions sur les objectifs visés par le projet en portant des jugements sur la viabilité et la rentabilité même du projet.

1.3.4 La sélection et la négociation

Dans cette phase, les décideurs peuvent choisir, refuser ou encore demander des études supplémentaires avant d'exécuter le projet. Une fois le projet sélectionné par les décideurs, c'est le lancement de la négociation pour le financement.

1.3.5 L'exécution ou le déroulement

L'exécution d'un projet se fait généralement sous trois (3) formes :

- la phase d'investissement ou la mise en place du système de production ;

- la phase de production consistant au démarrage des activités par la production des biens ou services destinés aux clients et la mise en place du système administratif ;

10

- la phase de suivi permet de contrôler à l'aide du système l'avancement du projet et d'effectuer des modifications en cas de dérapage.

1.3.6 L'évaluation ex-post (terminale et rétrospective)

A la fin de l'exécution d'un projet, il est nécessaire de l'évaluer afin de vérifier l'efficacité dans l'atteinte des objectifs et l'efficience dans l'utilisation des ressources. L'évaluation d'un projet sert toujours à tirer des leçons afin de garantir le succès des projets semblables.

Evaluation ex post

Execution /
Déroulement
5

6

Selection / Négociation

4

Identification
1

Preparation / Faisabilité

2

Evaluation ex ante

3

Figure 1 : cycle de vie d'un projet

II. Les étapes de la préparation de projet

Dans le cycle de vie du projet, la préparation ou l'étude de faisabilité est fondamentale. C'est

la phase qui consiste en un ensemble d'analyses permettant de justifier la viabilité commerciale, technique, économique et financière du projet d'une part et de montrer la solution optimale de résolution du problème ou de l'opportunité. Ainsi, la préparation d'un projet est soumise à un ensemble d'études.

2.1 L'étude de marché

L'étude de marché constitue à la fois le point de départ et le pivot central d'une étude de

faisabilité. En effet, il est nécessaire de réaliser une étude de marché pour déterminer les chances de succès du projet.

11

Un marché est défini comme « l'ensemble de personnes et organisations de toutes sortes qui ont, ou peuvent avoir une influence sur la consommation (ou l'utilisation) et par conséquent sur les ventes du produit ou service considéré »5.

2.1.1 Les étapes de l'étude de réalisation de marché

Au cours de la phase d'étude de marché, les étapes proposées par KOTLER et DUBOIS sont les suivantes6 :

- la définition du problème à résoudre : cette étape impose de formuler un véritable diagnostic marketing afin toutefois de pouvoir construire le projet d'étude de marché ;

- le plan de l'étude : à ce stade il faut définir les sources d'information (primaires ou secondaires), les approches méthodologiques utilisées, les instruments de recherche, le plan d'échantillonnage et les méthodes de recueil de données ;

- la collecte des informations : c'est la phase de gestion sur le terrain par l'utilisation des sources primaires (enquêtes) ou des sources secondaires (revues spécialisées, statistiques, publications industrielles et pour les consommateurs,....) ;

- l'analyse des résultats : cette étape consiste à dégager la signification des résultats obtenus lors de la collecte des informations ;

- la présentation des résultats : elle consiste à présenter des résultats et des

recommandations au moyen des tableaux statistiques et des rapports d'étude détaillés ; - la prise de décision : l'étude de marché doit apporter un éclairage aussi utile que

possible dans la décision à prendre.

Ainsi à partir des différentes étapes, l'étude de marché doit aider le porteur du projet à: - définir le segment de marché ;

- évaluer la demande du marché du produit ou service ;

- déterminer l'offre du produit ou service sur le marché ;

- déterminer la part de marché du projet ;

- élaborer un plan marketing.

2.1.2 La segmentation de marché du produit

Pour tout projet, la première étape consiste à définir les marchés potentiels sous forme de segments produits- clients ou de zones géographiques. Les critères de segmentation peuvent être de type géographique, en fonction du revenu, de l'âge, du sexe,...

5 Kotler, Dubois, Delphine Manceau, Marketing Management ; Nouveaux horizons ; 11e édition ; Paris ; 2003

6 Kotler, Dubois, Delphine Manceau, Marketing Management ; Nouveaux horizons ; 11e édition ; Paris ; 2003

12

2.1.3 L'évaluation de la demande du produit

La demande d'un produit est la quantité de ce produit susceptible d'être demandée sur un

marché déterminé. L'évaluation de la demande d'un produit peut fournir les renseignements suivants :

- les caractéristiques des clients (type de clients, répartition géographique) ; - la taille du marché (quantité de produits ou services demandées) ;

- la structure de la demande (passée ou potentielle).

Cette analyse de la demande exige la collecte des informations relatives aux produits à travers les méthodes de prévision quantitatives et qualitatives.

2.1.3.1 Les méthodes de prévision qualitative

Elles sont fondées sur des opinions de plusieurs catégories d'acteurs :

- les opinions des consommateurs sont obtenues grâce à des enquêtes portant sur les intentions d'achat ;

- les opinions des distributeurs peuvent aider à la prévision de la demande ;

- les opinions des spécialistes utilisées lorsque les autres données sont insuffisantes.

2.1.3.2 Les méthodes de prévision quantitative

Elles permettent de recueillir les informations sur la demande passée ou future du produit en

déterminant les quantités physiques.

Ces méthodes de prévision sont résumées comme suit :

> les données macroéconomiques suivant la formule de l'équilibre comptable pour évaluer la demande passée7 : Y +M = C + I + X + (-) VS

Y = production, M = importations, C = consommations, I = investissement, X = exportations, VS = variations de stocks

> l'utilisation du Tableau Entrée- Sortie (TES) : elle est adaptée pour la prévision de la

demande future de produits en utilisant les coefficients techniques du TES ;

> les projections des tendances : elles consistent à projeter dans le temps la demande du

produit sur la base de séries chronologiques ;

7 AHMADOU Traoré ; Codex « Analyse et évaluation des projets » DESS - GP/ Dakar ; Cesag ; 2007.

13

> les méthodes d'évaluation basées sur les résultats d'enquêtes effectués sur les budgets de famille.

2.2.4 L'analyse de l'offre

Dans sa globalité, le diagnostic de l'offre appréhende l'analyse de la concurrence et du produit offert sur le marché.

2.2.4.1 L'analyse de l'offre du produit

Cette analyse porte généralement sur les éléments suivants : la quantité et la qualité du

produit, les prix du produit sur le marché, la disponibilité et les caractéristiques du produit.

2.2.4.2 L'analyse de la concurrence

Il est important de déterminer le nombre des concurrents sur le marché du produit afin

d'élaborer des politiques de commercialisation .Cette analyse peut aller de la recherche d'une information quantitative et qualitative telle que :

- le nombre de concurrents directs et indirects sur le marché les chiffre d'affaires, - la satisfaction des clients (qualité des produits, livraison dans les délais,..),

- la nature du système de distribution des concurrents,

- les avantages compétitifs (technologie, personnel, capital, relations avec les clients).

2.2.4.3 La détermination de la part de marché

La part de marché du projet est déterminée par la confrontation de l'offre et de la demande

globale des produits sur le marché. Par ailleurs, si la part de marché est positive (demande supérieure à l'offre) alors le projet peut être mis en place. Par contre si l'offre est supérieure à la demande, le projet doit chercher à conquérir les parts des autres concurrents.

2.2.5 L'élaboration de la politique commerciale du projet

La politique commerciale a une dimension stratégique et opérationnelle et englobe toutes les stratégies et les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs commerciaux. A partir des quatre (4) variables suivants (produit, prix, promotion et distribution) une politique commerciale est définie.

2.2.5.1 La politique de produit

Le produit constitue le coeur de la politique commerciale et constitue un levier d'action dont

dispose les entreprises pour attirer les clients et les fidéliser. Ainsi, il s'agit de : - la spécialisation : portant sur un petit nombre de produits particuliers ;

- la diversification : offrant une plus large gamme de produits ou de services ;

14

- l'adaptation des programmes de production pour répondre à l'évolution des besoins et de la structure de la demande de la clientèle.

2.2.5.2 La politique de prix

La politique en matière de prix constitue un instrument de commercialisation important. Elle

consiste à établir le prix et déterminer les conditions de paiement. Pour fixer un prix, il faut tenir compte de la nécessite de couvrir les dépenses et également des limites imposées par le marché. Cette politique de prix est définie en fonction des critères de choix ci- dessous :

- la politique de prix élevés (écrémage), de prix faibles (pénétration) ou intermédiaire ;

- les prix différentiels en fonction de l'importance de la commande ou des concurrents;

- les ventes saisonnières (offres de prix spéciaux valables pendant une période limitée).

2.2.5.3 La politique de distribution

Les stratégies de distribution concernent le transport matériel, le plan des locaux de vente,

l'organisation des unités de vente et le choix de la méthode de distribution (ventes directes, ventes par l'intermédiaire des grossistes ou des détaillants).

2.2.5.4 La politique de communication

La communication a pour finalité de faire connaître la marque, les produits ou l'entreprise

afin de donner au récepteur l'envie d'acheter le produit. Le plan de communication indique les choix entre les actions de publicité, de promotion des ventes et de relations publiques. Ainsi, la communication s'articule autour des actions comme: la sélection des supports d'information, le matériel publicitaire et la promotion pendant le lancement du projet.

2.2 L'étude technique de projet

Le montage et l'analyse technique d'un projet visent à en appréhender les résultats probables

du point de vue des paramètres techniques. Cependant, l'analyse technique est susceptible de s'appliquer à tout projet, productif, éducatif, sanitaire, social, environnemental,...

En général, l'étude technique vise à déterminer si le projet est techniquement faisable en :

- sélectionnant la technologie adéquate et le processus de production approprié ;

- choisissant une localisation appropriée ;

- agençant de façon optimale les différents intrants ;

- déterminant le programme de production du produit ;

- identifiant l'ensemble des coûts inhérents à la réalisation du projet.

15

2.2.1 Le choix de la technologie et du processus de production

Le choix d'une technologie est déterminant pour la sélection des équipements et du processus de production qui sera utilisé pour transformer les intrants en produits finis.

Ce choix technologique nécessite un arbitrage entre les capacités humaines du projet, les installations et l'évolution de l'environnement externe (concurrence).

Dans ce cadre, la sélection d'une technologie est influencée par les facteurs tels que la capacité de production désirée, la qualité et la flexibilité de la technologie, les coûts d'investissement requis et la capacité humaine à gérer la technologie.

2.2.2 Le choix de la localisation du site du projet

Comme dans le cas du choix de la technologie et de la sélection des équipements, le site choisi doit également tenir compte de certains coûts et contraintes suivants8 :

- la localisation des matières premières ;

- la disponibilité de la main d'oeuvre, de l'eau et de l'énergie ;

- les conditions de transport de personnes et des biens ;

- les lieux de consommation des produits.

2.2.3 L'étude des besoins en intrants et autres moyens

Les besoins en intrants sont liés à la nature et à la qualité du produit final ainsi qu'au procédé technologique utilisé. Ainsi, ces besoins peuvent être engagés au cours des phases d'investissement ou d'exploitation (matières premières, énergie, produits semi- finis,... etc). Pour évaluer les besoins en intrants, il est indispensable d'étudier :

- l'adéquation des intrants au processus de production et aux produits ;

- la disponibilité de la matière première et de la main d'oeuvre ;

- les coûts des intrants ne doivent pas être sous- estimés ;

- la fiabilité : il convient d'évaluer la fiabilité des sources d'approvisionnement et les risques de ne pas obtenir la qualité et les quantités voulues.

2.2.4 L'évaluation des coûts

Les étapes précédentes de l'analyse technique du projet ont permis de définir le type de technologie et du processus de production, la localisation du site du projet ainsi que les besoins en intrants et autres moyens. Ces informations peuvent être utilisées pour l'estimation des coûts des investissements du projet.

8 O'SHAUGHNESSY Wilson ; La faisabilité de projet : une démarche vers l'efficience et l'efficacité ; Trois - Rivières ; les Editions SMG ; 1992

16

2.2.4.1 Les coûts des investissements

Les coûts des investissements sont ceux qui sont capitalisables et qui se réfèrent à

l'acquisition d'actifs corporels et incorporels. Sans être limitatif, il s'agit des coûts relatifs : aux frais d'établissement, au terrain, aux infrastructures et bâtiments, à l'achat de la technologie (machines et matériels), aux matériels roulants....

2.2.4.2 Les coûts d'exploitation

A cette étape du processus d'évaluation, on fixe à partir de la demande le niveau et le

calendrier de production en estimant éventuellement les coûts de la main d'oeuvre, des matières premières, des autres coûts de production et des frais généraux liés au projet.

2.2.5 Le calendrier de réalisation des investissements

En raison de leur interdépendance, les activités d'exécution issues des études techniques du projet doivent être planifiées et coordonnées avec soin à travers : la phase d'équipement, la phase de démarrage et la phase de croisière du projet.

Les activités et les essais connexes doivent être définis et organisés en conséquence avec indication de la date approximative à laquelle ils commenceront et des délais dans lesquels ils doivent se dérouler.

2.2.6 Les insuffisances des dossiers techniques de projet

Ces insuffisances techniques souvent décelées, se retrouvent généralement au niveau de : - la sous- estimation des coûts des équipements et autres frais connexes ;

- le surdimensionnement des équipements de production ;

- l'absence d'hypothèses sur les variations futures des coûts ;

- l'absence de planification dans la réalisation des investissements.

2.3 Les études institutionnelle et organisationnelle de projet

L'administration et la gestion peuvent paraître comme une condition nécessaire quand à la réussite ou à l'échec d'un projet.

En effet, une programmation des taches, une définition et une délimitation des fonctions efficaces rendent une meilleure allocation des ressources imputables souvent aux lenteurs et autres goulots d'étranglements constatés dans le fonctionnement des différents services administratif, technique ou financier du projet.

17

2.3.1 L'analyse institutionnelle de projet

Lors de la conception d'un projet, l'analyse institutionnelle détermine le degré de relations du projet avec son environnement externe.

Par ailleurs, cette conception doit au préalable tenir compte de l'environnement institutionnel dans lequel le projet va se mouvoir. Il s'agit essentiellement :

- des dispositions administratives et réglementaires en vigueur dans le secteur ou dans le pays : le statut juridique du projet, le code des investissements, le code des douanes,la fiscalité applicable, les procédures et les aides à la création de projet...,

- la capacité des institutions à répondre aux besoins du projet en particulier les institutions de crédit, les associations professionnelles, le système éducatif (prévision de la demande de formation en fonction du besoin du projet).

2.3.2 L'analyse organisationnelle de projet

L'aspect organisationnel s'articule autour de l'environnement interne du projet. L'organisation est « la création d'un ordre qui permet de rationaliser les procédures et d'attribuer clairement les responsabilités en matière de prise de décisions et de répartition de taches ».

Cette analyse est indispensable pour un fonctionnement économique et rentable de l'organisation. La structure de l'organisation n'est pas une opération isolée et indépendante, elle doit en effet être conçue en fonction de la finalité du projet.

Cette conception est un élément indispensable pour le fonctionnement du projet et repose sur la définition des fonctions et des taches de chaque acteur du projet ,du style de gestion et des principes d'organisation. En principe, l'aspect organisationnel se résume à la structure et à la description des fonctions.

2.3.2.1 La structure de l'organisation du projet

La structure de l'organisation correspond à l'établissement de l'organigramme du projet et repose sur :

- l'attribution de fonctions aux unités organiques,

- l'attribution de postes aux unités organiques,

- la disposition des postes dans l'ordre hiérarchique.

18

2.3.2.2 L'organisation des procédures et des instruments

Pour organiser le travail, les postes doivent être mentionnés et les responsabilités de chaque

agent définies à travers une élaboration des procédures de base (procédures de recrutement, de passation de marché, comptable et financier ...).

2.3.3 La description des fonctions

La nature des fonctions à remplir dans une organisation et les responsabilités qui s'y attachent doit être décrites de façon détaillée avant tout démarrage du projet.

2.4 Les études sociale et environnementale d'un projet

L'analyse technique du projet portant sur la technologie, le processus de production et le site

d'installation du projet fut déterminée dans une perspective de respect des normes environnementales.

En d'autres termes, l'influence réelle des activités du projet sur la société ne peut être obtenu qu'à travers la réalisation d'une étude d'impact social et/ ou environnemental.

2.4.1 L'analyse sociale de projet

L'impact social d'un projet se réfère principalement aux répercutions que peut avoir les activités du projet sur les rapports entre les personnes, sur les besoins des individus, sur les normes, les croyances, les traditions, les classes sociales, les mécanismes de socialisation et les sous- systèmes politiques qui constituent sans nul doute la structure sociale.

En d'autres termes, l'étude des conséquences sociales du projet doit insister sur :

- la compatibilité du projet avec les valeurs, les traditions et les normes de la population

sous peine de rejet du projet ;

- les caractéristiques démographiques et socioculturelles des populations ou des clients, - la répartition des revenus de la population ;

- l'organisation de la production (ménages, rôle de la femme, régime foncier,..) ; - la migration interne résultant des activités du projet.

2.4.2 L'analyse environnementale de projet

La qualité de l'environnement est aujourd'hui une question qui intéresse de plus en plus le public et qui prend donc une importance capitale dans les décisions concernant le choix d'implantation d'un projet. En effet, l'impact environnemental caractérise l'influence ou l'effet du projet sur le milieu écologique, la qualité de l'air et de l'eau, la flore ou la faune ou sur tout autre élément naturel susceptible de perturber la vie humaine, animale et /ou végétale.

19

Des problèmes pour l'environnement et l'écologie peuvent provenir non seulement de la production, mais également de l'utilisation et de la destruction finale des produits. Ainsi, les réactions négatives peuvent influer sur la réalisation du projet, sur l'image ou sur le processus de production entraînant des coûts supplémentaires, et par conséquent la viabilité du projet entier peut être mise en cause.

Les facteurs suivants doivent être pris en considération pour analyser l'environnement du projet 9 :

- émission d'odeurs désagréables aux alentours du site du projet ;

- émission de produits chimiques dangereux ;

- dégagement de fumée ou de poussière ;

- création de déchets recyclables et non recyclables ;

- émission de bruits (circulation, chargement, production des gros camions).

2.5 L'analyse financière de projet

L'analyse de la faisabilité financière représente en général l'aboutissement de la démarche suivie dans le cadre de l'étude globale de la faisabilité du projet. En effet, elle consiste à déterminer si du point de vue financier le promoteur devrait ou non investir dans le projet en répondant à trois (3) types de préoccupations à savoir10 :

- déterminer le coût du projet et le type de financement à adopter ;

- évaluer la rentabilité financière du projet ;

- analyser les risques financiers liés au projet.

L'étude financière intervient dans la phase de conception d'un projet à deux (2) niveaux : l'analyse financière sommaire (AFS) et l'analyse financière détaillée (AFD).

2.5.1 L'analyse financière sommaire (AFS)

C'est une méthode extra comptable de calcul rapide de la rentabilité des différentes variantes

techniques d'un projet. Ainsi, l'AFS repose sur trois (3) principes importants :

- le non prise en compte des conditions financières (pas d'intérêts), fiscales, - le non recours à la notion d'amortissements des équipements,

- l'absence d'inflation (utilisation de la monnaie constante) dans les calculs.

9 O'SHAUGHNESSY Wilson ; La faisabilité de projet : une démarche vers l'efficience et l'efficacité ; Trois - Rivières ; les Editions SMG ; 1992

10 AHMADOU Traoré ; Codex « Analyse et évaluation des projets » DESS - GP/ Dakar ; Cesag ; 2007.

20

2.5.1.1 Les étapes de réalisation de l'AFS

Pour effectuer une analyse financière sommaire, il faut passer par les cinq (5) étapes

suivantes ci- après.

2.5.1.1.1 Le tableau des investissements et renouvellements

Ce tableau retrace annuellement les coûts initiaux et de renouvellement des investissements

nécessaires au fonctionnement du projet. D'un point de vue comptable, les investissements représentent les moyens de production dont l'utilisation s'étale sur plusieurs années. Ils comprennent généralement :

- les dépenses directement liées à l'acte d'investissement (frais de constitution, de

recherche, de publicité et de formation du personnel et des immobilisations) ;

- l'accroissement du besoin en fonds de roulement qui accompagne la réalisation d'un

investissement.

2.5.1.1.2 Estimation du besoin en fonds de roulement (BFR)

Généralement, le cycle d'exploitation dans une entreprise comprend trois (3) phases « achat-

transformation- vente ». Or entre ces trois (3) phases, il peut écouler un temps long pour que l'entreprise puisse avoir de la liquidité.

C'est pour cela, lors de la conception du projet il faut déterminer le besoin en fonds de roulement (BFR) indiquant le montant nécessaire pour financer le décalage entre des dépenses d'exploitation (achat de matières premières, salaires, autres charges,...) et la perception effective des recettes (encaissement des paiements des clients). En effet, cette détermination du BFR implique une analyse des vitesses de rotation prévisionnelle des stocks, une prévision du montant des crédits clients, et des crédits fournisseurs.

Le BFR est considéré comme un investissement et fait partie intégralement de l'outil de production au même titre que les immobilisations.

BFR = +Stocks +Créances clients + Trésorerie - Dettes fournisseurs

2.5.1.1.3 Estimation des dépenses et des recettes d'exploitation prévisionnelles

Il s'agit d'estimer les dépenses et les recettes d'exploitation prévisionnelles en fonction de la

capacité des équipements et du marché potentiel estimé lors de l'étude de marché.

En effet, les recettes ou chiffre d'affaires (CA) prévisionnelles des produits sont déterminées à partir des résultats de l'étude de marché ou des prévisions de production du projet.

21

2.5.1.1.4 Le tableau de l'échéancier des flux financiers (EFF)

L'EFF représente la somme algébrique du coût des investissements, des dépenses auquel on

soustrait les recettes d'exploitation, les valeurs résiduelles des investissements et la reprise du BFR réalisées par le projet.

2.5.1.2 Les critères d'évaluation de la rentabilité des projets

Il s'agit de comparer les dépenses et les recettes année par année afin de déduire la rentabilité

du projet à travers deux (2) techniques d'évaluation.

2.5.1.2.1 Les techniques non fondées sur l'actualisation

La comparaison des variantes de projet lors d'une étude de faisabilité implique l'utilisation de

deux (2) critères à savoir :

- le délai de récupération : c'est le temps nécessaire pour que les recettes (Rp) du projet équilibrent le montant des dépenses d'investissement (Ip) et d'exploitation (Dp).

n n

Délai de récupération (d) = ? (Rp) = ? (Ip + Dp)

p=0 p=0

Avec p variant de 0 à n (années) ; Dp= dépenses d'exploitation, Rp = recettes, Ip= investissement.

- le rendement de l'unité investie : ce critère de rendement de l'unité investie correspond au quotient du montant cumulé des recettes auxquelles on soustrait les charges d'exploitation par le montant des investissements. Sa formule est la suivante :

n n

Rendement de l'unité investie (r) = ? (Rp- Dp) / ? (Ip)

p=0 p=0

2.5.1.2.2 Les techniques fondées sur l'actualisation

Les deux (2) critères utilisés au niveau de ces techniques se résument comme suit :

- le critère de la valeur actualisée nette (VAN) : la VAN représente la somme des flux financiers nets actualisés sur toute la durée du projet en utilisant un taux d'actualisation donné. Un projet est considéré comme rentable si la VAN est positive et non rentable si la VAN est négative. La VAN s'obtient par la formule suivante :

22

n Rp - Dp - Ip

VAN = ? avec i = le taux d'actualisation

p=0 (1-i)p

- le taux de rentabilité interne (TRI) : le TRI est défini comme étant le taux i pour lequel les recettes égalisent les dépenses. En effet, le TRI ne tient pas compte des coûts de financement et des plus values de réinvestissement mais les mouvements de trésorerie sont représentés par les nombres inclus dans les valeurs.

Contrairement à la VAN, le TRI règle le problème du choix du taux d'actualisation car il correspond au taux d'actualisation pour lequel la VAN est nulle. De même le TRI correspond au taux d'intérêt maximum que peut supporter le projet si l'ensemble du financement provient d`un emprunt.

TRI = ? (Rp- Dp- Ip) / (1+i) p = 0

avec p variant de 0 à n

2.5.2 L'analyse financière détaillée (AFD)

Alors que l'AFS permet de choisir la meilleure variante du projet, l'analyse financière détaillée (AFD) permet d'approfondir l'analyse de cette variante par l'utilisation d'un cadre comptable appropriée. Elle intègre ainsi les normes comptables comme les amortissements, les conditions financières et fiscales auxquelles viennent s'ajouter l'inflation.

Au même titre que l'AFS, l'analyse financière détaillée est élaborée suivant plusieurs étapes.

2.5.2.1 Le tableau prévisionnel des amortissements

La définition comptable définit l'amortissement comme « l'amoindrissement de la valeur d'un investissement résultant de l'usage, du changement de technique et de toute autre cause ». En effet, l'amortissement constitue une ressource destinée à assurer le renouvellement des immobilisations en affectant chaque année une partie du bénéfice à la reconstruction du capital productif. Cette affectation se fait suivant des taux fiscaux d'amortissement selon les types d'immobilisation du projet.

23

2.5.2.2 Le tableau de l'échéancier de remboursement de l'emprunt

A partir du coût global et du schéma de financement du projet déterminant les montants des

fonds propres mobilisables, des subventions possibles et la nature des crédits, on peut bâtir le schéma de remboursement des emprunts contractés. Celui- ci fait apparaître année par année les intérêts à payer et le remboursement du principal des emprunts.

2.5.2.3 Le compte de résultat prévisionnel

Le compte de résultat prévisionnel présente année par année les charges et les produits

d'exploitation du projet. Il indique également les soldes caractéristiques de gestion permettant d'effectuer une analyse financière détaillée de la rentabilité et des risques liés au projet. Compte tenu souvent de l'inflation, il faut réajuster les prix des rubriques susceptibles de varier en fonction des prévisions d'inflation dans le pays.

2.5.2.4 Le tableau d'équilibre des ressources et emplois de fonds

Une fois l'élaboration du compte de résultat, la quatrième étape consiste à dresser le tableau

d'équilibre de ressources- emplois de fonds.

L'objectif est de vérifier la présence d'un solde net de trésorerie cumulée toujours positif ; même si par ailleurs certains soldes peuvent être négatif

2.5.2.5 Le calcul de la rentabilitéfinancière du projet

Comme dans le cas de la rentabilité sommaire, les critères utilisés pour apprécier la rentabilité

financière du projet du point de vue des actionnaires ou des capitaux propres sont : - la rentabilité du point de vue des actionnaires :

· La valeur actuelle nette (VAN) : elle est calculée à partir de la formule suivante :

VAN = ? [(dp + Tn) - Kp] / (1+ i)p

Avec p variant de 0 à n, dp = dividendes reçus, Tn = solde final de trésorerie, Kp = capitaux propres investis, i = taux d'actualisation

· Le taux de rendement interne (TRI) pour les actionnaires détermine le taux d'actualisation pour lequel la VAN est nulle. Ce critère permet d'évaluer la rentabilité de l'investissement pour les actionnaires au regard de l'alternative que constitue le placement de leurs fonds. Sa formule est la suivante :

TRI = ? [(dp + Tn) - Kp] / (1+ i)p = 0

24

- la rentabilité des capitaux propres :

En plus des dividendes perçus annuellement par les actionnaires, cette rentabilité est calculée également en fonction des avantages des soldes annuels de trésorerie. En effet, cette trésorerie disponible dans le projet ou l'entreprise et non distribuée aux actionnaires représente une réserve de ressources financières constituée comme des fonds propres.

· VAN =

·

? ( -Kp + Dp + Tp) / (1+ i)p

 
 
 
 
 

· TRI =

? ( -Kp + Dp + Tp) / (1+ i)p = 0

 

2.5.2.6 Les tests de sensibilité

En matière d'analyse de projets, il est important de vérifier l'impact de certaines rubriques des charges ou des investissements sur la rentabilité financière ou économique du projet. En effet, la technique souvent utilisée est le test de sensibilité des résultats du projet pour juger la fiabilité de ces résultats par rapport aux variables déterminantes de risque.

La démarche de ce test de sensibilité se résume à :

- déterminer les variables susceptibles de varier dans le temps ;

- appliquer un taux de variation sur ces variables de l'ordre de +10% ou -10% ; - analyser l'impact produit par cette variation sur les résultats du projet.

2.6 L'étude économique de projet

L'évaluation financière a pour objet d'évaluer la faisabilité financière et commerciale d'un projet du point de vue de l'investisseur (microéconomique). Par contre, l'évaluation économique analyse la contribution économique et les effets dégagés par le projet au niveau de la collectivité (macroéconomique)11. L'analyse économique d'un projet est déterminée généralement à partir de deux (2) méthodes : la méthode des effets et celle des prix de référence.

11 AHMADOU Traoré ; Codex « Analyse et évaluation des projets » DESS - GP/ Dakar ; Cesag ; 2007.

25

2.6.1 La méthode de prix de référence

La méthode des prix de référence part du principe selon lequel les prix du marché ne reflètent

pas parfaitement les utilités relatives des biens et services procurés à la collectivité et ne représentent pas non plus les coûts réels que supporte la collectivité lorsque des ressources rares sont engagées.

Ainsi, cette méthode permet de corriger les prix du marché en tenant compte de multiples distorsions dues à l'imperfection du marché.

2.6.1.1 La démarche d'évaluation par la méthode de prix de référence Cette méthode d'évaluation consiste à :

- identifier les perturbations liées au projet ;

- classer ces perturbations du projet en coûts et avantages pour la collectivité ;

- mesurer les coûts et les avantages du projet à partir des prix de référence pour les situations « avec » et « sans » le projet ;

- calculer la rentabilité économique du projet.

2.6.1.2 La démarche de calcul de prix de référence

A travers cette partie, l'étude de ces règles permet de déterminer le système de prix de

référence de certaines variables dans une approche économique en choisissant notamment12 : - un taux d'actualisation économique (i) : celui- ci doit refléter la rareté ou l'abondance réelle des capitaux et les préférences de la collectivité entre consommation présente et consommation future ;

- un prix de référence de biens et services : le calcul de prix de référence porte sur trois (3) éléments: le prix CAF (Coût Assurance Fret) pour les biens importés, le prix FOB (Free On Board) pour les biens exportés, le coût d'approche (Ca) ou frais connexes engagés depuis l'entrée ou la sortie des produits ;

- un prix de référence de la main d'oeuvre : l'évaluation d'un prix de référence de la main d'oeuvre est déterminée à partir du coût d'opportunité ;

- un prix de référence des devises : il correspond au taux de change qui refléterait avec précision la valeur pour l'économie nationale des devises du fait de multiples fluctuations des monnaies.

12 AHMADOU Traoré ; Codex « Analyse et évaluation des projets » DESS - GP/ Dakar ; Cesag ; 2007.

26

2.6.1.3 Le calcul de la rentabilité économique du projet

Comme pour l'analyse financière, la détermination de la rentabilité économique se fait à

partir des flux annuels de coûts et des avantages économiques du projet.

- La valeur actualisée nette économique (VANe) Elle est donnée par la formule suivante :

n (Ap - Cp - Ip)

VANe = ?

p=0 (1+i)p

Avec : i = le coût d'opportunité du capital ou prix de référence du capital, Ap = avantages économiques, Cp= coûts économiques, Ip= investissement

Remarque : le projet est rentable si la VANe est positive et non rentable si elle est négative.

- Le taux de rentabilité économique (TRE)

Le TRE est la valeur (i) pour laquelle la VANe est nulle. Elle est égale à :

n (Ap - Cp - Ip)

TRE = ? = 0

p=0 (1+i)p

Remarque: le projet est rentable si le TRE ou (i) est supérieure au coût de renoncement du capital et non rentable lorsque (i) est inférieure au coût de renoncement du capital.

2.6.2 La méthode des effets

La méthode des effets ne diffère pas de celle des prix de référence quant à ses objectifs. En effet, elle permet non seulement de mesurer la contribution du projet à l'accroissement du produit intérieur brut (PIB) mais également elle vise à connaître la nouvelle répartition de la valeur ajoutée entre les principaux agents économiques (l'Etat, les établissements financiers, l'entreprise, les ménages ou le personnel, l'extérieur) afin d'évaluer les effets du projet. Cette méthode mesure les effets du projet dans la situation « avec le projet » aux effets dans la situation « sans le projet » en appliquant les prix de marché des produits.

2.6.2.1 Définitions et classification des effets

Le terme « effets » donne tout son sens à cette méthode. Il s'agit alors d'élargir le concept d' « effets » à travers ces différentes définitions.

Les effets directs sont les effets directement recensés dans le compte d'exploitation prévisionnel du projet. Par contre les effets indirects correspondent aux effets créés par le

27

projet dans les autres établissements ou entreprises en amont (entreprises fournisseurs) ou en aval (entreprises de transport) du projet lui même. Ils sont appelés des effets primaires.

Les effets « induits » ou secondaires correspondent à l'utilisation par les différents agents de la valeur ajoutée qu'ils reçoivent du projet et des entreprises en amont et en aval.

2.6.2.2 La démarche d'évaluation par la méthode des effets

L'installation d'un projet dans un milieu va amener des perturbations. Ces perturbations vont

apporter des modifications liées a l'utilisation des consommations intermédiaires, de la valeur ajoutée, des revenus distribués sur le plan social, économique et financier.

2.6.2.3 Les techniques de mesure des effets d'un projet

Les techniques de mesure des effets d'un projet repose sur l'utilisation de trois (3) outils dont

les deux (2) premières feront l'objet d'une analyse approfondie : l'utilisation du Tableau Entrée- Sortie (TES), la remontée des chaînes de production des entreprises ou la combinaison des deux premières techniques.

Ainsi, la relation fondamentale utilisée dans ces techniques est la formule suivante : Production (Y) = Consommations Intermédiaires (CI) + Valeurs Ajoutée (VA)

2.6.2.3.1 L'utilisation du Tableau Entrée- Sortie (TES)

Cette méthode repose sur l'utilisation d'un TES et permet de déterminer les valeurs des

importations et de la valeur ajoutée incluses d'un projet en utilisant les données agrégées de la comptabilité nationale. La démarche à adopter pour cette technique est la suivante :

- disposer du compte d'exploitation du projet et recenser les rubriques des C I et celles

de la VA ;

- déterminer au niveau des CI, les consommations intermédiaires locales (CIL) et les matières importées (Im) utilisées par le projet ;

- appliquer les coefficients du TES aux consommations intermédiaires locales,

- calculer la VA globale créée par le projet et les importations résultant des activités ;

- déterminer les effets primaires bruts « avec » et « sans » le projet avant les effets nets ; - calculer la rentabilité économique du projet.

2.6.2.3.2 La remontée des chaînes de production

Outre la technique sur le TES, cette méthode des effets utilise également la technique de

remontée des chaînes de production.

28

2.6.2.4 Le calcul de la rentabilité économique Le calcul économique va se faire à deux (2) niveaux :

- au niveau global : la rentabilité économique permet de mesurer l'apport net du projet à l'économie nationale en termes d'augmentation du PIB ; autrement dit, c'est la valeur ajoutée supplémentaire (VAS) ;

- au niveau des agents économiques : c'est la répartition de la VAS entre les agents économiques (personnel, banques, Etat, entreprise et l'extérieur).

2.6.2.4.1 Les critères de rentabilité globaux

Le coût social (CS) du projet est le coût réel supporté par la collectivité. Il est déterminé à

partir du coût financier des investissements déduction faite des transferts, des épargnes, de la fiscalité et des intérêts.

La valeur ajoutée supplémentaire (VAS) représentant l'apport net du projet au PIB est égale :

VAS = valeur ajoutée de la situation avec projet - valeur ajoutée de la situation sans projet

La VAS englobe généralement deux (2) composantes :

- la valeur ajoutée supplémentaire intérieure (VASI) : elle correspond à la somme des revenus de tous les agents économiques intérieurs nationaux ou non en ne tenant pas compte des transferts à l'extérieur ;

- la valeur ajoutée supplémentaire nationale (VASN) correspondant à la somme des revenus des agents nationaux déduction faite des transferts effectués par les agents étrangers et le règlement des dettes aux organismes extérieurs.

2.6.2.4.2 Les critères spécifiques fondés sur la VAS

Dans la perspective de porter un jugement sur la rentabilité économique du projet, il est nécessaire de rapprocher la VAS ou avantage tiré du projet en phase de fonctionnement du coût social (CS) ou dépenses d'investissement (I).

Sur cette base, les critères de choix suivants peuvent être présentés :

> Le bénéfice actualisé (B) : il est calculé à partir de la formule suivante : n

B = ? (VAS- I ) / (1+i)p

p=0

29

> Le taux de rentabilité économique (TRE): il annule le bénéfice actualisé et est égale :

n

B = ? (VAS- I) / (1+i)p = 0

p=0

2.6.2.5 La prise en compte des autres effets du projet

Outre l'évaluation quantitative, l'étude économique d'un projet tient compte également de l'aspect qualitatif et des changements intervenus dans l'environnement. Cette analyse sur les effets qualitatifs du projet tels que :

- Le nombre d'emplois créé et la formation de la main d'oeuvre,

- l'amélioration de la qualité de vie du point de vue de la nutrition et de la santé, - la sécurité d'approvisionnement dans les transactions,

- la sécurité alimentaire dans l'environnement.

30

CHAPITRE 2 : Cadre contextuel et méthodologie de l'étude de projet

I. Contexte du projet

Situé en Afrique Occidental entre l'Algérie, le Bénin, le Burkina Faso, la Libye, le Mali, le Nigeria, le Tchad, le Niger est un pays sahélien de 1.267.000 km2. Son environnement naturel est marqué par un climat tropical à faible pluviométrie, variable dans le temps et dans l'espace avec des températures élevées qui ont tendance à accentuer son aridité.

L'économie nigérienne repose essentiellement sur les ressources minières : l'uranium (50% des exportations) et les ressources agropastorales (agriculture et élevage).

En, l'élevage contribue de façon substantielle à l'accroissement des exportations du Niger. La contribution du secteur de l'élevage est passée de 69,71 milliards FCFA en 1992 à 108,43 milliards en 199813. En 2005, le secteur de l'élevage représente 24,07% du produit intérieur brut (PIB). Ainsi, les produits de l'élevage constituent le second poste des produits exportés, juste après l'uranium.

Au Niger, l'élevage est pratiqué aussi bien au niveau des gros ruminants (bovins, ovins, camelins,...) que des petits ruminants (volaille). Toutefois, cet élevage est soumis à des contraintes lié aux aléas climatiques (variation de la pluviométrie, sécheresse, désertification,...) et à l'encadrement des producteurs par les services compétents.

En 2000, le Gouvernement nigérien a entrepris une consultation nationale pour la relance du secteur de l'élevage. Ainsi, des études ont porté sur le diagnostic et l'état des lieux du secteur de l'élevage et l'élaboration des programmes prioritaires. Toutes ces réflexions ont abouti à l'élaboration et à l'adoption par le gouvernement du Document Cadre de Relance du Secteur de l'Elevage le 12 mars 200214.

En effet, sept (7) axes stratégiques et douze (12) programmes prioritaires ont été identifiés pour la relance du secteur de l'élevage. Parmi ces programmes prioritaires, figure le Programme d'Appui à l'aviculture.

Dans le cadre de ce programme, trois dossiers d'identification de projets ont été élaborés par le Ministère des Ressources Animales. Il s'agit du :

- projet de l'élevage familial des poules ;

- projet de développement et de promotion de l'élevage de la pintade ;

- projet de relance de l'aviculture moderne.

13 Document de relance du secteur de l'élevage ; Ministère de l'élevage ; Niger ; 2002

14 Document de relance du secteur de l'élevage ; Ministère de l'élevage ; Niger ; 2002

31

La filière avicole au Niger est dominée par l'aviculture traditionnelle, malgré les investissements réalisés par l'Etat (création de centre avicole de Goudel, des stations avicoles, l'unité d'aliments de bétail,...) dans les années 1980. Cette aviculture traditionnelle ou villageoise occupe 95% de la production globale. Cependant, cette dernière avec des coûts d'intrants et d'investissement négligeables, est aisément accessible aux producteurs ruraux mais elle ne favorise pas la production intensive de la volaille.

Par ailleurs, le contexte économique du secteur avicole moderne nigérien se caractérise par des indicateurs ci- dessus :

- de plus en plus, les coûts de production de l'oeuf augmentent car les vielles poules consomment davantage d'aliment et pondent moins d'oeufs. Dans la chaîne de production, l'alimentation représente 45 à 50% des coûts variables pour produire des poulets de chair et 85 à 86% des coûts variables pour la production d'oeufs,

- en 2006, le Niger a non seulement suspendu les importations de poussins, d'oeufs mais également détruit une partie de la production locale de poulets de chairs et d'oeufs de consommation comme mesure de protection contre le risque de la grippe

aviaire. Actuellement en 2007, les exploitants de fermes sont dans une phase de léthargie et de reconstitution de leur cheptel aviaire,

- la concurrence des oeufs en provenance des pays tels le Burkina Faso, le Nigeria ou le Ghana pour une valeur estimée à 960 millions Fcfa en 200315.

La croissance prévue pour la demande des produits avicoles est influencée par un taux de croissance démographique au Niger de 3,3% en 2006, du taux d'urbanisation des villes et surtout les perspectives d'une hausse considérable de la demande intérieure et sous régionale. En effet, ces caractéristiques constituent des facteurs motivants pour les exploitants des fermes avicoles.

Au Niger, la commercialisation et la consommation des produits avicoles sont surtout liées au contexte social résultant des événements exceptionnels tels les fêtes religieuses (Ramadan), les mariages, les baptêmes,....

15 MAIZAMA Dambagi Gilbert, SANAKO Fatokoma, BEIDOU Adamou, GANAHI Abdou ; Repères pour un développement de la filière avicole moderne au Niger ; Ministère des Ressources Animales ; Niger ; 2003

32

II. Justification du projet

Au Niger, la production avicole est dominée par une aviculture traditionnelle ou villageoise représentant 95 % de la production nationale. La filière avicole révèle en effet d'importantes potentialités au regard des besoins du marché.

Toutefois, le désengagement de l'Etat vers les années 1990 et l'apparition de la grippe aviaire en 2005 a occasionnée la fermeture et/ ou le ralentissement des activités de plusieurs fermes avicoles.

Le choix de l'élevage de volaille se justifie alors dans un contexte économique et social devenu à nouveau favorable à cette activité au regard aujourd'hui de l'accroissement démographique galopant des centres urbains. Tout ceux-ci contribueront à augmenter la demande alimentaire en viande de volaille dans les villes.

Le projet d'installation de ferme avicole moderne constitue alors une alternative importante. Pour relancer la filière avicole, ce projet va orienter ces activités vers une augmentation de la production locale des produits avicoles. En d'autres termes, il contribuera également à la modernisation de l'aviculture par l'intensification de la production, suivi d'un maximum de contrôle sanitaire mais aussi à la réduction de la malnutrition due à l'insuffisance des protéines et au delà, la sécurité alimentaire.

III. Conception d'un modèle d'analyse de projet

3.1 Question de recherche

La question de recherche de notre étude est la suivante : comment mettre en place un projet

de ferme avicole moderne susceptible d'apporter une rentabilité pour le promoteur.

3.2 Hypothèse de l'étude

La rentabilité d'un projet d'installation de ferme avicole moderne dépend de trois (3)

paramètres :

- la conception de l'étude de faisabilité du projet ;

- la qualité du management aussi bien stratégique qu'opérationnel ;

- l'environnement externe : crises sociales, politiques et concurrentielles.

Dans cette étude, nous considérons l'hypothèse selon laquelle une étude de faisabilité efficace du projet détermine à priori la rentabilité financière et économique de celui- ci.

33

3.3 Définition des variables de l'étude 3.3.1 Les variables explicatives

La conception du projet va permettre de réaliser une étude détaillée à travers les variables ou études suivantes : commerciale, technique, organisationnelle, financière et économique.

En principe, ces cinq (5) variables permettent de déterminer la rentabilité et la viabilité du projet de ferme avicole.

Ainsi, ces variables se présentent comme des variables explicatives ou indépendantes de la rentabilité considérée comme la variable expliquée ou dépendante.

3.3.2 La variable à expliquer

L'étude de faisabilité détaillée permet fondamentalement de déterminer la rentabilité et la viabilité du projet. C'est pourquoi, la variable « rentabilité (R) » est considérée dans cette étude comme la variable expliquée par rapport à toutes les autres variables explicatives.

3.4 La construction du modèle d'analyse 3.4.1 Les indicateurs des variables

Les indicateurs sont des critères de mesure de la performance d'une activité. Ils peuvent être d'ordre quantitatif comme qualitatif.

Dans cette étude, les indicateurs jugés pertinents peuvent être classés à deux (2) niveaux:

- les indicateurs caractéristiques de la conception du projet : c'est à dire les indicateurs qui apprécient la qualité des différentes études effectuées ;

- les indicateurs appréciant la viabilité et la rentabilité du projet.

34

Variables explicatives de la conception

Indicateurs

Etude commerciale

Offre

· Production des produits avicoles

· Prix pratiqués sur le marché

· La qualité des produits offerts

· Nombre de concurrents sur le marché Demande

· Taux d'évolution du marché

· Différents segments du marché

· Fréquence et période des achats

· Taille du marché

Etude technique

· Types d'installations techniques

· Régime alimentaire des poulets

· Les races des poussins

· Le lieu d'implantation du projet

· Le programme de production

Etude institutionnelle et Organisationnelle

· Statut juridique du projet

· Les fonctions principales

· Les différents postes de travail

· Le nombre du personnel et leur compétence

· Le processus du recrutement

Etude financière et économique

· La valeur actualisée nette (VAN)

· Le taux de rentabilité interne (TRI)

· Le taux de rentabilité économique (TRE)

· La valeur ajoutée supplémentaire (VAS)

 

Tableau 1 : variables explicatives et indicateurs de l'étude

16 LEYE Serigne Mamadou Bousso ; Projet d'installation d'une ferme moderne de production et de conditionnement de lait à Mboro dans le département de Thiès ; Cesag ; 2004

35

Remarque :

Il faut également préciser que les indicateurs commerciaux, techniques et/ ou organisationnels convergent tous vers l'atteinte de la rentabilité financière et économique (VAN, VAS, TRI, TRE) du projet.

Les indicateurs de rentabilité identifiés servent à mesurer la faisabilité financière et économique du projet de ferme avicole à travers :

- la valeur actualisée nette (VAN,

- le taux de rentabilité interne (TRI),

- le taux de rentabilité économique (TRE),

- la valeur ajoutée supplémentaire (VAS).

3.4.2 Présentation du modèle d'analyse

Il s'agit de traduire la relation mathématique qui existe entre l'étude de faisabilité ou la phase de conception (variables explicatives) et la rentabilité du projet (variable expliquée) en utilisant le modèle d'analyse suivant :

R = f (C)

= f [Etudes (commerciale, technique, institutionnelle et organisationnelle, financière et économique)]

Avec :

R = rentabilité (VAN, VAS, TRI, TRIE)

C = conception

36

Variables Explicatives
(Conception)

Variable Expliquée (Rentabilité)

· Valeur actualisée
nette (VAN)

· Taux de rentabilité
interne (TRI)

· Valeur actualisée supplémentaire (VAS)

· Taux de rentabilité économique (TRE)

· Etude de marché

- définition des besoins du marché, - définition de la clientèle,

- élaboration du plan marketing.

· Etude technique

- choix des installations techniques, - choix du lieu d'implantation,

- détermination du volume de

production.

· Etude organisationnelle

- définition des fonctions,

- mise en place de l'organigramme, - planification des ressources.

· Etude financière

- Elaboration de compte d'exploitation,

- Elaboration de plan de trésorerie,

- Elaboration de plan de financement.

· Etude économique

- détermination des effets directs,

- détermination des effets indirects.

Figure 2 : modèle d'analyse de la rentabilité du projet

En effet, cette relation mathématique exprime que la rentabilité du projet (R) est fonction de l'efficacité de la phase de conception(C) ou l'étude de faisabilité avec l'hypothèse que toutes les autres variables externes (qualité du management et l'environnement externe) sont considérées comme constantes dans ce modèle.

Ainsi, la présentation du modèle peut également être représentée au moyen des phases d'études de faisabilité de projet suivant :

37

Etude institution nelle

Etude Commerci ale

Etude Financière

RENTABILITE
DU PROJET

Etude Économi que

Etude Technique

Etude organisatio nnelle

Figure 3 : schéma d'analyse de projet simplifié

3.5 La méthodologie de l'étude

3.5.1 Les approches méthodologiques de recherche

Deux (2) approches méthodologiques en matière de recherche ont été utilisées dans le cadre de ce travail. Il s'agit d' :

- un travail de terrain auprès d'une ferme avicole privée à la périphérie de la ville de Niamey et des services de l'administration compétents en matière de conception de projet ;

- une consultation des sources secondaires (documents et études, revues spécialisées et les recherches universitaires) réalisées sur l'aviculture moderne au Niger.

3.5.2 Les instruments de recherche d'informations

L'instrument de recherche d'informations utilisé dans cette étude est essentiellement composé d'un guide d'entretien soumis à un exploitant d'une ferme avicole privée au niveau de la ville de Niamey.

38

3.5.3 Le choix de la ferme avicole

La présente enquête porte sur un produit (poulets de chair ou oeufs) de grande consommation qui a connu ces deux (2) dernières années une récession des activités des fermes avicoles dues à l'apparition de la grippe aviaire.

Ceci va nous orienter à l'utilisation d'un échantillon de convenance et non probabiliste ou empirique. Il s'agit là d'un échantillon occasionnel justifié par le lancement d'un nouveau projet avicole.

Dans ce contexte, nous avons ciblé une ferme avicole privée à la périphérie de Niamey compte tenu que cette dernière constitue notre source d'information concernant les prix pratiqués, les fréquences d'achat des clients et les besoins en aliments de volaille et les équipements et matériels....

Par souci d'efficacité, nous avons soumis un guide d'entretien aux dirigeants d'une ferme avicole privée.

3.5.4 Les méthodes de recueil des données

Lors de l'étude de faisabilité de la ferme avicole, les informations ont été recueillies à l'aide de deux (2) méthodes :

- la recherche documentaire sur les fermes avicoles qui est guidée par les thèmes de recherche au niveau de la faculté d'agronomie de Niamey et les divers documents et études réalisées sur les fermes avicoles modernes au niveau de l'Institut National de Recherche Agronomique du Niger (INRAN) et du Ministère des ressources animales ;

- la partie pratique sur le terrain qui a permis d'identifier et de recenser les infrastructures et les équipements d'exploitation d'une ferme avicole et également de vérifier certaines informations surtout celles relatives aux prix du matériel d'exploitation et de la commercialisation des produits avicoles.

39

PARTIE II

ETUDE DE FAISABILITE D'INSTALLATION

D'UNE FERME AVICOLE

40

Partie II : Etude de faisabilité d'installation de ferme avicole

La revue de littérature a permis de faire ressortir d'une part le cycle de vie d'un projet et d'autre part la démarche à suivre pour élaborer une étude de faisabilité de projet. En effet, cette démarche s'appuie sur un ensemble d'études ou d'analyses. Par ailleurs, la rentabilité et la viabilité d'un projet dépendent largement de la pertinence et de la cohérence des études réalisées.

Ainsi, la conception du projet de la ferme avicole s'appuie sur un modèle d'analyses de marché ou commerciale, technique, organisationnelle, sociale, environnementale, financière et économique de projet.

Le premier (1er) chapitre est consacré à une présentation des études préalables à l'installation d'une ferme avicole à savoir l'étude de marché, l'analyse organisationnelle et enfin l'analyse technique.

Le second (2e) chapitre va permettre d'évaluer la rentabilité et la pérennité du projet du point de vue financier et économique.

CHAPITRE 1 : Présentation des études préalables à l'installation d'une ferme avicole

Dans ce chapitre, il est présenté dans une première approche l'analyse du marché avicole au Niger à travers une analyse rétrospective de la demande et de l'offre globale. Ensuite, une deuxième approche qui présente l'étude technique permet de mesurer le degré de réalisation du projet. Enfin, la dernière approche cherche à apporter une analyse organisationnelle du projet.

I. L'analyse du marché avicole

L'analyse du marché du projet avicole est faite à partir des sources secondaires portant sur les

études de la demande et de l'offre du marché avicole nigérien.

1.1 La demande nationale des produits avicoles au Niger

La demande des produits avicoles est constituée normalement par la consommation nationale

et les exportations. Compte tenu du fait que le Niger est importateur des produits avicoles, alors la composante exportation est presque nulle. Ainsi, la demande nationale peut être assimiler à la consommation nationale.

41

1.1.1 Analyse quantitative de la demande des produits avicoles

L'évaluation quantitative des produits avicoles du secteur moderne est basée sur deux (2) éléments :

- les revenus des catégories socioprofessionnelles ;

- les ratios de consommation par personne.

1.1.1.1 Evaluation de la demande d'oeufs

En 2001, le recensement général de la population et de l'habitat du Niger (RGP/ H- 2001)

crédite les centres urbains d'une population totale de 1.949.095 habitants17. Au prix de l'oeuf (100 à 125 F), seul 30% des ménages peuvent y accéder à ce produit.

La maîtrise des coûts de production et des techniques avicoles du projet permettrait de ramener ce chiffre à 80 F l'unité. Dans ce cas, le pourcentage (%) des consommateurs va passer de 30 à 35% soit : le nombre des consommateurs estimés (N) en 2001 sera égale à :

N = 1949095 * 35% = 682183 consommateurs

D'après les études de Jourdain et Bambara en 1994, l'intervalle de consommation d'oeufs par personne et par année au Niger se situait entre 17 et 22 oeufs soit une moyenne de 19,5 sensiblement égale à 19 oeufs.18

En considérant que le prix de l'oeuf peut descendre à 80 F, la consommation par personne pourrait atteindre 25 oeufs par an.

Nombre de consommateurs estimés (1)

682.183

Consommation annuelle par habitant d'oeufs (2)

25

Demande potentielle d'oeufs (3) = (1) * (2)

17054575

Tableau 2 : estimation de la demande des oeufs

1.1.1.2 Evaluation de la demande de volaille

Le poulet de chair n'est pas un produit très apprécié comme la pintade et le poulet local par la

population nigérienne. Seule une catégorie de clientèle composée d'occidentaux et une quelques nigériens consomment le poulet de chair.

17 Données statistiques du Niger ; 2001

18 MAIZAMA Dambagi Gilbert, SANAKO Fatokoma, BEIDOU Adamou, GANAHI Abdou ; Repères pour un développement de la filière avicole moderne au Niger ; Ministère des Ressources Animales ; Niger ; 2003.

42

Au Niger, la consommation de la viande de volaille est passée de 2,7 kilogrammes par habitant et par an en 1968 à 4,27 kilogrammes par habitant et par an en 198319.

Face à une baisse de pouvoir d'achat de la population, il faut corriger cette consommation en considérant une moyenne de (4,27 + 2,7) /2 = 3,4 kilogrammes/ habitant et par année.

Le prix moyen de vente du poulet de chair (en FCFA/ Kg) en 2003 est estimé à 2000 FCFA (source première évaluation de la structure avicole).

Compte tenu du faible niveau de vie de la population nigérienne, nous considérons que 25% de celle- ci peuvent consommer annuellement la viande de volaille.

Nombre de consommateurs de poulets (1)

1949095* 25% = 487273

Consommation annuelle par habitant (2)

3,4

Demande potentielle de volaille (Kg)

(3) = (1) * (2)

1656728

Tableau 3 : estimation de la demande de volaille

1.1.2 Analyse qualitative de la demande 1.1.2.1 La nature de la clientèle

La rentabilité de toute activité commerciale est étroitement liée à l'abondance et à la permanence de la clientèle. Les producteurs de produits avicoles ont une clientèle très variée et essentiellement composée des :

- hôtels et restaurants ;

- magasins d'alimentation ;

- vendeurs de thé ou de café ;

- particuliers.

Cependant, les grands centres urbains de consommation sont les localités de Niamey, Agadez et Arlit (Akokan ou citée de l'uranium) du fait de la présence des fonctionnaires (nationaux et expatriés) et des touristes européens en transit.

1.1.2.2 La fréquence des achats des produits avicoles

La consommation de la viande de volaille ou des oeufs au Niger souffre actuellement de ce que l'on appelle l'habitude alimentaire de la population.

19 MAIZAMA Dambagi Gilbert, SANAKO Fatokoma, BEIDOU Adamou, GANAHI Abdou ; Repères pour un développement de la filière avicole moderne au Niger ; Ministère des Ressources Animales ; Niger ; 2003.

43

En effet, les consommateurs nigériens dans leur majorité apprécient mieux la viande de la pintade, des poulets locaux que celle des poulets de chair (industriels). La demande en volaille d'une manière générale s'accroît pendant :

- le mois du jeun,

- les fêtes de Ramadan et de Tabaski,

- les cérémonies de mariage,

- les fêtes de fin d'année (Noël et Saint Sylvestre).

C'est surtout pendant ces occasions exceptionnelles que la demande en volaille est très forte et que toute personne se fait l'obligeance d'améliorer son menu quotidien.

1.2 L'offre nationale des produits avicoles

Aussi bien à Niamey que dans les autres principaux centres urbains, la place de l'aviculture informelle est très importante. Les quantités des produits ainsi commercialisées sont difficiles à évaluer. Toutefois, l'offre des produits avicoles comporte deux (2) principales

composantes :

- l'offre extérieure ou importation;

- l'offre nationale ou production locale : issue de la production des fermes locales.

1.2.1 L'analyse quantitative de l'offre

1.2.1.1 Les importations

Le Niger est un pays importateur de produits avicoles. En 2003, les importations d'oeufs et de

poulets selon les localités se repartissent20 comme suit (référence tableau dans l'annexe) : NB : Le poids vif à l'abattage d'un poulet est de 1,5 kilogrammes21 , alors la quantité importée est égale à 30500 / 1.5 = 20.333 têtes de poulets

1.2.1.2 Les productions nationales

Les productions nationales des poulets et des oeufs sur le marché nigérien sont évaluées dans

le tableau 5 présenté dans l'annexe.

20 Dr IDI Assoumane, GANDA IDE Ousseini ; Etats des lieux de l'aviculture intensive au Niger ; INRAN / Département Production Animale ; Niger ; 2006.

21 MAIZAMA Dambagi Gilbert, SANAKO Fatokoma, BEIDOU Adamou, GANAHI Abdou ; Repères pour un développement de la filière avicole moderne au Niger ; Ministère des Ressources Animales ; Niger ; 2003

44

1.2.2 L'analyse qualitative de l'offre

1.2.2.1 La concurrence

L'effectif des fermes avicoles modernes au Niger entre 2003 et 2006 se repartit comme suit

(voir annexe tableau 7).

* Sur les neufs (9) fermes recensées à Niamey, moins de 5 sont en activité car les importations des poussins ont été interdites depuis la fin de l'année 2005. La conséquence a été l'arrêt des activités de beaucoup de fermes.

** Les 3 aviculteurs de Zinder ont reformé (ou abattu) leurs volailles avant ou après le déclenchement de l'épizootie aviaire.

1.2.2.2 La gamme des produits avicoles

La gamme de produits avicoles disponibles sur le marché nigérien se repartit en deux (2)

catégories :

- les oeufs d'oiseaux (poules, pintades) : ce sont des produits nutritifs riches en acides aminés, vitamines ;

- la volaille (poulets de chairs, poulets locaux, pintades, canards, dindes,...). Mais le choix des produits par le projet est orienté vers la production des oeufs de consommation (activité principale) et celle des poulets de chairs (activité de soutien).

1.2.2.3 Les déterminants du prix des produits avicoles

Les prix des produits avicoles sont librement fixés sur le marché par la confrontation de

l'offre et de la demande.

Toutefois, nous remarquons généralement des variations des prix en fonction des :

- saisons : les prix de la volaille augmentent au cours des périodes de fête (Ramadan, Noël,..) et baissent dans les périodes normales et pendant la saison des pluies. Il est également des prix des oeufs qui diminuent pendant la période hivernale ;

- inter- annuelles : les prix de ces produits varient d'une année à l'autre en fonction des résultats des campagnes agricoles. L'alimentation de la volaille dépend dans une grande mesure de la production agricole.

45

1.2.3 Le plan marketing du projet

Les activités avicoles au Niger et tout particulièrement celles liées à la production des oeufs

de consommation et de la volaille sont passées de l'informel à un aspect moderne, d'où la difficulté d'effectuer une étude approfondie et de préconiser une stratégie marketing efficiente et efficace afin d'atteindre le marché cible. Il est indispensable pour concevoir la politique marketing, de définir la mission que le projet compte accomplir sur ce marché.

En effet, la mission essentielle du projet se résume à l'approvisionnement régulier du marché nigérien en oeufs de consommation et de la volaille à moindres coûts.

Pour réaliser cette mission, la stratégie de la production de masse sera mise en oeuvre par le projet.

1.2.3.1 Les caractéristiques des poulets de chair

Les oeufs et les poulets de chair sont des produits de grande consommation. C'est pourquoi, dans le comportement d'achat, les consommateurs s'intéressent à certaines variables comme le prix de vente et la qualité nutritive du produit. En effet, le consommateur nigérien apprécie mieux la viande de la pintade, des poulets locaux que le poulet de chair.

Dans cet ordre d'idée, le projet va arrêter une stratégie de la qualité en optant pour un élevage de type traditionnel et moderne. Cette méthode d'élevage permet également au cheptel (volaille) de bénéficier d'un complément nutritif en aliments naturels qui donne au poulet produit une qualité nutritive et gustative supérieure et appréciée par les clients potentiels .En plus, le consommateur nigérien préfère abattre sa volaille selon le rite religieux qui exige que l'abattage se fasse au regard de la Mecque; même si par ailleurs certains consommateurs (expatriés, fonctionnaires,...) ont une préférence pour la volaille abattue, plumée et vidée. Ainsi, les deux (2) types de produits de la volaille (vivante et abattue) seront mis en vente sur le marché.

1.2.3.2 Le prix des produits avicoles

Au Niger, les oeufs de consommation et les poulets sont considérés comme des produits de luxe à cause de la cherté des prix. Mais la monté du prix de la viande bovine, le contexte démographique (accroissement de la population) et l'augmentation des restaurants, des pâtisseries et des magasins d'alimentation ont favorisé la vente de la volaille dans les villes. Les prix de la volaille au niveau du marché sont très variés en fonction des périodes. Toutefois, cette variation de prix ne tient pas en compte malheureusement les coûts de production mais très souvent liés à la spéculation de certains vendeurs ou exploitants. En

46

revanche, les consommateurs sont très sensibles à toute variation de prix ou de qualité du produit. Un prix acceptable est un stimulant à la commercialisation des oeufs et de volaille. Pour pénétrer le marché, la stratégie « de prix de bas ou de pénétration » sera mise en oeuvre par le projet. Les prix des oeufs et de la volaille sont fixés de telles sortes qu'ils puissent être compétitifs sur le marché nigérien.

Cependant, des réductions et des délais de paiements de 30 jours sont accordées aux clients grossistes pour tout achat dépassant 300.000 FCFA dans le mois.

1.2.3.3 La distribution des produits avicoles

Le circuit de distribution des produits avicoles demeure informel. D'une manière générale, le système fonctionne selon le circuit suivant : grossiste- détaillant- consommateur. En plus, les détaillants ou vendeurs sont installés autour des marchés. La distribution des oeufs et de la volaille fraîche s'effectue rarement dans les magasins d'alimentation.

Afin d'éviter le circuit informel de la commercialisation, le projet a porté son choix sur un système de distribution sélective. Cette stratégie de couverture du marché repose sur l'application d'une méthode de proximité des points de vente au niveau des marchés et des grands axes de communication.

Dans une première approche, le projet s'appuie sur des distributeurs installés au niveau des marchés et des grands axes à Niamey. La mission essentielle de ces distributeurs consiste à mettre à la disposition des consommateurs de la volaille vivante ainsi que des oeufs de consommation. Ces distributeurs sont rémunérés par une commission en fonction des ventes réalisées.

Puis dans une seconde approche, les consommateurs ou les clients grossistes peuvent directement s'approvisionner au niveau du projet.

1.3.3.4 La communication du projet

Les consommateurs sont très exigeants à la nature des produits avicoles et très sensibles au prix des oeufs et de la volaille.

Dans le cadre du lancement de ces produits, la stratégie adoptée par le projet est de procéder à la publicité sur les lieux de vente en collant des affiches sur les parties visibles des points de vente afin d'attirer l'attention des consommateurs potentiels et de les informer sur le produit. Aussi, les vendeurs doivent être en mesure de renseigner et de satisfaire les clients qui veulent consommer ces produits.

47

En plus, le projet va engager une opération de promotion tous les six (6) mois sur le lieu de vente en mettant en place des tickets de jeu aux clients fidèles et passer a un tirage au sort. Cette démarche vise à favoriser la distribution physique des produits et à fidéliser la clientèle.

II. L'étude technique de la ferme avicole 2.1 La localisation du site du projet

La ferme sera située à la rive droite sur la route de Say à une vingtaine de kilomètres de Niamey. Le choix de cette zone se justifie pour plusieurs raisons :

- le climat est favorable du fait de la proximité des jardins au bord du fleuve ; - l'existence de réseaux de communication, d'électricité et d'eau ;

- l'abondance de la main d'oeuvre dans la zone ;

- l'existence d'un marché de consommation d'oeufs et de volaille à Niamey.

2.2 Le processus de production

Le projet de ferme avicole consiste à la production de deux (2) types de produits. Il s'agit de la production des poulets de chairs et celle des oeufs destinés à la commercialisation.

Au niveau des oeufs, le processus de production consiste à élever pour la première (1 ere) année des poulettes dont l'âge varie entre 3 et 4 semaines.

Dans un premier temps, le projet achète ces poulettes et après, lorsque l'entreprise aura fonctionné pendant une certaine période ; il produira lui même la matière première à partir des couveuses électriques. Le projet ne doit aucunement avoir une rupture de stock au niveau des matières premières et des produits consommables.

Au cours des années, les approvisionnements du projet des poussins seront faits à partir ni des pays voisins comme le Nigeria, le Ghana ou le Burkina Faso.

L'ensemble de la volaille (poussins et poules) sera élevé dans des poulaillers qui seront construits à cet effet. Elle recevra une alimentation équilibrée afin de couvrir les besoins de production et de croissance, la couverture sanitaire et prophylactique nécessaire ainsi que le suivi technique.

Les poulets de chair seront produits dans deux (2) poulaillers différents de 1500 sujets chacun et les pondeuses dans sept (7) poulaillers de 2500 sujets chacun.

2.2.1 Le cycle de production de la volaille

La croissance normale de la volaille est liée à une alimentation équilibrée mais également au manque de facteur de stress. Dans la production de la volaille et des oeufs, il est important de

connaître le cycle de production.

48

Les poulets de chair seront produits en bande de trois (3) mois chaque année y compris le délai de salubrité des poulaillers de 10 jours.

Pour les pondeuses, la durée du cycle de ponte est de 10 mois. Ainsi, ces pondeuses exploitées durant les 20 mois seront reformées à la fin de cette période. Au Niger, le nombre d'oeufs par pondeuse durant le cycle est estimé à 70 oeufs en 2004.

Mais, il faut préciser que cette production varie selon les périodes de l'année. Pendant la période de fraîcheur, la production mensuelle peut atteindre 80oeufs par pondeuse. Alors qu'en période chaude, cette production baisse et atteint 60oeufs par pondeuse.

Le cycle de production des poulets de chair et des oeufs s'établit comme suit :

2.2.2 Le régime alimentaire de la volaille

Les pondeuses et les poussins seront nourris sur la base d'une alimentation complète pouvant couvrir les besoins d'entretien, de croissance et de production et qui apportera en proportion convenable les différents minéraux acides aminés et vitamines indispensables.

Pour une poule adulte, il faut 100 à 120 grammes (g) d'aliment par jour. Chez les poussins, la consommation des aliments par sujet varie avec l'age et la race de volaille et surtout les objectifs de finition (poulets de chair ou oeufs). Ces consommations se composent en moyenne comme suit22 :


·

1er mois

15g /jour

 
 


·

2e

mois

40g /jour

 
 


·

3e

mois

55g /jour

 
 


·

4e mois

70g /jour

 
 


·

5e mois

85g /jour


·

6e mois

100g /jour


·

7e mois

75g /jour

L'alimentation de la volaille sera produite par le projet lui même. Selon les données de l'usine d'alimentation de bétail (UAB) de Niamey, l'alimentation de la volaille doit être composé des matières premières suivantes (référence tableau 8 de l'annexe)

22 OUMAROU Hassane ; Suivi technico- économique d'un élevage de poulets de chair ; mémoire de fin de cycle a la faculté d'agronomie de Niamey ; 1985

49

2.3 Les choix et les justifications techniques 2.3.1 Le choix des poussins

Le prix des poussins est très variable selon les pays en Afrique. Il est surtout plus bas dans les pays qui en produisent. Par exemple, le prix moyen de vente du poussin au Bénin en 2005 est de 550 FCFA pour le poulet de chair et 590 FCFA pour les poulets de ponte.

Mais, il est encore plus bas dans les pays comme le Nigeria ou le Ghana et tourne autour de 350 et 450 FCFA.

Depuis la fermeture de la station avicole de Goudel, les producteurs avicoles nigériens font recours à des importations de poussins en provenance des pays comme le Nigeria, le Ghana ou encore la France.

2.3.2 Le choix du type d'installations

Le projet opte pour des installations modernes. Le choix des installations est très important pour la réalisation et la pérennisation de l'activité.

2.3.2.1 Les bâtiments

Les bâtiments du projet sont constitués des bâtiments administratifs (bureau, magasin, local pour le gardien) et des bâtiments d'élevage (poulaillers). Ils sont de type matériaux définitifs et représentent un investissement à long terme. Ils sont composés de :

- neuf (9) poulaillers dont 2 poulaillers pour la production des poulets de chair avec une capacité de 1500 sujets chacun sur une aire de 150 m2. Par contre, les huit (7) autres poulaillers serviront à l'élevage des poules pondeuses pour une capacité de 2500 sujets sur une superficie de 450 m2 pour chaque poulailler ;

- deux (2) magasins dont l'un à 30m2 pour le stockage des produits finis avicoles et l'autre à 80m2 pour le stockage de l'alimentation des poulets ;

- deux (2) bureaux sur une superficie de 30m2 chacun soit au total 60m2 en matériaux définitifs ;

- un (1) logement pour le gardien sur une superficie de 15m2 en matériaux semi définitifs ;

- un (1) local servant de vestiaire et de toilettes dans le cadre de l'hygiène des manoeuvres et des techniciens pour éviter de véhiculer des parasites dans l'enceinte des poulaillers sur une aire de 6m sur 6m soit 3 6m2.

Le coût du m2 pour chaque poulailler s'élève à 8500 FCFA et pour les autres types de bâtiments (bureau, magasin,...) à 21500 FCFA.

50

Les poulaillers permettent de créer un environnement propice à l'élevage des volailles c'est-à- dire que répondent à leurs besoins sanitaires et physiologiques. Ils doivent respecter du point de vue technique les critères suivants :

- une température favorable à tout moment ;

- une aération du bâtiment ;

- une humidité.

2.3.2.2 Les équipements d'exploitation

La mise en place d'un élevage de la volaille nécessite un certain nombre d'équipements qui peuvent varier en quantité et en qualité suivant l'importance de l'investissement. L'équipement technique du projet avicole est constitué principalement de :

- une fabrique d'aliment (un broyeur et un mélangeur) :d'une capacité de production d'aliments de 2 ou 3 tonnes par heure;

- une couveuse- incubateur : de dimension 65×68×80 cm. Le retournement des oeufs dans la couveuse est entièrement automatique et celle- ci dispose d'un régulateur électronique de température et enfin une ventilation dynamique. Elle a une capacité de 600 oeufs ;

- un (1) véhicule type « bâché » de préférence une marque « Toyota » pour le transport des matières premières et la commercialisation des produits ;

- un (1) matériel de chauffage des poussins utilisé pendant la période de fraîcheur ;

- une (1) motopompe à moteur 4 temps : de débit maximum, de capacité de 58200 litres ou 58,2 cm3 et une hauteur de refoulement de 29 mètres au maximum;

- deux (2) balances servant à peser les aliments et la volaille ;

- Trois (3) éleveuses pour l'élevage des poussins ;

- un (1) groupe électrogène à essence, moteur 4 temps, une puissance maximale de 4,5 CV (3,4 kilowatts) à 3600 tr/ min avec un démarrage manuel ;

- des abreuvoirs automatiques distribuent en permanence de l'eau propre à la volaille. Des abreuvoirs sont utilisés en fonction de l'age de la volaille. La norme acceptée est un (1) abreuvoir 1er age pour 100 poules pour un age compris entre deux (2) et quatre (4) semaines d'une capacité de 2 litres d'eau chacun. Par ailleurs, elle est de 3 abreuvoirs (2eme age et en finition) siphoïdes pour un age au delà de 4 semaines d'une capacité de 10 litres23 ;

23 OUMAROU Hassane ; Suivi technico- économique d'un élevage de poulets de chair ; mémoire de fin de cycle a la faculté d'agronomie de Niamey ; 1985.

51

- des mangeoires : 8 mangeoires sous forme d'assiettes plastiques creuses d'une capacité de 2 kilogrammes chacun sont utilisés pour 500 poussins. Pour la grande volaille, 8 mangeoires siphoïdes ayant une capacité de 4 kilogrammes chacun servent à alimenter 500 poulets;

- des pondoirs sont confectionnés localement par les artisans. La norme au niveau des

poulaillers est de 1 nid pour 5 poules équivalant à un pondoir de 10 nids pour 50 poules.

2.4 Le programme de production prévisionnel

Pour les différents types de produits avicoles, le volume de production prévisionnel est déterminé en fonction de la demande du marché pour les trois (3) premières années. Pour la première (1ere) année, le niveau d'activité sera de 65%, ensuite 85% pour la deuxième (2e) année et finalement 100% à partir de la troisième (3e) année. Chez les

pondeuses, le taux de ponte moyen est de 72 oeufs par pondeuse pour un cycle de production de 10 à 12 mois.

Cependant, la production avicole comporte d'énormes risques liés aux pertes des poulets et des oeufs. Les taux de mortalité moyen chez les poules pondeuses sont de 9% et chez les poulets de chairs de 5%.

Par contre, au niveau des oeufs le taux de perte au niveau de la production varie entre 4 et 8% soit en moyenne 6 %. Pour ce taux, le projet décide de prendre 4 % en raison des techniques de ramassage à mettre en place.

Ainsi, le projet envisage de produire au cours de l'année de croisière (année 3) une quantité de 1698278 oeufs et environ 8000 poulets de chair.

2.5 Les besoins en alimentation de la volaille

Les besoins en aliments sont évalués selon les consommations journalières et l'age des poussins et des poulettes. Le projet doit produire une alimentation pour la volaille et ensuite vendre le restant sur le marché aux autres fermes avicoles.

Ainsi, les besoins annuels en aliments de la volaille sont évalués à partir de l'indice de consommation moyen des poules qui est égale à 0,0185 tonne par an et de la quantité de celles- ci.

52

2.6 Les besoins en produits vétérinaires et d'entretien

Ils sont nécessaires pour la prévention sanitaire des locaux et de la volaille

Les produits vétérinaires couvriront la prophylaxie contre les épizooties des volailles du projet à savoir :

- la pseudo peste aviaire et la variole aviaire ;

- les vers gastro- intestinaux ;

- les infections ;

- les vitamines et acides animés indispensables.

En effet, le projet doit mettre en place un programme de prophylaxie avec l'aide des techniciens.

III. L'analyse organisationnelle du projet 3.1 La forme juridique du projet

Pour la formalisation du projet, nous avons opté pour la création d'une société sous la forme juridique de Société Anonyme (S.A) dont les règles de constitution et de fonctionnement sont édictées au niveau de l'acte uniforme de l'OH ADA.

Ainsi, le choix d'une S.A résulte de plusieurs raisons :

- le besoin important des investissements par le projet,

- la recherche d'une certaine crédibilité auprès des institutions financières,

- la préservation du patrimoine des promoteurs en cas de faillite de l'entreprise, - l'accès au code des investissements.

Le capital social du projet s'élève à dix (10) millions FCFA. Il est repartit entre les actionnaires selon l'apport de chacun.

Dès la constitution du projet, les apports en nature doivent être entièrement libérés par les actionnaires. Par contre, les apports en numéraire doivent atteindre au moins un quart (1/4) du capital social libéré par les actionnaires.

3.2 L'organisation du projet

Dans son organisation, le projet est dirigé par deux (2) organes de décision (l'assemblée générale et le conseil d'administration) et d'un organe de gestion (direction générale). Cependant, cette analyse organisationnelle est orientée vers l'organe de gestion du projet. Ainsi, l'organisation et le fonctionnement du projet dépendent de l'adéquation de 2 facteurs :

- les ressources humaines ;

- les ressources matérielles.

53

3.2.1 Les ressources humaines du projet

Les ressources humaines sont composées des agents permanents et des agents temporaires. Ces agents sont recrutés en fonction de la mission et du niveau d'activité du projet.

3.2.1.1 La gestion des fonctions

Le processus d'organisation commence par la mise en place d'un organe de gestion. En effet, une entreprise définit des objectifs et se donne les moyens de les atteindre par la réalisation des activités. C'est pourquoi, la mission et les activités détermineront les fonctions à mettre en place. Cet organe de gestion est composé de :

- la Direction Générale : le Directeur Général peut être un salarié comme il peut être choisi parmi un des actionnaires. Il a pour mission d'assurer la gestion et de mettre en oeuvre la politique générale de l'entreprise. En plus, il prépare et exécute le programme des activités annuelles approuvées par le conseil d'administration. Le directeur général est l'ordonnateur du budget et veille à son exécution tant en recettes qu'en dépenses. Dans sa composition, la direction générale est dirigée par un directeur

général ayant sous sa responsabilité le secrétariat de direction, le chauffeur, le magasinier et enfin un agent de sécurité ;

- le Service Technique : ce service intervient d'une part dans les opérations de production des oeufs et de la volaille et d'autre part le suivi sanitaire Des infrastructures de l'entreprise. Il est constitué d'un technicien de l'élevage, de deux (2) agents techniques qui assurent le suivi zoo- sanitaire de la ferme et des manoeuvres ;

- le Service Commercial : ce service a pour mission la vente des produits du projet, la prospection des nouveaux clients et la mise en oeuvre du plan d'action marketing de l'entreprise. Il est composé d'un chef de ventes et des commerciaux ou revendeurs ;

- le Service Comptabilité : il a pour mission la tenue de la comptabilité, la préparation

des états financiers annuels, le paiement des salaires et la gestion de stocks des produits de l'entreprise. Ce service est dirigé par un chef comptable secondé par un assistant.

NB : L'intérim de la Direction Générale est assuré par le chef de service le plus ancien ou à tour de rôle lorsque les chefs de service ont la même durée dans l'entreprise de façon à éviter une discrimination. Par contre l'intérimaire de l'un des chefs de service est désigné par critère d'ancienneté dans l'entreprise.

54

3.2.1.2 L'organigramme du projet

L'entreprise est sous la direction d'un directeur général. En effet, il a sous sa responsabilité le

secrétariat, le chauffeur, les agents de sécurité et enfin le magasinier.

Par contre, les trois (3) services sont placés sous l'autorité directe du Directeur Général ayant chacun des agents subordonnés pour effectuer la mission qui leur est confiée.

Ainsi, l'organigramme se présentera comme suit :

Direction Générale

Secrétaire

Chauffeur

Magasinier

Service de la comptabilité
(Chef comptable)

Assistant comptable

Commerciaux ou vendeurs

Service Commercial
(Chef des ventes)

Service Technique
(Technicien chef)

Agents techniques

Manoeuvres

Figure 4 : organigramme du projet

3.2.1.3 Le plan d'emploi des agents

Pour mener à bien les activités qui incombent au projet de ferme avicole, le plan de l'emploi

des agents doit être établi. Ce plan est défini à partir de la mission et des activités du projet. Il permet de dégager le nombre, le profil (qualification) ainsi que la durée du contrat des agents recrutés par le projet (confère tableau).

3.2.2 La gestion des ressources matérielles

Les ressources matérielles du projet doivent être bien gérées afin que le projet puisse accomplir la mission qui lui est assignée. La gestion des ressources matérielles est déterminée au moyen des procédures définies dans un manuel.

55

Chapitre 2 : Evaluation financière et économique de la ferme avicole

Après avoir décrit le marché avicole, une étude technique a été ensuite effectuée pour finalement aboutir à une analyse de l'organisation au niveau du projet.

Ce chapitre présente d'une part l'analyse financière et d'autre part l'évaluation économique du projet de ferme avicole.

I. Etude financière du projet de ferme avicole

1.1 Les investissements

Lors de la réalisation du projet, les besoins en investissements révèlent essentiellement les

éléments suivants : les investissements des poussins et des poulettes, les investissements d'infrastructure, les investissements immobiliers, les investissements en matériels.

1.1.1 Les investissements immatériels

Les investissements immatériels sont constitués des frais de constitution et de démarrage (frais de lancement des produits) des activités du projet. La valeur est évaluée à 735.000 FCFA.

1.1.2 Les investissements d'infrastructure

Ils concernent essentiellement le terrain, les bâtiments et la clôture de protection.

1.1.2.1 Le terrain

Le projet de ferme avicole est aménagé sur un terrain d'une superficie de 6 hectares (ha).

Cette acquisition du terrain pourra se faire auprès de la collectivité locale ou des paysans. En effet, l'hectare de terrain dans cette périphérie de Niamey est évalué à 650.000 Fcfa soit au total 3900000 FCFA.

1.1.2.2 Les bâtiments d'exploitation

Outre l'acquisition du terrain, il est prévu de construire les bâtiments servant de bureau et

d'exploitation de la volaille par le projet mais également tous les travaux connexes (système d'évacuation de déchets de la volaille). La valeur estimative des bâtiments s'élève à 30230000 FCFA.

56

1.1.2.3 La clôture de protection

Le site du projet doit être entièrement clôturé pour éviter les intrusions des personnes et

surtout des animaux. Cette clôture sera faite en grillage sur une superficie de 6 hectare (ha) s'élève à 3.715.000 FCFA.

1.1.2.4 Les travaux de fonçage de puits

Il sera procédé à un fonçage d'un (1) puits pour l'approvisionnement en eau compte tenu des

besoins importants en eau. Ainsi, les capacités en eau du puits sont évaluées par jour en moyenne à 12m3. Cette eau sera recueillie et versée dans un bassin d'une capacité de 30m3 au moyen d'une pompe électrique. Le coût du fonçage et du terrassement du puits s'élève à 335.000 FCFA.

1.1.2 Les investissements en matériels

1.1.2.1 Les équipements avicoles

La valeur des équipements avicoles se chiffre à 12723700 FCFA.

1.1.2.2 Le matériel roulant

La valeur des matériels roulants (1véhicule et 2 motos) pour les activités du projet s'élève à

3.150000 FCFA.

1.1.2.3 Le matériel et mobilier de bureau

Les équipements de bureau comprennent les éléments suivants :

- deux (2) ordinateurs de bureau avec tous les accessoires d'une valeur globale de 650000 FCFA ;

- une (1) imprimante de type laser évaluée à 85000 FCFA ;

- un (1) bureau avec fauteuils d'une valeur de 225000 FCFA;

- une (1) armoire à dossier et deux (2) classeurs s'élèvent à 85000 FCFA; - deux (2) tables et cinq (5) chaises d'une valeur de 72500 FCFA;

- trois (3) calculatrices scientifiques pour une valeur totale de 21000 FCFA.

1.2 Le planning de réalisation des investissements

Le projet de ferme avicole acquiert de nombreux investissements surtout en infrastructures.

La mise en place de la majorité des investissements de l'entreprise débutera l'année 0.

Mais, compte tenu du nombre important des poulaillers à construire et du niveau de l'activité du projet à la première année d'exploitation, le projet construira des poulaillers susceptibles d'accueillir la quantité de volaille à produire dès l'année 0 soit alors 13000 poussins de ponte

57

et 3000 poussins de chair. En résumé, le projet va construire 2 poulaillers pour les poulets de chair et 5 poulaillers pour les pondeuses.

L'arrivée de la volaille doit coïncider avec la fin des travaux de construction des poulaillers. Les investissements des poulaillers restants seront réalisés au cours de la première (1 ere) année d'exploitation.

1.3 Les dépenses d'exploitations prévisionnelles

Les dépenses sont exécutées au cours de la réalisation des activités du projet avicole. Elles

sont nécessaires au démarrage des activités du projet et sont déterminées pour l'année de croisière (année 3) de l'exploitation.

1.3.1 Achat de poussins et de poulettes

Les poussins et les poulettes sont considérés comme les matières premières du projet. C'est pourquoi, l'acquisition de celle- ci est très capitale pour l'exploitation de la ferme avicole. Pour son exploitation, le projet envisage d'importer les poussins du Ghana qui demeure dans la zone comme le marché de volaille le plus compétitif.

Ainsi, la souche utilisée pour l'élevage des poulets de chair est la « Derco ». Le prix d'un poussin de chair jusqu'au site du projet est estimé à 750 FCFA. La valeur des poussins est estimée à 750000 FCFA

Par contre, la souche élevée pour la ponte est la « Harco ». Le prix d'un poussin de ponte

« Harco » dans l'optique d'exploitation s'élève à 900 FCFA. Le projet envisage de passer une commande de 13000 sujets dont 10000 poussins de ponte et 3000 poulettes équivalant respectivement à 900000 et 600000 FCFA soit 2000 FCFA l'unité de la poulette. Les poussins sont soumis aux taxes douanières à hauteur de 20 % du coût d'achat.

Les poulettes seront utilisées juste la première année d'exploitation pour des besoins de production des oeufs.

1.3.2 Achat de matières premières pour l'alimentation

Comme nous l'avons souligné, l'alimentation de la volaille sera fabriquée au niveau du site du projet. Aussi, les prix des matières premières fluctuent selon les périodes de l'année. C'est pourquoi les matières premières disponibles sont évaluées en tenant compte surtout des disparités de la saison. Les quantités d'aliments produites correspondent à celles de la consommation de la première année d'exploitation du projet.

58

Pour une quantité d'aliments de volaille de 50,7 tonnes, le coût global est de 6089754.45 FCFA soit 120113,5 FCFA la tonne. Parmi les matières premières à incorporer dans l'alimentation, la farine de poisson est un produit importé. Les droits de douane valent 20% du coût d'achat.

1.3.3 Achat de produits vétérinaires et d'entretien

L'acquisition des produits vétérinaires et d'entretien se fait par l'intermédiaire d'une entreprise locale. Ces produits vétérinaires sont importés et leur valeur pour l'année de croisière se chiffre à 3712500 FCFA. Les droits de douane s'élève a 35 % du coût d'achat.

1.3.4 Achat de fournitures consommables et autres

1.3.4.1 Electricité et eau

L'électricité est utilisée pour les besoins du projet. Il s'agit de l'électrification des bâtiments

et le fonctionnement de certains équipements (ordinateurs, couveuse, incubateur,..). La consommation moyenne mensuelle d'énergie est estimée à 3000 kilowatts par heure. Le tarif du kilowatt/ heure s'élève à 38,58 FCFA. Le coût de l'énergie est évalué à 115680 FCFA par mois soit dans l'année 1400000 FCFA.

Outre également l'utilisation de l'eau de puits, le projet se connecte au réseau de distribution d'eau pour les besoins d'alimentation des volailles. Sa consommation moyenne mensuelle est estimée à 40 m3 (mètre cube). Le prix du m3 est évalué à 420 FCFA soit au total 16800FCFA dans le mois équivalant à 201600 FCFA par an.

1.3.4.2 Carburant et lubrifiant

Les frais de consommation de carburant et de lubrifiant sont estimés sur la base du nombre de kilomètre parcouru.

L'utilisation du pétrole entre dans le fonctionnement des lampes à pétrole pour l'éclairage et le chauffage des poulaillers. Le montant du carburant et lubrifiant se chiffre à 3712500 FCFA à la troisième année.

1.3.4.3 Les emballages

Les emballages ou les alvéoles sont utilisés dans le cadre de la distribution des oeufs à la

clientèle. En effet, les oeufs sont placés dans les alvéoles puis stocker dans le magasin avant toute distribution sur le marché. Le prix d'achat de l'alvéole s'élève à 75 FCFA l'unité pour une quantité de 7500 unités soit 562500 FCFA.

59

1.3.4.4 La litière

La litière est constituée des balles du riz. Elle sert à isoler la volaille de leurs fientes. Son

épaisseur est de 15 centimètres (cm) au minimum. Dans chaque poulailler la norme est de 4 kilogrammes (kg) par m2. La quantité de litière est estimée à 16200 kg ou encore 16,2 tonnes. Le coût de cette litière est de 105 FCFA le kg soit au total 1250000 FCFA pour la 1 ere année et 1650000 FCFA pour les autres années.

1.3.4.5 Les fournitures de bureau

Les fournitures de bureau acquis par le projet sont les papiers, le toner pour imprimante, les

stylos, les enveloppes, etc.... Ils sont évalués chaque année à 60000 FCFA mais 50000 FCFA.

1.3.5 Les services extérieurs

1.3.5.1 Les frais d'assurance

Dans le cadre de ses activités, le projet va souscrire une police d'assurance pour le matériel

roulant auprès d'une société d'assurance. Le montant annuel de l'assurance est évalué à 92500 FCFA pour les matériels roulants (1 véhicule et 2 motos).

1.3.5.2 Les frais de publicité et de promotion

Le projet envisage d'effectuer des publicités et des promotions pour promouvoir ces activités.

C'est pourquoi, il intègre dans le budget global un montant égal à 0,5% des ventes annuelles comme frais de publicité et de promotion. Mais pour la première année, un montant de 165000 FCFA est dégagé pour le programme de publicités.

1.3.5.3 Les frais d'entretien et de réparation

La volaille est très sensible à l'environnement auquel elle appartient. C'est pourquoi, il est

important d'apporter un entretien particulier des poulaillers.

Chaque semestre (6 mois), un montant égal à 300000 FCFA est mis à la disposition du projet pour les entretiens et les réparations des poulaillers et du matériel d'exploitation soit au total 600000 FCFA. Ce coût s'élève à 450000 FCFA pour la première année d'exploitation.

1.3.5.4 Les frais de téléphone

Ils sont évalués par mois à un montant forfaitaire de 20000 FCFA soit dans l'année 240000

FCFA.

60

1.3.5.5 Les impôts et taxes

Il s'agit de la vignette annuelle pour le véhicule et du paiement des taxes communales liées à

l'activité du projet. En effet, ils sont évalués à 225000 FCFA chaque année.

1.3.5.6 Les salaires et charges de personnel

Les charges du personnel comprennent les salaires et les charges sociales. Pendant les

périodes intenses des activités, un recours à la main d'oeuvre temporaire des manoeuvres sera fait par le projet.

Les deux premières années d'exploitation, le nombre de personnel sera de 15 dont 5 manoeuvres. Par contre, à la 3e année le niveau des activités du projet va permettre de recruter 2 autres manoeuvres permanents.

Les manoeuvres temporaires seront recrutés en cas de besoins des activités pour une période moyenne de six (6) mois.

Les salaires des agents sont alors évalués à 13755000 FCFA dont 1515000 FCFA de charges sociales (personnel ayant un contrat avec le projet).

1.3.5. 7 Les amortissements techniques des matériels

L'amortissement technique se fera sur la base de la durée de vie des équipements en se

référant au taux d'amortissement applicable par l'administration fiscale du Niger. Ainsi, les éléments à amortir sont les suivants :

- les frais de constitution et de démarrage 4 ans

- les bâtiments 15 ans

- la clôture 10 ans

- la couveuse- incubateur 5 ans

- la fabrique d'aliment 8 ans

- le véhicule et les motos 5 ans

- le groupe électrogène 5 ans

- la motopompe 5 ans

- le matériel de chauffage 5 ans

- les éleveuses 5 ans

- les brouettes 3 ans

- les râteaux 3 ans

- les pelles 3 ans

- les pioches 3 ans

- les balances 5 ans

61

- les seaux plastiques 1 an

- les blouses 1 an

- les paires de botte 2 ans

- les mangeoires 6 ans

- les abreuvoirs 3 ans

- les pondoirs 5 ans

- l'ordinateur 3 ans

- l'imprimante 3 ans

- l'armoire à dossier 5 ans

- les tables et les chaises 5 ans

- les bureaux et fauteuils 5 ans

- les calculatrices 3 ans

1.4 Les recettes d'exploitations prévisionnelles

Les recettes d'exploitation prévisionnelles du projet sont déterminées en fonction du programme de production. A partir de l'année de croisière (3e année), les ventes des différents produits (poulets de chair, oeufs et fumiers) sont évalués à 163723080 FCFA.

1.5 L'analyse financière du projet avicole 1.5.1 L'analyse financière sommaire

Elle consiste à faire une évaluation financière très rapide du projet avicole à travers la détermination de l'échéancier des flux financiers au cours de huit (8) années d'exploitation.

1.5.1.1 Les coûts des investissements

Les coûts des investissements pour le projet avicole s'élèvent à 51222300 FCFA.

1.5.1.2 Le besoin en fonds de roulement (BFR)

Les besoins en fonds de roulement (BFR) du projet en année de croisière (année 3) sont

déterminés à partir des éléments suivants : achat des poussins et poulettes, achat de l'aliment, achat de produits vétérinaires, emballages (alvéoles), le salaire du personnel, les autres frais (énergie, eau, téléphone), les frais d'assurance et le carburant et lubrifiant.

Le montant du BFR du projet à la 3e année s'élève à 43130540,8 FCFA.

1.5.1.3 Le coût du projet

Il est calculé à partir coût des investissements et du besoin en fonds de roulement (BFR). Le

coût du projet est de 94352840,8 FCFA.

62

1.5.1.4 La détermination de l'échéancier des flux financiers du projet

L'exploitation du projet montre que les flux financiers sont négatifs pour les deux (2) premières années (y compris l'année 0 : investissement) respectivement de 48062300 et 62423771,19 FCFA.

Mais à partir de la 3e année d'exploitation, les flux financiers deviennent positifs respectivement de 2003482,65 ; 25199979 ; 41065894 ; 40026494 ; 38273394 et enfin 98787433 FCFA.

1.5.1.5 La rentabilité financière sommaire du projet

La rentabilité financière du projet avicole est déterminée à partir de la valeur actualisée nette (VAN) et du taux de rentabilité interne (TRI).

La valeur actualisée nette (VAN) sommaire du projet avicole pour les taux d`actualisation choisis donnent les valeurs suivantes :

- pour un taux d'actualisation de 20%, la VAN est égale a - 260394,3332 FCFA. Cette valeur est négative.

- par contre, le taux d'actualisation de 15% donne une VAN positive de 21040598,45 FCFA.

Par ailleurs, le taux de rentabilité interne (TRI) déterminé par le projet est de 19,9%.

1.5.2 L'analyse financière détaillée

A partir des données sur les dotations aux amortissements, le type de financement, le compte d'exploitation et le tableau d'équilibre des ressources et emplois, nous allons déterminer la rentabilité financière du projet.

1.2.5 1 Les dotations aux amortissements

Le montant des dotations aux amortissements se chiffre à 4584208 FCFA 1.2.5.2 Le plan de financement du projet

Tous les investissements du projet seront financés par un apport personnel des promoteurs a hauteur de 20% et un emprunt bancaire de 80%.

Ainsi, le besoin de financement du projet avicole se chiffre à 94352840,83 FCFA dont :

- Apport personnel (20%) : 18870568,17 FCFA

- Montant de l'emprunt (80%) : 75482272,67 FCFA

Les caractéristiques de l'emprunt bancaire définissent les éléments suivants :

- Taux d'intérêt : 10%

- Durée de l'emprunt : 7 ans

63

- Différent de remboursement : 1 an

Le document d'étude du projet sera soumis à une banque commerciale pour un financement.

1.5.2.3 Les soldes de gestion du compte d'exploitation prévisionnel

L'analyse des soldes intermédiaires de gestion permet de dégager des soldes positives au

niveau de la marge brute sur matières premières et de la valeur ajoutée durant toute la durée du projet.

En plus, cette analyse montre un résultat net (perte) et une capacité d'autofinancement (CAF) négatifs respectivement de - 24756251,98 et - 20172044 FCFA au cours de la première année d'exploitation du projet. Par contre, les résultats restent positifs durant toutes les autres années.

1.5.2.4 L'utilisation des ressources du projet en emplois

Les ressources du projet permettent de financer les emplois. A ce niveau, il faut retenir les

caractéristiques suivantes :

- les actionnaires reçoivent annuellement des dividendes à hauteur de 10% des capitaux

propres c'est à dire 1887056 FCFA à partir de la deuxième (2) année d'exploitation ; - le solde de trésorerie en début d'année du projet est négatif pour la 2e et 3e année

d'exploitation respectivement de - 11417431,1 et - 7445989 FCFA.

1.5.2.5 L'évaluation de la rentabilité des actionnaires

Cette rentabilité du point de vue des actionnaires est analysée comme suit :

- l'apport des promoteurs du projet se chiffre à 18870568,17 FCFA et en retour ils reçoivent chaque année des dividendes de 1887056 FCFA soit un total de 13209392 FCFA durant les 7 années d'exploitation ;

- si le taux d'actualisation est de 20%, le bénéfice actualisé net (VAN) des actionnaires

se chiffre à 28410353,8 FCFA contre -1457766,135 FCFA pour un taux de 40% ;

- le taux de rentabilité interne (TRI) des actionnaires s'élève à 37,81% pour les (huit) 8

années d'exploitation du projet.

64

II. Etude économique de la ferme avicole

L'étude économique va porter sur l'analyse des effets ou les changements apporter par les

activités du projet dans l'environnement. Ainsi, il s'agit de déterminer à partir de la situation de référence et de la situation ex- post du projet les effets directs et indirects.

2.1 L'estimation de la situation de référence

La demande des oeufs est actuellement satisfaite par la production locale mais également par

des importations des pays voisins (Burkina Faso et Nigeria).

La mission essentielle de notre projet avicole est de substituer les importations par une production locale.

Ainsi, l'hypothèse selon laquelle sans le projet la demande serait satisfaite par les importations des oeufs d'une quantité correspondant à 1698278 et que les poulets de chair de 8000 unités.

Le prix unitaire de l'unité toutes taxes comprises est 100 FCFA dont 25% de droits de douane c'est à dire 25 FCFA par oeuf importé.

Par ailleurs, le prix d'un poulet de chair importé s'élève à 2400 FCFA dont 25 % de droits de douane soit 600 FCFA par unité.

Ainsi, les importations CAF des produits avicoles (oeufs et poulets de chair) se chiffre à 122868096 FCFA et 66159744 FCFA de droits de douane pour l'Etat.

2.2 Les effets du projet de ferme dans l'environnement L'exploitation de la ferme avicole va créer les effets suivants :

- les effets directs résultant du compte d'exploitation prévisionnel du projet : 106689625 FCFA ;

- les effets indirects dérivant du compte d'exploitation des entreprises en amont du projet : 3152077,5 FCFA.

De même le projet va dégager dans l'économie une valeur ajoutée globale de 77909020.8 FCFA repartit respectivement entre les agents économiques suivant :

- pour les salariés (nationaux et expatriés) un montant de 14972297,48 FCFA ;

- pour l'Etat sous forme de paiement d'impôt un montant équivalant à 22935638,5

FCFA. En plus, l'administration fiscale va perdre 43224105,5 FCFA en droits de

douane sur les produits avicoles importés ;

- pour les banques et les assurances, un montant de 7286986,89 FCFA ;

- pour les entreprises, elles se partagent 40382099 FCFA.

65

La valeur ajoutée supplémentaire (VAS) créée par le projet se chiffre à 30652060,8 FCFA alors que le montant de la valeur ajoutée supplémentaire intérieure (VASI) se chiffre à 120626459 FCFA.

Par ailleurs, les économies réalisées par les consommateurs du fait des activités de la ferme avicole s'élèvent à 89974398,6 FCFA.

2.3 La rentabilité économique du projet

La rentabilité économique de la ferme est calculée a partir du rapport entre la VAS et

l'investissement (I) global. Ainsi, le taux de rentabilité économique (TRE) du projet est égal à 108 %.

A ce niveau, on note un TRE très élevé à cause d'une forte valeur ajoutée créée par le projet dans l'environnement.

66

RECOMMANDATIONS

L'étude détaillée a permis d'élaborer un certain nombre d'études pour appréhender la rentabilité et la viabilité du projet avicole. Cependant, il nous revient de signaler les insuffisances et les difficultés lors de l'élaboration de cette étude en vue de proposer des recommandations concrètes. Ainsi, les difficultés concernent particulièrement la collecte et la disponibilité de données primaires économiques, techniques et commerciales du secteur avicole. C'est un élevage de volaille dominé par la filière traditionnelle. C'est pourquoi, les données économiques et statistiques sont difficiles à obtenir au niveau du Ministère de l'élevage et des ressources animales.

En plus, la filière avicole moderne a connu un ralentissement de ses activités résultant des mesures prises par les pouvoirs publics du Niger pour lutter contre la grippe aviaire. De ce point de vue, nous n'avons pas pu rencontrer les propriétaires de fermes pour recueillir leur avis sur les potentialités et les contraintes de cette filière.

Une fois, l'étude de projet d'installation de ferme avicole terminée, il est important d'analyser les résultats des différentes études et de formuler des recommandations pour tirer la meilleure rentabilité et la pérennisation du projet.

I. L'étude commerciale

Les oeufs et les poulets sont des produits de grande consommation. La filière avicole au Niger est dominée par le circuit traditionnel et les consommateurs nigériens ont une préférence pour les poulets naturels. Il est proposé pou atteindre les clients de privilégier l'approche « client ». De ce fait, il est nécessaire de recueillir les informations sur les exigences des consommateurs et surtout de travailler dans le changement des comportements des clients pour les pousser à consommer les poulets de chair.

Il s'agira pour les dirigeants du projet de mettre en oeuvre une stratégie marketing des produits avicoles axée sur des clients ciblés. Dans un environnement concurrentiel, ils doivent s'inscrire dans la fidélisation de leurs clients. Des séances de promotion et de publicités sur le lieu de vente doivent être menées au moment des fortes demandes des produits avicoles pour attirer les clients.

67

II. L'étude technique

Les volailles sont soumises aux pressions de différents agents pathogènes : les virus, les bactéries et les parasites. Ces pathogènes sont courantes et peuvent entraîner des chutes de production et des mortalités chez les volailles. A ce niveau, il faut opter pour des conditions d'élevage rigoureux et efficace à travers :

- une alimentation saine et équilibre ;

- une ventilation normale des poulaillers ;

- un respect des normes de densité permettant d'abaisser la pression parasitaire au niveau des volailles ;

- un nettoyage permanent des équipements et des poulaillers ;

- un programme détaillé annuel de prophylaxie des volailles.

En plus, l'approvisionnement du projet en poussins se fera à partir Ghana. Il s'agira de mettre en place un système de gestion de stock solide pour éviter les retards de livraison ou les ruptures de stocks.

III. L'étude organisationnelle Lors du recrutement du personnel, il faut privilégier un appel à candidature.

Parallèlement à l'entretien des poulaillers et des équipements, le projet doit prévoir au niveau des agents manoeuvres le recrutement de trois (3) femmes. En effet, les femmes sont plus aptes à la propreté des locaux. Les activités courantes du projet et les procédures doivent être consignées dans un manuel. Du respect de ces procédures dépend la bonne marche du projet. Pour répondre aux attentes des clients, le projet doit développer une réactivité et une compétitivité. C'est pourquoi, la gestion des ressources humaines est considérée comme un levier d'action d'ou la nécessité d'établir des programmes de formation pour adapter les agents aux exigences de la clientèle et aux techniques avicoles.

IV. L'étude financière Les résultats de l'analyse financière du projet indiquent qu'au cours de la 2e et 3e année, la

trésorerie est négative respectivement -11417431,1 et - 7445989 FCFA. Dans ce cas précis, les promoteurs peuvent recourir soit à un découvert bancaire ou soit à un augmentation de leur apport.

En plus, les dépenses en aliments de volaille et en produits vétérinaires représentent 75,9 % de toutes les dépenses d'exploitation de la ferme avicole. Ainsi, il est important de rechercher des méthodes ou moyens permettant de réduire les coûts de l'alimentation.

68

Conclusion

En définitive, notre étude de faisabilité a porté sur l'installation d'une ferme moderne avicole au niveau de la localité de Niamey.

Pour ce faire, notre étude a été axée dans une première partie sur la revue documentaire présentant ainsi la notion de projets, le cycle de vie du projet et enfin les etapes de préparation de celui- ci. A travers ces notions, un modèle de conception a été mis en place pour évaluer la rentabilité et la pérennisation du projet.

Ensuite, une seconde partie a permis de présenter les résultats des différentes études (commerciale, technique, organisationnelle, financière et économique) du projet. Ces résultats ont aboutis à la détermination des indicateurs de la rentabilité financière et économique de la ferme avicole.

Pour aboutir aux résultats financiers et économiques nous avons procédé à une analyse commerciale, technique, organisationnelle et financière pour déterminer les indicateurs suivants :

- la demande des oeufs et des poulets de chair respectivement de 17054575 unités et 1656728 kg est supérieure à l'offre de ces produits respectivement de 16339140 unités et 1575604 kg ;

- l'approvisionnement du projet en poussins se fera à partir Ghana,

- pour des raisons d'économies, le projet décide de produire sa propre alimentation pour la volaille en s'équipant des matériels performant ;

- le statut juridique opté par les dirigeants est la société anonyme (S.A) avec un capital de 10000000 FCFA ;

- le nombre d'agents prévisionnel est de 15 permanents et 3 temporaires,

- la société est dirigée par un Directeur Général ayant sous sa responsabilité le chef de vente, le chef de technique chargé de la production et le comptable ;

- le coût du projet se chiffre à 94352840,83 FCFA dont 18870568,17 FCFA de capitaux propres et 75482272,67 FCFA d'emprunt bancaire.

Ensuite, une évaluation a été faite pour déterminer la rentabilité financière et économique du projet à travers les indicateurs suivants :

- le TRI des actionnaires s'élève à 37,81 %,

- la VAS pour un montant de 30652060,8 FCFA,

- le TRE se chiffre à 108%.

69

Par ailleurs, on pourrait retenir que le secteur avicole nigérien est dominé pratiquement par la production traditionnelle. En plus, depuis 2006 ce secteur est en léthargie à la suite des mesures (interdiction d'importer les poussins) prises par les autorités pour lutter contre la grippe aviaire sur l'ensemble du pays. Par conséquent, beaucoup de fermes ont dus cesser les activités de production. Aujourd'hui, c'est la relance des activités au niveau du secteur.

En effet, le projet de ferme avicole présente à l'heure actuelle une opportunité pour les promoteurs de conquérir ce marché. Dans un tel environnement, il pourrait très rapidement attirer et fidéliser les clients.

Mais comme toutes les études de faisabilité de projet, les données commerciales et financières peuvent évoluer dans le temps et dans l'espace. Lors de l'installation de la ferme avicole, les promoteurs doivent corriger ces données afin de refléter la réalité actuelle.

70

Bibliographie

Ouvrages

1. BRIDIER Manuel, SERGE Michailof ; Guide pratique d'analyse de projets : Evaluation et choix des investissements ; Economica - 5e Edition

2. COURRENT Jean Marie, SAMMUT Sylvie ; Elaborer son dossier financier de création ; Paris ; Dunod ; 2002

3. CABONEL Martine, RENAUD Jean ; Etude de faisabilité d'un projet ; France ; Association Française de Normalisation ; 2003

4. DAYAN.A et al ; Manuel de gestion ; vol 1 et 2 ; Universités Francophones- AUF ; 1999

5. FROHLICH. E.A, HAWRANER.P.M ; Manuel pour les petites entreprises industrielles : Conception et évaluation des projets ; Vienne ; ONUDI ; 1997

6. PAPIN Robert ; Stratégie pour la création d'entreprise : création et développement ; Paris ; Dunod ; 2003

7. MASSOL Jean Luc; Construisez vos comptes prévisionnels : le dossier financier complet ; Paris ; Editions APCE, Editions d'Organisations ; 1999

8. GORRE Philippe ; Guide du créateur d'entreprise ; Paris ; Chotard et Associés ; 1992

9. O'SHAUGHNESSY Wilson ; La faisabilité de projet : une démarche vers l'efficience et l'efficacité ; Trois -Rivières ; les Editions SMG ; 1992

10. SAMB Codou, LO Alassane ; Manuel du créateur d'entreprise ; Paris ; Chotard et Associés ; 1997

11. LEGER -JARNIOU Catherine ; Réaliser l'étude de marché de son projet d'entreprise ; Paris ; Dunod ; 2004

12. BOUQUEREL Fernand ; L'étude de marché au service des entreprises ; Paris ; PUF ; 1997

13. Kotler, Dubois, Delphine Manceau, Marketing Management ; Nouveaux horizons ; 11e édition ; Paris ; 2003.

71

Codex

14. AHMADOU Traoré ; Codex « Analyse et évaluation des projets » DESS - GP/ Dakar ; Cesag ; 2007.

Mémoires

15. GODONOU-DOSSOU Serge ; Projet de création d'un centre High Tech de l'information et de la communication ; Cesag ; 2000

16. LEYE Serigne Mamadou Bousso ; Projet d'installation d'une ferme moderne de production et de conditionnement de lait à Mboro dans le département de Thiès ; Cesag ; 2004

Rapports et documents

17. Dr IDI Assoumane, GANDA IDE Ousseini ; Etats des lieux de l'aviculture intensive au Niger ; INRAN / Département Production Animale ; Niger ; 2006.

18. Dr NDIAYE Saliou, Dr OUENDEBA Botorou, Pr SANDERS John ; La production avicole intensive au Sénégal : problématique de l'alimentation et place du sorgho ; INTSORMIL : USAID ; Dakar.

19. MAIZAMA Dambagi Gilbert, SANAKO Fatokoma, BEIDOU Adamou, GANAHI Abdou ; Repères pour un développement de la filière avicole moderne au Niger ; Ministère des Ressources Animales ; Niger ; 2003.

20. BEBAY Charles ; Première évaluation de la structure et de l'importance du secteur avicole commercial et familial en Afrique de l'Ouest ; FAO ; 2006.

21. Document de relance du secteur de l'élevage ; Ministère de l'élevage ; Niger ; 2002.

22. OUMAROU Hassane ; Suivi technico- économique d'un élevage de poulets de chair ; mémoire de fin de cycle à la faculté d'agronomie de Niamey ; 1985

72

TABLE DES MATIERES

Introduction 1

Présentation de l'étude 2

1. Problématique 2

2. Objet de l'étude 5

3. Objectifs de l'étude 5

3.1 Objectif général 5

3.2 Objectifs spécifiques 5

4. Intérêts de l'étude 5

5. Délimitation du champ de l'étude 6

6. Démarche de l'étude 6

7. Plan de l'étude 7

Partie I : Cadre théorique et contextuel de l'étude de projet 9

CHAPITRE 1 : Cadre conceptuel de projet 9

I. Les concepts lies au projet 9

1.1 Définitions de la notion de projets 9

1.2 Les caractéristiques des projets 9

1.3 Les étapes du cycle de vie de projet 10

1.3.1 L'identification 10

1.3.2 La préparation 10

1.3.3 L'appréciation (l'évaluation ex-ante) 10

1.3.4 La sélection et la négociation 10

1.3.5 L'exécution ou le déroulement 10

1.3.6 L'évaluation ex-post (terminale et rétrospective) 11

II. Les étapes de la préparation de projet 11

2.1 L'étude de marché 11

2.1.1 Les étapes de l'étude de réalisation de marché 12

2.1.2 La segmentation de marché du produit 12

2.1.3 L'évaluation de la demande du produit 13

2.1.3.1 Les méthodes de prévision qualitative 13

2.1.3.2 Les méthodes de prévision quantitative 13

2.2.4 L'analyse de l'offre 14

2.2.4.1 L'analyse de l'offre du produit 14

2.2.4.2 L'analyse de la concurrence 14

2.2.4.3 La détermination de la part de marché 14

2.2.5 L'élaboration de la politique commerciale du projet 14

2.2.5.1 La politique de produit 14

2.2.5.2 La politique de prix 15

2.2.5.3 La politique de distribution 15

2.2.5.4 La politique de communication 15

2.2 L'étude technique de projet 15

2.2.1 Le choix de la technologie et du processus de production 16

2.2.2 Le choix de la localisation du site du projet 16

2.2.3 L'étude des besoins en intrants et autres moyens 16

2.2.4 L'évaluation des coûts 16

2.2.4.1 Les coûts des investissements 17

2.2.4.2 Les coûts d'exploitation 17

73

2.2.5 Le calendrier de réalisation des investissements 17

2.2.6 Les insuffisances des dossiers techniques de projet 17

2.3 Les études institutionnelle et organisationnelle de projet 17

2.3.1 L'analyse institutionnelle de projet 18

2.3.2 L'analyse organisationnelle de projet 18

2.3.2.1 La structure de l'organisation du projet 18

2.3.2.2 L'organisation des procédures et des instruments 19

2.3.3 La description des fonctions 19

2.4 Les études sociale et environnementale d'un projet 19

2.4.1 L'analyse sociale de projet 19

2.4.2 L'analyse environnementale de projet 19

2.5 L'analyse financière de projet 20

2.5.1 L'analyse financière sommaire (AFS) 20

2.5.1.1 Les étapes de réalisation de l'AFS 21

2.5.1.1.1 Le tableau des investissements et renouvellements 21

2.5.1.1.2 Estimation du besoin en fonds de roulement (BFR) 21

2.5.1.1.3 Estimation des dépenses et des recettes d'exploitation prévisionnelles 21

2.5.1.1.4 Le tableau de l'échéancier des flux financiers (EFF) 22

2.5.1.2 Les critères d'évaluation de la rentabilité des projets 22

2.5.1.2.1 Les techniques non fondées sur l'actualisation 22

2.5.1.2.2 Les techniques fondées sur l'actualisation 22

2.5.2 L'analyse financière détaillée (AFD) 23

2.5.2.1 Le tableau prévisionnel des amortissements 23

2.5.2.2 Le tableau de l'échéancier de remboursement de l'emprunt 24

2.5.2.3 Le compte de résultat prévisionnel 24

2.5.2.4 Le tableau d'équilibre des ressources et emplois de fonds 24

2.5.2.5 Le calcul de la rentabilité financière du projet 24

2.5.2.6 Les tests de sensibilité 25

2.6 L'étude économique de projet 25

2.6.1 La méthode de prix de référence 26

2.6.1.1 La démarche d'évaluation par la méthode de prix de référence 26

2.6.1.2 La démarche de calcul de prix de référence 26

2.6.1.3 Le calcul de la rentabilité économique du projet 27

2.6.2 La méthode des effets 27

2.6.2.1 Définitions et classification des effets 27

2.6.2.2 La démarche d'évaluation par la méthode des effets 28

2.6.2.3 Les techniques de mesure des effets d'un projet 28

2.6.2.3.1 L'utilisation du Tableau Entrée- Sortie (TES) 28

2.6.2.3.2 La remontée des chaînes de production 28

2.6.2.4 Le calcul de la rentabilité économique 29

2.6.2.4.1 Les critères de rentabilité globaux 29

2.6.2.4.2 Les critères spécifiques fondés sur la VAS 29

2.6.2.5 La prise en compte des autres effets du projet 30

CHAPITRE 2 : Cadre contextuel et méthodologie de l'étude de projet 31

I. Contexte du projet 31

II. Justification du projet 33

III. Conception d'un modèle d'analyse de projet 33

3.1 Question de recherche 33

3.2 Hypothèse de l'étude 33

3.3 Définition des variables de l'étude 34

74

3.3.1 Les variables explicatives 34

3.3.2 La variable à expliquer 34

3.4 La construction du modèle d'analyse 34

3.4.1 Les indicateurs des variables 34

3.4.2 Présentation du modèle d'analyse 36

3.5 La méthodologie de l'étude 38

3.5.1 Les approches méthodologiques de recherche 38

3.5.2 Les instruments de recherche d'informations 38

3.5.3 Le choix de la ferme avicole 39

3.5.4 Les méthodes de recueil des données 39

Partie II : Etude de faisabilité d'installation de ferme avicole 41

CHAPITRE 1 : Présentation des études préalables à l'installation d'une ferme avicole 41

I. L'analyse du marché avicole 41

1.1 La demande nationale des produits avicoles au Niger 41

1.1.1 Analyse quantitative de la demande des produits avicoles 42

1.1.1.1 Evaluation de la demande d'oeufs 42

1.1.1.2 Evaluation de la demande de volaille 42

1.1.2 Analyse qualitative de la demande 43

1.1.2.1 La nature de la clientèle 43

1.1.2.2 La fréquence des achats des produits avicoles 43

1.2 L'offre nationale des produits avicoles 44

1.2.1 L'analyse quantitative de l'offre 44

1.2.1.1 Les importations 44

1.2.1.2 Les productions nationales 44

1.2.2 L'analyse qualitative de l'offre 45

1.2.2.1 La concurrence 45

1.2.2.2 La gamme des produits avicoles 45

1.2.2.3 Les déterminants du prix des produits avicoles 45

1.2.3 Le plan marketing du projet 46

1.2.3.1 Les caractéristiques des poulets de chair 46

1.2.3.2 Le prix des produits avicoles 46

1.2.3.3 La distribution des produits avicoles 47

1.3.3.4 La communication du projet 47

II. L'étude technique de la ferme avicole 48

2.1 La localisation du site du projet 48

2.2 Le processus de production 48

2.2.1 Le cycle de production de la volaille 48

2.2.2 Le régime alimentaire de la volaille 49

2.3 Les choix et les justifications techniques 50

2.3.1 Le choix des poussins 50

2.3.2 Le choix du type d'installations 50

2.3.2.1 Les bâtiments 50

2.3.2.2 Les équipements d'exploitation 51

2.4 Le programme de production prévisionnel 52

2.5 Les besoins en alimentation de la volaille 52

2.6 Les besoins en produits vétérinaires et d'entretien 53

III. L'analyse organisationnelle du projet 53

3.1 La forme juridique du projet 53

3.2 L'organisation du projet 53

3.2.1 Les ressources humaines du projet 54

75

3.2.1.1 La gestion des fonctions 54

3.2.1.2 L'organigramme du projet 55

3.2.1.3 Le plan d'emploi des agents 55

3.2.2 La gestion des ressources matérielles 55

CHAPITRE 2 : Evaluation financière et économique de la ferme avicole 56

I. Etude financière du projet de ferme avicole 56

1.1 Les investissements 56

1.1.1 Les investissements immatériels 56

1.1.2 Les investissements d'infrastructure 56

1.1.2.1 Le terrain 56

1.1.2.2 Les bâtiments d'exploitation 56

1.1.2.3 La clôture de protection 57

1.1.2.4 Les travaux de fonçage de puits 57

1.1.3 Les investissements en matériels 57

1.1.3.1 Les équipements avicoles 57

1.1.3.2 Le matériel roulant 57

1.1.3.3 Le matériel et mobilier de bureau 57

1.2 Le planning de réalisation des investissements 57

1.3 Les dépenses d'exploitations prévisionnelles 58

1.3.1 Achat de poussins et de poulettes 58

1.3.2 Achat de matières premières pour l'alimentation 58

1.3.3 Achat de produits vétérinaires et d'entretien 59

1.3.4 Achat de fournitures consommables et autres 59

1.3.4.1 Electricité et eau 59

1.3.4.2 Carburant et lubrifiant 59

1.3.4.3 Les emballages 59

1.3.4.4 La litière 60

1.3.4.5 Les fournitures de bureau 60

1.3.5 Les services extérieurs 60

1.3.5.1 Les frais d'assurance 60

1.3.5.2 Les frais de publicité et de promotion 60

1.3.5.3 Les frais d'entretien et de réparation 60

1.3.5.4 Les frais de téléphone 60

1.3.5.5 Les impôts et taxes 61

1.3.5.6 Les salaires et charges de personnel 61

1.3.5.7 Les amortissements techniques des matériels 61

1.4 Les recettes d'exploitations prévisionnelles 62

1.5 L'analyse financière du projet avicole 62

1.5.1 L'analyse financière sommaire 62

1.5.1.1 Les coûts des investissements 62

1.5.1.2 Le besoin en fonds de roulement (BFR) 62

1.5.1.3 Le coût du projet 62

1.5.1.4 La détermination de l'échéancier des flux financiers du projet 63

1.5.1.5 La rentabilité financière sommaire du projet 63

1.5.2 L'analyse financière détaillée 63

1.2.5 1 Les dotations aux amortissements 63

1.2.5.2 Le plan de financement du projet 63

1.5.2.3 Les soldes de gestion du compte d'exploitation prévisionnel 64

1.5.2.4 L'utilisation des ressources du projet en emplois 64

1.5.2.5 L'évaluation de la rentabilité des actionnaires 64

76

II. Etude économique de la ferme avicole 65

2.1 L'estimation de la situation de référence 65

2.2 Les effets du projet de ferme dans l'environnement 65

2.3 La rentabilité économique du projet 66

Recommandations 67

I. L'étude commerciale 67

II. L'étude technique 68

III. L'étude organisationnelle 68

IV. L'étude financière 68

Conclusion 69

Bibliographie 71

Table de matieres 73

Annexes 77

ANNEXES

77

Produits

Localité

OEufs (unité)

Poulets (tonnes)

Niamey

8.733.090

15,80

Dosso

39.000

-

Tahoua

759.600

-

Maradi

994.200

-

Zinder

748.800

-

Agadez- Tchirozerine

105.600

-

Arlit

538.200

14,70

Totaux

11.918.490

30,50

Tableau 4 : importations d'oeufs et de poulets de chair

Produits

Localités

OEufs (ferme moderne) (unité)

Poulets modernes (tête)

Poulets et pintades locaux (tête)

Niamey

1889100

15794

585104

Dosso

276000

1500

31200

Tahoua

300000

2000

374400

Maradi

1800000

12000

456300

Zinder

125550

1417

Nd

Agadez- Tchirozerine

30000

-

28080

Arlit

-

-

47476

Totaux

4420650

32711

1522560

Tableau 5 : productions nationales d'oeufs et de volaille

Produits

Rubrique

OEufs (unité)

Volaille (poulets+pintades)

Production nationale

4420650

1555271

Importation

11918490

20333

Total

16339140

1575604

Tableau 6 : résumé de l'offre d'oeufs et de volaille

Nombre de fermes

Localités

2003

2006

Niamey

13

9*

24 Données du Ministère de l'élevage et des ressources

78

Dosso

1

0

Maradi

2

1

Zinder

1

3**

Tahoua

2

0

Tchirozerine

1

0

Total

20

13

Tableau 7 : nombre de fermes au Niger entre 2003 et 2006

Matières premières

1er AGE

2e AGE et Finition

%

Quantité /Kg

%

Quantité /Kg

Mais ou sorgho

51

510

56

560

Tourteau d'arachide

14

140

10

100

Son de blé

10,3

103

8

80

Son du riz

16

160

10

100

Farine de viande

2

20

2,5

25

Farine de sang

2

20

3

30

Farine de poisson

1

10

0

0

Poudre d'os

2

20

2,1

21

Sel

0,45

4,5

0,4

4

Calcaire

1

10

7,65

76,5

Vitamine

0,15

1,5

0,15

1,5

Lysine

0,05

0,5

0,10

1

Méthionine

0,05

0,5

0,10

1

TOTAL

100

1000

100

1000

Tableau 8 : composition de l'alimentation de volaille Source : UAB (Niamey)

Fonctions

Postes

de travail

Effectif prévu

Durée

Profil

Permanents

Saisonniers

d'emploi

25 MAIZAMA Dambagi Gilbert, SANAKO Fatokoma, BEIDOU Adamou, GANAHI Abdou ; Repères pour un développement de la filière avicole moderne au Niger ; Ministère des Ressources Animales ; Niger ; 2003

26 OUMAROU Hassane ; Suivi technico- économique d'un élevage de poulets de chair ; mémoire de fin de cycle a la faculté d'agronomie de Niamey ; 1985

79

Direction Générale

Directeur 1

3 ans

(Gestionnaire)

Secrétaire

1

 

12 mois renouvelables

Assistant de direction

Chauffeur

1

 

12 mois renouvelables

Permis B avec 5 ans

d'expérience

Agents de sécurité

2

 

12 mois renouvelables

Expérience de 5 ans exigée

Magasinier

1

 

12 mois renouvelable

Niveau BEPC

Service Comptabilité

Chef comptable

1

 

2 ans renouvelables

BTS en comptabilité

Assistant

1

 

12 mois renouvelable

BEP en comptabilité

Service Technique

Chef Technique

1

 

2 ans renouvelables

Technicien de production animale

Techniciens

1

 

2 ans renouvelables

Agents techniques

Manoeuvres

3

3

12 mois renouvelables

 

Service Commercial

Chef de ventes

1

 

2 ans renouvelables

BTS en marketing

Vendeurs

1

 

2 ans renouvelables

Niveau BAC

Total des effectifs

 

15

3

 
 

Tableau 9 : planification des emplois du projet

80

Rubrique

Quantité

Prix unitaire

Montant

Non valeurs: frais de constitution

1

 

330000

Frais de démarrage de publicité

1

 

165000

Terrain

1

 

3900000

Bureau et Magasin

1

 

4730000

Poulaillers

8

 

27200000

Clôture du projet

1

 

2450000

Fonçage de puits

1

 

335000

Couveuse- incubateur

1

585000

585000

Fabrique d'aliments

1

1765000

1765000

Groupe électrogène

1

225000

225000

Mangeoires 1er age

640

1700

1088000

Mangeoires 2eme age

1150

2250

2587500

Abreuvoirs 1er age

240

1500

360000

Abreuvoir 2eme age

720

1500

1080000

Pondoirs avec ouverture arrière

70

34000

2380000

Brouettes

5

22500

112500

Pelles

6

3700

22200

Râteaux

6

2500

15000

Pioches

6

2500

15000

Balance pour peser la volaille

2

25000

50000

Balance pour peser les aliments

1

60000

60000

Paires de bottes

6

5000

30000

Eleveuses

2

150000

300000

Seaux plastiques

12

800

9600

Motopompe et équipement

1

265000

265000

Blouses bleus et blanches

12

2000

24000

ordinateurs

2

325000

650000

imprimante

1

85000

85000

Bureau et fauteuils

1

225000

225000

armoire a dossier et classeurs

 
 

85000

Tables et chaises

 
 

72500

Calculatrices

3

7000

21000

Total

 
 

51222300

Tableau 10 : montants prévisionnels des investissements

81

Valeur des Bâtiments

Rubriques

Nombre

Capacité par

poulailler

Superficie (m2)

Coût du m2 (en

FCFA)

Montant

Bâtiments

1

 

220

21500

4730000

Poulailler (poulets de chair)

2

1500

400

8500

3400000

Poulailler (poule pondeuse)

7

2500

2800

8500

23800000

Total

 
 
 
 

31930000

Tableau 11 : montants prévisionnels des bâtiments

MONTANT DU CARBURANT ET LUBRIFIANT

Années

Année 1

Année 2

Année 3

 

Rubrique

valeur

Qte

Qte

Valeur

Qte

Valeur

PU

Essence

1625000

2500

3000

1950000

4000

2600000

650

Pétrole

45000

90

120

60000

170

85000

500

Huile moteur

35200

22

30

48000

36

57600

1600

huile frein

4200

2

5

10500

5

10500

2100

Total

1709400

 
 

2068500

 

2753100

 

Tableau 12 : montants prévisionnels du carburant et lubrifiant

Achat des poussins de chair

Années

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 

Nombre de poussins

4500

3000

1000

1000

1000

1000

1000

1000

Prix unitaire

750

750

750

750

750

750

750

750

Montant

3375000

2250000

750000

750000

750000

750000

750000

750000

Tableau 13 : montant des achats de poussins de chair

Achat des poussins de ponte

Années

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 

Nombre de poussins

7000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

 

Prix unitaire

900

900

900

900

900

900

900

900

Montant

6300000

9000000

9000000

9000000

9000000

9E+06

9000000

0

Tableau 14 : montant des achats de poussins de ponte

82

Quantité d'aliments à

produire

Rubriques

Proportion %

Quantités (tonne)

Prix unitaire

Montant

Mais (tonne)

51%

25.857

140000

3619980

Tourteau d'arachide (tonne)

14%

7.098

65000

461370

Son de blé (tonne)

10.30%

5.2221

27000

140996.7

Son de riz (tonne)

16%

8.112

32000

259584

Farine de viande (tonne)

2%

1.014

907500

920205

Farine de sang (tonne)

2%

1.014

154000

156156

Farine de poisson (tonne)

1%

0.507

685000

347295

Poudre d'os (tonne)

2%

1.014

98000

99372

Sel (tonne)

0.45%

0.228 15

185000

42207.75

Calcaire (tonne)

1%

0.507

84000

42588

Total (tonne)

100%

50.7

120113.5

6089754.45

Tableau 15 : montant d'une tonne d'aliments à produire

Plan

d'approvisionnement en poussins

Années

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubriques

 
 
 
 
 
 
 
 

1. Stock initial

0

10000

17000

20000

20000

20000

20000

20000

2. Achat de poussins

3. Achat de poulettes

7000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

 
 

0

0

0

0

0

0

0

4. Pondeuses

10000

20000

27000

30000

30000

30000

30000

20000

5. Pondeuses recyclées

0

3000

7000

10000

10000

10000

10000

10000

6. Stock final

10000

17000

20000

20000

20000

20000

20000

20000

 

Tableau 16 : Plan d'approvisionnement des poussins

83

Mois

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

consommation/ poule (gramme)

450

1500

1950

2400

3000

3000

3000

2400

2400

2100

1500

1500

Quantité de poussins chair

3000

3000

3000

3000

3000

3000

3000

3000

3000

3000

3000

3000

Quantité de poussins ponte

10000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

Consommation mensuelle (gramme)

5850000

19500000

25350000

31200000

39000000

39000000

39000000

31200000

31200000

27300000

19500000

19500000

Consommation mensuelle (tonne)

5.85

19.5

25.35

31.2

39

39

39

31.2

31.2

27.3

19.5

19.5

Consommation cumulée mensuelle (tonne)

5.85

25.35

50.7

81.9

120.9

159.9

198.9

230.1

261.3

288.6

308.1

327.6

Tableau 17 : ratio de consommation d'aliments de volaille

Années

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 

Consommation annuelle par poule

0.0185

0.0185

0.0185

0.0185

0.0185

0.0185

0.0185

0.0185

Quantité de poussins chair

4500

3000

1000

1000

1000

1000

1000

1000

Quantité de pondeuses

10000

20000

27000

30000

30000

30000

30000

20000

Consommation des poulets de chair

83.25

55.5

18.5

18.5

18.5

18.5

18.5

18.5

Consommation de poudreuses

185

370

499.5

555

555

555

555

370

Consommation totale

268.25

425.5

518

573.5

573.5

573.5

573.5

388.5

Prix unitaire (tonne)

120113.5

120113.5

120113.5

120113.5

120113.5

120113.5

120113.5

120113.5

Montant

32220446

51108294

62218793

68885092

68885092

68885092

68885092

46664095

Tableau 18 : montants de besoins d'aliments

 
 
 
 
 
 
 
 

84

Rubrique

Vaccin Ita- New (doses)

Vaccin
anti-
varioleux
(doses)

Vermifuge polyvalent (comprimé)

Amprolium
20%
(sachet)

Oxyfuran (sachet)

Neoterramycine

(sachet)

Amine
total
(sachet)

Vermycil (sachet)

Quantité

22000

25000

25000

1000

1200

750

1000

550

prix unitaire

50

15

50

1750

2200

2800

1650

2400

Montant

1100000

375000

1250000

1750000

2640000

2100000

1650000

1320000

Montant total cumulée

1100000

1475000

2725000

4475000

7115000

9215000

10865000

12185000

Antibiotiq ue

injectable (ampoule)

Vaccin bronchite infectieuse

Vaccin Marek

Vaccin HITCHNE R

Crésyl

4500

25000

25000

25000

80

375

15

15

15

1500

1687500

375000

375000

375000

120000

13872500

14247500

14622500

14997500

15117500

Tableau 19 : montant des besoins de produits vétérinaires

85

Années

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubriques

 
 
 
 
 
 
 
 

Quantité de poulets

4500

6000

8000

11000

11000

11000

11000

11000

taux de mortalité

5%

5%

5%

5%

5%

5%

5%

5%

Poulets valides

4275

5700

7600

10450

10450

10450

10450

10450

Prix unitaire

2250

2250

2250

2250

2250

2250

2250

2250

Montant

9618750

12825000

17100000

23512500

23512500

23512500

23512500

23512500

Tableau 20 : montants prévisionnels de vente de poulets de chair

Années

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 

Nombre de pondeuses

10000

20000

27000

30000

30000

30000

30000

20000

taux de mortalité

9%

9%

9%

9%

9%

9%

9%

9%

Pondeuses valides

9100

18200

24570

27300

27300

27300

27300

18200

Production annuelle d'oeuf par pondeuse

72

72

72

72

72

72

72

72

taux de perte des oeufs

4%

4%

4%

4%

4%

4%

4%

4%

Production d'oeufs

628992

1257984

1698278.4

1886976

1886976

1886976

1886976

1257984

Prix unitaire

85

85

85

85

85

85

85

85

Montant

53464320

106928640

144353664

160392960

160392960

160392960

160392960

106928640

Tableau 21 : montants prévisionnels de vente d'oeufs

Années

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 

Quantité (kg)

10500

12000

13000

13000

13000

13000

13000

13000

Nombre de sacs (100Kg)

105

120

130

 
 
 
 
 

Prix unitaire

10500

10500

10500

10500

10500

10500

10500

10500

Montant

1102500

1260000

1365000

1365000

1365000

1365000

1365000

1365000

Tableau 22 : montants prévisionnels de vente de fumier

86

Années

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 

vente poulets

9618750

12825000

17100000

23512500

23512500

23512500

23512500

23512500

vente des oeufs

53464320

106928640

144353664

160392960

160392960

160392960

160392960

106928640

fientes

1102500

1260000

1365000

1365000

1365000

1365000

1365000

1365000

Totales

64185570

121013640

162818664

185270460

185270460

185270460

185270460

131806140

Tableau 23 : montants prévisionnels de ventes totales

87

Années

 

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 

Achat poussins de chair

3375000

2250000

750000

750000

750000

750000

750000

750000

Achat poussins de ponte

6300000

9000000

9000000

9000000

9000000

9000000

9000000

0

Achat de poulettes

6000000

 
 
 
 
 
 
 

Achat aliments volaille

43889472.9

69617784.6

84752085.6

93832666

93832666

93832666.2

93832666.2

63564064.2

Achats produits vétérinaires

9826375

12849875

15117500

15117500

15117500

15117500

15117500

15117500

Achat de fournitures consommables

4520065

5758985

6792200

6792200

6792200

6792200

6792200

6792200

- Electricité

1014000

1326000

1560000

1560000

1560000

1560000

1560000

1560000

- Eau

131040

171360

201600

201600

201600

201600

201600

201600

- Carburants et lubrifiant

1709400

2068500

2753100

2753100

2753100

2753100

2753100

2753100

- Emballages (alvéoles)

365625

478125

562500

562500

562500

562500

562500

562500

- Fournitures de bureau

50000

65000

65000

65000

65000

65000

65000

65000

- litières

1250000

1650000

1650000

1650000

1650000

1650000

1650000

1650000

Services extérieurs

1172500

1357500

1407500

1407500

1407500

1407500

1407500

1407500

- Frais téléphone

240000

240000

240000

240000

240000

240000

240000

240000

- Frais assurance et vignette

92500

92500

92500

92500

92500

92500

92500

92500

- Frais de publicités

165000

200000

250000

250000

250000

250000

250000

250000

- Frais de réparation

450000

600000

600000

600000

600000

600000

600000

600000

- Impôts et taxes

225000

225000

225000

225000

225000

225000

225000

225000

Salaire du personnel

13395000

13395000

13755000

13755000

13755000

13755000

13755000

13755000

Dépenses totales

88478412.9

114229144.6

131574285.6

140654866

140654866

140654866.2

140654866.2

101386264.2

Tableau 24 : montants de dépenses prévisionnelles

88

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Années

0

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubriques

Durée

Montant

 
 
 
 
 
 
 
 

Non valeurs: frais de constitution

4

330000

82500

82500

82500

82500

 
 
 
 

Frais de demande de publicité

4

165000

41250

41250

41250

41250

 
 
 
 

Terrain

 

3900000

 
 
 
 
 
 
 
 

Bureau et Magasin

15

4730000

315333

315333

315333

315333

315333

315333

315333

315333

Poulaillers 1ere phase

15

20400000

1360000

1360000

1360000

1360000

1360000

1360000

1360000

1360000

Poulaillers 2e phase

15

6800000

 

453333

453333

453333

453333

453333

453333

453333

Clôture

8

2450000

306250

306250

306250

306250

306250

306250

306250

306250

Fonçage de puits

 

335000

 
 
 
 
 
 
 
 

Couveuse- incubateur

5

585000

117000

117000

117000

117000

117000

117000

117000

117000

Fabrique d'aliments

8

1765000

220625

220625

220625

220625

220625

220625

220625

220625

Groupe électrogène

5

225000

45000

45000

45000

45000

45000

45000

45000

45000

Mangeoires 1er age

6

1088000

181333

181333

181333

181333

181333

181333

181333

181333.3

Mangeoires 2eme age

6

2587500

431250

431250

431250

431250

431250

431250

431250

431250

Abreuvoirs 1er age

3

360000

120000

120000

120000

120000

120000

120000

120000

120000

Abreuvoir 2eme age

3

1080000

360000

360000

360000

360000

360000

360000

360000

360000

Pondoirs avec ouverture

6

2380000

396667

396667

396667

396667

396667

396667

396667

396667

Brouettes

3

112500

37500

37500

37500

37500

37500

37500

37500

37500

Pelles

3

22200

7400

7400

7400

7400

7400

7400

7400

7400

Râteaux

3

15000

5000

5000

5000

5000

5000

5000

5000

5000

Pioches

3

15000

5000

5000

5000

5000

5000

5000

5000

5000

Balance pour peser la volaille

5

50000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

10000

Balance pour peser les aliments

5

60000

12000

12000

12000

12000

12000

12000

12000

12000

Paires de bottes

2

30000

15000

15000

15000

15000

15000

15000

15000

15000

Eleveuses

3

300000

100000

100000

100000

100000

100000

100000

100000

100000

Seaux plastiques

1

9600

9600

9600

9600

9600

9600

9600

9600

9600

Motopompe et équipement

5

265000

53000

53000

53000

53000

53000

53000

53000

53000

Blouses bleus et blanches

1

24000

24000

24000

24000

24000

24000

24000

24000

24000

ordinateurs

3

650000

216667

216667

216667

216667

216667

216667

216667

216667

imprimante

3

85000

28333

28333

28333

28333

28333

28333

28333

28333

Bureau et fauteuils

5

225000

45000

45000

45000

45000

45000

45000

45000

45000

armoire a dossier et classeurs

5

85000

17000

17000

17000

17000

17000

17000

17000

17000

Tables et chaises

5

72500

14500

14500

14500

14500

14500

14500

14500

14500

Calculatrices

3

21000

7000

7000

7000

7000

7000

7000

7000

7000

Total

 

51222300

4584208

4584208

4584208

4584208

4584208

4584208

4584208

4584208

89

Tableau 25 : montants de dotation des amortissements des investissements

Rubriques

Durée

Montant

Valeur résiduelle

Non valeurs: frais de constitution

4

570000

0

Frais de démarrage et de publicités

4

165000

0

Terrain

 

3900000

3900000

Bureau et Magasin

15

4730000

2207333

Poulaillers

15

30230000

14107333

Clôture

8

3715000

0

Fonçage de puits

 

335000

335000

Couveuse- incubateur

5

585000

471900

Fabrique d'aliments

8

2345000

0

Groupe électrogène

5

225000

135000

Congélateurs

5

750000

450000

Mangeoires 1er age

4

1620000

0

Mangeoires 2e age

4

3240000

0

Abreuvoirs 1er age

3

360000

120000

Abreuvoir 2e age

3

1080000

360000

Pondoirs avec ouverture

6

2720000

453333

Brouettes

3

112500

37500

Pelles

3

22200

7400

Râteaux

3

21000

7000

Pioches

3

14400

4800

Balance pour peser la volaille

5

50000

30000

Balance pour peser les aliments

5

60000

36000

Paires de bottes

2

30000

0

Eleveuses

3

300000

100000

Seaux plastiques

1

9600

0

Matériel de chauffage

4

750000

0

Motopompe et équipement

5

335000

201000

Blouses bleus et blanches

1

24000

0

90

ordinateurs

3

650000

216666.667

imprimante

3

85000

28333.3333

Bureau et fauteuils

6

225000

37500

armoire a dossier et classeurs

6

85000

14167

Tables et chaises

6

72500

12083

Calculatrices

3

21000

7000

Total

 

59638700

23279350

Tableau 26 : valeurs résiduelles des investissements

91

ECHEANCIER DES FLUX FINANCIERS

Années

0

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubriques

 
 
 
 
 
 
 
 
 

I. DEPENSES

 
 
 
 
 
 
 
 
 

investissements et renouvellements

48062300

3433600

33600

63600

2699700

3739100

1218600

5492200

0

dotation FDR

 

34102328.29

3897412.75

5130799.8

 
 
 
 
 

dépenses d'exploitation

 

89073412.9

115079144.6

132424286

141504866

141504866

141504866

141504866

101386264

Total dépense

48062300

126609341.2

119010157.4

137618685

144204566

145243966

142723466

146997066

101386264

II. RECETTES

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Vente des produits

 

64185570

121013640

162818664

185270460

185270460

185270460

185270460

131806140

Reprise FDR

 
 
 
 
 
 
 
 

43130541

Valeurs résiduelles

 
 
 
 
 
 
 
 

25237017

Total recettes

0

64185570

121013640

162818664

185270460

185270460

185270460

185270460

200173698

Flux financiers

-48062300

-

62423771.19

2003482.65

25199979

41065894

40026494

42546994

38273394

98787433

Flux financiers cumules

-48062300

-

110486071.2

-

108482588.5

-83282610

-42216716

-2190222

40356771

78630165

177417599

Tableau 27 : échéancier de flux financiers

VAN (15%) 21040598.45

VAN (20%) -260394.333

TRI intrinsèque du projet 19.9%

92

Plan de financement de projet

 

Apport personnel (20%)

18870568

Emprunt (80%)

75482273

Taux d'intérêt

10%

Durée de l'emprunt (an)

7

Diffère de remboursement

1

annuité

15504474

coût du projet

94352841

Années

0

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Capital restant du

75482272.67

75482272.7

75482272.67

67526026

58774155

49147096

38557332

26908591

14094976

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Intérêts

 

7548227.27

7548227.267

6752602.6

5877415.466

4914709.62

3855733.188

2690859.113

1409497.63

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Remboursement du principal

 

0

7956247

8751871

9627058

10589764

11648741

12813615

14094976

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Annuité

 

7548227.27

15504474

15504474

15504474

15504474

15504474

15504474

15504474

Tableau 28 : échéancier de remboursement de l'emprunt

93

COMPTE D'EXPLOITATION

94

Années

 

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 

I. RECETTES

 
 
 
 
 
 
 
 

vente poulets de chair

9618750

12825000

17100000

23512500

23512500

23512500

23512500

23512500

vente des oeufs

53464320

106928640

144353664

160392960

160392960

160392960

160392960

106928640

vente des fientes

1102500

1260000

1365000

1365000

1365000

1365000

1365000

1365000

Sous total ventes

64185570

121013640

162818664

185270460

185270460

185270460

185270460

131806140

II. DEPENSES

 
 
 
 
 
 
 
 

achat poussins de chair

3375000

2250000

750000

750000

750000

750000

750000

750000

achat poussins de ponte

6300000

9000000

9000000

9000000

9000000

9000000

9000000

0

achat de poulettes

6000000

 
 
 
 
 
 
 

Marge brute sur matières premières

48510570

109763640

153068664

175520460

175520460

175520460

175520460

131056140

aliments volaille

32220446.38

51108294.25

62218793

68885092.25

68885092.25

68885092.25

68885092.3

46664094.75

produits vétérinaires

9826375

12849875

15117500

15117500

15117500

15117500

15117500

15117500

fournitures consommables

4520065

5758985

6792200

6792200

6792200

6792200

6792200

6792200

Services extérieurs

1172500

1357500

1407500

1407500

1407500

1407500

1407500

1407500

Valeur ajoutée (VA)

771183.625

38688985.8

67532671

83318167.75

83318167.8

83318167.8

83318168

61074845.3

Salaire du personnel

13395000

13395000

13755000

13755000

13755000

13755000

13755000

13755000

Exedent brut d'exploitation (EBE)

-12623816.4

25293985.8

53777671

69563167.75

69563167.8

69563167.8

69563168

47319845.3

dotation aux amortissements

4584208.333

4584208.333

4584208.333

4584208.333

4584208.333

4584208.333

4584208.33

4584208.333

Résultat d'exploitation

-17208024.7

20709777.4

49193462.7

64978959.42

64978959.4

64978959.4

64978959

42735636.9

produits financiers

0

0

0

0

0

0

0

0

charges financières

7548227.267

7548227.267

6752602.6

5877415.466

4914709.619

3855733.188

2690859.11

1409497.631

Résultat financier

-7548227.27

-7548227.3

-6752602.6

-5877415.47

-4914709.6

-3855733.19

-2690859

-1409497.6

 

-

 
 
 
 
 
 
 

Résultat avant impôt

24756251.98

13161550.15

42440860.07

59101543.95

60064249.8

61123226.23

62288100.3

41326139.29

impôt sur le revenu

0

0

14854301.02

20685540.38

21022487.43

21393129.18

21800835.1

14464148.75

Résultat net

-24756252

13161550.2

27586559

38416003.57

39041762.4

39730097

40487265

26861990.5

dotation aux amortissements

4584208.333

4584208.333

4584208.333

4584208.333

4584208.333

4584208.333

4584208.33

4584208.333

Capacité d'autofinancement

 
 
 
 
 
 
 
 

(CAF)

-20172044

17745758

32170767

43000212

43625971

44314305

45071474

31446199

Tableau 29 : compte d'exploitation prévisionnelle

RENTABILITE FINANCIERE DES ACTIONNAIRES

Années

0

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Fonds propres

18870568

 
 
 
 
 
 
 
 

dividendes reçus

0

0

1887056.8

1887056.8

1887056.8

1887056.8

1887056.8

1887056.8

1887056.8

trésorerie finale

 
 
 
 
 
 
 
 

203358130

Flux financiers

-

18870568

0

1887056.8

1887056.8

1887056.8

1887056.8

1887056.8

1887056.8

205245187

Tableau 30 : flux des revenus des actionnaires

TRI des actionnaires 37.8%

95

Tableau d'équilibre de ressources et emplois de fonds

Années

0

1

2

3

4

5

6

7

8

Rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 
 

1. Ressources

 
 
 
 
 
 
 
 
 

C A F

 

-20172044

17745758

32170767

43000212

43625971

44314305

45071474

31446199

Capitaux propres

18870568

 
 
 
 
 
 
 
 

Emprunt

75482273

 
 
 
 
 
 
 
 

Reprise de F D R

 
 
 
 
 
 
 
 

43130541

Valeurs résiduelles

 
 
 
 
 
 
 
 

25237017

sous total ressources

94352841

-20172044

17745758

32170767.4

43000211.9

43625971

44314305

45071474

99813756

2. Emplois

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Investissements et renouvellement

48062300

3433600

33600

63600

2699700

3739100

1218600

5492200

0

Remboursement du principal

 
 

7956247

8751871

9627058

10589764

11648741

12813615

14094976

dotation F D R

 

34102328

3897412.7

5130799.79

 
 
 
 
 

sous total emplois

48062300

37535928

11887259

13946271.1

12326758.5

14328864

12867341

18305815

14094976

3. Solde Res -Emp avant dividendes

46290541

-57707972

5858499.1

18224496.2

30673453.4

29297106

31446965

26765659

85718780

dividendes versés

0

0

1887056.8

1887056.82

1887056.82

1887056.8

1887057

1887056.8

1887056.8

4. Solde Res- Emp après dividendes

46290541

-57707972

3971442.2

16337439.4

28786396.6

27410050

29559908

24878602

83831723

Trésorerie début d'année

0

46290541

-11417431

-7445988.9

8891450.58

37677847

65087897

94647805

119526406

Trésorerie fin d'année

46290541

-11417431

-7445989

8891450.58

37677847.2

65087897

94647805

119526406

203358130

Tableau 31 : équilibre de ressources et emplois de fonds

96

EFFETS DIRECTS ET INDIRECTS

I. Cons. intermédiaires

Montants

Branche

Importation

Valeur Ajoutée

Salaires nationaux

Salaires expatriés

Etat (impôt)

Institutions financières

R.B.E

1. achat poussins de chair

750000

importée

600000

 
 
 

150000

 
 

2. achat poussins de ponte

9000000

importée

7200000

 
 
 

1800000

 
 

3. aliments volaille

 
 
 
 
 
 
 
 
 

- mais (tonne)

3619980

1

79639.56

3540340.4

54299.7

3619.98

-47059.74

14479.92

35 15000.6

- tourteau d'arachide (tonne)

461370

1

10150.14

451219.86

6920.55

461.37

-5997.81

14479.92

447990.27

-son de blé

140996.7

1

3101.9274

137894.77

2114.9505

281.9934

-1832.957

563.9868

136907.8

- son de riz

259584

1

5710.848

253873.15

3893.76

259.584

-3374.592

1038.336

252056.06

- farine de viande

920205

2

14723.28

905481.72

16563.69

1840.41

7361.64

1840.41

877875.57

- farine de sang

156156

2

2498.496

153657.5

2810.808

312.312

1249.248

312.312

148972.82

- farine de poisson

347295

importée

277836

 
 
 

69459

 
 

- poudre d'os

99372

2

1589.952

97782.048

1788.696

198.744

794.976

198.744

94800.888

- sel

42207.75

 

6499.9935

35707.757

9496.7438

2110.3875

3081.1658

2405.8418

18613.618

- calcaires

42588

 

6558.552

36029.448

9582.3

2129.4

3108.924

2427.516

18781.308

4. produits vétérinaires

15117500

importée

9826375

 
 
 

5291125

 
 

5. fournitures consommables

 
 
 
 
 
 
 
 
 

- Electricité

1560000

21

600600

959400

382200

60840

196560

85800

 

- Eau

201600

 

77616

123984

49392

7862.4

25401.6

11088

30441.6

- Carburants et lubrifiant

2753100

17

2172195.9

580904.1

145914.3

38543.4

234013.5

214741.8

-52308.9

- Emballage (alvéoles)

562500

26

59625

502875

69187.5

20812.5

92812.5

29812.5

 

- Fourniture de bureau

65000

26

6890

58110

7995

2405

10725

3445

 

- litières

1650000

1

36300

1623600

24750

1650

-21450

6600

1602150

6. Services extérieurs

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Frais téléphone

240000

24

41760

198240

71040

10320

12960

14400

 

Frais assurance et vignette

92500

 
 
 
 
 
 

92500

 

97

Frais de publicités

250000

25

33750

216250

49000

11500

11000

11250

 

Frais de réparation

600000

25

81000

501000

117600

27600

26400

27000

 

- Impôts et taxes

225000

 
 
 
 
 

225000

 
 

sous total

39156954

 

21144421

10376350

1024550

192747.48

8081337.5

534384.29

8211331.6

II. Valeur ajoutée

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Salaires

13755000

 
 
 

13755000

 
 
 
 

amortissement

4584208.3

 
 
 
 
 
 
 

4584208.3

Intérêts

6752602.6

 
 
 
 
 
 

6752602.6

 

Impôt sur le revenu

14854301

 
 
 
 
 

14854301

 
 

bénéfice

27586559

 
 
 
 
 
 
 

27586559

sous total

67532671

0

0

67532671

13755000

0

14854301

6752602.6

32170767

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Effets primaires bruts avec projet

106689625

0

21144421

77909021

14779550

192747.48

22935638

7286986.9

40382099

Effets primaires bruts sans projet

189027840

0

122868096

66159744

0

0

66159744

0

 

oeufs

169827840

 

110388096

 
 
 

59439744

 
 

Poulets de chair

19200000

 

12480000

 
 
 

6720000

 
 

Effets Nets

 

-101723675

 

11749277

14779550

192747.48

-43224106

7286986.9

40382099

Tableau 32 : ventilation des effets du projet par agents économiques

Effets directs

Valeur ajoutée directe 67532671

Cons. intermédiaires 39156954

106689625

98

99

Effets indirects

V.A indirectes

10376350

Importations indirectes

21144421

 

31520770

Economie réalisée

-89974399

TRE

108%

GUIDE D'ENTRETIEN DESTINE AUX RESPONSABLES D'UNE FERME

AVICOLE

1) Depuis combien d'années exploitez- vous la ferme avicole ?

2) Quels sont le nombre et le profil d'agents employés dans la ferme avicole ?

3) Combien de poulaillers disposez vous dans votre ferme ?

4) Quel type de produits avicoles produisez- vous ?

5) Quel est le volume de production mensuelle en oeufs pour chaque type poulailler :

> Poulailler de 1000 sujets
> Poulailler de 2000 sujets
> Poulailler de 3000 sujets

6) Quel est le volume de production mensuelle en poulets de chair pour un poulailler de 1000 sujets ?

7) Quelle est la périodicité de ponte des oeufs chez les poules ?

8) Quelle est la périodicité de reproduction des poulets de chair ?

9) Quelle est la source d'approvisionnement des poussins ?

10) A quel type de clientèle vendez- vous les produits avicoles ?

11) Quelle est la fréquence d'approvisionnement de ces clients en produits avicoles ?

12) Quels sont les prix pratiqués pour chaque type de produit avicole ?

13) Quels sont les besoins mensuels en alimentation de la volaille pour un poulailler de 1000 sujets ?

14) Quels sont les besoins mensuels en produits vétérinaires de la ferme pour une capacité de 1000 sujets ?

15) Quel est le niveau de perte de poussins lors de la phase de croissance pour un poulailler de 1000 sujets?

16) Quels sont les besoins en vaccin mensuels pour un poulailler de 1000 sujets ?

17) Quels sont les équipements et matériels utilisés dans la ferme avicole ?

100

101