WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Le coton et l'hypocrisie des pays riches


par Oumar Sissoko Fakaba
Université Paris X Nanterre - Master 2 Economie Internationale, Politique Macroeconomique et Conjocture 2009
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

sommaire suivant

LE COTON ET L'HYPOCRISIE DES PAYS RICHES

Mémoire de Politique Macroéconomique

Oumar Fakaba SISSOKO Etudiant en Master II à l'université de Paris X Nanterre

Economie Internationale, Politique Macroéconomique et Conjoncture(EIPMC)

Pour beaucoup, la conférence interministérielle de Cancún en septembre 2003 marque un tournant dans les relations Nord/Sud. C'est à cette occasion que quatre pays africains producteurs de coton (à savoir le Mali, le Tchad, le Benin, et le Burkina Faso) déposent un texte devant l'OMC intitulé : "Réduction de la pauvreté : initiative sectorielle en faveur du coton", où ils y dénoncent les politiques agricoles des pays riches basées sur les subventions. En effet, ce texte fait suite à la grave crise du secteur cotonnier de 2001/02, qui a vu les cours du coton chuter à un prix historiquement bas : 42$ la livre. Cela a eu pour effet de ruiner nombre de petits producteurs africains qui, contrairement aux producteurs des pays riches, ne bénéficient pas d'aides au soutien des prix. Or, c'est là le problème que dénonce particulièrement ce texte : les subventions octroyées par les USA et l'UE à leur secteur cotonnier. En subventionnant leur coton, ces deux pays créent des distorsions à l'échange : ils provoquent l'effondrement des prix mondiaux, et ils rendent leurs producteurs compétitifs au niveau mondial (alors que sans subventions ils ne le seraient pas). C'est pourquoi ces pays africains ont demandé à l'OMC la réduction progressive jusqu'à élimination des subventions du secteur cotonnier aux USA et à l'UE.

Bien qu'à l'époque on ait pu parler de "révolte des pays pauvres", le Brésil allant même jusqu'à porter plainte avec l'appui des quatre pays africains, devant le ORD (organe de règlements des différents), force est de constater que cinq ans après, les choses n'ont en rien changé : les subventions continuent à battre des records. Malgré les déclarations de principes que les USA et l'UE ont formulées, on comprend aisément que le problème n'est pas le secteur cotonnier en soi mais l'éventuelle remise en cause des politiques agricoles des pays développés. Abolir les subventions pour les producteurs de coton entrainerait indiscutablement certains pays (Brésil, pays de Cairns) à demander une abolition des subventions dans tous les produits agricoles, or l'UE et les USA n'y sont absolument pas disposés car l'autosuffisance alimentaire que leur assurent ces politiques est stratégique (on le voit encore mieux aujourd'hui avec les "émeutes de la faim"), et parce que l'agrobusiness dans ces pays est un secteur très important de l'économie et un lobby très puissant. On voit ici combien le problème dépasse le simple cadre du coton, et s'inscrit bien dans le cadre du cycle de Doha et des problèmes sur la libéralisation agricole.

L'objectif de notre mémoire est multiple. Nous voulons y mener une étude économique sérieuse qui a pour but de mettre en lumière un produit particulier : le coton. Toutefois, ce produit n'est qu'un "prétexte" à l'étude des politiques économiques qui sont menées au niveau international (même si leur cadre d'étude reste le celui du coton). Par ailleurs, nous avons aussi voulu montrer quels impacts ces politiques pouvaient avoir, et plus particulièrement sur des pays peu développés qui tentent d'amorcer leur décollage économique par l'insertion dans le commerce international (dans notre sujet, les pays africains producteurs de coton). Enfin, la démarche scientifique que nous avons tenté d'adopter ne nous empêche en aucun cas de formuler des critiques, en particulier face à l'encontre des politiques économiques menées par les pays dominant l'économie mondiale (d'où le titre de notre mémoire).

Notre approche se décomposera en trois parties distinctes. Dans la première partie, nous mettrons en relief la place du coton dans l'économie mondiale ainsi que dans l'économie des pays d'Afrique de l'Ouest. Dans un second temps, nous allons nous intéresser aux politiques économiques menées en faveur du coton, et plus particulièrement dans les pays développés. Enfin, pour terminer nous aborderons les problèmes politiques et économiques qu'entrainent ces politiques économiques, plus particulièrement dans les pays d'Afrique de l'Ouest.

I. LE COTON DANS L'ECONOMIE MONDIALE.

Le cotonnier (genre Gossypium, famille des Malvaceae) est un arbuste originaire de l'Inde. Ce dernier est cultivé dans de nombreux pays chauds pour les fibres qui entourent les graines lorsque le fruit arrive à maturité. On dénombre une trentaine d'espèces sauvages et quatre espèces cultivées : Gossypium arboreum, Gossypium herbaceum (coton dit indien à fibres épaisses et courtes), Gossypium barbadense (coton égyptien à fibres longues et fines), Gossypium hirsutum (espèce la plus couramment cultivée à fibres de taille moyenne).

Il faut savoir que l'origine du coton est très ancienne, des scientifiques ont retrouvé au Pakistan des fragments de tissus datant de 8000 ans avant J.C. Dès le VIIe siècle, les conquêtes arabes diffusent l'usage du coton en Afrique du Nord et en Europe. Le commerce entre l'Europe et l'Inde prend une nouvelle dimension notamment grâce à l'ouverture de la route des Indes par Vasco de Gama en 1497. Avec l'invention du métier à tisser de Jacquard, le coton participe à la Révolution industrielle européenne. La culture du coton commence aux alentours du XVIIe siècle dans le sud des Etats-Unis. La production américaine augmente rapidement, ce qui nécessite de plus en plus de main d'oeuvre et qui contribue donc à l'augmentation du nombre d'esclave jusqu'à l'abolition de ce dernier en 1865. On perfectionne alors la filature et le tissage.

 

Période de semis   Période de récolte

De nos jours le coton est utilisé dans des domaines divers. Les trois principaux débouchés du coton-fibre sont : l'habillement (la confection) pour environ 60% des utilisations totales de coton, suivi de l'ameublement (environ le tiers) et des vêtements professionnels pour environ 5%. En plus de ces domaines d'applications, le coton se retrouve dans le secteur médical notamment avec la fabrication des cotons tiges, des compresses de gaz... . Le schéma suivant montre les différentes applications de la fibre de coton.

Le coton sert aussi à la production d'huile alimentaire, qui est obtenue à partir des tourteaux de coton. La consommation d'huile de coton s'est retrouvée au cinquième rang mondial sur la période 1961-2003, avec une part de marché d'environ 8%, ce qui équivaut à la part de marché de l'huile d'arachide. Dans les pays d'Afrique de l'ouest (Mali, Togo, Benin, Burkina Faso) l'huile de coton représente la première source de matière grasse consommée. En outre, les cinq premiers producteurs d'huile de coton sur la période 1995-2003 ont représenté, de manière agrégée, environ 70% de la production mondiale (quatre d'entre eux sont des pays en développement et/ou en transition : :

-la Chine : 27%,
- les États-Unis : 12%,
- l'Ex-URSS : 10% (dont : Turkménistan : 10% et Ouzbékistan : 72%, Tadjikistan : 8%, Kazakhstan : 6%),
- l'Inde : 11%,
-le Pakistan : 9%.

La production mondiale de coton fibre est d'environ 26 millions de tonnes en 2005 ce qui est plus du double des années 1960. Cette production mondiale est largement dominée par la Chine, les Etats-Unis et l'Inde avec respectivement une part de marché de 28%, 17% et 12%. Ces trois pays représentent environ 60% de la production mondiale en 2005. Pris séparément, les pays d'Afrique de l'Ouest n'ont pas une production significative par rapport aux grands producteurs que sont la Chine et les Etats-Unis. Mais si on les réunit comme une seule entité, les pays de l'Afrique de l'Ouest représentent 5% de la production mondiale (environ 1 million de tonne de fibre de coton par an) et 17% à 22% (selon les années) des exportations. Cela les place au cinquième rang mondial en termes de production, et la deuxième ou troisième place en termes d'exportations. Le tableau ci-dessous nous donne les différents volumes de productions et d'exportations pour plusieurs grands pays producteurs de coton.

Principaux pays producteurs

Du point de vue de la consommation, la Chine, l'Asie du Sud et l'Asie de l'Est sont les plus gros consommateurs et importateurs de coton (bien que produisant 50% du coton mondiale). Ceci peut s'expliquer par la spécialisation de leur production : en effet après s'être insérés dans le commerce international, les pays asiatiques se sont spécialisés dans le textile, ils représentent d'ailleurs aujourd'hui plus de 50% de la production mondiale et des exportations mondiales de textiles et d'habillement. Aussi est-il normal que les flux de fibres textiles (le coton ne faisant pas exception) se dirigent vers les pays d'Asie. C'est ce que nous montre la carte ci-dessous.

Principaux flux d'exportations de coton dans le monde

Après avoir abordé la place du coton dans l'économie mondiale, nous allons maintenant nous intéresser plus particulièrement à une région productrice de coton, l'Afrique de l'Ouest.

La culture du coton est très importante dans l'économie des pays d'Afrique de l'Ouest, et plus particulièrement au Bénin, au Mali, au Tchad, et au Burkina Faso. Pour ces pays, le coton est l'une des principales exportations, on remarque ainsi que selon les années, les revenus du coton représentent 40% des revenus à l'exportation du Bénin ou du Burkina, alors qu'ils comptent pour 30% des recettes au Mali et au Tchad. De la même manière, le coton est essentiel dans la constitution du PIB de ces pays. Elle varie de 5 à10%. Afin de que le lecteur puisse se faire une idée des montants et de la part relative du coton dans les économies africaines, nous avons décidé de présenter le tableau suivant.

sommaire suivant