WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Rapport de stage sur le traitement et l' analyse des comptes : cas de GBM


par Alex Davy DJIPALA MOUKIAMA
Institut universitaire des sciences de l' organisation Sophie NTOUTOUME EMANE - BTS comptabilité 2011
Dans la categorie: Rapports de stage
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

INTRODUCTION GENERALE

L'entreprise est un système composé d'un ensemble d'éléments interdépendants en constante interaction les uns avec les autres. Elle est ouverte ; c'est-à-dire en relation dynamique avec son environnement.

Son environnement étant complexe et en perpétuelle mutation, l'entreprise recherchera donc l'information nécessaire pour saisir les opportunités et se prémunir des dangers éventuels. En effet, pour faire face à l'environnement concurrentiel, les dirigeants de l'entreprise doivent combiner les techniques de gestions les plus appropriées à l'étude des facteurs et à la compréhension des phénomènes internes et externes de cette organisation. Cela nécessite la mise en place entre autres d'une comptabilité adéquate, qui permettra l'enregistrement et la classification des faits valorisés ou quantitatives qui marquent la vie de l'entreprise ; ce qui offrirait une organisation financière et comptable conforme à la législation en vigueur.

L'application de cette comptabilité pour une garantie d'informations fiables et compréhensibles, implique le respect des normes et des principes directeurs régis par le système comptable de l'OHADA. L'objectif visé par la comptabilité est donc de parvenir à un moment donné à fournir les informations :

- aux chefs d'entreprise pour la gestion,

- aux partenaires commerciaux et financiers,

- à l'Etat à travers les services fiscaux.

Reçu en stage pour clôturer notre cycle de formation, au sein de l'entreprise  Général Business Machines (GBM.SA), nous avons été invité à réfléchir sur le : `'Traitement et analyse des comptes de GBM'', comme thème central de notre rapport.

Dans un secteur d'activité à forte concurrence, GBM S.A a pu installer sa notoriété sur le plan national à travers des réalisations de qualité. Cela n'aurait pas pu être possible sans une bonne gestion de sa comptabilité.

Ce thème présente un intérêt économique et financier car, il touche directement un pôle clé de l'entreprise. Il s'agit ici d'un domaine très sensible qu'il faut quotidiennement gérer avec efficacité suivant un ensemble de règles et procédures bien définies tout en s'appuyant sur les lois en vigueur en comptabilité.

L'objectif de ce rapport est donc de montrer l'importance pour une entreprise d'avoir une bonne maîtrise de sa comptabilité et de ses différents comptes.

Ainsi, afin d'atteindre l'objectif que nous nous sommes fixé, notre étude s'articulera autour de deux parties. La première sera consacrée au déroulement du stage à GBM et la deuxième à la gestion des comptes dans cette entreprise.

Chapitre I : PRESENTATION GENERALE DE GBM

Section1 : HISTORIQUE ET STATUT JURIDIQUE

Tout au long de son cycle de vie chaque entreprise est appelée à subir des mutations suivant l'évolution de son environnement. Ces changements enrichissent son histoire et participe à son amélioration. Aussi, elle adopte un statut suivant ses objectifs et les normes de son environnement économique.

1.1 HISTORIQUE

La société Général Business Machines S.A (GBM) est Créée le 1er janvier 1992, à partir de l'agence IBM au Gabon. Elle a bénéficié des 48 années d'expérience de son partenaire en Afrique Centrale en général et au Gabon en particulier.

Elle est représentée par son siège situé à Libreville (Gabon) et par trois filiales, deux au Congo (Brazzaville et Pointe Noire) et une en Guinée Équatoriale.

1.2. STATUT JURIDIQUE

Général Business Machines S.A (GBM) est une société anonyme (SA) ayant un capital social de 300.000.000 de FCFA. Elle est enregistrée au registre du commerce sous le n°2002B02084  et son numéro d'identification fiscale (NIF) est le 795499C.

C'est une entreprise dont l'activité principale est la vente de matériels informatiques. Elle est depuis cinq ans un opérateur de service à valeur ajoutée dans les télécommunications et dans les moyens de paiement électronique.

Ses principales activités sont les suivantes :

-Vente et maintenance toute plate-forme IBM (pSeries, xSeries, iSéries, Printing, Stockage, etc.)

-Mise en oeuvre de réseaux multiservices (Voix, Données, Images)

-Logiciels (Progiciels et développement)

-Nouvelles technologies (Internet, SMS+)

-Liaisons Télécom Data

-Monétique (Vente et installation : ATM et TPE, conception et développement d'interfaces avec les guichets automatiques, etc.)

-Sécurité des données,

-Business Intelligence

Section 2 : ORGANISATION

L'organisation d'une entreprise est le point déterminant de son bon fonctionnement. Il s'agit pour la structure d'adopter des mesures et des techniques performantes mais aussi des stratégiques susceptibles de rendre plus compétitive en terme de qualité des services offerts et de procédés utilisés. C'est dans cette vision que GBM S.A a procédée à la répartition de son personnel dans différents départements.

L'organigramme de GBM S.A comprend une Direction Générale et plusieurs services bien structurés.

2.1 Organisation de GBM S.A

2.1.1 La DIRECTION GENERALE

La Direction Générale de GBM S.A est composée :

- Du Directeur Général,

- D'un Assistant de Direction,

- D'une Secrétaire de Direction.

Elle a pour rôle de superviser le fonctionnement de l'entreprise, en mettant en place des stratégies permettant d'atteindre ses objectifs en terme de performances et d'avantages concurrentiels.

Par ailleurs l'assistant de direction de GBM S.A a une double fonction, il est également un membre du service commercial et plus précisément chargé de la gestion commerciale sur la capital économique Port-Gentil.

2.1.2 La DIRECTION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE (D.A.F)

A la tête de cette Direction se trouve un Directeur Administratif et Financier (DAF), secondé par une responsable des achats, (chargée du traitement des différentes factures et des livraisons de la marchandise aux clients), et d'une assistante comptable (qui a pour mission principale de gérer, coordonner et vérifier les différentes opérations comptables réalisées quotidiennement au sein de l'entreprise).

La Direction Administrative et Financière a pour rôle de contrôler quotidiennement les comptes de GBM S.A, d'assurer la gestion du personnel et d'entretenir les relations de l'entreprise avec ses partenaires (Banques, clients, fournisseurs, Etat, organismes sociaux etc.).

2.2.3 La DIRECTION DES TELECOMS

A la tête de cette direction se trouve un Directeur télécoms (DT) secondé par un ingénieur télécom. Elle a pour principale mission de fournir des prestations télécoms aux clients de l'entreprise (liaison internet, liaison inter-connexion de site).

2.1.4 La Direction des Opérations (D.O)

A la tête de cette Direction se trouve un Directeur des opérations (DO) qui est chargé de coordonner et de dynamiser les activités au sein de l'entreprise.

Il est en relation direct avec les partenaires et plusieurs services de l'entreprise notamment :

- Le service technique constitué d'un chef de projet qui a pour principale mission le traitement des dossiers clients et fournisseurs et d'apporter des solutions sur des éventuelles difficultés et du service après vente (SAV) chargé de la configuration et de la maintenance du matériel vendu.

- Le service commercial constitué d'un ingénieur d'affaires qui gère le portefeuille client de l'entreprise et d'un ingénieur technico-commercial pour l'appui technique aux commerciaux pour plus d'informations aux clients sur le produit désiré.

2.1.5 La DIRECTION DES OPERATIONS EXTERIEURES

A la tête de cette Direction se trouve un Directeur des opérations extérieures (DOE) qui est chargé de coordonner les activités de l'entreprise avec ses différentes filiales au Congo et en Guinée Equatoriale.

Nous pouvons retenir de ce qui précède que GBM S.A est une entreprise bien organisée et qui répond aux formalités nécessaires à l'exercice de son activité commerciale sur le territoire national gabonais. Son immatriculation au registre du commerce et au crédit mobilier (RCCM) lui permet de jouir de sa personnalité morale.

Chapitre II : TACHES EFFECTUEES ET BILAN DU STAGE

Section1 : TACHES EFFECTUEES

A notre arrivée dans l'entreprise GBM, nous avons été affecté à la Direction Administrative et Financière. Elle est divisée en deux (2) pôles (le service comptabilité et le service des achats) travaillant en parfaite complémentarité.

Dès notre arrivée au service comptabilité et des achats, nous avons eu droit à des explications sur les différents procédés et tâches relatifs à une optimale gestion quotidienne de la comptabilité.

Afin de vérifier si les procédés et explications étaient bien assimilés, des tâches pratiques nous étaient confiées après démonstration des responsables.

1.1 AU SERVICE COMPTABILITE

En compta surnom donné à ce service très sensible et où nous avons effectué l'essentiel de notre stage, nos responsabilités étaient essentiellement liées à l'enregistrement comptable des différentes pièces comptables dans la comptabilité de l'entreprise à l'aide du logiciel SAGE, très impressionnant logiciel de gestion et ceci journalièrement en fonction des opérations financières effectuées. Outre la saisie des pièces comptables dans les journaux correspondants à chaque opération, nous avions aussi pour responsabilité la saisie de la caisse de l'entreprise.

A la fin de chaque mois, nous avons souvent été invité à procéder au classement comptable des pièces dans la comptabilité mais aussi dans les classeurs portants les copies et originaux des pièces comptables, nous avons aussi effectué les rapprochements bancaires entre l'entreprise et ses différentes banques partenaires, notons que cet exercice représente un noyau important pour l'analyse des comptes.

Nous avons aussi déposé des remises chèques et des ordres de virements dans les banques.

1.2 AU SERVICE DES ACHATS

Les activités n'étaient pas différentes dans ce service puisqu'il était également question de la saisie des factures dans la comptabilité à l'aide du logiciel de gestion commerciale (gescom). Nous avons aussi pour responsabilité le dépôt des factures proforma aux clients.

A la fin de chaque mois nous procédions à l'analyse des comptes fournisseurs et des comptes clients cet exercice nous permettait de déceler les erreurs d'enregistrement des pièces comptables et des factures, puis d'effectuer les éventuelles corrections.

1.3AUTRES TACHES EFFECTUEES

Parfois nous avons été invités à remplacer la secrétaire du Directeur Générale et cela nous a permis d'échanger au téléphone avec des fournisseurs et des clients de l'entreprise. Il nous est arrivé de faire des courses pour les besoins de l'entreprise.

La Direction Administrative et Financière joue un rôle prépondérant dans l'entreprise. Elle est la plaque tournante du bon fonctionnement de celle-ci. Les différents services (comptabilité, achats) qui la composent mettent en exergue le souci de veiller à une gestion soigneuse et correcte des ressources humaines de l'entreprise et des opérations comptables et financières. Nous retiendrons que la Direction Administrative et Financière de GBM est un secteur soigneux et où le travail est bien organisé.

Section 2 : LE BILAN DU STAGE

Le stage est un exercice professionnel qui vise à donner au stagiaire une approche réelle et pratique de sa formation théorique. C'est donc un processus très important pour tout étudiant.

L'entreprise GBM qui nous a permis de vivre cette étape de notre formation, nous a vraiment apporté beaucoup d'éléments complémentaires pour nos études et même notre propre expérience.

En effet durant notre stage nous avons pu constater la relation théorique et pratique du système comptable général. Les enseignements que nous avons reçus à l'institut nous ont été explicités pratiquement grâce à plusieurs activités menées à GBM.

Nous avons pu faire la différence qui existe entre les cours et les activités professionnelles, une différence pas très grande mais plutôt complémentaire.

On retiendra donc de notre stage qu'il nous a été très utile et surtout riche en enseignements professionnels avec l'utilisation du logiciel comptable le plus utilisé SAGE.

Ce stage restera pour nous une étape importante de notre formation mais aussi une période d'initiation professionnelle inoubliable et remplie de nombreux souvenirs surtout avec l'ambiance familiale qui règne au sein de cette entreprise.

CHAPITRE III: Traitement comptable des pièces

Le traitement est l'enregistrement des opérations selon un système comptable donné ; il s'agit de l'imputation, la saisie et la validation générale faite par le chef d'équipe ou le chef de département.

Mais qu'est-ce qu'une pièce comptable ? Quels en sont les types ?

Section 1 : DEFINITION ET TYPES DE PIECES COMPTABLES

1. 1.Définition

Une pièce comptable peut être définie comme un document justificatif permettant à la comptabilité l'enregistrement de l'opération. Elle matérialise les faits et actes de la société vis-à-vis des tiers.

Elle constitue donc pour la société, un moyen de preuve sur le plan fiscal, comptable, administratif et commercial. De ce fait elle doit comporter des informations capitales.

1.2. Les types de pièce comptable

Les pièces de comptables sont de natures diverses. On peut citer :

- les factures fournisseurs,

- les pièces de caisse,

- les avis de débit et de crédit,

- les relevés bancaires,

- les factures clients.

* Cours de comptabilité générale, par Mr Crépin EBE MBA

Informations utiles pour reconnaître une pièce comptable

Pièces comptables

Informations utiles

Factures

Date de création, numéro de la facture, nom et adresse du client, désignation de l'opération, numéro IFU et le montant

Chèques

Date de création, numéro, nom du tireur, montant, signature

Pièces de caisse

Date de création, nom du bénéficiaire, numéro, montant

Les pièces comptables subissent un traitement qui comprend plusieurs étapes depuis leur réception jusqu'à leur classement. Il s'agit de l'imputation et de la saisie

Section 2 : IMPUTATION ET SAISIE DES PIECES COMPTABLES

2.1 : IMPUTATION DES PIECES COMPTABLES

Imputer une pièce comptable, c'est enregistrer un flux commercial, économique, ou financier à l'intérieur de compte. Cela se fait soit par une fiche d'imputation ou directement sur la pièce comptable. Elle est faite en conformité avec le plan comptable de la société et par nature de la charge. A GBM le plan comptable est inspiré du plan comptable OHADA et adapté aux activités de la société.

1. Cas des achats

Le plan comptable OHADA distingue trois types d'achat à savoir :

- les acquisitions de biens durables, assimilées à des investissements ou à des

Immobilisations ;

- les achats de biens consommables ;

- les achats de services.

Comptabilisation d'un achat

L'achat est un contrat verbal ou écrit entre un fournisseur et son client au cours duquel le fournisseur décide de vendre la marchandise à son client moyennant un règlement au comptant ou un règlement à une échéance connue entre les deux parties. Dans ce cas, l'imputation comptable consistera à débiter le compte de charge par le crédit du compte fournisseur ou un compte de trésorerie.

Pour un fournisseur assujetti, on constatera une TVA récupérable.

Exemple d'imputation

Compte d'achat

Compte de TVA

Compte fournisseur ou

Compte de trésorerie

X

Y

X+Y

2. Cas des ventes (prestations de service à GBM)

GBM étant une entreprise de services et de commercialisation de matériels informatiques et est depuis cinq ans un opérateur de service à valeur ajoutée dans les télécommunications et dans les moyens de paiement électronique.

- l'Etat GABON,

- les organismes non gouvernementaux,

- les sociétés privées, publiques, para public,

- les particuliers.

A la suite de l'obtention d'un marché, l'entreprise établit une facture d'exécution totale ou partielle des travaux (décompte).

Cette facture fait ressortir :

- le montant,

- les taux d'exécution,

- la retenue de garantie,

- la retenue pour impôt,

- le net à payer.

2.2 LA SAISIE DES PIECES COMPTABLES

Cette opération consiste à enregistrer les imputations comptables dans l'ordinateur en fonction des journaux comptables crées à ce effet. Cette saisie se fait à l'aide d'un logiciel de comptabilité appelé SAGE.

Ce logiciel permet :

- La création d'un plan comptable,

- La gestion de la comptabilité générale,

- La gestion de la comptabilité analytique,

- La gestion du reporting,

- La gestion budgétaire,

- La gestion des devises,

- Le règlement des tiers, relevés clients et relevé tiers,

- Le rapprochement bancaire,

- La recherche d'écritures,

- Les éditions des états comptables (grand livre, balance, journaux, etc.).

Soulignons que toutes ces fonctions ne sont pas utilisées par le service comptable de GBM.

Les journaux comptables crées pour la saisie informatique sont:

- journaux de banque (BICIG, ECOBANK, ORABANK, BGFIBANK, UGB),

- journaux de caisse (caisse siège),

- journaux des achats,

- journal des opérations diverses,

- journaux de ventes.

Chaque journal est lié à un code journal.

Comment se fait la saisie ?

La saisie se fait de la manière suivante, on :

- ouvre le fichier de l'entreprise crée auparavant dans le logiciel ;

- sélectionne la rubrique `'saisie des écritures'' dans le module traitement;

- ouvre la fenêtre `' journaux de saisie'' et on sélectionne le journal dans lequel la saisie doit être fait en tenant compte de la période de saisie.

Exemple :

Pour la saisie des opérations effectuées au moyen de la caisse, pour la période de janvier de l'année 2011, on sélectionne Jan11 Caisse siège (Jan qui représente le mois de janvier, 11 l'année ou l'exercice, Caisse siège code attribué aux différents journaux), une page s'ouvrira comportant les éléments suivants.

Jour

N° de pièce

référence

N° compte

N° compte

Libellé

échéance

p...

débit

crédit

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Chapitre IV : TRAITEMENT COMPTABLE DES COMPTES

Section1 LES IMMOBILISATIONS

Le traitement comptable des immobilisations consiste en la constatation des entrées et des sorties, et au calcul des amortissements.

1.1 DEFINITION

Le système comptable OHADA définit les immobilisations comme étant des éléments corporels, incorporels et financiers destinés à servir de façon durable dans l'entreprise. L'immobilisation est acquise n'on pas pour être vendue ou transformée mais pour être utilisée comme un instrument de travail.

1.2 LES DIFFÉRENTS TYPES D'IMMOBILISATIONS

1. Les charges immobilisées

Il s'agit des frais d'établissement, charges à repartir sur plusieurs exercices et les primes de remboursement des obligations. Ce sont des charges engagées par l'entreprise lors de sa création.

2. Les immobilisations incorporelles

Ce sont des immobilisations immatérielles acquises par l'entreprise et qui doivent y rester de façon durale. Elles comprennent les frais de recherche et de développement, les brevets, le fond commercial, le droit au bail et les autres immobilisations incorporelles.

*Cours de comptabilité 2ère année assistant PME/PMI, professeur Mr Crépin EBE MBA

3. Les immobilisations corporelles

Elles comprennent les terrains, les bâtiments, les installations et agencements, les matériels et outillages d'exploitation, les matériels de transport etc. de leur valeur d'acquisition. Ces informations servent de base de calcul et à la comptabilisation des amortissements.

4. Les immobilisations financières

Elles comprennent : les titres de participation, les dépôts et cautionnement, les prêts, les prêts au personnel.

1.3 : COMPTABILISATION D'UNE ACQUISITION D'IMMOBILISATIONS

Lors d'une acquisition, on débite un compte d'immobilisation (classe 2) et un compte de tiers (Etat) et on crédite un compte fournisseurs d'investissement ou un compte de trésorerie.

Exemple :

Compte d'immob.

Compte d'Etat

Compte fournisseur ou

Compte de trésorerie

X

Y

X+Y

X+Y

Section 2 : PRATIQUE DE L'AMORTISSEMENT

2.1. Définition

L'article 45 du règlement comptable définit l'amortissement comme la constatation comptable obligatoire d'une dépréciation certaine et irréversible des immobilisations'' faisant l'objet d'un plan d'amortissement.

La pratique de l'amortissement fait apparaître en comptabilité plusieurs conséquences à savoir une charge d'exploitation sans décaissement de trésorerie diminuant ainsi le résultat, et une réduction à opérer sur la valeur de l'immobilisation.

2.2. Les différents types d'amortissement

On distingue plusieurs types d'amortissement qui sont :

2.2.1 L'amortissement linéaire ou constant

Il consiste à amortir un bien de manière constante durant toute la durée probable de l'utilisation. C'est la méthode d'amortissement utilisée par GBM.

Le montant de la dotation annuelle est obtenu en appliquant le taux d'amortissement à la valeur d'origine de l'immobilisation.

Exemple :

Tableau d'amortissement d'une imprimante ayant coûté 15 000 000 F CFA mis en service le 01/04/1998 amortissable sur 4 ans.

Calcul de la première annuité

Soient :

A l'annuité

Vo la valeur d'origine

T le taux

N la durée de vie probable

A= Vo*T/100*N/12

Pour l'annuité de la première année (A1) la valeur des paramètres est :

T (en %) = 100/N= 100/4=25%

N= 9 mois

Vo = 15 000 000

D'où A1= 15 000 000*25*9/1200= 2 812 500

A2= 15 000 000 *25*1/100= 3 750 000

Les autres annuités sont consignées dans le tableau ci-après :

Année

Valeur comptable nette (VCN) début

Annuité

Valeur comptable nette (VCN) fin

1998

15 000 000

2 812 500

12 187 500

1999

12 187 500

3 750 000

8 437 500

2000

8 437 500

3 750 000

4 687 500

2001

4 687 500

3 750 000

937 500

2002

937 000

937 500

0

2.2.2 L'amortissement dégressif

C'est la méthode d'amortissement selon laquelle les annuités (montant versé périodiquement) décroissent avec le temps. Le bien faisant l'objet l'amortissement doit être neuf et la durée supérieure à 2 ans. Le montant de la dotation annuelle est obtenu en appliquant le taux d'amortissement (taux d'amortissement obtenu en appliquant un coefficient dégressif proportionnel à la durée de vie) à la valeur d'origine de l'immobilisation.

2.2.3 L'amortissement accéléré

C'est la méthode d'amortissement selon laquelle, l'amortissement calculé sur les douze premiers mois d'utilisation est doublé. Juridiquement le bien doit être acquis à l'état neuf, avoir une durée de vie supérieure à 5 ans et doit être destiné à des opérations industrielles, agricoles, de transport ou de manutention.

2.3. Comptabilisation de l'amortissement

681. Dotations aux amortissements

28. Amortissement......

X

X

Chapitre V : LES COMPTES TIERS

Section 1 : LES FOURNISSEURS

1.1. Définition

Le fournisseur est considéré comme toute personne physique ou morale qui accepte fournir un bien matériel, immatériel, ou un service au profit de toute autre personne physique ou morale en contre partie d'une rémunération quelconque.

1.2. Comptabilisation

Compte d'achat

Compte d'Etat

Compte fournisseurs

X

Y

X+Y

1.3. Analyse du compte fournisseur

A la suite de la saisie dans le journal des achats des factures fournisseurs, le grand livre des fournisseurs est tiré en vue d'une analyse des soldes.

L'analyse du compte fournisseur consiste à rapprocher les montants au crédit (constatation de la dette) aux montants débiteurs (règlements). Cette opération nous permettra de comprendre la composition des soldes fournisseurs. Les erreurs éventuelles de saisie ou d'imputation sont corrigées dans un journal OD (opérations diverses).

Exemple : cas avec erreur

Fournisseur MBA

Solde au 31-12-2010   35 000 FCFA (créditeur)

01-01-10 Fact. 005-MBA. Honoraires 45 000 FCFA

02-04-10 BICIG CH n 34256754 10 000 FCFA

03-05-10 BICIG CH n 34256821 10 000 FCFA

25-07-10 Achat d'imprimante chez ONDO 10 000 FCFA

Fournisseur ONDO

Solde au 31-12-07 700 000 FCFA (débiteur)

02-03-10 BICIG CH n 34256635 500 000 FCFA

23-05-10 BICIG CH n 34356945 200 000 FCFA

En analysant le compte de MBA, on se rend compte que l'opération du 25-07-10 ne concerne pas une opération relative à ONDO donc l'opération est à viré dans le compte concerné (compte MBA).

4. Correction de l'erreur dans le journal O.D

Correction de l'erreur

601. Achat imprimante

4011 fournisseurs MBA

(pour correction)

-10 000

-10 000

Ecriture après correction

601. Achat d'imprimante

4012 fournisseurs ONDO

(achat imprimante)

10 000

10 000

Cas sans erreur après correction 

Fournisseur MBA

Solde au 31-12-2010   25 000 (créditeur)

01-01-10 Fact. 005-MBA Honoraires 45 000

02-04-10 BICIG CH n 34256754 10 000

03-05-10 BICIG CH n 34256821 10 000

Fournisseur ONDO

Solde au 31-12-10 3 000 (débiteur)

02-03-10 BICIGCH n 34256635 5 000

23-05-10 BICIG CH n 34356945 2 000

25-07-10 Achat d'imprimante chez ONDO 10 000

Section 2 : LES CLIENTS

2.1. Définition

Le client est considéré comme toute personne physique ou morale qui achète un bien matériel, immatériel, ou un service chez une autre personne physique ou morale en contre partie d'une rémunération quelconque.

2.2. Comptabilisation

Compte client

Compte de produit

Compte d'Etat

 
 

2.3. Analyse du compte client

A la suite de la saisie dans le journal des recettes des factures de ventes, le grand livre des clients est tiré en vue d'une analyse des soldes.

L'analyse du compte client consiste à rapprocher les montants au crédit (règlements) au montant débiteurs (constatation de la créance). Cette opération nous permettra de comprendre la composition des soldes clients.

Les erreurs éventuelles de saisie ou d'imputation sont corrigées dans un journal OD (opérations diverses).

Exemple : cas avec erreur

Client KOUMBA

Solde au 31-12-2010  35 000 (débiteur)

01-01-10 Fact. 005-à Koumba 45 000

02-04-10 BICIG CH n 34256754 10 000

03-05-10 BICIG CH n 34256821 10 000

25-07-10 Vente d'imprimante à Koumba 10 000

Client Makosso

Solde au 31-12-10 7 000 (créditeur)

02-03-10 BICIG CH n 34256635 5 000

23-05-10 BICIG CH n 34356945 2 000

En analysant le compte de Koumba on rend compte que l'opération du 25-07-10 ne concerne pas une opération relative à Koumba donc l'opération est à viré dans le compte concerné (compte Makosso).

2.4. Correction de l'erreur dans le journal O.D

Correction de l'erreur

4111 client Koumba

701 vente d'imprimante

(pour correction)

-10000

-10000

Ecriture après correction

4112 client Makosso

701 ventes d'imprimante

(vente d'imprimante)

10000

10000

Cas sans erreur après correction :

Client Koumba

Solde au 31-12-2010   25 000 (débiteur)

01-01-10 Fact. 005-à Koumba 45 000

02-04-10 BICIG CH n 34256754 10 000

03-05-10 BICIG CH n 34256821 10 000

Client Makosso

Solde au 31-12-10 3 000 (créditeur)

25-07-10 Achat d'imprimantes 10 000

02-03-10 BICIG CH n 34256635 5 000

23-05-10 BICIG CH n 34356945 2 000

NB : En fin d'analyse des comptes de tiers (fournisseurs et clients), une lettre de confirmation de solde est envoyée aux clients et aux fournisseurs dans le but de s'assurer de la conformité des soldes entre les deux comptabilités.

Chapitre VI : ETAT, ORGANISME SOCIAUX ET TRESORERIE

Section 1 : ETAT ET ORGANISME SOCIAUX

1.1. Etat

Pour ce qui concerne le compte de tiers Etat au niveau de GBM il s'agit du calcul, du paiement et l'enregistrement de l'impôt dans la comptabilité (TVA).

Selon Gaston JEZE l'impôt est défini comme << étant une prestation pécuniaire, requise des personnes physiques ou morales de droit privé, voir de droit public, d'après leurs facultés contributives, par voie d'autorité, à titre définitif et sans contre partie déterminée, en vue de la couverture des charges publiques ou à des fins d'interventions de la puissance publique>>.

1.1.2 La TVA

La Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) est un impôt indirect sur la consommation facturée aux clients sur les biens qu'ils consomment ou les services qu'ils utilisent. Cet impôt est versé par les entreprises ou les personnes redevables mais répercuté sur les prix de vente d'un produit.

Au terme de l'article 210 du code général des impôts, Sont imposables à la TVA quels que soient leur statut juridiques, la forme et la nature des activités, leur situation au regard des autres impôts et taxes.

-les personnes physiques,

-les personnes morales,

-les personnes publiques,

-les collectivités locales,

-les groupements d'intérêts économiques.

1.1.3 Calcul et paiement de la TVA

Le taux de la TVA en vigueur est de 18%et est unique au GABON. Il est appliqué sur le montant hors taxes.

Exemple :

Achat d'un vibreur à 150 000 f CFA. TVA 18%.

Montant TVA = 150 000 * 18/100=27 000

Montant TTC = 150 000 + 27 000 = 177 000

Les opérations d'un mois données engendrent le paiement de la TVA à l'Etat (TVA facturée) au plus tard le 20 du mois suivant après déduction de la TVA récupérable du mois considéré.

* Cours de fiscalité 1ere année comptabilité, professeur Mr EBE MBA

Si la TVA facturée est supérieur à la TVA récupérable, il y a TVA à décaisser, cela signifie que l'entreprise à une dette envers l'Etat.

Si la TVA facturée est inférieur à la TVA récupérable, il y a crédit de TVA, cela signifie que l'entreprise possède une créance sur l'Etat et cette somme est rarement remboursée. Cette TVA est reportée sur les déclarations suivantes : c'est un crédit de TVA à reporter.

1.1.4 Comptabilisation de la TVA

Lors d'une prestation de service GBM facture la TVA à ses clients. Cette TVA facturée est comptabilisée dans le compte 443 `Etat TVA facturée'.

Compte client

Compte de vente

TVA facturée

X+Y

X

Y

Lors d'un achat GBM enregistre dans le compte 4452 `'TVA récupérable sur achat''.

Compte d'achat

TVA récupérable

Compte fournisseur

Compte de trésorerie

X

Y

X+Y

1.1.3 Régularisation de la TVA en fin de mois

En fin de période (le mois), l'entreprise est tenue de déclarer la TVA en faisant la différence entre la TVA facturée et la TVA récupérable.

Cas ou la TVA facturée est supérieur à la TVA récupérable

TVA à décaisser= TVA facturée - TVA récupérable

443. TVA facturée

445. TVA récupérable

4441. Etat, TVA due

X+Y

X

Y

4441. Etat, TVA due

5. Trésorerie

X

X

Cas ou la TVA facturée est inférieur à la TVA récupérable

Crédit de TVA=TVA récupérable - TVA facturée

443. TVA facturée

4449. TVA à reporter

445. TVA récupérable

X

Y

X+Y

1.2. Organismes sociaux et Cotisations sociales

Les cotisations sociales sont des prélèvements obligatoires indexés sur les salaires. Au GABON ces prélèvements servent à financer le régime de la sécurité sociale.

A cet effet on distingue :

La part salariale (2,5%) à la charge du salarié.

La patronale (20,1%) à la charge de l'employeur

Les cotisations sont donc une part du salaire socialisé c'est-à-dire capté par des organismes appelés caisse (CNSS) afin d'être redistribuées aux salariés. Ainsi les cotisants bénéficient d'une couverture partielle ou totale des frais divers engendrés par l'un des grands risques que sont la maladie, la vieillesse, l'allocation familiale et les accidents de travail.

1.2.1 Principe de calcul

Elle se calcule sur la base de la rémunération totale à laquelle on applique un taux de 20,1% qui se compose comme suit :

5% pour l'assurance vieillesse

3% pour le risque professionnel

8% pour les allocations familiales

0,6 pour les fonds d'évaluation sanitaire

2% pour distribution des médicaments

1,5% pour hospitalisation.

1.2.3 Déclaration

Cette déclaration doit être adressée mensuellement au plut tard le 15 de chaque mois pour les salaires au cour du mois précédent.

1.2.4 Comptabilisation

422 Pers. Rémun. Du

431 Sécurité sociale

X

X

NB : À la fin des travaux, un rapprochement est fait entre les déclarations effectuées et la comptabilité. Une différence sera obtenue forcement. Cette différence est celui du mois de décembre. Cette déclaration se fera en janvier de l'année suivante que nous n'avons pas dans notre comptabilité.

Section 2 : La TRESORERIE

La trésorerie (d'une entreprise) est la somme de tous les avoirs et dettes à court terme. La caisse et les banques sont les instruments essentiels de la trésorerie de GBM.

2.1 La CAISSE

2.1.1 Définition

La caisse représente les espèces que l'entreprise possède. La caisse est un compte d'actif qui enregistre les mouvements des liquidités au cours de l'exercice et ne peut jamais être créditeur. Le compte caisse représente la valeur des espèces. Il a comme caractéristique de ne pas affecter une recette particulière à une dépense particulière. C'est le principe d'unité de caisse.

2.1.2. Analyse compte caisse

Le journal de caisse recense par ordre chronologique tous les événements de caisse (les sorties et les entrées) pour une période donnée. A la fin de chaque mois, le journal du compte caisse est tiré en vue d'un rapprochement avec le brouillard de caisse (manuel et mensuel) et les pièces comptables. Une analyse de ce compte vérifiera surtout la nature des flux de la caisse afin de vérifier d'éventuels abus.

2.2 La BANQUE

2.2.1 Définition

L'article 3 de la loi cadre n°012/96/ADP de la 02/05/1996 portante réglementation bancaire stipule que :<< sont considérées comme banques, les entreprises qui font profession habituelle de recevoir des fonds dont elles peuvent disposer par chèque ou virement et qu'elles emploient pour leur propre compte ou pour le compte d'autrui en opération de crédit ou de placement >>.

L'entreprise GBM travaille en étroite collaboration avec les banques suivantes la :

- BICIG,

- ECOBANK,

- ORABANK,

- BGFI,

- CITIBANK.

2.2.2 Analyse compte banque ou état de rapprochement

A la fin de chaque mois, chaque banque adresse à GBM un relevé bancaire.

Le grand livre de la banque concernée est alors tiré pour un rapprochement avec le relevé. Il s'agit de confronter le solde du compte banque que l'entreprise tient dans ses livres avec celui du relevé envoyé par la banque. L'objectif est d'aboutir au même solde réel correspondant aux avoirs ou dettes éventuelles de GBM en banque.

2.2.3 Intérêt de l'état de rapprochement

L'état de rapprochement bancaire est une nécessité car lorsque l'entreprise reçoit un relevé bancaire le solde peut différer de celui du compte 52 tenu par l'entreprise. En effet le relevé peut faire apparaître des mouvements ignorés par l'entreprise tel que :

- frais de commission prélevée par la banque,

- effets impayés,

- virements clients,

- intérêts créditeurs.

2.2.4 Méthode de l'élaboration de l'état de rapprochement

L'élaboration nécessite plusieurs étapes :

- la confection du tableau (Cf. annexe 2) ;

- le report des deux soldes ;

- la constatation des opérations enregistrées chez l'entreprise mais pas à la

Banque ;

- la constatation des opérations enregistrées par la banque mais pas dans

L'entreprise ;

- la détermination des nouveaux soldes banque et relevé bancaire.

Critiques et suggestions

Les opérations d'analyse des comptes permettent aux entreprises de mieux comprendre le fonctionnement de leur comptabilité, d'avoir une meilleure organisation comptable, d'avoir une mise en place d'une procédure comptable permettant une bonne analyse des opérations. La société GBM s'est dotée d'une bonne organisation de travail. Elle utilise des outils perfectionnés lui permettant de mener à bien son activité. Il y règne un climat socioprofessionnel et une franche collaboration.

Tout en saluant l'effort fait par GBM dans l'organisation de sa comptable, nous avons relevé tout de même quelques points qui pourraient être améliorés et nous souhaitons, au terme de notre analyse apporter notre modeste contribution pour une plus grande efficacité.

Nos remarques se résument aux points ci-après :

· Au niveau du traitement des pièces comptables, nous avons constaté des petits problèmes d'organisations liés à la densité des opérations bancaires ce qui entraîne souvent la perte de certaine pièce, mais aussi au fait que l'entreprise ne dispose pas de toutes les pièces en temps voulu.

· Concernant l'imputation des pièces comptables nous avons remarqué que celle-ci se fait parfois directement sur les pièces comptables ce qui occasionne des surcharges sur certaines pièces comptables.

Nos suggestions sont entre autre :

· Afin de permettre au personnel de GBM de parfaire le travail, il serait nécessaire de demander aux comptables de la société de rassembler à temps les différentes pièces pour la production des états financiers dans les délais.

· Au niveau de l'imputation, il serait souhaitable d'établir des fiches d'imputions pour éviter d'éventuel surcharges qui pourrait en survenir.

CONCLUSION

La comptabilité est devenue de nos jours une fonction importante au bon fonctionnement des entreprises.

Principale source d'information fiable et sincère, elle permet aux associés d'avoir une situation claire du déroulement des activités et de prendre les décisions adéquates pour le bon fonctionnement de l'entreprise.

Tout ceci montre l'importance de la comptabilité dans le développement des affaires aussi bien à l'intérieur d'un pays qu'au niveau international.

Un stage effectué au sein de l'entreprise GBM et qui a porté sur le traitement et l'analyse des comptes nous a été très bénéfique.

Il nous a permis de nous plonger dans le monde professionnel et de renforcer nos connaissances en matière de comptabilité.

Nous avons appris à :

- effectuer la collecte chronologique des pièces comptables et à les ranger dans des classeurs en fonction des opérations effectuées ;

- utilisé nos connaissances en comptabilité générale pour les imputations des différentes pièces, à établir des tableaux d'amortissement et les états de rapprochements bancaires ;

- élaborer les états financiers de fin d'année.

En définitive, ce stage a été un complément nécessaire et indispensable pour le renforcement de notre formation théorique. Il nous a fourni les rudiments utiles pour exercer avec plus de sérénité la profession de comptable, que nous avons choisie comme métier.