pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Impact de transferts de fonds dans le développement socio-économique de la ville de Kalémie "cas de la Soficom/ Kalemie"


par Amisi Ngoy Damas
Univertité Ouverte  - Diplôme de Gradué en économie et gestion 2010
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

CHAPITRE II. NOTION SUR LE TRANSFERT DES FONDS

Nos études et analyses dans ce chapitre seront menées dans les limites des théories sur les transferts de fonds. Nous ferons également recours aux différentes approches d'intermédiation financière informelle étant donné que ce secteur d'intermédiation est une révolution de transferts de fonds.

Ce mot « transfert » provient du verbe transférer, qui signifie transporter en observant les formalités prescrites17(*). Ce terme diffère d'un virement en ce sens que le transfert peut se faire au sein d'une même Banque ou des Banques différentes sans que l'auteur de ce dernier ait un compte bancaire.

Le transfert de fonds est une opération de répartition sans contre partie effectuée par un agent économique au profit d'un autre agent économique.

En plus des banques, le transfert de fonds peut s'effectuer dans des Messageries Financières qui sont des personnes morales de droit congolais autres que les établissements de crédits qui effectuent en l'état, à titre de profession habituelle, sans déplacement physique des fonds du donneur d'ordre, des opérations de transfert.

Par contre le virement est une opération comptable par laquelle on fait passer une somme d'un compte à un autre compte18(*). Ce virement se fait par un simple jeu d'écriture, c'est-à-dire sans mouvement d'espèce et n'est possible que pour les clients d'une même banque. Pour les clients des banques différentes, l'opération porte le nom de transfert et non virement19(*).

II.1. CATEGORIES DE TRANSFERTS DE FONDS

Les transferts peuvent être regroupés en deux grandes catégories20(*) :

a. Ceux correspondant à une épargne individuelle ou destinés à l'investissement dans des activités économiques ou dans l'immobilier.

b. Ceux destinés à la consommation familiale des bénéficiaires, principalement les dépenses d'alimentation, de sante, éducation, des dépenses liées aux cérémonies religieuses, funéraires et collectives.

La deuxième catégorie concerne 60 à 85% des bénéficiaires. La proportion est plus élevée dans les pays les plus pauvres. Cependant, les transferts réalisés à des fin d'investissements immobiliers (individuel ou familial) et dans moindre mesure d'investissements productif sont partout importants ils représentent entre 25 et 60% des montant transférés

II.2 APPROCHE

La question des transferts de fonds et de la mobilisation de ces ressources fait l'objet de trois types d'approches :

II.2.1. APPROCHE ANGLO-SAXONNE

Cette approche considère que l'essentiel de l'action doit porter sur la fluidification de l'offre de services. Pour ce faire, il convient de stimuler la concurrence par une réglementation souple, la diffusion de l'information sur les prestations des operateurs à la clientèle et la diversification des modes de transferts rapides (par innovation technologique notamment).

* (17) Thomas SUAVET ; Dictionnaire économique et social, Paris, 1962, p456

* (18) Emile SONSONGO NSOKO ; Cours de Comptabilité Générale, 2ème éd. PUL, p24

* (19) Jean Bayard ; idem p12

* (20)- BAD ; Transferts par les migrants au centre des efforts de développement en Afrique, 29/01/2008

-Cleto KINGALA ; Cours de Comptabilité Nationale, G3 Economie & Gestion, Université Ouverte,

2009-2010, inédit.

précédent sommaire suivant