pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Contribution à  l'analyse spatio-temporelle de l'occupation et de la perte des sols au niveau du bassin versant de la Funa (Kinshasa/ RDC )


par Al Aimé MUKENDI KATAMBA
Université de Kinshasa - Ingénieur agronome 2009
Dans la categorie: Sciences
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

1.3 L'EROSION HYDRIQUE ET L'EQUATION UNIVERSELLE DE PERTE DES SOLS REVISEE

1.3.1 L'érosion hydrique

L?érosion hydrique des sols résulte de divers processus que sont le détachement, le transport et la sédimentation (MAKOKO et al., 1986).

Le détachement de particules se produit à la surface du sol lorsque, sous l?action des gouttes de pluie, des agrégats se brisent ou lorsque la force de cisaillement du ruissellement devient supérieure à la résistance au détachement du sol (KNAPEN et al., 2007).

Des tous les agents érosifs, l?eau de pluie s?avère ~tre le plus important. En effet son éclaboussure (effet splash), en heurtant le sol, détache les particules et les entrainent à leur suite par ruissellement.

Le phénomène est d?autant plus accéléré quand le terrain est nu et qu?il se trouve sur une pente, cette dernière ayant pour effet d?accroitre la vitesse de ruissellement au dépend de l?infiltration.

Cependant, le développement de la technologie de l?information, le SIG entre autre, offre de nouvelles pistes de suivi de l?évolution de l?érosion, notamment par un cheminement GPS ou encore le traitement des images satellites de haute résolution.

Dans son étude des phénomènes érosifs, le SIG se sert des données de la télédétection. Le rapport inter organisationnel et l?efficacité de ces deux technologies ont été renforcés par le progrès considérable de l?informatique et des logiciels.

23

1.3.2 Equation universelle de perte des sols révisée

L?équation universelle de perte des sols selon Wischmeier et Smith (1978), de l?anglais Universal Soil Loss Equation (USLE) ainsi que sa version révisée (RUSLE) constituent les modèles les plus utilisés à travers le monde pour l?évaluation et la quantification de l?érosion du sol (El GAROUANI et al., 2007).

Cette équation prévoit le taux annuel moyen d?érosion à long terme sur la pente d?un champ, en fonction de la configuration des pluies, du type de sol, de la topographie, de l?assolement et des pratiques de gestion des cultures.

Sa version révisée intègre le système d?information géographique.

Selon ce modèle, l?érosion est une fonction multiplicative de l?érosivité des pluies (le facteur R) et de la résistance du milieu, laquelle comprend K (l?érodibilité du sol), LS (le facteur topographique), C (le couvert végétal et les pratiques culturales) et P (les pratiques antiérosives).

La formule de USLE est la suivante :

A = R x K x LS x C x P

Avec :

· A = taux d?érosion potentielle (T/ha/an)

· R = facteur d?érosivité (MJ * mm / ha * h * an)

· K = facteur d?érodibilité (T * ha * h / ha * MJ * mm)

· L = facteur de longueur de pente

· S = facteur d?inclinaison de pente

· C = facteur de couverture végétale et de gestion du sol

· P = facteur des pratiques de conservation du sol.

L?utilisation du SIG dans la résolution de USLE s?établit à deux niveaux. Premièrement, il sert d?outils de présentation des résultats et secundo il intervient comme outils d?analyse.

1.3.2.1 Evaluation de R

L?indice d?érosivité est égal à l'énergie cinétique des pluies, que multiplie l'intensité maximale des pluies durant 30 minutes exprimée en cm par heure (EL GAROUANI et al., 2007). Cet indice correspond aux risques érosifs potentiels dans une région donnée où se manifeste l'érosion en nappe sur une parcelle nue de 9 % de pente.

précédent sommaire suivant