WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Une Algérie fracturée, un enfant en danger

( Télécharger le fichier original )
par Lounis Oukaci
Université Mentouri de Constantine - Doctorat d'état en sciences de l'éducation 2007
  

sommaire suivant

OUKACI LOUNIS

Docteur d'état en sciences de l'éducation
Maître de conférences .
Faculté des sciences humaines et sociales
Université de MENTOURI
Constantine
ALGERIE

Quand la volonté politique existe fortement, sincèrement,
L'histoire avance. Il est intolérable quelle continue d'avancer en foulant
Les plus faibles. Elle doit les porter à bout de bras, comme
Des gerbes d'espérance, vers un avenir de réel épanouissement humain.
MARCEL VOISIN

Introduction

« L'assemblée générale des Nations Unis a adopté le 20 Novembre 1989 lors de sa 77eme session le texte final de la convention relative aux droits de l'enfant. Depuis cette date historique la quasi totalité des pays l'a adopté. Elle a également force de loi en Algérie, depuis sa ratification le 23 Décembre 1992 par le parlement.

Mais que de chemins parcourus, que d'obstacles surmontés de part le monde, pour que l'enfant ait enfin une existence juridique, qu'il passe d'un état de «quasi personne» à celle d'un citoyen à part entière »(1) .

Très beau discours, qui ne reflète en rien, la réalité de millions d'enfants vivant dans l'oubli total et l'anonymat par excellence. Nous ne doutons pas de la sincérité de l'interlocuteur, mais nous voulons l'inviter à sortir à minuit sur son balcon, nous lui demandons d'observer et d'écouter.

Nous sommes persuadés, qu'il va s'apercevoir que, des millions d'enfants dorment avec un « ventre vide », que des centaines de milliers de femmes pleurent, et crient leur désespoir, que des milliers de jeunes meurtris dans leurs chairs, ont perdu tout espoir et projet d'avenir, que des millions de chômeurs crient leur détresse en regardant leurs progénitures s'éteindre à petit feu, que des centaines de milliers d'handicapés subissent la loi divine et la loi des hommes... .

Nous avons sollicité cet interlocuteur, le représentant de l'UNICEF en Algérie, parce qu'on a beau cherché cette «société civile» que nous avons finalement croisée, après maintes tentatives, en compagnie de la majorité des «Elus du peuple», dans cette nouvelle « république Algérienne démocratique », constituée uniquement d'hôtels de luxes, loin de cette autre Algérie Populaire.

Nous l'avons alors sollicité, pour qu'il se penche du haut de son balcon, pour observer cette deuxième république populaire désarçonné, aliéné.

Aussi, invitons gracieusement notre interlocuteur à faire un voyage à travers cette Algérie de l'indigénat pour qu'il puisse se rendre compte que l'UNICEF est aussi victime de cette analyse superficielle.

sommaire suivant