pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Impact de la communication pour le changement de comportement en zone de santé d'Uvira


par Bernard BAHIMBA KALIMURHIMA
Université ouverte/ CIDEP antenne d'Uvira - Licence 2011
Dans la categorie: Communication et Journalisme
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

0.2. PRESENTATION DU PROBLEME

0.2.1Présentation dans le monde

La vie humaine est souvent menacée par des faits et phénomènes divers, mais en premier lieu la morbidité et la mortalité, qui mettent fin à cette vie, aussi bien dans les pays du Nord que ceux du Sud.

C'est ce qui a mené l'organisation des Nations Unies en sigle « ONU», à mettre sur pied à travers son assemblée générale et son conseil de sécurité, une des agences spécialisées en matière de santé en l'occurrence : l'Organisation Mondiale de la Santé, l'OMS en abrégeant. Celle-ci a pour rôle, de promouvoir la santé préventive, curative et promotionnelle à travers le monde entier.

Néanmoins, certains efforts ont été réalisés surtout dans les pays développés, soit pour éradiquer totalement certaines maladies, soit pour en faire efficacement face. C'est les cas du paludisme, de VIH/SIDA, de la variole, de la tuberculose, de la lèpre, etc, oCI le taux de morbi- mortalité a été réduit sensiblement.

En prenant par exemple, le cas précis du VIH/SIDA, seuls pays en développement occupent le sommet de la séroprévalence. Pourtant, cette pandémie n'est jusqu'ici sans traitement curatif. Mais, une question se pose, pourquoi cette différence ? C'est parce que dans ces pays, la communication et l'information, sont plus développées et on y rencontre moins de personnes analphabètes, et qui du jour au jour, sont au point de tous les événements, et apprenant souvent comment se prévenir.

0.2.2. Dans les pays du tiers-monde.

Dans le pays en développement, l'ignorance est à base du taux élevé presque pour chaque maladie. Le manque ou la sous information, est responsable du taux élevé de morbidité et mortalité. Certains cas palpables illustrent ce fait, c'est par exemple de la « mortalité maternelle ». Selon

U NICEF, on estime que « chaque année, ce sont plus de 500.000 femmes, soit environ une femme toutes les minutes qui meurt des suites de complications liées à la grossesse ou pendant l'accouchement. Environ 99 % des décès maternel les surviennent dans les pays en développement, dont plus de 90 % en Afrique et en Asie.10

Il en est de même des enfants qui paient un lourd tribut, car dans l'ensemble du monde en développement, un enfant de moins de 5 ans sur 4, soit 146.000.000 d'enfants, souffrent d'insuffisance pondérale. C'est surtout en Asie du Sud et dans une moindre mesure en Afrique subsaharienne, que le problème de la sous-alimentation des enfants est plus grave.11

q En Afrique sub-saharienne, les jeunes femmes sont plus vulnérables face à l'infection du VIH/SIDA que les jeunes hommes, mais disposent d'une information moins complète qu'eux sur le HIV.12

précédent sommaire suivant