WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Les commémorations du 11 novembre en Belgique francophone pendant l'entre-deux-guerres. Les cas de Bruxelles, Liège et Mons

( Télécharger le fichier original )
par Emeline WYNANTS
Université de Liège - Master en histoire 2012
  

précédent sommaire suivant

0.4. Les sources.

En ce qui concerne les sources, la première et majeuresource que nous utiliserons est la presse belge. A la vue du nombre impressionnant de titres pour la Belgique, nous avons réalisé unesélection avec l'accord de notre promoteur, et suite à une discussion avec Madame Catherine Lanneau, notre lectrice. Il existe une logique sous-jacente derrière cette liste : chaque titre (parfois deux ou trois pour couvrir la période) représente une tendance politique ou une région. A titre de comparaison, nous avons fait une brève incursion dans la presse néerlandophone. Au final, nous avons dépouillé dix-neuf titres entre 1919 et 1939 sur la période commençant le 1e novembre et s'achevant le 15 novembre.

Parallèlement aux journaux, nous nous sommes focalisée sur les publications officielles telles que Le Moniteur Belge26(*), Les Annales Parlementaires, Les Procès Verbaux des Conseils des Ministres,... afin de tenter de percevoir l'opinion officielle, politique ainsi que les mesures prises en faveur soit de l'évènement soit des acteurs de celui-ci. Nous avons, bien entendu, consulté des centres et des fonds d'archives. Pensant trouver des informations aux Archives Générales du Royaume27(*), nous avons consulté le Guide des sources de la Première Guerre Mondiale en Belgique28(*). Malheureusement, cet ouvrage ne nous a pas permis de trouver des renseignements concernant notre sujet.Comme un membre de la famille royale est chaque fois présent lors des cérémonies, nous avons pris contact avec les Archives du Palais Royal29(*) où nous avons pu consulter les Archives du Département du Grand Maréchal (époque Albert I) et les Archives du Département du Grand Maréchal (époque Léopold III) qui contiennent quelques dossiers concernant la cérémonie du 11 novembre. Notre sujet étant en relation avec le monde militaire, nous nous sommes rendue au Musée royal de l'armée30(*) afin d'y consulter le fonds numéro 42 : Ministère de la Défense nationale service du personnel militaire et du recrutement dont une partie concerne la participation de l'armée aux manifestations patriotiques dans la période qui nous occupe, ainsi que la boite 81131(*) des Archives dites de Moscou. Nous avons également contacté la documentaliste générale de l'Armée qui nous a dirigée vers divers services32(*) qui ne nous ont pas permis d'obtenir de plus amples informations. Nous avons tenté de retrouver les archives du Comité de la Flamme ainsi que celles de la Ligue du Souvenir mais cela s'est révélé vain pour la période de l'entre-deux-guerres33(*). Nous avions voulu consulter les archives de la sûreté de l'Etat pour la période concernée mais malheureusement, ces dernières ont été détruites durant la campagne de mai 1940. Nous avons également contacté la Fédération Nationale des Combattants - puisqu'elle jouait un grand rôle dans l'organisation des diverses cérémonies- mais celle-ci ne possède pas d'archives relatives à la période étudiée. Suite à une discussion avec la chargée de communication de l'Institut National des Invalides de guerre, anciens combattants et victimes de guerre, nous nous sommes tournée vers le Service du Protocole du SPF Intérieur. Ce dernier nous a transmis le seul document à sa disposition : une notice se rapportant à l'Armistice, rédigée par son ancien chef de bibliothèque. Notre recherche se focalisant sur Bruxelles, Liège et Mons, nous nous sommes rendue dans les services d'Archives de ces trois villes 34(*). Pour ce qui concerne Mons, nous nous sommes aussi reportée au fonds Licoppe35(*) qui conserve des documents sur la ville de Mons pendant la Première Guerre Mondiale. Nous avons aussi consulté le fonds Putanier36(*)ou encore le Fonds d'histoire du mouvement wallon37(*). Toutes ces sources vont nous permettre d'établir le sens contemporain qu'avaient ces commémorations.

Mais nous ne nous sommes pas arrêtée aux sources, nous avons également consulté plusieurs travaux d'historiens sur des sujets similaires. Nous avons d'ailleurs trouvé plusieurs mémoires inédits dont la lecture fut très enrichissante. Ceux-ci concernent principalement les monuments commémoratifs dans diverses régions38(*). Toutefois, ces mémoires ne relatent pas un rituel commémoratif mais décrivent, analysent des monuments qui sont partie prenante de ce rite.

Nous avons également pris comme référence des ouvrages ou articles traitant d'autres grands thèmes tels que les Anciens Combattants en Belgique39(*), le pacifisme40(*), la notion de deuil face aux morts de la Grande Guerre41(*),... Pour une vue d'ensemble des ouvrages consultés, nous renvoyons le lecteur à la partie bibliographie de ce travail.

* 26 Pour une meilleure compréhension de notre part, nous avons en réalité consulté les tomes de la Pasinomie ce qui permet de remettre une loi dans son contexte un peu plus général.

* 27 Localisée à Bruxelles : Rue de Ruysbroeck, 2, 1000 BRUXELLES

* 28VANDEN BOSCH H., TALLIER P-A., AMARA A. ET D'HOOGHE V., Guide des sources de la Première Guerre mondiale en Belgique, Bruxelles, Archives générales du Royaume, 2010.

* 29 Egalement localisée à Bruxelles : Rue Ducale, 2, 1000 BRUXELLES

* 30 Parc du Cinquantenaire 3, 1000 Bruxelles

* 31 Cette boite concerne le premier Régiment d'Artillerie d'Armée, les commémorations, les fêtes de régiment, les exercices et les manoeuvres de 1920 à 1940.

* 32 Service du protocole, archives de la police,...

* 33 En ce qui concerne le Comité de la Flamme, le Centre d'Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines (Ceges/Soma) possède les archives à partir de 1951 ainsi qu'une série de photographies à partir de 1945. (côte: CEGES (Dépôt Aviation (Magasins) AA 2104). La Ligue du Souvenir avait comme fonction de veiller à ce que le souvenir de la grande guerre ne s'efface pas, notamment par la diffusion dans la presse d'articles (exemple : Le Soir, 4 août 1919, p.1). Le Comité de la Flamme lui veillait au bon fonctionnement de la flamme placée sur la tombe du Soldat Inconnu.

* 34 Archives de la Ville de Bruxelles, Archives de la Ville de Liège, Archives de la Ville de Mons,

* 35 Conservé à l'Université Mons-Hainaut

* 36 Nous avons consulté la partie conservée à l'Université Mons-Hainaut puisque la partie conservée au Musée de la Vie Wallonne concerne spécifiquement le mouvement wallon.

* 37 Ce fonds est situé à Liège: Cour des Mineurs, 4000 Liège

* 38BIEVEZ E., La mémoire de la GrandeGuerre à travers les monuments aux morts dans les communes de Huy, Tihange et Ben-Ahin, Mémoire de licence en histoire, inédit, Louvain-La-Neuve, 2003.

BUVÉ A., Les vitraux commémorant les guerres mondiales du XXeme siècle en Belgique: images de verres et de mémoire, Mémoire de licence en Histoire, inédit, Louvain-la-Neuve, année académique 2008-2009.

CLAISSE S., Ils ont bien mérité de la patrie! Monuments aux soldats et aux civils belges de la Grande Guerre, mémoire(s) et reconnaissance (1918-1924), Thèse de doctorat en Histoire, inédit, Louvain-la-Neuve, année académique 2005-2006.

CLAISSE S., Les monuments aux morts de la grande Guerre dans les communes d'Etalle, Habay-la-Neuve et Tintigny, Mémoire de licence en Histoire, inédit, Louvain-la-Neuve, année académique 1998-1999.

CONSTANT J., La mémoire des « atrocités allemandes » de la Première Guerre mondiale dans l'Entre- deux-guerres au Pays de Herve. Mémoire de licence en Histoire, inédit, Liège, année académique 2005-2006.

DANIERE K., Les monuments aux morts de la Grande Guerre, Mémoire de licence en Histoire, inédit, Université Louis Lumière Lyon 2, année académique 1995-1996.

DUBOIS Y., Les monuments commémoratifs de la grande guerre en province de Liège, Mémoire de licence en Histoire de l'art et archéologie, inédit, Liège, année académique 2010-2011.

ERGEN N., La mémoire de la Grande Guerre à travers les monuments aux morts dans les communes d'Ans, Awans et Saint-Nicolas, Mémoire de licence en Histoire, inédit, Louvain-la-Neuve, année académique 2000-2001.

GUILITTE A., Les monuments aux morts de la guerre 1914-1918 dans les communes du grand Namur (1919-1932), Mémoire de licence en Histoire, inédit, Louvain-la-Neuve, année académique 1986-1987.

* 39COLIGNON A., Les anciens combattants en Belgique francophone 1918-1940, Liège?: Michel Grommen, 1984 ; DENECKERE G., « Oudstrijders op de vuist in Brussel: het amnestieconflict tijdens het interbellum », in Revue Belge d'Histoire contemporaine, volume 25, t. 3-4, 1996, p. 273 - 327.

* 40VAISSE M., Le pacifisme en Europe : des années 1920 aux années 1950,  Bruxelles, Emile Bruylant, 1993.

* 41WINTER J., Entre deuil et mémoire : la GrandeGuerre dans l'histoire culturelle de l'Europe, Paris, Colin, 2008.

précédent sommaire suivant