WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Interactions et ancrage territorial des industries créatives: le cas de la Belle-de-Mai à  Marseille


par hélène sEVERIN
Université Aix-Marseille - Master 2 géographie du développement 2015
  

précédent sommaire suivant

b) L `utilisation du terme de « pôle » renvoie-t-il au concept de « cluster » ?

Les trois îlots du Pôle Belle-de-Mai font référence à 3 pôles que sont la Friche, le Pôle Média et le Pôle Patrimoine. On peut remarquer par la présente phrase que le terme « pôle » est récurrent sur ce territoire. Il est d'abord utilisé au sein des différents projets de réhabilitation de l'ancienne manufacture. Il est ensuite utilisé comme référence nominative pour l'îlot multimédia qui devient le Pôle Média et l'îlot patrimoine qui devient le Pôle Patrimoine. Enfin, il décrit l'ensemble qui constitue le « Pôle Belle-de-Mai ».

Mais qu'entend-on par le terme « pôle » ? A quoi ce terme fait référence ?

Nous pouvons supposer que l'expression « pôle » pourrait s'apparenter à celle de « pôle de compétitivité ». Dans sa définition, un pôle de compétitivité est « une combinaison, sur un espace géographique donné, d'entreprises, de centres de formation et d'unités de recherche publiques ou privées engagés dans une synergie autour de projets communs au caractère innovant. »35(*). Les mots qui ressortent de cette définition sont « synergie » et « projets communs ». L'intérêt de ce genre de pôle est de rassembler des industries qui gravitent autour d'un même secteur et ainsi leur fournir la possibilité de travailler en corrélation. Dans le cas du Pôle Média, ce sont des entreprises de production, de création et de diffusion multimédia et audiovisuelle qui sont regroupées au sein d'une même structure. Concernant le Pôle Patrimoine, ce sont des établissements de conservation des patrimoines qui se regroupent sur un même secteur géographique. Enfin, à la Friche, ce sont des associations d'artistes dont le but est de produire de la culture pour tous les publics. Bien que la Belle-de-Mai ne dispose pas de centre de formation ou de recherche, il s'agit bien d'un regroupement d'entreprises issues de mêmes secteurs d'activités.

Finalement, la définition du « pôle de compétitivité » se rapproche quelque peu de celle du « cluster » que nous avons développé en partie 1. En effet, la possible création d'une synergie donnant lieu à des projets communs peut s'apparenter au système « cluster ». On retrouve d'ailleurs ce rapprochement dans plusieurs études sur les pôles média et pôles de compétitivité en général. Au sein de l'annexe 2 du bilan Stratec sur la pertinence d'un Pôle Média à Bruxelles dans l'élaboration du schéma directeur de la zone levier n°12 RTBF-VRT36(*), le rapprochement entre pôle et cluster est clairement fait. En effet, « le terme « pôle » s'apparente aÌ celui de cluster qui, en urbanisme, désigne « une unitéì urbaine, un bloc urbain dont les activités économiques sont homogènes ». Par exemple, un Central Business District (CBD) tel que La Défense aÌ Paris est un cluster. »37(*). Par définition38(*), un cluster consiste en un regroupement d'acteurs d'un même secteur dont le rassemblement constitue un intérêt commun. La proximité géographique entre ces entreprises permet la mise en place d'une synergie, d'une cohabitation collaborative, d'une proximité organisée. Dans le cas d'un cluster de type Pôle Média, les entreprises qui se rassemblent viennent de secteurs créatifs. Bien que la proximité géographique soitun des points fort de ce pôle, est-elle vraiment suffisante à la création d'une synergie ? En effet, dans certains cas de cluster, le rassemblement n'est pas obligatoire. Grâce aux nouvelles technologies de communications, les acteurs audiovisuels et média peuvent se rassembler virtuellement. On retrouve dans cette affirmation tout le paroxysme du paradigme de cluster. Un cluster est un regroupement d'entreprises dont la proximité géographique et la proximité organisée est une nécessité. Mais la proximité géographique, dans sa limite, n'est pas toujours nécessaire de manière quotidienne. Le lien peut évidemment se créer par les nouvelles communications et les nouveaux modes de transports. Finalement, cela revient à nous questionner sur le fait que la proximité géographique ne produit pas toujours de proximité organisée. Dans le cas de la Belle-de-Mai par exemple, les entreprises se sont surtout implantées là pour le prix et pour la renommée du lieu, mais cherchaient-elles vraiment à créer du lien avec d'autres acteurs ?

Le cluster est donc une stratégie intéressante lorsque les acteurs se regroupent pour former un ensemble synergique où les projets se ressemblent et s'assemblent. Il est même très intéressant de voir des entreprises dont l'efficacité économique augmente lorsqu'elles entrent en rapport avec d'autres entreprises environnantes dont la réussite est certaine. Nous devons donc nous demander, pour le cas de la Belle-de-Mai et pour la suite de notre analyse, si des interactions existent entre les entreprises et, si elles existent, est-ce que l'ensemble de sociétés est plus efficace qu'une activité consolidée par une seule entreprise ?

* 35 https://www.univ-nantes.fr/82467798/0/fiche___pagelibre/&RH=VALO&RF=1327082384526, consulté le 21 juin 2015

* 36 https://urba.irisnet.be/fr/lesreglesdujeu/pdf/20110418%20RTBF%20VRT_%20annexe%202%20rapport%20Pôle%20m-aedia.pdf, consulté le 02 juillet 2015

* 37Ibid, p4/51

* 38 Se rapporter au I.3.Le cluster créatif

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie