WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Interactions et ancrage territorial des industries créatives: le cas de la Belle-de-Mai à  Marseille


par hélène sEVERIN
Université Aix-Marseille - Master 2 géographie du développement 2015
  

précédent sommaire suivant

b) Partenariats contractuels entre certaines structures des 3 îlots

En dehors des pratiques personnelles des salariés entre les pôles, nous nous sommes demandé si des échanges contractuels existaient. Les politiques ainsi que la presse définissent le Pôle de la Belle-de-Mai comme un pôle de compétitivité de type cluster. Pour qu'un ensemble d'entreprises deviennent un cluster, il faut qu'elles soient proches géographiquement, que leur secteur d'activité soit le même et surtout qu'elles échangent entre elles autour de projets communs et de partenariats contractuels. La Belle-de-Mai regroupe des industries créatives et culturelles sur un même site. Par contre, contrairement à ce qui est avancé dans le discours politique et de la presse, les partenariats (c'est-à-dire lorsqu'une entreprise est cliente ou prestataire d'une autre entreprise) sont très faibles.

- Partenariats entre la Friche et le Pôle Média:

· 75 % des salariés de la Friche connaissent des personnes qui travaillent au Pôle Média et 9% en connaissent plus de 10 ;

· 23% ont des interactions avec des entreprises Pôle Média.

Graphique 9 : Types de partenariats des salariés de la Friche avec des entreprises du Pôle Média

· 46 % des salariés du Pôle Média connaissent des personnes qui travaillent à la Friche ;

· 24% en connaissent plus de 10 ;

· 16 % ont des interactions avec les associations et entreprises de la Friche.

Graphique 10 : Types de partenariats des salariés du Pôle Média avec des entreprises et associations de la Friche

Les financements d'événements sont des subventions ou des aides apportées par des entreprises d'un des îlots pour des événements organisés par des entreprises de l'autre îlot. Les salariés de la Friche sont plus nombreux à connaître des personnes qui travaillent au Pôle Média que dans le cas contraire. Par contre, la moitié des personnes du Pôle Média qui connaissent des personnes à la Friche en connaissent au moins 10, mais ce n'est pas pour autant qu'il y a plus de partenariats. Mais pourquoi les chiffres ne sont pas les mêmes ? Simplement parce que les personnes interrogées n'appartiennent pas aux mêmes entreprises. Par exemple les personnes qui travaillent pour EGENCIA sont 200. Si l'entreprise à un partenariat avec une association d'une ou deux personnes à la Friche, on aura dix ou vingt personnes du Pôle Média qui travailleront en collaboration avec deux personnes de la Friche et donc le taux ne sera pas le même. Finalement, il vaudrait mieux étudier les partenariats par entreprises que les partenariats entre salariés.

Concrètement, des partenariats comme par exemple la ZINC à la Friche qui apparait à quatre reprises dans les questionnaires des salariés du Pôle Média ne l'est qu'une seule fois dans les questionnaires de la Friche. Ainsi, il n'y a que sept partenariats différents sur vingt-trois énoncés par les salariés du Pôle Média avec la Friche et quatre sur onze entre la Friche et le Pôle Média.

De plus, des salariés du Pôle Média nous ont répondu qu'ils avaient des interactions avec la Friche puisqu'ils y travaillent mais que leur employeur se trouve au Pôle Média (EGENCIA). Nous n'avons pas réussi à obtenir des informations complémentaires sur ce partenariat mais il semblerait que la Friche - au même titre que le Pôle Média parfois - prête ou loue des locaux pour des entreprises du Pôle Média.

Un autre problème que nous avons noté est que les salariés de la Friche considèrent le Pôle Patrimoine comme appartenant au Pôle Média. En effet, un partenariat avec l'INA et un autre avec le CICRP sont indiqués lorsque nous leur posons la question des échanges avec la Friche, alors que ce sont des structures de l'îlot patrimoine. Alors que dans le discours, les trois pôles sont trop souvent différenciés, il semblerait qu'au Pôle de la Belle-de-Mai la différenciation soit plus difficile par les salariés. Ces confusions peuvent donc induire en erreur notre analyse.

- Partenariats du Pôle Patrimoine avec la Friche et le Pôle Média :

· 53 % des salariés du Pôle Patrimoine connaissent des personnes qui travaillent à la Friche ou au Pôle Média ;

· 26 % des salariés du Pôle Patrimoine ont des interactions avec les entreprises ou associations de la Friche et du Pôle Média.

précédent sommaire suivant