WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

traitement des eaux " traitement de de l'eau de source bousfer ORAN


par Abdellatif HAKMI
université des sciences et de la technologie Oran - Licence 2006
Dans la categorie: Sciences
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire

« MATIERE EN SUSPENSION » «MES»

Définition :

Ce sont des particules solides très fines et généralement visibles à l'oeil nu, théoriquement, elles ne sont ni solubilisées, ni à l'état colloïdale. Elles déterminent la turbidité de l'eau. Elles limitent la pénétration de la lumière dans l'eau, diminuent la teneur en oxygène dissous et nuisent au développement de la vie aquatique.

Ces matières sont en relation avec la turbidité, leur mesure donne une première indication sur la teneur en matière colloïdale d'origine minérale ou organique.

En fait, les limites séparant les trois états sont indistinctes et seule la normalisation de la méthode d'analyse permet de faire une distinction précise mais conventionnelle. Les matières en suspension comportent des matières organiques et des matières minérales. Toutes les matières en suspension ne sont pas décantables, en particulier les colloïdes retenus par la filtration.

La portée de la mesure des matières en suspension se trouve limitée, le prélèvement opère déjà une sélection : la mesure donnera systématiquement un résultat par défaut.

Deux techniques sont actuellement utilisées pour la détermination des matières en suspension (norme AFNOR T90-105) ; elles font appel à la séparation par filtration directe ou centrifugation. On réserve cette dernière méthode au cas où la durée de la filtration dépasse une heure environ.

Les causes de la variabilité de la mesure sont nombreuses (volume de la prise d'essai, teneur en MES de l'échantillon, séchage à 105 °C jusqu'à poids constant). La précision reste cependant très acceptable.

Ordres de grandeur de quelques teneurs en MES : Le tableau (6) près rend compte de quelques concentrations en MES rencontrées dans différentes eaux résiduaires.

Origine des effluents

Concentration en mg/l

Effluents domestiques

165 + 25

200+27

Conserveries

salsifis (grattage)

5000

Flageolets verts

Suifferies

2000

Laiteries

400

Les enquêtes montrent qu'au niveau d'une habitation les eaux résiduaires rejetées par un individu contiennent environ 60 g de matières en suspension par jour. Lorsque le réseau de collecte est de type unitaire, pour tenir compte à la fois des apports dûs aux eaux de ruissellement et des phénomènes de rétention dûs aux dépôts dans les canalisations et à leur remise en suspension, on admet que ces données doivent être majorées de 20%.

Les matières en suspension (MOS) : (Matière organique Dissoutes) :

Elles représentent la fraction organique des matières en suspension. Ces matières disparaissent au cours d'une combustion et sont mesurées à partir des matières en suspension (résidu à 105 °C) en les calcinant dans un four à 525 °C 25 °C pendant deux heures.

Les matières volatiles en suspension représentent en moyenne 70 % de la teneur en matières en suspension pour des effluents domestiques.

Ces éléments sont issus des rejets industriels et urbains et de la dissolution par l'eau de pluie, des végétaux décomposés présents dans les couches superficielles des terrains, ces matières organiques solubles sont attachées fréquemment à l'origine de la coloration de l'eau ou de mauvais goûts.

Les sels minéraux dissous :

Ils découlent de la dissolution des roches en contact avec l'eau au cours de son infiltration, Cette dissolution s'accompagne d'une transformation de la matière dissoute phénomène appelé ionisation.

Parmi ces sels minéraux, on trouve les sulfates de calcium, ou carbonate de calcium.

Ce paramètre englobe tous les éléments d'origine organique et minérale dont la taille permet leur rétention sur un filtre de porosité donnée.

La détermination de la MES s'accomplit par filtration ou par centrifugation.

Ce sont les volumes d'eau usée qui parviennent aux stations de traitement, ils sont caractérisés par plusieurs paramètres.

METHODE DE FILTRATION:

Ce procédé s'effectue dans des grands bassins avec temps de filtration supérieur à une heure.

Domaine d'application :

Ce travail décrit une méthode de dosage des matières en suspension dans les eaux brutes, les eaux usées et les effluents, par filtration sur filtre en fibres de verre. La limite inférieure de dosage est d'environ 2 mg/l. il n'a été fixé aucune limite supérieure.

Les échantillons d'eau ne sont pas toujours très stables, c'est à dire que leur teneur en matières en suspension dépend de la durée de conservation des moyens de transport, du pH et d'autres circonstances.

Il est recommandé d'interpréter avec précaution les résultats obtenus à partir d'échantillons instables.

Les échantillons contenant environ plus de 1000 mg/l de matières dissoutes peuvent nécessiter un traitement particulier.

Matières en suspension : matières éliminées par filtration ou centrifugation dans des conditions définies.

Matières dissoutes : substances restantes après filtration d'un échantillon et son évaporation à siccité dans des conditions définies.

Principe:

L'eau est filtrée et le poids de matières retenues par le filtre est déterminé par pesés différentielles

Mode opératoire :

On pèse le papier filtre soit (M1) mettre de dispositif de filtration en marche, le volume de la prise d'essai 100 ml. D'eau brute et on verse le tout sur le papier filtre mettre le papier filtre dans une étuve à (105 0,5)°C jusqu'à  évaporation total de l'eau , refroidi dans le dessiccateur puis on pèse la 2 éme fois le papier filtre (M2 ) mettre le papier filtre dans un creuset en platine taré, mettre le creuset dans un four (25 525)° pendant 2h on pèse le creuset (M3)

Expression des Résultats:

M1 = 1,0132g

M2 = 1,1219g

M3 = 1.0398g

V = 100ml.

Réponses :

Calcul des MES, MNS par la méthode de filtration :

Matières en suspension totales MES :

MES = (M2-M1) 1000/100 = (1,1219 - 1,0132) 1000/100 = 1.087g/l

MES = 1,087g/l

Matières minérales en suspension MNS :

MNS = (M3-M1) 1000/100 = 10 (1.0398 - 1.0132) = 0.8613g/l

MNS = 0.266g/l

Matières organiques en suspension MOS :

MOS = MES - MNS = 1.087 - 0.266 = 0.821 g/l

MOS = 0.821g/l

CONCLUSION

Sans être chimiste, comprendre c'est de maîtriser, et cet élément maîtrisé et c'est 80% de la tâche accomplie. Mais même si ces paramètres sont correctement appréhendés, il n'en reste pas moins que très souvent nous ne maîtrisons pas les données de départ :

L'eau disponible dans nos conduites est sujette à bien des maux causés par la pollution et les produits utilisés pour la rendre saine, mais aussi par sa nature physico- chimique différente en fonction des régions, loin de nous l'idée de vouloir une eau « pure ». Car si cette eau existe sous forme d'eau distillée, les éléments tels que sels miner aux nécessaires au développement d'animaux et de végétaux y sont inexistants. Pour nous, le terme d'eau pure est une eau non polluée.

Encore une fois, ses qualités chimique. Sont fonction des sujets à maintenir, car si au sein même d'un petit pays comme la France nous avons déjà des disparités, à l'échelle mondiale, nous pensons qu'il est très simple de comprendre à quel problème nous sommes confrontés.

LES COMPOSANTS D'EAU DE BOUSFER

Conductivité

0.767 ms/cm

pH

6.734

TA, TAC

TA=0, TAC=1.82 mg CaCO3/l

TH

290 mg/l de CaCO3

Chlorure

46.15 mg/l, 99.4 mg /l

NO2-

0.689 mg/ l

NO3-

0.024 mg/l

PO4-3

1.445 mg/l

KMnNO4

0.28 mg/l

O2 dissout

11.30 mg /l

L'anydrique carbonique (CO2)

199.151 mg/l

Bibliographie

- Traitement des eaux memento technique

- Normes Algériennes de la potabilité de l'eau

- Procédés unitaires biologiques et traitement des eaux « Mohand Said OUALI »

- Initiation à la chimie moderne «  André CROS & Gilbert ARRIBET

- Encyclopédie Encarta

- Encyclopédie universalis

- www.wikipedia.org

précédent sommaire