pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Les défis de la sécurité routière en milieux urbain au Cameroun: le cas des motos taxis a Yaounde


par Guy Rostand DJIEPMO NDJOUKYA
Université de Yaoundé - Master Economie des transports et logistique des échanges 2008
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

CHAPITRE 4

MESURES VISANT À REDUIRE LES ACCIDENTS DE CIRCULATION PAR MOTO TAXI A YAOUNDE

Les accidents de circulation et la pollution atmosphérique sont les principales externalités négatives du transport routier, dans tous les pays du monde. Le phénomène d'insécurité routière, caractéristique de ces accidents et de la pollution due au transport routier affecte considérablement le développement des villes, des pays et même du monde tout entier. Nous pouvons à ce sujet illustrer Les nombreux impacts économiques et sociaux de l'insécurité routière dans le monde34(*), qui représentent les principales raisons de l'intervention public dans le fonctionnement des systèmes de transport, à l'échelle nationale et mondiale.

Plusieurs mesures ont été généralement prises en matière de lutte contre l'insécurité routière, ceci en fonction des spécificités des pays, et des cultures des populations de part le monde ; c'est pourquoi dans le cadre de cette étude, nous nous intéresserons d'abord à faire un état des lieux de l'insécurité routière dans le monde, et par la suite, nous nous intéresserons à adapter ce recueil d'expériences au cas des motos taxis au Cameroun, afin de proposer des solutions allant dans le sens de la résolution du problème d'insécurité routière dans le mode de transport par moto taxi en milieu urbain au Cameroun.

Section 1. Recueil des expériences d'insécurité routière au plan global

L'un des problèmes commun à tous les pays dans le monde est celui de la maîtrise de la sécurité routière, car tous les pays du monde font face à une insécurité routière grandissante. La maîtrise de ce fléau est très coûteuse, c'est pourquoi en fonction des spécificités et des caractéristiques propres à chaque pays, des mesures ont été prises, à des degrés divers. Il sera question pour nous de présenter l'insécurité routière dans quelques zones du monde, dans le but de découvrir les différents programmes de sécurité routière mis sur pied pour y remédier. Par la suite, nous présenterons les axes de résolutions adoptés pour le cas du Cameroun.

1.1 Expérience dans les pays asiatiques

D'après la Banque Mondiale, et l'Organisation Mondiale de la Santé, dans le rapport mondial sur la prévention des traumatismes dus aux accidents de la circulation en 2004, la répartition des accidents de circulation routiers au plan mondial est la suivante: 44% en Asie Pacifique, 13% en Amérique Latine/Centrale et Caraïbes,  6% au Moyen Orient et en Afrique du nord, 14% dans les pays à fort taux de motorisation, 11% en Afrique Subsaharienne, 12% en Europe Centrale et Orientale.

Cette étude de la Banque Mondiale nous montre que les taux de décès par accident de la circulation ont diminué dans les pays à revenu élevé depuis les années 60 à 70, bien que ces taux soient très variables, y compris au sein d'une même région. Ainsi par exemple, en Amérique du Nord, entre 1975 et 1998, le taux de mortalité par accident de la circulation pour 100 000 habitants a diminué de 27 % aux Etats-Unis, mais de 63 % au Canada. Pendant ce temps, les taux ont fortement augmenté dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, plus particulièrement dans les pays asiatiques. A ce niveau, les différences sont importantes d'un pays à l'autre. En Asie, entre 1975 et 1998, les taux de mortalité par accident de la circulation ont augmenté de 44 % en Malaisie, mais de 243 % en Chine. La tendance à l'augmentation des taux de mortalité dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire va se poursuivre si l'on ne s'emploie pas résolument à faire changer la situation. Cela veut dire que le nombre annuel de tués sur la route à l'échelle mondiale augmentera fortement au cours des deux prochaines décennies.

1.1.1 Prévision d'augmentation des accidents de circulation routière à l'horizon

2020 si rien n'est fait

Les résultats tirés du « Bulletin n°05 de l'Organisation Mondiale de la Santé sur la sécurité routière 2005 » stipulent que la charge mondiale de morbidité, prévoit les changements suivants entre 1990 et 2020 :


· Les accidents de la circulation passeront au sixième rang des principales causes de décès à l'échelle mondiale.


· Ils deviendront aussi la troisième principale cause de perte d'années de vie corrigées sur l'incapacité (AVCI).


· Ils deviendront la deuxième principale cause de perte de AVCI dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire.


· Le nombre de décès consécutifs à des accidents de la circulation augmentera à l'échelle mondiale, passant de 0,99 million à 2,34 millions, ce qui représentera 3,4 % de l'ensemble des décès.


· Les décès par accident de la circulation augmenteront en moyenne de plus de 80 % dans les pays à revenu faible ou intermédiaire et diminueront de près de 30 % dans les pays à haut revenu.


· Le nombre de AVCI perdues augmentera à l'échelle mondiale, passant de 34,3 millions à 71,2 millions (ce qui représentera 5,1 % de la charge mondiale de morbidité).

Dans les pays à haut revenu, le nombre annuel de tués sur la route devrait, selon les projections, diminuer de 27 % entre 2000 et 2020. Dans les six régions où sont regroupés la plupart des pays à revenu faible ou intermédiaire, il devrait augmenter de 83 %. Pour ce qui est des augmentations en pourcentage entre 2000 et 2020. Cette insécurité routière grandissante dans le monde affecte considérablement le développement économique de la planète, avec ses nombreuses implications financières. Nous intéresserons au cas des pays les plus touchés par l'insécurité routière dans la planète.

1.1.2 Implications financières de l'insécurité routière dans les pays asiatiques

La Transport Recherche Laboratory (TRL), une branche de la Banque Mondiale à examiné les données concernant les blessés et traumatisés de la route dans 21 pays à revenu faible, intermédiaire ou élevé, et a estimé en gros que les traumatismes causés par les accidents de la circulation coûtaient en moyenne 1 % de leur produit national brut Produit National Brut (PNB) aux pays à faible revenu, 1,5 % aux pays à revenu intermédiaire, et 2 % aux pays à revenu élevé.

Si l'on rapporte les chiffres précédents aux niveaux du PNB en 1997, la TRL a estimé que les traumatismes consécutifs aux accidents de la circulation avaient coûté, en 1997, US $518 milliards à l'échelle mondiale, dont US $453 milliards pour les pays à haut revenu. Pour les pays à revenu faible ou intermédiaire, la facture s'élevait à US $65 milliards, soit plus que le montant reçu au titre de l'aide au développement. La TRL a souligné qu'il s'agissait là d'estimations grossières et que les variations d'un pays à l'autre étaient importantes. Ainsi, par exemple, d'après les données à disposition, les coûts s'élevaient à 0,3 % du PNB au Viet Nam mais atteignaient près de 5 % du PNB au Malawi.

D'autres études portant sur des régions ou des pays déterminés ont permis d'établir les estimations suivantes :


· Les accidents de la circulation coûtent 180 milliards par an aux pays de l'Union européenne, soit deux fois plus que le budget annuel de l'ensemble des activités organisées dans ces pays.

Les résultats de cette étude donnent un signal fort devant pousser tous les pays du monde à s'activer dans la lutte contre l'insécurité routière afin de renverser ces tendances.

* 34 Banque Mondiale et OMS. Rapport mondial sur la prévention des traumatismes dus aux accidents de la circulation. 2004

précédent sommaire suivant