WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Contextualisation des méthodes d'enseignement apprentissage au Cameroun: cas du manuel de lecture expliquée


par Simplice Aimé Kengni
Université de Yaoundé I - DI.P.E.S II/ DEA 2006
Dans la categorie: Enseignement
   

sommaire suivant

INTRODUCTION GÉNÉRALE

L'aptitude à contextualiser permet de situer toute information dans une relation avec son environnement culturel, social, économique et politique

M.Wambach, Méthodologie des langues en milieu multilingue. La pédagogie convergente à l'école fondamentale, Bruxelles, CIAVER, 2001, p.123

Considéré comme puissant vecteur d'information, structuration ou d'organisation des connaissances, et enfin grand moyen d'appréhension du monde extérieur par l'élaboration de son contenu, le manuel scolaire est l'une des questions à la fois des plus importantes et des plus controversées de la pédagogie contemporaine.1(*) En effet, partant de quelques conceptions historiques, on remarque que le débat sur ce dernier se situe au plan pédagogique, idéologique, économique et politique. Dans la majorité des cas et des pays, souligne F. RICHAUDEAU:

Le manuel scolaire reste le média le plus économique, et il est toujours, de loin, le plus employé puisqu'il absorbe à ce jour 85% des dépenses mondiales de matériel pédagogique.2(*)

Par ailleurs, cette discussion sur le livre scolaire porte aussi sur sa place, son rôle au sein du processus éducatif. Tandis que les uns le considèrent comme un instituteur en chef, d'autres prennent plutôt des positions méfiantes vis-à-vis de celui-ci. Ainsi, J.-J. ROUSSEAU cité par G. MIALARET affirme : Je hais les livres, ils n'apprennent qu'à parler de ce que l'on ne sait pas.3(*)

On voit aussitôt naître le problème de contextualisation des manuels ou méthodes scolaires, qui constitue ici la toile de fond de notre travail de recherche. En réalité, ce problème a été souligné dans les différents textes fondateurs de la République du Cameroun. La présente étude s'inscrit en droite ligne des recommandations des Etats généraux de l'éducation au Cameroun4(*), qui suggèrent la nécessité d'introduire dans les programmes des écoles de formation des formateurs, des enseignements sur la conception, la rédaction, l'analyse et l'évaluation des manuels scolaires.

Nous avons choisi pour notre travail les manuels de lecture (textes et activités) vu l'intérêt et la diversité dont fait preuve leur contenu, du point de vue de la variété des textes et des écrivains utilisés. Bien plus, le choix du sujet a été motivé par un bon nombre de constats, notamment : le changement permanent des manuels de français aux programmes, la quasi absence d'une édition locale, le décalage remarqué entre le contenu des manuels et le contexte socio-culturel et national des élèves camerounais, la précarité de l'aspect matériel des manuels inscrits sur la liste officielle et enfin la non-conformité totale entre ces manuels et les programmes de français au premier cycle.

Ainsi, ce travail de recherche intitulé : la contextualisation des méthodes d'enseignement/apprentissage du français au Cameroun : les cas des méthodes Le français en 6e et Français 6e (Indigo), part de l'hypothèse générale selon laquelle les manuels de français inscrits sur la liste officielle présentent des insuffisances pour ce qui est de leur adaptation au contexte socio-culturel et pédagogique national. Ceci étant, les questions que nous nous posons sont les suivantes : comment parvenir de façon concrète, au Cameroun à une nationalisation non seulement de l'école mais aussi de l'éducation et du livre scolaire tout en restant ouvert au monde extérieur ? Comment parvenir à insérer les enseignants et les collectivités locales dans la conception et le choix des manuels scolaires ? Quel doit être le véritable rôle de l'administration dans la gestion de ce matériel didactique ?

Cette étude a pour objectif majeur de trouver un moyen pouvant contribuer à l'élaboration d'un manuel de français contextualisé, dans lequel autant l'administration, les autorités scolaires, les enseignants et les collectivités locales auront chacun un rôle à jouer.

Ce travail se construira autour de trois grandes parties comprenant deux chapitres à la première et la deuxième partie et un seul chapitre à la troisième partie.

La première partie : cadre théorique, portera sur la revue de la littérature et la présentation du point d'ancrage politique de l'étude : les textes fondateurs, et la théorie de référence : la pédagogie convergente.

La deuxième partie : cadre méthodologique et opératoire constituera l'étape charnière de notre travail ; elle consistera en la construction de l'outil d'analyse et à son application au corpus de l'étude.

La troisième partie : propositions et perspectives de renouveau s'attellera aux propositions théoriques et à la construction d'une grille modèle pour l'élaboration d'un manuel de français contextualisé.

PREMIÈRE PARTIE

LE CADRE THÉORIQUE

 Une oeuvre scientifique ne peut créer de rupture annulant le chemin qui l'a rendue possible, elle est donc à la fois tournée vers le passé dont elle hérite et vers l'avenir qu'elle propose

I .PRIGONINE et I.STENGER, Entre le temps et l'éternité, Paris, Fayard, 1998, p.12.

Dans cette première partie portant sur le cadre théorique de notre recherche, il sera question pour nous, de faire ressortir tout d'abord, dans un premier chapitre, un état des lieux sur le phénomène de la contextualisation des méthodes suivant différents points de vue. Cet état de la question sera suivi de la problématique de l'étude et de l'élaboration des hypothèses de recherche. Dans un second chapitre, nous essayerons de présenter le point d'ancrage politico-juridique (les textes fondateurs) et la théorie de référence sous-tendant notre recherche : La pédagogie convergente ; puis la construction de l'objet d'étude suivie de l'exposé de la méthodologie générale.

CHAPITRE I : LA REVUE DE LA LITTÉRATURE

La revue de la littérature est l'ensemble des travaux qui ont été réalisés sur un thème et pouvant servir de point de départ à de nouvelles recherches. Elle porte aussi sur les ouvrages généraux ou spécifiques ayant un rapport direct ou non avec la recherche à effectuer.

Pour O. AKTOUF, la revue de la littérature est :

 L'état des connaissances sur un sujet, c'est en fait un inventaire des principaux travaux effectués sur un thème, c'est une étape qui permet à partir des travaux étudiés d'envisager de nouvelles orientations. 1(*)

On peut donc dire que cet état des lieux théoriques permet de faire le point sur les réalisations antérieures en vue d'apporter un plus à l'héritage des connaissances établies, et surtout de fonder la recherche en cours.

Ainsi devons - nous, dans ce chapitre, partir d'une clarification conceptuelle qui nous permettra de fixer certaines notions-clés de notre travail, pour ensuite enchaîner avec une lecture des différents points de vue sur la contextualisation des méthodes dans un cadre général avant de la spécifier dans le contexte camerounais.

De ce fait, cette revue de la littérature sans toutefois prétendre à l'exhaustivité se limitera uniquement aux différents travaux dont nous avons effectivement pris connaissance. De même, pour plus de lisibilité, nous nous proposons de faire suivre les différents points de vue par une critique aussi positive que négative.

I CLARIFICATION CONCEPTUELLE.

Cette rubrique vise à proposer une définition de certaines notions importantes dans la lisibilité de notre travail. Il s'agit des notions de méthodologie, approche et méthode.

I.1. LA MÉTHODOLOGIE

Concept ayant fortement marqué la didactique des langues vivantes, la méthodologie renvoie à l'étude des méthodes. Il s'agit en fait des instructions, des articles, des ouvrages, des tables - rondes et autres productions des responsables (pédagogues, méthodologues, formateurs, professeurs, etc....) sur le comment enseigner une langue vivante.

Bien plus, c'est un répertoire théorique mettant en relief les options scientifiques à prendre en compte par les concepteurs de méthodes d'enseignement-apprentissage.

C'est pourquoi R. GALISSON la considère comme   fondement de la mise en oeuvre des contenus d'enseignement.1(*) , tandis que H. BESSE y voit  un ensemble raisonné de propositions et de procédés ... destinés à organiser et à favoriser l'enseignement et l'apprentissage d'une langue seconde.2(*) 

* 1 G. Mialaret, Pédagogie générale, Paris, PUF, fondamental, 1991

* 2 F. Richadeau, Conception et production des manuels scolaires, guide pratiques, Paris, UNESCO, p.15

* 3 J.J.Rouseau, cité par G. Mialaret, op.cit., p.496

* 4 MINEDUC, États Généraux de l'éducation au Cameroun, Yaoundé, 1995, p.37

* 1 O. Aktouf, Méthodologie des sciences sociales et approches qualitatives des organisations, P.U.Q., 1987, p.213

* 1 R. Galisson cité par H. BESSE, «Méthodes, méthodologie, pédagogie : petit dictionnaire de méthodes » in Le Français dans le monde n° spécial, Paris, Édicef, 1995, p.104  

* 2 H.Besse, Méthodes et pratique des manuels de langue, Didier - CREDIF, 1986, p.14 réédité en 1992

sommaire suivant