WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Gestion des finances publiques et son impact sur l'évolution de la croissance économique en RDC

( Télécharger le fichier original )
par Jules KASEYA
Université de Lubumbashi - Licence  2011
Dans la categorie: Economie et Finance
  

précédent sommaire suivant

3. HYPOTHESES DE TRAVAIL

L'hypothèse se définit comme « une réponse préconçue, fixée à priori ou à posteriori que le chercheur donne aux questions, questionnements et interrogations ou sa problématique ». (B. KALUNGA MAWAZO, 2008, p.28)

Après les élections de 2006, les années suivantes avaient suscité de nombreuses attentes chez les congolais qui espéraient grandement l'amélioration de leurs conditions de vie, et qui, malheureusement ces attentes n'ont été qu'illusoires car jusqu'à présent elles n'ont

pas pu trouver satisfaction. « Le nouveau gouvernement (le premier d'ailleurs de la troisième république), mis en place en février 2007, a entrepris de gestion rigoureuse des Finances Publiques. Mais la stabilité macroéconomique n'a pas été au rendez-vous, et les réformes en cours de réalisations ne sont pas à la hauteur des contraintes qui pèsent sur l'économie congolaise ». (BAfD/OCDE, 2008, p.257)

Les réformes sont à la traine et la gestion rigoureuse des Finances Publiques telle qu'envisagée et voulue laisse à désirer. « Les tensions sociales se sont accrues en 2007. Des mouvements de grève ont vu le jour dans bien des entreprises et services publics ; le marché du travail est de plus exigu ; l'accès à l'eau potable et à l'électricité pose problème ; la faim tue des milliers de personnes ; la séroprévalence du VIH/SIDA ne cesse de s'accroitre ;... ». (BAfD/OCDE, 2008, pp.257-258)

Au seuil de notre travail et en nous basant sur nos investigations, nous osons croire que les ressources financières publiques seraient victimes des différents abus (dilapidations, détournements des deniers publics, mal gouvernance économique et financière, mauvaise gestion, etc.), suite à la modicité des salaires dont bénéficient les fonctionnaires et agents de l'Etat, au contrôle inefficace effectué par des organes habileté dont le corps de travail semble avoir pris de l'âge, au manque de rigueur dans la gestion, à l'absence des sanctions qui alimentent l'impunité dans les administrations et services publics, au non respect des principes et valeurs éthiques et déontologiques par les fonctionnaires et agents de l'Etat.

En outre, une bonne gestion des Finances Publiques pourrait favoriser une croissance économique saine et bonne et un développement prenant en compte l'approche environnementale en vue de protéger les écosystèmes ; par contre une mauvaise gestion des deniers publics pourrait également avoir comme effets entre autres un faible volume des dépenses publiques dans la mesure où l'essentiel des recettes mobilisées n'est pas canalisé vers le Trésor Public, ce qui pourrait engendrer comme conséquences la diminution des dépenses de fonctionnement et celles d'investissement susceptibles de diminuer la production nationale et par voie de conséquence plongerait le pays dans le sous-développement, etc.

précédent sommaire suivant