WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Les étudiants à  la bibliothèque nationale de Turin: vers de nouvelles politiques d'accueil?

( Télécharger le fichier original )
par Jessica Roussel
IUT Dijon - Information-Communication 2010
Dans la categorie: Enseignement
  

Disponible en mode multipage

Soutenons La Quadrature du Net !

Services d'accueils
Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin
Du 28 mars au 27 juin 2011

Services d'accueils
Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin
Du 28 mars au 27 juin 2011

Les étudiants et l'usage des services d'accueil de la

Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin

Mots clés

Bibliothèque Nationale (p.8) : Bibliothèque créée par un État, principalement pour conserver et cataloguer la production éditoriale nationale ou régionale. La BNUT et neuf autres bibliothèque italiennes sont placées sous tutelle du Ministère des Biens Culturels et ont pour missions de contribuer à la préservation et à la sauvegarde du patrimoine historique et artistique de la nation.

Accès ( p.7) : L'accès à la bibliothèque est la première voie vers la démocratisation des savoirs. Le modèle de bibliothèque démocratique est aujourd'hui appliqué à la BNUT et s'est substitué au modèle de bibliothèque aristocratique et savante (petit nombre de lecteurs) vers l'accueil de publics homogènes : actifs, non actifs, lycéens, étudiants universitaires "potentiels" et "réels" de premier cycle, de deuxième cycle, de licence, de maîtrise, chercheurs et étrangers.

Politiques d'accueil (p.6) : L'accueil est le premier des services rendus en bibliothèque. La BNUT doit, par la mise en place d'une nouvelle politique d'accueil des publics, trouver une juste démarche d'accès sans perdre sa visée d'émancipation et sans exclure une partie de sa population. L'accueil en bibliothèque doit aussi passer par la médiation et le renseignement : avoir accès à l'information, se repérer dans la recherche bibliographique. Le bibliothécaire d'aujourd'hui doit avoir un rôle de médiation et empêcher la méconnaissance des outils et des différents fonds de la bibliothèque.

Publics-cible (p.12) : Public identifié et ciblé par la bibliothèque et auquel on proposera une politique d'accueil spécifique. Dans le cas de la BNUT, il s'agit des publics étudiants qui fréquentent aujourd'hui de plus en plus ses locaux.

Coexistence des publics (p.16) : La BNUT, comme les bibliothèques d'études, réfléchit sur les façons de faire cohabiter des publics aux usages plus diversifiés qu'autrefois, afin d'éviter qu'un nouveau public en chasse d'autres. Le passage de la fréquentation des locaux par une « élite » s'est aujourd'hui renversée, conduisant les habitués à ne plus avoir de repères et à être désorientés par un espace, autrefois silencieux, réservé à l'étude, aujourd'hui centre de pratiques culturelles diversifiées. Aujourd'hui, les usagers voient la BNUT comme un lieu de rencontre, d'amitié, d'accès à internet, tandis que les autres la considèrent un lieu d'étude sacré.

Espace (p.23) : La BNUT, à l'image de la BNF (rez-de-jardin) et de la BPI a décloisonné ses espaces grâce à la mise en place d'une politique d'accueil de démocratisation de son accès. Le bruit généré par un tel décloisonnement questionne l'absence de salle de travail collectifs, d'espaces conviviaux pour les lycéens et les étudiants, mais aussi l'absence de salles isolées pour la recherche.

enquête quantitative (p. 9) : L'enquête quantitative s'adresse à un échantillon représentatif de la population étudiée et permet d'obtenir des information généralisables à l'ensemble de la population. Ces enquêtes visent habituellement à quantifier, sous la forme de sondage, les opinions, les préférences, les usages et la satisfaction.

enquête qualitative (p.9) : L'étude qualitative est complémentaire à l'étude quantitative et est une étude destinée à recueillir des éléments qualitatifs, qui sont le plus souvent non directement chiffrables par les individus interrogés ou étudiés. Elles sont le plus souvent réalisées par des entretiens collectifs ou individuels menés auprès

d'échantillons réduits.

SPHINX (p.15) : Le logiciel SPHINX permet de réaliser des enquêtes satisfaction, de qualité et d'accéder à toutes les méthodes de collecte, d'analyse quantitatives et qualitatives (SPHINX Manager : gestion-stock, 2007). Le logiciel permet l'élaboration du questionnaire avec plusieurs type de questions : ouvertes, fermées, à échelles, choix multiples, mais aussi textes. Ses autres fonctions sont la collecte des données et leur dépouillement et l'étude des statistiques par les graphiques et les analyses croisées. Le logiciel permet aussi la construction de tableaux de bord, afin de filtrer les différentes strates des publics étudiés et de constituer une synthèse des différentes statistiques et graphiques.

collections (p.27) : A l'instar des bibliothèques anglaises ou scandinaves, les bibliothèques françaises et italiennes remettent en cause leur modèle et leurs collections. La BNUT, par un projet de scaffale aperte (étagères en libre-service) tente de rendre visible ses documents et réfléchit, comme les Idea store londoniens, à la façon dont elles pourraient démocratiser ses savoirs. Mais ce nouveau modèle de bibliothèque est d'habitude appliqué par les bibliothèques municipales, voir universitaires. La BNUT de Turin connaissant actuellement une période de crise du prêt et de la consultation, avec des fonds modernes et anciens prestigieux essaie donc de mettre en scène ses collections.

Digitalisation (p.19) : Les collections de la bibliothèque sont aujourd'hui divisé en deux espaces : ressources bibliographiques et ressources digitales. Mais la BNUT est en retard sur la digitalisation de ses fonds patrimoniaux, restreinte aujourd'hui. Elle a par contre aujourd'hui développé d'autres formes de digitalisation (ressources bibliographiques en ligne par l'OPAC, Librilinea et SBN) et elle réfléchit actuellement à de nouveaux espace digitaux, notamment par le web 2.0.

Bibliothèque troisième lieu (p.30) : Notion forgée au début des années 1980 par Ray Oldenburg, qui se distingue du premier lieu, sphère du foyer et du deuxième, domaine du travail, dédié à la communauté. Le troisième lieu se rapporte à des espaces où les individus peuvent se rencontrer et échanger. La BNUT a décidé d'appliquer ce concept à ses différents espaces et publics, suivant le modèle des Idea store londoniens, c'est-à-dire par la création de nouveaux espaces, de nouvelles ressources bibliographiques ou ressources numériques, pour des publics diversifiés.

Sigles

BN : Bibliothèque Nationale (p.3)

BNUT : Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin (p. 6) BPI : Bibliothèque Publique d'Information (p.3)

BNF : Bibliothèque Nationale de France (p.2)

ISTAT : Istituto Nazionale di Statistica : Institut National de Statistique italien (p.12)

MIBAC : Ministère National pour les Biens et les Activités Culturelles (p .8)

MCC : Ministère de la Culture et de la Communication (p.7)

CREDOC : Centre de Recherche pour l'Étude, la Documentation et l'Observation des Conditions de vie (p.7) INSEE : Institut National de la Statistique et des Études (p.7)

IFLA : International Federation of Library (p.23)

Remerciements

Je tiens à remercier particulièrement, Martine Poulain, ma responsable de stage, pour son soutien et ses questions, qui m'ont permis de préciser l'orientation de mon sujet, Gabriella Mossetto, pour sa générosité, sa gentillesse, son écoute et l'accueil qu'elle réserve aux stagiaires de la BNUT, Roberto Di Carlo, le Directeur de la BNUT, pour ses précisions sur le projet de restructuration et pour m'avoir permis de réaliser deux enquêtes successives. Je remercie aussi tous les membres des différents secteurs, pour l'explication qu'ils m'ont donné du fonctionnement de la bibliothèque, mais aussi, l'apprentissage du métier qu'ils m'ont permis de réaliser à leur côté, s'agissant des différents secteurs d'accueil des publics, c'est-à-dire des salles d'accueil, de consultation, de distribution, et prêt, mais aussi les membres du magasins, de la salle des manuscrits ou du catalogage.

J.R.

I] Les grandes bibliothèques italiennes et la Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin 3

1) Les bibliothèques nationales italiennes 3

a) Les origines 3

b) L'ordonnance des bibliothèques publiques d'État et leur cadre législatif 3

2) La Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin : la singularité d'une bibliothèque de grande

envergure 4

a) Histoire 4

b) Vers une démocratisation de la BNUT : du public aux publics 5

II] Les enjeux d'une enquête sur les publics étudiants de la BNUT 7

1) L'enquête, un instrument pour les bibliothécaires 7

2) Les enquêtes quantitatives et qualitatives : la complémentarité de deux approches 8

a) L'enquête quantitative 8

b) L'enquête qualitative 9

III) A la loupe : étudiants et politiques d'accueil à la BNUT selon trois grands secteurs 11

1) L'identité des étudiants de la BNUT 11

a) Origines sociales 11

b) Analyse du public étudiant de la BNUT 11

2) Les services les plus utilisés par les étudiants : la salle d'enregistrement, la salle de consultation 13

a) L'enregistrement des usagers : l'accueil 13

b) La salle de consultation 15

3) Promotion de la lecture et de la culture à la BNUT 17

a) Le service de prêt-distribution 17

b) Promotion de la lecture et de la lecture 19

IV] Le projet de restructuration de la BNUT 23

1) Des problèmes et des solutions 23

a) Le concept de troisième lieu appliqué à la BNUT 23

b) Nouveaux publics, nouvelles politiques d'accueil 23

2) La restructuration des grands services 24

a) L'accueil et la salle de consultation 24

b) Les « scaffali aperti » : vers le début des grands travaux 26

3) Promotion de la lecture et de la culture : le futur de la BNUT 27

Annexes 29

Bibliographie 29

L'enquête quantitative 33

Questionnaire 34

Tableaux de bord 37

Tableaux croisés 57

Réponses ouvertes 60

L'enquête qualitative 63

Formulaires 64

Les étudiants et les services de la BNUT 64

Entretiens des étudiants 65

Depuis 2006, la Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin connaît une phase de mutation profonde. La fréquentation de ses usagers a augmenté de 40%, la positionnant actuellement comme bibliothèque d'État la plus fréquentée ditalie, et ce grâce à un changement de politique culturelle et à l'attribution d'une « troisième mission », de démocratisation et d'ouverture au très grand public. Comme le prouve aussi la conférence, le 20 mai dernier,1 entre les différents membres des bibliothèques nationales italiennes autour des publics et de la transmission de l'information documentaire, la politique de démocratisation de l'accueil des publics à la BNUT de Turin et son mode de documentation suivent l'évolution commune aux BN européennes et mondiales.

Traditionnellement, les bibliothèques nationales ont pour mission de rassembler et de conserver, à l'intention des générations futures, le patrimoine documentaire publié d'un pays. Lors de sa conférence générale à Paris en 1970, l'Unesco formulait une définition « officielle », qui rendait compte de la diversité et de la complexité du rôle des bibliothèques nationales.2 Outre cette mission de conservation, les bibliothèques nationales doivent se préoccuper de la diffusion du patrimoine national publié. Dans plusieurs pays elles se sont ainsi retrouvées au coeur d'une politique de lecture publique. Selon Philippe Sauvagea,3 Président-directeur de la Bibliothèque Nationale de Québec en 1991, aucun institut hormis les BN n'acquiert la totalité de la production libraire d'un pays ou d'une région, d'où la nécessité de faciliter à tous les publics, et surtout aux étudiants universitaires et non universitaires, l'accès aux collections. Une telle politique de démocratisation de la culture ne peut que nous faire penser au discours prononcé en août 1988 par le premier Ministre Michel Rocard sur la BNF et l'évolution des Bibliothèques nationales comme bibliothèques du futur. Un discours certes daté, mais toujours d'actualité. Jack Lang, qui avait repris ce discours,4 rappelait les deux grandes missions des BN et de la future BNF : la conservation, par le dépôt légal, du patrimoine national (et, dans une certaine mesure, des publications étrangères) et la diffusion du patrimoine. Face à ces deux missions traditionnelles, de nouvelles orientations ont alors été envisagées, comme l'ouverture au grand public, qui a suscité des questionnements sur son intégration ou non à la mission de préservation des collections.

Le modèle international a permis à la BNUT de sortir d'une période de « défréquentation » de ses publics, et notamment des chercheurs, une crise explicable par l'avènement des ressources numériques, par la possibilité d'accéder aux périodiques et archives en ligne ou à l'augmentation récente, dans les années 1990, des bibliothèques universitaires et des Centres d'Étude Spécialisées. L'autre cause étant l'augmentation récente des étudiants universitaires, qui nécessitent des lieux pour étudier. La Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin, qui possède un fond patrimonial exceptionnel d'incunables, d'éditions antiques, de dessins, d'incisions, de manuscrits et de partitions musicales, avant la métamorphose de son public était en effet un centre de recherche prestigieux et était fréquentée juste par des chercheurs. C'est pourquoi, face à la désacralisation du livre et à la revendication de plus de liberté contre la contrainte, c'est-à-dire au passage d'un centre d'étude et de recherches spécialisées vers une bibliothèque ouverte envers différents niveaux de publics, elle voit se développer une « lutte des Anciens contre les Modernes »,5 de deux conceptions de la lecture et de la bibliothèque divergentes. A la BNUT on observe fréquemment des chercheurs qui se fâchent, qui s'indignent contre les bruit, les

1 Conferenza nazionale dei direttori delle biblioteche pubbliche statali, Gestire il nuovo, conservare l'antico, le biblioteche nel XXI, Napoli, 19-20 mai 2011

2 UNESCO, Recommandations concernant la normalisation internationale des statistiques relatives aux bibliothèques nationales, 1970

3 SAUVAGEON Philippe, "Insertion et mission des nouvelles bibliothèques ", in Les grandes bibliothèques de l'avenir, Actes du colloque international de Vaux-de-Cernay, 25-26 juin 1991, p. 94

4 LANG Jack in [ibidem], " Ouverture des travaux du colloque ", p.14

5 EVANS Christophe, CAMUS Agnès, CRETIN Jean-Michel, Les habitués: le microcosme d'une grande bibliothèque. Paris : Bibliothèque publique d'information du Centre Georges Pompidou, 2000

éclats de rire, les confidences que se font entre eux les étudiants, plus jeunes, et qui vont jusqu'à menacer la Direction et les bibliothécaires d'écrire au Ministère des biens culturels. La situation de la BNUT n'est guère singulière, puisqu'en France aussi un clivage des publics existe et des politiques d'accueil sont mises en place pour répondre à des besoins croissants et différenciés.6

La réalisation d'une étude quantitative, sous la forme d'un questionnaire direct, distribué à 120 usagers et dépouillé à l'aide du logiciel Sphinx, approfondira une étude de 20107 qui se base sur les théories du bibliothéconomiste Maurizio Vivarelli et qui observe surtout le comportement des usagers et leurs déplacements dans l'espace de la BNUT. L'analyse des publics étudiants, aussi par la confrontation aux autres publics, nous permettra de comprendre l'usage qu'ils font des trois grands services de la Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin (salle des périodiques-accueil, distribution-prêt, salle de consultation) et des services de lecture et de culture qui leur sont offerts, en effet peu examinés lors de l'étude de 2010. Le rapport des publics et notamment des étudiants vis-à-vis de la "nouvelle" politique d'accueil sera étudié aussi par une enquête qualitative (entretien) de 18 usagers (étudiants et autres publics), et toujours orientée autour de la même problématique, permettant de comparer et de valider l'enquête quantitative.

L'intérêt de cette étude et de son enquête est de comprendre la « démocratisation » de la BNUT - c'est-à-dire son ouverture à un public plus vaste et hétérogène que dans le passé - dans un contexte de sens et de temps étendus, pour saisir les raisons et les mécanismes d'un processus qui puise ses caractéristiques dans l'histoire des BN italiennes et qui amène à un renouvellement des priorités et des politiques d'accueil de la BNUT.

6 v. RIPON Romuald, Les publics étudiants à la Bibliothèque Nationale de France, Paris : « BBF », t.51, n°2; GALANOPOULOS Philippe, Les Publics étudiants de la Bibliothèque publique d'information (2003-2009), « Bibliothèque Publique d'Information », septembre 2010, [en ligne] < http://www.bpi.fr/modules/resources/download/default/Professionnels/Documents/Etudes%20et %20recherche/Publics_etudiants_Partie1.pdf >. Consulté le 29 mai 2011.

7 GIAVINA-CASPETTIN Maddalena, Luoghi da leggere: percezione e uso dello spazio della Biblioteca Nazionale Universitaria di Torino, mémoire de Licence, spécialité Biens culturels, archives et bibliothèques, année académique 2009-2010

I] Les grandes bibliothèques italiennes et la Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin

1) Les bibliothèques nationales italiennes

Si l'on veut comprendre dans toutes ses nuances le processus de démocratisation de la culture que la BNUT opère aujourd'hui en Italie, il est important de la placer dans son contexte législatif et de souligner les rôles assignés le long de l'histoire aux bibliothèques nationales italiennes, qui depuis leurs origines ont été chargées d'une mission de conservation de la culture, ainsi que de formation des citoyens.

a) Les origines

Les origines des bibliothèques d'État puisent leurs sources dans le monde hellénistique et romain, où les bibliothèques de nombreux privés fleurirent sur toute la péninsule, placées ensuite sous l'autorité suprême de l'État : César et Auguste furent des symboles de l'ouverture des bibliothèques au public. C'est pourquoi les bibliothèques d'État n'avaient pas pour vocation le développement culturel du peuple, mais d'assurer le pouvoir et la gloire des gouverneurs.

Dans le monde médiéval, les bibliothèques d'État étaient principalement privées : les princes et monarques des différents États italiens assemblaient des collections prestigieuses dans les bibliothèques de leurs palais. Et les intellectuels avaient la coutume de déposer et de conserver les livres dans les monastères et les couvents. En effet, le développement des bibliothèques publiques d'État ne verra définitivement le jour qu'à partir du Quattrocento, comme en témoigne l'italien Pétrarque, qui en 1362 propose aux autorités de la République de Venise de mettre ses oeuvres à la disposition des étudiants.8

Les bases des bibliothèques publiques d'État se développèrent entre le XVIe et le XVIIe siècle, après l'ouverture aux étudiants de la consultation des fonds patrimoniaux, principalement constitués de manuscrits et de livres de prestige. L'essor et l'uniformisation des bibliothèques publique d'État eut lieu bien plus tard, au XIXe siècle, suite à l'unification italienne et à l'uniformisation des services offerts par l'instruction publique sur l'ensemble du territoire.

L'histoire des bibliothèques italiennes est capitale pour la compréhension de l'organisation des services des BN. En effet, il est important de préciser que lors du premier recensement de la population de l'Italie unifiée et du processus d'étatisation de grandes bibliothèques, en 1866,9 l'analphabétisme en Italie touchait environ 17 millions de personnes, soit 75% de la population, et plus de 50% des enfants n'allait pas à l'école. Toutes les bibliothèques, populaires ou d'État, devenaient donc fondamentales pour la formation morale et intellectuelle des citoyens.

b) L'ordonnance des bibliothèques publiques d'État et leur cadre législatif

La Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin appartient aux bibliothèques publiques d'État, qui comptent sept Bibliothèques Nationales, dix Bibliothèques Universitaires, six Bibliothèques Historiques, dix bibliothèques avec une physionomie mixte et onze bibliothèques annexées aux monuments historiques. Les Bibliothèques publiques d'État, à cause de leurs traditions antiques, se représentent plutôt comme des lieux de tutelle et de conservation, plutôt que comme des lieux d'expression de la volonté et des exigences des usagers.

8 v. MONTECCHI Giorgio, Manuel de bibliothéconomie, 2006, p.46

9 POULAIN Martine, Les bibliothèques publiques en Europe, Paris: Edition du Cercle de la Librairie, 1992

La structure des bibliothèques d'État italienne est verticale. A son sommet on trouve les deux Bibliothèques Nationales centrales (la Vittorio Emanuele II à Rome, la BNCF de Florence), qui ont pour mission de recueillir, conserver et de rendre disponible à l'usage public toutes les publications italiennes. A côté de ces deux bibliothèques, existent sept Bibliothèques Nationales,10 qui ont pour mission de récolter les plus importantes publications antiques et modernes, italiennes et étrangères, de compiler des catalogues bibliographiques et de représenter, par le dépôt légal, leur territoire et leur région. Les Bibliothèques Nationales dépendent directement du Ministère pour les Biens Culturels, crée en 1975, a qui furent attribuées les plus importantes bibliothèques italiennes, ce qui fut vivement critiqué par les régions qui contestaient la centralisation et l'égalisation de toutes les bibliothèques, constituant alors une entrave à l'évolution moderne des services bibliothécaires.

L'ordonnance des bibliothèques publiques d'État a reposé pendant trente ans sur le règlement organique du 5 septembre 1967 (n. 1501). Elles sont aujourd'hui régies par le Nouveau règlement récent des normes sur les Bibliothèques publiques d'État du 5 juillet 1995 (DPR 417/1995), qui leur assigne ces fonctions fondamentales :

· acquérir, conserver et ajourner la production éditoriale italienne et étrangère, avec une attention particulière aux instruments bibliographiques et de recherche, tenant compte du caractère historique et humaniste de ses récoltes et de l'exigence des usagers ;

· conserver, accroître et valoriser ses propres collections historiques, dans lesquelles figurent de nombreux fonds antiques, manuscrits, des oeuvres imprimées et des fonds musicaux, dans le cas de la BNUT ;

· recueillir et conserver le matériel documentaire qu'elle reçoit, dans son territoire de compétence, en vertu de la loi pour le dépôt obligatoire des oeuvres imprimées et des publications.11

2) La Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin : la singularité d'une bibliothèque de grande envergure

a) Histoire

L'histoire de la BNUT12 débute sous la volonté du souverain de Savoie Vittorio Amedeo II, en 1723, dans les anciens locaux de l'Université (Regia Università), édifiée par l'architecte royal Filippo Juvarra. Les fonds patrimoniaux des bibliothèques les plus importantes de la ville furent alors mis en commun : la Bibliothèque Ducale (actuellement Reale), la Bibliothèque Civile et la Bibliothèque de l'Université. L'union de ces trois fonds riches en collections prestigieuses explique la vocation érudite et la mission de conservation assumée par la BNUT. En effet, lorsque Giuseppe Pasini entrepris le premier catalogage de la nouvelle bibliothèque,13 elle conservait 2014 volumes, parmi lesquels de nombreux livres rares, incunables, miniatures et manuscrits grecs, latins, orientaux, français et italiens. Le droit sur le dépôt légal, qui oblige les éditeurs piémontais à envoyer une copie de toute nouvelle édition à la BNUT, a permis à la bibliothèque de poursuivre la quête d'un fond patrimonial riche de plus de 30 000 oeuvres.

Sous la domination de Napoléon, la Bibliothèque devint temporairement nationale (1801) et

10 Turin (Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin), Milan (Braidense), Venise (Marciana), Naples (Vittorio Emanuele III), Bari (Sagarriga Visconti Volpi), Potenza et Cosenza.

11 MINA Claudia Camilla, D'ALESSANDRO CORSARO Agata, DE PASQUALE Andrea [et al], Biblioteca Nazionale di Torino: guida breve, Milano, Electa, 2000

12 L'histoire et les collections de la Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin sont consultables en ligne à l'adresse <www.bnto.librari.beniculturali.it/> . Consulté le 29 mai 2011

13 PASINI Giuseppe, Codices Manuscripti Bibliothecae Regii Taurinensis Athenai, 1745-1770

impériale (1805), pour enfin reprendre sa dénomination de Regia Biblioteca Universitaria après le retour des Ducs de Savoie. A la fin du XIXe, la BNUT était riche d'environ 4 000 manuscrits, en grande partie détruits ou endommagés par l'incendie de 1904, qui brûla aussi le très beau livre d'heures de Jan Van Eyck.14

Suite à cette catastrophe, en 1907 la Bibliothèque fut transférée à son actuel emplacement, dans les ex-écuries du Palais Carignano édifiées par l'architecte Filippo Castelli, place Carlo Alberto, qui furent bombardées par les alliés en 1942, détruisant une partie des catalogues et 150 000 volumes. En 1958 la BNUT est de nouveau modifiée, par les architectes Massimo Amodei, Pasquale Carbonara, Italo Insolera, Aldo Livadiotti et Antonio Quistelli. La façade des écuries, classée patrimoine historique, fut conservée, tandis que l'intérieur de la BNUT fut agencée selon les critères et les canons architecturaux des années 1960, même si l'inauguration eut lieu en 1973. La nouvelle identité sera celle qu'on connaît encore aujourd'hui : un édifice aux espaces larges et lumineux de 3 300 m2, échelonné sur trois niveaux, qui conserve 732 855 volumes imprimés, 241 670 périodiques, 18 214 opuscules, 10 063 cinquecentine, 1 603 incunables, 4 554 manuscrits, 1 500 gravures et un fond patrimonial musical exceptionnel qui attire les musiciens du monde entier.15

b) Vers une démocratisation de la BNUT : du public aux publics

Jusqu'aux années 1990 la BNUT était un centre privilégié pour la recherche : des chercheurs venaient du monde entier et utilisaient ses ressources. A partir des années 2000 surtout, l'augmentation des étudiants dans les universités italiennes, le développement des bibliothèques spécialisées, la digitalisation, les archives numériques et les revues scientifiques en ligne sont des facteurs à la base d'un processus de défréquentation des locaux et des collections de la BNUT par les chercheurs.

Par contre, la BNUT a entretenu des relations étroites avec le public étudiant dès le XIXe siècle, lorsqu'elle prit le nom de Bibliothèque Nationale Universitaire et que l'université de Turin fut intégrée dans ses locaux. Ses missions étaient désormais orientées vers la conservation, mais aussi vers le service aux étudiants, ainsi que le recueil du patrimoine universitaire. En effet, depuis le XVIIIe elle conserve plus de 16 000 thèses de licence, de maîtrise (« laurea »), de doctorat, d'agrégation (théologie, loi, médecine-arts etc). Une conservation qui se poursuit, puisque chaque université turinoise envoie le travail de ses étudiants à la BNUT. 16

Avec l'émergence généralisée de « l'individu concret » ou de « public-cible » et un basculement des politiques d'accueil du « service public » aux « services aux publics », afin de ne pas être uniquement réservée aux chercheurs, de moins en moins fréquents, et de dynamiser la bibliothèque en privilégiant les étudiants, la Direction de la BNUT a décidé d'appliquer différentes réformes pour adapter la bibliothèque aux différents publics. Ce changement s'appuie sur des textes internationaux relatifs aux bibliothèques publiques, donc des instituts dont les missions sont bien différentes des BN (le Manifeste de l'Unesco sur les bibliothèques publiques17 et la Déclaration sur les bibliothèques et la liberté

14 Dans les années 1980, environ 1700 des 2 000 manuscrits endommagés avaient été identifiés, et ce grâce à la création d'un laboratoire de restauration en 1904, un des premiers à être crée à l'intérieur même d'une Bibliothèque Nationale.

15 Parmi d'autres partitions, la BNUT conserve les originaux de Vivaldi.

16 DE PASQUALE Andrea, La catalogazione delle tesi antiche in SBN, «Biblioteche oggi», n°6, 2003, p.66 [en ligne] < http://www.bibliotecheoggi.it/2003/20030606601.pdf >. Consulté le 29 mai 2011.

17 UNESCO, Manifeste de l'Unesco sur les bibliothèques publiques, 1995: «Les services de la bibliothèque publique sont fournis sur la base de l'accès pour tous, sans distinction d'âge [...]»

intellectuelle de l'IFLA18), ainsi que sur un texte national, l'ordonnance DPR 417/199519. Ces textes ont repositionné la valeur du public dans les missions principales de la BNUT, afin de faciliter l'usage de ses différents services et d'optimiser l'accueil des usagers.

Bien que l'utilisation de ces textes de référence soit critiquée par la plupart des bibliothécaires de la BNUT, qui craignent la perte des missions, le premier signe de démocratisation de l'accès à la BNUT est l'amplification depuis 2006 des horaires d'ouverture de la bibliothèque :« C'est un truisme que de dire qu'il serait vain de proposer de vastes collections, beaucoup de services, si les populations à qui elles sont destinées n'ont pas la possibilité d'y accéder aux horaires qui leur conviennent. ».20 Avant l'application du décret, les horaires de la BNUT étaient les suivants : ouverture les lundi, mercredi, vendredi et samedi, de 08h à 14h30 et les mardi et jeudi de 08h à 19h. Ainsi, les étudiants ne pouvaient pas travailler, à cause des cours qu'ils avaient en même temps, lorsque aujourd'hui les services sont ouverts tous les jours de 8h à 19h et le samedi de 08h à 13h50, soit 61 heures d'ouverture hebdomadaire. En conséquence de cette amplification des horaires, le nombre d'usagers de la bibliothèque a considérablement augmenté : juste pour les mois de janvier à avril, en 2011 le nombre de visiteurs a augmenté de 95% par rapport au mois de janvier 2009 et 93% par rapport au même mois en 2010.21 Des records de fréquentation ont été atteints les mois de mai, juin, novembre et décembre 2010 (10 610, 12 065, 11 564 et 10 077 usagers), et pour les mois de janvier et février 2011 (18 292 et 16 471 usagers) : ce sont les mois pendant lesquels les étudiants préparent leurs examens, ce qui nous permet d'affirmer que la BNUT est la BN italienne la plus fréquentée par les étudiants.

18 IFLA, Déclaration sur les bibliothèques et la liberté intellectuelle, 1999: «L'Ifla déclare que les êtres humains ont le droit fondamental d'accéder aux expressions de la communauté [...] »

19 v. DPR 417/1995, < www.bncf.firenze.sbn.it/oldWeb/Privacy/dpr_5_7_95_nr147.pdf>. [En ligne] Consulté le 15 mai 2011

20 JACQUES Jean-François, Services publiques. Les horaires d'ouvertures des bibliothèques, « ABF », décembre 2010, n. 53-54, p. 33-38

21 BIBLIOTECA NAZIONALE DI TORINO, Ingressi utenti in biblioteca

II] Les enjeux d'une enquête sur les publics étudiants de la BNUT 1) L'enquête, un instrument pour les bibliothécaires

Le public est aujourd'hui un facteur dominant des politiques d'accueil et est un enjeu du métier de bibliothécaire, et l'enquête est sans doute le meilleur instrument dont il est doté pour connaître la nature socioprofessionnelle des usagers ainsi que leurs besoins. En France, depuis les années 1970 et le début de l'évaluation des pratiques culturelles des français par l'INSEE et le CREDOC, ainsi que des enquêtes du MCC,22 on classe et on évalue annuellement les différents publics qui fréquentent les bibliothèques et participent à leurs activités culturelles. Les bibliothécaires français ainsi évaluent leurs publics et comparent leurs résultats avec les statistiques nationales, offrant un aperçu numérique permettant d'établir des politiques d'accueil spécifiques, adaptées à chaque public.

En Italie, par contre, ni au niveau national ni dans les établissements de lecture publique, n'existent des enquêtes détaillées sur les pratiques culturelles des italiens. Les seules qui nous permettent d'insérer la BNUT dans un cadre statistique national sont les nombreuses enquêtes nationales de l'ISTAT23 et du MiBAC,24 liées aux pratiques de lecture dans les bibliothèques italiennes (volume de livres par bibliothèque, nombre de prêts). Dans les bibliothèques italiennes l'enquête est en effet utilisée depuis peu de temps et a permis de redéfinir des bibliothèques sur de nouveaux modèles (« troisième lieu »), afin de rehausser la fréquentation et l'usage des services et donc de sortir de la « crise »25 que connaissent actuellement les établissements de lecture publique et de conservation comme la BNUT. Ces enquêtes de satisfaction répondent aux questions très simples : « qui sont les usagers? », « quelles sont leurs habitudes? », « Quelle est l'offre qui les intéresse? », « Sont-ils satisfaits de l'accueil? ».

Pour connaître ses publics, suivant dans ce sens le modèle anglo-saxon et français, depuis un an la BNUT souhaite développer l'étude quantitative, qualitative et ethnographique, afin d'étudier l'usage de ses services, ce qu'elle rappelle dans le projet pour le Premio Qualità (Prix Qualité) du Gouvernement italien : « continuer à revoir les besoins des usagers à l'aide du questionnaire comme instrument de vérification de la qualité du service rendu et pour recueillir les suggestions du citadin, des étudiants, car la satisfaction des exigences du public est prioritaire, et permet d'anticiper les solutions proposées par les études de fiabilité [...] »26. Par contre, à présent seulement deux personnes sont chargées d'établir les statistiques de la fréquentation et du nombre de prêts à la BNUT et aucune vraie enquête quantitative et qualitative sur les politiques d'accueil (salle d'enregistrement-périodiques, salle de consultation, salle de prêt et distribution) et l'usage des services de la BNUT par les étudiants n'a été jusqu'à présent menée dans l'établissement. La seule enquête valable est une étude ethnographique menée par une étudiante de

22 MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION, Les pratiques Culturelles des Français, 1973, 1981, 1988, 1997, 2008.

23 ISTITUTO NAZIONALE DI STATISTICA,

· Statistiche culturali, 2010 ( www.ISTAT.it/dati/catalogo/20090722_00),

· I diplomati e lo studio, 2007 ( www.ISTAT.it/salastampa/comunicati/non_calendario/20091112_00/)

24 MINISTERO PER I BENI E LE ATTIVITA CULTURALI, Direzione Generale per l'organizzazione, gli affari generali, la produzione, l'innovazione, il bilancio librario e il personale, Biblioteche pubbliche statali, consistenza del materiale, consultazioni, prestiti e personale, 2009 : www.sistan.beniculturali.it/Biblioteche_pubbliche_statali_09.htm . Consulté le 15 mai 2011

25 VIVARELLI Maurizio, Un'idea di biblioteca, « Biblioteche oggi », ottobre 2007, Prime valutazione sull'uso, « Biblioteche oggi », ottobre 2007, à propos de la bibliothèque San Giorgio, à Pistoia, en Toscane.

26 BIBLIOTECA NAZIONALE DI TORINO, PRESIDENZA DEL CONSIGLIO DEI MINISTRI, Premio Qualità della Pubblica Amministrazione 2010: documento di partecipazione, 2010

troisième cycle universitaire.27 Une étude intéressante, mais axée principalement sur le comportement des étudiants habitués de la BNUT, les « séjourneurs ». Il aurait été en effet plus judicieux de comparer les publics potentiels et réels, car les usagers de la bibliothèque ne se limitent pas à la fréquentation de la salle de lecture et au prêt, comme le rappelle justement Claude Poissenot.28 L'échantillon d'étudiant sondé n'est en outre pas révélateur de la diversité des publics (une vingtaine d'usagers pour l'enquête quantitative), et est plus un miroir de leur utilisation d'internet et des nouvelles technologies qu'une recherche des motifs de leur non utilisation des services. De plus, la manière d'interroger les personnes pour l'enquête quantitative se limite aux jugements de chaque service selon les modalités optimal, bon, discret, suffisant et insuffisant, avec peu de questions ouvertes ou fermées, préférant des questions de type choix multiples, identiques à chaque fois.

C'est pourquoi nous avons décidé de mener une enquête quantitative et qualitative, qui nous permettra de saisir les fonctionnements et les dysfonctionnements des politiques d'accueil et des usages des principaux services d'accueil de la BNUT par ses nouveaux publics, notamment les étudiants, afin de comprendre quel est aujourd'hui notamment la nouvelle identité de la BNUT, et son avenir par la mise en place d'un projet de restructuration. Il s'agit aussi grâce aux enquêtes de rendre l'usager coresponsable de la bibliothèque, c'est-à-dire pour la bibliothèque de s'adapter aux usagers et à leurs besoins dans le cadre des missions des bibliothèques, des moyens obtenus et des réponses qu'ils donnent.

2) Les enquêtes quantitatives et qualitatives : la complémentarité de deux approches a) L'enquête quantitative

Pour répondre aux attentes de la BNUT, deux enquêtes ont été réalisées. La première est une enquête quantitative distribuée aux usagers sous la forme d'un questionnaire,29 qui permet d'observer selon une science mathématico-statistique quasi-exacte les déterminants sociaux des usagers, de mesurer leur degré de satisfaction et l'intensité des usages qu'ils font de la bibliothèque.

L'enquête menée à la BPI a été très utile dans la réalisation de l'enquête, puisque la Bibliothèque Georges Pompidou30 a perdu ses missions premières et est devenue une bibliothèque estudiantine, comme l'est aussi actuellement la BNUT. De plus, le directeur actuel de la BNUT, Roberto Di Carlo, a étudié lui aussi le modèle parisien dans l'optique de la mise en place d'une nouvelle politique d'accueil. Afin de construire des questions qui soient adaptées à la situation réelle de l'établissement étudié, il a été obligatoire un temps de réflexion, d'exploration de tous les services d'accueil et d'observation des réactions du public face au personnel, au matériel de la bibliothèque, aux locaux etc. La plupart des questions n'auraient certainement pas été posées si des entretiens avec les responsables de différentes équipes n'avaient pas eu lieu, afin de clarifier la compréhension :

· du rapport des usagers avec les services et le personnel ;

· de la formation des usagers aux ressources en ligne et aux collections ;

· de la politique d'acquisition et culturelle de l'établissement ; des collections du magasin et des maisons d'édition représentées ; du rôle joué par le livre à Turin, en Italie considéré « la ville de

27 GIAVINA-CASPETTIN Maddalena, Luoghi da leggere, cit.

28 POISSENOT CLAUDE, La fréquentation en questions, in pratiques socioculturelles. Paris: BBF, t.55, n°5, 2010.

29 v. Annexe 2, L'enquête quantitative, Questionnaire, p. 32

30 EVANS Christophe, CAMUS Agnès, CRETIN Jean-Michel, Les habitués: le microcosme d'une grande bibliothèque. Paris : Bibliothèque publique d'information du Centre Georges Pompidou, 2000

la culture », et du dépôt légal ; du projet scaffali aperti (étagères ouvertes) etc.


· du projet de modification de l'espace de la BNUT et de sa politique d'accueil.

En tout, 42 questions d'une longueur moyenne de 53 caractères ont été posées aux étudiants (17 questions fermées multiples et 21 variables fermées uniques). Les questions à échelle n'ont pas été utilisées, car omniprésentes dans l'ancienne enquête quantitative de 2010, et les questions textes sont présentes à 9%. Le choix d'un questionnaire long a été réalisé dans le but d'analyser le rapport des usager envers les différents services d'accueil, de comprendre leur usage du service de prêt, leur conception de la politique de lecture et de culture de l'établissement. Les usagers ont répondu à 92% des questions, ce qui est un résultat satisfaisant. Le respect des quotas a été calculé automatiquement par Sphinx, avec une erreur d'estimation de 9,02 points, ou intervalle de confiance compris entre 40,98% et 59,02%.

Une fois l'intégralité des questions rassemblées, le questionnaire a été subdivisé en trois parties :

1. Typologie des étudiants et des publics ;

2. Utilisation de la BNUT et de ses services ;

3. Promotion de la lecture et de la culture ;

N'étant pas possible d'envoyer le questionnaire via internet par manque d'habitude des usagers, qui n'auraient par conséquent pas répondus, la compilation du questionnaire a eu lieu en face-à-face les mardi et jeudi 17 et 19 mai, lors de l'enregistrement des visiteurs à leur entrée dans la BNUT. Une affiche a permis de faire la promotion de l'enquête, et le premier jour, sur 800 visiteurs, 58 questionnaires ont été compilés, tandis que pour la seconde journée d'enquête, sur 736 usagers, 60 ont été compilés, pour un total de 118.31 La réalisation de l'enquête parallèlement au travail de stagiaire nous a par contre demandé un travail total. Il aurait été ingénieux d'agrandir l'échantillon, et d'être aidé par un membre du personnel pour la mise en place de l'enquête, mais cela n'a pas été possible.

A l'aide de Sphinx, nous avons distingué trois strates : étudiants (61 réponses), publics non-étudiants (57), chercheurs (10). Étant donné que la plupart des questions étaient de type fermée, l'option carnet de bord de Sphinx nous a permis de joindre les graphiques aux tableaux à plat d'une manière claire et synthétique.32 Les tableaux qui étaient en relation entre eux ont été croisés dans l'intérêt d'étudier les composantes socioprofessionnelles des publics et leurs différents usages de la BNUT.33 Les questions texte ont par contre été compilées dans un autre fichier, et rassemblés sous la forme d'un tableau à plusieurs entrées.34

Une fois terminée l'expérience, diverses propositions pour une nouvelle enquête, de meilleure qualité et à réaliser à la rentrée universitaire, ont été soumises aux responsables de la BNUT : choisir un échantillon équivalent par rapport au nombre total d'usagers quotidiens, faire une enquête tous les jours pendant une semaine et habituer les usager à répondre via leur adresse de messagerie personnelle. Enfin, travailler à plusieurs et faire une vraie promotion de l'enquête aux usagers, car elle est nouvelle dans les bibliothèques publiques d' État italiennes et parce que les usagers sont heureux de pouvoir exprimer leur avis, dans un pays où les citoyens perçoivent leurs droits individuels de plus en plus réprimandés.

b) L'enquête qualitative

L'étude qualitative est complémentaire à l'étude quantitative, qui explique rarement pourquoi une situation existe, tandis que la première répond à des questions moins précises et fermées par un entretien

31 Initialement, sur les 150 questionnaires prévus, 120 avaient été copiés, mais deux usagers n'ont compilé que le verso, rendant obsolète leur réponse.

32 v. Annexe 2, L'enquête quantitative, Tableaux de bord, p. 35-54

33 v. Annexe 2, L'enquête quantitative, Tableaux croisés, p 55-57

34 v. Annexe 2, L'enquête quantitative, Réponses ouvertes, p. 58-60

semi-directif, sans réelle autorité, ou l'interrogé peut répondre mais aussi poser des questions, changer de direction et choisir les thématiques à aborder etc. Le contact humain est omniprésent, ce qui joint « l'utile à l'agréable ». De plus, l'enquête qualitative est sociologique et moins axée sur des calculs : « Seules les études qualitatives permettent, par l'analyse sociologique, de comprendre les mécanismes de l'opinion, de comprendre pourquoi les gens pensent ceci ou cela, pourquoi ils s'autorisent ou non telle ou telle pratique, comment ils comprennent leur environnement ».35 L'entretien est aussi plus simple à mener que l'enquête quantitative, puisque son champ d'action est réduit (20-25 personnes sont suffisantes).

Les questions pour les entretiens avaient été divisés en deux catégories : pour les étudiants, d'une part, et pour les professions intellectuelles et autres publics d'autre part, selon des groupements de questions assez simples et généraux, pour laisser à l'interrogé une liberté dans le discours.36 Les entretiens ont été menés le vendredi 20 mai 2011, à l'aide d'un traducteur, et ils ont été d'une durée de 10 à 30 minutes. Un vrai rapport a été établi avec les usagers, grâce à notre jeune âge, à des passions ou à des visions communes. Là encore la stratégie développée était bien différente de l'enquête quantitative. L'installation des entretiens a eu lieu dans la salle ouverte des expositions, à l'étage trois, entre la salle de prêt et la salle de consultation, avec une grande table et trois chaises : le fait que cette partie soit un non-lieu de la bibliothèque, où les usagers ne s'arrêtent jamais et qui est pourtant au milieu, permettait aux usagers de se l'approprier (c'est « leur » bibliothèque) et de se sentir à l'aise.

35 WAHNICH Stéphane, Enquêtes quantitatives et qualitatives, observation ethnographique, « BBF », 2006, n° 6, p. 8-12, [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 19 mai 2011

36 v. Annexe 2, L'enquête qualitative, Formulaires, p. 62

III) A la loupe : étudiants et politiques d'accueil à la BNUT selon trois grands secteurs

1) L'identité des étudiants de la BNUT

a) Origines sociales

Dans notre analyse, nous ne prendrons pas en compte les actifs inoccupés et les retraités, des publics anodins de la BNUT. Les tableaux de bord nous montrent immédiatement certaines caractéristiques des différents publics de la BNUT : ils sont majoritairement âgés de 20 à 34 ans (67%), avec un diplôme de baccalauréat (46%) ou universitaire (31%) ; plus de la moitié étudie à l'université, 13,6% est au lycée, un quart travaille37 ; 8,8% du public est composé par des chercheurs, accompagnés par quelques rares doctorants.

Au moyen des tableaux croisées,38 par rapport aux différents niveaux d'études et profils professionnels, on constate que la majorité des publics de la BNUT, qu'ils soient étudiants ou autres, sont issus des classes moyennes et des métiers d'employé-services (68,8% des lycéens, 49,2% des étudiants, 50% des doctorants), mais aussi des métiers d'agriculteurs, artisans, commerçants (18,8% les étudiants du supérieur, 28,8% les étudiants). Pour ce qui concerne les étudiants, il est intéressant de souligner le pourcentage relativement haut de ceux qui ont un père ouvrier (8,5%), dans une ville qui connaît depuis les années 90 une forte réduction des entreprises manufacturières suite à la délocalisation de FIAT. Le fait qu'aucun des lycéens interrogés sorte d'un milieu ouvrier est explicable par le fait que, si les étudiants viennent généralement d'ailleurs (de l'étranger, d'autres régions, du Piémont, de la périphérie de Turin), les lycéens habitent tous près de la BNUT, donc en plein centre ville.

De ces premières observation, on peut donc constater que le public de la BNUT est jeune et cultivé, composé pour ses 2/3 d'universitaires (étudiants, doctorants et chercheurs), issu en grande partie de classes moyennes.

b) Analyse du public étudiant de la BNUT

Le développement et la démocratisation des bibliothèques s'explique par la banalisation des études universitaires : en 2010, 94 757 étudiants étaient inscrits dans les université turinoises.39 En Italie, comme dans la plupart des pays européens, la condition d'étudiant s'est généralisée, puisque selon le Ministère de l'Instruction, de l'université et de la recherche, 56% des jeunes italiens sont étudiants et peuvent accéder à l'université, quand 39% des jeunes français accèdent aux études.

Étant donné que le public étudiant qui fréquente la BNUT est composé pour la plupart d'étudiants universitaires inscrit dans les filières de lettres, langues ou sciences humaines, sa majorité est de sexe féminin (65,6%). En effet, selon l'ISTAT, 60% des femmes sont titulaires de la laurea (licence) en Italie.40 Les usagers titulaires d'un doctorat41 sont aussi présents parmi les publics de la BNUT, 11%, ce qui démontre qu'elle n'est pas une simple salle d'étude, mais encore un lieu de recherches. 9% des publics étudiés sont enseignants-chercheurs et malgré l'émergence d'un nouveau public « étudiant » et l'absence d'espaces de lecture individuels, où il pourraient s'isoler des bruits qu'occasionnent les

37 Trois étudiants se sont aussi déclarés « actif occupé ».

38 Annexe 2, L'enquête quantitative, Tableaux croisés, p 55-57

39 Observatoire régional pour l'université et pour le droit aux études universitaire, [en ligne] < http://www.ossreg.piemonte.it/default_it.asp> Consulté le 05/06/2011

40 Ibidem

41 v. Annexe 2, L'enquête quantitative, Tableaux de bord, p. 35

étudiants, les chercheurs qui fréquentent régulièrement les lieux de la BNUT sont relativement nombreux. Il faut en outre souligner que l'enquête s'est déroulée pendant l'après-midi alors que, à cause de leur emploi du temps chargé et pour éviter la gêne occasionnée par le public étudiant, les enseignants-chercheurs ne se déplacent que le matin. Comme pour les étudiants, dans cette catégorie socioprofessionnelle on observe une forte présence de femmes, ce qui peut être à nouveau expliqué par leur spécialisation dans les lettres, langues et arts du spectacle, des domaines fortement féminisées et développés à Turin, ville phare de la culture italienne, et dans les collections de la BNUT. En effet, selon l'ISTAT, seules 33% des femmes sont enseignants-chercheurs, sexe minoritairement représenté surtout dans la recherche scientifique.

Les résultats de l'enquête qualitative aussi ont été fructueux, touchant des catégories de publics hétérogènes : des lycéens en sciences sociales et statistiques, en théologie, médecine, philosophie, psychologie, ingénierie, sciences politiques, architecture ; une doctorante en histoire de l'art ; un journaliste-bloguer et une « rédactrice » (écrivaine) ; un figurant - passionné de théâtre ; un retraité, lecteur de romans en langue originale, qui vient à la BNUT car « la bibliothèque de quartier est trop proche et que ça n'a pas de sens de sortir pour se promener dix minutes ». Si le lieu de résidence des publics interrogés avec l'enquête quantitative est majoritairement Turin, à 62,7%, le Piémont à 27,1% et autres pour 10,2%, les origines des personnes interrogées par l'enquête qualitative sont encore moins homogènes, ce qui est donc plus intéressant : Turin, Aoste, Ferrare, Varèse, Gênes, Palerme et la Sardaigne. Des villes et des régions lointaines, caractéristiques des étudiants de troisième cycle et de master. Selon l'ISTAT, en effet, les étudiants titulaires de la laurea (licence), bien que fortement présents au domicile de leurs parents, ont plus de possibilité d'étudier dans une autre région. Il est aussi important de noter que l'enquête quantitative a été compilée par 7,2% d'étudiants universitaires étrangers, ce qui correspond à l'attractivité du pôle universitaire, qui compte 11% d'étrangers parmi ceux inscrits en 2010-2011.

La spécialité universitaire des étudiants et la proximité de leur lieu d'étude semble déterminer leur choix dans la fréquentation de la BNUT. Si on compare les carnets de bord Autres publics on remarque qu'une grande partie des non-étudiants (40,4%) ont une spécialité « classique », liée au monde de la culture (lettres, langues, arts etc), tandis que 8,8% sont spécialisés en sciences humaines, 7% en médecine, pharmacie, santé et 3,5% en économie-gestion. Le lien des publics non-étudiants à la bibliothèque est déterminé par leur spécialité, c'est-à-dire qu'ils viennent à la bibliothèque non pas pour simplement étudier, mais aussi pour leurs recherches. Si on observe par contre le carnet de bord Étudiants, les spécialités sont plus homogènes, avec seulement 26% d'étudiants spécialisés dans la culture, 18% en sciences humaines, 18% en autres domaines (de nombreux étudiants en psychologie et en sciences de l'éducation ont compilé la case autres, dans le questionnaire, car la terminologie « sciences humaines » est peu utilisée en Italie), 16,6% en économie et gestion, 11,5% dans les métiers de la santé. Cette différentiation en cours des spécialisations des publics des la BNUT démontre le fait qu'elle est fréquentée par des publics non spécifiquement intéressés aux collections de la bibliothèque, ainsi plus proche des universités fréquentées par les étudiants. En effet, les universités (Atenei) de Lettres, langues et arts, sciences humaines, droit et économie sont situées en hypercentre, près de la place Carlo Alberto, ainsi que la faculté de Mathématique et de médecine. Il faut noter que les ingénieurs côtoient aussi la bibliothèque, alors qu'ils disposent au polytechnique de 17 bibliothèques spécialisées. La BNUT accueille donc deux typologies distinctes de public : des étudiants universitaires, fortement présents, qui utilisent la bibliothèque comme salle d'étude, mais aussi un public de doctorants, de chercheurs et de travailleurs (journalistes, écrivains...) présents dans le cadre d'une recherche précise. nLa BNUT est donc caractérisée par sa politique d'accueil très large et, donc, la mission de

démocratisation du savoir qu'elle revendique aujourd'hui la rapproche des autres établissements de lecture qui recouvrent le réseau des bibliothèques de Turin42 : la Civique Centrale, que les étudiants de l'enquête quantitative fréquentent à 39%, le réseau des 23 bibliothèques de proximité (27,1%) ainsi que les 80 bibliothèques universitaires (39%). Ainsi, les étudiants de la BNUT sont " multi-fréquenteurs ", tandis que les autres publics qui utilisent le matériel mis à disposition à la bibliothèque sont "monofréquenteurs ". L'enquête qualitative démontre cette attitude des étudiants, comme le témoignage de l'étudiante n°10 : « Je fréquente la BNUT depuis un an et demi, mais je vais plus souvent à la bibliothèque de mon Département [...], parce qu'au bout d'un moment, je n'arrive pas à me concentrer si je suis toujours dans le même espace ».

La connaissance de la BNUT par les étudiants universitaires et les autres publics est souvent assez récente, puisqu'on découvre que 6,8% des étudiants interrogés venaient pour la première fois, ce qui représente une partie assez importante de l'échantillon analysé. Si on confronte les résultats avec ceux des autres publics, on remarque en outre que les étudiants qui connaissent la BNUT depuis plus qu'un an sont moins nombreux (57,9% contre 72,7% des autres publics), ainsi que ceux fréquentent la bibliothèque depuis quelques semaines (12,8% contre 3,6%) ou depuis quelques mois (29,8% contre 23,6%). Cela confirme les données sur la forte hausse dans la fréquentation de la BNUT43 et nous montre que les nouveaux usagers sont majoritairement des étudiants, bien que le nombre des autres publics nouveaux ne soit pas anodin.

2) Les services les plus utilisés par les étudiants : la salle d'enregistrement, la salle de consultation

L'accroissement de la scolarisation et de la formation continue conduit de plus en plus d'étudiants à étudier à la BNUT. Comment les accueille-t-elle ? Quels services propose-t-elle à ces nouveaux publics ?

La vie des étudiants à l'intérieur de la BNUT est caractérisée par trois lieux emblématiques : l'enregistrement des publics à l'accueil - qui est aussi la salle des périodiques -, à côté de l'entrée principale ; les services de la salle de consultation au deuxième étage, lieu de prédilection des étudiants, où ils peuvent étudier sur des grandes tables ; la salle de distribution et de prêt, où les collections du magasin sont empruntables et où on peut, depuis un mois à peine, consulter le dépôt légal dans les étagères ouvertes.

a) L'enregistrement des usagers : l'accueil

Le décret DPR 1995/14744 stipule que dans les bibliothèques d'État et les BN les casiers sont obligatoires : avant d'entrer, les usagers doivent déposer leurs sacs et autres objets. Par contre, si du côté de la bibliothèque plusieurs raisons expliquent ce phénomène (un budget restreint, qui ne permet pas de magnétiser tous les livres), la nécessité de déposer ses affaires dans des casiers lors de sa venue à la bibliothèque a suscité de nombreux remous dans l'enquête, et notamment de la part des étudiants. Une critique récurrente vise en effet le manque endémique de casiers (160 environ pour 420 postes assis), ainsi que la perte de temps qu'ils engendrent. Il faut par contre souligner que la BNUT a modifié un point de l'ordonnance ministérielle, puisqu'avant 2006 il était interdit d'entrer dans la salle de consultation avec son propre matériel, tandis que maintenant il est désormais possible d'entrer avec ses

42 v. Annexe 2, L'enquête quantitative, Tableaux de bord, p. 41

43 cf. supra, p. 6

44 DPR.1995, n°147, Titre IV, service au public : lecture, points 31. Conditions d'admission et 32. Accès et comportement.

propres livres, crayons et matériel informatique. Cette modification atteste l'acceptation de la part de la Direction que la plupart des usagers ne viennent plus pour consulter les livres ou les manuscrits, mais pour travailler sur ses propres documents.

Après avoir laissé ses affaires dans les casiers, l'enregistrement est le premier service rencontré à la BNUT. Les service d'accueil délivre aux nouveaux usagers une carte d'accès aux différents services de la bibliothèque. C'est avec cette carte que l'usager doit se rendre dans la salle d'enregistrement pour déclarer son entrée et sa sortie. L'enregistrement est effectué à l'aide d'Erogazione servizi, un logiciel informatique inventé par un des informaticiens de la BNUT. Un logiciel simple d'accès, qui permet d'enregistrer en moins de 15 minutes l'usager. Pour les étudiants, l'information la plus difficile à comprendre et à appliquer est la norme qui les oblige à passer à l'accueil pour déclarer qu'ils rentrent ou sortent de la bibliothèque, mesures qu'ils considèrent comme un acte de contrôle qu'ils aiment déjouer. Un local, situé entre l'enregistrement et les escaliers principaux qui mènent à la salle de consultation, sert en effet à la surveillance des usagers. Ces mesures sont par ailleurs justifiées par la sécurité de l'établissement, mais aussi afin de connaître le nombre d'usagers et leur identité en cas d'incident, ainsi que pour protéger le patrimoine de la bibliothèque, qui possède une salle des manuscrits rares.

Pourtant, malgré la volonté de simplifier les conditions d'accès à la bibliothèque, le nombre d'usagers insatisfaits par le service d'accueil est assez élevé. Les enquêtes quantitative et qualitative démontrent le mécontentement des étudiants. Dans la première, à la question « Dans quels espaces t'estu rendu aujourd'hui ? », les étudiants ont répondu à 13% seulement qu'ils se sont rendus à l'accueil-salle des périodiques, les autres n'ayant certainement pas compilé cette partie, par agacement, par méconnaissance du nom de service dans lequel ils étaient - ou par déstabilisation par le nom accueilsalle des périodiques, puisque souvent ils utilisent l'un ou l'autre service sans penser qu'ils sont dans un même et unique espace. Des commentaires négatifs apparaissent dans les réponses ouvertes : « Devoir signaler par une carte son entrée et sa sortie fait perdre beaucoup de temps et je ne pense pas que ce soit utile. » Certains étudiants vont jusqu'à ajouter que l'enregistrement à l'accueil «dérange les activités d'étude et de recherche ». Dans l'enquête qualitative, le témoignage de l'étudiante n° 6 confirme un tel constat, et elle critique par ailleurs l'ensemble du système des services de la BNUT, défini « trop bureaucratique », un jugement récurrent des entretiens.

Hormis l'enregistrement, l'autre service proposé par la salle d'enregistrement est l'accueil des étudiants, par l'information et l'orientation, c'est-à-dire indiquer la présence d'autres services dans la bibliothèque, leur localisation, leurs horaires etc.

Par ailleurs, des hausses journalières de la fréquentation (11h, 14h, 18h), ne permettent pas de gérer les différents publics efficacement. Par la quantité d'usagers quotidiens, ce service n'est pas toujours un service d'accueil, puisqu'il faut enregistrer et aider les usagers le plus rapidement possible, afin de ne pas entraîner le mécontentement des autres usagers qui patientent. Les étudiants, souvent nouveaux dans ce service, peuvent donc être désorientés et perdus, car les bibliothécaire n'ont pas le temps de délivrer toutes les informations nécessaires. Des brochures n'existent pas à l'heure actuelle, bien qu'une une Touch box soit présente, mais elle est peu utilisée, sinon par les professeurs qui organisent des visites de la BNUT pour leurs étudiants.

Les bibliothécaire de la salle d'enregistrement-périodiques sont donc confrontés tous les jours au problème de l'accueil des publics étudiants, nouvelle forme d'accueil qui entraîne des problèmes dans la qualité des informations premières à délivrer pour orienter l'usager. Afin d'améliorer la politique d'accueil des l'établissement, envers les étudiants mais aussi les lycéens, à se repérer dans les locaux de la bibliothèque, d'ici quelques semaines, un guide sur les différents services d'accueil de la BNUT devrait être disponible, en italien, anglais et français et ce grâce à l'association Les amis de la BNUT.

Association qui soutient la bibliothèque et l'aide financièrement. Une carte de la qualité des services a été mise en ligne en 2008 et est en cours de restructuration actuellement, afin d'améliorer le rapport entre l'usager et les services de la bibliothèque.45 De plus, une signalétique introduit la zone d'accueil, sous la forme de flèches.

b) La salle de consultation

La salle de consultation est le service le plus utilisé par les étudiants universitaires et les lycéens de la BNUT (77%), contre 70% pour les autres publics. Ce « succès » s'explique parce que la salle est spacieuse et munie de tables d'études grandes, qui peuvent accueillir jusqu'à 420 personnes. Elle est la deuxième plus grande salle de consultation italienne, après celle de la BN de Florence. 88,5% des étudiants universitaires viennent à la BNUT pour étudier et 25% pour ses concentrer, c'est-à-dire qu'ils se rendent surtout dans la salle de consultation et ne sont pas spécialement intéressés par les autres services.

Dans la salle de consultation des matériels bibliographiques sont mis à disposition des usagers pour les aider à effectuer leurs recherches. Contrairement à ce que dit l'enquête de 2010, les usagers semblent consulter habituellement les livres de ce service (40% les étudiants, 55% les autres), utilisés d'ailleurs le jour même par un nombre correct d'étudiants universitaires (29%). Un autre point intéressant de l'enquête est le jugement des usagers sur la signalétique de la salle de consultation, ainsi que son système de classification. 70 000 volumes sont en effet mis en libre-service sur les étagères : encyclopédie générales, dictionnaires, répertoires biographiques, bibliographies générales, langue et littérature moderne etc., ce qui donne une soixantaine de cotes, classées de haut en bas (des balcons de la salle, vers l'espace inférieur) alphabétiquement (de CONS.A à CONS. X). De plus, les ouvrages sont classés par sections. Un système qui semble être compliqué au premier abord, puisque le nombre de sections et de cotes est élevé, mais aussi à cause du manque de visibilité des ouvrages sur les étagères, dont la classification est mentionnée sur de petites étiquettes, visibles seulement de près. On peut comprendre qu'à la vue de toutes ces étagères pleines de volumes savants, dont les contenus sont aujourd'hui « dépassés » à cause de leur date de publication ancienne, l'étudiant - habitué désormais plus aux couleurs et aux multimédias d'Internet qu'à l'ambiance sacrée d'une bibliothèque nationale - puisse être désorienté. En outre, la signalétique dans ce secteur n'est constituée que par un unique panneau, ancien, daté des année 1980, ce que confirme que seul 29% des publics interrogés dit ne pas avoir de problèmes dans la recherche d'un livre. Les ennuis que rencontrent les étudiants de la BNUT avec les collections de la salle sont d'ailleurs confirmés par quelques commentaires ouverts de l'enquête quantitative,46 par des adjectifs qui qualifient les collections de « désuète », « vieille ». Mais aussi, à « améliorer avec un système classificatoire plus visible, pastilles de couleur », etc. Il est à noter que les étudiants n'ont majoritairement pas répondu à cette question, car elle était textuelle et les obligeait à s'exprimer sur un sujet que, peut-être, ils ne connaissent pas véritablement. Différemment des étudiants, les autres publics se montrent plus à l'aise avec les systèmes bibliothécaires traditionnels, car ils se servent davantage de la salle de consultation, comme nous avons vu, où ils manifestent un bon sens de l'orientation, puisqu'ils trouvent les livres très facilement (60%), lorsque les étudiants rencontrent certaines difficultés (38%) et ont aussi l'habitude de demander de l'aide à un bibliothécaire (33%), ce qui arrive aux plus « expérimentés » uniquement dans 14% des cas.

Autre problème rencontré dans le classement des livres sur les étagères, les livres manquants. En

45 Biblioteca Nazionale Universitaria, Ministero per i beni e le attivita'culturali, Carta della qualità dei servizi, 2008 non disponible actuellement, mais en ligne à l'adresse suivante: <http://www.bnto.librari.beniculturali.it/ >. Consulté le 29 mai 2011

46 v. Annexe 2, L'enquête quantitative, Réponses ouvertes, p. 60

effet, normalement l'usager qui emprunte un livre doit mettre à sa place un « marque-livre », avec le numéro de la table qu'il occupe. Mais ces consignes ne sont pas toujours respectées, notamment par les étudiants, et il arrive que les livres soient volés, car non magnétisés, ou ne soient pas rangées au bon endroit, ce qu'on retrouve dans les commentaires de l'enquête quantitative47 : « Parfois, certains livres ne sont pas rangés à leur bonne collocation ou alors ils résultent présents sur internet, mais une fois sur place, ils sont manquants ».

Il faut souligner que, pour résoudre ces problèmes, les ressources traditionnelles de la salle de consultation ont été progressivement intégrées par les ressources électroniques, selon le projet d'une salle de consultation virtuelle, en partie déjà réalisée.48 Six postes informatiques sont mis à disposition des usagers, qui peuvent les utiliser pour accéder aux catalogues en ligne (Librilinea pour le Piémont, Banca dati pour les journaux numérisés etc), ainsi que pour repérer les livres dans la salle de consultation. Il est en outre possible de se connecter à internet depuis son ordinateur personnel, même si les deux enquêtes ont souligné les difficultés des étudiants vis-à-vis d'une utilisation optimale de la salle de consultation et de ses ressources, à cause du wi-fi qui ne marche pas toujours bien, et pour lequel seuls 200 usagers peuvent se connecter en accès limité. En effet, seules vingt prises pour recharger les batteries des ordinateurs existent : « il y a peu de prises pour les PC, pour la batterie [...], parfois je ne viens pas parce que je sais que les prises sont déjà prises. ».

L'autre problème majeur est celui du bruit que font les étudiants, même si cinq bibliothécaires sont au centre de la salle de consultation, une disposition qui rend difficile la surveillance sur toutes les extrémités et les balcons, où les étudiants peuvent donc parler librement. Aucune solution n'a encore été mise en pratique pour assurer la tranquillité des usagers, mais aussi afin de permettre de travailler en groupe à ceux qui en ont besoin. Les commentaires à ce sujet sont récurrents tant dans l'enquête quantitative que dans l'enquête qualitative : « Une fois (il y a deux ans) le silence régnait dans tout l'édifice [...] et cela me déplaît à chaque fois que j'ouvre la porte de ce magnifique édifice historique » ; « Je trouve toujours plus difficile de faire des recherches à la BNUT, comme si elle faisait partie du passé. L'ambiance est devenue bruyante, ce qui n'aide pas à la concentration. » ; « Je pense que créer des espaces dédiés aux chercheurs, qui ont besoin de silence et de prendre de la distance avec les étudiants universitaires serait une très bonne idée. ». Le bruit dans la bibliothèque se propage surtout au niveau des balcons et à cause de la grande hauteur des plafonds. Ce problème permet de mieux saisir dans sa complexité le phénomène de l'accueil des publics et de leur cohabitation dans un espace décloisonné, où la bibliothèque doit assumer un double rôle: être un lieu d'étude, permettant le travail intellectuel, et être un lieu de sociabilité favorisant les échanges et les rencontres. La BNUT doit donc réfléchir sur les façons de faire cohabiter des publics aux usages plus diversifiés qu'autrefois et à la question des espaces et de leur division afin qu'un public n'en chasse pas d'autres.

Ainsi 49« L'accueil des publics en bibliothèque est une pratique politique d'ouverture sans perdre ni exclure. » Un autre problème est aussi la présence de certains publics "agressifs". En effet, en moins d'un an la bibliothèque a eu nombre de cas de violences physiques entre les usagers, constatées dans les toilettes, mais aussi en salle de consultation, à l'exemple d'un usager qui a provoqué un second étudiant en lui jetant son ordinateur sur le visage, lui cassant le nez. Ou encore, il y a moins d'une semaine deux usagers (étudiants et non étudiant) se sont disputés, un des deux allant jusqu'à mordre le petit doigt du second...

47 ibidem

48 DE PASQUALE ANDREA, L'integrazione tra risorse tradizionali e risorse elettroniche: come cambia la sala di consultazione di una Biblioteca Nazionale. Roma : « Bibliocom », 2002

49 CHEKIB Vincent, L'accueil des publics en bibliothèque: une pratique politique d'ouverture sans se predre ni exclure. Villeurbanne, ENSSIB, 2008

Ce ne sont pas les étudiants et leurs comportements qui sont à fustiger, mais le manque de personnel de la bibliothèque pour surveiller les usagers. La BNUT, composée aujourd'hui d'à peine 80 personnes et elle assume depuis quatre ans une trentaine de départ à la retraite. Luciano Scale,50 ministre des Biens Culturels, en 2006 souligne le manque et l'âge du personnel : les bibliothèques publiques d'État ont environ 3500 personnes avec une moyenne d'âge comprise entre 50 et 60 ans. Et pour avoir des bibliothèques publique d'État fonctionnelles il faudrait 750 personnes en plus...

A côté de ce jugement, pourtant, les étudiants universitaires expliquent dans les deux enquêtes qu'ils aiment venir à la bibliothèque pour le silence qui règne, le fait qu'elle soit une bibliothèque assez calme par rapport aux autres réseaux de lecture publique, comme le témoignage dans l'enquête qualitative de l'étudiant n°10, qui nous explique que la première pensée lui ayant traversé l'esprit lorsqu'il a pénétré le hall d'entrée de la BNUT, est le film allemand Les ailes de la liberté, de Wim Wenders, à cause de la luminosité de l'édifice, de ses espace et du silence qui règne.

En conclusion, le débat sur la salle de consultation et sur son utilisation par des publics distincts démontre que la politique d'accueil mise en place dans ce secteur est aujourd'hui en partie désuète : le nombre de bibliothécaires dans ce secteur est insuffisant, ou en tout cas mal réparti dans les différents espaces de la bibliothèque afin d'assurer un service de surveillance optimal; les heures de pointe, qui voient le public attendre longtemps à la salle d'enregistrement et remplir la salle de consultation, rendent l'aide aux recherches bibliographiques de plus en plus difficile pour une partie du public, et notamment des chercheurs et actifs occupés si on se réfère aux enquêtes, tandis que les étudiants apprécient fortement cette partie de la bibliothèque pour son calme et sa tranquillité.

3) Promotion de la lecture et de la culture à la BNUT a) Le service de prêt-distribution

Le service phare de la BNUT, jusqu'à la crise des année 1990-2000, a été le service de prêtdistribution et de consultation des collections du magasin, doté de fonds éclectiques à la fois anciens (avant 1930) et modernes. Les usagers pouvaient emprunter les livres du dépôt légal et des collections ajournées, ce qui correspondaient à une véritable politique d'acquisition, correspondant aux missions de la bibliothèque et aux besoins des usagers. Aujourd'hui, on constate un déclin de l'emprunt à la BNUT crise qui ressemble à celle des bibliothèques de lecture publique anglo-saxonne ou française. Par exemple, en 2009, sur les 54 026 personnes admises au service de prêt, un peu moins de la moitié (20 125) ont utilisé ce service. Les chiffres du carnet de bord Tous publics appuient le constat des professionnels, puisque les livres les plus lus à la BNUT sont ceux de la salle de consultation (33%), lorsque l'emprunt des monographies n'est effectué que par 21% des publics.

Pour l'emprunt des documents, les analyses croisées51 démontrent que généralement les étudiants sont ceux qui ont le moins répondu à la question des collections et les autres publics aussi. Quant aux chercheurs, on se rend compte qu'ils empruntent par contre régulièrement à la BNUT : 50% affirment avoir utilisé le service de prêt le mois dernier et 20% aujourd'hui.

L'emprunt des documents est aussi caractérisé par une différence entre le public étudiant et les autres publics: 27% du nombre total des publics dit avoir emprunté un document le mois dernier, soit 23% des étudiants, contre 31% pour les autres publics. Par contre la tendance s'inverse pour l'utilisation de documents sur place, le jour même avec 14,8% des étudiants contre 7% des autres publics. Les autres

50 SCALE Luciano, Biblioteche statali : a che punto siamo ?, « Biblioteche oggi », novembre 2006, p. 14- 15

51 v. Annexe 2, L'enquête quantitative, Tableaux croisés, p. 55-57

publics sont aussi ceux qui empruntent le plus sur le long terme, puisque 31% disent avoir emprunté le mois dernier. Les étudiants généralement ont donc une consultation assez éphémère des documents, c'est-à-dire sur place, tandis que les autres publics ont une utilisation plus équilibrée des différentes collections de la BNUT.

Hormis l'emprunt des documents, un autre clivage existe entre les publics actifs, les chercheurs et les étudiants. Il s'agit du genres de livres empruntés au service de prêt-distribution, puisque les autres publics utilisent surtout les livres d'histoire, de politique, de littérature moderne et classique, des genres particulièrement présents dans le magasin de la BNUT, et les chercheurs empruntent principalement la critique littéraire, l'histoire et la politique, lorsque les étudiants utilisent les manuels scolaires et les livres de sciences humaines, ce qui caractérise une fois encore leur utilisation de la BNUT comme un espace privilégié pour l'étude.

Ces chiffres et ces usages diversifiés des collections soulignent que les publics ont des besoins très diversifiés, pour lesquels la constitution de politiques d'accueil adaptées s'avère nécessaire.

En effet, tant dans l'enquête quantitative, que dans l'enquête qualitative, la bureaucratie du système d'emprunt et la politique d'accueil a été vivement critiqué par les étudiants, principalement, mais aussi par les autres publics. Les premiers ont affirmé ne pas vouloir emprunter de documents car le système de prêt est plus compliqué que dans les autres bibliothèques turinoises, reprochant ainsi à la BNUT son côté bureaucratique et « à l'ancienne ». Le "décorticage" de la procédure mise en place pour emprunter les livres à la BNUT permet toutefois de comprendre pourquoi les étudiants se passent du service de prêt et de consultation. A la BNUT les livres ne sont pas en accès direct, un phénomène récurrent dans l'ensemble des bibliothèques du territoire italien. Les bibliothèques municipales, telles que la Civica (bibliothèque de lecture publique centrale), ont un magasin et peu de livres en libre-service, et toutes les bibliothèques universitaires fonctionnent aussi par le biais du magasin. Seules les bibliothèques de proximité ont l'avantage de disposer d'étagères en libre-service. Ce phénomène trouve son explication dans l'architecture des bibliothèques italiennes : la plupart d'elles sont dans des bâtiments historiques, où des travaux nécessitent de suivre un cadre législatif stricte et difficilement applicable. Un étudiant fait une telle remarque dans l'enquête quantitative : « Mettez tous les livres après 1900 dans les étagères ! ». Ainsi, pour pouvoir consulter un livre et l'emprunter, l'usager de la BNUT doit passer par quatre services distincts :

1. il doit compiler un document, qui requiert nombreuses informations sur le livre et le lecteur, à écrire deux fois (un volet pour l'administration, l'autre est mis à la place du livre dans le magasin), et qui est à consigner au service de distribution ;

2. la demande est envoyée au magasin, une immense tour de six étages, et elle revient avec le livre au service de distribution, où un bibliothécaire appelle le lecteur par les 3 derniers chiffres de sa carte et lui consigne le livre pour la consultation;

3. si le lecteur souhaite emprunter le livre, il doit aller au service de prêt et

4. repasser pas le service de distribution pour tamponner une attestation d'emprunt.

Si on somme le temps pour remplir les documents (2 à 3 minutes chacun), l'attente, les passages d'un service à l'autre, l'obtention d'un livre requiert une quinzaine de minutes minimum. En sachant qu'il arrive que l'usager se trompe dans la collocation (ou autre indication bibliographique) du document recherché (confusion avec les collocations des autres bibliothèques) et qu'aucun service d'aide n'est alors assuré par les bibliothécaires de ce secteur, les temps d'attente peuvent s'allonger davantage. En effet, la salle était jusqu'à présent dotée d'ordinateurs pour les recherches bibliographiques, mais ce secteur a été délocalisé au niveau des balcons de la salle de consultation, à l'autre côte de l'étage, sans aucune visibilité ou signalétique claire pour les lecteurs. En témoignent les étudiants n°6, 10 et 11 de l'enquête

qualitative,52 qui racontent en détail le cheminement parsemé d'embûches qu'ils doivent suivre pour accéder à un document, ou la fatigue et l'énervement généré par le grand nombre d'opérations diverses de la salle de distribution et de prêt.

Mais le phénomène le plus frappant, dont les étudiants aussi font parti, est que 43,8% des usager a affirmé qu'au moins une fois ils ont demandé un livre qui était déclaré « présent » dans l'OPAC, mais les bibliothécaires leur ont dit que le livre était « manquant ». Un phénomène vraiment inquiétant pour les chercheurs, puisque 80% de ce public a été victime du phénomène livre manquant, et d'ailleurs répandu en Italie, comme témoigne la doctorante n°8 de l'enquête qualitative, qui nous conte ses mésaventures à Rome, où elle s'était déplacée spécialement dans le but de consulter des livres, qui n'étaient pas présent à la bibliothèque alors qu'ils apparaissaient sur l'OPAC de la bibliothèque comme disponibles. Deux facteurs expliquent que les livres soient manquants à la BNUT, soit le livre est mal rangé dans le magasin, soit il n'est pas ramené par l'usager. Il faut noter que les bibliothèques italiennes sont entièrement gratuites et qu'aucunes pénalités financière n'existent dans le réseau des bibliothèques turinoises. A la BNUT, aucune suspension ou sanction n'a lieu si les livres sont manquants, et aucune lettre de rappel n'est envoyée à l'usager retardataire. Ce qui peut effectivement pousser certaines personnes peu scrupuleuses à faire leur shopping à la bibliothèque...

La bibliothèque a tenté de faciliter le service de prêt-distribution par le « prêt en ligne », mis en place depuis moins d'un an, orientée d'ailleurs vers un public qui n'est pas toujours étudiant. L'usager téléphone ou envoie par courriel les informations bibliographiques du document qu'il recherche. Le livre est ensuite recherché dans le magasin et mis de côté. Si le livre n'est pas disponible ou manquant par contre, les usagers n'est pas toujours prévenu, et l'usager se déplace alors à la bibliothèque sans motif. Le problème étant que certains usagers non turinois se déplacent à la bibliothèque pour un document précis, dont la collocation apparaît sur le catalogue, mais absent des rayons. Mais le prêt en ligne est récent et peu connu des usagers à l'heure actuelle. L'accueil des publics en ligne permet de faciliter l'accès pour faire gagner du temps, rendre visible les collections, les services et le personnel.

b) Promotion de la lecture et de la lecture

L'enquête ethnologique et quantitative de 201053 démontrait seulement que les étudiants n'empruntaient pas, sans chercher les causes du non-emprunt ailleurs que dans le développement des nouvelles technologies, un facteur parmi d'autres du non-emprunt de livres par les étudiants. Ce point de vue « pessimiste » nous fait dire que la promotion de la lecture et de la culture ne seraient pas mises en valeur par une politique d'accueil des étudiants qui se contenterait de les recevoir et ne leur fournirait pas d'autres services spécifiquement bibliothécaires. Par exemple, la digitalisation des fonds anciens est en cours, mais est en retard sur les autres bibliothèques italiennes, et l'accès à des services en ligne est encore nouveau à la BNUT. Tous ces facteurs contribuent à ne pas mettre en avant les collections de la BNUT, ou à trouver le moyen de mettre en place de nouvelles collections.

Dans notre analyse, il faut tenir compte de deux facteurs : la forte baisse des financements publics aux bibliothèques italiennes et le fait que les étudiants constituent à Turin un public de lecteurs ancré dans de fortes traditions culturelles. Il est vrai qu'en Italie on lit peu, puisque 57,7% des italiens déclarent ne pas avoir lu de livres en 200754, et que 20,1% ont lu au moins trois livres. Mais le Piémont est une région où on lit beaucoup55 : en 2009, à Turin, 52,3% des personnes sondées par l'ISTAT

52 v. Annexe 2, L'enquête qualitative, L'interviewe des étudiants, p. 63

53 GIAVINA-CASPETTIN Maddalena, Luoghi da leggere, cit.

54 ARPEA Mario, L'Italia, l'Europa e la lettura di libri, « Affari sociali internazionali », 2008

55 La lettura di libri in Italia, 2010, [En ligne] < www.ISTAT.it/salastampa/comunicati/non_calendario/20110511_00> Consulté le 29 mai 2011

déclarait avoir lu un à trois livres au cours des douze derniers mois. Et Turin est le second pôle de production italien, avec en 2007, 37 millions d'oeuvres imprimées et distribuées par de petites maisons d'édition (150, 68% du total), mais aussi par de grosses, comme Einaudi, la maison d'édition de référence pour les chercheurs et les étudiants italiens.

Depuis 2004, le budget de la BNUT pour la politique d'acquisition et le renouvellement des collections n'existe presque plus, et pour l'aider financièrement une association (Les amis de la BNUT) a été crée depuis un an. Depuis l'an dernier surtout, le budget d'acquisition de la bibliothèque a fortement diminué : seulement 1084 acquisitions en 2010, le nombre de dons de 1171 dépassant les oeuvres achetées par la bibliothèque. Et la bibliothèque est passé de 25% de coupure budgétaire en 2004, à 41 ,89% de coupure en 2006, à une coupure quasi-totale du budget pour les acquisitions en 2010-2011.56 Coupure qui expliquent que les livres manquants ne soient pas renouvelés.

Par contre, la bibliothèque, possède toutes les oeuvres produites par les maisons d'édition piémontaises, selon la loi sur le dépôt légal DPR 252/2006, qui stipule que l'éditeur doit déposer à la BNUT une copie de l'oeuvre produite, ce qui sous-entend qu'aujourd'hui les livres déposés à la BNUT en tant que dépôt légal sont encore plus nombreux que dans le passé. Avant la loi il arrivait que l'imprimeur, résidant dans une autre région que le Piémont, conserve l'oeuvre sans l'envoyer à la BN.

Le prêt du dépôt légal est interdit depuis le décret sur le dépôt légal depuis 2008, ce qui a entraîné le mécontentement des étudiants qui avaient l'habitude d'utiliser ses livres dans le cadre de leurs études, comme le témoignage de l'étudiant n°1 de l'enquête qualitative57, qui nous explique que la mise en place d'étagères en libre-service est une bonne idée, mais que de « remplacer le système de prêt par des fauteuils en cuir, ne remplacerait jamais le plaisir de pouvoir consulter un livre chez soi.» Pourtant, afin d'aider les étudiants, principaux utilisateurs du dépôt légal à accéder aux collections du dépôt légal, une photocopieuse a été mise à disposition depuis trois ans.

Parmi les livres empruntables de la BNUT on trouve les collections de maisons d'édition comme Einaudi, Lindau, (livres politiques et historiques), Umberto Allemardi & C. (dont le stock de livres d'art a été détruit et n'existe aujourd'hui qu'à la BNUT), Bollati Boringhieri (science, psychologie, économie), Lattes, Bocca (sciences humaines), les Edizioni dell'Orso (littérature étrangère et du Piémont) et de nombreuses publications de l'université de Turin. La typologie des maisons d'édition représentées est trop vaste et complexe pour l'énumérer complètement, mais, depuis les coupures drastiques de budget, les deux principaux« concessionnaires » de livres de la BNUT sont les turinois Pacini et Utet, qui fournissent les classiques et les éditions scolaires.

Tous ces livres appartiennent au fond moderne de la BNUT, majoritairement consulté et emprunté par les étudiants (24,6%). L'enquête quantitative démontre que 74% des étudiants estiment ne pas connaître les collections de la BNUT, contre 54% pour les autres publics et 30% des chercheurs. Seuls 8% des étudiants interrogés ont suivi les cours proposés par les professeurs des universités sur les ressources de la BNUT alors que 87% des étudiants ne connaît pas l'existence de tels cours. Les réponses ouvertes58 démontrent que pour les autres publics, sur 29 réponses, 28 trouvent que des cours sur les ressources sont une bonne initiative, contre 17 réponses positives sur 19 pour les étudiants. Peu de réponses à la question sur l'initiative d'un cours sur les ressources, mais ces réponses sont intéressantes : pour les chercheurs, ce serait le moyen de « rassembler les anciens et les nouveaux chercheurs dans le magasin » ; l'étudiant n°3 nous dit emprunter beaucoup à la BNUT mais qu'il ne s'est jamais posé la question des collections de la BNUT, ou le témoignage de l'étudiante n°6, doctorante, qui estime « qu'il faut être armé d'une volonté d'acier pour accéder au savoir à la BNUT », et qui

56 SCALE Luciano, Biblioteche statale : a che punto siamo ?, « Biblioteche oggi », novembre 2006, p14-15

57 v. Annexe 2, L'enquête qualitative, L'interviewe des étudiants, p. 63

58 v. Annexe 2, L'enquête quantitative, Réponses ouvertes, p. 58-59

explique s'être auto-formée seule sur les catalogues et les collections possédées.

Un autre problème dans l'usage des collections est posé par le rapport des usagers au personnel, qui a suscité quelques critiques : seuls 16% des étudiants jugent que les bibliothécaires sont aptes à leur proposer une assistance individuelle, lorsque 9,8% trouvent que les stratégies de recherche déployées par le personnel sont bonnes, même si leur fort taux d'abstention (76%) démontre aussi une volonté de ne pas vouloir attribuées les qualités proposées aux bibliothécaires, car insatisfaits des politiques d'accueil de la BNUT, puisque les étudiants ont choisi, comme pour les autres publics et les chercheurs, de ne pas cocher les réponses qui leur étaient proposée, et ont même parfois ajouté que les qualités proposées étaient justement les qualités qui fait défaut au personnel. La disponibilité est par contre la qualité dominante constatée par tous les publics. Mais le public des chercheurs est encore plus catégorique, puisqu'il n'a coché que la case disponibilité de l'enquête quantitative, un choix qui démontre que pour ce public la recherche est difficile à la BNUT et qu'il est surtout extrêmement exigeant à l'égard du personnel des bibliothèques en général. Cette formation du personnel, manquante aux yeux des usagers, est un des commentaires les plus présents de l'enquête quantitative, ainsi que dans la qualitative, dans laquelle une censure a été appliqué à la transcription de certains commentaires. Ce mécontentement s'explique par l'âge du personnel (la majorité a plus de 55 ans) et leur rapport aux publics, ainsi qu'au métier de bibliothécaire et à son statut en Italie. Les obstacles à la communication entre les bibliothécaires et les usagers sont en effet de trois ordres :

· les obstacles physiques, lié à la mobilité du bibliothécaire derrière la banque de prêt, qui éprouve alors des difficultés de médiation pédagogique en cas de problèmes rencontrés par l'usager dans la bibliothèque. ;

· les problèmes de communication ;

· le problème de l'image qu'ont les étudiants des bibliothèques et de la fonction publique, mais aussi à l'inverse de l'image qu'ont les bibliothécaires des étudiants.

On sous-estime parfois à quel point le travail de bibliothécaire face au public peut être une contrainte ou une souffrance du personnel. Les politiques d'accueil de la BNUT doivent donc reposer sur des formations solides et sur une dimension relationnelle, pédagogique avec l'usager.

Pourtant, la qualité des services d'accueil s'est nettement amélioré depuis plusieurs années, par la mise en place de secteurs pour chaque service de la bibliothèque, puisqu'auparavant les employés tournaient d'un secteur à l'autre de la bibliothèque. Aujourd'hui, le personnel forme à l'intérieur de chaque service, un groupe homogène, avec plusieurs bibliothécaires qui aident à la fois les usagers, mais aussi le personnel en cas de difficulté. Malgré les critiques négatives, des commentaires positifs ont été adressé envers le personnel, comme l'étudiante n°8: « J'ai aussi une grande affection pour le personnel, qui est comme une grande famille».

Les étudiants de la BNUT sont pourtant des lecteurs qui aiment les livres et la culture : si on observe le carnet de bord étudiant, 44% des lecteurs de la BNUT ont participé au Salon international du livre, où se tient tous les ans l'observatoire de la lecture et des lecteurs dans le Piémont. En 2009,59 l'observatoire a dressé une typologie des lecteurs particulièrement intéressante dans le cadre de notre enquête, bien qu'il s'agisse de strates de publics confondus et non pas des seuls publics étudiants. La foire avait accueilli 38% de lecteurs moyens (4 à 12 livres par an), 58% de lecteurs forts (12 livres) et 0,4% de lecteurs faibles. Les statistiques nationales montrent que le plus fort taux de lecture touche les adolescents de 11 à 14 ans (64,7%), avec une chute de la lecture à partir de 35 ans, le public étudiant étant donc compris entre ces deux "âges ". De plus, le titre d'étude influence la lecture, puisque 80% de ceux qui ont un Master II lisent, contre 28% pour la licence triennale. Vu cela et le fait que 44% des

59 < http://www.ocp.piemonte.it/PDF/relazione/ocp_relaz2009.pdf > Consulté le 06/06/2011

étudiants aient participer au moins à un événement culturel de la ville, on peut aisément affirmer que la BNUT pourrait transformer une partie de son public étudiant d'emprunteurs « potentiels » à emprunteurs « réels » par une plus forte promotion de ses collection et de ses expositions. Bien sûr, les étudiants lisent énormément sur des supports immatériels, comme dans l'ensemble des pays européens. Mais il faut noter que les étudiants à Turin représentent un public non négligeable pour la BNUT, par la singularité des collections de la bibliothèque et l'attrait littéraire et culturel de la ville sur les habitants et les étrangers.

IV] Le projet de restructuration de la BNUT 1) Des problèmes et des solutions

a) Le concept de troisième lieu appliqué à la BNUT

En 1980, le sociologue Ray Oldenburg distinguait un premier lieu (« la sphère du foyer ») d'un deuxième (« le domaine du travail ») et d'un troisième lieu, constitué par des espaces où les individus peuvent se rencontrer et réaliser la vie communautaire.60 Ce concept qui rapproche la bibliothèque de la ville est peu répandu dans les pays méditerranéens, notamment en Italie à la différence des bibliothèques anglo-saxonnes, américaines ou scandinaves. A Turin, le bibliothéconomiste Maurizio Vivarelli défend ce modèle et a appliqué ce concept de démocratisation des espaces à la bibliothèque municipale de Pistoia, en Toscane,61 où il a fait évoluer les politiques d'accueil et, grâce à la modernisation du matériel et au réaménagement des espaces, augmenter la fréquence des visiteurs et le nombre de prêts annuels.62 L'autre témoignage de l'importance que prend le concept de bibliothèque de troisième lieu est la conférence de l'IFLA63 en 2009, qui revendiquait l'espace de la bibliothèque comme lieu social, ou espace digital pour tous les publics. Outre la BNUT, d'autres bibliothèques du réseau turinois, comme la bibliothèque Centrale, ont pour projet d'adopter le modèle de bibliothèque de troisième lieu,64 ayant pour volonté de transformer la bibliothèque actuelle en un espace multimédia de 1500 places assises et un million de documents... Ainsi le réseau des bibliothèques turinoises a décidé d'adapter un nouveau modèle. Et selon Antonella Agnolli, bibliothéconomiste italienne : « La bibliothèque doit changer de fonction et devenir davantage un lieu de rencontre, un lieu de travail solitaire ou collectif, un nouveau forum et, à la fois tout le contraire, la possibilité d'une île déserte dans la ville ».65 Les bibliothécaires de Turin et de la BNUT revendiquent un nouveau modèle et un accueil selon des politiques diversifiées, contre l'ancien modèle des bibliothèques, orientées vers des tâches internes (accroissement des collections, catalogage).

b) Nouveaux publics, nouvelles politiques d'accueil

Depuis 2006, la BNUT a commencé a appliquer une modification de ses services et de ses missions, afin d'adapter ses politiques d'accueil à de nouveaux publics comme les étudiants universitaires, mais aussi afin de faciliter la coexistence des différents publics entre eux. Dans les prochains mois et les prochaines années la BNUT doit donc redéfinir ses différents espaces, à l'aide d'une série de partneships avec la Région Piémontaise, le Ministère, des privés et des sponsors, qui financeront des aménagements coûteux : « [...] C'est en cours de réalisation la restructuration de

60 SERVET Mathilde, « Les bibliothèques troisième lieu : une nouvelle génération d'établissements culturels », BBF, n°5, p55-53, [en ligne] <http : http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 15 mai 2011

61 VIVARELLI Maurizio, Un'idea di biblioteca, « Biblioteche oggi », ottobre 2007, Prime valutazione sull'uso, « Biblioteche oggi », ottobre 2007, à propos de la bibliothèque San Giorgio, à Pistoia, en Toscane

62 150% de prêt en plus ont été enregistré à la bibliothèque municipale de Pistoia lors d'une étude statistique du 23 septembre au 23 août 2007

63 IFLA (International Federation of Library Associations), conférence Libraries as space and place, « Biblioteca oggi », novembre 2008, p.62-64

64 CIVICA CENTRALE, « La nuova civica centrale nel centro culturale di via Borsellino » (projet de restructuration, 2001), [en ligne] < http://www.comune.torino.it/cultura/biblioteche/nbcc/ >, consulté le 15 mai 2011

65 RAPATEL Livia, Antonella Agnolli: le piazze del sapare, biblioteche e libertà, « BBF », n°3, p 94- 95, [en ligne], <http : http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 15 mai 2011

l'auditorium, de la salle d'accueil, la construction d'une médiathèque, d'un service de didactique universitaire ou espace dédié aux étudiants, d'un espace dédié au dépôt légal et à la lecture individuelle [...] ».66 Il est à noter que l'enquête réalisé en 2010, ainsi que notre enquête, serviront justement à promouvoir la campagne de restructuration de la BNUT, constituant une base pour l'analyse des besoins des différents publics et l'adaptation de politiques d'accueil spécifiques.

L'étude de faisabilité pour la reconstruction de la BNUT a été réalisée par le studio Area-Progetti de Turin,67 et les finalités de ces changements sont bien expliquées dans le projet Premio Qualità68 pour l'année courante : « En vue de couvrir les différents publics, la BNUT opère désormais sur trois niveaux : niveau du citadin, niveau des étudiants universitaires, niveau de la recherche. ».

1. Au niveau du citadin, la BNUT « souhaite en effet attirer des personnes qui ne soient pas forcément intéressées par le patrimoine possédé par la bibliothèque, en organisant une ouverture des horaires plus ample, puisque les citadins réclament un accès et des ressources selon deux lignes directrices :

? l'information de base, comme l'orientation de l'usager au sein des différents secteurs et développement de politiques d'accueil spécifiques ;

? les manifestations culturelles, comme des expositions, des conférences, des cours, des représentations, organisées et hébergées par la bibliothèques.

Un autre élément important pour établir une relation avec l'usager extérieur est le nombre d'ordinateurs utilisés pour internet [...] » ;

2. Au niveau des étudiants universitaires : réalisation d'un service de reproduction self-service et étagères en libre-service avec des documents universitaires, le dépôt légal et les acquisitions des trois dernières années. Ce qui signifie sortir du magasin le patrimoine de la bibliothèque, afin qu'il soit visible pour tous ;

3. Au niveau de la bibliothèque d'étude et de recherche : créer un espace pour l'étude et la recherche, pour l'utilisation du patrimoine documentaire de la bibliothèque, en créant par exemple des carrels individuels.

2) La restructuration des grands services69 a) L'accueil et la salle de consultation

Le projet Premio Qualità développe d'autres points capitaux dans la compréhension du futur de la bibliothèque et le modèle de bibliothèque de troisième lieu qu'elle soutient. Le projet propose d'abord des cours d'ajournement des bibliothécaires, afin de proposer une offre de formation continue à destination de son personnel, destiné à améliorer le rapport bibliothécaire-étudiant en général, mais aussi aux autres publics :


· Il a été prévu de promouvoir et d'effectuer différents cours d'ajournement et de formation pour améliorer le "bagage" personnel des bibliothécaires et pour aligner les exigences de

66 v. Annexe 4, Le projet de restructuration, p. 69-75

67 BIBLIOTECA NAZIONALE UNIVERSITARIA DI TORINO, Étude de faisabilité, Ministère pour les Biens et les activités culturelles, [...], 2006, v. Annexe 4, Le projet de restructuration, p. 69-75

68 BIBLIOTECA NAZIONALE DI TORINO, PRESIDENZA DEL CONSIGLIO DEI MINISTRI, Premio Qualità della Pubblica Amministrazione 2010: documento di partecipazione, 2010. Les points qui nous intéressent dans le cadre de notre étude sont : 2. Politique et stratégie, 2.1 recueillir les besoins relatifs aux usagers présents et aux futurs porteurs d'intérêt et 2.4, Planifier, actualiser et revoir les activités pour la modernisation et l'innovation

69 v. Annexe 4, Le projet de restructuration, p. 69-75

l'administration aux demandes des usagers par des cours de langue anglaise et française, cours de Rendering et de PHP, cours d'architecture de la lecture, cours de Bilan et Economie des Biens Culturels, cours d'accueil et de vigilance etc.

La fondation FITZCARRALDO est par exemple un partenaire de la BNUT dans le cadre de l'ajournement de la formation des bibliothécaires. La formation des bibliothécaires est par cours de langue anglaise et de français, cours d'accueil et de vigilance etc), afin qu'ils s'adaptent au mieux aux publics cernés, selon des politiques d'accueil définies. Ensuite, si on observe le projet de reconstruction d'Area-progetti de Turin, concernant les services des salles d'accueil-enregistrement, de consultation et de prêt-distribution, on observe une modification des services, qui trouve leurs sources dans les exigences des usagers. Au niveau de l'accueil :

· de façon à ouvrir la salle d'enregistrement et périodiques vers l'extérieur et de la rendre directement visible au public, on a prévu l'aménagement d'une prolongation du service d'accueil vers le hall d'entrée, à côté des casiers, avec des chauffeuses, des tables et la possibilité d'une connexion au wi-fi à la disposition des publics. Il s'agit de rendre visible dès l'entrée de l'usager un pan du service d'accueil qui se prolongera désormais du hall d'entrée, sans interruption, vers la salle d'accueil actuelle ;70

· la BNUT souhaite simplifier son service d'accueil actuel créant un espace articulé, qui comprendra l'inscription et l'enregistrement (élimination de la carte d'enregistrement actuelle et magnétisation du service) et une zone relax avec un bar, où il serait possible de consulter les quotidiens et les périodiques d'information de la salle ;

· afin de faciliter l'orientation des nouveau venus, la BNUT souhaite créer une banque informatique cartographiée sur le modèle des Idea store londoniens, qui se substitut aux affiches actuellement présentes sur les murs de la bibliothèque. Elle souhaite développer des postes multimédias touch screen qui fournisseraient les informations aux usagers (un exemplaire est déjà disponible, entre le hall d'entrée et le service d'enregistrement).

Au niveau de la salle de consultation :

· à la place des collections du musée Egyptien et dans le couloir du premier étage, création d'un espace pour les étudiants (salle didactique universitaire) afin de déplacer ce public de la salle de consultation vers un espace plus approprié. Dans le prolongement du couloir, un autre espace serait disponible pour les étudiants, avec des chauffeuses et des tables pour se connecter au wi-fi. Construction d'un espace réservé à la reprographie sur la modalité self-service ;

· la Direction de la BNUT souhaite aussi créer, au niveau des différents balcons de la salle de consultation, une dizaine de carrels individuels, un salon avec des canapés et des chauffeuses au modèle « design » et ajouter une vingtaine de postes informatiques pour faciliter les recherches bibliographiques, pour déplacer les chercheurs dans un nouvel espace, plus approprié à leurs besoins. 71

La diversification des espaces entre eux rend compte de l'organisation architectonique de la bibliothèque et de la volonté de faire évoluer les services offerts aux usagers. Par exemple, Claude Poissenot72 propose la construction d'espaces chauds et froids, que le public choisirait selon les motifs de sa venue à la bibliothèque : l'espace froid pour les études, l'espace chaud pour se relaxer, se décontracter, s'adonner à différents loisir dans le centre communautaire et social que sera devenu la

70 v. Annexe 4, Le projet de restructuration, p. 73

71 Ibid., p. 74

72 POISSENOT Claude, RANJARD Sophie, Usages des bibliothèques : approche sociologique et méthodologique d'enquête, Presses de l'ENSSIB : 2005

bibliothèque.

Nos enquêtes rendent d'ailleurs compte de la nécessité d'appliquer un tel concept à la BNUT, afin de dynamiser ses politiques d'accueil. Et les commentaires des étudiants, tant dans l'enquête quantitative que qualitative, le démontrent : « Je trouve que la BNUT met en avant un cadre complet et optimal, et surtout dynamique, pour offrir aux jeunes et aux anciens de nombreuses possibilités de se confronter entre eux, et avec les livres qui sont disponibles à la BNUT » ; « la bibliothèque attire vraiment des publics très différents, donc le développement de l'idée d'un lieu «social», où tous les âges peuvent se rencontrer, renforce l'idée de démocratie » ; «il faudrait créer un mixe social des usagers. Il faut rendre l'espace social, car il est juste que tous puissent accéder à la culture ici, même si la priorité doit être donnée aux chercheurs ».

b) Les « scaffali aperti » : vers le début des grands travaux

Les travaux du projet de restructuration touchent aussi la salle de prêt et de distribution.73

· En septembre 2011 le magasin sera normalisé et mécanisé ;

· le nouveau service des scaffali aperti (étagères ouvertes) sera inauguré le 24 juin prochain. Ce projet est divisé en deux volets :

? La première finalité de ce nouvel espace est le renforcement de la politique d'accueil des étudiants et des autres publics par la construction d'une banque dédiée aux informations bibliographiques et à la consultation du dépôt légal des trois dernières années, non empruntable, sur les étagères en libre-service à l'aide de deux bibliothécaires. En effet, la présence des bibliothécaires est obligatoire, puisque les livres mis en rayon seront classifiés selon la Dewey, afin de faciliter le contact des collections avec l'usager, mais aussi selon l'ancienne classification par format et type de matériel,74 et puisque les usagers italiens sont habitués à ranger eux-mêmes les livres en libre-service, des chariots pour le retour des livres ont été mis à leur disposition.

? Le deuxième point du projet Scaffali aperti, outre la libre consultation du dépôt légal, est la

mise à disposition en libre-service des collections universitaires, empruntables par les

étudiants, pour lesquelles une vingtaine d'étagères ont été disposées dans la salle. Il s'agit

pour la Direction de toucher deux catégories de publics : tant les étudiants universitaires

que les actifs occupés, les publics marginalisés, les étrangers, qui peuvent désormais

accéder directement aux livres sans passer par le magasin, dont le mécanisme est plus

obscur pour l'usager lambda. La visibilité des collections permettra ainsi de ne plus

réserver la consultation des livres à une élite. Des tables basses et seize fauteuils en cuir ont

été mis à disposition des publics, afin qu'ils se sentent « comme à la maison ».

Des problèmes sont apparus lors de la mise en place des scaffali aperti, car aucune politique de sélection des livres n'a été mise en vigueur, et au risque que certains livres mis en rayon ne soit pas toujours pertinents (« livres aux informations minimalistes », selon la terminologie choisie par les bibliothécaires de la BNUT). En outre, le projet scaffali aperti a soulevé un autre problème, tant du côté des bibliothécaires, que des usagers. Il s'agit de la crainte du vol des livres dans les étagères.75 Les étudiants ont par contre répondu à l'unanimité positivement à la question sur ce projet, et pensent qu'ils seront désormais plus attentifs aux collections de la BNUT : 76,3% des usagers pensent emprunter plus

73 v. Annexe 4, Le projet de restructuration, p. 75

74 BNU et BNT, suivis des sigles D.L. (deposito legale) et de 08 à 11

75 v. témoignage de l'étudiant n°1 de l'enquête quantitative : « s'ils mettent en libre-service le dépôt légal ça risque d'accentuer le nombre de perdus », p. 60

et consulter plus (74% d'étudiants, 79% d'occupés actifs et 100% pour les chercheurs). Il serait par ailleurs intéressant de réaliser une enquête sur le devenir de ce service, du nouveau rapport des usagers aux collections, afin de (re-)définir la politique des livres mis en rayon.

· Strictement lié aux étagères ouvertes, c'est un autre projet en cours d'élaboration pour septembre 2011 : le RFID ou système d'auto-prêt, qui permet à l'usager d'emprunter ses livres rapidement et gérer lui même, de manière autonome, l'emprunt des documents, ce qui faciliterait le travail des bibliothécaires.

Pour ces modifications importantes des espaces et des services de la salle de prêt, un budget de 900 000 euros a été obtenu par la Région du Piémont.

3) Promotion de la lecture et de la culture : le futur de la BNUT

La promotion de la lecture et de la culture suivrait, dans le cadre du projet de restructuration, le concept de « troisième lieu » et le modèle anglo-saxon. Les enquêtes ethnologique et quantitative de 201076 étaient d'ailleurs axées sur les étudiants et l'espace de la BNUT (notamment l'espace digital), et, comme nous l'avons noté, non sur une confrontation entre les différents publics et leur rapport aux collections, aux ressources numériques et à la bibliothèque. L'étude menée ces dernières semaines démontre au contraire la nécessité de promouvoir les collections de la BNUT et d'acquérir aussi de nouveaux livres, tant dans le magasin que dans la salle de consultation, car ils sont considérés comme désuets par les usagers, afin qu'ils ne soient plus invisibles et cachés dans les rayons du magasin.

Les ressources de la bibliothèques doivent donc être adaptées aux différents usagers ainsi qu'à leurs différents degrés de spécialisation, afin de ne pas figer ces publics dans des carcans prédéfinis, mais aussi tenir compte des usagers potentiels, pour leur donner la possibilité de devenir « réels ». « Les services étaient proposées, jusqu'à présent, parce qu'ils étaient considérés comme bons, plutôt que parce qu'il répondait à une demande de la population »77 : il est ainsi que le sociologue français remet en cause les missions traditionnelles de la bibliothèque.

Le projet de restructuration de la BNUT met en cause son organisation et propose une promotion de la lecture et de la culture assez ambitieuse, bien qu'occultant et n'insistant pas assez, sur le rapport lecteur-collections, sur la proposition d'une innovation dans la politique d'acquisition pratiquée actuellement etc. Ce qui peut être compréhensible, étant donné les difficultés budgétaires dans laquelle se situe actuellement la bibliothèque. Mis à part ces réserves, le projet de promotion de la lecture s'appuie principalement sur le renforcement de l'image de la bibliothèque et dans la bibliothèque :

· Utilisation des techniques de guérillas marketing, des autocollants par terre, ou des écritures sur les miroirs et des post-it qui promeuvent des noms d'écrivains. Pour renforcer la présence de la bibliothèque dans la ville, mener des campagnes périodiques de communication ;

· construction d'une tour de livres dans la rampe d'accès qui mène aux différents services de la bibliothèque, afin de promouvoir les collections de la BNUT ;

· développement du web 2.0, qui permettrait d'exporter la médiathèque dans le reste des services de la bibliothèque et dans la ville : création d'un cercle des lecteurs sur le web, installation multimédia autour du livre et de la lecture, projection des derniers livres consultés sur Amazon etc.

Pour ce qui concerne la promotion de la culture, la BNUT prévoit la construction d'une médiathèque au niveau de l'auditorium, dotée d'une entrée autonome et d'horaires différents de la bibliothèque, car

76 GIAVINA-CASPETTIN Maddalena, Luoghi da leggere, cit.

77 POISSENOT Claude, Penser la nouvelle bibliothèque, [en ligne] <http://penserlanouvellebib.free.fr/ >. Consulté le 29 mai 2011

adaptée à un public diversifiée. Elle offrirait :

· ouverture le soir, afin d'héberger des concerts, cours de danses etc, toujours sur le modèle des Idea Store londoniens, par la construction de partenariats avec les différents instituts culturels de la ville ;

· prêt de nouveaux supports : CD, CD-ROM, DVD etc

· développement des ressources numériques et du web 2.0 : blogs, wikis dédiés aux lecteurs de la bibliothèque, projection de films etc.

· vidéoprojection de nuages de tags déposés par les publics sur le site de la médiathèque.

Ce projet de restructuration complet dresse une image de la BNUT comme bibliothèque du futur. Par contre, au-delà de la promotion de la lecture et de la culture auprès des différents publics, la BNUT ne doit pas oublier les fondements de ses missions, dont le premier point est la conservation. La salle des manuscrits vit en ce moment des heures difficiles : retard dans la digitalisation des manuscrits par rapport aux autres bibliothèques italiennes, présence de catalogues imprimés obsolètes78 budget insuffisant pour la restauration des manuscrits, pour leur conservation dans le dépôt, présence d'un tas de sable dans la salle d'étude des manuscrits, dû à la pluie, porte d'entrée cassée et fermée à l'aide d'un ruban... La BNUT doit donc penser à consolider ses bases, fragiles actuellement, et ne pas oublier ses premières missions, afin de satisfaire tous ses publics et son personnel.

Pour ce qui concerne l'étude présente, les étudiants universitaires de la BNUT sont un public inobservable sans une confrontation avec les autres publics, qu'ils soient actifs occupés, désoccupés ou chercheurs, puisque leur relation permet de comprendre quels sont aujourd'hui les besoins de la bibliothèque. Les enquêtes quantitatives et qualitatives nous ont permis d'observer que les usagers, selon leur typologie et leur centre d'intérêt, ont des attentes distinctes des politiques d'accueil : les plus spécialisés désirent plus d'aide de la part des bibliothécaires, plus d'accès et de visibilité des collections, plus de postes de lecture individuels, quand les autres désirent avoir un accès plus intensifié à internet et des salles de groupe.

L'enquête démontre aussi que la typologie des publics étudiants est elle-même clivée en deux publics, "réels '' et "potentiels" et il faut donc par ailleurs veiller à ne pas figer les publics dans un groupe distinct, puisqu'il sont amenés à évoluer. Autre constat important : la BNUT doit agir non seulement auprès des différents services à la base des politiques d'accueil de son établissement (salle d'enregistrement et des périodiques, salle de consultation et salle de prêt-distribution), mais aussi penser à ses collections, qui nécessitent une véritable politique de conservation et d'acquisition, difficile en ce moment à cause des coupures ministérielles. Les ressources numériques sont, certes, un secteur porteur pour la bibliothèque, mais elle ne doit pas, parallèlement à ce développement indispensable, oublier ses collections et la conservation de son patrimoine. Le futur de la BNUT est donc résolument orientée vers les bibliothèques du « troisième lieu », mais elle doit penser à adapter ce modèle aux besoins spécifiques de ses publics et à ne pas se focaliser seulement sur le public étudiant et non étudiant, même si les autres publics sont minoritaires, sous peine de chasser définitivement ce public, et de brouiller ses missions initiales, de devenir en somme non plus une Bibliothèque Nationale, mais une bibliothèque municipale.

78 D'ailleurs le désherbage n'existe pas à la BNUT, à cause du DL, mais est aussi appliqué sur les livres hors DL, ce qui suscite des problèmes d'acquisition et d'espace pour le rangement des livres.

Annexes

Annexe 1

Bibliographie

I ] Les grandes bibliothèques italiennes et la Bibliothèque Nationale de Turin

· Les grandes bibliothèques de l'avenir, Actes du colloque international de Vaux-de-Cernay du 25-26 juin 1991. Paris: Bibliothèque de France, 1992

· Gestire il nuovo, conservare l'antico, le biblioteche nel XXI, conferenza nazionale dei direttori delle biblioteche pubbliche statali, Napoli, 19-20 mai 2011

· POULAIN Martine, Les bibliothèques publiques en Europe. Paris: Ed. Du Cercle de la Librairie, 1992

· MINISTERO PER I BENI CULTURALI E AMBIENTALI, UFFICIO PER I BENI LIBRARI. LE ISTITUZIONI CULTURALI E L'EDITORIA, Biblioteche d'Italia: le biblioteche pubbliche statale. Milano: Ministero per i beni culturali, 1996

· MINISTERO PER I BENI E LE ATTIVITA CULTURALE, Biblioteche pubbliche statali. [En ligne] < http://www.bibliotechepubbliche.it/genera.jsp?id=136>. Consulté le 15 mai 2011

· MONTECCHI Giorgio, VENUDA Fabi, Manuale di biblioteconomia. Milano: Ed. Du Cercle de la Librairie

· BIBLIOTECA NAZIONALE UNIVERSITAIRA DI TORINO:
<www.bnto.librari.beniculturali.it/> Consulté le 29 mai 2011

· MINA Claudia Camilla, D'ALESSANDRO CORSARO Agata, DE PASQUALE Andrea, FALCHERO BEMPORAD, Annalisa et al., Biblioteca Nazionale di Torino: guida breve. Milano: Ministero per i beni culturali (Electa), 2000

· DE PASQUALE Andrea, La catalogazione delle tesi antiche in SBN, «Biblioteche oggi», n°6, 2003, p.66 [en ligne] < http://www.bibliotecheoggi.it/2003/20030606601.pdf >. Consulté le 29 mai 2011.

· IFLA (INTERNATIONAL FEDERATION OF LIBRARY ASSOCIATIONS AND INSTITUTIONS)/ UNESCO. Il manifesto Ifla-Unesco sulle biblioteche pubbliche. Public Library Manifesto, 1994. [en ligne] < http://archive.ifla.org/VII/s8/unesco/ital.htm> Consulté le 05/04/2011

· IFLA (INTERNATIONAL FEDERATION OF LIBRARY ASSOCIATIONS AND INSTITUTIONS)/UNESCO. Il servizio pubblico, linee guida Ifla per lo sviluppo. Roma: Associazione italiana biblioteche, 2002, 106p. [En ligne]
< http://archive.ifla.org/VII/s8/news/pg01-it.pdf> Consulté le 05/04/2011

· D.P.R luglio 1995, n.417 (1), Regolamento recante norme sulle biblioteche pubbliche statali < www.bncf.firenze.sbn.it/oldWeb/Privacy/dpr_5_7_95_nr147.pdf>. [En ligne] Consulté le 15 mai 2011

· JACQUES Jean-François, Services publiques. Les horaires d'ouvertures des bibliothèques, « ABF », décembre 2010, n. 53-54

II] Les enjeux d'une enquête sur les publics étudiants de la BNUT

· RIPON Romuald, Les publics étudiants à la Bibliothèque Nationale de France, Paris : « BBF », t.51, n°2

· GALANOPOULOS Philippe, Les Publics étudiants de la Bibliothèque publique d'information (2003-2009), « Bibliothèque Publique d'Information », septembre 2010, [en ligne]

· < http://www.bpi.fr/modules/resources/download/default/Professionnels/Documents/Etudes %20e %20recherche/Publics_etudiants_Partie1.pdf >. Consulté le 29 mai 2011.


· GIAVINA-CASPETTIN Maddalena, Luoghi da leggere: percezione e uso dello spazio della Biblioteca Nazionale Universitaria di Torino, mémoire de Licence, spécialité Biens culturels, archives et bibliothèques, année académique 2009-2010

· WAHNICH Stéphane, Enquêtes quantitatives et qualitatives, observation ethnographique, « BBF », 2006, n° 6, p. 8-12, [en ligne] <http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 19 mai 2011

· SINGLY DE François, L'enquête et ses méthodes: le questionnaire, Paris: Armand colin, 200

· EVANS Christophe, CAMUS Agnès, CRETIN Jean-Michel, Les habitués: le microcosme d'une grande bibliothèque. Paris: Bibliothèque publique d'information du Centre Georges Pompidou, 2000

· MINISTERO PER I BENI E LE ATTIVITA CULTURALI, Direzione Generale per

l'organizzazione, gli affari generali, la produzione, l'innovazione, il bilancio librario e il

personale, Biblioteche pubbliche statali, consistenza del materiale, consultazioni, prestiti e

personale, 2009, [en ligne]

< www.sistan.beniculturali.it/Biblioteche_pubbliche_statali_09.htm> Consulté le 15 mai 2011

· VIVARELLI Maurizio, Un'idea di biblioteca, « Biblioteche oggi », ottobre 2007, Prime valutazione sull'uso, « Biblioteche oggi », ottobre 2007

· POISSENOT CLAUDE, La fréquentation en questions, in « Pratiques socioculturelles ». Paris: BBF, t.55, n°5, 2010

III] A la loupe : étudiants et politiques d'accueil à la BNUT dans trois grands secteurs

· CALENGE Bertrand. Accueillir, orienter, informer: l'organisation de services au usagers dans les bibliothèques [2ème édition]. Paris: Ed. du Cercle de la librairie, 1999

· CHEKIB Vincent, L'accueil des publics en bibliothèque: une pratique politique d'ouverture sans se predre ni exclure. Villeurbanne, ENSSIB, 2008

· Observatoire régional pour l'université et pour le droit aux études universitaire: http://www.ossreg.piemonte.it/default_it.asp

· BIBLIOTECA NAZIONALE DI TORINO, PRESIDENZA DEL CONSIGLIO DEI MINISTRI, Premio Qualità della Pubblica Amministrazione 2010: documento di partecipazione, 2010.

· LEONARDI Carla, I servizi di informazione al pubblico. Milano : Editrice bibliografica, 2000

· MARTINA Massa, VIVARELLI Maurizio, Verso il piacere di leggere. La pratica della lettura tra gli studenti. Titivillus: 1996

· ACCARISI Massimo, BELOTTI Massimo. La biblioteca e il suo pubblico: centralità dell'utente e servizi d'informazione. Milano: Editrice bibliografica, 1999

· MINISTERO PER I BENI E LE ATTIVITA CULTURALI, DIREZIONE GENERALE PER I BENI LIBRARI, GLI ISTITUTI CULTURALI ED IL DIRITTO D'AUTORE, Carta della qualità dei servizi. Biblioteca Nazionale di Torino, 2008

· DE PASQUALE ANDREA, L'integrazione tra risorse tradizionali e risorse elettroniche: come cambia la sala di consultazione di una Biblioteca Nazionale. Roma : « Bibliocom », 2002

· DIREZIONE GENERALE PER L'ORGANIZZAZIONE, GLI AFFARI GENERALI, L'INNOVAZIONE, IL BILANCIO E IL IL SERVIZIO, Prestiti personale e spese di gestione, Biblioteca Nazionale di Torino, Ufficio di statitica: janvier 2011

· ARPEA Mario, L'Italia, l'Europa e la lettura di libri, « Affari sociali internazionali », 2008


· La lettura di libri in Italia, 2010, [En ligne]

< www.istat.it/salastampa/comunicati/non_calendario/20110511_00> Consulté le 29 mai 2011

· SCALE Luciano, Biblioteche statale : a che punto siamo ?, « Biblioteche oggi », novembre 2006, p14-15

IV] Le projet de restructuration de la BNUT

· MINISTERO DEI BENI E LE ATTIVITA CULTURALE, DIREZIONE REGIONALE PER I BENI CULTURALI E PAESAGGISTICI DEL PIEMONTE. Riqualificazione della Biblioteca Nazionale Universitaria di Torino. Studio di fattibilità (2008)

· SERVET Mathilde, « Les bibliothèques troisième lieu : une nouvelle génération d'établissements culturels », BBF, n°5, p55-53, [en ligne] <http : http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 15 mai 2011

· IFLA (International Federation of Library Associations), A Torino, la conferenza satellite Libraries as space and place, « Biblioteca oggi », novembre 2008, p.62-64

· CIVICA CENTRALE, La nuova civica centrale nel centro culturale di via Borsellino, (projet de restructuration, 2001), [en ligne] < http://www.comune.torino.it/cultura/biblioteche/nbcc/ >, consulté le 15 mai 2011

· POISSENOT Claude, RANJARD Sophie, Usages des bibliothèques : approche sociologique et méthodologique d'enquête, Presses de l'ENSSIB : 2005

· POISSENOT Claude, Penser la nouvelle bibliothèque, [en ligne]
<http://penserlanouvellebib.free.fr/> , consulter le 29 mai 2011

· RAPATEL Livia, Antonella Agnolli: le piazze del sapare, biblioteche e libertà, « BBF », n°3, p 94-95, [en ligne], <http : http://bbf.enssib.fr/> Consulté le 15 mai 2011

Annexe 2

L'enquête

quantitative

Questionnaire

Utilisation de la BNUT et de ses services

 
 
 
 
 
 
 
 

Typologie des lecteurs

Promotion de la lecture et de la lecture

35

Tableaux de bord

Tableaux croisés

58

Réponses ouvertes

I) Autres publics (57 observations)

1) Utilisation des services de prêt interbibliothèque et prêt international (34 réponses)

Je n'en pas eu la nécessité (17)

Je n'ai jamais emprunté de livres à la BNUT (2)

J'achète les livres qui me manquent (2)

Je viens seulement pour étudier (5)

J'ai la possibilité d'utiliser ce service dans d'autres bibliothèques(4)

Lorsque je dois consulter de façon urgente un livre, ça prend trop de temps (2)

Ce service ne m'intéresse pas (1)

Ça semble être compliqué (1)

 

2) Signalétique (16 réponses)

Bonne, va bien, acceptable (9)

A améliorer (7)

· « Je pense que tout est améliorable, et qu'il est possible de tout rendre plus moderne et visible et claire. »

· « Tout peut être assurément améliorer.. »

· « Elle pourrait être amélioré en rendant plus lisible les différents secteurs présents dans les étagères et en utilisant différentes couleurs, selon la thématique traitée. »

· « Elle est à améliorer. Elle est trop vague et peu immédiate. »

3) Rapport bibliothécaire-ressource et usagers (29 réponses)

Très bonne initiative (28)

Je n'ai pas d'éléments pour pouvoir exprimer un jugement

 

· « Ce serait une très bonne initiative pour rapprocher les anciens et les nouveaux chercheurs dans le magasin de la BNUT. »

· « Il pourrait s'agir d'un cour d'orientation à proposer certainement périodiquement, au début de la troisième année académique ou scolaire. »

· « Mettez le en ligne comme ça je pourrai le suivre depuis chez moi. »

· « Un tel cours pourrait être utile dans le cadre d'une recherche pour un mémoire ou une thèse. »

4) Commentaires (8 réponses)

· « Il faudrait penser à le former en continu. Je pense aussi qu'il faudrait créer des espaces dédiés aux chercheurs, qui ont besoin de silence et ont besoin de prendre des distances du public. Les étagères ouvertes sont une bonne idée (si on ne peut pas mettre tous les livres, on peut rendre accessible une section par rotation. Former le personnel afin que leur travail soit adapté aux

besoins des usagers. »

· « Améliorer le personnel. Trop de gens incapables qui tournent à vide. Plus de méritocratie. »

· « Je retiens que pour améliorer la qualité de la BNUT il est nécessaire d'améliorer l'accès des usagers dans les diverses salle, pour éviter le suraffolement des usagers et pour garantir un meilleur climat d'étude. Envisager aussi une plus forte présence du personnel et plus de support pour les recherches bibliographiques ou le repérage d'un livre. »

· « Je trouve qu'il est de plus en plus difficile de travailler à la BNUT comme si elle appartenait au passé. L'ambiance est devenue trop bruyante, ce qui n'aide pas à la concentration. Les postes internet pour la consultation des catalogues sont trop rares. Je pense que la BNUT est en train

de devenir une « bibliothèque de lecture publique », « municipale ». Est-ce cela son rôle ? est-ce son UNIQUE rôle ? Je ne pense pas que la BNUT doive être charitable de la chronique

manque de salles d'étude à l'intérieur de l'université. »

· « A mon avis il y a deux problèmes principaux qui influencent négativement le fonctionnement de la BNUT : la rareté des postes avec des prises électriques pour l'utilisation du PC et l'affluence quasi discriminatoire de pseudo usagers qui se méprisent sur la nature et le fonctionnement de ce lieu, considérant la BNUT comme un endroit de rencontres, de socialisation et non d'étude et de recherche. »

· « Je n'ai pas la connaissance de cette initiative (étagères en libre service). Je pense sincèrement que les étagères en libre service invitent à une meilleur consultation, à plus de prêts, car elles permettent d'explorer les collections et de découvrir des nouveautés. »

· Je ne connais pas l'initiative décrite ci-dessus je me renseignerai

II) Les étudiants (61 observations)

1) Utilisation des services de prêt interbibliothèque et international (41 réponses)

Car j'achète les livres manquants (3)

Car je n'en avais pas la connaissance (5)

J'utilise la BNUT seulement pour travailler (3)

C'est la première fois que je viens à la bibliothèque (2)

Je n'en

ai

Je consulte les

livres

jamais eu

nécessité (27)

la

manquants dans

bibliothèques (1)

d'autres

 

2) Signalétique (17 réponses)

Bonne, je ne

confonds pas. (10 )

Assez bonne, correcte, bien faite, elle fonctionne assez bien à la consultation. (6)

Peu claire, désuète, à améliorer (1)

 

· « Elle est bonne je ne confond pas. Assez directe et « easy », efficace. »

· « Initialement incompréhensible mais quand on la connaît, celle ci sert néanmoins peu. »

· « Certain livres ne sont pas rangés à leur juste collocation, et sur internet ils résultent pourtant présents, mais après quand on vient sur place ils sont manquants. »

3) Rapport bibliothécaire-ressource et usagers (17 réponses )

Très utile (13)

Je pense que c'est bien

Je ne suis pas intéressé (4)

 

· « Intéressant et forcément un peu ennuyeux ».

· « Je pense que ça peut être utile pour exploiter au maximum les ressources disponibles ».

· « Ce n'est pas indispensable pour les usagers, mais surtout pour ceux qui travaillent. » (5 usagers)

· « Je n'aurais pas le temps de la suivre et donc je ne suis pas intéressée ».

· « Non adapté aux jeunes ».

· « D'après moi, ça peut être intéressant pour qui veut s'autoformer. »

4) Commentaires (10 réponses)

· « Pour être suffisamment satisfait il faut économiser plus de temps. Trop de temps à entendre pour consulter ou emprunter un livre. »

· « Au bénéfice d'un meilleur usage des ressources des bibliothèques pubbliques, il serait approprié de remplacer, à l'accueil, le service rendu par les bibliothèques par une carte magnétique. »

· « La signalisation par carte d'entrée/ sortie fait perdre beaucoup de temps et je ne pense que ce soit utile. Peu d'armoires sont disponibles. »

· « J'apprécie beaucoup cette bibliothèque, surtout pour ses espaces amples et la tranquillité de ses salle où je trouve qu'on peut étudier sans être gêné. »

· « Je trouve absurde le mode dans lequel est géré le service des armoire pour le dépôt des bourses qui obligent les usagers à perdre beaucoup trop de temps, ce qui perturbe les activité d'étude et de recherche. »

· « Une fois (il y a deux ans), le silence régnait dans tout l'édifice, à l'heure actuelle plus qu'une bibliothèque elle me semble être un bar : des personnes qui entrent avec les sacs et qui gênent, font du bruit et salissent selon moi. Il y a besoin pour améliorer la bibliothèque d'un contrôle de ces aspects qui rendent, inappréciable cet endroit, un endroit pesant et ceci me dérange fortement, chaque fois que je traverse l'entrée de ce magnifique édifice historique. »

· « Dans le cadre d'un service complet et optimal, et surtout dynamique pour offrir aux jeunes et aux anciens de nombreuses possibilité de se confronter entre eux, et avec les livres qui sont disponibles à la BNUT. »

· « Mettez tous les livres après 1900 dans les étagères ! »

· « Ajoutez l'air conditionné, en été la bibliothèque est intenable ! »

· « L'air conditionné ! »

Annexe 3

L'enquête

qualitative

Formulaires

Les étudiants et les

services de la BNUT

1) typologie

sexe

âge

profession

spécialisation

résidence

2) Rapports usager-BNUT

a. Depuis combien de temps fréquentezvous la BNUT ?

b. Pourquoi cette bibliothèque et pas une autre ?

c. Comment l'avez-vous connu ?

3) Vous venez ici pour quoi faire?

4) Documents BNUT

a. Consultez-vous les documents de la BNUT ?

b. Quels genres prenez-vous ?

c. Etes-vous satisfait des ressources
numériques et bibliographiques de la BNUT? Les collections ? Les
connaissez-vous bien ?

5) Rapport usager-BNUT

a. Que pensez-vous des espaces de la BNUT ?

b. Vous rappelez-vous de la première fois que vous êtes venu à la BNUT ? Qu'estce que vous avez pensé et ressenti ?

c. Comment vivez-vous la BNUT ? À quels adjectifs et valeurs l'associez-vous (par ex. culture, démocratie, liberté d'expression) ?

6) Politique culturelle

a. Que pensez-vous de la politique culturelle et de lecture de la BNUT ? Qu'est-ce que vous pourriez proposer ?

b. Que pensez vous de la future « vocation sociale » de la BNUT ?

7) Êtes-vous satisfait de la BNUT et de ses services ?

Les professions intellectuelles et les
services de la BNUT

1) typologie

sexe

âge

profession

spécialisation

résidence

2) Rapports usager-BNUT

a. Depuis combien de temps fréquentez-vous la BNUT ?

b. Pourquoi cette bibliothèque et pas une autre ?

c. Comment l'avez-vous connu ?

d. Vous sentez-vous « chez vous » à la BNUT ?

3) Documents

a. Sur quels matériaux travaillez vous à la BNUT ?

b. Réussissez-vous toujours à avoir accès aux documents ? Vous est-il arrivé de ne pas pouvoir consulter un document qui, dans le catalogue en ligne, résultait disponible en magasin ?

4) Accès a la bibliothèque :

a. Comment rentrez-vous dans la BNUT et comment prenez contact avec ses services ?

5) Services aux usager ?

a. Avez-vous déjà eu l'occasion de demander de l'aide à un bibliothécaire pour vos recherches ?

b. Pensez-vous que le rapport des visites guidées et des cours sur les ressource bibliographiques et numériques?

6) Libre accès

a. Que pensez-vous du projet « étagères ouvertes » pour les livres du dépôt légal et certains livres des collections modernes ?

b. Et que pensez-vous d'un projet hypothétique de libre accès pour tous les livres modernes ?

Entretiens des étudiants

A l'aide d'un assistant-traducteur, vendredi 20 mai 2011 dix-huit personnes ont été interviewées. Ici de suite il est possible de lire la transcription de l'interviewe des étudiants n° 3, 6, 8 , 10 et 11.

Etudiant n°3

Un ex-étudiant de 31 ans se présente à nous. Il a en possession un doctorat et est aujourd'hui un «journaliste-blogger». Il est presque tous les jours présent à la BNUT, où il a son cercle d'amis avec lesquels il aime parler de politique lors de la pause café. Son visage nous est donc familier.

« Depuis quand fréquentes-tu la BNUT et quelles sont les raisons qui te poussent à te rendre ici quotidiennement?

-un an et demi, par habitude, pour internet et parce que la BNUT est située en plein centre-ville, ce qui est très pratique. Mais je venais déjà quand j'étais petit, car je suis turinois et que mes parents sont de gros lecteurs.

-Empruntes-tu les documents de la bibliothèque, de la salle de consultation, connais-tu les collections?

-Oui, j'emprunte énormément à la BNUT, surtout des ouvrages de politique, d'histoire, sur la précarité et le travail, pour alimenter mon blog. Par contre les ouvrages de la salle de consultation, hormis les dictionnaires, ne m'ont jamais attirés. Et les collections de la bibliothèque, tiens, je ne me suis jamais posée la question.

-Par exemple, pour le fond moderne, de nombreuses maisons d'édition turinoises, hors «D.L», comme Einaudi, avec des collections pour la politique et l'histoire importantes. Mais Einaudi à ton hochement de tête, et en tant que turinois pur souche, je vois que tu connais cette maison depuis que tu es enfant. , Umberto Allemandi & C pour les livres d'art est présente dans le magasin. Ce qui est intéressant, c'est que le fond de cette maison d'édition a brûlé et que le dépôt légal a permis de conserver sa mémoire. Les contrats passés actuellement par la BNUT, je ne sais pas si tu le sais, sont passés avec des maisons d'édition comme Utet ou Pacini, reconnus pour leurs fonds universitaires, leurs grandes oeuvres de culture générale etc.

-Une telle réflexion me permet de te demander si tu trouves tous les documents que tu recherches ici, es-tu satisfait des collections et des ressources de la BNUT?

-Non, je ne trouve pas tout: et je suis moyennement satisfait des collections, et puis il manque beaucoup de livres. Un tiers des livres sont smarriti (fantômes, mal rangés et perdus) Et puis, je ne peux pas prendre en prêt le dépôt légal. Je pense que le dépôt légal c'est bien pour les livres qui sont parus avant 1940. Après c'est embêtant. D'ailleurs j'ai une anecdote à ce sujet: un jour j'ai pris un livre d'histoire politique, il était daté de 1940 et je n'avais pas vu qu'il était «D.L», dépôt légal. Et la fois d'après, je prends un livre de 1950 et cette fois, par contre je peux l'emprunter. C'est étrange le dépôt légal, et il m'arrive toujours des histoires comme ça ici. Le dépôt légal à Rome et à Florence c'est légitime, mais à Turin?!

-Mais c'est normal, pour le premier, le second par contre il était «D.L»?

-Non. Mais de toute façon le dépôt légal c'est pour Rome et Florence, alors pourquoi ici ils ont des D.L? Ils n'ont pas de place à Rome et Florence et ils les stockent ici?

-Mais le refus de livres D.L, ça t'est arrivé souvent? -Oui.

-Alors le dépôt légal, est effectivement appliqué dans les deux banques centrales, Rome et Florence, chargées de conserver les livres édités dans toute l'Italie. La BNUT est quand à elle chargée de conserver tout ce qui est publié dans le Piémont. Ainsi, une copie est aussi conservée à la Civica, où tu peux par contre emprunter les «D.L». Donc la prochaine, regarde bien sur Librilinea si le livre que tu désires n'est pas aussi à la Civica.

-Et qu'est-ce que tu penses du projet scaffale aperte (étagères ouvertes), pour inciter le public à emprunter les «D.L», et à prendre en prêt des livres du magasins en prêt ( BNT 08 à 11), hors «D.L»? -Ben, je ne vois pas l'intérêt pour les D.L. C'est joli les fauteuils en cuir, mais on ne peut toujours pas emporter les livres chez soi, même si on peut les lire sur place avec tout le confort. Si dès qu'on veut lire un livre qui fait 200 p, il faut rester une journée à la bibliothèque, ça devient impossible, même avec la photocopieuse. Moi, j'aime bien lire dans mon lit où chez moi, tranquillement. Puis s'ils mettent les étagères en libre-service, ça risque d'accentuer le nombre de livres perdus.

-Il y a des valeurs, des adjectifs, des sentiments ou une pensée que tu pourrais accoler à l'image de la BNUT et qui te viennent spontanément à l'esprit?

(très longue pause). Non, rien. A vrai dire l'exercice est difficile.

-Que penses-tu de la vocation sociale que prend la bibliothèque et du concept de «troisième lieu»? Tu sais qu'avant la bibliothèque était peu fréquentée des étudiants de troisième cycle et lycéens et que depuis 2006, elle connaît une hausse de fréquentation de 40%? La BNUT a en effet un projet de restructuration et souhaiterait créer différents espaces pour les publics, un bar-restaurant, une médiathèque et transformer l'actuel auditorium en salle de concerts et de spectacles indépendante, qu'en penses-tu?

-C'est assurément intéressant, car la bibliothèque attire vraiment des publics très différents, donc développer l'idée d'un lieu «social», où tous les âges peuvent se rencontrer renforce l'idée de démocratie et d'attirer divers publics.

-Tu es, pour conclure, satisfait des services que la BNUT propose?

-Oui et non. Et puis il y a des problèmes avec le personnel aussi. Il faudrait du personnel plus passionné par le métier, parce qu'il est parfois difficile d'être usager ici.»

Etudiante n°6

Une étudiante se présente à nous. Elle nous dit être pressée, mais dotée d'un tempérament drôle, elle s'arrêtera pendant presque 40 minutes, pour discuter de la BNUT, de ses services et de son futur.

« Tu as quel âge, tu fais quelles études et quelle est ta spécialité?

-J'ai 23 ans, je suis en première année de Specialistica (Master 1-2), en philosophie. Je suis turinoise.

- Depuis quand fréquentes-tu la bibliothèque et pour quels motifs?

-Je la fréquente depuis trois ans. Je viens ici parce qu'à la bibliothèque du département, je connais tout le monde et si je vais là-bas, je ne peux pas travailler sérieusement... Le motif de ma venue ici? (longue pause) C'est une amie qui m'a portée ici. Mes premières sensations ont été liées à l'espace de la bibliothèque. C'est la bibliothèque la plus silencieuse de toute la ville, et elle très grande, lumineuse. Je me souviens que la première fois où je suis venue, je suis montée en haut, tout en hauteur, au-dessus, à la recherche du silence. Mon histoire à la BNUT a débuté par un litige avec un bibliothécaire parce que je me suis assise sur à une table de la salle de consultation.

-Consultes-tu les documents de la BNUT? Tu empruntes des livres parfois, tu consultes les livres de la salle de consultation, tu connais les collections du magasin?

-Je consulte peu de livres ici, mais par contre j'utilise ceux de la salle de consultation pour m'aider dans mes recherches et compléter une définition, un texte. C'est surtout pendant les révisions pour les examens. Et puis je n'emprunte pas parce que je le fais à la bibliothèque du département. C'est plus pratique. Ici c'est trop compliqué de faire un prêt: il faut s'enregistrer dès qu'on entre et qu'on sort de la BNUT, chercher la collocation sur Librilinea. Ensuite, tu dois aller à la distribution, compiler un premier document. Et le compiler correctement, sinon tu perds encore une demi-heure. Après, tu donnes le papier. Il est envoyé au magasin. Et là tu dois attendre encore une demi-heure. Pour ensuite changer de service et aller faire le prêt. Là on te donne un autre papier et tu repasses à la case n°1 pour faire tamponner ce document...

-Il y a des valeurs, des adjectifs, des sentiments ou une pensée que tu pourrais accoler à l'image de la BNUT et qui te viennent spontanément à l'esprit?

-Biblioteca dei vecchi tempo (bibliothèque des anciens temps). C'est mignon, mais peu pratique. Et puis on dirait que l'informatisation est peu passée ici, quand on voit la longueur des procédures.»

-Et que penses-tu de la politique culturelle et de lecture de la BNUT?

-Je n'ai jamais suivi une activité culturelle à la BNUT. Il y a tant de choses à faire à Turin, et puis chaque café, chaque librairie ouvre ces portes pour proposer une activité culturelle...

- Des services que t'offre la BNUT?

Je suis d'un avis mitigé quant à ma satisfaction. Par exemple, il y a peu de prises pour les PC, pour la batterie. A peine trente. C'est gênant. Parfois je ne viens pas parce que je sais que les prises sont déjà prises. J'ai aussi une grande affection pour le personnel, qui est comme «une grande famille». La BNUT pour les prêts peut être utile si on est pas pressé. Mais si quelqu'un doit prendre expressément un livre, alors ça devient vite problématique.»

Etudiante n°8

Une turinoise passionnée d'histoire de l'art, qui fréquente depuis fort longtemps la BNUT se présente à nous:

« Quel âge as-tu, quelles sont les études que tu réalises à Turin? Habites-tu ici? -J'ai 28 ans et je fais un doctorat en histoire de l'art. Je suis turinoise.

- Depuis quand fréquentes-tu la BNUT, tu viens ici pour faire quoi?

- Je fréquente la BNUT depuis cinq-six ans et j'ai coutume de fréquenter la salle des manuscrits pour mes recherches, les étagères sont ouvertes ce qui est pratique. J'utilise aussi les livres sur les balcons, en salle de consultation. Je viens aussi ici pour l'amplitude des horaires, qui me permet d'obtenir une concentration nécessaire à ma recherche.

- Connais-tu les collections de la BNUT, et tu travailles sur quel type de documents?

- Oui, je connais bien les collections maintenant. J'utilise des ouvrages relatifs à l'histoire de la gravure, en salle des manuscrits surtout: je consulte les tests génériques, les catalogues des musées, les répertoires d'artistes et des revues d'art anciennes.

- Tu es satisfaite des services qu'offre la BNUT?

-Oui et non. Les revues anciennes et les microfilms sont difficiles à consulter. Et le personnel n'aide pas beaucoup. Il est peu disponible et aide peu les chercheurs. Je te raconte une anecdote. Je recherche un manuscrit. Impossible de mettre la main dessus, la collocation est incorrecte. Ma professeure a insisté pour que le document soit recherché. C'est une bibliothèque publique, j'estime qu'il devrait t'aider un peu plus dans tes recherches. Il faut être armé d'une volonté d'acier pour accéder au savoir à la BNUT. Il y a un vrai problème dans l'accès aux documents, qu'ils soient anciens ou modernes.

- Et pour te former, tu as été aidée? Tu as fait comment pour procéder et collaborer avec le personnel pour tes recherches?

-Je me suis formée seule, comme autodidacte. Je suis venue une fois avec ma professeur, c'était en 2004-2005 pour voir les dessins de Juvarra, puis je suis venue plusieurs fois pour ma recherche. Mais à Turin, les bibliothèques fonctionnent pas mal tout de même. J'ai dû aller à Rome pour ma recherche, et c'est encore plus compliqué (archives). Mais un cours sur les ressources serait intéressant. Il y a tant de livres utiles pour les étudiants dans le magasin, ainsi qu'en salle de consultation, et très peu d'indications nous sont délivrées. Peut-être faire un livret explicatif des ressources de la BNUT?

-Que penses-tu de la vocation sociale que prend la bibliothèque et du concept de «troisième lieu»?

-Il faudrait créer un mixe social des usagers. Rendre l'espace social, car il est juste que tous puissent accéder à la culture ici, même si la priorité doit être donnée aux chercheurs.

- Connais-tu la politique culturelle de la bibliothèque?

-J'ai visité deux expositions ici. Il serait opportun de valoriser les fonds avec des expositions à rotation. Et il est faux de penser que les utilisateurs ne s'intéressent pas à la politique culturelle de l'établissement. Publiez les activités culturelles de l'établissement, parlez-en et ça attirera certainement plus de personnes.

- Que penses-tu du projet scaffali aperti (étagères ouvertes)?

-C'est une bonne idée si les consultations sont commodes et ne sont pas compliquées. La possibilité

de demander les livres on-line serait un plus (comme pour les Archives d'Etat et les bibliothèques françaises..)

Etudiant n° 10

Un jeune homme, au visage sympathique se présente à nous pour l'interview. Il est fière et heureux de pouvoir nous communiquer ses impressions sur les points positifs et négatifs des services fournis par la BNUT aux usagers, ainsi que du futur de la bibliothèque.

-Je me présente. J'ai 25 ans et je suis en deuxième année de specialistica (Master 2). J'habite à Turin mais je suis de Varese, à côté du lac de Côme, je suis donc venue ici pour les études.

-Tu fréquentes la BNUT depuis longtemps?

-Depuis un an et demi. Mais je vais plus souvent à la bibliothèque de mon Département parce qu'il y a plus de matériel disponible. Je change souvent de bibliothèque, tous les deux-trois jours, parce qu'au bout d'un moment je n'arrive pas à me concentrer si je suis toujours dans le même espace. Avant d'étudier à Turin, j'étudiais à Bologne où j'avais l'habitude d'étudier à la sala Borse. A peine arrivée à Turin, une connaissance m'a conseillée d'aller à la BNUT pour les études.

- Et tu empruntes parfois le matériel de la bibliothèque? Tu utiliser le système de prêt, les livres de la salle de consultation?

-Non je n'utiliser rien ici. Hormis les livres de philosophie anciens, qui sont introuvables ailleurs et que je trouve donc facilement à la BNUT. Ce n'est pas par désintérêt que je ne prend rien ici, ni par manque de volonté, parce que j'aime lire et étudier. Mais parce qu'il y a peu de matériel et que les procédures sont trop longues et bureaucratiques. J'ai toujours trouvé ce que je recherchais, et je n'ai eu qu'une fois un problème de livre manquant. Je trouve l'idée de mettre des étagères en libre-service avec des livres destinés au prêt, comme étant une bonne initiative. On peut en effet trouver les livres d'une collection qui peuvent compléter ce qu'on lit, et auxquelles on aurait pas forcément penser avec le magasin. Au final, je viens ici depuis un an et demi et je ne connais toujours pas les collections de la BNUT et ses services...

-Et que penses-tu des espaces qui la constituent?

-Ils sont très spacieux, mais pendant la période des examens, peu de places assises sont disponible, et ça devient bruyant.

-Tu te souviens de tes premières fois à la BNUT? Tu as un sentiment, une pensée que tu voudrais accoler à la BNUT?

-Ma première fois ici? Je suis entrée dans le hall d'entrée et j'ai tout de suite penser au film Les ailes du désir, de Wim Wenders, tu sais ce film qui se déroule pendant la seconde guerre mondiale à Berlin, et dont les plus belles images sont réalisées dans une bibliothèque nationale, dont les murs sont gardées par des anges, qui observent les usagers et qui les aident à se concentrer, à réfléchir... Les adjectifs pour la définir seraient «rétro» et «kafkaïen» à cause des tâches bureaucratiques à effectuer et de la dispersion des bibliothécaires qui communiquent peu avec les usagers, sinon pour effectuer les tâches demandées. Ils sont un peu comme des ouvrier ici...

-Que penses- tu de la politique culturelle et de lecture de la BNUT? -Je ne les aient pas encore comprises...

-Et donc tu es satisfait des services que la bibliothèque propose?

-Je suis satisfait bien que je les aient peu utilisés à cause des procédures longues et peu utiles (casiers, enregistrement obligatoire à l'entrée et à la sortie etc).

-Un projet de restructuration existe pour la BNUT. Que penses-tu de l'idée de «bibliothèque troisième lieu»? C'est à dire de rendre la bibliothèque plus vivante, sociable, par des aménagements, tel qu'un bar, restructurer l'auditorium pour le transformer en salle de concerts indépendante, créer une médiathèque?

-L'espace ici est vraiment beau, et il pourrait facilement être arrangé d'une autre façon. Tu as vu le jardin, au niveau de la courette au niveau du hall d'entrée? Ça ce n'est pas rétro, c'est décadent!

Donc déjà avant de la transformer en « lieu social », il faudrait penser à quelques rénovations simples, qui ne demandent pourtant pas beaucoup d'effort, à mon sens. Puis si elle est transformée dans cette direction, on devra alors veiller à ce qu'elle conserve son caractère austère, propice à la concentration. Parce que la bibliothèque avant d'être un lieu de débats, et un lieu pour les études et la recherche. Et je souhaiterais ajouter que l'accès au matériel est difficile: les ordinateurs sont lents, il faut inscrire son nom sur un bulletin et attendre d'être appelé parce que seules 200 personnes peuvent se connecter sur le wi-fie. Et le prêt des documents se fait ailleurs...

Étudiante 11

Une étudiante rigolote, attifée de grosses lunettes aux motifs crocodiles, se présente à nous, accompagnée par l'étudiant n°10, qui lui a fait la promotion de notre interview.:

Je me présente j'ai 24 ans et je suis étudiante en specialistica (Master 2) de philosophie, à Turin. Mais je suis de Ferrare.

-Depuis quand fréquentes-tu la BNUT et ses services?

-Je la fréquente depuis deux ans, mais je fréquente aussi d'autres bibliothèques. C'est une amie qui m'a porté ici. J'ai choisi la BNUT à cause de sa position géographique, puisqu'elle est située en hypercentre de Turin, dans le quartier historique. Je la fréquente aussi pour ces horaires élastiques et ces tables spacieuses.

-Tu as l'habitude d'emprunter les livres ici, de consulter les documents ? Connais-tu les collections de la BNUT ?

-Non, car il n'y a pas suffisamment de matériel bibliographique ici, seulement u n peu de revues et des quotidiens. Non, je ne suis pas pleinement satisfaite de la bibliothèque de la connaissance des ressources. Mais pas seulement. Il y a l'organisation des services aussi. Le prêt ici est bien trop compliqué (trop de passages et d'opérations diverses), puis je trouve que le fonctionnement de l'entrée et de la sortie est pénalisant pour les étudiants. Et puis la bibliothèque est devenue bruyante et le personnel

n'intervient pas... Je peux dire que je suis plus satisfaite de la structure architecturale que des services proposés.

-Et justement, que penses-tu des espaces ici ?

Et bien j'aime beaucoup les salles amples de la BNUT et je trouve que la bibliothèque a un vrai caractère, une personnalité. Elle est historique. Et puis c'est une Bibliothèque Nationale, quand même. J'aime bien travailler ici, et voir tous les chercheurs et professeurs en costume, avec leur cravates qui travaillent. J'ai alors l'impression d'être quelqu'un d'important et que je vais réussir dans les études... C'est ça, une impression de prestige et de statut social changé, pour les étudiants qui étudient ici...

-Et tu te souviens de tes premières fois ici ? Tu as un sentiment, une pensée que tu voudrais accoler à la BNUT ? Tu as une pensée, un sentiment, des paroles que tu voudrais accolées son image ?

-Mon premier sentiment? Il est positif. C'était l'hiver, la neige recouvrait tout et je voulais me réfugier dans un endroit chaud pour étudier... Je me souviens que quand je suis rentrée, les premiers éléments que j'ai observé sont ses lumières et ses plafonds... Quand à quelques paroles... Je dirais « historique », mais aussi « vintage », qui exerce une certaine fascination culturelle sur les étudiants, car Bibliothèque Nationale.

-Et tu connais la politique de lecture, culturelle de l'établissement ?

-Non, peut-être parce qu'elle est très mal communiquée...Mais en tout cas le système bureaucratique mis en place ici peut freiner les lecteurs qui désirent emprunter des livres, ce qui chasse aussi les publics.

-Et que penses-tu du concept de « troisième lieu », que la bibliothèque en plus d'être un lieu d'étude dont les missions sont liées à la conservation des livres, devienne aussi un lieu de débats ?

-Même si ça ne va pas dans le sens de la démocratie culturelle, je pense que restreindre l'accès serait un plus. Parce que les lycéens viennent aussi étudier ici, et qu'ils sont bruyants, gênent étudiants. Et puis tout est lié à des mots de passe, des documents... Il faut un mot de passe ou un document dès qu'on veut faire quelque chose ici... Ce qui signifie qu'on a peu de liberté, bien que la structure aille dans le sens de cette liberté, ce qui est paradoxal. Espérons que tout soit plus simplifié et non pas compliqué.

L'étudiante part et revient une dizaine de minutes après. Elle jette un coup d'oeil furtif autour d'elle puis me demande si elle peut aussi nous parler du personnel de la BNUT. Nous lui répondons que oui, mais que nous sommes tenus à être neutres et impartiaux, car liés au code de déontologie du personnel et que nous ne faisons pas l'enquête pour juger les différents services, mais pour comprendre comment ils sont usés par les publics étudiants . Et s'ils ne le sont pas, pourquoi ? L'étudiante, relaxée, heureuse de pouvoir parler des problèmes qu'elle rencontre ici quotidiennement, nous délivre alors son point de vue :

-Alors voilà. Il y a beaucoup de personnel ici, mais il n'est toujours pas toujours concentré dans le travail. J'ai une anecdote à ce sujet : un jour je recherchais une revue : elle résultait existante, j'avais pris la collocation sur internet, et ils ne savaient pas pourquoi elle ne résultait pas présente, et ça ce n'est pas normale. Je souhaiterais que le personnel soit plus concentré dans le travail et qu'ils soient plus attentionnés envers les usagers, passionnés aussi.

IUT de Dijon Département Information-Communication - AS MLP bibliothèques Roussel Jessica - ML11-S22

Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin : services d'accueil (salle d'accueil, de consultation et de prêtdistribution) - du 28 avril au 24 juin 2011

Les étudiants et l'usage des services d'accueil de la BNUT

Fiche profil: organisation et services de la BNUT

I]Présentation

a. Historique

La fondation officielle de la l'actuelle Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin date de 1723, sous la volonté du Souverain Vittorio Amadeo II de Savoie qui habita les nouveaux locaux de la Regia Università, rue Po. Le titre de "National" lui a été confié en 1876. Le 15 octobre 1973, la nouvelle bibliothèque a été inaugurée place Carlo Alberto, avec les services qu'on lui connaît actuellement. Deux ans après, la gestion de l'Institut passa du Ministère de la Publique Instruction au Ministère pour les Biens et les Activité Culturelles.

b. Missions

Les devoirs de la BNUT, placée sous tutelle du Ministère sont :

· recueillir, conserver, ajourner et documenter la production éditoriale italienne et locale, avec une attention particulière à la valorisation de ses propres récoltes et à la production éditoriale locale ;

· participer aux services bibliographiques d'intérêt national et international, en collaboration avec d'autres bibliothèques et institutions ;

· organiser, promouvoir et accueillir des activités et manifestations culturelles.

II] Organigramme et services

a. Le personnel de la BNUT

Le personnel est composé de 109 membres, mais à cause du fait que depuis deux ans et dans les prochaines années nombreuses personnes devraient partir à la retraite, le personnel officiel compte 69 personnes. De nombreux stagiaires sont présents à la bibliothèque pour aider le personnel.

Les membres du Musée Égyptien ont été intégrés à l'équipe de la BNUT, qui est répartie selon les trois statuts existants dans les métiers des bibliothèques en Italie : bibliothécaire, bibliothécaire-adjoint et magasinier.

b. Organigramme

Selon les chiffres du secrétariat de la Direction :

· Direction (le directeur actuel est Di Carlo Roberto), secrétariat et service informatique : 6 membres

· Documents modernes, acquisitions et catalogage : 11 membres

· Manuscrits et documents antiques : 9 membres

· Accueil (salle d'enregistrement-périodiques) : 14 membres

· Salle de consultation : 12 membres

· distribution-prêt, magasin : 15 membres

III] Pr ésentation des différents services d'accueil et de leurs fonctions : a. Accueil

· Informations et orientations : tableau des horaires de la bibliothèque; visites organisées en groupe ;

· Signalétique : cartes et indications pour les usagers. Une touch box est disponible à l'accueil ;

· Pour avoir accès à la BNUT et à son patrimoine, le Règlement prescrit la carte d'entrée, pour laquelle il faut :

? avoir plus de 16 ans ;

? avoir donné ses coordonnées personnels et être enregistré dans les programme informatique ;

· L'accueil grâce au logiciel d'enregistrement permet l'accès aux différents services et à l'emprunt : ? Seuls les résidents de Turin peuvent emprunter des documents sur place ;

? Pour les autres, une attestation de séjour est demandée ;

? Pour les étrangers, ou autres résidents, possibilité d'avoir un passe temporaire.

b. Salle de consultation

La salle de consultation a aussi comme fonction d'être une salle de lecture. Le matériel est mis a disposition (70 000 volumes) et organisé par matières :

Classement des oeuvres de la salle

A) bibliographie et biographie

B) antiquité et orientalisme

C) langue et littérature moderne

D) art et archéologie

E) musique (actuellement en salle des manuscrits)

F) histoire

G) sciences auxiliaires de l'histoire

H) religion

I) philosophie

K-L) sciences politiques, sociales et juridiques

M) géographie et cartes géographique

N) science mathématiques, physique et naturelle

O) sciences biologiques

P) Médecine ; vétérinaire et pharmacie

R) agriculture et zootechnique

X) information et documentation

Accès aux ressources bibliographiques et numériques

· Elle est composée d'encyclopédies, de dictionnaires généraux et spécifiques, répertoires généraux ;

· Possibilité de consulter sur papier les catalogues collectifs des grandes bibliothèques étrangères (BNF à Paris, Bibliothèques du Congrès à Washington etc), consultables, dans le prolongement de la salle de consultation, dans le couloir qui mènent à la salle de prêt-distribution ;

· Catalogues bibliographiques sur cartes, classées par auteur et sujet disponibles tout le long du couloir pour les oeuvres d'avant 1990, non cataloguées au format SBN ;

· Catalogues informatiques en ligne, SBN (collectif des bibliothèques italiennes), Librilinea (collectif
bibliothèques de la région piémontaise), OPAC de la BNUT pour les publications parue après 1990 ;

· connexion au wi-fi

c) Service de prêt-distribution

· Prêt local ;

· prêt externe, interbibliothèque (pour les demandes de livres d'autres bibliothèques) ;

· prêt international (bibliothèques étrangères) ;

· Utilisation de la carte d'entrée pour accéder au système de prêt (trois ouvrages pour un mois) ;

· L'usager doit compiler un document (richiesta), sur laquelle il doit indiquer clairement l'auteur, le titre, l'édition, le volume et la collocation.

IV] Programmes informatiques utilisés à la bibliothèque :

· windows XP ;

· pack Microsoft Office ;

· Erogazione servizi, pour le prêt, le SBN et le catalogage.

IUT de Dijon Département Information-Communication - AS MLP bibliothèques Roussel Jessica - ML11-S22

Bibliothèque Nationale Universitaire de Turin : services d'accueil (salle d'accueil, de consultation et de prêtdistribution) - du 28 avril au 24 juin 2011

Les étudiants et l'usage des services d'accueil de la BNUT

Fiche profil: les collections de la BNUT

Il est impossible de résumer le patrimoine de la BNUT, tant pour son fond moderne que son fond historique, car son histoire n'est pas celle d'un jour et que son patrimoine et d'une richesse exceptionnelle.

I] Un peu d'histoire : les collections, entre passé et présent

Aujourd'hui la BNUT possède 732 853 monographies, 4284 périodiques en cours, 4554 manuscrits, 1603 incunables, 10 063 cinquecentine, 15 000 gravures et un important fond musical. Depuis 2007, la bibliothèque, en plus d'être Dépôt Légal et siège de l'Archive régional, fait parti d'un important projet pour la conservation et la valorisation du patrimoine antique (http:www.bnt-o.librari.beniculturali.it)

Les origines des collections remontent à l'occupation des Ducs de Savoie (XVIe), rassemblant ainsi les trois principaux fonds de Turin :

· Les livres de la commune ;

· La récolte de la Regia Universitaria ;

· La récolte des Ducs de Savoie.

Les dons d'autres duchés ont par ailleurs contribué à renforcer la richesse des fonds de la BNUT, comme ceux des ducs de Genève et des ducs de Bourgogne (sept manuscrits appartenant à Philippe le Bon).

La BNUT a acquis aussi les livres de Pietro Giannone, du château d'Agliè (1782) ; 30 000 volumes provenaient de la compagnie jésuite, supprimée sous Napoléon ; les volumes de l'illuminisme, collectionnés par le bibliothécaire Auguste Huns au XVIIIe selon les théories révolutionnaires de Bacon pour le classement des livres.

Le catalogage a toujours été une des missions principales de la bibliothèque avec la conservation des documents. Des bibliothécaires passionnés se sont succédés tout au long de l'histoire afin de faire connaître le patrimoine aux érudits du monde entier, dont deux noms sont à retenir :

L'incendie des 25/26 janvier 1904, et les bombardements dus à la seconde Guerre Mondiale, on été des événements traumatiques : la salle des manuscrits, secteur le plus touché, perd 3/4 de son patrimoine.

II] Fond ancien

a. Les manuscrits

Avant l'incendie de 1904, la BNUT était composée d'une vaste collection de manuscrits (4500), rassemblés par la maison de Savoie. La composition des manuscrits est éclectiques, en passant des manuscrits en langue indienne sur feuille de palme aux papyrus copiés en langue hébraïque. Les manuscrits sont aussi grecs, latins, français, italiens, espagnols, arabes, persans et turcs. Avant l'incendie, le fond de manuscrits hébraïques (du XIIe au XVIe) était un des fonds les plus importants de la bibliothèque et n'est aujourd'hui composée que d'une centaine d'oeuvres.

Parmi les manuscrits les plus significatifs, signalons la version hébraïque du Commandement à la métaphysique d'Avverroè.

b. Les livres rares : incunables et cinquecentine

La BNUT conserve plus de 1600 incunables, qui constituent un panorama de l'histoire de l'imprimerie piémontaise, et plus de 6000 cinquecentine, parmi lesquelles une bible polyglotte de Christophe Platine (1569), dont les huit premiers volumes sont en parchemin.

c. Les dessins et les gravures

Dessins des artistes piémontais, tel que Filippo Juvarra, artiste baroque, et ses élèves. Plus de 15 000 gravures conservées, dont certains noms célèbres :

· Albrecht Dürer ;
· Giovanni Battista ;

· Brueghel le Vieux ;
· Piranesi etc.

· Il Parmigianino ;

d. Le patrimoine musical

Le patrimoine musical est aussi lié à l'histoire du Piémont :

· Le Fond Mauro Fo (87 manuscrits, 66 opéras),

· Le Fond Renzo Giordano, célèbre pour les musicologues du monde entier

· Les opérasen partie autographes d'Antonio Vivaldi

· Un vaste fond d'opéras allemands du XVIIème (Gluck, Haydn, Rameau...)

La réserve musicale provient en partie de la maison de Savoie, avec par exemple la conservation des ballets de cours de Cortet, qui transcrit les danses royales des ducs de Savoie au XVIIe. La BNUT conserve aussi les opérasballets et de tragédie lyriques de Lully, seule bibliothèque en Italie possédant des opéras de ce musicien.

III] Fond moderne

La bibliothèque a augmenté son patrimoine, grâce au droit sur l'impression, sous le roi Carlo Alberto, à partir du 26 mai 1848.

La politique d'acquisition de la bibliothèque est surtout effectuée sur les documents dont les cotes sont les suivantes : PER, GIORN, GAPer, RIV, BNU, SCOL et BNT . Les cotes BNU, BNT et SCOL sont les plus utilisées par les étudiants. En 2010, à titre d'exemple, la BNUT a acquis 1084 monographies et 838 périodiques (8017 documents au total) : les dons de monographies, 1171 en 2010, sont donc plus importants que les acquisitions.

Les périodiques constituaient, avant les années 2000, un secteur important de la BNUT (salle des périodiques, disparue depuis trois ans par la délocalisation de la bibliothèque du musée égyptien dans ses locaux), puisque composée de 1200 abonnements différents à des revues, alors qu'aujourd'hui elle n'est lus qu'abonnée à environ 200 revues, dont quelques rares titres étrangers.

Les livres modernes, mais aussi les fonds du XVIIe au XXIe, sont conservés dans le magasin, une vaste tour de six étages. A chaque étage correspondent des cotes précises, mais les livres ne sont pas classés par auteur et format et non pas par sujet.

· 1er étage de BNU à BNT : une partie du dépôt légal, dont certaines collections ont été transférée dans les étagères en libre-service (trois dernières années). En 2010, la BNUT a collecté 4426 DL.

· 2ème étage : de nombreuses cotes SCOL et forte présence de manuels scolaires, de la fin du XIXe à aujourd'hui, mais aussi histoire sacrée, grammaire, latine, littérature infantile etc.

Les contrats de la BNUT aujourd'hui sont principalement passés avec Pacini (littérature classique et moderne, sciences humaines) et Utet (grands domaines du savoir, livres universitaires), bien qu'avant la période de crise actuelle les contrats étaient passés avec une vingtaine de maisons d'édition :

Les principales maisons d'édition de la BNUT sont :

Einaudi Lindau Umberto Allemandi & C.

Lattes editori Giappichelli Loescher

EDT Bollati Boringhieri Codice Edizioni