pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Impact des TIC (technologie de l'information et de la communication)dans l'entreprise "cas de Women for Women International RDC"


par Christophe MBILIZI IMANI
Institut supérieur pédagogique - Licence 2011
Dans la categorie: Commerce et Marketing
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

0. INTRODUCTION

0.1 PROBLEMATIQUE

Le XXIe S, siècle des innovations, de recherche, de développement de la science ; c'est dans ce dernier que nous nous trouvons maintenant. C'est un siècle témoignant l'intelligence de l'homme. Il est caractérisé par le changement de la technologie.

Avec l'influence de ce siècle, l'être humain ne trouve pas bon de cacher les atouts qui lui ont été offerts par le créateur.

Il se lance dans les recherches et trouve de nouvelles initiatives se manifestant par :

- La robotisation, présente déjà dans les grandes industries.

- La Création des logiciels capables de gérer le globe terrestre. - Les technologies de reconnaissance des formes,

- Etc.

Dans ces genres d'initiative nous trouvons la technologie de l'information et de la communication.

Dans ce siècle l'informatique ainsi que d'autres technologies battent le record dans tous les milieux d'où leur nécessité sur le plan scientifique et professionnel ; car elles sont sollicitées et veulent être appliquées partout ; surtout dans les entreprises de la place et de très grande renommée.

Ce qui encourage est que même dans les petites entreprises la tendance est de faire recours à l'informatique avancée et à la nouvelle technologie.

Les technologies de l'information et de la communication (TIC) sont devenues les vecteurs les plus importants de la croissance économique de

l'entreprise ; elles ont transformé la planète en un petit village. Ces TIC ont changé le comportement du personnel.1

L'association de l'informatique et de la télécommunication a permis de faire circuler l'information dans le monde. Celui qui la détient a le pouvoir. L'information est la matière première dans la vie future. Ces TIC exigent des compétences élevées et maîtrisées.

Au cours de ce siècle on assiste au passage de l'économie matérielle à l'économie immatérielle qui consiste à chercher une productivité de plus en plus croissante. Plus la circulation d'information est bonne, plus l'entreprise se dirige vers une productivité croissante ; l'information dans une entreprise faciliterait la connaissance des activités et leurs évolutions

Le développement de la nouvelle économie dépend de la connaissance et de la créativité de l'être humain. Cette nouvelle tendance veut accroître l'économie d'information et de savoir. Avec l'évolution technologique et la révolution industrielle chaque entreprise cherche à se lier aux exigences des TIC afin d'améliorer leurs activités ; malheureusement il y a en présence d'autres entreprises qui ne tiennent pas compte des TIC et d'autre qui le fait avec légèreté et arrive à déconsidérer quelques paramètres nécessaires.

En faisant le tour de notre ville, nous trouvons une situation très déplorable ; l'usage de cette technologie est moindre, de sorte que sur 30 sociétés et organisations, environ 10 seulement pourront faire allusion aux TIC pour l'amélioration de leurs activités. Et sur ces 10 on peut voir 6 organisations non gouvernementales et deux sociétés privées et deux publiques. Ce qui étonne d'autres entreprises utilisent les ordinateurs et se contentent de traitement des textes en word ou des calculs en excel.

Eu égard à ce qui précède quelques questions se soulèvent et
nécessiteraient des réponses :

1 ABDELKADER, Impact des TIC sur les entreprises de Maroc, mémoire page 12

- quel est l'impact des TIC dans les entreprises du Congo en général et celles de notre ville en particulier ?

- Pouvons-nous conseiller à toute entreprise d'user des fonctions des TIC dans son organisation ?

Telles sont les questions qui nous guideront dans la réalisation de notre travail.

0.2 HYPOTHESES

Nos hypothèses peuvent être formulées de la manière suivante :

- Avec les TIC il y aurait une rapidité dans la réalisation des activités. le temps perdu pour le déplacement des agents n'aurait plus de place au sein de l'entreprise,

- Les TIC permettraient une décentralisation du pouvoir, elles permettraient les agents à recevoir les informations se référant à son domaine grâce aux forums de discussion pour arriver à la performance. L agent de l'entreprise devra avoir des connaissances sur plusieurs domaine de l'entreprise d'où l'importance des forum de discussion.

- Avec les TIC la communication s'effectuerait paisiblement au sein de l'entreprise, d'un niveau à un autre.

- L'échange des informations pour un service quelconque serait favorisé grâce à la réseautique. Les diverses applications des TIC sont considérées comme une nouvelle culture de partage d'information, de communication et de la coordination des activités.

- Les TIC permettraient en effet un meilleur accès aux informations de toute ordre pour l'ensemble de personnel de l'entreprise et faciliterait le partage de ces informations pour une plus grande performance de l'organisation.

- Grace donc aux possibilités technologiques offertes par les TIC il serait important d'organiser l'ensemble des connaissances disponible dans l'entreprise.

- Les TIC pourraient contribuer au développement de l'entreprise en agissant sur le capital humain par la facilité d'accès au savoir et à l'échange de la connaissance, de l'expérience, des savoir faire (grâce aux forum de discussion) ;

Avec les TIC l'information pourrait circuler dans toute l'entreprise et parvenir aux destinations sans déplacement ou l'affichage aux valves.

Ici la rationalité pourrait intervient et donnerait un avantage pour l'entreprise (surtout pour le partage des informations confidentielles ne concernant que deux niveaux hiérarchiques).

Les TIC peuvent être encouragées par tous les niveaux hiérarchiques de l'entreprise, ainsi que par chaque entreprise grande ou petite soit - elle, publique ou privée grâce à leur performance et à la capacité de gérer l'information et la communication. C'est un aspect à ne pas ignorer dans l'entreprise. L'évolution du monde nécessite l'actualisation dans la gestion des activités.

0.3. CHOIX ET INTERET DU SUJET :

A. CHOIX DU SUJET

Le choix du présent sujet n'est pas un fait du hasard, quelques raisons nous ont poussées à traiter ce sujet :

- Faire connaître au public l'impact des TIC dans l'entreprise afin que les entreprises locales et internationales puissent prendre conscience de l'importance des TIC et mettre en pratique ses applications.

- Eveiller encore l'esprit des fonctionnaires oeuvrant dans les entreprises usant déjà de la nouvelle technologie dans ce sens que

l'entretien et le bon usage de ces machines (matériel) ainsi que de

ces logiciels peuvent contribuer à l'évolution d'une entreprise.

B. INTERET DU SUJET

Scientifiquement ce travail constituera une référence sure pour ceux qui voudront bien emboîter les pas dans ce domaine.

0.4. DELIMITATION.

Du point de vue spatial

Ce travail ne pourra considérer que les entreprises congolaises qui font déjà recours à la nouvelle technologie et sans écarter les autres qui ont l'idée d'y faire recours.

Du point de vue chronologique

L'importance de notre sujet ne nous a pas permis de réaliser ce travail dans peu de temps ; pour ne pas être superficiel nous avons mené ces recherches pendant une année.

Du point de vue analytique

Notre travail se limitera à analyser l'impact des TIC (technologie de l'information et de la communication.) dans l'entreprise, pour arriver à conclure si les TIC ont un impact positif ou négatif dans l'entreprise et si l'usage des TIC dans une entreprise est à encourager ou à décourager.

0.5. METHODOLOGIE ET TECHNIQUES.

La méthodologie c'est l'ensemble des méthodes utilisées dans une recherche. Ainsi pour mener nos recherches nous utiliserons les méthodes et techniques suivantes :

- Méthode analytique : cette méthode nous a permis d'analyser les fonctionnements des TIC ainsi que les activités pour lesquelles on les utilise.

- Méthode d'observation : elle nous a permis d'observer sur place le fonctionnement des TIC.

- Technique documentaire : elle nous a amené à nous ressourcer auprès des documents se rapportant à l'organisation de l'entreprise type, utilisé comme champs d'investigation.

- Techniques d'interview : avec cette technique nous avons contacté le chargé des services informatiques de Women for Women pour constituer notre partie pratique.

0.6. ETAT DE LA QUESTION

La technologie de l'information et de la communication, étant une notion nouvelle et très récente, les gens n'ont pas encore trouvé l'importance de traiter un sujet sur la nouvelle technologie.

En traitant ce sujet nous avons considéré les éléments qui influencent l'usage des TIC et leur impact sur une entreprise et arriver à conclure si les autres entreprises peuvent avoir la nécessité de l'usage des TIC.

Les autres chercheurs ont traité des sujets sur les TIC, mais pas dans le même angle que nous.

Il y a par exemple Mr ABDELKADER RACHEDI qui a parlé de l'impact des TIC sur les entreprises marocaines et à son niveau il est entré en profondeur en nous présentant des systèmes d'information de l' entreprise. il nous a fait voir comment les systèmes d'information ne sont favorisés que par l'usage des TIC.

A notre tour, nous nous sommes fiés à toutes les fonctions de l'entreprise en montrant l'impact des TIC à tous les niveaux dans une entreprise en général et dans WOMEN FOR WOMEN INTERNATIONAL/RDC en particulier.

0.7. SUBDIVISION SOMMAIRE DU TRAVAIL.

Ce travail est composé de trois chapitres, hormis l'introduction et la conclusion.

- Dans le premier chapitre nous présentons les notions sur quelques concepts clef constituant notre sujet.

- Le deuxième chapitre est consacré à l'impact des TIC sur l'entreprise.

- Le troisième chapitre aborde l'étude d'un cas pratique où nous montrons l'impact des TIC dans l'entreprise « Women for women international ».

CHAP I. NOTIONS SUR QUELQUES CONCEPTS CLEF

I.LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DES TIC

I.1 TECHNOLOGIE

A. DEFINITION

Le mot technologie possède plusieurs acceptions de fait :

1. Étymologiquement et historiquement : l'étude des techniques. On dit alors la technologie.

2. De plus en plus fréquemment, un ensemble de méthodes et techniques autour de réalisations industrielles formant un tout cohérent. On parle alors d'une technologie. Elle ne se confond pas dans cette seconde acception avec la technique :

3. On peut aussi se contenter de la formulation du dictionnaire, qui la définit comme Étude des techniques, des machines, des outils, etc., employés dans l'industrie,

La technologie est un terme se référant à tout ce qui peut être dit à plusieurs périodes historiques particulières, concernant l'état de l'art dans tous les domaines des savoir-faire pratiques et d'utilisation des outils. Il inclut donc l'art, l'artisanat, les métiers, les sciences appliquées et les connaissances. Par extension il peut aussi se référer aux systèmes ou méthodes d'organisation qui permettent une telle technologie, ainsi que tous les domaines d'études et les produits qui en résultent.

L'étymologie du mot technologie renvoie toujours au sens moderne, il vient du grec technología (ôå÷íïëïãßá) téchnç (ô÷íç), "art", "compétence", ou "artisanat" et -logía (-ëïãßá), l'étude de quelque chose, ou d'une branche de connaissance d'une discipline.1 Le Petit Robert indique que le mot est emprunté en 1656 au grec tardif tekhnologia « traité ou dissertation sur un art, exposé des règles d'un art », de tekhnê

et logos. La notion a ensuite été utilisée en 1772 par un physicien allemand Johann Beckmann2

B. ORIGINE ET HISTOIRE3

Le mot technologie renvoie à la notion d'artefact (techne en grec) et à celle de sciences (logos). La notion semble avoir été pour la première fois utilisée en 1772 par un physicien Allemand : Johann Beckmann. D'autres étymologistes situent son apparition au début du XVIIe siècle. Mais son usage populaire précède en fait de quelques années la révolution industrielle. C'est semble-t-il. un professeur de Harvard, Jacob Bigelow, qui en a pour la première fois systématisé l'usage dans son ouvrage Elements of technology (1829). Botaniste et professeur à la chaire Rumford de Harvard consacrée à "l'application de la science aux arts utiles" (useful arts), Bigelow est reconnu par certains historiens américains comme un visionnaire , mais aussi un fervent promoteur de la technocratie. Promoteur d'une véritable « fusion » entre les arts et la science, Bigelow va dévaloriser à la fois les savoirs fondamentaux qui ne s'articulent pas avec une pratique concrète et les techniques (les arts dans les mots de l'époque) qui s'inscrivent dans une tradition sans le recours systématique au savoir scientifique. En promouvant une sectorialisation accrue des savoirs scientifiques et une répartition scientifique des tâches dans le domaine du travail il va fournir à la société capitaliste américaine naissante un véritable modèle d'éducation. C'est d'ailleurs sur les recommandations du professeur de Harvard que le MIT (Massachusetts Institute of Technologies)empruntera son nom mais aussi de nombreuses orientations pédagogiques qui en feront un des centres de recherches technologiques les plus performants au monde (dans le domaine de la communication, de l'informatique et aujourd'hui de la robotique et de l'intelligence artificielle).

2 www.wikipedia.com

3 www.techno-science.net

Le mot << technologie »4 ne désignait pas simplement pour Bigelow les << arts utiles ». Il voulait suggérer en fait la convergence qui s'opérait à l'aube de la révolution industrielle entre les arts et la science. Une convergence jusqu'alors compromise par l'impossible articulation des savoirs scientifiques fragmentés et des arts nécessairement enfermés dans une tradition (ce que les membres du comité des arts et sciences américain nommaient << une routine empirique »).

Bigelow s'inscrit largement dans le sillon du "millénarisme technologique" qui anime avec ferveur l'enthousiasme scientifique et technique des nations occidentales (pour l'historien David Noble, il faut remonter au moine Bénédictin Erigène promoteur d'un salut grâce aux "arts mécaniques"). Millénarisme séculier qui renvoie plus ou moins à l'idée d'un paradis sur terre qui s'incarne désormais dans le progrès technologique (idée largement redevable aux philosophies progressistes de l'histoire européenne qui émergent au siècle des Lumières). L'une des influences majeures de cette téléologie du progrès technique fut sans aucun doute Francis Bacon : le chancelier d'Angleterre qui a initié la philosophie expérimentale, philosophie inductive qui marque une rupture fondamentale avec les approches scolastiques médiévales de la science (pour qui la nature s'appréhende par le prisme des dogmes de l'Église : la méthode "aprioriste"). Bacon était un fervent millénariste profondément imprégné de la rationalité puritaine (il restera anglican : fonctions obligent...).

Contrairement à une idée répandue, la notion de technologie et son institutionnalisation internationale entretiennent des liens forts avec les expectatives religieuses européennes et américaines des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles (le puritanisme, la franc-maçonnerie, le déisme pour ne citer qu'eux). La Royal Society de Londres, l'une des premières académies des "arts et sciences" (inspirée par l'Evangile baconien de la science) en

4 idem

fournit un bon exemple. Parmi ses membres, on compte une quantité incroyable de déistes (comme Isaac Newton), des unitariens descendants des puritains (comme Joseph Priestley, l'homme qui a découvert l'oxygène et qui a créé la première église unitarienne), le huguenot français expatrié en Angleterre, Jean Desaguiller (qui fut le créateur de la première loge de franc-maçonnerie spéculative). On a trop vite fait d'oublier cette généalogie de la notion de technologie qui porte un éclairage fondamental sur les espoirs suscités en occident depuis la révolution industrielle par toutes ces découvertes. Technologie et progrès apparaissent donc dès le départ intrinsèquement lié.

C. LES EFFETS DE LA TECHNOLOGIE5

Le terme peut soit être appliqué généralement, soit dans des domaines spécifiques, par exemple : "technologie de construction", "technologie médicale", ou "la technologie de l'état de l'art".

Les technologies affectent l'homme de manières significatives aussi bien que les autres espèces animales et leur habilité à contrôler et à s'adapter à leur environnement naturel. L'utilisation de la technologie par l'espèce humaine commence avec l'aménagement de ressources naturelles en simples outils. La découverte préhistorique de l'habilité à contrôler le feu augmenta considérablement la disponibilité en ressources alimentaires et l'invention de la roue aida l'être humain à voyager et à contrôler son environnement.

Les récents développements technologiques, incluant la presse typographique, le téléphone, et Internet, ont diminués les barrières de communication et permis aux êtres humains d'interagir librement à l'échelle mondiale. Cependant, toutes les technologies ne sont pas

5 idem

utilisées à des fins pacifiques ; le développement des armes a progressé à travers l'histoire, allant du gourdin à l'arme nucléaire.

La technologie a affecté la société et ses environs dans un certain nombre de domaines. Dans de nombreuses sociétés, la technologie a aidé à développer des modèles économiques avancés (incluant l'économie mondiale actuelle) et a permis l'apparition des loisirs. Beaucoup de processus technologiques produisent des effets indésirables, comme la pollution, l'épuisement des ressources naturelles, au détriment de la Terre et de l'environnement. Beaucoup de réalisations technologiques influencent les valeurs de la société et les nouveautés technologiques provoquent des réflexions sur de nouvelles questions d'ordre éthique. Par exemple la croissance de l'efficacité en termes de productivité humaine, terme initialement appliqué aux machines, est le défi des normes traditionnelles.

Les débats philosophiques ont surgi sur l'utilisation présente et future des technologies dans la société, avec des différends par rapport au fait que la technologie pourrait améliorer la condition humaine ou inversement. Le Néo-luddisme, l'Anarcho-primitivisme, et tous les mouvements similaires critiquent l'omniprésence des technologies dans le monde moderne, affirmant qu'elles nuisent à l'environnement et aliènent les gens. A l'opposé on trouve des idéologies telles que le transhumanisme et le techno-progressisme qui voient le progrès technologique comme bénéfique pour la société et la condition humaine. Toutefois, jusqu'à récemment, on croyait que le développement de technologies était limité aux être humains mais de récentes études scientifiques indiquent que d'autres primates et certaines communautés de dauphins ont développés de simples outils et transmettent ces connaissances aux générations suivantes.

I.2 INFORMATION

A. DEFINITION6

L'information est un concept ayant plusieurs sens. Il est étroitement lié aux notions de contrainte, communication, contrôle, donnée, formulaire, instruction, connaissance, signification, perception et représentation.

L'information désigne à la fois le message à communiquer et les symboles utilisés pour l'écrire ; elle utilise un code de signes porteurs de sens tels qu'un alphabet de lettres, une base de chiffres1, des idéogrammes ou pictogrammes.

Au sens étymologique, l'information est ce qui donne une forme à l'esprit2. Elle vient du verbe Latin informare, qui signifie ""donner forme à" ou "se former une idée de".

Hors contexte, elle représente le véhicule des données comme dans la théorie de l'information et, hors support, elle représente un facteur d'organisation.

On touche là à un sens fondamental où l'information est liée à un projet. Il peut être construit, comme un programme, ou auto-construit, comme la matière.

B. Histoire

Le projet de fonder une « science de l'information et de la documentation » spécifique s'est affirmé sous l'impulsion d'acteurs comme Pierre Larousse (1817-1875), Melvil Dewey (1851-1931), Paul Otlet (1868-1944), Jean Meyriat (1921- ). Le point de départ en a été de dissocier l'information, construction sociale et intellectuelle, de l'ensemble des objets matériels qui, en circulant, la conditionnent sans la définir. On

6 www.wikipedia.com

doit aux spécialistes de cette science d'avoir posé que l'information ne circule pas (elle n'est pas un objet) mais qu'elle se redéfinit sans cesse (elle est une relation et une action). Ce projet est lié, dès la fin du XIXe siècle, au développement d'une recherche à visée industrielle et au rêve d'un savoir planétaire. Mais plutôt que tout assimiler par l'idée d'un « système d'information » (idée plus récente dont le succès est dû aux développements informatiques), ces auteurs distinguent méthodiquement entre le support, le document, l'information et le savoir : effort de distinction qu'il faut redécouvrir aujourd'hui. (Yves Jeanneret)

L'information peut se définir dans plusieurs sens notamment : > Sens commun

Dans le langage courant l'information peut être parlée, écrite ou perçue. Il s'agit de savoir ce qui se passe, qu'il s'agisse de l'état du monde ou dans la vie d'un interlocuteur : il s'agit de connaître ce qui est au-delà des sens (ce qu'on n'a ni vu, ni entendu directement)

Ce qui passe du milieu extérieur à nos sens (ce qu'on voit par exemple) est considéré comme une information. De même le message nerveux est une autre information, etc.

L'information, au sens commun du terme, est le moyen pour un individu de connaître son environnement : notre environnement nous envoie des informations. Nous avons faim parce que notre estomac nous a informé de son besoin. La chaleur d'une flamme nous informe du possible danger de la brûlure. On vous informe de la visite prochaine d'un ami, du prix du brut, des déboires de Briey Spears, ce sont les "infos". Aujourd'hui, tout habitant d'un pays développé reçoit chaque jour une somme toujours croissante d'informations. La critique de l'information questionne ses effets, et étudie en particulier les réactions d'un individu confronté à une information non vitale, comme la publicité.

La crise mondiale de la presse écrite, dont les tirages sont en constante baisse, s'explique selon la critique de l'information non pas par un problème au niveau de l'émetteur (les sources d'information) mais par un changement au niveau du récepteur (le public, saturé d'information, se demande à quoi elles lui servent si elles ne sont pas suivies d'une action)

Les principaux médias d'information sont la radio, la presse écrite, la télévision, Internet.

> Selon la Perception

On qualifie d'information toute donnée pertinente que le système nerveux central est capable d'interpréter pour se construire une représentation du monde et pour interagir correctement avec lui. L'information, dans ce sens, est basée sur des stimuli sensoriels véhiculés par les nerfs, qui aboutissent à différentes formes de perception.

> Selon l'administration publique

Articles détaillés : Donnée publique et Liberté d'accès aux documents administratifs.

Dans le contexte de l'administration publique, nous considérons comme « information » toute donnée pertinente dont la collecte, le traitement, l'interprétation et l'utilisation concourt à la réalisation d'une mission gouvernementale, régionale, et départementale. Certaines de ces données sont des données publiques, c'est notamment le cas de la plupart des données environnementales en Europe dans le cadre de la Convention d'Aarhus.

Les informations d'autorité sont appelées à être gérées dans des registres de métadonnées.

C. SUPPORT DE L'INFORMATION7

L'information est immatérielle. Elle peut être consignée directement ou pas sur un support matériel qui prend alors la valeur de document. L'information toutefois est indépendante du support : elle existe indépendamment de lui.

Le support d'information est l'objet matériel sur lequel sont représentées les informations ou les données. Le support d'information est la composante matérielle d'un document.

On distingue différents supports d'information :

- Le support papier (ce sont les plus communément utilisés) - Les supports film (ils nécessitent un équipement coûteux) - Les supports magnétique

- Les supports temporaires (tel que le multimédia) - Les supports électriques

- Les supports optique

- Le multimédia

E. L'ORGANISATION DE L'INFORMATION DANS UNE ENTREPRISE8.

Les informations collectées doivent être organisés de manière à être exploitées par tous. On organise tout d'abord le support destiné à recevoir l'information collectée, puis le stockage de ces différents supports.

NB : bien sür que les progrès de l'informatique ont permis à ce jour d'optimiser le temps de travail, la gestion de l'information reste maintenant une lacune qui constitue un frein à la productivité et à l'efficacité d'une société.

7 NATHALI Aldosa et cie, information, communication, organisation, éd.Breal 143 al d . P17

8 Idem P23

Ces lacunes se justifient en ceci :

- à qui confier la gestion de l'information

- comment élaborer et modéliser les informations techniques en vue de faciliter leur gestion ;

- que faut-il conserver ? Sous quelle forme et combien de temps ?

- à qui faut il confier la mission d'informatiser la recherche documentaire et l'information de l'archivage ?

I.3 LA COMMUNICATION I.3.1 DEFINITION

Au sens général la communication est l'action, le fait de communiquer, d'établir une relation avec autrui, de transmettre quelque chose à quelqu'un, l'ensemble des moyens et techniques permettant la diffusion d'un message auprès d'une audience plus ou moins vaste et hétérogène et l'action pour quelqu'un, une entreprise d'informer et de promouvoir son activité auprès du public, d'entretenir son image, par tout procédé médiatique.

Elle concerne aussi bien l'être humain (communication

interpersonnelle, groupale...) que l'animal et la plante (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine (télécommunications, nouvelles technologies...), ainsi que leurs hybrides : homme animal; hommes- technologies... C'est en fait, une science partagée par plusieurs disciplines qui ne répond pas à une définition unique. Et si tout le monde s'accorde pour la définir comme un processus, les points de vue divergent lorsqu'il s'agit de qualifier ce processus.

 

Un premier courant de pensée, regroupé derrière les "Sciences de
l'information et de la communication", propose une approche de la

communication centrée sur la transmission d'informations. Il s'intéresse aussi bien à l'interaction homme machine qu'au processus psychique de la transmission de connaissances (avec l'appui des sciences cognitives).

 

Un second courant, porté par la psychosociologie, s'intéresse essentiellement à la communication interpersonnelle (duelle, triadique ou groupale). La communication est alors considérée comme un système complexe qui prend en compte tout ce qui se passe lorsque des individus entrent en interaction et fait intervenir à la fois des processus cognitifs, affectifs et inconscients. Dans cette optique, on considère que les informations transmises sont toujours multiples, que la transmission d'informations n'est qu'une partie du processus de communication et que différents niveaux de sens circulent simultanément.

1.3.2 La communication dans l'entreprise9

Au sens de l'entreprise, communiquer c'est l'action d'informer et de promouvoir son activité auprès du public, d'entretenir son image par tout procédé (le petit Larousse 1990).

Au sens actuel, la communication est un concept très vaste qui englobe tous les acteurs de l'entreprise. Celle-ci est en relation permanente avec son environnement tant extérieur (client, fournisseur, prestataire de service administratif) qu'intérieur (l'ensemble de son personnel)

a. objectif de la communication dans l'entreprise.

Pour se faire connaitre et se maintenir sur un marché fortement concurrentiel, l'entreprise doit entretenir une certaine image, la perception

9 Nathalie ALDOSA et cie , information , communication , organisation ed.breal 143 ALD P53

de l'entreprise par le public repose sur des critères rationnel (chiffre d'affaire, nombre de salarié) et sur des élément supplétif. (Idées reçues, symboles).

L'entreprise doit informer sur son savoir faire. Qualité, unité, performance, technique de produits et procédure. Mais aussi son savoir vivre (accueil téléphonique, localisation, décoration).

La communication dans l'entreprise doit être effectuée entre agents, ceci permet aux agents d'un même service d'échanger entre eux,

1.3.3 PRINCIPAUX TYPES DE COMMUNICATION

Dans l'entreprise on classe la communication selon les relations qu'elle entretient. Ainsi on distingue :

1. La communication externe :

C'est la communication de l'entreprise avec l'extérieur, il se fait à l'extérieur de l'entreprise. Différents moyens et supports permettent à l'entreprise de faire savoir qui elle est, quels sont ses produits, quelle est sa vocation. On distingue :

- la communication commerciale dont le but est l'augmentation du chiffre d'affaire ;

- la communication publique : c.à.d. les relations avec les administrations au sens large, s'établissent le plus souvent au moyen de formulaire destinés à faciliter les relations avec les administrés.

En quelque sorte la communication externe est appliquée pour mettre l'entreprise en contact avec l'étranger (les partenaires, les clients) dans le cadre de promotion, de stimulation des ventes.

2. Communication interne :

On ne peut bien faire travailler des employés, les mobiliser que s'ils ont conscience de ce à quoi sert leur travail, s'ils connaissent et acceptent les finalités, les objectifs de l'entreprise. Aujourd'hui les salariés ont besoin d'être informés sur l'état de santé de l'entreprise, ses succès, mais aussi ses échecs.

Le but de la communication interne est donc d'informer pour motiver et impliquer le personnel dans la vie de l'entreprise, résoudre ou atténuer les difficultés d'ordre organisationnel social ou de management10

Pour assurer une continuité, l'entreprise doit non seulement communiquer avec ses partenaires extérieurs, mais aussi faire porter ses efforts sur la communication interne, condition primordiale pour assurer la cohérence avec des images de marque.

La circulation de l'information au sein de l'entreprise s'avère indispensable. Le marque comme le surplus d'information sont tous d'eau cause de disfonctionnement. Il faut donc définir des besoins, organiser les échanges, adapter le support aux messages et au destinataire et enfin optimiser les conditions de transmission.

a)Les objectifs11

L'objectif de cette communication est d'informer d'impliquer et motiver la communication interne à des multiples fonctions.

b) Les moyens mis en oeuvre

Diverses formules sont mises en place pour motiver le personnel :

10 Idem P53

11 Idem P54

- Audit de communication interne dans sa globalité, ou sur une action déterminé ;

- Expression directe, dialogue informel ou réunion périodique - Boite à idée

- Livret d'accueil

- Projet d'entreprise

- Elaboration des bilans social

- Création du groupe d'expression

A part cette classification, on peut aussi distinguer : 1. La communication interpersonnelle12

Dans la globalité de la communication interpersonnelle, nous trouvons la communication du type émetteur - message - receveur

La communication interpersonnelle est basée sur l'échange d'un émetteur et un récepteur.

Entre humains, c'est la base de la vie en société. C'est là en général que la compréhension est la meilleure, mais le nombre de récepteurs est limité à une seule personne. La rétroaction est quasi systématique. Il y a notamment le téléphone, la conversation orale... Mais la communication n'est pas qu'orale. Elle est aussi non verbale. (Voir plus bas).

La communication passe donc aussi par le corps. Ainsi elle sera non verbale ou plutôt non verbalisée. La communication non verbale peut être para-verbale, c'est-à-dire qui accompagne la vocalisation. Ainsi lorsque le

12 J. de VITO, G .CHASSE, C.VEREAU, la communication interpersonnelle ERPI, 2001, P9

locuteur explique qu'il faut aller à droite et qu'il bouge sa main dans cette direction, c'est un cas de communication para verbale. Croiser les bras dans un signe de protection est aussi une communication non verbale. Mais ici ce sera pour dire que : « je me retranche derrière mes idées laissez-moi tranquille ». Mimiques et posture font parties de la communication. Des gestes risquent de faire passer un message comme plus fort, plus prononcé que ce que l'on dit. Le ton d'un message est aussi une forme de non-verbal. C'est cette base, le non-verbal, qui définit par exemple ce qu'on appelle le jeu d'un acteur, au théâtre.

Pour l'école de Palo Alto, « on ne peut pas ne pas communiquer ». Que l'on se taise ou que l'on parle, tout est communication. Nos gestes, notre posture, nos mimiques, notre façon d'être, notre façon de dire, notre façon de ne pas dire, toutes ces choses « parlent » à notre récepteur. La communication est aussi une forme de manipulation. En effet, nous communiquons souvent pour manipuler, modifier l'environnement ou le comportement d'autrui.

2. Communication de masse

La Communication de masse c'est un émetteur (ou un ensemble d'émetteurs liés entre eux) s'adressant à tous les récepteurs disponibles. Là, la compréhension est considérée comme la moins bonne, car le bruit est fort, mais les récepteurs bien plus nombreux.

Ce type de communication a été conceptualisé avec l'apparition des notions d'organisation de masse dont quatre éléments sont la standardisation, le Fordisme, le taylorisme et la publicité... On parle de médias de masse ou « Mass-média ». En font partie la radiocommunication, la radiodiffusion et la télévision. L'absence de réponse possible en fait un outil idéal de la Propagande, ce que souligna à plusieurs reprises Georges Bernanos.

23 3. Communication de groupe13

La communication de groupe part de plus d'un émetteur s'adressant à une catégorie d'individus bien définis, par un message (communication) ciblé sur leur compréhension et leur culture propre.

C'est celle qui est apparue avec les formes modernes de culture, souvent axées sur la culture de masse (société de consommation), dont la publicité ciblée est la plus récente et la plus manifeste.

Les effets de la communication de groupe se situent entre ceux de la communication interpersonnelle et ceux de la communication de masse.

La communication de groupe est aussi complexe et multiple car elle est liée à la taille du groupe, la fonction du groupe, et la personnalité des membres qui le compose.

On peut également intégrer cette notion dans la communication interne à une entité. Les groupes peuvent alors être des catégories de personnels, des individus au sein d'un même service, etc.

On peut aussi intégrer cette notion à une communication externe ciblée vers certains partenaires ou parties prenantes de l'entité.

NB : tous ces types de communications sont englobés dans la communication verbale et non verbale :

Une communication verbale est faite de signes linguistiques. Ces signes confèrent un corpus appelé langue, ou plus généralement langage, mais les linguistes viennent à distinguer langue et le langage. L'écriture, la langue des signes, la voix, le son, les médias, des moyens de communiquer

13 JUDITH Lasar, la science de la communication, PUF 1992

Est dite « non verbale » une communication basée sur la compréhension implicite de signes non exprimés par un langage : l'art, la musique, la kinesthésie, les couleurs, voire les vêtements ou les odeurs. Ces signes, leur assemblage et leur compréhension ou leur interprétation sont dans leur grande majorité dépendants de la culture.

Mais on définit en premier lieu la communication non verbale à travers le corps, la posture, les gestes ou encore les différentes expressions du visage.

1.3.4 Principe de la communication professionnelle

a. schéma de la communication

il n'existe pas à proprement parlé de théorie de la communicatio. les recherches effectuées par C.E Shannon, W. Weaver, CW.Morie, E. Sapir et G.Bateson entre autre permettent de schématiser le processus de communication.

Émetteur

Système d'appartenance bruit bruit système d'appartenance

Message

Récepteur

Rétroaction

Ce schéma stipule que la communication doit comprendre un émetteur appartenant à un service (groupe) quelconque et qui transmet un message à un récepteur qui de même appartient à un autre service. Il peut y avoir contact mais vu qu'il y a tant d'émetteur, de récepteur et l'encombrement de l'atmosphère le bruit s'introduit.

b. Le composant de la communication I. Composant formel :

Emetteur : celui qui décide de communiquer (groupe, entreprise,

individuel Qui ?

Récepteur : celui qui reçoit le message destinateur

A qui ?

Message : information transmise (mot, symbole, gestes, image,

son)Dit quoi ?

Canal : mode, moyen de communication (téléphone, courrier,

entretien face à face, télévision,...)

Code : ensemble réarrangé de signaux, la langue n'est qu'une

variété de code

Codage : choix par l'émetteur de signaux ou des symboles, des

supports

Décodage : identification, interprétation du message par le

récepteur

Rétroaction : réception du récepteur du message c'est-à-dire

l'ensemble des signes qui vont permettre à l'émetteur de contrôler la compréhension de son message

Bruit : toute perturbations altérant la transmission de

message

Bruit technin : lié au canal, voix trop aigue, texte peu lisible, friture sur la ligne téléphonique.

Bruit sémantique : lié au code (information confuse, jargon...)

Bruit sémiologique : lié à l'étude conduite (émetteur ayant trac, récepteur préoccupé, distrait).

Bruit organisationnel : lié au fonctionnement des réseaux d'information (information non transmise, courrier distribué en retard).

1.3.5 Les contextes de communication

Une communication est gravée dans un contexte. Elle peut avoir lieu à un instant donné, dans un lieu donné, et vie à vis d'une situation, d'un evenement donnée.

Tout cet environnement, qui ne fait pas partie de la communication à proprement parler, mais qui accompagne cette communication, est appelé contexte. L'environnement peut générer du bruit, ou etre source d'interférence

Le contexte intervient dans les enjeux comme : culture, changement de medias, langue, parmi ces contextes nous pouvons citer :

Les réseaux

On nomme réseau un ensemble d'acteurs, d'agents économiques, de noeuds, ou lieux de communication grace auxquels les messages circulent. L'ensemble de canaux de communication constituent un réseau. De nombreuses expériences ont montre le rapport étroit de la communication avec la possibilité et la résolution de problème, la centralisation ou la distribution de l'autorité. Plusieurs réseaux type peuvent se dégager :

> Réseau en ligne ou en chaîne

Ici l'information circule d'une personne à une autre. Chaque relais est informé de message. Ce type de réseau présent outre les inconvénients de lenteur et déformation possible du message, celui de l'absence de communication entre les extrémités du réseau.

> Réseau en y :

Il est efficace pour la réalisation des activités complexe, il semble peu adapté à un travail de créativité (même inconvénient que le réseau en ligne)

> Réseau centralisé

Est techniquement le plus efficace. Ici la personne qui émet et reçoit plus d'information que les autre est choisie comme leader.

> Réseau en cercle ou en roue

Le cercle maintient plus facilement l'adhésion des participants. L'organisation du groupe est plus réduite et exige davantage de message. Une personne communique davantage avec une autre si celle-ci est placée en face d'elle. C'est-à-dire si la communication visuelle est facilitée. Cet effet est sous connu sous le nom d'«effet Steinzor » dans un réseau où personne n'occupe de position centrale, aucun leader ne se dégage.

> Réseau interconnecté, ou réseau complet, ou all Channel

Tous les participants communiquent entre eux. C'est le canal le plus satisfaisant mais il présente des risques de perte de temps et de manque de coordination.

Il faut noter que l'inégalité de participation augmente à mesure que s'accroît la taille du groupe (2 à 7)

Le choix du réseau détermine le mode de relation du groupe que ce soit dans l'accomplissement de taches ou dans des réunions, débats, la façon dont chaque membre de l'entreprise va communiquer et dans son degré de satisfaction.

a. La temporalité

Une communication qui peut durer dans le temps est dite « intemporelle ». Par exemple, un message rédigé dans un livre est intemporel. Cette notion est liée au contact entre les entités qui communiquent. Un message éphémère, est lui dit « temporel ». Par exemple, une discussion orale est éphémère, temporelle. La communication est notamment enseignée dans les écoles d'ingénieurs.

b. La localisation Dans l'espace, une communication peut être :

localisée (concentrée à un endroit) telle une discussion ;

alocalisée (disponible de n'importe quel endroit) ex : internet, extranet ;

délocalisée (le lieu d'émission est loin du lieu de réception) C'est le cas d'une discussion téléphonique.

Cette notion est liée à l'expression du contact entre les entités qui communiquent.

c. Le code

Le code est un concept souvent mis en avant dans la vision mécaniste de la communication. Il est pourtant rarement adéquat, ne s'appliquant bien qu'aux seules situations hiérarchiques et autoritaires : interface homme-machine, relations homme-animal, etc. Par extension et d'une manière pessimiste, la notion de code est souvent employée pour l'étude des relations humaines.

Dans ce cadre simplifié, pour communiquer, l'émetteur et le récepteur doivent disposer d'un code commun. La communication se caractérise alors surtout par l'utilisation d'un code établissant les correspondances

entre un signe et son sens qui doit être commun aux interlocuteurs. L'absence de code commun entre émetteur et récepteur est l'une des sources d'échecs de la communication, chacun pouvant supposer que l'autre comprend son code, sans que ce soit le cas :

Un chef de projet américain est choqué de voir son équipe française exiger du matériel pour son travail. Elucidation faite, cette équipe ne voulait que demander ce matériel (or to demand signifie exiger)

Le même s'étonne de voir, après avoir stigmatisé le peu de temps dont on dispose pour un petit projet, de voir des membres européens se demander pourquoi au contraire on dispose d'une telle marge. Elucidation : quand il écrivait sur son tableau 6/6 pour la date de début et 6/12 pour la date de fin, il pensait pour cette dernière au 12 juin et l'équipe européenne a compris 6 décembre !

Un collègue japonais désirant montrer le grand respect qu'il éprouve pour la famille d'un collègue européen l'invitant à dîner apporte à la maîtresse de maison une fleur considérée comme l'une des plus belles au Japon : un chrysanthème. Gêne garantie chez celle-ci, pour qui cette fleur est symbole de cimetière.

Dans tous ces exemples, la notion de code explique l'incompréhension entre les êtres humains; mais la notion n'explique pas pour autant la compréhension. Or les situations sont courantes où le défaut de code n'apporte pas de catastrophe, au contraire: relations sourd-entendant, relations aveugle voyant, relations entre étrangers sans mots communs, etc. Entre humains, on peut toujours essayer de se faire comprendre; essayez donc de vous "faire comprendre" d'un ordinateur qui détecte une faute de syntaxe dans l'ordre envoyé. Non, décidément, le code est une notion trop évidente pour être utilisée sans pincettes.

d. La transmission

La communication consiste à transmettre un message afin d'établir un contact. L'établissement du contact comporte certains risques, notamment lors de "l'ouverture" et "fermeture" de la communication. Les risques d'intrusion, de non réponse, de blocage et d'abandon existent réellement. Ce point fait l'objet de la confidentialité en sécurité de l'information, on l'appelle le message.

e. Le protocole de communication

On désigne sous ce terme tout ce qui rend la communication possible ou plus aisée sans rapport avec le contenu de la communication ellemême.

Attendre une tonalité pour numéroter, demander à l'interlocuteur de se répéter, épeler son nom, s'entendre tacitement sur le moment où une communication sera considérée comme terminée font partie des protocoles.

La mise en oeuvre d'un protocole demande la définition de normes élaborées.

f. La rétroaction

Le message de Rétroaction (ou Feedback, ou encore message de feedback en anglais), est le message, verbal ou non, renvoyé par réaction par le récepteur, à l'émetteur. Lorsqu'il existe, on parle de communication bidirectionnelle.

Le feed-back peut servir, suivant les cas, à:

confirmer la réception du message ; infirmer la réception du message ;

demander des précisions ; relancer la discussion ; terminer la discussion.

La notion de rétroaction (feed-back) est issue des travaux de Norbert Wiener sur la cybernétique (Cybernetics or Control and Communication in the Man and the Machine (1948) et Cybernétique et société (1950)). Elle semble issue de travaux ayant eu lieu aux États-Unis au cours de la seconde guerre mondiale pour convertir l'industrie américaine en industrie de guerre (1941-1942). Elle correspond au saut technologique du passage de la mécanographie à l'informatique, et à l'apparition des premiers ordinateurs basés sur des technologies électroniques.

Cette notion a permis aux chercheurs en sciences humaines de passer d'une vision linéaire (unidirectionnelle) de la communication, à la conception d'un processus circulaire (bidirectionnelle).

On peut distinguer selon Wiener deux formes de Feed-back :

Le Feed-back positif, qui conduit à accentuer un phénomène, avec un effet possible de boule de neige (hausse de la tension entre les communicants. Entre humains il s'agirait d'énervement entre deux personnes).

Le Feed-back négatif peut être considéré comme un phénomène de régulation, qui en amoindrissant la communication, tend à la maintenir stable et équilibrée. Cette régulation prend plusieurs formes notamment la reformulation ou le questionnement.

Ces deux formes du Feed-back assurent la réception du message. Le troisième cas, dans lequel le Feed-back n'est pas exprimé (néant), crée un frein à la communication: on ne sait même pas si le message a été reçu ou pas.

La boucle de rétroaction a conduit à définir des modèles théoriques et systémiques de système d'information (niveaux opérationnel, organisationnel, décisionnel).

1.3.6 La communication dans l'entreprise

La communication dans l'entreprise peut être définie comme la production d'information sur le niveau interne et externe de l'entreprise, ceci peut designer l'échange de ces informations en circulation dans l'entreprise.

C'est un échange d'information dans une relation associant un émetteur et un récepteur. Ces derniers peuvent être des individus, des groupes ou de machines.

La fonction communication est au coeur des transformations actuelles des entreprises. Pour jouer pleinement son rôle, elle doit faire évoluer ses missions, son organisation et développer les compétences appropriées pour un nombre toujours plus grand des personnes au sein de l'entreprise.

Il existe deux enjeux essentiels qui s'offrent à la fonction communication : - D'une part, adapter son positionnement et les modalités de son déploiement afin de répondre aux besoins actuel de l'entreprise

- D'autre par, contribuer directement à la réussite des projets de changement.

Exemple d'un modèle s'appliquant à toute forme de communication.

L'exemple d'une direction transmettant l'information à un responsable de division à propos d'une stratégie sur 3 ans.

- Emetteur : la direction générale

- Information transmise : définition des orientations

- Codage : choix d'un vocabulaire

- canal : note écrite

- décodage : compréhension et interprétation du texte - récepteur : le responsable de la division

- bruit : données contradictoire au sein de la communication

- rétroaction : proposition des moyens mis en oeuvre dans la division

1.3.7 La communication interne14

La communication interne est une des déclinaisons de la communication d'entreprise. Elle est la composante d'un système global d'organisation des flux d'information et des échanges.

Sa particularité réside moins dans les techniques de communication utilisées que dans la cible visée, soit l'ensemble des salariés d'une entreprise, et dans les objectifs particuliers qui sont poursuivis.

En entreprise plus qu'ailleurs, l'information, qui est la matière première de la décision, n'est pas donnée mais elle est construite.

La communication d'entreprise peut être définie comme la production d'information sur le milieu interne et externe et comme la création d'interface.

La communication d'une organisation (entreprise, administration, association) recouvre un ensemble de structures et de procédures :

- elles lui permettent de se situer et de se positionner dans son environnement,

- elles ont pour fonction l'émission, l'écoute et l'échange de messages,

14 BORDEAUX Conseil 2004 : La communication interne de l'entreprise http://www.bordeauxconseil.com

- elles visent à adapter le projet de l'organisation, ses produits ou ses procédures aux contraintes, aux opportunités et menaces émanant de son environnement,

- elles ont pour objectif d'influencer les représentations et comportements des interlocuteurs.

Les différents champs de la communication globale engagent une stratégie d'image et une stratégie d'opinion. Dans le cadre de la stratégie d'ensemble de l'organisation, il s'agit de mettre en rapport, de manière cohérente et continue, une donnée matérielle (l'information) et une donnée immatérielle (la réputation) par le moyen d'un dialogue organisé avec les publics utiles, externes et internes.

Des chassés croisés entre communication interne et autres formes de communication se développent.

On parle aujourd'hui de « Capital communication », ce qui renvoie aux dépenses de communication conçues comme des investissements et à une valeur d'un genre nouveau (la notoriété).

communication globale: les différents champs de la communication globale concernent la communication financière, le marché, la communication produits, la communication institutionnelle, visuelle, B to B, de recrutement...

1) Les circuits de communication interne15

La mise au point d'un système permanent, ouvert et rapide de circulation de l'information dans l'entreprise, est devenue un enjeu important d'efficacité.

> Le circuit hiérarchique : la ligne hiérarchique véhicule naturellement et nécessairement des informations. Son existence est une nécessité

15 BORDEAUX Conseil - 2004 - La communication interne de l'entreprise http://www.bordeauxconseil.com

organisationnelle qui commande le bon fonctionnement et l'efficacité de l'entreprise.

> Le circuit des instances représentatives : les instances

représentatives ont une existence régie par la loi. Leur mission de représentation compte un volet important en matière de communication : droit de recevoir des informations de la part de la direction et droit de transmettre des informations au personnel. Il existe donc un dispositif d'information légal, initié par le législateur, qu'il convient de respecter.

> Le circuit de la communication interne. Ce troisième circuit est organisé par la direction de l'entreprise et destiné à toucher de larges publics internes. Au delà des distances hiérarchiques, fonctionnelles ou géographiques, il s'agit d'irriguer le corps social de l'entreprise par un ensemble d'informations. Ses caractéristiques sont étroitement liés à la taille et la complexité de l'entreprise.

2) Les objectifs de la communication interne 16

L'objectif global de la communication interne consiste à gérer de manière optimale le couple demande/offre d'informations dans l'organisation.

- Au service du projet d'entreprise : la communication interne accompagne le projet socio-économique de l'entreprise dont elle présente les objectifs et les modalités. La communication dans l'entreprise repose sur les projets concrets découlant d'objectifs réels. Ceux-ci sont tirés des orientations stratégiques et des engagements budgétaires. La démarche de projet est acte de communication, il devient insensiblement principe d'organisation.

- Accompagner le management : L'imbrication de la communication et du
management résulte de la pratique quotidienne des relations organisées

16 BORDEAUX Conseil 2004 La communication interne de l'entreprise http://www.bordeauxconseil.com

aux différents niveaux hiérarchiques entre les différentes équipes de travail. Les organisations modernes dites cellulaires ou en réseau reposent sur la réduction de la ligne hiérarchique et sur le travail de projets transversaux. Elles sont irriguées par la communication : multiplication des échanges, réunions de travail collectif et communication inter métiers. Information et communication sont aujourd'hui des compétences exigées de tout cadre quelque soit son métier ou son secteur d'activité. Pour mener à bien sa mission, l'encadrement doit être bien informé par la direction et aidé dans son rôle communicant.

- Relier et informer : le troisième grand objectif de la communication interne est de mettre en commun un langage, une culture, un ensemble de valeurs afin de développer une appartenance à l'entreprise. Elle créé un langage commun qui permet à chacun d'orienter et adapter son comportement professionnel.

I.3.8 Les difficultés de la communication

La qualité du circuit de communication se mesure à la proportion entre :

- l'effet de rejet

- effet de halo

- partie correctement transmise

L'effet de rejet correspond à la partie de l'information correctement émise mais non reçue ; l'effet de halo représente une information reçue mais pas émise.

Le système de l'information est un ensemble organisé de ressource humaine, matériel, technologique, information permettant d'acquérir, de traiter, de stocker et de transmettre les informations.

II. LES TIC PROPREMENT DIT

Etymologiquement le terme TIC est une abréviation constitué de trois termes qui sont :

- T : technologie

- I : information

- C : communication

Au sens propre de notre travail, les TIC c'est l'ensemble des technologies utilisées dans le fonctionnement et la transformation et le stockage de l'information sous forme électronique ; elles englobent les technologies des ordinateurs, des communications et des réseaux locales qui relient les appareils, l'internet, la robotisation, etc.

Ce qu'on désigne sous le nom de technologies d'information et de communication va de l'écriture au téléphone analogique en passant par l'imprimerie et la télévision. L'avènement des technologies numériques, qui permettent de transmettre ou de reproduire un document sans perte d'information, a transformé le monde de la communication. C'est à ces technologies, parfois nommées NTIC (nouvelles technologies de l'information et de la communication) et surtout au monde ouvert par le réseau Internet, que l'expression « fracture numérique » fait référence. Le panorama suivant des TIC dans le monde (section enjeux) est destiné à illustrer le contexte de la fracture numérique Nord-Sud17.

Nous désignerons les TIC par l'ensemble de technologies qui associées à l'usage de l'internet.

17 http://agora.qc.ca/francophonie.nsf/Dossiers/TIC_Technologies_de_l_information_et_de_la_communication

Au sens strict, les TIC interviennent dans plusieurs domaines :

- Dans le domaine de télécommunications qui comprend les services et les équipements.

- Dans le domaine de l'informatique qui comprend le matériel, les services et les logiciels.

- Dans le domaine de l'audiovisuel qui comprend principalement la production et le service audio visuel.

Les TIC regroupent les techniques utilisées dans la communication et la transmission des informations, l'internet, la téléphonie et le réseau local C'est un ensemble d'outils qui sont interconnectés, combinés et qui permettent le maximum d'interactivité. ils comprennent tout d'abord le matériel informatique, le logiciel et les matériels de télécommunication, les matériel de multimédias.

II.1 Histoire18

Après l'invention de l'écriture puis l'avènement de l'imprimerie, les premiers pas vers une société de l'information ont été marqués par le télégraphe électrique. Puis le téléphone et la radiotéléphonie, alors que la télévision, le minitel et l'internet puis la télécommunication mobile et le GPS ont associé l'image au texte et à la parole « sans fil » , l'internet et la télévision devenant accessibles sur le téléphone portable qui est aussi un appareil photo.

Le rapprochement de l'informatique et des télécommunications, dans la dernière décennie du xxe siècle ont bénéficié de la miniaturisation des composants permettant de produire des appareils « multifonctions » à des prix accessibles, dès les années 2000.

Les usages des TIC ne cessent de s'étendre, surtout dans les pays
développés, au risque localement d'accentuer la fracture numérique et

18 www.wikipedia.com , encyclopédie libre

sociale ainsi que le fossé entre les générations. De l'agriculture de précision et de la gestion de la foret ( traçabilité des bois pour lutter contre le trafic), au contrôle global de l'environnement planétaire ou de la biodiversité, à la démocratie participative (TIC au service du développement durable) en passant par le commerce, la télémédecine l'information , la gestion de multiples bases de données, la bourse, la robotique et les usage militaire, sans oublier l'aide aux handicapés (dont aveugles qui utilisent des synthétiseurs vocaux avancés ainsi que de plages braille éphémère), les TIC tendent à prendre une place croissante dans la vie humaine et le fonctionnement des sociétés. Certains craignent aussi une perte de liberté individuelle (effet big Brother, intrusion croissante de la publicité ciblée et non désiré...). Les prospectivistes s'accordent à penser que les TIC devraient prendre une place croissante et pourraient être à l'origine d'un nouveau paradigme civilisationel.

Les TIC sont également désignées par les « nouvelles technologies de l'information et de la communication » NTIC

Les sigles anglais correspondant sont IT, pour « information Technology » et NICT pour signifier « New information and communication déchronologies » ou encore ICT pour designer « information communication technology/technologies ».

Prenant part de la technologie, les TIC regroupent un ensemble de ressources nécessaires pour manipuler de l'information et particulièrement les ordinateurs, programmes et réseau nécessaires pour la convertir, la stocker, la gérer, la transmettre et la retrouver.

On peut regrouper les TIC par secteurs suivants :

L'équipement informatique, serveurs, matériel informatique ;

La microélectronique et les composants

 

Les télécommunications et les réseaux informatiques :

Le multimédia

Les services informatiques et les logiciels ;

Les commerces électroniques et les medias électroniques

II.2 avantage et limites de l'investissement dans le TIC19

a. Avantages

L'investissement dans les TIC serait l'un des principaux moteurs de compétitivité des entreprises. En effet, selon des études de l'OCDE, les TIC seraient un facteur important de croissance économique :

au niveau du système d'information :

Hausse de la productivité du travail pour la saisie de l'information, donc baisse des coûts. Délocalisation de la production (ex : centre d'appels). Meilleure connaissance de l'environnement, réactivité plus forte face à cet environnement, amélioration de l'efficacité de la prise de décision permise par une veille stratégique plus performante.

au niveau de la structure de l'entreprise et de la gestion du personnel :

Organisation moins hiérarchisée, partage d'information. Meilleure gestion
des ressources humaines (recrutement, gestion des carrières plus facile).

au niveau commercial :

Nouveau circuit de production grâce à l'extension du marché potentiel (commerce électronique). Une baisse des coûts d'approvisionnement. Développement des innovations en matière de services et réponses aux besoins des consommateurs. Amélioration de l'image de marque de l'entreprise (entreprise innovante).

19 www.mckinsey.com

b. Limite

Problèmes de stresse lié à l'utilisation des TIC provenant souvent d'un manque des cohérences dans la conception de ces systèmes complexes.

Problèmes de rentabilité :

1. cout du matériel, du logiciel, de l'entretien et du renouvellement

2. il est fréquent de voir apparaitre un suréquipement par rapport aux besoins et donc une sous-utilisation des logiciels.

3. Cout de la formation du personnel, de sa résistance aux changements

4. Cout généré par la modification des structures par la réorganisation du travail, par la surabondance des informations ;

5. Cout dû au rythme soutenu des innovations

6. Rentabilité difficilement quantifiable ou difficilement prévisible sur les nouveaux produits.

D'autres investissements peuvent être tout aussi bénéfiques :

1. Recherche et développement

2. Formation du personnel

3. Formations commerciales, organisationnelles, logistiques

III. L'ENTREPRISE20

1. Définition

L'entreprise est une organisation qui rassemble des hommes et des moyen financiers, informationnels, technologique, matériel, etc.... en vu de produire des biens et/ou des services destiné à la vente.

Derrière cette définition se cache une grande diversité des situations. Pour mieux appréhender le monde de l'entreprise, il faut rechercher dans cet ensemble les caractéristiques communes qui permettent de former des sous ensemble homogène, de mettre en évidence une hypologie.

2. Type des entreprises

Bien que les entreprises constituent chacune une entité originale, on peut les choisir en catégorie homogène en fonction d'un ou de plusieurs critères dimension ; domaine d'activité, forme juridique. Cette classification permet de mieux comprendre le monde des entreprises.

1° classification en comptabilité nationale

Suivant les principes de la comptabilité nationale, les entreprises se regroupent dans quatre secteurs institutionnels.

· Les sociétés et quasi-société non financière : dont la fonction principale est la production de biens et service marchandé non financiers.

· Les institutions de crédit : qui ont pour rôle le financement de l'économie par la collecte, la transformation et la répartition de disponibilités monétaire et financière.

20 Chantal Bussemant, Martine Fretel, économie et gestion de l'entreprise, P11

· Les entreprises d'assurance : qui assurent les agents économiques par la garantie d'un paiement en cas de réalisation d'un risque.

· Les entreprises individuelles : assimilées au secteur de ménages qui produisent également de biens et services marchant non financiers, mais ne possèdent pas de personnalité juridique distant de cette de leurs exploitations.

2° classification suivant la structure juridique

D'un point de vue plus formel, les entreprises, peuvent être classés d'après les critères juridiques de la propriété des moyens de production.

A. Les entreprises du secteur public

Les entreprises à caractère public sont organisées selon des modalités très variées. Parfois constituées en sociétés anonymes dont l'état est le seul actionnaire (entreprise nationale). Elles ont souvent des structure spécifiques : établissement public, industriel ou commercial, office, régie, concession d'économie mixte, etc.

B. Les entreprises du secteur privé

Au sein du secteur privé coexistent des entreprises individuelles, agricole, artisanales, commerciales, qui appartiennent à une seule personne physique et des entreprises sociétaires. Ces derniers revêtent des formes juridique diverses, société de personne (société en nom collectif, société en commandite simple) ou société de capitaux (société anonyme société en commandite par action), avec une large gamme de structure à caractère intermédiaire (société coopérative de production ou de conso, société mutualiste.

On classe parfois dans le troisième secteur celui de l'économie sociale, les entreprises du secteur coopératif.

La classification juridique permet d'analyser la répartition des pouvoirs au sein de l'entreprise et le rapport avec le tiers.

3. Fonctions et organes

Commençons par bien distinguer la fonction (ce qui se fait) de l'organe (qui le fait).

Une fonction (gestion du personnel par exemple) pour être repartie entre plusieurs organes (services recrutement gestion de carrière rémunération), un organe peut assurer plusieurs fonctions. Il arrive qu'aucun organe interne n'assure une certaine fonction, celle-ci étant sous traitée à l'extérieur.

a. Les fonctions

On peut classer les activités nécessaires à la vie de l'entreprise en quatre grandes catégories :

- Les fonctions de direction qui comprend les activités dont le rôle est de gouverner l'entreprise notamment en choisissant les objectifs et les politiques.

- Les fonctions de distribution qui s'organisent autour de la nécessité de mettre à la disposition des clients les biens et/ou les services produit par l'entreprise.

- Les fonctions de production, qui concernent toutes les opérations requises, par la création des biens ou des services que l'entreprise a choisi de mettre sur le marché.

- Les fonctions logistiques ou auxiliaires qui regroupent les activités dont le rôle est de mettre à la disposition de l'entreprise tous les moyens nécessaires.

Ces fonctions existent toujours, même si leur importance respective varie et si elles sont organisées et structurées de façon différente d'une entreprise à l'autre.

H. FAYOL, à son tour analyse et classe les activités de l'entreprise en six groupes des fonctions21 :

- la fonction technique, qui a pour activité de produire et de transformer les matières premières en produits finis.

- La fonction commerciale qui se charge de l'achat et de la vente

- La fonction financière, qui se charge de rechercher et gérer les capitaux

- La fonction comptable qui consiste à faire l'inventaire, établir le bilan, calculer le prix de revient.

- La fonction administrative (= direction) qui se charge de prévoir, d'organiser, commander, coordonner, contrôler.

- La fonction sécurité, qui assure la protection de personnel et des biens.

b. Les organes

Ils sont généralement rangés en trois catégories principales :

- Les organes opérationnels, ou d'exploitation qui participent

directement à l'activité productive et commerciale de l'entreprise ;

- Les services fonctionnels, qui assurent des fonctions logistiques ou

auxiliaire (finance, relations humaines, maintenance, etc.)

- Les organes d'état major chargés d'assister et de conseiller les

dirigeants.

21 CT LUBALA, sociologie du travail, cours inédit 2007-2008, ISP/Bukavu

4. Définition et rôle de l'information dans l'entreprise

Etymologiquement, informer c'est donner une forme, ainsi, l'information peut être définie comme consistant à rendre significatif un ensemble de fait. Si l'on se place dans le domaine de l'organisation, le terme d'information recouvre une double réalité :

- Du point de vue du technicien, l'information peut être représentée par n'importe quel signe pouvant être transmis et stocké. Il s'agit là d'une conception mécanisée de l'information compatible avec l'information

- Du point de vue de l'utilisateur on appelle information « tout élément de connaissance susceptible de faciliter l'exploitation d'un système, la gestion d'une organisation ou la solution d'un problème ».

Prise dans ce sens, l'information renseigne grace à son contenu sémantique

M.Chakron et R.Reix distinguent quatre usages possibles de l'information : - l'information est un instrument de communication dans l'organisation

- l'information est un instrument de support et de coordination des processus de gestion

- l'information est un support de connaissance des individus

- l'information est un instrument de liaison avec l'environnement22.

22 CHOKRON (M), REIX (R), « planification des système d'information et strategie de l'entreprise » tenu française de gestion n°61 janvier-fevrier 1987

CHAP II : IMPACT DES TIC DANS UNE ENTREPRISE

Durant ces 20 dernières années, les TIC ont été intégrées par les entreprises au fur et à mesure de leur disponibilité. Aujourd'hui elles sont devenues un outil majeur pour la construction de l'entreprise de demain. Elles occupent une place prépondérante dans l'amélioration et la performance de l'entreprise.

Les TIC se sont lancés dans le monde des entreprises et interviennent dans plusieurs domaines scientifiques comme:

1. Dans le partage des données : Pour être performante, l'entreprise se doit d'intégrer un système d'information qui permette à tout acteur d'obtenir les informations depuis son poste de travail. Chacun doit disposer des moyens de comprendre les problèmes qu'il rencontre dans l'exercice de son activité ; il doit pouvoir capitaliser ses connaissances voire les diffuser au sein et hors de l'entreprise. Désormais, le pouvoir n'est plus dans la rétention mais dans le partage des informations aux personnes qui en ont besoin... au moment où ils en ont besoin. L'entreprise doit être prête à relever ce nouveau défi et à devenir ce qu'on appelle " entreprise réseau ".

Aujourd'hui, l'entreprise dispose d'Internet et/ou Intranet, des e-mails, des logiciels de travail en groupe (groupe wheres ou Workgroups, bases de connaissances partagées, data mining, newsgroups), aussi la gestion documentaire, l'édition multimédia, le commerce électronique, le service à la clientèle, l'assistance à la formation... bref elle dispose de nombreux outils numériques afin de relier non seulement l'ensemble de ses salariés, mais aussi les acteurs externes qui partagent un même centre d'intérêt (consommateurs, fournisseurs, partenaires). Autant d'outils qui faciliteront la mise en place d'actions à tous les stades d'exploitation et de communication interne et externe. Et l'on découvre chaque jour la place

grandissante que prennent les NTIC dans la gestion quotidienne de l'entreprise.

2. Dans le domaine du texte, de son et des images :

Internet fut conçu à l'origine pour permettre les échanges de texte, le premier protocole développé étant le courrier électronique, il a suscité le développement rapide d'applications capables de diffuser le son, les images et la vidéo. Ce sont ces procédés de diffusion qui représentent une avancée majeure en terme de communication de l'information que nous présentons plus en détail :

 

L'audio conférence :

Permet à plusieurs groupes situés en divers endroits de communiquer en utilisant le principe de la voix sur IP (Internet Protocol), l'avantage est de pouvoir téléphoner de PC à PC en limitant l'infrastructure à un seul type de câble... celui du réseau d'ordinateurs de l'entreprise. Ceci constitue une solution économique d'avenir pour l'entreprise, car avec cette technologie, les conférences peuvent être organisées en faveur des agents de l'entreprise et cela à distance sans supporter les frais de logement, de transport, et tous les frais pour le séjour du formateur venu de l'étranger.

Le web conférence

Elle permet à deux ou plusieurs personnes de communiquer à distance au moyen des petites caméras (Webcams) reliées aux ordinateurs de chacun des participants à la discussion. Avec ça on peut arriver à discuter même sur un thème quelconque. On peut se connecter à des forums de discussion dans un domaine quelconque

 

La formation en ligne23 :

La formation en ligne (téléformation ou e-Learning) permet à une ou plusieurs personnes d'acquérir une connaissance ou une compétence sans avoir à se déplacer de leur lieu de travail habituel. Les principaux avantages de cette méthode sont la souplesse, l'efficacité, la disponibilité, le gain de temps et les économies (les investissements de départ pouvant toutefois être importants). La téléformation peut s'adapter aux exigences de l'activité et n'oblige plus l'apprenant à se déconnecter de son travail. Il peut concilier ses besoins de formation avec ses objectifs professionnels.

3. En management : avec les forums de discussion sur un sujet du domaine quelconque, les managers bénéficient des stratégies de gestion des entreprises. Dans le même groupe de discussion on peut trouver quelqu'un d'autre qui affronte le même problème que lui, alors ils partagent les stratégies ensemble.

4. En ressources humaines : La Fonction des Ressources Humaines (FRH), autrefois simplement désignée sous l'appellation de « fonction du personnel », a beaucoup évolué durant ces dernières décennies, élargissant son champ de compétence au fur et à mesure, jusqu'à occuper aujourd'hui une position stratégique dans l'entreprise.

Un phénomène émergeant tend alors à consolider cette position. En effet, les Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (NTIC) occupent à l'heure actuelle une place prépondérante, non seulement concernant l'entreprise dans sa globalité, mais aussi et surtout au sein d'un nombre croissant de directions des Ressources Humaines.

23 http://www.tmc.fr/cyberhal/guide.htm

L' << e-GRH », telle est sa dénomination courante, est apparue à la fin des années 90 aux Etats-Unis. Cet anglicisme, qui signifie littéralement la GRH électronique, désigne tout ce que les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC) peuvent apporter à la gestion des ressources humaines.

L'intégration de tous ces outils technologiques passe par un Système d'Information des Ressources Humaines (SIRH) qui impact fortement l'organisation des ressources humaines, permettant notamment le développement à l'international des entreprises, et incitant la FRH à accompagner les collaborateurs dans un contexte de changement organisationnel représenté entre autres par l'émergence d'outils électroniques collaboratifs, dits << groupeware ». La gestion électronique des ressources humaines est donc aujourd'hui une réalité, impactant l'entreprise dans nombre de ses rouages organisationnels.

Avec la DRH, ces projets concernent en l'occurrence des Intranets RH, permettant l'envoi de « workflow » et orientée sur la gestion des ressources humaines. Le terme de << workflow » se définit comme un flux d'informations électroniques au sein d'une organisation, comme par exemple la transmission automatique de documents entre des personnes. On appelle << workflow » (littéralement << flux de travail ») la gestion informatique de l'ensemble des tâches à accomplir et des différents acteurs impliqués dans la réalisation d'un processus métier. Le terme de << workflow » pourrait donc être traduit en français par << gestion électronique des processus métier ». [...]

Désormais, la révolution de l'Internet ne fait plus aucun doute. L'apparition du réseau des réseaux est un événement comparable à l'invention de la presse. Linternet a modifié plusieurs aspects du monde

où nous vivons, à savoir nos modes de consommation. Il a aussi changé notre manière d'apprendre et d'enseigner, de nous informer et de nous amuser. Et intervient aussi dans la gestion des ressources humaines comme un enjeu permettant son épanouissement (la gestion des carrières, le recrutement, la formation, les relations sociales).

Avec les ressources humaines électriques on voit naître aujourd'hui un nouveau type de syndicalisme. Ainsi, des sections syndicales françaises estiment répondre à leur devoir d'information en publiant sur Internet des accords d'entreprise, des grilles de salaire et comptes-rendus de négociations

5. Dans la performance de l'entreprise :

L'information intervient d'une importance capitale dans la performance de l'entreprise ; C'est pour cela que l'information dans l'entreprise est à considérer comme une ressource stratégique au même titre que le personnel, les ressources financières, la logistique... la place de l'information est signifiante dans l'entreprise.

Tous ces facteurs d'évolution font que les entreprises sont considérées comme des systèmes interagissant entre eux et non plus comme des « boîtes noires » fermées à leur environnement. L'échange et le partage permanents de l'information au sein de l'entreprise étendue s'appuient sur toutes les nouveautés des technologies de l'information et de la communication. Cela met en évidence la forte attente de l'amélioration des conditions de sécurisation de l'information au niveau de son transfert, son accès, son usage et sa dissémination. Les TIC interviennent dans l'entreprise et occupe une place non négligeable car sa pratique crée des ouvertures pour l'entreprise à communiquer non seulement à son sein, mais aussi à l'extérieur.

6. Dans la coordination des services

L'impact de l'émergence des TIC s'étend au mode de distribution du pouvoir dans l'entreprise grâce à une décentralisation plus grande de l'autorité.

7. En comptabilité et finance

Avec les TIC le comptable télécharge les nouveaux logiciels comptables à jour et trouve leur mode d'utilisation.

Dans sa généralité la technologie de l'information et de la communication intervient de différentes manières dans l'entreprise :

a) les TIC permettent une meilleure coordination entre les différents services.

b) grace aux TIC, le partage de l'information s'améliore. L'information est partagé de sorte qu'elle arrive a arroser toute l'organisation, l'information parvient même jusqu'aux derniers agents concernés.

c) grâce aux TIC Les décisions et les orientations stratégiques de la direction sont systématiquement communiquées sous format électronique (e-mail, intranet). L'Intranet permet de développer l'échange et le partage de l'information au sein de l'entreprise ou du groupe (accès à des bases de données).

d) L'impact des TIC est alors important sur l'organisation interne
puisqu'elles appellent plus d'autonomie et de responsabilités chez les salariés. Elles autorisent des modes de fonctionnement différents par exemple: l'utilisation de groupes de discussions pour un développement en continu des produits ou services rendus (prestations).

e) Les TIC favorisent l'apparition de nouvelles formes de travail (travail à domicile, nomade ou coopératif, ...), qui obligent le manager à adapter son mode d'animation qui n'est pas encore utilisé.

f) les TIC permettent le gain de temps pour tous les services dans l'entreprise, pour une opération qui pouvait prendre 20 munîtes pour son acteur, avec la téléphonie ou l'e-mail par exemple l'opération s'effectue dans moins de 5 munîtes. Ici la rapidité est rassurée.

g) pour la prise des décisions dans le travail à distance, nous avons relevé un points qui nous parait très spécifiques : les décisions ont tendance à se prendre « par défaut » : c'est-à-dire que la question à débattre est plus facilement posée sous la forme « que celui qui n'est pas d'accord avec telle décision le fasse savoir ». De plus, certaines personnes se réservent de donner leur avis en présence de tout le monde mais quand il s'agit de contribuer à distance, vous les voyez très dynamique et donne même des idées qui contribuent favorablement au développement dans le groupe de travail.

h) dans la gestion des informations : le stockage des informations, leur transfert entre les opérateurs d'un même groupe de travail, leur
conservation sont devenu un acquis dans une entreprise grace à l'usage des TIC.

i) la conférence à distance entre les équipes est une méthode qui minimise le temps de travail. Avec ça chacun devant sa machine et participe à la conférence sans perdre le temps nécessaire de travail ainsi que d'autre frais qui favoriserait sa présence à la conférence.

j) la téléphonie intervient pour faciliter la communication entre agent des différents bureaux. En ceci nous voyons le gain de temps.

NB : les outils de technologie de l'information et de la communication ont un caractère évolutif d'où la formation est indispensable pour les agents de l'entreprise.

CHAP. III. CAS PRATIQUE

1. BREF PRÉSENTATION DE WOMEN FOR WOMEN INTERNATIONAL

Women for women est une organisation internationale créé en 1993 aux états unis d'Amérique avec comme objectif principal de pourvoir des outils nécessaires aux femmes survivantes des guerres et conflits divers pour les aider à reconstruire leurs vies : Les tirer de la situation de crise et de pauvreté vers la stabilité et l'autosuffisance et de là, promouvoir des sociétés civiles viables. Son siège social est à Washington.

Elle a une expérience soutenue en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo, au Nigeria, en Irak, en Colombie, au Rwanda, en Afghanistan, au soudan et depuis octobre 2004 en République démocratique du Congo.

A Bukavu Women for women international(WWI) se situe sur l'avenue Claire n°1/02, à Nguba.

Women for women international (WWI) oeuvre à travers sa stratégie résumée en trois activités qu'elle entreprend qui sont:

1° Sponsorship

Constitue un appui financier direct d'une femme qui réside dans un pays étranger nommée « sponsor » à une femme vivant dans un pays post conflit, nommée « soeur ». cet appui financier direct permet à la femme de lancer et/ou renforcer un petit commerce, se constituer une épargne individuelle ou en groupe et/ou répondre aux besoin primaires de sa famille.

2° formation en prise de conscience aux droits et au leadership

Ici on offre aux femmes un cadre sain pour discuter de leurs droits sociaux, économique et politiques dans lequel elles construisent et élargissent leurs capacités personnelles. Dans ces groupes de discussions

les femmes traitent des questions telles que la valeur de l'éducation, le développement de l'entreprenariat féminin.

3° appui aux activités génératrices de revenu : formation aux métiers professionnels.

Lors de leur intégration socio-professionnelle, les femmes sont formées aux métiers basés sur la demande du marché pour qu'elles organisent leurs propres unités de production ou trouvent un emploi stable.

Women for Women international comprend quatre services à savoir : le service administratif, le service de comptabilité et finance, le service technique (qui coordonne ces stratégies) et le service de suivi.

2. L'ANCIEN SYSTEME UTILISE SANS TIC

Depuis la création de WWI dans notre ville(2004), il y avait usage d'un ancien système qui consistait à transmettre les informations manuellement ; la communication était traditionnelle et avait quelques inconvénients :

- l'information était transmise avec un grand retard, ce qui causait le ralentissement des activités.

- Pour la transmission des informations, l'émetteur devait se déplacer et abandonner son poste jusqu'au poste du récepteur. C'est le cas du réceptionniste lors des visites

- Les rapports étaient envoyés au siège par la voie portale, ce qui fait trainer leurs transactions.

- Les agents n'étaient pas susceptibles de se communiquer à cause de la distance. Toute communication exigeait une présence physique entre l'émetteur et le récepteur.

- Etc

3. LE NOUVEAU SYSTEME AVEC TIC

Eu égard aux inconvénients que présente l'ancien système (utilisé sans TIC) une année plus tard, en 2005, WWI a mis au pied un nouveau système faisant l'objet de l'usage des TIC pour permettre une bonne communication des informations.

Voici les TIC utilisés :

> Le réseau local : cette technologie permet de connecter les ordinateurs au sein de l'organisation et facilite le partage des données et informations entre différents bureaux.

> L'internet : avec cette technologie les rapports sont bien et vite transmis à la hiérarchie et au siège général par le e-mail.

Aussi les agents accèdent aux forums de discussion, aux conférences en ligne, aux informations à distance à travers l'internet

> La téléphonie : c'est une technologie très nécessaire dans l'entreprise, elle permet la communication entre les agents de sécurité, entre les agents de bureau et la réception, entre les chauffeurs et le gardien lors de l'arrivée du véhicule, etc

Avec l'usage des TIC il y a un grand changement qui se manifeste par :

- Le gain de temps

- La rapidité dans le partage des informations

- La discussion à distance dans un domaine quelconque

- Partage facile des informations entre les agents d'un même secteur - La présentation des rapports (journalier, hebdomadaire, mensuel, trimestriel à temps prévu

Depuis l'usage des TIC dans cette organisation l'amélioration s'est fait voir dans tous les cas.

La condition des travailleurs est devenue bonne, la fatigue qui se présentait à la fin de service pour tous les travailleurs a cessé avec l'usage de la téléphonie du réseau local, de l'Internet. Ceci évite les va et vient dans l'entreprise ce qui causerait la fatigue et la déconcentration des agents.

A partir de la téléphonie (téléphone fixe), l'internet et le réseau local, la communication entre agent se passe vite et nous constatons que le temps perdu a perdu sa place dans l'entreprise et cette communication se réalise entre : chef et chef, chef et subalterne, subalterne et subalterne.

Les TIC apparaissent comme un enjeu de communication. Depuis son usage, la communication se passe facilement ; le transfert manuel des donnés (rapport, compte rendu) n'a plus de place sauf pour les documents à signer.

Les rapports à transférer à la hiérarchie ne sont pas expédiés par la voie routière ou fluviale car celles-ci tarderaient. Grace à l'internet les rapports arrivent à destination sans peine.

Pour différentes lettres de dérogation, de réclamations internes qui nécessitent des réponses ils sont favorisés par l'internet. Pour tout documentation qui peut exister l'internet constitue le chemin d'accès sur toute information se rapportant à un domaine quelconque. Sans plus de déplacement la documentation d'effectue à l'aide de l'internet.

Les conférences sur les droits de la femme se tiennent du jour le jour dans le monde, via l'internet les agents participent à des conférences ainsi qu'à des discussions à distance sur un thème quelconque.

Avec les TIC cette entreprise a connu une grande transformation et une amélioration sur tous les plans. Les activités sont automatisées, ce qui fait qu'il y est la ponctualité dans le dépôt des rapports annuels et mensuels.

CONCLUSION ET RECOMMANDATION

1. CONCLUSION

Pour clore notre sujet qui a porté sur l'impact des TIC sur une entreprise, nous pouvons dire que l'usage des TIC est un atout essentiel dans une organisation. Il a plus d'impact dans l'entreprise, c'est un aspect de développement qui intervient dans l'amélioration de l'entreprise (tant public que privée).

L'impact des TIC se manifeste pour tout agent de l'entreprise. Les fonctions de l'entreprise ne sont pas épargnées ; Toutes bénéficient de cet impact ; ainsi on peut énumérer ces impacts :

1°) Avec l'usage de la téléphonie le réceptionniste ne s'inquiète pas de rejoindre son chef lorsque ce dernier est sollicité par un étranger. Le temps perdu dans le déplacement est compensé par l'usage de la téléphonie.

La téléphonie intervient aussi entre deux agents des fonctions différentes possédant à se communiquer. Avec ça la perte des temps est mis à l'écart.

Elle intervient en plus entre le portier et le chauffeur du véhicule pour préparer le passage.

2°) avec la réseautique, deux agents partagent des informations (données trouvée sur l'internet, les rapports ainsi que les informations pouvant contribuer à l'évolution de leur service.

Les rapports (journalier, hebdomadaire, mensuel ou annuel) sont transmis aux chefs par le réseau local ; ceci décampe la perte de temps, le gaspillage des matérielle de bureau, le retard qui se produirait lors ce que le rapporteur pourra se mettre en mouvement pour transmettre le rapport. Ce temps perdu est récupéré par l'usage du réseau.

Les agents se communiquent facilement et rapidement à travers le réseau que par l'usage du valve. La communication entre agents circule sans tarder.

3°) avec l'internet les agents se cultivent en acquérant d'autres notions se référant à leur services. Il améliore ainsi ses connaissances en contactant les forums de discussion dans son domaine.

Les formations et les conférences en ligne se déroulent à l'étranger ou les agents de nos entreprises participent massivement sans le gaspillage des frais de déplacement et de séjour. Ceci c'est au bénéfice à de l'entreprise.

Les TIC connaissent aujourd'hui un développement accéléré dans la production comme dans les services. Outre les Nouvelles activités dont elles sont porteuses, les TIC constituent un facteur d'évolution des rapports sociaux, des emplois et des métiers. Elles accompagnent une série de transformations concernant la stratégie, le contenu et l'organisation du travail, les formes de management, les formes de concertation et de négociation.

Les TIC interviennent positivement dans toutes les fonctions de l'entreprise d'où elles nécessiteraient une grande considération dans leurs usages.

Ainsi toute entreprise qui voudra bien améliorer ces activités et atteindre la rationalité a le devoir de recourir à l'usage des TIC qui lui faciliterait la tâche et lui permettra d'atteindre ses objectifs poursuivis.

2. RECOMMANDATIONS

Quelques recommandations s'avèrent important à l'égard de ce sujet :

a. Au gouvernement - disponibiliser l'énergie électrique qui permettrait à ce que l'usage

des TIC soit fréquent dans toutes les entreprises de la place surtout celles qui sont publique.

- Fournir surtout à des établissements publics des outils des TIC afin de les favoriser à l'usage de ces derniers.

b. aux directeurs des entreprises

- se procurer des outils des TIC pour l'amélioration de la communication dans l'entreprise,

- passer au recyclage des agents pour que l'usage des TIC soit bien maîtrisé, car son mauvais usage peut amener les agents à des incompréhensions.

- Mettre à jour ces technologies car elles évoluent du jour le Jour.

c. aux agents des entreprises - prendre soin de l'usage des TIC pour l'amélioration des services.

BIBLIOGRAPHIE

A. OUVRAGES

- BORDEAUX Conseil 2004 La communication interne de l'entreprise

- Chantal Bussemant, Martine Fretel, économie et gestion de l'entreprise, éd.2007

- CHOKRON (M), REIX (R), « planification des systèmes d'information et Stratégie de l'entreprise » tenu française de gestion n°61 janvier-février 1987

- J. de VITO, G .CHASSE, C.VEREAU, la communication interpersonnelle ERPI, 2001

- JUDITH Lasar, la science de la communication, PUF 1992

- NATHALI Aldosa et Cie, information, communication, organisation, éd.Breal 143 al d

B. COURS

- CT LUBALA, sociologie du travail, cours inédit 2007-2008, ISP/Bukavu

C. MEMOIR

- ABDELKADER, Impact des TIC sur les entreprises de Maroc 2005- 2006

D. WEBOGRAPHIE

- WWW.memoireonline.com

- http://www.bordeauxconseil.com - www.wikipedia.com

- www.google.com

- www.mckinsey.com

TABLE DE MATIERE

PRELUDE Erreur ! Signet non défini.

DEDICACE Erreur ! Signet non défini.

REMERCIEMENTS Erreur ! Signet non défini.

SIGLES ET ABREVIATIONS Erreur ! Signet non défini.

0. INTRODUCTION 1

0.1 PROBLEMATIQUE 1

0.2 HYPOTHESES 3

0.3. CHOIX ET INTERET DU SUJET : 4

A. CHOIX DU SUJET 4

B. INTERET DU SUJET 5

0.4. DELIMITATION. 5

Du point de vue spatial 5

Du point de vue chronologique 5

Du point de vue analytique 5

0.5. METHODOLOGIE ET TECHNIQUES. 5

0.6. ETAT DE LA QUESTION 6

0.7. SUBDIVISION SOMMAIRE DU TRAVAIL. 7

CHAP I. NOTIONS SUR QUELQUES CONCEPTS CLEF 8

I.LES ELEMENTS CONSTITUTIFS DES TIC 8

I.1 TECHNOLOGIE 8

I.2 INFORMATION 13

I.3 LA COMMUNICATION 17

II. LES TIC PROPREMENT DIT 37

III. L'ENTREPRISE 42

CHAP II : IMPACT DES TIC DANS UNE ENTREPRISE 47

1. Dans le partage des données 47

2. Dans le domaine du texte, de son et des images : 48

3. En management 49

4. En ressources humaines 49

5. Dans la performance de l'entreprise : 51

6. Dans la coordination des services 52

7. En comptabilité et finance 52

CHAP. III. CAS PRATIQUE 55

1. BREF PRÉSENTATION DE WOMEN FOR WOMEN INTERNATIONAL 55

2. L'ANCIEN SYSTEME UTILISE SANS TIC 56

3. LE NOUVEAU SYSTEME AVEC TIC 57

CONCLUSION ET RECOMMANDATION 60

1. CONCLUSION 60

2. RECOMMANDATIONS 62

a. Au gouvernement 62

b. aux directeurs des entreprises 62

c. aux agents des entreprises 62

BIBLIOGRAPHIE 63

A. OUVRAGES 63

C. MEMOIR 63

D. WEBOGRAPHIE 63

TABLE DE MATIERE 64