WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Le rôle d´une organisation de promotion du commerce extérieur dans le développement économique et social d´un pays. L´efficacité de la stratégie de promotion internationale au Mexique.


par William GOURG
Sorbonne Nouvelle Paris 3 - Institut des hautes études de l'Amérique latine - Master 2 études internationales spécialité Amérique latine 2011
Dans la categorie: Commerce et Marketing
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

    William GOURG

    Master 2 Professionnel
    (( ÉTUDES INTERNATIONALES » Spécialité : Études latino-américaines
    Parcours (( Affaires Économiques Internationales »
    Année universitaire 2010 - 2011

    Le rôle d'une organisation de promotion du commerce extérieur dans le développement
    économique et social d'un pays.
    L'efficacité de la stratégie de promotion internationale au Mexique.
    Du 28 Février au 27 Août 2011

    Stage réalisé à : ProMéxico Département de promotion des exportations
    Direction regionale sud
    Puebla, Méxique.

    Directeur du master : Anne Collin-Delavaud Tuteur du mémoire : Cécile Lavrard-Meyer

    INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE L'AMÉRIQUE LATINE - UNIVERSITÉ SORBONNE NOUVELLE, PARIS III IHEAL - 28, rue Saint Guillaume - 75007 Paris - France

    Tél : +33 1 44 39 86 00 - Fax : +33 1 45 48 79 58 - http://www.iheal.univ-paris3.fr

     
     

    Résumé :

     

    Les objectifs de ce mémoire de stage sont de comprendre les mécanismes de promotion des exportations et d'attraction des investissements étrangers ainsi que de mesurer les impacts d'une stratégie de promotion internationale dans le développement économique et sociale d'un pays.

    L'étude de l'organisme publique ProMéxico au Mexique, promoteur du modèle néolibéral permet de comprendre les forces et les faiblesses de la politique extérieur mexicaine.

    Ainsi, une première partie dédiée aux aspects théoriques des affaires internationales traite des principaux concepts du commerce international, de la compétitivité des industries et de l'internationalisation des entreprises ; mettant en avant le rôle stratégique des appuis institutionnels dans le développement d'une économie émergentei comme le Mexique. Les mécanismes de promotion internationale de l'organisme ProMéxico sont aussi détaillés afin de comprendre les relations entre le commerce extérieur, les investissements étrangers et la croissance économique.

    Ensuite, une seconde partie élabore une analyse comparative des agences de promotion du commerce extérieur reprenant les caractéristiques administratives et organisationnelles des fournisseurs de services au niveau international. Cela permet de mesurer l'efficacité de la stratégie de promotion de ProMéxico en accord avec les principes du développement international.

    Ce mémoire traite donc des dimensions culturelles, économiques, politiques et sociales de l'environnement mexicain à travers le fonctionnement de l'organisme ProMéxico, promoteur de la compétitivité et de l'image du Mexique dans le monde.

    Basé sur des données statistiques et des publications de spécialistes provenant des meilleures sources en la matière, nous verrons comment se mesure et s'analyse un modèle économique dans un contexte spécifique. Enfin, une tentative de proposition d'amélioration apparaît en guise de conclusion.

    Mots-clés :

    Mexique, développement, internationalisation, exportations, investissements directs étrangers, commerce extérieur, promotion.

    Resumen :

    El objetivo de esta tesis profesional es comprender los mecanismos de promoción de las exportaciones y atracción de la inversión extranjera. Por otro lado se trata de medir el impacto de una estrategia de promoción internacional para el desarrollo económico y social de un país.

    El estudio del organismo público mexicano ProMéxico, promotor del modelo neoliberal facilita la identificación de las fortalezas y las debilidades de la política de relaciones exteriores. Así, la primera parte trata de los aspectos teóricos de la economía internacional explicando los principales conceptos del comercio internacional, la competitividad de las industrias y la internacionalización de las empresas, destacando el papel estratégico de los apoyos institucionales en el desarrollo de una economía emergente como la de México. Los mecanismos para la promoción internacional de la organización ProMéxico están también detallados para poder entender la relación entre el comercio exterior, la inversión extranjera y el crecimiento económico. A continuación, en una segunda parte se desarrolla un análisis comparativo de las agencias de promoción del comercio exterior destacando las características de la organización y la administración de los proveedores de servicios a nivel internacional. Esté será un criterio para medir la eficacia de la estrategia de promoción de ProMéxico. Luego, en conformidad con los principios del desarrollo internacional, se enunciaran las diferencias con los país competidores. Esta presentación por lo tanto, aborda el entorno cultural, económico, político y social de México a través del funcionamiento de ProMéxico, organismo promotor de la competitividad y la imagen de México en el mundo.

    Sobre la base de datos estadísticos y publicaciones de especialistas proviniendo de las mejores fuentes sobre el tema, se mide las condiciones para que un modelo de negocio tenga el mayor éxito según un contexto específico. Por último, se presentarán algunas propuestas de mejora.

    Palabras claves:

    México, desarrollo, internacionalización, exportación, comercio exterior, inversión extranjera directa, promoción.

    Remerciements :

    Je remercie avant tout Leonardo E. Peña Jacobo, directeur regional de ProMéxico zone sud, Ivan Villa Arnaíz, directeur ProMéxico pour l'État de Puebla, Christiane Breton Rodriguez et Manuel Antonio Hernandez, responsable administratifs de la coordination ProMéxico zone sud ; pour leurs conseils avisés suite aux entretiens réalisés sur le sujet du mémoire. Je remercie Madame Cécile Lavrard-Meyer enseignante de l'Institut de Hautes Études de l'Amérique pour son aide dans la rédaction du mémoire.

    Stage: Assistant de promotion internationale chez ProMéxico.

    Thème : Le rôle d'une organisation de promotion du commerce extérieur dans le développement économique et sociale d'un pays.

    Problématique : L'efficacité de la stratégie de promotion internationale au Mexique.

    Sommaire

    Introduction générale 7

    Description du stage « México es Oportunidad ». 8

    Présentation de l'organisme ProMéxico : 8

    Les tâches et les responsabilités du poste : 9

    Les perspectives professionnelles : 10

    Première partie : La stratégie de promotion pour le développement. 12

    1- Les aspects théoriques : 12

    a- Le processus d'internationalisation des entreprises : 12

    b- Les motivations à l'internationalisation : 13

    c- Les dimensions à prendre en compte dans le choix du marché: 13

    2- L'implication de ProMéxico : 14

    a- La stratégie : 14

    b- Les mécanismes : 16

    3- La compétitivité mexicaine : 23

    a- Les économies d'échelles et la relation avec le commerce extérieur : 23

    b- Quels ont les avantages de l'économie mexicaine ? : 24

    c- Benchmark de compétitivité : 25

    Deuxième partie : L'efficacité de ProMéxico 32

    1- Les agences de promotion du commerce extérieur: 32

    a- Au Mexique : 32

    b- Dans le monde : 34

    2- L'organisation et l'administration de ProMéxico : 35

    a- La gestion : 35

    b- Les outils : 36

    c- Le processus de promotion des exportations : 39

    3- Les objectifs du gouvernement fédéral : 40

    a- Le décret de 2007 : 40

    b- Les avantages compétitifs : 41

    c- Les lignes d'actions pour 2011 : 42

    4- Les résultats : 43

    a- Les forces de ProMéxico : 46

    b- Les obstacles au développement des affaires internationales : 46

    c- L'impact des pôles de compétitivité : 55

    Conclusion générale : 58

    Bibliographie : 61

    Introduction générale

    Le Mexique est par sa population le premier pays hispanique dans le monde mais aussi le premier pays indien d'Amérique latine. Doté d'une histoire riche et multiculturelle, cette république fédérale constitutionnelle célèbre le 16 septembre la fête de l'indépendanceii. La monnaie nationale est le peso mexicain qui est régit par un régime de change flottant indépendant. Le pays est un important producteur et exportateur de café, mais aussi d 'oranges, avocat, maïs, piments, cannes à sucre, tomates, citrons et manguesiii.

    De plus, il s'avère que le Mexique est un grand extracteur d'argent, d'or, de fluorite, de zinc, de plomb, de bismuth, de fluorite et de mercureiv. Enfin, ses réserves de pétrole sont très importantes et sont exploitées par la l'entreprise publique Pemex. Le Pays connait une augmentation des inégalités de richesses et une violence liée au crime organisé et au trafic de drogue ce qui représente un frein pour le développement économique et sociale. Selon le coefficient de Gini (cepal)v, le taux d'inégalités de richesse au Mexique est très important ce qui souligne que la société est constituée en forme de pyramide. Sur ce point, remarquons l'étude de C.R. Prahaalad visur le fait que la croissance des pays émergents s'est produite à partir de la pauvreté. Bien que le pays ait connu une croissance de 2 à 5 % durant les dix dernières années, il faut noter un accroissement des inégalités. Le coefficient de Gini est de 0,5 au Mexique ce qui fait du pays l'un des plus inégal au mondevii.

    La problématique de l'efficacité de la stratégie de promotion au Mexique se pose dès lors que d'important moyens ont été mis en oeuvre pour contribuer au développement international et à l'amélioration de la compétitivité du pays. En effet, il faut noter un changement dans la politique internationale du Mexique par la création du ministère des affaires étrangères et celle de l 'organisation de promotion du commerce extérieur ProMéxico en 2007viii. Souvent, la promotion internationale est très couteuse et les organisations de promotion du commerce extérieur ne fournissent pas les informations requises aux entreprises. Le but de ce mémoire est donc de comprendre l'intérêt pour une économie émergente de bénéficier d'une organisation de promotion du commerce extérieur répondant aux besoins des entreprises locales. En allant plus loin, les conditions de l'efficacité des appuis institutionnels de promotion seront mises en avant. Une analyse comparative du fonctionnement des organisations de promotion du commerce extérieur est donc nécessaire pour identifier les différences et ainsi mettre en avant les forces et les obstacles. À travers le rapport de la Banque Interaméricaine du développement de Christian Volpe Martincus sur l'efficacité des organisations de promotion des exportations ; les particularités dans la gestion administrative et organisationnelle de ProMéxico ainsi que les mécanismes de promotion des exportations seront déterminées. Il s'avère que ProMéxico est une entité innovante puisqu'elle applique des modèles de promotion reflétant une stratégie dynamique de développement international. D'autre part, nous tenterons de mesurer les impacts de la politique commerciale en s'appuyant sur les publications du colegio du Mexico (Colmex) sur les grands problèmes

    du Mexique. Outre les publications « Nueva Historia Mínima de México » qui ont obtenus le prix du journalisme en 2009, le Colmex a aussi publié 16 volumes sur les problèmes du 21ème siècleix et les perspectives du développement économique et social du pays. Ainsi, la population, le développement urbain et régional, les migrations internationales, l'environnement, les inégalités sociales, les mouvements sociaux, l'éducation, les relations sexuelles, la croissance économique et l'équité, la microéconomie, l'économie rurale, les relations internationales, les politiques publiques, les institutions et les processus politiques, la sécurité nationale et la sécurité intérieure, les cultures et les identités sont des thèmes traités permettant d'apprécier les forces et les obstacles du pays. Enfin les publications de « la hora de la igualdad » et les données statistiques de la Commission économique pour l'Amérique latine des Nations Unies (Cepal), et les éléments théoriques sur le commerce international de Paul Krugman, sur la compétitivité de Michael E. Porter ou encore les nombreux articles de presse ont permis de fournir un travail de qualité. L'annuaire du commerce extérieur et des investissements de 2011 du Comce ainsi que les études du département intelligence économique de ProMéxico m'ont permis d'obtenir des données les plus exactes.

    Description du stage « México es Oportunidad ».

    Présentation de l'organisme ProMéxico :

    ProMéxico ® est une institution parapublique du gouvernement mexicain, fondé sur le décret présidentiel publié dans le Journal Officiel de la Fédération le 13 Juin 2007x et qui vise à:

    1) Définir et mettre en oeuvre la stratégie visant a diffuser l'image du Mexique a l'extérieur.

    2) Analyser et attirer l'investissement étranger direct au Mexique.

    3) Analyser et diffuser les opportunités d'exportations pour les producteurs mexicains

    Sa mission est de planifier, coordonner et exécuter la stratégie de Promotion de l'image du Mexique à l'extérieur, attirer des IDE et impulser les exportations de produits mexicains dans le but de contribuer au développement économique et social du Mexique.

    La mission principale de la coordination régionale sud de Puebla est de créer une coopération entre les différents organismes dédiés au commerce extérieur tels que les délégations du ministère de l'économie (SE), le programme Pymexporta, le congrès du commerce extérieur (COMCE), les délégations du ministère du développement économique (SEDECO), les chambres sectorielles et autres associations civiles comme la chambre de l'industrie de la transformation (CANACINTRA). Chaque organisme intervient de manière conjointe dans les différentes étapes du processus d'internationalisation des entreprises. C'est aussi une fenêtre d'accueil régional pour les entreprises locales par la diffusion de services facilitant les exportations de celle-ci. La structure héberge la direction régionale de la zone sud regroupant les États de Puebla, Tlaxcala, Morelos, Veracruz, Oaxaca, Guerrero.

    Les tâches et les responsabilités du poste :

    Après avoir réalisé un échange universitaire à Monterrey en 2008- 2009 dans la région nord-est du Mexique, j'ai décidé de cibler ma carrière professionnelle sur les affaires internationales au Mexique. Attiré par le conseil et l'analyse, une expérience au sein d'une organisation de promotion du commerce extérieur pouvait m'apporter un bagage de connaissances supplémentaire sur les mécanismes institutionnels de promotion et les secteurs stratégiques de l'économie mexicaine.

    A partir du mois de Janvier 2011, je suis entré en contact avec le directeur de la coordination régional sud de ProMéxico en Puebla. Après deux entretiens réalisés par skype, il était convenu que je réalise un stage sur le thème de l'année du Mexique en France. Cependant, le conflit diplomatique entre la France et le Mexique suite à l'affaire Florence Cassez a modifié le programme des activités que je devais réaliser.

    Malgré tout, j'ai décidé de partir au Mexique afin d'exercer la fonction d'assistant de promotion international. Mes activités quotidiennes auront été divers tout au plan opérationnel que théorique. La coordination régionale sud de Puebla est une délégation intégrée au département de promotion des exportations de ProMéxico. Durant mes 6 mois de stage, mes tâches auront été :

    · Actualisation des annuaires de sociétés exportatrices

    · Support administratif aux initiatives promotionnelles et aux projets d'exportations ou d'attraction d'investissements directs étrangers (IDE).

    · Élaboration de rapports statistiques pour la sélection des opportunités pour les entreprises mexicaines.

    · Maitrise des bases de données internationales

    · Diffusion d'opportunités de commerce extérieur pour les produits mexicains

    · Promotion des services à l'exportateur et à l'investisseur dont le calendrier de foires internationales avec stand institutionnel, portal Exportanet B2B ou l'agenda d'affaires.

    · Services de soft landing pour les investisseurs étrangers au Mexique

    · Services de conseil aux petites et moyennes entreprise (PME) mexicaines intéressées par une introduction un marché étranger.

    · Soutien et suivie des projets d'exportations actuels.

    · Promotion et organisation de séminaires de formation professionnelle en affaires internationales.

    · Identification et développement de fournisseurs locaux pour les firmes multinationales (FMN).

    · Maitrise des systèmes institutionnels pour le suivi des projets et services.

    Outre ma présence au bureau situé dans la délégation du ministère de l'économie à Puebla pour
    diffuser la gamme de services aux entrepreneurs de la région; j'ai aussi participé à des réunions et des

    visites d'entreprises petites et grandes tels que SKF de México S.A. DE C.V., Grupo La Providencia, Mármoles Manantial S.A. DE C .V., Copa de Oro S.A. DE C.V., El recetario de naty S.A. DE C.V.

    J'ai participé à la diffusion et l'organisation de cours de formation professionnelle sur la réglementation et les critères pour exporter des aliments et des médicaments aux États-Unis comme les normes d'étiquetage de l'administration des aliments et des médicaments (FDA) ou le cours Fedex sur les nouvelles règles de caractère général en matière de commerce extérieur.

    Grâce à la politique de développement du capital humain de ProMéxico, j'ai suivi une formation sur la réglementation des services de promotion et l'outils de gestion informatique de ProMéxico.

    Enfin, j'ai pu assister au congrès de commerce extérieur (COMCE) et aider la représentation du stand de ProMéxico lors des conférences dont la thématique était l 'innovation et la compétitivité. J'ai représenté l'institution ProMéxico lors de la réunion national du conservatoire de la culture de la gastronomie mexicaine à Puebla en défendant la promotion de l'image pays à travers une série de propositions sur la promotion des ingrédients alimentaires et des techniques de cuisine à l'étranger. La gastronomie mexicaine est reconnue au patrimoine immatériel de l'Unesco.

    J'aurai dédié un peu plus de temps à promouvoir et diffuser le pavillon ProMéxico de la foire Iberjoya du secteur de la bijouterie fine en élaborant une base de données sur les entreprises de l'État de Guerrero et aidant les entrepreneurs dans la définition de leur business plan. Cela m'aura permis de cibler les entreprises selon leurs caractéristiques afin de répondre plus rapidement aux opportunités d'affaires du secteur comme la bijouterie à bas prix.

    Mes activités de promotion des missions commerciales en Chine, Espagne, Pérou, États-Unis ont aussi été fructueuses notamment pour les produits ethniques tels que les confiseries, le café de Veracruz, le chocolat de Oaxaca, les chips mexicaines, le mezcal de Oaxaca, les sauces et les piments.

    J'ai réalisé des fiches économiques sur les différents États de la région sud (Guerrero, Tlaxcala et Morelos) et sur les entreprises suivantes implantées dans l'État de Tlaxcala : Simec, Schneider Electric, Euwe Eugen Wexler, Homag, Agraquest, Saint Gobain Vetrotrex, La Providencia, Porcelanite Lamosa, Metal y Madera entre autres.

    De plus, j'ai travaillé sur différents projets de recherche de fournisseurs pour la grande distribution aux États-Unis, Canada et Uruguay et sur l'évaluation de projet d'investissements d'entreprises chinoises, espagnoles, argentines.

    Les perspectives professionnelles :

    Le conseil en développement d'affaires internationales est un métier pour lequel j'aurais été formé à travers la promotion de services pour faciliter le commerce extérieur et l'internationalisation de entreprises. Dans cet optique, j'envisage de créer ma propre société de conseil en commerce extérieur proposant des actions de marketing international pour aider les pme au potentiel exportateur dans l'élaboration de leur plan d'affaires (diagnostique de l'entreprise sur sa stratégie de croissance,

    traduction de catalogue de produits, pages internet, fiches techniques, adaptation des étiquettes, élaboration de liste de prix ex-works et rentabilité, prospection d'importateurs, rapport sur les critères pour exporter dans le pays ciblé, rapport statistiques sur les tendances ...). Dans un deuxième temps, je souhaiterai agir comme bureau de représentation réalisant le processus d'exportation depuis la prospection jusqu'au paiement de la marchandise en passant par la négociation et la livraison.

    Première partie : La stratégie de promotion pour le développement.

    1- Les aspects théoriques :

    Selon le consensus de Washington reprenant les dogmes du développement, une économie émergente doit réduire l'intervention étatique pour pouvoir profiter des opportunités de la mondialisation. Ainsi dans son ouvrage intitulé «The Progress of Policy Reform in Latin America », l'économiste américain Williamson prône la libéralisation du commerce extérieur, du système financier, des investissements étrangers et l'orientation de l'économie vers les marchés extérieurs permet de créer un contexte favorable pour la création de richesse. Cette vision néolibérale est donc impulsée par l'organisme ProMéxico qui intervient de manière stratégique dans les différentes étapes et dimensions du processus d'internationalisation des entreprises.

    a- Le processus d'internationalisation des entreprises :

    Cet aspect est nécessaire pour comprendre les mécanismes d'intervention étatique mesurés dans un contexte néo libéral. Le processus d'internationalisation des entreprises se décomposent en 5 étapes qui évoluent selon l'expérience et les connaissances apportées :

    1- Exportations passives : opportunités déclenchées sur le marché extérieur par exemple lors d'une foire internationale ou après la promotion de l'offre (envoie d'échantillons, catalogue, liste de prix Ex Works).

    2- Exportations actives: l'entreprise adopte une stratégie de concentration ou de diversification selon le numéro de marchés visés. L'exportation indirecte est celle qui est réalisé par un intermédiaire (agent de représentation) présent dans le pays d'origine.

    3- Exportations continues: phase de consolidation des marchés selon la proximité géographique et culturelle et les barrières d'accès. Dès lors, l'entreprise va adapter son produit aux besoins du marché par la promotion et la publicité. Souvent, le département de commerce extérieur est crée.

    4- Implantation d'une succursale: établissement dans un réseau de distribution dans le pays à travers le contrat de franchise, la licence de fabrication, la joint-venture.

    5- Production dans le pays d'accueil : une firme multinationale décide de fabriquer ses produits dans le pays avec la création de division régionale et cela dans le but de réduire les coûts de transport, surpasser les barrières à l'importation et de pouvoir stocker ses produits dans le pays.

    b- Les motivations à l'internationalisation : First landing selon la théorie Ownership-Location-Internationalizationxi.

    Le point de départ dans la prise de décision de s'internationaliser est la structure de l'organisation, c'est à dire les actifs stratégiques et disponibles de celle-ci. Ensuite, plusieurs facteurs entrent en jeu :

    - Les compétences spécifiques de l'entrepreneur

    - Le marketing et la vieille technologique

    - Le degré d'internationalisation des nouveaux clients

    - Les appuis institutionnels à l'export et à l'internationalisation

    - La diversification des risques

    - La saturation du marché domestique - L'approche concurrentielle

    c- Les dimensions à prendre en compte dans le choix du marché:

    Elles sont trois et leur importance et priorité dépendant de la stratégie d'internationalisation de l'entreprise :

    - Physique : coût de la prospection et du transport.

    - Culturelle : langue, religion, liens historiques.

    - Socio-économique : niveau d'éducation, régime politique.

    -

    Finalement l'étude du colegio de México sur la vision des investisseurs étrangers au Mexique détermine les facteurs décisionnels de l'internationalisation sont mis en avant. Ainsi, les pme européennes se sont établies dans le pays pour les raisons suivantes :

    - Réformes économiques et juridiques pour consolider les processus d'internationalisation

    - Saturation des marchés européens

    - Mondialisation de l'économie

    - Nouvelles règles de concurrence et intégration des marchés

    D'autre part remarquons que le processus d'internationalisation des pmes européennes peut être divisé en deux phase : la commercialisation et la production. Dans la première, les entreprises ont d'abord opté par la distribution non exclusive puis ont établis des filiales commerciales. Dans la deuxième phase, la production consiste à assembler des parties importées depuis le pays d'origine puis à recherche des composants au Mexique pour établir un processus complet. Il faut aussi remarque que les investissements étrangers dans le pays sont des investissements créatifs dits « Greenfield ».

    2- L'implication de ProMéxico :

    a- La stratégie :

    ProMéxico intervient par une gamme de services à l'exportateur et l'investisseur afin de créer un contexte favorable pour l'offre mexicaine afin de consolider le Mexique comme une plateforme pour l'exportation et l'accès aux marchés d'Amérique du nord et d'Amérique centrale.

    Il faut donc remarquer que la stratégie de promotion des exportations, des investissements et des affaires internationales a un lien avec les étapes du processus d'internationalisation. La gamme de services s'adapte aux étapes et aux besoins des entreprises qui souhaite s'internationaliser.

    Le modèle de projet d'exportation basé sur la demande définit par ProMéxico correspond à l'étape d'exportations passives. L'entreprise n'est pas forcément prête à exporter, à augmenter sa capacité productive et à adapter son produit aux exigences du marché demandeur. Les agences présentes à l'extérieur (Orex) déterminent les opportunités d'affaires par la sélection de foires internationales stratégiques durant lesquelles ProMéxico va monter un pavillon national, par un service de promotion de l'offre exportable qui consiste à envoyer des échantillons, un catalogue, une liste de prix (sorti d'usine) à des importateurs existants sur le marché ou encore par un conseil sur les procédures, les tendances de prix et les normes }a respecter pour exporter dans le pays. En ce qui concerne l'étape d'exportations continues, ProMéxico a développé une gamme de service de marketing international comme le design d'étiquettes et de packaging, la campagne de promotion, l'implantation de normes et de certifications qui consiste en un remboursement. Aussi, il existe une aide pour établir un centre de distribution à l'étranger

    La stratégie de promotion des exportations a été définit selon 3 piliers :

    Phase 3: Promotion internationale

    Actions de Promotion mis en place conjointement avec les ambassades, consulat et service commerce ProMéxico à l'étranger pour identifier les possibles acheteurs, la participation aux foires internationales, les agendas d'affaires, l'accompagnement dans le processus de négociation et de conclusion. Campagne sur l'image de Mexico comme opportunité.

    Phase 1 : Les projets d'exportation :

    Regroupement des entreprises d'un secteur avec pour objectif d'augmenter et de diversifier les exportations par le biais d'une stratégie partagée.

    Phase 2: Le réseau de partenaires stratégiques

    Alliances avec les chambres sectorielles, les associations et les gouvernements dans le but de promouvoir et développer des marchés d'exportation.

    Source : Traductions de l'espagnol ProMéxico, intelligence économique 2011.

    b- Les mécanismes :

    Les modèles de promotion commerciale du département de promotion des exportations (UPE) se relient avec ceux d'attraction d'IDE :

    Source : Traduction de l'espagnol ProMéxico, intelligence économique 2011.

    1. Modèles de Planification (Détection d'opportunités)

    2. Modèles de Promotion

    UPE

    3. Promotion commerciale

    5. Attraction d'Investissements

    4. Modèles hybrides

    4.1. Alliances avec les FMN

    3.1. Projets de Demande

    3.2. Projets d'Offres

    3.3. Integrés à l'Offre exportable

    5.2. Attention permanente Aftercare

    5.1. Promotion internationale

    5.3. Softlanding

    Le soutien des exportations se réalise à travers une série d'incitations qui permettent d'aligner l'offre exportable mexicaine avec la demande internationale. ProMéxico intervient en communicant des cas de réussite afin de permettre :

    - Une détection des marchés les plus importants dans le monde en termes de géographie et de secteurs.

    - Une analyse de la compétitivité de l'offre mexicaine dans chaque marché potentiel.

    - Une détection des niches de haute compétitivité qui peuvent générer une exportation rapide.

    - Un annuaire international détaillé

    - Une plateforme publique online avec information sur les exportations et les opportunités.

    - Un processus de certification des exportateurs

    - Un service d'attention et d'après vente aux exportateurs.

    Pour soutenir la création d'entreprises, notamment celle des petits et moyens exportateurs de la région et assurer leur pérennité, ProMéxico effectue diverses mesures visant à promouvoir les exportations indirectes, c'est à dire en y ajoutant de plus en plus une valeur ajoutée aux produits finis, qui seront ensuite vendus à l'étranger.

    En ce sens, l'institution a lancé deux nouveaux projets de promotion. Il s'agit du programme de Partenariat avec les Sociétés transnationales (ACT) et celui de promotion commerciale émanée de la demande.

    Le modèle ACT (accompagnement des FMN) : le développement de fournisseurs locaux.

    Avec le programme «Partenariat avec les sociétés transnationales», ProMéxico vise à développer une «grande chaîne» de fournisseurs locaux aux sociétés multinationales basées dans le pays, en stimulant les exportations afin d'inclure davantage de revenus issus de produits finis, d'encourager la modernisation de la production nationale et de développer de nouvelles compétences. Un autre des avantages offerts par le programme ACT est qu'une fois que la société mexicaine est incorporée en tant que fournisseur, elle dispose des certifications nécessaires et peut devenir un fournisseur d'autres sociétés à l'étranger.

    Aussi, en créant une chaîne d'approvisionnement, notre pays a un attrait particulier pour d'autres entreprises avec des exigences semblables, car elles garantissent la livraison des composants.

    ,

    nza con Cov TransnacionalesFortalecimiento (A

    ra

    Source : ProMéxico, intelligence économique 2011.

    Avec le programme de partenariat, les objectifs des sociétés transnationales sont remplis. Ce

    portaciones

    program

    snacn

    me partagé par le gouvernement fédéral et les entreprises, vise à augmenter leur approvisionnement national, les opérations de déplacement au Mexique et provoque des cycles

    Rquerimientos de nsuos Cacti d de

    d'innovation.

    e

    Fait important, la sélection de fournisseurs potentiels de sociétés multinationales se fait selon les profils

    del

    ert

    resas

    recherchés par les entreprises elles-mêmes. Le but final du programme est d générer des exportations

    exterior

    de manière continue.

    Nissan cherche à attirer des fournisseurs au Mexique à travers ce modèle. xii

    3

    Le projet d'exportation émané de la demande étrangère : la recherche d'opportunités.

    L'autre programme qui se développe ProMéxico pour appuyer l'approche exportatrice appelée Projet Quest, est fonction des besoins des marchés internationaux. Ce programme favorise les producteurs nationaux qui répondent aux exigences des consommateurs étrangers.

    Des projets d'exportation émanant de la demande provenant d'une analyse de rentabilisation traités par les offices ProMéxico à l'étranger (OREX) de la demande de produits par les gros acheteurs. Pour répondre à ces besoins, il faut un "suivi" des producteurs nationaux qui pourraient remplir ce magasin. Le processus d'identification d'offre exportable correspond à une méthodologie pour sélectionner les secteurs et les produits compétitifs. L'analyse du département d'intelligence économique sur la base des 177 groupes de produits référencés dans le système harmonisé de de fractions douanières a permis de segmenter 4 grand groupes de produits. Selon les critères suivant : intensité de la demande mondiale et part des exportations mexicaines dans le total.

    En 2009, les secteurs suivants sont ceux qui représentaient le plus d'opportunité pour l'offre exportable mexicaine selon l'analyse du département d'intelligence économique :

    Agroalimentaire, aérospatial, textile et confection, chimie, électronique-électrique, santé, soin et beauté, agrobusiness, automobile.

    dos de rooó de

    Source : ProMéxico, intelligence économique 2011.

    Avades ld

    Une fois que les similitudes (business matching) ont été trouvées entre l'offre et la demande, ProMéxico

    Modl d Dd

    de Negoco conprocède à la préparation des missions d'acheteurs ou d'exportateurs c'est à dire la définition du 6 Siit del Comprado
    planning des réunions bilatérales et la promotion des mécanismes permettra aux produits mexicains de
    Impacto del Pts'adapter parfaitement aux exigences des différents marchés. Le but final de ce programme est d'établir

    5 Agenda/

    des contrats de moyen terme entre importateurs et exportateurs.

    NegocioGrâce à ces programmes et autres activités réalisées en continu ProMéxico comme la présence aux

    Compraor

    s por Ejcutvos 4. Conenio Carta

    événements internationaux, les séminaires, les missions commerciales, les forums d'investissement,

    de Trabjo

    entre autres, l'institution contribue à édifier, consolider et promouvoir les exportations et attirer les

    3. Identificció de

    oferta exortableinvestissements, la promotion la création d'emplois et la promotion du développement économique et

    cli

    compradores, visitas a empresas y

    social du Mexique.

    Un autre appui institutionnel est celui du ministère de l'économie par le programme Duty-Free à l'importation dit IMMEX xiii.

    Le décret pour la promotion de l'industrie de la fabrication, les maquiladoras et les Services d' exportations (IMMEX) a été publié au Journal officiel de la Fédération (DOF) le 01/11/2006 et il y a eu deux amendements le 16/05/2008 et le 24 / 12/2010.

    Définition :

    Le programme IMMEX est un instrument à travers lequel est autorisée l'importation temporaire des marchandises nécessaires à une utilisation dans un procédé industriel ou d'un service à l'élaboration, la modification ou la réparation de produits étrangers importés temporairement pour l'exportation ou la fourniture de services l'exportation, sans paiement pour couvrir la taxe générale d'importation, la TVA et, le cas échéant, les droits antidumping.

    Sous une autre forme, le programme IMMEX offre à ses détenteurs la possibilité d'importer temporairement sans franchise de taxes à l'importation et de TVA, les biens nécessaires à l'utilisation dans un procédé industriel ou d'un service à l'élaboration, la modification ou la réparation de produits étrangers importés temporairement pour les services à l'exportation ou à l'exportation.

    Ces actifs sont regroupés dans les catégories suivantes :

    I. - Les matières premières, les pièces et les composants qui seront affectés entièrement à des marchandises d'exportation ; les carburants, les lubrifiants et autres matières prêts à être consommés durant le processus de production des marchandises d'exportation ; les contenants et les emballages ; les étiquettes et les brochures .

    II.- Les conteneurs et les camions remorque.

    III.- Les machines, les équipements, les outils, les outillages, les moules et les pièces pour les processus de production ; les équipements et les appareils de contrôle de la pollution ; de recherche ou de formation, la sécurité industrielle, les télécommunications et l'informatique, de laboratoire, de mesure, les essais de produits et de contrôle de la qualité ; ainsi que ceux impliqués dans la manipulation des matières directement liées à l'exportation des biens et des autres personnes impliquées dans le processus de production ; l'équipement pour le développement administratif.

    Les services à l'exportation peuvent être la conception, le développement des marques, la réingénierie, la comptabilité tout ce qui se passe par un processus d'externalisation.

    Le programme permet une meilleure fiscalité par le contrôle de l'activation de la RFC (registre mercantile), l'enregistrement des journées portes ouvertes, et le programme FEA-SAT. Tous les procédés de fabrication qui sont complémentaires peuvent accéder au programme complet IMMEX.

    Pour profiter des avantages d'un programme IMMEX les entreprises doivent être conformes aux conditions précisées dans le décret sur la question. L'autorisation ne sera accordée contre l'engagement de réaliser des ventes à l'étranger pour un montant de plus de $ 500 000 ou son équivalent en monnaie locale à destination des États-Unis d'Amérique ou les entreprises qui facturent au moins 10% des chiffre d'affaires total par des exportations.

    Le titulaire d'un Programme IMMEX doit présenter un rapport annuel par voie électronique, des ventes totales et des exportations de l'année financière précédente. En outre, la société doit présenter des informations à des fins statistiques, selon les termes établis par les règles et les critères généraux du ministère de l'économie. (Questionnaire INEGI). Les exigences du programme d'achat figurant à l'article 11 du chapitre 3 du décret. La possibilité d'annulation visée à l'article 27 du chapitre 9 du décret.

    Les principales modifications apportées au décret IMMEX:

    les décrets ALTEX et ECEX sont abrogées le jour ouvrable suivant la publication des amendements au décret (27/12/2010). En effet, les décrets ECEX et ALTEX se joignent pour les facilités administratives et les avantages fiscaux accordés aux particuliers. Le décret exécutif qui réglemente ces concepts, consolide alors les deux premiers régimes mentionnés dans ce dernier instrument, afin de générer des économies pour le gouvernement fédéral dans la gestion et la surveillance d'une seule sécurité juridique ; pour la transparence et la continuité du fonctionnement des entreprises,

    L'article 34 dans son deuxième paragraphe prévoit que: Les sociétés du programme qui exportent des marchandises ont droit à un remboursement de la TVA en obtenant un crédit sur leurs revendications dans un délai ne dépassant pas vingt jours, à l'exception cas prévu par l'article 6, section IX du présent décret.

    Les fonds de coopération internationale :

    Fonds ProMéxico: Il s'agit de soutenir les grandes entreprises ayant une vision sociale de l'investissement.

    Fonds ProCei: Mis en place en Mai 2011, le ProCei est un fonds de coopération entre le Mexique et
    l'Union européenne qui consiste à soutenir la recherche et développement des petites et moyennes

    entreprises en facilitant l'accès aux marchés par l'obtention des certifications requises. Ainsi ce programme vise à augmenter la compétitivité des petites et moyennes entreprises mexicaines à travers l'intégration des technologies et processus d'innovation nécessaires.

    De plus, ce fonds permet de développer une intelligence commerciale. Impulsé par les bonnes relations diplomatiques qu'entretiennent les deux acteurs avec notamment la signature de l'accord d'association stratégique et la mise en place du traité de libre commerce (TLCUEM), le ProCei est un moyen d'impulser la relation commercial entre l'UE et le Mexique.

    Le programme finance la formation, l'assistance technique, les études de marché, les ateliers, les équipements, les licences, les matériels de construction.

    Le ProCei a été conçue pour travailler de manière conjointe avec les institutions telles que les chambres sectorielles et autres associations civiles.

    3- La compétitivité mexicaine :

    a- Les économies d'échelles et la relation avec le commerce extérieur :

    Selon M.E Porter (1991), puisque l'objectif principal d'une nation est de produire un niveau de vie élevé pour ses citoyens, la compétitivité est donc liée à la capacité à obtenir le bien être. La libéralisation du commerce extérieur, du système financier et des investissements étrangers et l'orientation de l'économie vers les marchés extérieurs facilite la recherche et l'apprentissage des opportunités d'affaires.

    Le commerce international produit aussi donc des effets directs et indirects sur le marché du travail et l'emploi à travers le processus d'ouverture commerciale. Selon la théorie du commerce international reprise par Paul Krugman et Maurice Ofstede xiv, une économie doit s'ouvrir aux échanges dès lors qu'elle propose une offre de biens différenciés. Ainsi, le modèle Mundell Fleming dit « IS LM » du marché des biens d'une économie ouverte démontre l'intérêt d'appliquer une politique de relance par la demande étrangère. Mettant en avant les relations d'interdépendances et les risques de contagions conjoncturelles, ce modèle prône que la hausse des exportations permet un effet multiplicateur sur le revenu national. La hausse de la demande étrangère augmente le produit intérieur brut et améliore la balance commerciale (excédent commercial). Une économie qui laisse se déprécier la monnaie peut dans ces conditions augmenter cet effet multiplicateur.

    Il faut remarquer que les relations d'interdépendances du Mexique ont été nécessaires pour combler des besoins politiques, économiques et culturels. Par le biais de nombreux accords stratégiques et de l'accord de libre échange nord-américain ratifié en 1994, le pays s'est trouvé des partenaires dans le monde entier. Les institutions mexicaines du commerce extérieur interviennent dans le développement

    économique par l'intermédiaire de facilités et incitations dont le but est l'amélioration des conditions de travail.

    Par ailleurs, de nombreux modèles économétriques ont démontré que la spécialisation et l'urbanisation sont des facteurs de croissance et de création d'emploi. Ajouté au réseau d'accords de libre-échange, le Mexique dispose des conditions pour devenir une économie compétitive sur le plan mondial.

    Le groupement d'entreprises ou les alliances permettent de consolider les organisations et d'apporter toujours plus d'innovation par effet de synergie. Le regroupement des entreprises par la formation de cluster est un modèle qui permet d'augmenter la compétitivité mexicaine en créant des économies d'échelles externes. Rappelons que pour M.E Porter, un cluster est un groupe d'entreprises et d'institutions partageant un même domaine de compétence, proches géographiquement, reliées entre elles et complémentaires. Ainsi, il y a un lien entre le choix de la localisation industrielle et les processus industriels, la organisation d'entreprise et l'innovation technologique. Le cluster permet de profiter des nouvelles innovations de procédés comme le Just-in-time et la flexibilité.

    Enfin, selon l'économiste américain Paul Krugman reprenant les bases de l'analyse régionale d'Alan Marshall en 1920, une économie qui développe une spécialisation dégage des économies d'échelles externes dites dynamiques. En effet, le choix de la localisation permet de bénéficier d'une main d'oeuvre qualifiée, de fournisseurs spécialisés et de transfert de connaissances assurant la croissance du secteur. Cette concentration de l'activité caractérisée par la présence d'un petit nombre de firmes souligne les effets positifs de la concurrence parfaite. La taille critique du marché et donc du cluster industriel permet de réduire le coût unitaire de production. Il se passe un commerce souvent intra branche avec des importations et exportations entre entreprises du même domaine d'activité stratégique localisés dans des pays de même niveau de développement. Les entreprise décident de s'implanter selon des critères comme les programmes d'incitations, la taille des industries, le coût de transport, les salaires, le coût de l'énergie ou encore les impôts.

    b- Quels ont les avantages de l'économie mexicaine ? :

    De plus, le Colegio de Mexico a réalisé une étude sur la vision des investisseurs étrangers basée sur des entretiens avec des dirigeants de petites et moyennes entreprises européennes implantées au Mexique, et de fonctionnaires mexicains et étrangers opérant dans des organismes dédiés à l'attraction des investissements. Les pme européennes ont pu s'implanter au Mexique avec succès pour les raisons suivantes :

    - Le potentiel et la taille du marché interne.

    - La localisation géoéconomique : possibilité d'exporter vers les États-Unis, le Canada, l'Amérique

    centrale et le nord de l'Amérique latine.

    - La proximité culturelle pour les pme espagnoles.

    - Le coût de la main d'oeuvre et le niveau de formation.

    c- Benchmark de compétitivité :

    Une étude comparative des économies émergentes concurrentes du Mexique nous permet de comprendre la stratégie de promotion internationale. La développement d'avantage compétitifs est la priorité du pays. Certains critères ont été sélectionnés comme référence globale puis dans un deuxième temps, sur la base des indices élaborés pour le World Economic Forum, un graphique a pu mettre en avant certains avantages spécifiques pour les investisseurs étrangers. Il's'avère que le Mexique doit améliorer sa compétitivité puisque le pays se trouve à la position 66 dans le classement de l'indice de compétitivité globale.

    Sources Propre élabo ration a partir des données de World Economic Forum, Doing Business, Conference des Nations Unies sur le Commerce et le Développement

     

    Agence de promotion du commerce extérieur

    Secteurs
    prioritaires

    Ouverture
    commerciale

    Incitations

    Qassement
    GCI de WEF
    2010-
    2011

    Qassem

    ent Doing Business 2011

    Principaux
    investisseu
    rs
    extrangers

    Prmcipaux
    marches
    de
    destination

    Indice

    de
    concent
    ration

    du
    marché
    2009

    Indicede
    diversificati
    on des
    exportation
    s2009

    Taux de croissance annuel moyen des exportation sen valeur (20052010) (%)

    Mexico

    ProMéxico, agence
    publique crée en
    1997
    www.promexico.go
    b.mx

    Automobile
    Aérospatiale
    Electrornque

    Electrique
    Agroalimentaire

    Tourisme
    Metalmecanique

    43 partenaires strategiques (Alena,Tlcuem, Chili, Japon,

    Pérou ...)

    OUl

    66

    35

    Etats-Urns
    d'Amerique,
    Canada

    Etats-Unis
    d'Amerique,
    Canada,

    0,144

    0,400

    4,29

    Brasil

    Apex, agence
    publique crée en
    2003
    www.apexbrasiLco
    m.br

    Sciences de Ia vie
    Pétrole et gaz
    Tourisme Joint-

    Ventures
    Electrornque
    Technologies de
    l'infbrmation

    Accords strategiques avec les pays émergents

    (Afrique,
    Turquie, Iran,
    Mercosur...)

    NON

    58

    127

    Chine, Etats-
    Urns,
    Espagne

    Chine, Etats-

    Unis,
    Argentine,

    Union
    Europénne

    0,118

    0,506

    9,53

    Chile

    ProChile, agence
    publiquecréeen
    1974
    www.prochile.cl

    Aliments Vms
    Produitsdelamer
    Services Minerais

    3 accords d'association, l6traitéde libre échange, 1 accord partiel

    (58 pays)

    OUI

    30

    43

    -

    Etats-Unis,
    Espagne,
    Canada

    Chine, EtatsUnis,Japon, Corée du Sud, Brésil

    0,362

    0,745

    6,45

    Source : World Economic Forum

    Ce graphique xv montre que le Mexique doit améliorer ses résultats en termes de droit de la propriété, éthique et corruption, trafic d'influence, efficacité du gouvernement, sécurité. Ces variables sélectionnées affaiblissent la compétitivité internationale du pays.

    Reprenant l'étude sur la vision des investisseurs étrangers au Mexique du Colegio de México, nous remarquons que le Mexique a des avantages additionnels sur ces voisins d'Amérique latine. Bien qu'ayant un marché interne plus important, Brésil est moins attractifs pour sa localisation géoéconomique et sa barrière linguistique. L'Argentine est un petit marché avec une économie instable, le Chili reste attractif mais ne dispose des partenariats stratégiques du Mexique tandis que le Venezuela et la Colombie sont victimes de leur instabilité politique et économique.

    Une analyse du commerce international du Mexique a pu mettre en avant certains avantages compétitifs qui nous permettent de confirmer la stratégie de croissance basée sur une offre exportable diversifiée.

    Le tableau suivant montre que le Mexique est une économie proposant une offre diversifée bien que les exportations de pétrole represente 12% du commerce international. L'indice de Herfindahl-Hirschmann est un indice mesurant la concentration du marché. Il est établi en additionnant le carré des parts de marché (généralement multipliées par 100) de toutes les entreprises du secteur considéré. Plus l'IHH d'un secteur est fort, plus la production est concentrée. L'IHH est utilisé en droit de la concurrence par les autorités de concurrence à deux titres : en valeur absolue et en variation (avant et après l'opération

    de concentration envisagée). Les 7 marchandises qui apparaissent représentent celles qui sont le plus exportées en valeur.

    Indice de concentration du marché xvi(0 à 1). Si proche de 0 alors l'offre est diversifiée.

    Source : Commission économique pour l'Amérique latine des Nations unies.

    Le tableau suivant montre l'indice du commerce intra-branche de Grubel-Lloyd. Il s'agit de déterminer les importations et les exportations de même type de bien d'un même secteur. Les pièces de collection d'art, les appareils et machines électriques, pierre et le gravier, les bijoux, le sucre et le miel, les accessoires de véhicules sont les produits les plus échangés de manière intra-branche.

    Indice du commerce intra-branche xvii(0 à 1). Si proche de 1 alors seulement il y a un commerce intra-branche.

    Source : Commission économique pour l'Amérique latine des Nations unies.

    Les caractéristiques de l'État de Tlaxcala xviii:

    Tlaxcala est un État en plein développement économique et social qui représente de nombreuses opportunités pour les entrepreneurs. Ses avantages compétitifs sont :

    - Localisation géographique stratégique : 125 km de la capitale, 40 min de Puebla et 100 km du port de Veracruz

    - Main d'oeuvre jeune, abondante et qualifié

    - Infrastructure et logistique industrielle : réseau d'autoroutes de 2,470.20 km et de voies ferrés

    de 306.5 km, parques industriels Ciudad Industrial Xicohténcatl I,II,III, Centre de distribution - Réseau d'accords commerciaux

    - Industries dynamiques et intégrées pour les secteurs textile et confection, automobile,

    plastique, sidérurgie, agroalimentaire.

    - Marché domestique : 100 millions de consommateurs.

    - Stabilité économique et social : faible taux de criminalité risque pays.

    Les coûts énergétiques dans le parc industriel de la Ciudad Industrial Xicohtécatl montrent que l'État est compétitif sur le plan national :

    Source: Tlaxcala, a good place to invest, SEDECO Tlaxcala (2010).

    L'État est en train d'améliorer son offre éducative. Il compte 4 universités et instituts de technologies. De plus, une série d'incitations favorise l'attraction des investissements :

    - Les taxes salariales peuvent s'abaisser de 50 à 100%

    - Réduction de 25 à70% du crédit pour l'acquisition de machines, ordinateurs, biens de

    construction.

    - Réduction de 50 à 100% des taxes sur la propriété sur une période de 5 ans.

    - Programme de formation et de stage professionnel sur 3 ans.

    - Assistance dans l'administration

    - Réduction de 50% à 100% du montant de la licence de construction

    - Subventions et prêts à taux préférentiels - Ventes de terrains à prix préférentiel.

    L'Institut mexicain pour la compétitivité (IMCO) classe l'État de Tlaxcala à la 20ème position. Selon le classement Doing Business de la banque mondiale en 2009, la ville de Tlaxcala se positionne à la 23ème place. Le Produit Intérieur Brut de l'État de Tlaxcala fut de 61,274 millions de pesos à prix courants en 2009. Les entreprises principales de l'État sont Grupo Textil Providencia, Zentrix Confección, Grupo Simec, Euwe Eugen Wexler, Grammer Automotive, Saint Gobain América, OCV México. En 2010, l'État a recu 9,1 millions de dollars d'investissements directs étrangers selon le Comce. L'État compte 3 parques industriels : à Humantla (Cuidad Industrial Xicohténcatl 2), à Tetla (Ciudad Industrial Xicohténcatl 1), à Tlaxco (Ciudad Industrial Xicohténcatl 3).xix

    ProMéxico a détecté 22 opportunités d'affaires pour les investissements directs étrangers (leads) qui se répartissent dans les secteurs suivants:

    o Plastique (2 opportunités)

    o Autoparties (9 opportunités)

    o Textile (3 opportunités)

    o Chimie (3 opportunités)

    o Metalmecanique (4 opportunités)

    o Materiaux de construction (1 opportunité)

    Deuxième partie : L'efficacité de ProMéxico

    1- Les agences de promotion du commerce extérieur:

    a- Au Mexique :

    Comce :

    Le conseil entreprenariat mexicain du commerce extérieur, investissement et technologies a été fondé en 1999 par une initiative du secteur privé afin de créer un organisme dédié à la promotion du commerce extérieur, l'investissement étranger et le développement technologique. Le comce s'est intégré par la fusions des organismes suivants : le conseil entrepreunariat méxicains des affaires internationales (CEMAI) et le conseil national du commerce extérieur (CONAMEX).

    Il fait la promotion des services que prêtent les organismes publics comme la formation, les missions commerciales, l'assistance technique, les études de marchés, les opportunités commerciales et les réunions avec les conseillers commerciaux. L'organisme travaille en collaboration avec le fond de financement pour les pmes du ministère de l'économie, le ministère des affaires étrangères, la direction général des douanes, ProMéxico, Bancomext, Conacyt, les institutions internationales comme l'Union Européenne, Le Mercosur, l'Organisation Mondiales du Commerce entre autres.

    Soutenir et promouvoir les entreprises établies à travers une politique de développement durable qui applique des principes permettant la réduction des impacts externes, la réduction des coûts, le renforcement interne et la projection sur les marchés internationaux.

    Le Comce publie un annuaire national avec des analyses sur l'environnement économique, le commerce extérieur et les investissements étrangers. Les profils des États de la République, les entreprises exportatrices, les entreprises de services et les organisations dédiées au commerce extérieur sont aussi décrites.

    Pymexporta :

    Le centre Pymexporta de Puebla est une dépendance du ministère du Développement Économique de Puebla du Gouvernement de Puebla. L'institution a développé une série de services pour les entreprises exportatrices :

    - Conseil en commerce extérieur

    - Formation en commerce extérieur : cours pour les entreprises sur le commerce en général.

    - Consultant Spécialisé : personnel attention sur des questions spécifiques du commerce extérieur.

    - Accès aux bases de données internationales, les statistiques nationales et internationales, les

    règlements, les opportunités d'affaires à l'étranger, l'information financière des entreprises à l'étranger, la recherche et de soutien dans l'enregistrement des marques.

    - Étude de Marché et de Canaux de distribution.

    - Marketing : vérification de l'étiquetage, les codes à barres, les permis, les documents déposés

    auprès de la FDA, le bioterrorisme, la conformité aux NOM.

    - La promotion d'offre exportable : le développement de matériel promotionnel, la participation à

    des foires internationales, les missions commerciales, les réunions d'affaires (soutien pour l'acquisition de stand d'exposition, hôtel et billets d'avion)

    - L'envoi d'échantillons : soutien envoi d'échantillons pour l'exportation.

    Sociétés de conseil :

    Les principales sociétés de conseil ont développes des centres d'affaires internationales par pays (desk) qui consiste en des réunions entre différents avec de la relation bilatérale. PriceWaterHouse Coopers dispose d'un pôle d'Affaires Franco-Mexicain qui réunit un groupe de spécialistes en la matière, qui connaissent et comprennent tous les rouages de la dynamique de votre entreprise et de son essor dans notre pays. Notre Priorité :

    L'Excellence de nos services. La société offre une grande diversité de services, eux-mêmes divisés en spécialités variées:

    1.Conseil

    2.Juridique et Fiscal 3. Audit

    Les chambres de commerce au Mexique :

    La chambre franco-mexicaine du commerce et de l'industrie (CFMCI www.franciamexico.com ) est un acteur des relations bilatérales entre la France et le Mexique, tout comme la centre allemand de commerce et de l'industrie ( German Centre pour l'Allemagne) ou encore l'American Chamber of Commerce of Mexico pour les États-Unis ( www.amcham.org.mx ), la chambre arabe mexicaine de l'industrie et du commerce( www.camic.org ) présentent des services liés au commerce international comme les pépinières, les évènements, les repas d'affaires, la bourse d'emploi ~

    Les associations civiles :

    L'association national des entrepreneurs textiles ( www.exintex.com.mx ), la chambre de l'industrie de la transformation de Nuevo León ( www.caintra.org.mx ), la chambre de l'industrie de la chausse de Guanajuato ( www.sapica.com ), la chambre de l'industrie de la construction, la chambre minière du Mexique, la chambre national du commerce de la ville de México ( www.camaradecomercio.com.mx ),la confédération des associations d'agents douaniers de la république mexicaine ( www.caaarem.org.mx ),l'institut mexicain de cadre en finance ( www.imef.org.mx ) entre autres sont des organisations qui soutiennent le commerce international.

    b- Dans le monde :

    ProMéxico est une organisation récente reprenant les bases de Bancomext. En Amérique latine, ProChile reste la plus ancienne puisqu'elle existe depuis plus de 35 ans. ProMéxico recrute des cadres issus du secteur privé ayant une expérience dans un domaine précis alors que Ubifrance (France) ou ICEX (Espagne) recrute des administratifs provenant du secteur publique. ProChile, ProMéxico et PromPeru sont les organisations qui ont le plus d'employés avec près de 300 fonctionnaires. Le budget varie selon le niveau de développement du pays. Les économies émergentes ont un budget similaire basé autour de 100 millions de dollars américains. Souvent, les fonctionnaires de ProMéxico partagent d'autre activités dans des associations professionnelles telles que le Comce ou l'Anierm ou bien dans des sociétés de conseil en commerce international. Au regard de sa présence internationale, ProMéxico bénéficie d'un réseau d'agences dans le monde. Cependant, le nombre de bureaux situés à l'étranger reste largement inférieur à celui des institutions leaders en termes de budget et de personnel comme Austrade pour l' Australie, KOTRA pour la Corée du sud, ICE pour l'Italie ou ICEX pour l'Espagne. Sur le plan national, la plupart des délégations du Ministère de l'économie accueille un fonctionnaire dédié à la promotion des exportations et l'attraction des IED.

    À la différence de l'organisation Hong Kong Trade Development Council, ProMéxico n'organise pas ses propres évènements internationaux. Cela pour être une option pour attirer des importateurs et des investisseurs étrangers dans le pays à travers l'organisation de foires internationales sur les secteurs stratégiques. Par ailleurs, le marché virtuel de Hong Kong TDC regroupe les acteurs de Hong-Kong mais aussi d'Asie contrairement au service Exportanet B 2B qui regroupe les entreprises exportatrices mexicaines.

    Par ailleurs, il faut distinguer que Ubifrance est une organisation qui dispose d'un réseau d'agence dans le monde avec des spécialistes sectoriels présent directement dans le pays. Les agences OREX de ProMéxico sont bien un service commercial mais ne dispose de connaissances techniques sur les marchés à l'étranger. Enfin, la solution de s'associer avec une agence de publicité et de marketing

    pourrait permettre d'augmenté l'image pays comme l'accord Sopexa-Ubifrance pour la promotion des aliments et boissons à l'international.

    L'agence coréenne Kotra est réputée pour être la plus efficace pour la réalisation d'affaires et de rapports pour sa pertinence et sa rigueur. ProMéxico devrait s'en inspirer en apportant notamment plus d'informations sur les contreparties par le développement d'une veille économique.

    Le réseau latinoaméricain des organisations de promotion du commerce extérieur (Redibero) est une initiative pour rassembler les différentes organisations en Amérique latine à travers des conférences, des débats sur des thèmes spécifiques dans le but d'améliorer l'efficacité de celles-ci. Cette organisation est soutenue para la banque inter-américaine du développement (BID) depuis 2007. L'objectif de cette initiative est créer des relations de coopérations entre les différents organismes grâce au partage des expériences et expertises sur les accords d'associations et les traités de libre-échange, les secteurs stratégiques.

    2- L'organisation et l'administration de ProMéxico :

    a- La gestion :

    ProMéxico a développé une stratégie de gestion basée sur l'analyse, l'alignement et la coordination. Cela passe donc par l'identification des avantages de chaque ville et région et par un control des objectifs à atteindre. La réglementation des services à promouvoir permet par l'intermédiaire d'un manuel réalisé par le département d'Administration et Finance (UAF) en accord avec le département de Soutien et de Relations publiques (UARI) de garantir l'homologation des connaissances des différentes agences (Omex, Orex et Bureau central), une meilleure administration des risques et une meilleure satisfaction des clients. La coordination entre les différents acteurs du développement économique est primordiale pour créer des effets de synergies positifs. L'efficacité de l'implantation des services aux entreprises dépend de la connaissance du projet d'exportation ou d'investissement. Dès lors la gestion de l'informations est très importante pour que les agents identifient les besoins de l'entreprise et adaptent avec la gamme de services existante.

    La gestion des opportunités s'effectue à travers une administration par projet. Cela consiste à procéder par étapes prédéterminées. Chaque cadre exécutif se voit attribuer un projet selon les caractéristiques de celui-ci (secteur, région géographique, investissement ou exportation).

    b- Les outils : Le Sipi :

    Le système SIPI est une plateforme online de base de données qui regroupe les informations sur les

    entreprises exportatrices soutenus. Dans le cas de l'octroie d'un service avec remboursement, 5 formats sont à prendre en compte et sont scannés dans un même dossier référencié dans le SIPI :

    - Format 1 : Demande de service payant

    - Format 2 : Profil du bénéficiaire

    - Format 3 : Carte d'autorisation

    - Format 4 : Demande de remboursement

    - Format 5 : Acceptation du remboursement

    A ceux-ci s'ajoute d'autre documents à fournir et vérifiables comme la facture, le registre mercantile (RFC), la fiche d'imposition (Alta Hacienda), les États financiers de l'entreprises, le relevé d'identité bancaire (RIB) et bien d'autres selon le type de service octroyé. La réglementation des services en vigueur établit que la raison social, le domicile fiscal, le numéro de SIRET (RFC) et le RIB doit être authentique et actuel. La centralisation des donnés dans le système SIPI permet d'auditer et de mesurer les avancements vers les buts et les objectifs fixés dans la stratégie de promotion internationale.

    Le CRM :

    Le CRM est un système informatique de gestion des relations clientèles, des ventes et de marketing. Au trimestre 2009, ProMéxico a développé la version 1.0 du CRM répondant aux objectifs suivant :

    - Faciliter le flux d'information

    - Créer une vue plus globale du client

    - Fidélisation de la cliente a travers les actions de suivie aftercare

    - Information intégrée

    - Établir processus de renouvellement des investissements et des exportations.

    Description globale du système de gestion par étapes :

    1- Visite de Prospection : Opportunités, Prospection Demande ciblée sur le marché extérieur para la OREX.

    2- Un projet existe : Prospection et candidature

    3- Montant de l'investissement et Compétitivité du Mexique : Candidature et négociation

    4- État principal : Fermeture de la négociation

    5- Lettre de confirmation : Confirmée, softlanding, exécution, aftercare

    Il faut distinguer un pipeline d'investissement qui regroupe 9 étapes définies dans le CRM. Tout d'abord, l'opportunité se transforme en possible projet d'investissement après une visite de l'entreprise étrangère par consul présent dans le pays. L'étape de négociation consiste à l'élaboration d'un agenda d'affaires au Mexique afin que l'investisseur visite les États candidats au projet et sélectionne la localisation idéale. Ce processus se réalise par l'intermédiaire des agences locales (OMEX) soutenus par les ministères du développement et de compétitivité (SEDECO) qui donne un suivi au projet à travers le CRM. L'étape de fermeture se déclenche par la lettre d'acceptation du comité du département de promotion des investissements et des affaires internationales (UPINI) qui nomme un gestionnaire de projet afin de promouvoir les possibilités de réinvestissement grâce aux visites d'attention permanente (aftercare) et de (softlanding).

    Le portail multilangues de ProMéxico : plateforme d'informations et outils.

    Le site internet de l'organisation www.promexico.gob.mx est un outil de promotion et de diffusion de l'information qui permet aux entrepreneurs d'avoir accès librement aux données requises en toute transparence. Ainsi, les rubriques « servicios para el exportador » et « servicios al inversionista » regroupent les services disponibles selon le type d'entreprise avec une explication de la procédure et des critères à respecter ainsi que les formats et autres documents indispensables pour demander un

    ió l Etat B2 M d ió Si Direti

    service publique. Il y a aussi un lien vers le marché virtuel Exportanet- B2B et vers le centre de formation

    Méxco

    Direcoro Comercial e Ferias nternacionaes Esudis de merado

    et d'évaluation. Le calendrier des foires internationales avec pavillon du Mexique et les contacts des

    co xio o n

    oprtunidad Doumentos s d naconsgco

    agences présentes au Mexique et dans le monde sont précisés. La colonne d'information est très utile
    exportacón Dcumenos puisqu'elle présente des données statistiques, des notes de presse et un accès direct au « Mexican

    Centro de cpacitción y de ProMéxicoones

    Investment Map » et à la revue « Negocios ».

    ProMéxico t

    c- Le processus de promotion des exportations :

    Tout d'abord, la définition et la formalisation des buts et objectifs sont mis en oeuvre par l'intermédiaire d'un plan de promotion des exportations élaborés para chaque responsable régional de ProMéxico dans le but d'identifier les opportunités des entreprises mexicaines.

    Processus

    Étapes

    Activités

    Promotion des exportations

     
     
     

    Définition et Formalisation

     
     
     

    Définition des Buts et des Objectifs

     

    Plan de promotion

     
     
     

    Découverte d'opportunités et Rapport

     

    Réunion avec les entreprises

     
     
     

    Présentation de l'Offre

     
     

    Entreprises intéressées et Rejet

     
     

    Développement du cas

     

    Réalisation de l'exportation

     
     
     

    Coordination de la réunion

     
     

    Négociation et réalisation

     
     

    Suivi

    Dans ce sens, ProMéxico a définit des valeurs inscrites dans son business plan. Ainsi, le respect, l'efficacité et le compromis reflètent les activités quotidiennes de l'organisation.

    Concernant la promotion des exportations, il faut distinguer 3 type de services : avec remboursement, payant et gratuit.

    Les services avec remboursement peuvent aller de 50000 pesos à 350000 pesos par entreprise et par année sachant que le demandeur ne peut obtenir d'autres fonds venant d'organismes publiques différents:

    - Formation en commerce international

    - Participation individuelle à des événements internationaux

    - Bourse de voyage d'affaires (Business Matching) ex : remboursement des frais lors de la participation à une mission commerciale organisé par ProMéxico à l'étranger.

    - Etudes de la logistique d'exportation, recherche de marchés, et canaux de distribution.

    - Implantation et certification de normes et critères internationaux pour exporter : ISO 9001,

    Certification CT-PAT ou FDA.

    - Études pour l'identification de nouveaux fournisseurs

    - Conseil pour l'enregistrement de marque internationale (Branding)

    - Design de packaging, emballage, étiquette de produits pour l'exportation

    - Élaboration de campagne de promotion d'image

    - Envoie d'échantillon à l'étranger

    - Centres de distribution

    - La formation en commerce extérieur

    Concernant les services avec tarif, le demandeur doit payer une somme pour pouvoir bénéficier du soutien. Les foires avec pavillon national, la publicité dans les revues spécialisées d'affaires, la promotion d'offre exportable, le stagiaire en affaires internationale et l'agenda d'affaires sont les services payant.

    Enfin une troisième gamme de services gratuits s'offre aux entreprises qui généralement sont celles qui exportent de manière continu. Il s'agit de l'enregistrement dans la plateforme de marché Exportanet B2B, le conseil au Mexique et le conseil depuis l'étranger. Dans ce cas, le promoteur se charge de livrer un rapport de résultat.

    Tous les services répondent à une dernière phase de suivie qui consiste à remplir un questionnaire de satisfaction et d'évaluation.

    3- Les objectifs du gouvernement fédéral :

    a- Le décret de 2007 :

    Felipe de Jesús Calderón Hinojosa, président des États-Unis Mexicains a ordonné par la voie d'un décret publié au Journal Officiel de la Fédération le 13 Juin 2007 la constitution de l'entité paraétatique dénommé ProMéxico.

    Considérant que le développement économique du pays aura été impulsé par une activité exportatrice et l'attraction des IED, le Gouvernement décida d'en faire une priorité. En outre, la concentration des efforts des différentes organismes publiques de promotion des exportations et d'attraction des IED permettra d'éviter la duplication des fonctions et structures et de diriger les ressources publiques de manière efficaces.

    Selon la loi organique de l'Administrations publique fédérale et la loi du commerce extérieur, il est établit que le ministère de l'économie est l'institution chargée de planifier et conduire les politiques générales du commerce extérieur, de créer et de consolider les mécanismes de coordination des activités de promotion et la coordination avec le ministère des affaires étrangères.

    Un des objectifs est permettre le transfert de technologies aux entreprises mexicaines à travers l'attraction des IED. La diversification des exportations est aussi un critère de développement qui passe par une augmentation des exportations existantes et une création d'offre de biens différenciés sur les nouveaux marchés. Afin d'augmenter l'effet multiplicateur des exportations sur le Pib, il faut ajouter de la valeur aux exportations en fabricant des produits finis et différenciés.

    b- Les avantages compétitifs :

    Selon l'indice de Balassa (Revelead Competitive Advantage) RCA, México a un avantage compétitif pour les marchandises suivantes xx:

    - Récepteurs de télévision

    - Pièces de moteurs de véhicules et accessoires

    - Camions

    - Équipements pour la distribution de l'électricité

    - Appareils électriques

    - Moteurs à pistons

    - Légumes frais

    - Appareils et instruments médicaux

    - Or

    - Véhicules à moteur

    - Fruits et noix

    - Équipements de chauffage et refroidissement

    - Centrale électrique

    - Argent et platinium

    - Mètres et compteurs

    - Sucre et miel

    - Animaux vivants pour la nourriture

    - Chocolat

    - Préparation sucrée

    - Fer, fonte d'acier, forge et estampage

    - Pierre, sable et gravier

    - Céréales

    - Vêtements

    - Bois de chauffage et charbon de bois

    Cela corrobore aves les secteurs stratégiques définis par le gouvernement fédéral.

    c- Les lignes d'actions pour 2011xxi :

    Pour décembre 2012, les objectifs à long terme seront les suivants :

    En terme IDE : Se trouver dans les 10 premières destinations mondiales pour l'attraction des IDE. Cela passe par le maintien des conditions de compétitivité.

    Les priorités pour l'attraction des IED pour les secteurs stratégiques suivants :

    Automobile, Aerospatiale, Agroalimentaire, Énergies renouvelables, Électronique, Électrique, Sciences de la vie (pharmaceutiques, appareils médicaux, biotechnologies), Services professionnels, Logiciels, Contenus digitales, Tourisme (résidence secondaire et tourisme médical), Extraction de Minerais. Rappelons que les investissements étrangers directs représentent l'outil principal du développement et d'insertion des pays émergents dans l'économie mondiale. C'est donc un des objectifs prioritaires de la politique publique mexicaine dans le but de faire valoir la compétitivité du pays face à ses concurrents tels que le Brésil, l'Inde, la Chine, la Russie.

    En terme d'exportations : Faire que des exportations non pétrolières mexicaines, moins de 30% soit issues de la maquila. Cela correspond à une stratégie de diversification de l'offre exportable. En 2009, les secteurs suivants sont ceux qui représentaient le plus d'opportunité pour l'offre exportable mexicaine selon l'analyse du département d'intelligence économique :

    Agroalimentaire, Aérospatial, Textile et Confection, Chimie, Électronique-Électrique, Santé, Soin et Beauté, Agrobusiness, Automobile.

    En terme d'image : Devenir un modèle de promotion international économique reconnu par la Banque Mondiale. Les facteurs clés de l'organisation: la création d'une image pays.

    Dès lors, le ministère de l'Économie (SE) a prévu de réaliser 78 actions spécifiques pour améliorer la compétitivité nationale et internationale du Mexiquexxii.

    1. La facilitation du commerce

    - Revoir et simplifier la structure tarifaire.

    - Révision et simplification des réglementations non tarifaires et des programmes de développement. - La sécurité juridique et institutionnelle des opérations de commerce extérieur.

    - Apport de la technologie de l'information et de la communication pour optimiser les opérations de commerce extérieur.

    2. Les politiques sectorielles

    - Promotion des activités à forte valeur ajoutée.

    - Accélération de la restructuration des industries traditionnelles.

    - Impulsion du développement en utilisant des technologies de pointes.

    - Positionner le pays comme un pôle de distribution (hub) de services de technologie de l'information et de la logistique.

    3. Innovation - L'innovation en entreprise comme une pratique constante et permanente dans les entreprises.

    4. Marché intérieur

    - Renforce le marché intérieur, par la promotion d'un environnement des affaires facilitant l'accès à l'information, l'évaluation des pratiques d'affaires et l'utilisation des transactions électroniques.

    La croissance globale dépend de la croissance des marchés émergents. Le Mexique a un intérêt stratégique pour promouvoir les échanges avec les économies ayant une proximité culturelle et géographiques comme la Colombie, le Pérou, le Chili et le Brésil. La diversification géographique est donc un moyen de répartir le risque de contagion en cas de crise économique.

    ProMéxico cherche aussi à impulser la valeur ajoutée des produits en proposant des services permettant des processus de fabrications innovant. Aussi, ProMéxico cherche à promouvoir les services de outsourcing.

    4- Les résultats :

    Il faut savoir que l'outil d'évaluation de la politique publique menée par ProMéxico sont les données statistiques reprenant des indicateurs de croissance des exportations par états. Les buts sont des volumes à atteindre en pesos tant au niveau des exportations que des investissements. Au regard de ces données, certains économistes jugent qu'il faut privilégier la qualité des exportations et des investissements étrangers plutôt que la quantité. Dans la partie consacrée à l'impact de la stratégie de promotion sur le développement économique et sociale, nous verrons que la création d'emploi permet de juger de son efficacité.

    Les résultats selon le registre cinta de aduana:

    En 2009, les secteurs avec le plus d'exportation furent ceux des matériaux de construction, agroalimentaire, mines et sidérurgie, auto parties, équipements électrique, chimiques et pharmaceutiques.

    La mesure des résultats pour l'État de Tlaxcala (exemple) :

    Indicateurs de participation de ProMéxico avec les entreprises exportatrices xxiii :

    Monto de exportaciones apoyos y servicios ProMéxico (dólares)1

    No. de empresas apoyadas 2009 (ene-dic) y 2010 (ene-dic)

    No. de empresas que registran exportaciones

    Proyectos de inversión concretados (2008 - 2011) Monto de inversión (millones de dólares) Empleos generados

    Proyectos de inversión en proceso

    Monto de inversión esperada Empleos esperados

    Exportaciones

    Inversión

    0

    0

    1.5 mdd 20

    $101,236,373

    2009

    14

    10

    0

    1

    $12,647,517

    2010

    2

    1

    ProMéxico a mis en place une stratégie basée sur l'apprentissage des expériences passées en s'inspirant de cas d'exemple de succès international et par la conception d' une stratégie convenue par le Président de la République avec toutes les agences impliquées.

    De plus, il est important de mesurer l'efficacité du processus administratif par la définition d'objectifs à moyen terme et de buts à long terme. La mise en place d'indicateurs à travers le logiciel CRM permet d'évaluer le travail des fonctionnaires. Par ailleurs, l'évaluation de la collaboration et du travail en équipe est aussi un moyen d'orienter le comportement institutionnel de ProMéxico. La réalisation des objectifs individuels, le compromis avec l'institution et le client et la transparence des informations sont des les facteurs de succès dans la gestion administrative. L'évaluation passe donc par le diagnostique personnel en accord avec le superviseur qui est le directeur d'agence.

    1 Este monto corresponde a las exportaciones de las empresas apoyadas por ProMéxico de acuerdo al último reporte que comprende el periodo enero-diciembre de 2009 y enero-diciembre de 2010. Fuente: Unidad de Inteligencia de Negocios de ProMéxico.

    a- Les forces de ProMéxico : Le plan d'affaires de l'organisme publique ProMéxico reprend certains avantages compétitifs :

    - ProMéxico a mis en place une stratégie basée sur l'apprentissage des expériences passées en

    s'inspirant de cas d'exemple de succès international et par la conception d' une stratégie

    convenue par le Président de la République avec toutes les agences impliquées.

    - ProMéxico concentre un budget commun et un même objectif dispersés dans différents entités. - ProMéxico est une entité responsable de son efficacité pour diffuser l'image de México dans le

    monde entier, attirer des investissements et promouvoir les exportations dans le monde. - ProMéxico s'inspire des opportunités conjoncturelles au niveau régional, politique,

    macroéconomique et socioculturel.

    Le département d'intelligence économique de ProMéxico réalise des publications sur les marchés étrangers et a développé un plan mexicain pour l'investisseur (MIM) reprenant les éléments de la compétitivité du pays par des indices et des données statistiques. Les nombreux accords commerciaux que compte le Mexique permettent d'atteindre 1,057 millions de consommateurs potentiels. En effet, il existe des traités de libre échange avec l'Uruguay, l'Islande, la Norvège, le Liechtenstein, la Suisse, le Guatemala, le Honduras, le Salvador, Isral, l'Union Européenne, le Chili, le Nicaragua, le Costa Rica, les États-Unis et le Canada. Depuis 2005, le Mexique et le Japon ont signé un accord d'association économique avec la libéralisation de 91% des nomenclatures douanières japonaises et 40 % de celles du Mexique.

    Il s'avère que l'efficacité de la promotion commerciale au Mexique fait face à de nombreux obstacles. Cette efficacité dépend souvent du contexte macroéconomique et des politiques sectorielles. Mexico a construit un environnement favorable aux échanges.

    En effet, bien que durant les 10 dernières années le Mexique s'est positionné entre les 15 économies qui exportent le plus dans le monde, il faut bien remarquer que l'on exclut si les ventes pétrolières et celles de l'industrie de la fabrication alors le pays se classerait 33ème.

    La concentration des entreprises mexicaines vers les marchés d'Amérique du nord reflète la dépendance économique du pays et une forte aversion aux risques en cas de crise.

    b- Les obstacles au développement des affaires internationales :

    Reprenant l'étude du collège de Mexico, l' inconvénients à vouloir vendre sur le marché mexicain est la nécessité absolue de produire sur place à cause des importants coûts de transport entre l'Europe et la région, l'inflation de l'euro et la volonté d'offrir un service clientèle.

    De plus, les droits de propriétés intellectuels et les règles de garantie de l'équité de concurrence sont les premières préoccupations des entrepreneurs étrangers présents dans le pays. Ainsi, l'introduction de marchandises illégales et la copie de marques sont des facteurs qui défavorisent les investissements dans certains secteurs.

    Les entrepreneurs souhaitent une modernisation des politiques publiques afin d'améliorer le contexte économique et politique du pays. Ils prônent l'amélioration des règles douanières avec des critères plus clairs et faciles à appliquer, le renforcement de la lutte contre la corruption douanière, une sélection rigoureuse du personnel, la formation continue , l'amélioration du revenu du personnel, le suivi permanent de plaintes et procédure de règlements de conflits, la promotion d'une politique budgétaire plus facile à appliquer, moins changeante et plus cohérente, permettant des plans d'affaires de moyen et long terme. Il faut aussi un plus grand respect de la primauté du droit et l'impunité, notamment en ce qui concerne l'exécution des contrats, promouvoir des critères de politique scientifique et technologique de moyen et long terme, donner la priorité au développement du système ferroviaire, développer davantage le réseau routier pour le rendre plus compétitif, établir des mécanismes pour faciliter l'octroi des prêts par des banques plus accessibles et compétitive basé sur des projets d'investissements cohérents, favoriser une plus grande consommation et une coordination des institutions gouvernementales.

    La typologie des entreprises

    Ce stage m'a permis de me rendre compte des différences culturelles dans le monde des affaires entre la France et le Mexique ce qui peut représenter une barrière pour les échanges internationaux. Aussi, un des obstacles les plus importants est la typologie des entreprises mexicaines. Il s'avère que le monopole de groupes de familles dans les secteurs clés de l'économie limite la libre concurrence du marché et son ouverture. Ainsi, les familles Slim (América Móvil), Garza Sada (Grupo Femsa), Salinas (Grupo Salinas), Zambrano (Cemex) sont identifiées comme pionnières dans le développement économique du pays. Un autre point très important est que le Mexique reste une plateforme d'exportations pour les grandes firmes multinationales étrangères. Ainsi, 80% des exportations se concentrent sur les États-Unis, premier marché mondial et sont réalisées par des filiales stratégiques. Le poids des petites et moyennes entreprises mexicaines est donc très réduitxxiv.

    La question de la responsabilité sociale de l'entreprise se pose donc lorsque ces familles contrôlent une partie significative des richesses dans un pays qui est l'un des plus inégal. La relation de famille est donc très importante dans le monde des affaires afin de garantir la sécurité des biens et des transactions. Par ailleurs, il faut noter que la majorité des entreprises mexicaines qui ont un potentiel pour exportateur n'ont pas de personnels formés en commerce extérieur ni de département spécialisé dans les opérations de ventes internationales. Ainsi afin de résoudre ce manque de connaissance, ProMéxico propose une série cours de formation en partenariat avec des organismes spécialisés sur les thèmes

    majeurs tels que : le marketing des exportations, les décisions dans le transport de produits d'exportations, les entreprises mexicaines dans le contexte des affaires internationales, le packaging, la procédure douanière, l'évaluation financière du projet d'exportation, les contrats de ventes internationales. De plus, les entrepreneurs peuvent consulter les guides et documents techniques sur l'élaboration d'un plan d'affaires, la négociation, les contrats, les incoterms, la norme ISO 9001 :2000 depuis le site internet de ProMéxico et son centre d'évaluation et de formation en ligne : http://www.promexico.gob.mx/wb/Promexico/centrodecapacitacion

    L'accès au financement : Trade Finance Initiative

    Le financement des opérations du commerce extérieur est un obstacle à la stratégie de croissance des entreprises. Du fait que certaines entreprises ne présentent pas de livre comptable clair et précis, les crédits ne sont pas autorisés.

    De plus, la crise des subprimes de 2008 a permis de rendre compte de la nécessaire réforme des institutions de financement. La mise en place des normes de Bâle 3 est un cadre qui devrait limiter les risques de liquidité. D'autre part, la France en tant que présidente du G20 a proposé une réglementation du financement des exportations afin d'éliminer les inégalités de concurrence et ainsi protéger les pme contre le financement publique massif dans les contrats d'infrastructures. Le Mexique s'est don engagé en tant que lors de la prochaine présidence du G20 de poursuivre le mouvement afin de mobiliser plus efficacement les bureaux de crédit à l'exportation en faveur des PME. Cela passe par l'implication de l'international Finance Corporation, organisation de la Banque Mondiale dans le secteur privé.

    D'autre part, le financement des projets doit être définit selon des règles communes et équitables. Actuellement, Bancomext est l'institution dédiée aux financements des exportations au Mexique xxv.

    La vision de l'entrepreneur mexicain: le développement de l'éthique économique catholique

    La religion catholique est pratiqué par près de 95 % des mexicains. Même avant la conquête espagnole la religion était un important facteur de cohésion sociale et de justification de la domination économique et sociale des aztèques sur les autres peuples indigènes. La recherche du bien être commun est la justification du profit de l'entrepreneur qui contribue au développement par la création de d'emploi. Le sentiment de justice et de responsabilité se ressent dans la prise de décision de l'entrepreneur mexicain. Ainsi, l'entrepreneur ne peut se dédier complètement aux affaires, il doit aussi

    se consacrer à l'Église car diriger une entreprise est un don de Dieu. Cette éthique économique catholique repose sur la propriété privée ce qui crée des inégalités de richesses.

    Les dimensions culturelles dans les affaires au Mexique

    Savoir bien négocier est un élément important pour réussir une opération de commerce extérieur. L'accès aux informations sur le pays permet d'éviter les différencias de culture entrepreneurial et d'améliorer les conditions d'accès au marché extérieur. Il faut donc prendre en compte l'environnement externe, l'environnement de l'entreprise, les normes du protocole de négociation, les informations pratiques pour les voyages d'affaires. L apparence, le comportement et la communication sont des facteurs à identifier pour faire des affaires avec l'entrepreneur mexicain. Ci- dessous se trouve une liste des tips culturels :

    - Apparence :

    Les hommes doivent porter un costume sombre et une cravate conservatrice. Votre garde-robe doit inclure des costumes aux lignes classiques en alternant le gris avec le bleu marine, le blanc ou les chemises bleu clair. Une chemise blanche est plus formelle et doit être portée lors de réunion. Les femmes devraient porter une robe ou une jupe et un chemisier. Un costume classique peut également être porté.

    Les hommes peuvent porter des pantalons et un t-shirt léger casual. Prévoir une garde-robe décontractée en utilisant les couleurs classiques pour paraitre décontracté mais tout en restant poli. Si vous avez la possibilité de porter une guayabera, la merveilleuse chemise traditionnelle légère, portez-la au-dessus de votre pantalon. Cette chemise est très confortable par temps chaud. Les femmes peuvent porter une blouse avec un pantalon ou une jupe. Pour vous présenter en tant que professionnel, même dans un cadre informel, il faut utiliser des tons classiques, du gris, du bleu, du camel, du blanc et de l'ivoire. Les jeans sont généralement pas appropriés, et les vêtements coupés, serrés ou taille basse sont déconseillés. Des mains placées en permanence sur vos hanches supposent une agressivité, et garder vos mains dans vos poches est impoli. Les Mexicains n'aiment pas établir de contact visuel. Ceci est un signe de respect et ne doit pas être pris comme un affront.

    - Comportement :

    Les hommes se serrent la main lors de réunion. L'homme va attendre que la femme soit la première à offrir sa main.

    Les femmes peuvent se serrer la main avec les hommes et les femmes avec d'autres. Plusieurs fois, une femme peut taper l'épaule d'une autre femme ou son avant-bras, ou même la baiser sur la joue.

    Les amis de longue date peuvent s'embrasser, et après plusieurs réunions, vous pouvez également être accueillis de la sorte.

    La ponctualité n'est pas stricte, en raison de l'accent mis sur les obligations personnelles. Le meilleur moment pour un rendez-vous est le créneau 10h00-13h00 puis la fin d'après midi en second choix. Les déjeuners d'affaires, plutôt que les dîners sont la forme traditionnelle de la négociation de 14:00- 15:00 et peuvent s'étendre d'une durée de trois à quatre heures. Les déjeuners sont une partie essentielle des affaires pour établir une relation personnelle.

    Les petits-déjeuners au travail sont aussi très populaires, réunis à 08h00 ou de 08h30 à votre hôtel, et généralement d'une durée de deux heures au plus.

    Lors d'une conversation, prendre du recul peut être considéré comme inamical. Les hommes mexicains sont chaleureux et conviviaux, et font beaucoup de contact physique. Ils touchent souvent les épaules ou vous tiennent par le bras.

    Retirer son bras est considéré comme insultant. Donner des cadeaux aux dirigeants d'entreprise n'est pas nécessaire. Les petits articles comme les pims avec un logo de l'entreprise (pour une visite initiale) sont appréciés.

    Les cadeaux ne sont pas requis pour un invité, mais il sera apprécié. Les bons choix sont des bonbons, des fleurs (envoyé à l'avance), ou l'artisanat local. Ne pas donner des cadeaux en argent, car ils sont associés aux bibelots vendus aux touristes.

    Les femmes ne doivent pas inviter un homologue masculin pour un dîner d'affaires à moins que d'autres associés ou conjoints soient présents. Aussi, les hommes mexicains seront gracieusement prier de payer le repas. Une façon professionnelle pour accueillir une personne pour un repas est de dîner ou déjeuner à votre hôtel.

    Le pourboire est approprié pour les services fournis. Les salaires sont souvent si faible que les travailleurs dépendent fortement sur les pourboires pour leurs revenus. Payer des achats en boutique en plaçant l'argent dans la main de la caissière, plutôt que sur le comptoir.

    - Communications :

    Les titres sont importants et devraient être inclus sur les cartes d'affaires. Vous pouvez parler directement à quelqu'un en utilisant seulement son titre seulement (Licenciado), sans inclure le nom de famille.

    Doc. est un titulaire d'un doctorat, Ph.D., Ing. est un ingénieur. Arq. est un architecte. Ab. est un avocat. C.P est un comptable.

    Les personnes sans titres professionnels sont abordées à l'aide de M., Mme, ou Mlle et son nom de famille. Señor est M., Señora est Madame, et Señorita est Mademoiselle. Les hispaniques utilisent généralement deux patronymes. Le premier nom indiqué est celui di père, et le deuxième nom de famille énuméré est celui de la mère. Lorsque l'on parle à quelqu'un on utilise le nom de son père.

    Une femme mariée va ajouter le nom du père de son mari à la fin de son nom. Cette femme serait formellement adressé en tant Señora (nom) de (nom).

    En parlant de cette même femme mariée de manière moins formelle, vous dirais simplement Señora (nom). Ne pas utiliser l'encre rouge quand vous écrivez le nom de quelqu'un.

    Le toast traditionnel au Mexique est Salud (Sal-UUD).

    Le mexicain peut utiliser un son «psst psst » pour attraper une autre l'attention en public. Ce n'est pas considéré comme impoli.

    Les bons sujets de conversation sont la culture mexicaine, l'histoire, l'art et les musées. Ne jamais discuter de la guerre américo-méxicaine, de la pauvreté, des étrangers en situation irrégulièreou des tremblements de terre.

    Par ailleurs, l'étude du professeur holendais Geert Ofstede sur les dimensions culturelles dans le monde des affaires permet de mettre en avant certaines caractéristiques à prendre en compte comme un obstacle au développement. Hofstede a mené une étude complète pour déterminer la façon dont les valeurs au travail sont influencées par la culture. Geert Hofstede a analysé une grande base de données des scores recueillis par les valeurs des employés d'IBM entre 1967 et 1973 couvrant plus de 70 pays, à partir de laquelle il a d'abord utilisé les 40 plus grandes puis a seulement étendu l'analyse à 50 pays et 3 régions. Des études ultérieures de contrôle des résultats antérieurs ont inclus des étudiants dans 23 pays, des gestionnaires de la fonction publique dans 14 pays, des consommateurs de produits de luxe dans 15 pays et des «élites» dans 19 pays. À partir des premiers résultats, et des améliorations passées, Hofstede a développé un modèle qui identifie quatre dimensions principales pour aider à différencier les cultures: Power Distance - PDI, l'individualisme - IDV, Masculinité - MAS, et de l'incertitude - l'AUI. Geert Hofstede a ajouté une cinquième dimension après avoir mené une étude internationale complémentaire avec un instrument d'enquête mis au point pour les salariés et les cadres chinois. Cette dimension, basée sur le dynamisme confucéen, est à l'orientation - LTO et a été appliquée à 23 pays. Ces cinq dimensions de Hosftede peuvent également permettre d'établir des corrélations entre les pays, les cultures et les paradigmes religieux.

    Les dimensions culturelles identifiées dans le monde du travail au Mexique :

    La société mexicaine a un faible taux de tolérance de l'incertitude. Il est donc nécessaire de mettre en place des lois stricts, des règlements et des codes d'éthiques dans l'entreprise afin de cadrer l'environnement des affaires et éviter les incertitudes. L'implication dans un groupe est aussi très significative et est symbole d'une société collectiviste où la famille élargie et les relations étendues sont primordiales. Le mâle domine une partie importante de la structure de la société et du pouvoir ce qui rend la population féminine compétitive et dynamique.

    Le rôle de l'histoire dans le développement du Mexique xxvi:

    Après la chute du régime colonial espagnol en 1810, la nation mexicaine devient indépendante et souveraine. Cette transition ne fût pas si simple au regard du partage des richesses. Déjà en 1770, la pression fiscale était importante pour les secteurs de l'extraction minière et du tabac qui rapportaient des revenus conséquent à la Nouvelle Espagne. Le mouvement social de Dolores de Hidalgo a permis l'indépendance mais il faut noter que la production minière à Guanajuato, Zacatecas, Real del Monte, Real de Catorce connût une forte chute avec des destructions massives d'infrastructures. Les haciendas furent pillées et les récoltes abandonnées. A partir de 1880, le Mexique commence son chantier de construction de voies ferrées. L'administration à l'idéologie positiviste de Porfirio Díaz a facilité l'expansion économique par des concessions ferroviaires et un programme d'oeuvres publiques pour les ports de Veracruz, Manzanillo, Coatzacoalcos, Salina Cruz réduisant ainsi le coût de transport des minerais (cuivre, plomb, fer, charbon et zinc). Les taxes provenant du commerce extérieur étaient la première source de revenus ce qui finança les dépenses d'aménagement du territoire. Ainsi les principaux partenaires commerciaux et investisseurs étrangers de l'époque furent les États-Unis, l'Angleterre, la France, l'Allemagne et l' Espagne. La croissance économique fut soutenue par la modernisation des infrastructures sur la base des principes libéraux inscrits dans la constitution de 1857 et impulsée par des industries clés : le sucre, le textile, le tabac. A la fin du 19ème siècle, le code civil et le code du commerce, le code minier, la loi General des institutions de crédits furent promulgués afin de garantir les droits de la propriété privée. La stabilité économique et politique encouragea les investissements étrangers.

    Cependant, les lois de la Reforme n'ont pas profité à tous les citoyens de l'époque. En effet, les peuples indigènes et les paysans soufrèrent de cas d'usurpation notamment dans les productions de sucre à Morelos. La privatisation des terres fût le problème majeur et fût l'élément déclencheur de la révolution impulsé par Emilio Zapata, Bernado Reyes, Pascual Orozco ou Pancho Villa. Les fabriques textiles connurent des périodes de grèves massives dans un contexte de contagion de la crise de Wall Street. Après 30 ans au pouvoir, Porfirio Díaz est exilé en France le 31 mai 1911.

    Les économies latino-américaines ont connu une phase d'expansion économique grâce aux exportations de matières premières. Certaines régions du Mexique sont exportatrices de produits agricoles tropicaux (tabac, sucre et café) et de produits miniers (argent). Sur la période 1900-1910, le secteur minier et pétrolifère aura connu une croissance deux fois plus importante que le secteur de l'industrie de la fabrication et trois fois plus importante que celle du secteur agricole.

    En 1929, près de 30 % du capital existant dans le pays était aux mains de groupes étrangers, dès lors une importante fuite des capitaux s'est opéré.

    Le processus d'industrialisation au Mexique s'est déroulé en deux phases. Premièrement, le Mexique se
    distingue par des exportations mixtes et son développement industriel a tout d'abord été marqué dans
    le nord du pays para une expérience métallurgique et une politique protectionniste. Dans un deuxième

    temps, le Mexique est connu l'application du modèle de substitutions des importations. En 1920, la Banque Centrale, La Nacional Financiera (Banque du développement) et la Commission Fédéral de l'électricité furent constituées Le gouvernement a facilité l'introduction des technologies et des capitaux étrangers par des programmes de privatisations. Le solde positif de la balance extérieure a crée une inflation ce qui a réduit la demande intérieure.

    Remarquons que depuis toujours le Mexique a été dépendante des relations internationales. La politique du pétrole au Mexique a permis d'établir le principe de propriété publique des ressources issues du sous-sol. Aujourd'hui, le Mexique a développé une nouvelle forme de dépendance de l'extérieur avec les remises internationales et l'accès à la technologie de pointe. Dans les années 70, le gouvernement de Luis Echeverría tenta de diversifier le commerce, les relations diplomatiques, les origines des technologies et les sources de financement de l'économie. En 1988 en accord avec les principes du consensus du Washington sur le développement des économies emergentes, le président Salinas de Gotari opéra l'important processus de privatisation de près de 300 entreprises telles que Teléfonos de México, Fertimex, Altos Hornos de México, Aeroméxico et la négociation du traité de libre échange avec les États-Unis et le Canada.

    L'ouverture commerciale

    Le Mexique a signé 44 accords commerciauxxxvii et d'autres accords sont en cours de négociation. En ce qui concerne le cas de l'Amérique central, le gouvernement cherche à substituer les 3 accords en vigueur par un pacte préparant une intégration régionale. Après la signature d'un traité pour éviter la double imposition, le Panama souhaite établir un accord de libre échange. En Juillet 2011, le Mexique a signé un accord de libre échange avec le Pérou. Depuis 1996, la Colombie est un partenaire stratégique et le gouvernement pense à élargir le traité puisque les exportations vers le pays ont augmenté de près de 1000% depuis sa signature. En Asie, le Mexique souhaite s'allié avec la Chine, Singapour et la Corée. Dans les années 80 dans un contexte de progrès technologique, le Mexique a mis en place des réformes avec notamment l'ouverture commerciale. Cette stratégie d'ouverture correspond aux recommandations de la Cepal sur l'économie du développement. Béla Balassa définit en 1961 différentes formes d'intégration régionale qui constitue différentes étapes possibles du régionalisme. Le Mexique opte pour la zone de libre-échange qui permet aux pays partenaires d'échanger librement leurs marchandises suite à la suppression des obstacles tarifaires et non tarifaires. La réglementation des échanges de produits avec le reste du monde reste du ressort des politiques commerciales nationales. Ainsi la libéralisation commercial a augmenté les écarts de salaires entre les travailleurs non qualifiés et ceux qualifiés avec par ailleurs une forte hausse des salaires dans les secteurs industriels. Le cas du traité ALENA permet d'illustrer les forces et les limites de l'ouverture commerciale pour une économie émergente. Bien que ce traité soit un outil promoteur du commerce et des investissements

    notamment pour l'industrie automobile, textile, électronique, les technologies avancées et l'agriculture ; il faut noter de nombreuses limites au développement ce qui remet en cause l'efficacité de cette stratégie d'ouverture. Les contagions conjoncturelles sont les premiers symptômes de la dépendance économique envers les échanges commerciaux comme l'illustrent les crises de 1982,1994 et 2005.

    Les risques majeurs :

    La corruption, la piraterie, l'opération douanière, la contrebande, l'économie informelle, l'insécurité sont des difficultés supplémentaires qui freinent les échanges internationaux. Le tableau suivant montre la perception des problèmes para les mexicains. Ainsi, nous remarquons que l'insécurité, la crise et le chômage sont les principales préoccupations de la population au niveau national.

    Source Monitor Mitofsky Economía, Gobierno y Política 2010

    Selon, l'organisation Transparency International, le Mexique se classe au rang 98 sur avec un indice de perception de la corruption de 3,1. Tandis que pour l'organisation Transparencia Mexicana, l'enquête de la corruption et du Bon gouvernement (2010) xxviiimontre que sur le plan national les États du District Fédéral, México, Guerrero, Oaxaca, Hidalgo, Tabasco, Colima, Jalisco sont les plus corrompus. Les procédures les plus fraudées sont entre autres : éviter d'être en infraction ou détenu par un agent de la circulation, passer quelques choses en douane, travailler et vendre sur la voir publique, obtenir une licence de construction, demander un permis d'installation de société ou ouvrir un établissement. '

    Le secrétaire de la fonction publique C.P. Salvador Vega Casillas a réalisé un dicours à la tribune du G20- OCDE sur le thème suivant : Unissant nos forces : G20-Secteur privé-Gouvernement. Il a rappelé que la corruption est un frein au développement et à la compétitivité des pays rendant les institutions moins efficaces et affectant la qualité de vie des populations. La corruption menace l'intégrité des marchés, facilite la concurrence déloyale, favorise la mauvaise répartition des ressources, détruit la confiance publique et le cadre légal. Le Mexique s'est engagé à faire de la lutte contre la corruption un objectif primordial à travers la loi fédéral d'anticorruption des contrats publiques et les réformes de la loi fédéral sur les responsabilités des services publiques. Le système CompraNet permet de publier les achats du gouvernement en toute transparence.

    c- L'impact des pôles de compétitivité : Le développement social et économique :

    La compétitivité d'une industrie peut se mesurer selon Makusen (1992) :

    - Si la productivité totale des facteurs est égale ou supérieur à celle de ses compétiteurs

    - Si les coûts unitaires moyens sont égaux ou moindre à ceux de ses compétiteurs

    Selon le commerce international et la part de marché :

    - Une industrie gagne en compétitivité si elle augmente sa part de marché dans les exportations vers un marché spécifique (Markusen, 1992).

    - Indice d'Avantage Comparatif révélé (Porter, 1990).

    Le stock d'investissements directs à l'étranger permet de juger l'origine des capitaux mais ne permet pas de mesurer l'impact sur le développement économique et social du pays. La création d'emploi est le but final de l'attraction des investissements étrangers, il faut donc apprécier la qualité des projets et les possibilités de réinvestissement.

    La compétitivité d'un pays se mesure par la croissance de la productivité et la performance commerciale.

    Selon le Centre de recherche pour le développement (Cidac) qui reprend les données de l'OCDE, la productivité mexicaine s'est ralentiexxix. Le taux de croissance de la productivité de 1991 à 2009 est de 2,1% très inférieur au 82,6% de la Corée du sud, 64,2% de l'Irlande ou 34,9% des États-Unis. L'indice de productivité du Mexique montre les différences par États. Les États de Nuevo León, México, Coahuila, Baja California, Distrito Federal sont les plus performantsxxx.

    Selon les données de l'inegi, la balance commerciale du Mexique s'est améliorée depuis la crise de 2008. Le pays exporte de plus en plus et importe de moins en moins en terme FOB.

    Source: Balanza comercial de México, Inegi (09/2010)

    En conséquence, le pays est centre d'opportunités mais il doit largement améliorer sa compétitivité. Cela passe donc par des synergies entre les entreprises, la main d'oeuvre, les universités et les initiatives publiques. L'objectif est donc de développer une offre de produits à hautes valeurs ajouté et de faciliter l'accès au financement des pme notamment par les fonds de garantie. L'effet multiplicateur du PIB obtenu par les exportations est de 1,8 alors qu'au Brésil ou au États-Unis, il est de 2,3 et 3,3. Le Mexique exporte 3 fois plus que le Brésil mais ne profit pas autant de son commerce extérieur que le pays carioca. Il faut donc ajouter de la valeur aux exportations.

    La formation de cluster est un moyen d'attirer des IDE de meilleure qualité en faisant la promotion de l'innovation et de la technologie. De plus, il faut remarquer que les investisseurs étrangers choisissent de s'implanter dans les zones à forte concentration de population afin de profiter du marché interne et les zones proche des frontières pour limiter les coûts de logistique et transport. Les entreprises européennes présentes au Mexique sont nombreuses (Basf, Química Hoechts, bayer, Siemens, Volskwagen, Danone, Axxa, Renault, Nestlé, Novartis, Glaxo, Shell, Philips, Unilever, Nissan, Hitachi, Sony, Bombardier, General Motors, Volvo, Daimler, Bosch, Jonhson controls, Mabe entre autres).

    Au niveau social, cela permet d'éviter la fuite des cerveaux mexicains passant par des programmes de d'échange universitaire et des bourses de mobilité au sein des institutions.

    Sur le plan technologique, il y a la nécessité d'adopter une technologie verte. Sur le plan économique, les clusters permettent de définir un avantage comparatif face aux pays concurrents. En effet, il ne faut oublier les externalités négatives que produisent les clusters comme la pollution. L'objectif est de développer une industrie mature pour devenir une plateforme internationale de R+D.

    Le cluster permet de rapprocher le pays de l'économie globale par le bais de stratégies telles que les alliances, le développement de fournisseurs locaux, un système éducatif spécialisé et internationalisé, l'attraction d' IDE, les avantages compétitifs. Bien que ProMéxico tente d'implanter le modèle de grappes d'entreprises avec le développement de fournisseurs locaux autour d'une activité régionale génératrice d'emploi et de croissance économique, il s'avère que le retard de compétitivité et les obstacles au néolibéralisme font que le modèle économique mexicain reste inégalitaire et dépendant.

    Conclusion générale :

    Lors de la réunion « México Cumbre de Negocios de 2009 », l'homme le plus riche du monde selon la revue Forbes en 2010, Carlos Slim Helú affirma que: « il n'y a pas de bonnes politiques économiques s'il n'y a pas de développement, de redistribution des richesses et de création d'emplois » rappelant que «depuis la crise de 1982, la croissance des revenues par habitants aura été quasiment nulle»xxxi.

    Selon les prospections du Fond Monétaire International, la croissance du Mexique devrait permettre de situer le pays 4ème rang des économies mondiales en 2040.xxxii

    Bien que le rôle de l'organisme ProMéxico soit justifié et indispensable pour soutenir la croissance économique du modèle néolibéral, le Mexique ne semble pas autant profiter des effets positifs du commerce extérieur. Les inégalités de richesse ne cessent de croître et les salaires augmentent peu. La création des grappes d'entreprises soutenue grâce au développement de fournisseurs locaux regroupés autour d'une industrie stratégique représente pourtant une bonne alternative pour soutenir les petites et moyennes entreprises mexicaines. Cependant il s'avère que le retard de compétitivité et les obstacles mentionnés dans l'étude font que le modèle économique mexicain reste inégalitaire et dépendant de ses partenaires historiques.

    Dès lors, la reconversion des industries maquiladoras est un thème majeur pour assurer la continuité de la croissance économique du Mexique. Malgré la phase de récession suite à la crise des subprimes de 2008, l'économie offre de bonnes perspectives avec une croissance du PIB au premier trimestre 2011 de 4.4 %xxxiii . En effet, le modèle d'industrialisation par les exportations devient de plus en plus performant. Le constructeur automobile Volkswagen réalisa un réinvestissement de 500 milliards de dollars pour la construction d'une usine d'assemblage à Silao, Guanajuato ; Eurocopter destina 500 milliards pour une usine de Toluca ; Procter & Gamble vient d'inaugurer son usine à Guanajuato ; Pirelli a réalisé un investissement de 210 milliards pour fabriquer ses pneus au Mexique ; Mazda, Sumimoto, Yamashita Rubber, Exedy, Hitachy Chemicals, augmenteront leur activités dans les États de Nuevo léon, Aguascalientes et Zacatecas ; enfin récemment Lenovo , Telecomunicaciones adc, Cientific Atlantic, LG, Toshiba sont des entreprises qui ont préféré le Mexique à la Chine xxxiv. Certes, l'avantage compétitif du pays est qu'il attire des investissements en recherche et développement par l'acquisition de licence et la création de centre de développement situés dans les 30 clusters que comptent le pays. Le Mexique est donc aujourd'hui capable de réaliser des produits à haute valeur ajoutée selon les critères spécifiques de la demande extérieure.

    En conséquence, cette matrice SWOT permet de récapituler les forces, faiblesses, opportunités, les menaces du pays:

    À l'aube de l'élection présidentielle de 2012 au Mexique, le pays risque cependant de subir un nouveau changement politique. Les sondages xxxv laissent entendre une montée de l'opposition au gouvernement actuel de Felipe Calderón du parti pour l'action nationale (PAN) ; avec le parti révolutionnaire institutionnel (PRI) représenté par Enrique Peña Nieto et l'adversaire probable actuel maire de la ville de Mexico, Marcel Ebrard du parti de la révolution démocratique (PRD). Reste à savoir si le modèle économique devrait aussi connaître des modifications structurelles. José Luis Calva xxxvi a réalisé quinze propositions de réforme pour diminuer les impacts négatifs de l'ouverture commerciale sur la base des principes du consensus de Washington. Il est important d'améliorer la compétitivité du pays par des programmes éducatifs de meilleure qualité, des transferts de technologie et des partenariats publicsprivés. Cela passe par une meilleure répartition du budget du gouvernement fédéral. Ainsi impulsé par la réforme éducative de 1982, le Mexique expérimente au fil des années un modèle impulsé par la qualité de l'enseignement et le développement de nouvelles technologies. Des institutions comme le conseil national de la science et technologie (Conacyt) et le système national des chercheurs (SNI) soutiennent le développement scientifique et technologique du pays. Cependant il faut noter que le nombre de doctorants au Mexique reste inférieur à ceux des pays émergents et pays développésxxxvii. Enfin, l'idée du projet national défendu par le révolutionnaire Octavio Paz semble aussi prendre forme

    par l'implantation de programmes pour combattre la pauvreté comme Pronasol, Progresa, Oportunidades.

     
     

    Bibliographie :

     
     
     

    i Organisation Mondiale du Commerce : Nouveau pays industrialisé

    ii Article sur le bicentenaire de l'indépendance mexicaine.

    iii «Statistiques de l'Organisation des Nations Unies pour l'Agriculture et l'Alimentation», Organisation pour

    l'Alimentation (FAO) (2011).

    iv Statistiques du système géologique mexicain (SGM) (2011).

    vi C.R. PRAHALAD The fortune at the bottom of the pyramide: eradicating powerty through profits

    vii ISABEL MAYORAL JÍMENEZ «El Modelo económico de México, agotado», CnnExpansión (27/01/2011).

    viii Décret de constitution de ProMéxico (2007).

    ix «Los grandes problemas de México» Tome XII Relaciones Internacionales, Colegio de México (2010).

    xi Modèle OLI de Dunning (1993)

    xii EDUARDO CAMACHO, «Nissan analiza traer a empresas en México», El Universal ((14/04/2011)

    xiii Présentation PowerPoint IMMEX, Secretaria de economía de Puebla (2010)

    xiv PAUL KRUGMAN & MAURICE OFSTEDE, International Economics: Theory and Policy , McGraw Hill (2010)

    xv www.weforum.org World Economic Forum (2010).

    xvi www.eclac.org Cepalstat Interactive Graphic System of International Economic Trends (27/07/2011)

    xvii www.eclac.org Cepalstat Interactive Graphic System of International Economic Trends (27/07/2011)

    xviii Ministère du développement (SEDECO), Tlaxcala a good place to invest (2010)

    xix www.fidecix.com (2010)

    xx www.eclac.com Cepalstat Interactive Graphic System of International Economic Trends (27/07/2011).

    xxi Plan d'affaires de ProMéxico (2011).

    xxii Discours de Bruno Ferrari, ministre de l'économie (2011).

    xxiii BRETON CHRISTIANNE, «ficha ejecutiva del Estado de Tlaxcala», ProMéxico (0707/2011)

    xxiv SERGIO GOMEZ, Directeur General IQCOM, Discours lors de l'évènement Fedex à Puebla (12/08/2011) sur les outils de recherches d'opportunités.

    xxv www.bancomext.com : financement, garanties, cartes de crédit, marchés financiers, fonds d'investissement et de capital risque, émissions, services fiduciaires, ventes de bines, évaluation, projet durable. (27/07/2011).

    xxvi http://2010.colmex.mx/publicaciones.html: vidéos du Colegio de México sur l'histoire du pays. (27/07/2010)

    xxvii ISABEL MAYORAL JÍMENEZ «Algunos de los 44 tratados que tiene México han perdido competitividad», CnnExpansión. (2010)

    xxviii Indíce Nacional de Corrupción y Buen Gobierno de Transparencia mexicana (2010).

    xxix LUIS RUBIOS, «Factores que frenan el crecimiento de la productividad mexicana» , AméricaÉconomía (15/03/2011)

    xxx «Productividad mexicana, estancada : Cidac», Cnnexpansión (13/04/2011)

    xxxi JOSÉ LUIS CALVA, «Reforma económica para el crecimiento sostenido con equidad», UNAM 2010

    xxxii World Economic Outlook Database and Update, IMF (01/2010)

    xxxiii www.inegi.org.mx Taux de croissance du Produit Intérieur Brut en prix constant de 2003 (08/2011)

    xxxiv URIEL NAUM «Industria renovada », Expansión (2011)

    xxxv www.consulta.mx Encuestas de Mitofsky (02/08/2011)

    xxxvi JOSÉ LUIS CALVA, »Reforma económica para el crecimiento sostenido con equidad», UNAM 2010

    xxxvii ROSENDO BOLÍVAR MEZA, «Historia de México contemporáneo», Instituto Politécnico Nacional.

    Annexes sur les opportunités du Mexique:

    - Statistiques Economie minière SISTEMA GEOLOGICO MEXICANO - Statistiques Production agricole FAOSTAT

    - Extrait « Las pymes europeas en México » COLEGIO DE MÉXICO

    1- Statistiques de l'industrie minière:

    Minerales metálicos

    Producción

    Lugar mundial

    Plata

    3 236 (toneladas)

    Oro

    50 818 (kilogramos)

     
     

    (millones de toneladas)

     

    Fierro

    8

    13°

     

    (miles de toneladas)

     

    Plomo

    141

    Zinc

    479

    Manganeso

    170

    Cobre

    247

    12°

     

    ( toneladas)

     

    Bismuto

    1 132

    Molibdeno

    7 812

    Cadmio

    1 550

    Antimonio

    380

    Minerales no metálicos

    Producción
    (miles de toneladas)

    Lugar mundial

     

    Fluorita

    1 058

     

    Barita

    140

     

    Grafito

    7

     

    Yeso

    5 135

     

    Feldespato

    446

    11°

     

    Azufre

    1 040

    13°

     

    Fosforita

    969

    15°

     
     

    (toneladas)

     

    66

    Diatomita

    129

     

    Nota: La producción puede medirse utilizando dos criterios distintos: por el volúmen (como en este caso) o su valor.

     

    FUENTE: INEGI. La minería en México. Consultar

    Minerales que exporta México. De acuerdo con el valor que representan para México, destaca la exportación de plata y zinc a Estados Unidos de América (EE.UU.).

    Valor de las exportaciones de minerales seleccionados por país de destino, 2008.

     

    Producto

    Miles de
    pesos

    Principales países
    de destino

    Minerales metálicos

     
     
     

    Metales preciosos

     
     
     
     

    Plata

    16

    932

    605

    EE.UU.

    Metales industriales

     
     
     
     

    Cobre

    2

    372

    630

    EE.UU.

    Zinc

    1

    973

    800

    EE.UU.

    Plomo

    1

    973

    800

    EE.UU.

    Fierro

     

    452

    028

    Argentina

    Manganeso

     

    56

    721

    Venezuela

    Minerales no metálicos

     
     
     

    Azufre

    1

    200

    600

    EE.UU.

    Sal

    1

    070

    737

    Japón

    Fluorita

     

    491

    122

    EE.UU.

    Yeso

     

    109

    763

    EE.UU.

    Barita

     

    22

    796

    EE.UU.

    Nota: La producción puede medirse utilizando dos criterios distintos: por el volúmen o su valor (como en este caso).

    FUENTE: INEGI. La minería en México. Consultar

    2- Statistiques de production agricole :

    Fournit des statistiques sur les cultures, le bétail, l'irrigation, l'utilisation de la terre, l'engrais, la consommation de pesticide, et les machines agricoles.

    Production d'aliments et de produits agricoles :

    69

    3- Las pymes europeas en México:

    (Extracto de Los grandes problemas de México Tome XII Relaciones Internacionales: Inversión extranjera directa en México, comportamientos empresariales y políticas gubernamentales de Carlos Alba Vega y Pascal Labazée, Publicaciones Colegio de México 2010).

    Creemos que una visión de la inversión extranjera en México no puede apreciarse enteramente sin profundizar, aunque sea de manera breve, en las características de la inversión de pequeñas y medianas empresas (Pymes) extranjeras, mucho menos conocidas que las grandes transnacionales. Por ello, aquí presentaremos algunos hallazgos de un estudio basado en entrevistas con inversionistas extranjeros de Pymes, en sus grandes mayorías europeas, establecidas en México, así como con funcionarios mexicanos y extranjeros de diversas instituciones de promoción y apoyo a la inversión extranjera.

    Las empresas entrevistadas se ubican en el rango de las pequeñas y medianas empresas, ya que casi la mitad de ellas cuenta con un máximo de 50 trabajadores, cerca de 75% emplean hasta 100 personas y sólo una cuarta parte ocupa a más de 100 empleados

    El momento de la internacionalización de las Pymes

    De acuerdo con la muestra de empresas entrevistadas, el proceso de internacionalización para la mayoría de ellas es un fenómeno muy reciente que se sitúa a partir de los años noventa. La mitad de las empresas entrevistadas en México se internacionalizó entre 1990 y 2000, y 80% lo hizo entre 1991 y 2008. Por lo general, la internacionalización es más reciente mientras más pequeña es la empresa, aunque existen empresas medianas que se internacionalizaron en los últimos años.

    Los factores que incitaron la internacionalización de las pymes europeas fueron las reformas económicas y jurídicas de varios países europeos para fomentar la internacionalización de sus empresas, la saturación de los mercados europeos y, en algunos casos, la pérdida de dinamismo de sus economías, al lado del fenómeno de la globalización que liberalizó las economías de gran parte de los países en desarrollo y emergentes. Además, las propias reformas económicas de países del Este de Europa, de América Latina y de Asia, junto con la formación de bloques regionales, condujeron a las empresas a buscar nuevos destinos para sus inversiones productivas ante las nuevas reglas de la competencia.

    El proceso de internacionalización e itinerario de las empresas europeas en México

    Las razones principales que explican el establecimiento de la internacionalización de las Pymes en México, según los directores de las empresas entrevistadas, son las que señalamos en los siguientes párrafos.

    El primer factor es el potencial del mercado interno que para ciertas actividades y productos es percibido como superior incluso a su país de origen. Sin embargo, varias empresas se dieron cuenta de que la única forma de competir en México era produciendo en este país, debido a los altos costos de los fletes desde Europa, al encarecimiento de los productos por la apreciación de euro y a la necesidad de atender de manera más directa y cercana a los clientes.

    México ofrece, además, las mejores oportunidades para exportar al mismo tiempo hacia América del Norte y hacia otros mercados, especialmente hacia América Central y el norte de América Latina, pero también a países lejanos, cuando el tamaño de sus mercados actuales no justifica una implantación productiva. Muchas empresas europeas exportan desde México a varios continentes. Para muchas empresas, una señal importante para venir a México fue la llegada de empresas estadounidenses. En cuanto a la internacionalización, un motivo de primera importancia para iniciarla a partir de México es también la afinidad cultural, y en el caso de España, la identidad lingüística.

    Clasificación de las Pymes europeas implantadas en México

    Las Pymes entrevistadas son de dos tipos, según su tamaño y origen, y se pueden clasificar de la siguiente manera: a] Pymes plurinacionales europeas con estructura familiar. Cuando las empresas son pequeñas y familiares, suelen tener como única inversión internacional la de México, o cuentan con dos o tres inversiones productivas fuera de su país; b] filiales Pymes de grandes grupos multinacionales de Europa.

    En otras palabras, la afinidad cultural y la identidad lingüística entre España y América Latina han

    influido de manera notable en los flujos de inversiones, sobre todo hacia México. El tamaño del mercado y la ubicación geoeconómica estratégica le confieren ventajas adicionales sobre otros países de América Latina como Brasil, más atractivo por su mercado interno, pero menos por su ubicación para la exportación y por las dificultades del idioma; Argentina, con un mercado más pequeño y una macroeconomía más inestable; Chile, muy atractivo en varios aspectos pero con un mercado muy pequeño y sin ventaja geoeconómica estratégica para la exportación a la zona del tlcan; Colombia y Venezuela, interesantes por su mercado pero con desventajas por la inestabilidad. En conclusión, las inversiones españolas se han dirigido a casi todos los países de América Latina, pero en México son las más grandes, las más estables y con el mejor historial. Las razones principales que declararon los directores de empresas para establecerse en México están relacionadas con el potencial del mercado interno, que para ciertas actividades y productos es percibido como superior incluso a su país de origen y con la necesidad de atender de manera más directa y cercana a los clientes; también cuentan mucho las oportunidades para exportar desde México a diversos mercados; la afinidad cultural y en varios casos la apreciación del euro. También fueron atraídas por los costos de la mano de obra y el nivel de capacitación.

    Las fases más frecuentes, aunque no ineluctables, de la internacionalización de las empresas europeas empiezan por la exportación desde Europa por medio de distribuidores no exclusivos. De ahí pasan al establecimiento de filiales de distribución propias. Después, profundizan la internacionalización por medio de la producción en México por dos vías: una primera fase de ensamble de partes que se traen desde el país de origen o de otras regiones, la cual es distinta de la subcontratación con el sistema de maquila; la segunda fase consiste en la búsqueda de componentes en México (sobre todo por el encarecimiento de los europeos) para iniciar el proceso completo de fabricación.

    A diferencia de las grandes empresas multinacionales, las modalidades de las Pymes europeas para ingresar al mercado mexicano no consistieron en participar en el proceso de privatización mediante la compra de algunas empresas que antes fueran paraestatales. En muchos casos aprovecharon los proyectos de largo aliento del sector automotriz para convertirse en proveedoras de partes y componentes. En otros casos modernizaron sus activos con nuevas inversiones; sin embargo, la mayoría de ellas son de reciente implantación. Tampoco se introdujeron por medio de la subinversión contratación bajo el esquema de industrias maquiladoras. Llegaron con inversiones creativas (greenfields), no con la compra de empresas ya existentes, aunque en varios casos se asociaron con empresarios mexicanos y más tarde adquirieron el control completo de las empresas. Algunos sectores especialmente relevantes son el turístico y el inmobiliario.

    La encuesta muestra que dos tipos diferentes de Pymes europeas se han implantado en México, cuyas elecciones de instalación son distintas.

    Un primer grupo de empresas acompaña, en calidad de proveedoras, la llegada de grandes empresas multinacionales, especialmente a la industria automotriz. Muchas de estas empresas que llegan como Pymes a México forman parte de grupos económicos muy grandes con implantaciones en diversos países. El principal --y a veces único-- factor de instalación es la presencia de las grandes empresas multinacionales en México.

    En cambio, el segundo grupo de Pymes, que hemos denominado como Pymes plurinacionales, cuenta con una mayor autonomía en sus elecciones de implantación. Se trata de empresas que son muchas veces familiares, las cuales se dirigen directamente al mercado mexicano y en parte al de Estados Unidos, cuyas decisiones de instalación hacen intervenir un mayor número de variables.

    Su sensibilidad al ambiente macroeconómico y de negocios, a la seguridad de los contratos, a los contextos políticos y sociales, a los apoyos financieros disponibles, a la calidad de los contactos con las autoridades nacionales, regionales y locales, se expresa con mayor frecuencia que en el caso de las empresas del primer grupo. Las políticas de atracción selectivas dirigidas a este tipo de Pymes tendrían por lo tanto más probabilidades de engendrar resultados positivos en ellas.

    Entre los establecimientos del segundo grupo figuran las born-global, con fuerte contenido tecnológico, por ejemplo en el sector de productos farmacéuticos o en la producción de bienes de capital sofisticados, cuya actividad es concebida en todo el mundo.

    Los problemas

    La cuestión del respeto a los derechos de propiedad intelectual y de la garantía de las reglas equitativas de competencia es una preocupación de los inversionistas europeos. La introducción ilegal de mercancías procedentes de Asia y la copia de marcas protegidas son consideradas como factores que inhiben las inversiones en ciertas áreas. A partir de las opiniones de los directores de las Pymes sobre otros problemas importantes que enfrentan, se pueden señalar como políticas públicas necesarias, y a veces indispensables, si se quiere que este tipo de inversión siga fluyendo a México, la siguiente: mejorar las aduanas con reglas escritas más claras, con criterios fáciles de aplicar sin interpretaciones y

    que sean consistentes; reforzar el combate a la corrupción en las aduanas con una mayor claridad y consistencia de las disposiciones escritas; una cuidadosa selección del personal; una capacitación continua; la mejoría en los ingresos del personal; un seguimiento permanente de las quejas; promover una política fiscal más sencilla de aplicar, menos cambiante y más consistente, de tal modo que permita diseñar planes de mediano y largo plazos, sobre todo para las Pymes; avanzar hacia un mayor respeto al Estado de derecho y contra la impunidad, en especial en lo que se refiere al cumplimiento de los contratos; promover una política científica y tecnológica con criterios y prioridades más consistentes y de mediano y largo plazos, independientes de los cambios de personal de las instituciones: aumentar y diseñar mejor los apoyos financieros para el desarrollo de proyectos científicos y tecnológicos; atender con prioridad el desarrollo del sistema ferroviario, ahora en manos del sector privado, que haga más expeditos y baratos los desplazamientos de las mercancías por tierra: desarrollar más el sistema de carreteras para hacerlo más competitivo en calidad y precios del servicio; mejorar sustancialmente la infraestructura en los estados del sur del país para que al lado de otras prioridades que necesitan también aplicarse, puedan convertirse en lugares atractivos para la inversión nacional y extranjera; establecer mecanismos que faciliten el otorgamiento de créditos por parte de la banca más accesibles y competitivos, que estén basados en la consistencia de los proyectos de inversión más que en las garantías, y propiciar una mayor comunicación y coordinación entre las instituciones gubernamentales. Los empresarios de las Pymes generalmente están satisfechos del nivel de formación de los recursos humanos, aunque reconocen que los costos de los cuadros medios y de los directivos están desproporcionados. Sin embargo, sugieren seguir invirtiendo de manera prioritaria en la educación en todos los niveles.