WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Activité insecticide de cinq huiles essentielles vis-à -vis de Sitophilus oryzae (Coleoptera ; Curculionidae) et Tribolium confusum (Coleoptera; Tenebrionidae )


par Sidali BENAZZEDDINE
Ecole nationale supérieure agronomique El Harrach Algérie - Ingénieur d'état en sciences agronomiques 2010
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

2. Discussion

2.1. Evaluation de l'effet insecticide des huiles essentielles par contact

Les essais réalisés ont montré que les cinq huiles essentielles en un effet insecticide sur S.oryzae et T.confusum pour ces deux espèces , la toxicité de ces différents huiles essentielles à enregistré à la plus forte dose qui fera la base de comparaison entres ces produits testés.

d'après les résultats obtenus, il ressort que :

Sur S.oryzae , on constate que l'huile essetielle d'Eucalyptus est plus éfficace avec un taux de mortalité de 97,47% , suivi par la Menthe verte avec 96,19%, le Thym avec un taux de 90,41% , puis le Romarin 88,16%, en dernière position la Citronnelle de 69,47%.

Sur T.confusum , le Thym et la Menthe verte ont provoqué 100% de mortalité, vient se positionner après le Romarin avec un taux de 97,37%, l'Eucalyptus 72,63% ,et en fin la Citronnelle avec 52,26%.

La représentation de ces résultats dans un diagramme de dispersion permis de tracer les droites de régressions dont les pentes, représentant les variations de mortalités (variable expliquées) en fonction des doses (variables explicatives) sont positives (tableau 11), on constate que pour tous les produits testés, la relation entre la mortalité et les doses sont proportionnelle.

Tableau 11: Classement de la toxicité des huiles essentielles par contact vis-à-vis de S.oryzae

Les huiles essentielles

DL50

DL90

Pente

1-Eucalyptus

0,1

0,27

1,34

2-Menthe

0,15

0,28

1,46

3-Thym

0,18

0,44

1,49

4-Romarin

0,21

0,46

1,44

5-Citronnelle

0,24

0,87

0,97

L'examen des DL50 et DL 90 des huiles essentielles sur les deux éspèses donne le classement suivant :

Sur S.oryzae : l'Ecalyptus et la Menthe verte en première position suivi par le Thym et le Romarin, et en dernier la Citronnelle (tableau 11)

Tableau 12 : Classement de la toxicité des huiles essentielles par contact vis-à-vis de T.confusum

Les huiles essentielles

DL50

DL90

Pente

1-Menthe

0,1

0,26

1,51

2-Thym

0,14

0,26

2,55

3-Romarin

0,19

0,34

1,9

4-Eucalyptus

0,29

0,77

1,29

5-Citronnelle

0,34

1,54

0,83

Sur T.confusum: la Menthe verte et le Thym en premier position suivi par le Romarin, l'Eucalyptus et en fin la Citronnelle (tableau 12).

La comparaison de la toxicité des huiles essentielles par contact sur les deux insectes nous permet de conclure que le Romarin, le Thym et la Menthe verte ont des toxicités plus importantes sur T.confusum que sur S.oryzae et pour les autres produits on a signalé que l'Eucalyptus et la Citronnelle sont moins toxiques sur T.confusum par rapport aux S.oryzae (tableau 13)

Tabeau 13: Comparaison des DL50 et DL 90 des huiles essentielles vis à vis de S.oryzae et
T.confusum

Les huiles
essentielles

DL50 (ul/cm2)

DL 90 ( ul/cm2)

S.oryzae

T.confusum

S.oryzae

T.confusum

Eucalyptus

0,1

0,29

0,27

0,77

Romarin

0,21

0,19

0,46

0,34

Thym

0,18

0,14

0,44

0,24

Menthe verte

0,15

0,1

0,28

0,26

Citronnelle

0,24

0,34

0,87

1,54

> L'analyse de la variance

Eucalyptus Thym Romarin Menthe verte

Citronnelle

Facteur 2 :

D0

D1

D2

D3

D4

L'analyse de la variance est fondée sur deux facteurs (produits et dose) et une variable (la mortalité).

Facteur 1 : produit

Elle confirme nos résultats, ce qui explique que les cinq plantes sont d'une efficacité hautement significative étant donné la probabilité nulle des F de Fisher et Snedecor des deux facteurs : Produits-dose, et de leur interaction, le coefficient de variation est de 16,39% pour les tests sur S.oryzae et de 15,56 pour T.confusum ce qui confirme la fiabilité de l'essai puisque ce coefficient est inferieur à 50% (tableau 1 et 2, annexe B).

Selon le test de Newman et keuls les cinq huiles essentielles ont agit différemment sur les deux insectes ce test a mis en évidence l'existence de trois groupes de moyenne homogènes sur S.oryzae et quatre groupes de moyenne homogènes sur T.confusum. Ce qui concerne S.oryzae, le groupe A comporte les huiles essentielles de la Menthe le Thym et le Romarin puisque les moyennes se rapprochent l'une de l'autre 7,80 pour la Menthe verte, 7,70 pour le Thym et 7,40 pour le Romarin, le groupe B comporte la Citronnelle, le groupe C comporte l'Eucalyptus.

Pour T.confusum le groupe A renferme l'Eucalyptus et la Citronnelle, les autres produits Romarin Thym et Menthe verte occupent trois groupes différents B, C et D respectivement (tableau 3 et 4, annexe B).

D'après ces résultats nous constatons que l'application par contact des huiles essentielles du Thym, Romarin, Eucalyptus, Menthe verte et la Citronnelle a enregistré des taux de mortalité élevé, les cinq produits manifestent une mortalité supérieure à 50% sur les deux insectes. Ces résultats rejoignent d'une manière plusieurs travaux :

En 2001, Kechout avait testé l'efficacité de l'huile essentielle du Thym sur Sitophilus orysae L., traduite par un taux de mortalité évalué à 85% .

L'étude réalisé par Kim et al (2003), sur plus de 30 plantes aromatiques et médicinales a montrée que ces plantes étaient toxiques a l'égard de Callosobruchus chinensis et Sitophilus oryzae sous plusieurs formes (poudre et huile essentielle). D'après ces auteurs, les huiles essentielles de Brassica juncea L et de Cinnamomum cassica se sont révélées plus efficaces avec des pourcentages de mortalités respectifs de 84,2% et 98%.

Sur Rhyzopertha dominica (Fabricus), des essais sur l'efficacité des huiles essentielles de romarin et de thym, par contact et par inhalation, ont encore prouvé l'effet insecticide de ces deux huiles. En effet, le romarin s'est montré efficace par contact à la dose de 1,384 mg/cm2 en provoquant 89,72% de mortalité alors que le thym à la même dose donna un taux de 100%(El Guedoui, 2003).

Maafi, (2005) a évalué l'activité insecticide des huiles essentielles du Romarin et de Thym sur Rhyzoperta dominica, a obtenu presque le même effet toxique des deux huiles essentielles avec des DL50 de 0,40 u/cm2 pour le Romarin et 0,42 u/cm2 pour le Thym.

Tapondjou et al. (2005), ont bien mis en exergue l'activité insecticide des huiles essentielles du cyprès et de l'eucalyptus vis-à-vis de Sitophilus zeamais et de Tribolium confusum, ces auteurs ont obtenus des DL50 différentes pour les deux insectes appliquées par contact ; ils obtiennent 0,36 ul/cm2 pour Sitophilus zeamais et 0,48 ul/cm2 pour Tribolium confusum, démontrant ainsi l'efficacité de ces deux huiles essentielles sur ces deux insectes.

Plus récemment Owabali et al. (2009) ont réalisé des tests sur l'efficacité par contact des trois huiles essentielles : Citronnelle (Symbopogon citratus), Ecrou mégohm (Monodora myristica), Gingembre (Zingeber officinales) sur Sitophilus zeamais, ces auteurs confirme nos résultats, en effet la Citronnelle moins toxique sur S.zeamais avec les DL50 de 0,56 ul/cm2 tandis que Monodora myrstica et Zingeber officinales ont des toxicités plus faible que Symbopogon citratus avec les DL50 de 0,60 et 0,70ul/cm2 respectivement.

2.2. Evaluation de l'effet insecticide des huiles essentielles par inhalation

Les tests ont mis en évidence l'effet par inhalation des huiles essentielles utilisées sur S.oryzae et T.confusum, à une dose de 9.10-3 ul/cm3, toutes les huiles ont provoqué 100% de mortalité après 6 jours à l'exeption de la citronelle qui n'atteint pas ce taux.

Sur S.oryzae,après 48 heures d'exposition le romarin donne 100% de mortalité ce taux est atteint après 96 heures pour la menthe verte, 120 heures pour l'eucalyptus et 144 heures pour le thym, concernant la citronnelle on a enregistré seulement 73,44 % au bout de 144 heures .

Sur T.confusum, aprés 24 heures de traitement le romarin et la menthe verte ont provoqué 100% de mortalité, les mêmes pourcentages en été enregistré pour le thym et l'eucalyptus après 120 heures, en fin la citronnelle qui a donné des résultats ne dépassant pas 55% après 144 heures d'exposition.

D'après les résultats obtenus on peut classer les huiles essentielles selon leur efficacité :

Sur S.oryzae :Menthe verte en première position suivie du Romarin ,puis le Thym et l'Eucalyptus et en dernier la Citronnelle.

Sur T.confusum : le romarin et la menthe verte en première position suivis de l'Eucalyptus et le Thym, et en dernière position la citronnelle.

D'après ces résultats les huiles essentielles sont plus toxique par inhalation sur T.confusum que sur S.oryzae à l'exeption de la citronnelle qui est moins efficace sur cette dernière espèce que sur l'autres nous constatons aussi que l' effet de choc est plus important sur T.confusum que sur S.oryzae.

> Analyse de la variance

L'analyse de la variance est fondée sur deux facteurs (produits et temps) et une variable (la mortalité).

L'analyse de la variance (tableau 5 et 6, annexe B) montre qu'il y'a une différence très hautement significative avec une probabilité nulle de Fischer et Snedecor entre le pourcentage de mortalité du témoin et le pourcentages de mortalité des lots traités par les cinq huiles essentielles. Le coefficient de variabilité est de 16.85 % et 13,26 % respectivement pour les deux tests sur S.oryzae et T.confusum ce qui confirme la fiabilité de notre test.

Le test de Newman et keuls a mis en évidence l'existence de trois de moyennes homogènes

pour S.oryzae et de quatre groupes pour T.confusum, dans les deux test de la toxicité par inhalation pour les deux espèces la Menthe et le Romarin sont les plus efficaces rassemblés en un seul groupe A, le groupe B comporte l'Eucalyptus et Thym dans le cas de S.oryzae, pour T.confusum l'Eucalyptus est classé dans le groupe D, le Thym dans le groupe C et enfin la Citronnelle dans le groupe B.( tableau 7 et 8, annexe B).

Nous constatons que la toxicité des huiles essentielles par inhalation est plus forte chez T.confusum que chez l'espèce S.oryzae.

Les huiles essentielles de Menthe verte et du Romarin sont plus efficaces par inhalation, cela a été prouvé par de nombreux auteurs, notamment par Regnault-Roger et al (1993), ces derniers signalent la toxicité par inhalation des espèces végétales appartenant à la famille des Labiées tels que Thymus vulgaris L. et Rosmarinus officinalis L., ils citent également d'autres familles dont les Myrtacées et les Graminées vis-à-vis de la bruche du haricot. (Santos et al.,1997) qui révèlent l'effet inhalatif des huiles essentielles Eucalyptus canalidensis et Eucalyptus cameroni contre Rhizopertha dominica et Tribolium castaneum.

Tunc et al. (2000) notent également que l'huile essentielle de l'origan provoque une mortalité de 89% chez T.confusum après 96 heures d'exposition par contre l'huile essentielle de Romarin à une faible activité la mortalité est de 65% chez T.confusum, pour l'huile essentielle d'Eucalyptus le taux de mortalité est de 18%.

Par ailleurs, El-Guedoui (2003) a évalué la toxicité par inhalation du Romarin et du Thym sur R. dominica, cet auteur affirme que le Romarin est plus toxique que le Thym, les enregistrements des mortalités ont dévoilé l'efficacité du thym dépassait celle du romarin : 40,93% contre 38,92% à la plus forte dose 1,44 mg/cm2.

Chaumont et al. (2001) ainsi que Koba et al. (2003) ont aussi affirmé suite à des bioessais et à des analyses chimiques que l'huile de la Citronnelle serait plutôt active contre les microbes que contre les insectes.

Shakarami et al (2004), ont étudie la toxicité et la répulsivité de l'huile essentielle de Artemisia aucheri sur Callosobruchus maculatus, Tribolium castaneum, Sitophilus oryzae et Sitophilus granarius, à des concentrations de 0,03. 0,18. 0,37. 0,55. 0,74 et 0,92 u1/cm3; et ont déduit que Callosobruchus maculatus la plus sensible à l'égard de cette huile du fait que les DL50 enregistrées sont de 0,10. 0,12. 0,13 et 0,14 ul /cm3 respectivement pour chaque insecte.

Yahyaoui (2005) a réalisé des tests sur l'efficacité par inhalation et contact des huiles essentielles de la Menthe verte sur Rhyzopertha dominica et T.confusum, à la dose de 3,12 % l'huile essentielle de menthe verte agit pratiquement de la même manière sur Rhyzopertha dominica et sur Tribolium confusum et a provoqué 100% de mortalité.

Plus récemment Camara (2009) a étudié l'efficacité des huiles essentielles d'Ocimum basilicum L. et Ocimum gratissimum et de Cymbopogon citratus par fumigation et contact sur grains sur S.oryzae L. et T.castaneum Herbst, cet auteur a signalé que l'huile de cymbopogon citratus n'a provoqué aucune mortalité durant 6 jours d'exposition par inhalation.

précédent sommaire suivant