WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Du rapport imagination transcendantale -temps et le problème de la finitude et la métaphysique du Dasein chez Heidegger, une lecture thématique de "Kant et le problème de la métaphysique"

( Télécharger le fichier original )
par Davy DOSSOU
Université Canisius, Buffalo - Licence de philosophie 2008
  

sommaire suivant

Article N° 1 : « Du rapport imagination transcendantale-temps et le problème de la finitude dans l'homme et la métaphysique du Dasein ». Etude analytique de Kant et le problème de la métaphysique de Martin Heidegger

Introduction

Dans la préface à la première édition de la Critique de la raison pure (1781), Emmanuel Kant affirme : « le champ de bataille de ces combats sans fin, voilà ce qu'on nomme métaphysique. Il fut un temps où elle était appelée la reine de toutes les sciences, et si l'on répute l'intention pour le fait, elle méritait assurément ce titre honorifique, par l'importance singulière de son objet »1(*).

Par cette affirmation, Kant en son temps voudrait souligner que le champ de la métaphysique n'est pas une entreprise aisée. Elle donne toujours du fil à retordre à quiconque désire se lancer dans une telle voie. Il ne s'agit pas ici en terme heideggerien d'un Holzweg, d'un chemin qui ne mène nulle part, mais plutôt d'un lieu, d'un champ de bataille où s'affrontent plusieurs doctrines. Celles-ci, aux points de vues divergents, empruntent chacune leur méthode, leur démarche dans le but de la quête du sens, de la signification, de la vérité. En d'autres termes, il s'agit de la quête, si nous osons nous exprimer ainsi, de l'essence, de l'être.

N'est-ce pas dans ce champ de bataille de tous les combats qu'est la métaphysique que nous voulons situer Martin Heidegger comme l'une des figures emblématiques de cette doctrine ? Réfléchir pour chercher à savoir, ou réfléchir pour comprendre Heidegger dans les profondeurs de ses pensées les plus brûlantes en métaphysique, mieux en ontologie n'est pas chose facile. Cependant, cela ne devrait pas être , à notre avis, un prétexte pour ne pas oser sonder l'insondable de ses réflexions. C'est justement cette audace qui nous pousse à réfléchir avec lui « Du rapport imagination transcendantale-temps et du problème de la finitude dans l'homme et la métaphysique du Dasein ». Force est de constater que chez notre auteur, un thème prédominant semble s'imposer, à travers l'interprétation de Kant, à tout le projet de l'ontologie fondamentale : celui de la finitude. On le retrouve partout dans l'ouvrage Kant et le problème de la métaphysique. La notion de la finitude occupe une place capitale dans la pensée de Heidegger. A celle-ci, nous pouvons également ajouter une autre notion essentielle dans la plume de notre auteur : l'imagination transcendantale.

La fonction de l'imagination transcendantale, nous dit Kant, est de s'assurer une médiation entre la réceptivité de la sensibilité et la spontanéité de l'entendement. A ce sujet, notre projet est de relever le sens que revêt celle-ci dans la perspective heideggerienne et montrer comment notre auteur interprète cette idée chère à Kant, en lien avec le temps. C'est pourquoi, nous nous proposons de développer le thème de notre travail en deux grandes parties.

Dans un premier temps, nous tenterons d'approfondir, à la balance d'une recherche plus attentive, du rapport qu'établit Heidegger entre l'imagination transcendantale et le temps. Il s'agira d'abord de clarifier la notion de l'imagination transcendantale en prenant comme point de départ Kant ; ensuite, nous dégagerons l'attitude de Heidegger face à la conception kantienne de l'imagination transcendantale et enfin du rapport qu'il établit entre cette dernière et le temps. En second lieu, il s'agira pour nous d'exposer la compréhension heideggerienne de la finitude. Celle-ci consiste en un approfondissement du problème de la finitude dans l'homme et la métaphysique du Dasein.

* 1 Emmanuel KANT, OEuvres philosophiques I Des premiers écrits à la Critique de la Raison Pure, traduction Ferdinand Alquié, Paris, Gallimard, 1980, p. 112

sommaire suivant