WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Problématique de la prise en charge des OEV du fait du VIH/sida: cas de la ville d'Abidjan


par Sourou SANGARE
Université Cocody, Abidjan - Maà®trise 2008
Dans la categorie: Biologie et Médecine
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire

I- La prise en charge nutritionnelle

A la lumière des problèmes de nourriture que rencontrent les orphelins, des propositions ont été faites notamment :

- le renforcement des cantines scolaires pour ceux qui vont à l'école,

- l'apport de nourriture aux parents et substituts qui vivent dans une extrême pauvreté

- l'appui aux veuves pour le financement de micro-projets générateurs de revenu.

II- La prise en charge médicale

Il est souvent difficile pour une veuve par exemple d'assurer les soins curatifs de ses enfants encore moins les soins prophylactiques. Un agent de santé comme ses pairs, formule ses propositions en ces termes : « Je propose qu'il nous offre des médicaments, qu'on puisse alimenter le centre de santé qui est là. On a des orphelins, s'ils sont malades, on peut les traiter. »

L'un des souhaits des veuves est que le gouvernement apporte des médicaments et des vivres dans les familles.

Pour ce qui concerne la prise en charge médicale des orphelins du Sida (infectés), les acteurs attendent que leur statut sérologique soit connu et qu'ils bénéficient de soins gratuits ; l'Etat doit au besoin les regrouper dans des centres pour éviter qu'ils ne soient rejetés dans la communauté surtout qu'ils auront besoin de soins quotidiens que les parents ne pourront pas supporter; il faut mener des actions pour vaincre la peur de ceux qui ne connaissent pas bien le SIDA.

III - La prise en charge scolaire

Après le cycle primaire, il se pose plus de problèmes de moyens financiers pour la scolarisation des orphelins. Il serait donc intéressant de leur trouver une prise en charge pour pouvoir poursuivre leurs études. Tel est le souhait de cette veuve : « Que les enfants soient pris en charge dans des centres pour que l'école ou le métier qu'ils vont faire soit bien fait. Si mes enfants étaient ailleurs, je pense qu'ils allaient continuer loin l'école ». Pour d'autres, il vaut mieux améliorer le nombre des collèges dans les communes.

Pour les enfants qui ont dépassé l'âge scolaire, nous proposons qu'on les forme à l'exercice d'un métier.

Pour pérenniser les activités génératrices de revenus, une formation en gestion simplifiée de microprojets est indispensable. L'intervenant sociale devra s'adresser aux structures compétentes en la matière pour assurer la formation et le suivi des bénéficiaires.

IV- Prise en charge psychosociale

IV-1- Pour l'intervenant social

L'intervenant social doit faire des visites à domicile et des enquêtes sociales pour apporter une réponse aux problèmes économiques des OEV. Une étude de faisabilité doit être conduite avant la réalisation d'une AGR. L'intervenant social devra connaître ses limites et solliciter les personnes et structures ressources compétentes afin de conduire les analyses de situation, les enquêtes sociales, les études de faisabilité, le montage des projets, etc.

IV-1-a- Conduite face au choc

L'intervenant social/ conseiller doit apporter à l'enfant un soutien pratique et affectif, maintenir une communication régulière et réelle.

IV-1-b- Conduite face à l'angoisse

L'intervenant social/conseiller s'attachera à rétablir les capacités à penser et à prendre des décisions du sujet, en répétant sans cesse l'information et en référant au besoin son client au psychologue.

IV-1-c- Conduite face à la colère

L'intervenant social/ conseiller gère cette colère (qui également peut s'adresser à lui) en affrontant le cas échéant, l'enfant. Il aide aussi la famille et les amis, ainsi que le personnel soignant, à comprendre que cette colère, bien que déplacée, est un moyen de faire face à une situation difficile.

IV-1-d- Conduite face à la peur

L'intervenant social/ conseiller doit découvrir les causes :

- si elles sont dues aux rumeurs ou à une fausse information, le conseiller doit rassurer

- si elles sont fondées, le conseiller devra aider l'enfant à s'assumer, Une réassurance réaliste permet à l'OEV d'envisager qu'il peut être submergé par des sentiments de solitude, d'épuisement, de faiblesse et de disfonctionnement de l'organisme. Le conseiller ne doit pas tromper l'enfant par un optimisme injustifié ou lui cacher le diagnostic.

IV-1-e- Conduite face au déni

Si l'enfant refuse toute assistance médicale ou psychologique, et persévère dans une conduite à risque, l'intervenant social/ conseiller a besoin de le dissuader et de faire ressortir les conséquences d'une telle attitude.

IV-1-f- Conduite face à l'isolement

L'intervenant social/ conseiller doit respecter ce besoin d'isolement ponctuel, tout en poursuivant une relation de prise en charge autant que faire se peut. Il en recherchera les causes et encouragera un changement d'attitude.

IV-1-g- Conduite face à la perte ou à la dépossession

Lorsqu'ils ont perdu quelqu'un qu'ils aimaient, les enfants ont besoins d'informations simples et adaptées à leur âge sur ce qui s'est passé. Ils ont besoin d'être écoutés par quelqu'un préparé à répondre plusieurs fois à la même question. Et le besoin le plus important, c'est celui d'être rassuré que l'on s'occupe d'eux et qu'ils sont aimés. L'intervenant social/ conseiller doit donc rester à l'écoute de l'enfant et de sa famille pour un soutien psychosocial.

IV-1-h- Conduite face à la dépression

L'intervenant social/ conseiller doit rester à l'écoute de l'enfant et des personnes qui s'en occupent, pour un soutien psychologique. Il doit évaluer avec l'entourage de l'enfant les risques qu'il encourt, et aider à mettre en place une protection adéquate.

IV-1-i- Conduite face à la dépendance ou à la perte d'autonomie

L'intervenant social/ conseiller doit s'efforcer au maximum de susciter un sentiment d'autonomie et de contrôle chez l'enfant. Par ailleurs, le conseiller s'assurera que les proches de l'enfant et la communauté le soutiennent en vue de son épanouissement.

IV-1-j- Conduite face à la culpabilisation

L'intervenant social/ conseiller doit être à l'écoute de l'enfant et le laisser exprimer ses sentiments. Le rétablissement et le maintien de l'estime de soi doivent être une priorité, faute de quoi l'enfant se sentira peu enclin à changer de comportement (accepter les traitements et les décisions).

IV-1-k- Conduite face à l'acceptation positive

L'intervenant social/conseiller encouragera l'enfant à la restructuration des relations sociales, à l'établissement des perspectives motivantes et constructives ; de même, il l'aidera à élaborer des plans d'actions et à aborder positivement les problèmes juridiques et familiaux.

IV-1-l- Conduite à tenir face aux problèmes sociaux

L'intervenant social/ conseiller doit :

- partager les informations sur la stigmatisation et sur la discrimination vécues par les enfants.

- Promouvoir la prise de conscience de la communauté sur les droits de l'enfant, les lois anti-discriminatoires basées sur les vertus culturelles traditionnelles et religieuses ;

- Travailler avec les anciens et les chefs de la communauté afin de s'assurer que les enfants participent aux activités communautaires, aux rites de passage et aux cérémonies traditionnelles ;

- Encourager les responsables communautaires et religieux à promouvoir l'accueil, les soins, la protection des enfants infectés et affectés ;

- Etablir un programme communautaire de visites à domicile pour fournir aux substituts parentaux et aux enfants, un soutien moral et un contact social réguliers ;

- Mobiliser les guides religieux, les encourager à soutenir les OEV et empêcher leur stigmatisation et leur discrimination.

CONCLUSION GENERALE

Au terme de cette étude relative à la `'PROBLEMATIQUE DE LA PRISE EN CHARGE DES ORPHELINS ET AUTRES ENFANTS RENDUS VULNERABLES DU FAIT DU VIH/SIDA A ABIDJAN'', trois faits majeurs se dégagent :

- le faible taux des OEV pris en charge : A peine 10 % des enfants bénéficient d'un soutien et d'une assistance et moins de 2% des demandeurs d'ARV chez les enfants reçoivent effectivement des médicaments.

- les conditions de vie précaire des orphelins et des substituts parentaux : Le VIH/SIDA agit sur tous les secteurs d'activité des hommes. La majorité des personnes touchées sont des parents qui abandonnent malgré eux, leurs progénitures dans des conditions de vie souvent difficiles. Ces enfants sont souvent confrontés à des problèmes d'ordre scolaire ou d'apprentissage, économique, alimentaire et nutritionnel, sanitaire, psychologique et juridique.

- les limites des structures d'intégrations des OEV : Les structures intervenant dans le domaine de la prise en charge sont confrontées à divers problèmes tant intrinsèques que extrinsèques qui limitent les actions de prise en charge.

Nous pouvons dire que nos hypothèses ont été en partie confirmées à tel enseigne que la Côte d'Ivoire, consciente de l'importance que représentent les enfants pour l'avenir, a décidé de les soutenir.

Le VIH/SIDA, maladie jusqu'à présent incurable, constitue aujourd'hui un problème de développement auquel la Côte d'Ivoire doit faire face.

La prévention reste encore le seul moyen susceptible de réduire le phénomène.

Afin de mieux cerner le phénomène, le concept OEV (orphelins et enfants vulnérables) est utilisé pour désigner tous les enfants qui sont directement et indirectement touchés par la pandémie. Le soutien à apporter aux OEV a pour objectif de répondre aux difficultés rencontrées par ces enfants.

La connaissance et la compréhension des affections courantes liées au VIH/SIDA chez l'OEV permettent d'assurer les premiers soins et de le référer aux structures spécialisées. L'accompagnement de l'OEV et de son entourage, à travers des visites à domicile, est essentiel pour assurer un bon suivi de son état de santé.

En somme, face aux difficultés sanitaires, alimentaires et nutritionnelles, scolaires et d'apprentissage, économiques, juridiques et psychosociales, l'intervenant social doit apporter des solutions adaptées pour un meilleur soutien des OEV, en tenant compte des mesures préventives. Il doit, lorsque ses compétences sont limitées, référer l'OEV. Toutes les initiatives sont à saluer et méritent d'être soutenues et pérennisées par tous les partenaires et acteurs impliqués dans la lutte contre la SIDA y compris la population. Ce sont tous ces efforts conjugués qui permettront à la côte d'Ivoire d'être à l'image de l'Ouganda (exemple en Afrique) qui en 20 ans de lutte a pu ramener le taux de prévalence du SIDA de 37% à 6% et ce grâce à des politiques et des stratégies efficientes.

Par ailleurs, pour un renforcement de la lutte nationale contre le VIH/SIDA, il serait plausible de réaliser une étude similaire à la présente, en zone ex-assiégée où il y a de fortes chances de rencontrer des enfants orphelins chefs de ménages du fait de la guerre.

BIBLIOGRAPHIE

 

1. MARIE France ADRIEN (2000), « Orphelins et SIDA en Côte d'Ivoire : Analyse de situation et Propositions d'action ». ATELIERS DE REFLXION : Orphelins du SIDA, mieux connaître pour mieux agir, p.23.

 

2. MEMAIN-YENOU H., COULIBALY-TRAORE D. et al. (1998), « Orphelins du Sida : une approche quantitative et qualitative du problème en Côte d'Ivoire. Abidjan, IRD - GIDISCI.

 

3. MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE (RCI) (1996), Plan national de développement sanitaire 1996 - 2005 : Programmes et Financement pour la période 1996 - 1998. Tome II, Abidjan.

 

4. MLS/MSP/RETROCI (2000-2001), Surveillance du VIH/SIDA et de la syphilis en Côte d'Ivoire. Rapport d'activités.

 

5. ONUSIDA Protocole pour l'identification de la discrimination à l'égard des personnes vivant avec le VIH. Collection Meilleures Pratiques de l'ONUSIDA / OUTILS FONDAMENTAUX.

 

6. PNLS / MST / TUB (2000), Rapport de séminaire sur les stratégies d'assistance aux orphelins et autres enfants affectés par le VIH/SIDA. ATELIERS DE REFLEXION : Orphelins du SIDA, mieux connaître pour mieux agir). Alger, pp.14

 

7. UNICEF (2002), Impact socio-économique à long terme du VIH/SIDA sur les enfants et les politiques de réponse. Le cas de la Côte d'Ivoire.

 

8. UNICEF, ENFANTS AFFECTES PAR LE VIH/SIDA : Droits et Réponses dans le monde en développement

 

9. UNICEF/ONUSIDA (2001), Les orphelins du sida : Réponse de la ligne de front en Afrique de l'Est et en Afrique Australe.

 

10. UNICEF (2004) : Les générations orphelines d'Afrique.

 

11. Analyse de la situation des Orphelins et autres Enfants Vulnérables du fait VIH/SIDA en Côte d'Ivoire dans les communes de : Abengourou, Abobo, Bondoukou, San Pedro, Yamoussoukro, Yopougon, ).Mai 2005

 

12. Document de politique nationale pour la Prise en charge des orphelins et autres enfants vulnérables du fait du VIH/SIDA en Côte d'Ivoire 30 p

 

13. PN-OEV : Directives Nationales de Services à offrir aux OEV, p.28 Nov 2006

 

14. PN-OEV : Plan de Suivi et Evaluation du plan d'Action National OEV, p.60 Nov.2005

 

15. UNICEF : Formation en conseil et dépistage volontaire du VIH/SIDA - Guide du participant. Manuel de référence

 

16. Prévention de la transmission mère enfant du VIH (PTME) - Manuel de référence - 2005, Ministère d'Etat, Ministère de la santé et de la population

 

17. Adolescence et crise : la quête d'identité, Paris édition Flammarion, 1972

 

18. Cadre pour la protection, les soins et les soutiens aux orphelins et enfants vulnérables vivant dans un monde avec la VIH et SIDA 48 p

 

19. Convention des Nations Unis relative au droit de l'enfant. Février 1991

 

20. Document de Normes et Directives Nationales du Conseil et Dépistage Volontaire du VIH en Côte d'Ivoire, Abidjan, nov. 2002, Ministère de la Solidarité, de la Santé et de la Sécurité Sociale

 

21. Enfants affectés par le VIH/SIDA. Droits et Réponses dans le monde en développement. Editions Banque Mondiale. Décembre 2005 148 Pages

 

22. Manuel de procédures techniques pour la prévention de la transmission mère-enfant du VIH en Côte d'Ivoire, 105 p. Ministère d'Etat, Ministère de la santé et de la population

 

23. Rapport conjoint UNICEF ONU SIDA/USAID. Décembre 2006

ADRESSES ELECTRONIQUES

1- http://info.worldbank.org/etools/docs/library/210670/toolkitfr/howknow/categiries.htm

2- http://www.sida-info-service.org/informer/vih/ist.php4

3- http://fr.wikipedia.org/wiki/sida

4- http://www.lecrips.net/webidf/questions_ados/savoir.htm

5- http://fr.wikipedia.org/wiki/Vaginite_%C3%AO_trichomonas_vaginalis

6- http://fr.wikipedia.org/wiki/Herp%C3%A8s_g%C3%A9nital

7- http://fr.wikipedia.org/wiki/Chancre_mou

8- http://www.vulgaris-medical.com/encyclopedie/gonococcie-2128.html

9- http://fr.wikipedia.org/wiki/Syphilis

10- http://perso.orange.fr/marc.oberle/declaration-droits-enfant.html

11- http://www.droitsenfant.com/convenf.htm

12- http://www.globenet.org/enfant/droits.htmlhttp///dejagrand.infobebes.com/htm

13- http://www.ccisd.org/fra/index2k.htm

14- http://www.agoonami.tg/textes/communautaire.htm

15- http://www.refer.sn/rds/IMG/pdf

16- http://www.ipsnews.net/fr/print.asp

17- http://www.aids.ch/f/hivpositiv/belastung.php

18- http://osi.bouake.free.fr

19- http://www.icad-cisd.com/content/pub_printerfriendly.cfm

19- http://www.OVCtoolkit@worldbank.org

ANNEXES

ANNEXE 1 : EXEMPLE DE FICHE D'ENQUETE SOCIALE

SYSTEME BENEFICIAIRE (Noms et prénoms) :

Adresse :

Secours Financier Secours Médical

Secours Alimentaire Secours scolaire

Résumé du Cas

· Enquête Sociale

Fiche N° d'ordre :

Identification (Etat civil) :

Nom et Prénoms :

Age :

Sexe :

Domicile :

Fonction :

Adresse :

Contact Téléphonique :

Fratrie (Composition de la Famille)

Nom et Prénoms

Date de Naissance

Profession

Fratrie

Domicile

Etat de Santé

Observation

1

 
 
 
 
 
 
 

2

 
 
 
 
 
 
 

3

 
 
 
 
 
 
 

4

 
 
 
 
 
 
 

5

 
 
 
 
 
 
 

6

 
 
 
 
 
 
 

· Charges de la famille

Charges Fixes :

Ressources :

Loyer : Revenus du chef de famille :

Electricité : Revenus de la mère :

Téléphone : Autres Ressources :

Budget d'alimentation :

Eau :

Autres Charges :

Médicales :

Scolaires :

Autres :

· Moyenne économique = (Ressources - Dépenses) X 30 jours/Nombre de personnes /

Analyse du cas :

CONCLUSION

L'enquêteur

* *

ANNEXE 2 : Lettre Administrative de demande de secours

République de Côte d'Ivoire

Union - Discipline -Travail

Structure demandeur

Date...............

Adresse

A Monsieur (Madame)..........

Objet : Lettre Administrative de demande de secours

Monsieur (Madame)

L'intervenant social

ANNEXE 3 : TABLEAU DES ESTIMATIONS DE L'UNICEF

INDICATEURS DE BASE

Taux de mortalité des moins de 5 ans, 1990

15,3%

Taux de mortalité des moins de 5 ans, 2006

12,7%

Taux de mortalité infantile (moins d'un an), 1990

10,5%

Taux de mortalité infantile (moins d'un an), 2006

9,0%

Taux de mortalité néonatale, 2000

6,5%

Population totale (milliers), 2006

18914

Nombre annuel de naissances (milliers), 2006

684

Nombre annuel de décès des moins de 5 ans (milliers), 2006

87

Espérance de vie à la naissance (années), 2006

48

NUTRITION

% de nouveau-nés présentant une insuffisance pondérale à la naissance 1999-2006

17

% d'enfants nourris au sein (2000-2006), exclusivement (<6 mois)

4

% d'enfants nourris au sein (2000-2006), plus aliments de sevrage (6-9 mois)

54

% d'enfants nourris au sein (2000-2006), encore allaités (20-23 mois)

37

% d'enfants de moins de 5 ans (2000-2006) souffrant d'insuffisance pondérale, modérée et grave

20

% d'enfants de moins de 5 ans (2000-2006) souffrant d'insuffisance pondérale, grave

4

% d'enfants de moins de 5 ans (2000-2006) souffrant d'émaciation, modérée et grave

7

% d'enfants de moins de 5 ans (2000-2006) souffrant de retard de croissance, grave

34

% de ménages consommant du sel iodé, 2000-2006

84

SANTE

% de la population utilisant des sources d'eau potable améliorées, 2004, totale

84

% de la population utilisant des sources d'eau potable améliorées, 2004, urbaine

97

% de la population utilisant des sources d'eau potable améliorées, 2004, rurale

74

% de la population ayant accès à des installations d'assainissement adéquates, 2004, totale

37

% de la population ayant accès à des installations d'assainissement adéquates, 2004, urbaine

46

% de la population ayant accès à des installations d'assainissement adéquates, 2004, rurale

29

% de vaccins PEV réguliers financés par l'Etat, 2006, totale

28

Vaccination 2006, Enfants d'un an vaccinés contre :TB. Vaccins correspondants, BCG

77%

Vaccination 2006, Enfants d'un an vaccinés contre : DTC.Vaccins correspondants, DPT1ß

85%

Vaccination 2006, Enfants d'un an vaccinés contre : DTC. Vaccins correspondants, DPT3ß

77%

Vaccination 2006, Enfants d'un an vaccinés contre : polio. Vaccins correspondants, polio3

76%

Vaccination 2006, Enfants d'un an vaccinés contre : rougeole. Vaccins correspondants, rougeole

73%

Vaccination 2006, Enfants d'un an vaccinés contre : HepB. Vaccins correspondants, HepB3

77%

% de moins de 5 ans présumés atteints d'une pneumonie et ayant consulté un agent de santé qualifié#177;, 2000-2006

35

% d'enfants de moins de 5 ans présumés atteints d'une pneumonie et recevant des antibiotiques#177;, 2000-2006

19

% de moins de 5 ans souffrant de diarrhée et bénéficiant d'une réhydratation orale et d'une alimentation en continu, 2000-2006

45

Paludisme 2003-2006, % de moins de 5 ans qui dorment sous une moustiquaire

17

Paludisme 2003-2006, % de moins de 5 ans qui dorment sous une moustiquaire imprégnée d'insecticide

6

Paludisme 2003-2006*, % de moins de 5 ans atteints de fièvre et recevant des médicaments antipaludiques

36

VIH/SIDA

Estimation du taux de prévalence du VIH chez les adultes (15-49 ans), fin 2005

7.1%

Nombre estimé de personnes (tous les âges) vivant avec le VIH, 2005 (en milliers),

750

Transmission de la mère à l'enfant: Nombre estimatif de femmes (âgées de plus de 15 ans) vivant avec le VIH, 2005 (milliers)

400

Transmission de la mère à l'enfant: Taux de prévalence du VIH chez les femmes enceintes jeunes (15-24 ans) dans la capitale, année 2002

5,2%

Infections pédiatriques: Nombre estimatif d'enfants (âgés de 0 à 14 ans) vivant avec le VIH, 2005 (milliers)

74

Prévention chez les jeunes, Taux de prévalence du VIH chez les jeunes (15-24 ans), 2005, Hommes

0.3%

Prévention chez les jeunes, Taux de prévalence du VIH chez les jeunes (15-24 ans), 2005, Femmes

2.4%

Prévention chez les jeunes, Connaissance d'ensemble du VIH, 2000-2006, Hommes

28%

Prévention chez les jeunes, Connaissance d'ensemble du VIH, 2000-2006, Femmes

18%

Prévention chez les jeunes, Utilisation d'un préservatif lors des derniers rapports sexuels à risques, 2000-2006, Hommes

53%

Prévention chez les jeunes, Utilisation d'un préservatif lors des derniers rapports sexuels à risques, 2000-2006, Femmes

39%

Orphelins, Enfants (0-17 ans). orphelins à cause du SIDA, 2005, estimation (milliers)

450

Orphelins, Enfants (0-17 ans). orphelins, toutes causes confondues, 2005, estimation (milliers)

1400

Orphelins, Taux de fréquentation scolaire des orphelins, 2000-2006

12,1%

EDUCATION

Taux d'instruction de la jeunesse (15-24 ans), 2000-2006 , Hommes

7,1%

Taux d'instruction de la jeunesse (15-24 ans), 2000-2006 , Femmes

5,2%

% de l'utilisation du téléphone

14

% de l'utilisation de l'Internet

1

Taux de scolarisation dans le primaire 2000-2006, net, Hommes

62%

Taux de scolarisation dans le primaire 2000-2006, net, Femmes

50%

Taux net de fréquentation dans le primaire (2000-2006*), net, Hommes

66%

Taux net de fréquentation dans le primaire (2000-2006*), net, Femmes

57%

% d'enfants entrés en première année atteignant la cinquième 2000-2006, Données admin.

88

% d'enfants entrés en première année atteignant la cinquième 2000-2006, Données de l'enquête

92

Taux de scolarisation dans le secondaire 2000-2006, net, Hommes

26%

Taux de scolarisation dans le secondaire 2000-2006, net, Femmes

15%

Taux de fréquentation dans le secondaire (2000-2006), net, Hommes

32%

Taux de fréquentation dans le secondaire (2000-2006*), net, Femmes

22%

INDICATEURS DEMOGRAPHIQUES

Population (milliers), 2006, moins de 18 ans

9179

Population (milliers), 2006, moins de 5 ans

2849

Taux annuel d'accroissement démographique (%), 1970-1990

4.4

Taux annuel d'accroissement démographique (%), 1990-2006

2.5

Taux brut de mortalité, 1970

18%

Taux brut de mortalité, 1990

13%

Taux brut de mortalité, 2006

16%

Taux brut de natalité, 1970

51%

Taux brut de natalité, 1990

45%

Taux brut de natalité, 2006

36%

Espérance de vie, 1970 (année)

49

Espérance de vie, 1990 (année)

54

Espérance de vie, 2006 (année)

48

Indice synthétique de fécondité, 2006

4.6

% de la population urbanisée, 2006

45

Taux annuel moyen d'accroissement de la population urbaine (%), 1970-1990

6.1

Taux annuel moyen d'accroissement de la population urbaine (%), 1990-2006

3.3

INDICATEURS ÉCONOMIQUES

Taux annuel moyen de croissance du PIB (%), 1970-1990

-1.9

Taux annuel moyen de croissance du PIB (%), 1990-2006

-0.5

Taux annuel moyen d'inflation (%), 1990-2006

6

% de la population ayant moins de 1 dollar EU par jour, 1995-2005*

15

% des dépenses du gouvernement central affecté aux secteurs : (1994-2005), Santé

4

% des dépenses du gouvernement central affecté aux secteurs : (1994-2005), Education

21

% des dépenses du gouvernement central affecté aux secteurs : (1994-2005*), Défense

4

Service de la dette en % des exportations de biens et de services, 1990

26

Service de la dette en % des exportations de biens et de services, 2005

4

FEMMES

Taux d'utilisation des contraceptifs (%), 2000-2006

13

Taux de couverture pour les soins prénatals (%), 2000-2006

85

Accouchements assistés par du personnel soignant qualifié (%), 2000-2006

57

Accouchements en institutions (%), 2000-2006

54

PROTECTION DES ENFANTS

Travail des enfants (5-14 ans) 1999-2006, total

3,5%

Travail des enfants (5-14 ans) 1999-2006, Garçons

3,6%

Travail des enfants (5-14 ans) 1999-2006, Filles

3,4%

Mariage d'enfants 1987-2006, total

3,5%

Mariage d'enfants 1987-2006, En milieu urbain

2,7%

Mariage d'enfants 1987-2006, En milieu rural

4,3%

Enregistrement des naissances 1999-2006?, total

55%

Enregistrement des naissances 1999-2006?, En milieu urbain

79%

Enregistrement des naissances 1999-2006?, En milieu rural

41%

Mutilations génitales féminines/excision 1997-2006, (15-49 ans) , total

36%

Mutilations génitales féminines/excision 1997-2006, (15-49 ans) , En milieu urbain

34%

Mutilations génitales féminines/excision 1997-2006, (15-49 ans) , En milieu rural

39%

ANNEXE 4 : TABLEAU DES INDICATEURS DE CONDITIONS DE VIE DES ORPHELINS PENDANT LA PERIODE DE L'ETUDE

Indicateurs des conditions de vie

Oui

Non

Vit avec les frères et soeurs

30.17%

69.83%

Acquisition de fournitures scolaires après 3 et 6 mois ou jamais

32.07%

67.93%

Economiquement dépendants

58.73%

41.27%

Mangent mieux avant que maintenant

62.70%

37.30%

Mieux habillés avant que maintenant

56.90%

43.10%

Accès à l'eau potable

86.30%

13.70%

Accès à l'électricité

86.20%

13.80%

Mieux soigné avant que maintenant

53,17%

46,83%

TABLEAU 3: Lien de parenté avec le substitut

Lien de parenté

Effectif

Pourcentage

Oncle/tante

15

33,33

Cousin/cousine

09

20,00

Neveu/nièce

04

08,88

Grands-parents

03

06,66

Parent survivant

09

20,00

Frères/soeurs

03

06,66

Aucun

02

04,44

SIGLES ET ABREVIATIONS

AC

Anticorps

AEBPS:

Enfants ayant besoin de protection spéciale

AEPS:

Enfants affectés par le SIDA

AES:

Adolescents affectés par le SIDA

AES

Accident d'exposition au sang

Ag P24

Antigènes P24

AGR

Activités Génératrices de Revenus

ANADER

Agence Nationale d'Appui au Développement Rural

ARV

Anti rétroviraux

CD4

Lymphocyte T4

CDC

Center for Diseases Control and Prevention

CHU

Centre hospitalier universitaire

CHR 

Centre Hospitalier Régional

CI

Côte d'Ivoire

CIE 

Compagnie Ivoirienne d'Electricité

COGES  

Comité de Gestion Scolaire

DDEN 

Direction Départementale de l'Education Nationale

DELC

Direction des Ecoles Lycées et Collèges

DESAC 

Direction de l'Extrascolaire

DMOSS

Direction de la Mutualité et des OEuvres Sociales en milieu Scolaire

DREN 

Direction Régional de l'Education Nationale

DR SANTE 

Direction Régionale de la santé

ECD 

Enfants dans des circonstances difficiles

ECED

Enfants dans des circonstances extrêmement difficiles

EED

Enfants en détresses

EFS 

Enfants de familles séparées

IEP

Inspection de l'Enseignement Primaire

EIS-CI 2006

Enquête sur les Indicateurs du SIDA en Côte d'Ivoire

INFS

Institut National de Formation Sociale

I NS

Institut National de Statistiques

IST

Infection sexuellement transmissible

OAC 

Organisation à Assises communautaire

OBC

Organisation à Bases communautaire

OBF

Organisation Basée sur la Foi

OC

Organisation confessionnelle

OEV

Orphelins et autres enfants vulnérables du fait du VIH SIDA

OMS

Organisation Mondiale de la Santé

ONG

Organisation non gouvernementale

ONUSIDA

Programme Commun des Nations Unies de Lutte contre le SIDA

PAM

Programme Alimentaire Mondiale

PCR

Polymérase Chain Reaction

PNN

Programme National de Nutrition

PN-OEV

Programme National de Prise en charge des Orphelins et autres Enfants rendus Vulnérables du fait du VIH/SIDA

PNPEC

Programme national de prise en charge du VIH/ SIDA

PNPECM/PVVIH

Programme National de Prise En Charge, Médicale des Personnes Vivant avec le VIH/SIDA

PTME

Prévention de la Transmission de la Mère à l'Enfant

PVVIH

Personnes vivant avec le VIH/SIDA

RETRO-CI

Projet de recherche et d'intervention sur le VIH/SIDA

SAPEP 

Service autonome de la Promotion de l'Enseignement

SIDA

Syndrome Immuno Déficience Acquise

SODECI

Société de Distribution d'Eau en CI

SODEFOR

Société de Développement de la Forêt

SSSU 

Service de Santé Scolaire et Universitaire

UNICEF

Fonds des Nations Unies pour l'enfance

USAID:

United States Agency for international development

VIH

Virus d'Immuno Déficience Humaine

précédent sommaire