WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Rapports enseignants - apprenants et performances scolaires


par Eric Destin CHAMGOUE
Universite de Yaoundé I - Licence 2009
Dans la categorie: Enseignement
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

SOMMAIRE pages

Dédicace---------------------------------------------------------------------------------i

Remerciement -----------------------------------------------------------------------ii Table des matières ----------------------------------------------------------------------iii Liste des tableaux ---------------------------------------------------------------------iv Liste des abréviations ------------------------------------------------------------------v Résumé Abstract ----------------------------------------------------------------vi-vii Introduction générale ----------------------------------------------------------------1 Chapitre I : Problématique de l'étude --------------------------------------------- 3 I-1 Formulation du problème --------------------------------------------------------- 4 I-2 Question principale --------------------------------------------------------------- 5 I-3 Objectif de l'étude ----------------------------------------------------------------- 5 I-4 Intérêt de l'étude ------------------------------------------------------------------ 5 I-5 Limites de l'étude ------------------------------------------------------------------ 6

Chapitre II : Insertion théorique du sujet ----------------------------------------- 8

II-1. Définition des concepts ----------------------------------------------------------- 9

II-2. Théories relatives au sujet -------------------------------------------------------10

II-3. Revue de la littérature ----------------------------------------------------------- 12

II-4 Formulation des hypothèses ---------------------------------------------------- 15

II-5 Définition des variables ---------------------------------------------------------- 16

Chapitre III: Méthodologie --------------------------------------------------------- 19

III-1 Type de recherche ------------------------------------------------------------- 20

III-2 Population d'étude ------------------------------------------------------------ 20

III-3 Méthode d'échantillonnage et échantillon ---------------------------------- 21

III-4 Description de l'instrument de collecte des données -------------------- 24

III-5Validation de l'instrument de collecte des données : la pré-enquête - 25 III-6 Procédure de collecte des données : l'enquête --------------------------------25

III-7 Méthode d'analyse des données : -------------------------------------------- 26

Chapitre IV Présentation, analyse interprétation des données ---------------28

IV-1 Présentation des résultats ------------------------------------------------ 29

IV-2 vérification des hypothèses ------------------------------------------------ 33

IV-3 Interprétation des résultats ------------------------------------------------ 40

IV-4 Recommandations et suggestions ---------------------------------------41- 42

CONCLUSION GENERALE ------------------------------------------------------44 Références bibliographiques----------------------------------------------------- 46 ANNEXES ------------------------------------------------------------------------------47 LISTE DES TABLEAUX

N° des tableaux

Titre des tableaux

Pages

I

Récapitulatif des hypothèses des variables, des modalités et indicateurs.

18

II

Distribution de la population d'étude.

21

II

Réparation de l'échantillon d'étude

23

IV

Avis des élèves sur la prise en compte de leur opinion par l'enseignant.

29

V

Raisons pour lesquelles l'élève pose les questions

30

VI

Répartition des enquêtés en fonction de la considération qu'ils ont à l'égard de leur enseignant.

30

VII

Avis des élèves sur la maîtrise de leur personnalité par l'enseignant.

31

VIII

Répartition des élèves en fonction de leur motivation à suivre les leçons.

31

IX

Répartition des élèves en fonction de leur fréquence de participation aux leçons.

32

X

Moyenne des élèves.

32

XI

Relation entre communication Apprenants-Enseignants et les performances scolaires.

34

XII

Relation entre maîtrise de la personnalité de l'élève par l'enseignant et les performances scolaires.

36

XIII

Tableau synoptique des valeurs des différentes hypothèses vérifiées.

39

LISTE DES ABREVIATIONS CAPIEM : Certificat d'Aptitude Pédagogique des Instituteurs de l'Enseignement Maternel et Primaire.

CMI : Cours Moyen I CMII : Cours Moyen II

Ddl : Degré de liberté

ENIEG : Ecole normale d'instituteurs de l'enseignement général EEC : Effectif Cumulé Croissant ECD : Effectif Cumulé Décroissant FNC : Fréquence Non Cumulée FCC : Fréquence Cumulée Croissante FCD : Fréquence Cumulée décroissante

: Fréquence observée

: Fréquence théorique

Ha : Hypothèse alternative

HG : hypothèse générale

Ho : Hypothèse nulle

HR : Hypothèse de recherche

N : taille de l'échantillon

 : Effectif de la classe

PENI : professeur des écoles Normales d'instituteurs Tc : Total des colonnes

Tl : Total des lignes

T S : Taux de sondage

VD : Variable dépendante

VI : variable indépendante

: Khi carré ou Khi-deux

 : Khi carré corrigé

: Khi carré lu

á: seuil de signification

RESUME

RAPPORTS ENSEIGNANTS - APPRENANTS ET PERFORMANCES SCOLAIRES est l'objet de cette étude. Dans ce travail, il s'agit de montrer que les performances scolaires des élèves en cycle primaire sont conditionnées par les rapports que ceux-ci entretiennent avec leurs enseignants. Pour cela, nous sommes partis d'une problématique selon laquelle la relation enseignants- apprenants n'a jamais été de tout repos. De cette problématique s'est dégagée une question de recherche à savoir : Les rapports Enseignants-Apprenants ont-elles une influence sur les performances scolaires des élèves ? Pour cerner ce problème, nous émis une hypothèse générale : Les rapports Enseignants-Apprenants influencent positivement les performances scolaires. Afin d'opérationnaliser cette hypothèse générale, nous l'avons décomposée en deux hypothèses de recherche.

HR1 : La communication entre l'enseignant et l'apprenant améliore les performances scolaires.

HR2 : La maîtrise de la personnalité de l'élève par son enseignant stimule les performances scolaires.

Pour traiter notre sujet nous avons opté pour la méthode exploratoire et l'échantillon a été constitué par les méthodes probalistes ; notamment l'échantillonnage proportionnel stratifié. Afin de recueillir les données, nous avons utilisé un questionnaire lequel a été adressé aux 200 élèves répartis dans les écoles publiques de BOGSO, de MAPAN, de SONG-HOTH, le groupe B de l'école publique d'ESEKA 2et le groupe I de l'école publique annexe de l'ENIEG. Après présentation des données recueillies sur le terrain sous forme de tableaux, nous avons procédé à l'analyse et à l'interprétation de ces données. Les résultats de ces analyses et interprétations nous ont permis d'infirmer nos hypothèses de recherche ; de répondre par la négative à la question de recherche et par conséquent d'arriver à une infirmation de l'hypothèse générale. Enfin, des recommandations et suggestions ont été formulées à l'endroit des enseignants ; des parents ; des élèves et des autorités politiques et responsables de l'éducation de base.

ABSTRACT

Teacher-student relationship and academic performances. The aim of this study is based on the learning and academic performance of pupils. This work tries to show that the academic performance of primary pupils is conditioned by the relationship they have with their teachers. For this, we set off with a problematic by which the teacher-pupil relationship has never been easy. From this problematic, we tend to pose this question: Does the teacher-pupil relationship have an influence on the academic performance of the pupil?

To understand this issue, we bring out a general hypothesis that teacher-pupil relationship positively influences academic performance. In Oder to make this hypothesis operational, we break it down into two research hypothesis: -The communication between teacher and pupil improves academic performances. - The mastery of pupil's personality by the teacher stimulates academic performances. In Oder to treat our topic, we opted for and explanatory method; and the sample was constituted of probability method; notably proportional stratified sampling. In gathering information, we used a questionnaire which was addressed to 200 pupils of BOGSO, MAPAN, SONG-HOT public schools, group B of ESKA public school and group I of public school annex of ENIEG.

After the presentation of data collected on the field in a tabulated format, we proceed of which statistic analysis and interpretation of the data. The results of this analysis and interpretation permitted us to discard our research hypothesis; give a negative response to the research question and consequently reach at the nullification of the general hypothesis. Finally, recommendations and suggestions were made in regards to the teachers, parents, pupils, and authorities of basic education, as well as political authorities.

Depuis l'école coloniale, le souci majeur de l'éducation est de faire de l'enfant un homme parfaitement intégré dans la société .Pour cela l'éducation à travers l'école se doit de faire acquérir aux élèves la capacité d'écrire ; de lire ; de calculer et surtout d'établir les relations avec autrui.

Or avant toute hiérarchisation des disciplines enseignées à l'école primaire cette volonté relationnelle devrait occuper une place de choix ; car c'est la première porte d'entrée à tout processus enseignement -apprentissage. En d'autres termes, la relation enseignants-apprenants est une condition sine qua non qui permet un échange fructueux entre enseignants et apprenants ; et par conséquent conditionne tout processus de transmission et d'acquisition des connaissances

Cependant, la relation enseignants-apprenants depuis la nuit des temps n'a jamais été de tout repos, elle se heurte à un certains nombres de difficultés d'ordre pédagogique, psychologique et sociologique. Autrement dit, les compétences et performances des élèves sont conditionnées par les relations qui peuvent s'établir entre enseignants et enseignés. Ainsi tout au long de ce travail de recherche, il sera question pour nous de montrer l'importance des relations enseignants-apprenants sur les performances scolaires des enfants en cycle primaire.

Pour ce faire, notre travail s'articulera autour des chapitres suivants : Chapitre 1 : PROBLEMATIQUE DE L'ETUDE

Chapitre 2 : INSERTION THERIQUE

Chapitre3 : METHODOLOGIE

Chapitre4 : PRESENTATION, ANALYSE ET INTERPRETATION DES DONNEES

INTRODUCTION

La problématique est un ensemble d'idées construit autour d'une question principale et des lignes d'analyses qui permettent de traiter un sujet donnée. L'exercice de toute profession demande qu'un certains nombres de préalable soient établis, ceci passe nécessairement par des rapports que l'on entretien avec son environnement socioprofessionnel .L'enseignement, métier très exigeant n'échappe pas à cette règle. Ici, les enseignants doivent mettre un point d'honneur sur les rapports qu'ils entretiennent avec leurs collègues ; mais également avec les apprenants qui sont à leur charge afin de maximiser les résultats de ces derniers.

Dans ce chapitre, il sera question d'examiner le problème que pose la relation enseignants-apprenants ; par la suite nous ferons état des objectifs de l'étude et de l'intérêt de cette étude ; enfin nous parlerons des limites.

I-1) FORMULATION DU PROBLEME

Afin d'assurer les missions qui sont les siennes, l'enseignant doit être un Homme à part. Son métier très exigeant mais exaltant ; il se doit de savoir se vêtir, se tenir, se comporter... Bref il doit être un modèle. Pour ce faire, il doit établir des liens socioprofessionnels et affectifs avec ses collègues et même ses élèves.

Cependant, lors de nos stages pratiques à l'école publique annexe d'Eséka, nous avons fait un constat ahurissant selon lequel enseignants et apprenants surtout des niveaux II et III n'étaient pas toujours en harmonie. Il est vrai que ces enseignants ont parfois des problèmes financiers , professionnels et même affectifs ;mais également font face à des élèves dont les comportements sont différents .Face à tout ceci, certains ne parviennent pas à se départir de ces problèmes quotidiens transposant cela à l'espace classe .Ce qui crée alors une tension entre enseignants et enseignés ; amenant ces derniers à considérer leur maître comme un étranger qu'ils quitteront à la fin la journée tout en reprenant rendez-vous pour le lendemain. Tel se présente le problème qui est au centre de notre étude et donc il convient de préciser la question centrale.

1-2) Question de recherche

La question de recherche est l'interrogation principale de notre étude. Il s'agit en fait de la question à laquelle le chercheur se propose de répondre tout au long sa recherche.

Ceci étant, et au vu de tout ce qui a été dit plus haut, il nous a paru nécessaire de se poser la question suivante : Les rapports enseignants-apprenants ont-elles une influence sur les performances scolaires ? La réponse à cette question appelle à coup sûr un nombre de considérations pédagogiques, psychologiques, socioculturelles... Mais dans le cas de nos travaux, seules quelques unes seront examinées. I-3) OBJECTIFS DE L'ETUDE

Tout travail scientifique repose sur un certains nombre d'objectifs. L'objectif étant dans un travail de recherche le but que le chercheur se propose d'atteindre. Dans notre cas, il s'agit ici d'interpeller les enseignants afin qu'ils mettent un pont d'honneur sur les relations à établir avec leurs apprenants pour que ces derniers soient plus attentifs et réceptifs aux enseignements qu'ils reçoivent et par delà augmenter leurs performances scolaires. I-4) INTERET DE L'ETUDE Le souci majeur de tout enseignant consciencieux est de mette les élèves en confiance. Il est donc nécessaire de porter une attention particulière sur le type de relation à établir avec ceux-ci ; car à l'école primaire, l'enfant est très fragile et a même peur. Il faut donc qu'il soit rassuré que l'école n'est pas une prison qu'on ouvre dans le but l'incarcérer ; mais plus tôt une porte qu'on ouvre afin qu'il puisse s'épanouir. Aussi, notre étude s'adresse donc : -Aux psychopédagogues : pour que ce travail soit pour eux un support leur permettant d'amener l'enfant à comprendre la nécessité du respect de l'enseignant. - Aux responsables de l'éducation : Pour qu'ils montrent aux enseignants que la réussite de tout processus d'enseignement-apprentissage passe obligatoirement et nécessairement par des rapports entre les différents acteurs de l'action éducative.

- Aux enseignants ; afin qu'ils sachent que l'éducation à travers l'école n'est pas un moyen de brimer l'enfant mais plus tôt un moyen de former l'Homme. - Aux parents ; afin qu'ils sachent que les performances scolaires de leurs progénitures dépendent de l'environnement socio-affectif familial. - Aux élèves ; afin qu'ils combattent eux-mêmes leur manque de respect et qu'ils sachent que : « Pas de respect vis-à-vis de l'enseignant pas de réussite scolaire ». I-5) Limites et délimitation de l'étude I-4-1) limites

Il serait illusoire de croire qu'un travail de recherche puisse se réaliser sans se heurter à quelques difficultés. Aussi le notre n'échappe à cette logique. A cause des difficultés rencontrées notre étude a connu des insuffisances diverses notamment sur le plan scientifique et logistique. Sur le plan scientifique

Etant donné notre attitude de néophyte dans la recherche scientifique, nos compétences et maîtrise des méthodes limitées, notre travail pourrait souffrir de quelques manquements non négligeables. Par conséquent nous n'avons pas la prétention de vous offrir un travail de qualité universelle comme le ferait un professionnel. Nous vous invitons donc à considérer ce travail comme une modeste contribution de plus dans la recherche scientifique.

Sur le plan logistique

Dans notre aire d'étude (Arrondissement d'Eséka), le travail de recherche scientifique n'est pas facile à réaliser à cause d'absence de bibliothèque ou de centre de lecture. L'outil informatique bien qu'existant connait des problèmes récurrents de perturbation de réseau ; ajouté à cela des coupures d'énergie électrique.

I-4-2) Délimitation de l'étude

Délimitation géographique

Les finances faisant défaut, notre étude ne s'est réalisée uniquement que dans l'arrondissement d'Eséka, département du Nyong et Kellé, région du centre. Plus précisément, elle a porté sur les niveaux II et III des écoles primaires publiques de Bogso, de Mapan, de Song-Hot, d'ESEkA 2 groupe B et Annexe groupe I.

Conclusion

Le présent chapitre intitulé problématique de l'étude nous a permis d'avoir une idée générale de ce dont il sera question tout au long de notre travail de recherche. Pour avoir plus de détails, il est judicieux de lire le prochain chapitre intitulé : Insertion théorique du sujet.

INTRODUCTION

Dans ce chapitre, il sera question pour nous d'aborder notre thème dans le cadre théorique ; c'est-à-dire de faciliter la compréhension du lecteur. Pour cela ; nous nous attarderons dans un premier temps à la définition des différents concepts du thème. Par la suite, il sera question de mettre en exergue quelques théories y relatives. Ainsi, nous feront une revue de la littérature ; et nous conclurons par l'émission des hypothèses et la définition des variables relatives à chaque hypothèse de recherche. II-1) DEFINITION DES CONCEPTS

La définition des concepts est une étape capitale dans tout travail de recherche. Ceci permet d'éviter toutes ambiguïtés sémantiques des termes utilisés. A ce propos, E. DURKHEIM conseille à tout chercheur de définir préalablement les choses (termes) dont il traite ; afin que l'on sache et qu'il sache bien de quoi il est question. II-1-1) Rapport(s)

D'après le Larousse (2002 :651), un rapport est « un revenu, un produit ». Ce même dictionnaire continu en disant que mettre en rapport c'est : « Mettre en situation de communication ». Dans le contexte thématique,  un rapport  signifie donc ici la relation existant entre deux ou plusieurs personnes ; ou encore situation de communication. II-1-2) Enseignant(s)

Le terme enseignant est selon les circonstances d'après Larousse (2002 :279) « un adjectif ou un nom qui qualifie et désigne une personne  qui enseigne ». Un enseignant est donc une personne qui enseigne ; ou qui est chargée de transmettre des connaissances.

II-1-3) Apprenant(s)

D'après le Larousse (2002 :47), un apprenant est : « une personne qui suit un apprentissage ou un enseignement ».

II-1-4) Performance(s)

D'après le Larousse (2002 :577), une performance est : « un résultat obtenu par un sportif, un auteur ». Le même dictionnaire poursuit : « une performance est une réussite remarquable, un exploit. Possibilités optimales ». Dans le cadre de notre étude, les performances sont des résultats ou capacités d'un élève.

II-1-5) Scolaire

D'après le Larousse (2002 :74), « Relatif à l'école, à l'enseignement. Laborieux et sans originalité ». En faisant l'économie de ces définitions, il ressort que :

I-1-6) RAPPORTS ENSEIGNANTS-APPRENANTS

Ce sont des relations établies entre l'enseignant et ses élèves en vue de la mise en place d'une situation de communication.

II-1-7) PERFORMANCES SCOLAIRES

Les performances scolaires sont des résultats ou l'ensemble d'aptitudes et capacités attendues chez l'élève à la fin d'un apprentissage ; d'une année scolaire ou d'un cycle d'étude.

II-2) THEORIES RELATIVES AU SUJET

Une théorie est une information qui nous aide à mieux expliquer un travail. Elle renvoi donc à un ensemble, une série de concepts construits de définitions et de propositions qui présentent une systématisation d'un phénomène. A cet effet, elle spécifie la relation entre les variables avec l'intention d'expliquer et de prédire un phénomène. Elle englobe dans son explication une construction d'intelligences abstraites permettant d'expliquer un certain nombre de phénomènes relatifs à un sujet donné. Selon ROBERT (1986 :1064), une théorie est un « ensemble organisé d'idées, de concepts abstraits prenant pour objet un domaine particulier qu'il décrit et explique.»

Dans le cadre de notre travail, nous avons retenu les théories suivantes :

II-2-1) LA THEORIE DES DIFFERENCES INDIVIDUELLES

Elle stipule que tous les enfants ne sont pas taillés dans le même moule y compris les vrais jumeaux. Le maître devrait donc tenir compte de ces différences au cours des leçons .Ceci permettra ainsi à l'enfant de se sentir concerner par les leçons car, ici le maître s'appesantira alors sur les difficultés propre à chaque élève ; ceci dans l'optique de rendre plus performant ses élèves.

Or tel n'est pas toujours le cas ; c'est pourquoi R. DOTTRENS cité par F. MACAIRE (1993 :25) affirme que : « Il donne à tous les mêmes leçons, exige d'eux les mêmes rendements, alors que ces élèves ont des caractéristiques mentales et affectives particulières(...) Il en est qui sont dociles, appliqués ; mais à côté d'eux voisinent les paresseux, les difficiles. »Le maître se doit donc de prendre chaque élève comme une entité distincte. A ce titre ; L.FIRMAIN cité F.MACAIRE (1993 :25) affirme : « Il n'ya pas deux êtres vivants absolument identiques à plus forte raison deux cerveaux et deux coeurs semblables » .

II-2-2) LA THEORIE DE LA PERSONNALITE Cette théorie l'un des fondements de la pédagogie nouvelle ; et J.J.ROUSSEAU en est le principal initiateur .Cet auteur préconise qu'il faut connaître l'apprenant pour mieux adapter les apprentissages scolaires. L'enseignant devra être capable d'appeler nommément chaque élève ; ceci permettra de faciliter l'adhésion des élèves aux apprentissages. A ce titre, F.MACAIRE (1993 :9) aborde dans le même sens que J.J .ROUSSEAU lorsqu'il affirme : « un minimum de connaissances de chaque élève est indispensable afin d'être capable de l'orienter, de le guider avec sureté ». Ainsi dans le but de connaître davantage l'élève dans sa constitution psychique et psychologique, il est primordial de s'approcher des spécialistes de psychologie de l'enfant ; mais aussi de s'abreuver continuellement des substances des manuels de psychologie .C'est pourquoi MACAIRE continue en disant : « Si vous avez observé son comportement, écouté ses besoins, c'est beaucoup ; mais c'est insuffisant. »

II-2-3) LA THEORIE DE LA MOTIVATION

Plusieurs théories ont été élaborées sur la motivation en milieu scolaire ; ce sont : les théories des besoins, les théories cognitives ou de l'instrumentalité, les théories de l'équité, les théories du renforcement. Pour B.F.SKINNER, la motivation est un ensemble de conditions qui déclenche et Maintien les comportements .Selon J. LEIF et DELAY (1965 :2) : « La motivation est ce qui met l'individu en mouvement. » L'enfant sera plus motivé s'il se sent compétent .De plus ; l'élève qui aime son maître sera plus motivé et plus réceptif aux enseignements de ce dernier. J .NUTTIN pense que : « La motivation prends naissance lorsque l'individu est en situation de tension ; s'il perçoit la situation actuelle comme non satisfaisante et peut imaginer une situation future la quelle serait satisfaisante. »Ici, il s'agira donc de stimuler, d'encourager l'élève à toujours fournir davantage d'efforts ; c'est-à-dire d'atteindre la perfection dans son travail.

En montrant à l'apprenant le pourquoi il doit être motivé, le maître le motivera de façon extrinsèque par des félicitations et récompenses. Cependant il ne manquera pas de susciter chez l'enfant la motivation intrinsèque afin de pouvoir donner une formation qui rendra les apprenants adultes, autonomes et responsables. Cela fait partie des finalités de l'éducation.

II-3) REVUE DE LA LITTERATURE

La revue de la littérature est un ensemble de connaissances ou d'informations que l'on possède concernant un sujet donné. C'est en fait un inventaire des travaux de recherche effectués dans un domaine afin de donner des nouvelles orientations.

En ce qui concerne notre étude, plusieurs auteurs y ont mené des recherches ; mais nous n'avons pas trouvé de documents qui traitent dans son intégralité des rapports enseignants-apprenants .Mais certains ouvrages traitent de façon éparses quelques aspects de notre sujet. Ainsi pour mieux pénétrer les arcanes de notre thème de recherche, il convient de faire la lumière sur la relation éducateur- enfant, de montrer les types de relations qui peuvent exister entre ces partenaires, et enfin il s'agira de montrer la place de l'enseignant dans l'édification de la personnalité et la construction des connaissances de l'apprenant.

II-3-1) la relation éducateur-enfant

Aussi vrai qu'il y a un lien entre l'enfant et ses parents ; il existe également une certaine relation entre l'éducateur et l'élève ; mais il ya une différence.

L'éducateur est là avec son vécu, et l'enfant ne tirera profit que de certaines choses de l'éducateur .Il en est de même de l'éducateur. Ilya certaines choses chez l'enfant qui parleront plus que d'autres à l'éducateur .C'est ce qui fait qu'on apprécie plus ou moins quelqu'un .La relation passera plus ou moins bien avec un jeune qu'un autre. A ce titre, l'enseignant doit savoir deviner ce qui se passe dans la tête de l'enfant ; au mieux dans son esprit afin de choisir le moment le plus indiqué pour parler avec tact à l'enfant. Cette attitude s'avère généralement efficace ; car elle sauvegarde l'enfant et laisse la porte ouverte au dialogue.

Le lien éducateur-enfant se construit progressivement, pas à pas à travers l'attention accordée à l'enfant. Le lien passe par un tas de choses, ce peut être un geste, une présence, une écoute .La relation éducative s'exerce différemment de celle des parents ; tout simplement parce que pour l'enfant ; l'éducateur reste un professionnel et n'occupe pas la même place que les parents. C'est-à-dire que l'enseignant n'appartient au cercle familial. L'éducateur, peut ainsi être sujet à des pulsions agressives ; car il travaille au quotidien avec des enfants et c'est sur lui que l'enfant va envoyer son agressivité, sa solitude, son incompréhension. En effet, chaque fois qu'un enfant s'adresse à l'enseignant, il projette ses attentes, ses peurs, ses espoirs, ses soucis dus à son passé ; mais aussi ses fantasmes concernant son avenir. L'enseignant doit donc savoir écouter ; mais pas pour être indiscret. Il doit savoir aimer ; mais cet amour doit être canalisé ; et ne doit pas être sans condition ; c'est pourquoi R. MEDARD et P.VAAST (1959 :40) affirment : « Que votre amour sache se taire ; qu'il n'explose pas ; qu'il soit souterrain et commande toute votre pédagogie ; mais que votre visage soit sévère quand il le faut ; votre maintien distant si nécessaire. »

II-3-2) LES TYPES DE RELATIONS ENSEIGNANTS-APPRENANTS

Il existe différentes façons de travailler avec les enfants

II-3-2-1) La relation directive

Ici, l'éducateur impose ses propres règles au groupe. On peut également l'appeler la relation autoritaire .C'est une relation à sens unique où l'adulte est prédominant. Les étapes de la tâche sont imposées au groupe ainsi que les techniques. Dans ce type de relation, on peut remarquer que les enfants jouent un rôle pour se confronter à ce que l'éducateur demande. Une forme d'angoisse se développe ce qui va à l'encontre de la vraie personnalité de l'enfant .L'élève sujet à ce type de relation devient parfois soit timide, soit rebelle ; et par conséquent il ne peut suivre aisément les leçons ; d'où ses performances ne seront en aucun cas améliorées ; au contraire elles régresseront .La discussion devient alors impossible.

II-3-2-2) La relation non directive

Dans ce type de relation, c'est l'enfant qui décide ; mais il ya quand même un cadre .L'éducateur fournit les matériaux variés et laisse le groupe travailler selon ses envies .L `enfant est placé au centre de l'éducation .Dans la relation non directive, on peut retrouver des techniques de laisser-faire. Autrement dit on, ne propose rien à l'enfant ce qui le maintien dans un certain infantilisme car l'enfant ne se heurte jamais à un obstacle. Cependant, l'éducateur à « l'écart »ici devrait savoir observer ; car c'est au cours des opérations libres que l'enfant exprime véritablement ses sentiments, ses désirs et ses besoins .Il verra alors se profiler peu à peu les tempéraments des élèves. Il pourra alors agir en conséquence .C'est ainsi que MACAIRE (1993 :95) affirme que : « c'est au cours des propos spontanés que l'enfant exprime véritablement ses sentiments et ses besoins. » Ainsi, l'observation directe devrait être une des qualités de l'enseignant.

II-3-2-3) La relation démocratique

Dans ce type de relation, c'est l'éducateur qui fournit la perspective des différentes étapes. L'éducateur suggère une activité par exemple ; mais c'est le groupe qui décide .C'est le pouvoir à la majorité ; il ya la notion de vote .La relation démocratique s'oppose à la relation autoritaire ; elle s'établie lorsqu'il ya un rapport d'égalité.

Cette situation permet d'établir une situation de communication et de confiance entre le maître et l'élève ; afin qu'il y ait un échange fructueux entre ces deux acteurs. A ce titre, D. TCHENDJOU (1983 :13) affirme : « Le maître devrait faire de sorte que les enseignements soient des secours de la communication au lieu d'être des acquisitions toutes formelles. »

II-3-3) L'ENSEIGNANT : UN POLE IDENTIFICATOIRE

L'éducateur est un pôle identificatoire pour l'enfant, qu'il soit homme ou femme ; il offre à l'enfant « un autre » auquel il peut s'identifier. D'après D. ROQUEFORT (1995 :82) : « Ce n'est que dans un premier que l'éducateur pourra jouer le rôle social dévolu à l'homme ou à la femme et offrir à l'enfant ou à l'adolescent un pôle identificatoire. » Autrement dit, c'est dans un deuxième temps qu'intervient cette identification imaginaire de l'enfant à l'éducateur. Car l'éducateur supporte la fonction parentale aux yeux de l'enfant placé sous leur responsabilité. Ainsi pour que l'enfant puisse et veuille bien accepter de suivre les enseignements dispensés par le maître, il faut que cet élève projette dans son esprit l'espace classe à l'environnement familial ou à un autre milieu qui lui est familier. L'éducateur est donc un pôle identificatoire dans le sens où il incarne le père ou la mère. Ainsi, un éducateur incarnera de façon plus virile son côté masculin ; une éducatrice sera plus affective. Le pôle identificatoire de l'enseignant permet ainsi d'avoir une continuité éducative stable et sert ainsi de repère à l'enfant. II-4) FORMULATION DES HYPOTHESES

Une hypothèse de façon générale est une réponse anticipée à une question, une affirmation provisoirement suggérée comme explication d'un phénomène .C'est une proposition énoncée de sorte qu'elle puisse être vérifiée. Pour notre travail, une hypothèse générale et deux hypothèses de recherche ont été émises.

II-4-1) hypothèse générale

C'est l'idée centrale autour de la quelle tourne une réflexion, c'est également une proposition globale de réponse à la question principale. Notre hypothèse générale  est donc : les rapports enseignants -apprenants influencent positivement les performances scolaires.

II-4-2) hypothèses de recherche

C'est le résultat de la décomposition de l'hypothèse générale ; elle est plus précise.

II-4-2-1) L'hypothèse de recherche N° 1

Elle s'intitule ainsi : La communication entre l'enseignant et l'apprenant améliore les performances scolaires

II-4-2-2) L'hypothèse de recherche N°2

Elle s'intitule : La maîtrise de la personnalité de l'élève par son enseignant stimule les performances scolaires

II-5) DEFINITION DES VARIABLES

Une variable est un facteur qui agit ou qui peut se modifier lorsqu'il est mis en relation avec un autre facteur dans une hypothèse. Pour notre étude deux types de variables sont retenus.

La variable dépendante

La variable indépendante

II-5-1) VARIABLE DEPENDANTE

C'est le phénomène que le chercheur veut expliquer dans une relation de cause à effet ; c'est la conséquence de la variable indépendante. Ici, il s'agit de : Performances scolaires.

II-5-2) VARIABLE INDEPENDANTE

C'est le facteur que le chercheur utilise pour expliquer le phénomène étudié ; c'est la variable qui correspond aux phénomènes manipulés par le chercheur ; elle est la cause dans une relation de cause à effet.

CONCLUSION

Tout au long de ce chapitre, il a été question de définir les concepts ; de la présentation des théories explicatives du sujet, de la revue littéraire et enfin de la formulation des hypothèses et des variables. Le chapitre suivant d'une grande importance sera élaboré pour définir une méthodologie adaptée à notre sujet d'étude ; d'où son titre : Méthodologie.

Tableau I : Récapitulatif des hypothèses, des variables, des indicateurs, des modalités et des questions correspondantes.

Hypothèse générale

Hypothèses de recherche

Variables de l'étude

Indicateurs

Modalités

Les rapports Enseignants-apprenants influencent positivement les performances scolaires.

La communication entre l'apprenant et l'enseignant améliore les performances scolaires.

V.I : Communication Enseignants -Apprenants.

-Le maître écoute parfois l'élève.

-Le maître écoute toujours l'élève.

-Lemaître n'écoute jamais l'élève.

-Irrégulière

-Régulière.

-Absente.

V.D : Performances scolaires.

Moyenne

de

l'élève

-Faible.

-Moyenne

-Fort

La maîtrise de la personnalité de l'élève par son enseignant stimule les performances scolaires.

V.I : Maîtrise de la personnalité de l'élève.

-Le maître peut désigner chaque élève par son nom.

-Bonne

-Parfaite

- Mauvaise

 

-S'entretien avec les parents à propos de leur travail à la en classe et à la maison.

-Ne peut désigner tous les élèves.

 

V.D : Performances scolaires.

Moyenne de

l'élève

-Faible

-Moyenne

-Forte

INTRODUCTION

Pour mettre en évidence nos propositions de réponse, aux aspects particuliers de notre sujet, il nous convient de préciser l'approche méthodologique que nous avons suivie pour la collecte de nos données.

La méthodologie est l'ensemble des règles ou de voies et moyens à suivre pour atteindre un objectif donné .C'est aussi l' ensemble des procédés et techniques que le chercheur utilise pour mener à bien son enquête .Ce troisième chapitre va se proposer de présenter respectivement le type de recherche , la population d' étude , l'instrument de collecte des données ,la procédure de collecte des données et la méthodologie d'analyse des données recueillies .

III -1) TYPE OU MODELE DE RECHERCHE

Parmi les multiples types de recherches rencontrés en sciences sociales, nous avons fait la connaissance de deux modèles à savoir :

Le modèle expérimental

Le modèle exploratoire ou ex-post-facto ou hypothético-déductif.

Le modèle ex-post-facto est celui qui a été retenu pour notre étude .Ce modèle nous a permis d'analyser les effets du traitement naturel déjà existant avant le début de notre recherche ; au lieu de créer une manipulation de la variable indépendante .Dans ce modèle ,nous observons ,nous interrogeons les éléments de notre échantillon par rapport à notre objectif .

Quant au modèle expérimental, il permet de manipuler les variables de l'étude et de disposer les individus d'une certaine manière au moment où la recherche s'effectue.

III-2) DETERMINATION DE LA POPULATION D'ETUDE

D'après P.TOUZAR (1988 :17), la population est « L'univers d'enquête. Cet univers est composé d'un certains nombres de personnes détentrices d'informations. » Dans le cas de notre étude, la population peut être considérée comme l'univers à partir du quel l'échantillon se constitue .Notre recherche est une étude de cas portant sur les élèves du niveau III des écoles primaires publiques de BOGSO, d'ESEKA 2 groupe B, de MAPAN, de SONG-HOT et de L'école publique annexe groupe I. Ces écoles étant toutes situées dans l'arrondissement d'ESEKA, département du NYONG ET KELLE, région du centre.

TABLEAU N°II : PRESENTATION DE LA POPULATION D'ETUDE PAR ECOLE.

Ecoles ou strates

Sous-strates

TOTAL

Pourcentages

(%)

CMI

CMII

 

Ecole publique de BOGSO

29

19

48

17 ,02

Ecole publique d'ESEKA 2 groupe B

42

40

82

29,07

Ecole publique de MAPAN

5

8

13

4,61

Ecole publique de SONG-HOTH

3

6

9

3,19

Ecole publique annexe groupe 1

85

45

130

46,10

Total

164

118

282

100

Sources : -Inspection d'Arrondissement de l'Enseignement primaire et Maternelle 2010.

-ENIEG d'ESEKA 2010.

III-3) ECHANTILLON ET METHODE D'ECHANTILLONNAGE.

P.TOUZAR (1188 :17) revient pour définir l'échantillon comme : « Un ensemble de personnes choisies au sein de la population mère pour la représenter afin de recueillir les informations. »

C'est une sélection d'individus opérée sur une population et sur laquelle se font des observations et des mesures en vu d'en dégager des règles générales.

L'échantillonnage étant la technique utilisée pour construire un échantillon. Cette technique consiste à prendre une portion de la population et à travailler avec cette portion à cause de l'étendue de la population et de l'effectif de

Celle-ci.

Deux méthodes d'échantillonnage ont été recensées :

-Les méthodes probabilistes.

-Les méthodes empiriques.

Les méthodes probabilistes sont avantageuses et objectives dans le choix des personnes à interroger ; et donnent à chaque élément une chance non nulle d'être tirée.

Les méthodes empiriques quant à elles sont peu avantageuses ; cependant elles sont utiles si la représentativité de l'échantillon n'est pas absolue ; si l'on peut se satisfaire des tendances.

Dans notre étude , nous avons opté pour les méthodes probabilistes ; plus précisément l'échantillonnage proportionnel stratifié .Concrètement ,il s'agit de préciser la proportion d'éléments de chaque sous population(strate) devant faire partir de notre échantillon .Explicitement, si nous choisissons 200 individus dans une population dont l'effectif est de 282 ; quelle proportion allons-nous prendre dans chaque strate(école) ?Connaissant la taille d'éléments de chaque strate(Niveau III de l'école concernée), il revient juste de faire une simple règle de trois pour avoir la proportion d'éléments de cette strate devant faire partir de notre échantillon . Par la suite ; comme chaque strate est subdivisée en sous-strates (CMI et CMII), il nous revenait également de trouver la proportion d'éléments de chaque de chaque sous-strate devant constituer notre strate. En raisonnant de façon analogue comme précédemment, la proportion d'éléments de chaque sous-strate devant faire partir de notre échantillon a ainsi été déterminée. Afin de procéder au choix d'éléments de chaque sous-strate ainsi déterminée, nous avons affecté à chaque élément un numéro .ces mêmes numéros ont été portés sur des bouts de papiers ; nous avons alors demandé à une main innocente de procéder au tirage un par un des bouts de papiers. Par exemple pour le CMI de l'école publique de BOGSO, nous avons inscrit des numéros allant de 1 à 29 ; mais seulement 21numéros ont été tirés au sort.

TABLEAU N°III : REPARTITION DE L'ECHANTILLON D'ETUDE

Ecoles ou strates

Sous-strates

Total

Pourcentages (%)

CMI

CMII

 

Ecole publique de BOGSO

21

13

34

17

Ecole publique d'ESEKA 2 groupe B

30

28

58

29

Ecole publique de MAPAN

4

6

10

5

Ecole publique de SONG-HOTH

2

4

6

3

Ecole publique Annexe groupe I

60

32

92

46

TOTAL

117

83

200

100

A partir de ce tableau, nous pouvons ainsi calculer le taux de sondage. Ce taux est le rapport de l'échantillon par la population multiplié par cent.

Taux de sondage =

A.N: T.S =

T.S = 70,92%

Au vu de ce taux de sondage, nous pouvons affirmer que notre échantillon est représentatif. Cependant, l'idéal aurait été d'interroger tous les éléments de la population. Mais face à l'impossibilité de pouvoir faire ce travail à cause des cas d'absences de quelques élèves pour des raisons diverses ou même de démission, nous avons opté pour la technique d'échantillonnage décrite ci -dessus afin que l'échantillon soit représentatif dans ses différentes strates de la population de laquelle elle a été choisie.

III-4) DESCRIPTION DE L'INSTRUMENT DE COLLECTE DES DONNEES

En sciences sociales, nous disposons d'une gamme variée d'instruments de collecte de données sur le terrain parmi lesquels : l'interview le guide d'observation, le questionnaire ...

Pour notre travail, nous avons utilisé le questionnaire pour la collecte des données.

III-4-1) PRESENTATION ET DESCRIPTION

Notre questionnaire comprend quatre(04) rubriques et est constitué de sept(07) questions toutes fermées réparties entre les variables d'étude.

+ La première rubrique : Elle concerne l'identification de l'enquêté à savoir son école et sa classe.

+ La deuxième rubrique : Elle va de l'item 1 à l'item 3; et est consacrée aux questions faisant référence aux variables de la première hypothèse de recherche à savoir : Communication entre l'enseignant apprenant et Performances Scolaires.

+ La troisième rubrique : Elle est constituée de l'item 4 et est consacrée à la variable indépendante de la deuxième hypothèse de recherche à savoir : Maîtrise de la personnalité de l'apprenant par son enseignant.

+ La quatrième rubrique : Elle va de l'item 5 à l'item 7 ; elle est consacrée à la variable dépendante de la deuxième hypothèse de recherche à savoir : Performances scolaires.

III-5) VALIDATION DE L'INSTRUMENT DE COLLECTE DES DONNEES.

La pré-enquête

La pré- enquête est un test préalable de l'outil d'investigation ; destinée à le mettre à l'essai et à le corriger s'il y'a lieu. Son but est de vérifier sur le terrain si l'instrument élaboré est d'une part suffisant et d'autre part correct pour recueillir les données dont on a besoin.

Notre pré-enquête s'est déroulée le vendredi 19 Février 2010 à l'école publique d'ESSOS I groupe I de YAOUNDE. Elle nous à permis de nous rendre compte de la compréhension ou non par les pré-enquêtés des questions posées. Ceci nous a permis de réajuster notre questionnaire notamment en reformulant les questions 4 et 7.

III-6) PROCEDURE DE COLLECTE DES DONNEES L'enquête

L'enquête d'après TSALA TSALA  (1991/1992 :111) est : « Une investigation en milieu naturel ; sur le terrain qui a pour but de comprendre un phénomène provoqué ou non. » notre étude est descriptive et exploratoire ; c'est à dire que nous décrivons un phénomène à partir d'informations recueillies sur le terrain.

Dans le cas de nos travaux, nous sommes allés dans toutes les écoles publiques faisant partie de notre échantillon. Dans ces écoles, nous avons distribué nos questionnaires aux élèves qui les ont remplis. Après avoir récupéré ces questionnaires, nous avons procédé au dépouillement sous forme de tableaux. Nous avons également calculé le taux de récupération qui est le rapport du nombre des questionnaires récupérés par le nombre des questionnaires distribués le tout multiplié par cent.

T.R

A.N : T.R T.R

III-7) METHODE D'ANALYSE DES DONNEEES Notre échantillon étant constitué de 200 individus, nous avons procédé au traitement (dépouillement) manuel des données. La répartition des résultats se fera à l'aide du calcul des fréquences et des proportions alors que vérification des hypothèses se fera à l'aide de la statistique inférentielle.

III-7-1) CALCUL DES FREQUENCES.

La fréquence est le nombre d'observations d'un type donné d'évènements. Cette technique permet de dépouiller les fréquences de réponses de chaque modalité.

III-7-2) CALCUL DES PROPORTIONS.

Le calcul des proportions est le rapport entre l'effectif d'une classe et l'effectif total de la distribution.

 

: Effectif de la classe.

N : Effectif total de la distribution.

III-7-3) L'INSTRUMENT D'ANALYSE.

Pour notre étude, nous utiliserons le calcul du khi carré ou khi-deux ( ) qui permet de vérifier s'il existe ou non une relation entre les variables. Il s'utilise lorsque les variables de l'étude sont toutes nominales ; tant pour des grands effectifs que pour des petits effectifs.

A partir de cet instrument, nous confirmerons ou infirmerons nos hypothèses de recherche. Les formules utilisées seront les suivantes :

?

?

La vérification des hypothèses de recherche se fera en sept étapes :

- Formulation des hypothèses nulles et alternatives

* : Hypothèse nulle ; c'est celle qui va à l'encontre de l'hypothèse de recherche.

*  : Hypothèse alternative.

- Calcul du khi-carré.

- Détermination du seuil de signification.

- Calcul du degré de liberté ddl = (

- Comparaison du khi carré calculé et du khi carré lu.

- Enonciation de la règle de décision.

* est rejetée.

* calculé, est acceptée.

Conclusion

La méthode étant indispensable pour tout travail scientifique, il a fallu préciser la population de notre étude, l'échantillon, les méthodes et procédés de collecte de données. Il nous incombe maintenant de vérifier nos hypothèses à partir de la présentation, l'analyse et l'interprétation des résultats.

INTRODUCTION

Dans ce quatrième chapitre constituant la dernière phase de notre de notre travail ; il sera question de présenter à l'aide des tableaux affectés d'un bref commentaire des résultats de l'enquête, de vérifier les hypothèses préalablement émises suivies des implications théoriques du sujet. Enfin, des suggestions et recommandations constitueront la dernière étape de ce chapitre.

IV-1) PRESENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS

Les tableaux des résultats seront précédés des questions posées aux élèves ; et à chaque fois les analyses des dits résultats suivront les tableaux.

Questions 1 : Pendant les leçons le maître vous donne t-il la parole ?

Tableau N°IV : Avis des élèves sur la prise en compte de leur opinion par l'enseignant.

Elèves

Respect opinion

Effectif ( )

E CC

ECD

Fréquences (%) 

 

FNC

FCC

FCD

 

Absente

9

9

200

4,5

4,5

100

 

Irrégulière

117

126

191

58,5

63

95,5

 

Régulière

74

200

74

37

100

37

 

Total

200

/

0

100

/

0

 

Il ressort de ce tableau que 9 élèves soit 4,5% affirment ne pas avoir de communication avec leur enseignant. 117élèves soit 58,5% affirment que le maître prend en compte leur point de vue ; mais de façon irrégulière. 74 élèves soit 37% affirment que leurs opinions sont régulièrement prises en compte par l'enseignant.

Question 2 : Pourquoi poses -tu les questions pendant les leçons ?

Tableau N°V : Raisons pour lesquelles l'élève pose les questions.

Elèves

Raisons

Effectif ( )

E CC

ECD

Fréquences (%) 

 

FNC

FCC

FCD

 

Comprendre davantage

65

65

200

32,5

32,5

100

 

Comprendre la leçon

118

183

135

59

91,5

67,5

 

Ne pose jamais de question

17

200

17

8,5

100

8,5

 

Total

200

/

0

100

/

0

 

Au regard de ce tableau, il apparaît que 65 élèves soit 32,5% posent des questions afin de mieux comprendre la leçon ; 118élèves soit 59% le font pour comprendre juste la leçon. Par contre, 17élèves soit 8,5% ne posent jamais de question. Question 3 : Comment considères -tu ton maître ? Tableau N°VI : Répartition des enquêtés en fonction de la considération qu'ils ont à l'égard de leur enseignant

Elèves

Considération

Effectif ( )

ECC

ECD

Fréquences (%) 

FNC

FCC

FCD

Un papa

68

68

200

34

34

100

Un homme respecté

120

188

132

60

94

66

Juste un maître

12

200

12

6

100

6

Total

200

/

0

100

/

0

Nous constatons que 68 élèves soit 34% considèrent leur maître comme un papa ; et 120élèves soit 60% affirment que pour eux le maître est un Homme respecté. Cependant, 12 élèves soit 6% n'ont aucune autre considération pour leur enseignant en dehors du rôle d'éducateur qui lui est assigné. Question 4 : Ton maître connaît -il ton nom ; ainsi que celui de tous tes camarades de classe ? Tableau N°VII : Avis des élèves sur la maîtrise de leur personnalité par l'enseignant.

Elèves

Maîtrise

Effectif ( )

ECC

ECD

Fréquences (%) 

FNC

FCC

FCD

Mauvaise

11

11

200

5,5

5,5

100

Bonne

51

62

189

25,5

31

94,5

parfaite

138

200

138

69

100

69

Total

200

/

0

100

/

0

Les résultats consignés dans ce tableau révèlent que 11 élèves soit 5,5% pensent que le maître ne maîtrise pas leur personnalité. 51 élèves soit 25,5% affirment qu'il y'a une bonne maîtrise de leur personnalité par leur enseignant. 138 élèves soit 69% disent que leur enseignant a une parfaite maîtrise de leur personnalité.

Question 5 : Es-tu toujours prêt(e) à suivre la nouvelle leçon avec joie ? Tableau N°VIII : Répartition des élèves en fonction de leur motivation.

Elèves

Motivation

Effectif ()

Pourcentages(%)

Oui

172

86

Non

28

14

Total

200

100

Les résultats de ce tableau attestent que 172 élèves soit 86% sont toujours motivés à suivre les leçons ; alors que 28 élèves soit 14% ne le sont pas. Question 6 : Lèves -tu la main pour répondre aux questions posées par le maître ?

Tableau N°IX : Répartition des élèves en fonction de leur fréquence de participation aux leçons.

Elèves

Fréquences

Effectif ( )

ECC

ECD

Fréquences (%)

FNC

FCC

FCD

Toujours

52

52

200

26

26

100

PARFOIS

145

197

148

72,5

98,5

74

Jamais

3

200

3

1,5

100

1,5

Total

200

/

0

100

/

0

Ce tableau indique que 52élèves soit 26% lèvent toujours la main pour répondre aux questions ; 145élèves lèvent parfois la main pour répondre aux questions. Cependant, il y'a une minorité soit 3 élèves c'est-à-dire 1,5% ne répondent jamais aux questions. Question 7 : Quelle a été ta moyenne du trimestre passé ? Tableau N°X : Moyenne trimestrielle des élèves .

Elèves

Moyenne

Effectif ( )

ECC

ECD

Fréquences (%)

FNC

FCC

FCD

 

75

75

200

37,5

37,5

100

 

94

169

125

47

84,5

62,5

 

31

200

31

15,5

100

15,5

Total

200

/

0

10

/

0

Nous constatons que pour un total de 200 élèves, 75 soit un taux de 37,5% ont une moyenne inférieure à. 94 élèves soit 47% ont des moyennes trimestrielles allant de 10 à 12,99 /20.Et 31 élèves, soit un pourcentage de 15,5% ont des moyennes trimestrielles supérieures ou égales à 13 /20. Ces résultats démontrent que le taux de réussite est de 62,5% contre un taux d'échec de 37,5%.

IV-2) VERIFICATION DES HYPOTHESES

Suite à la présentation des différents tableaux qui regrouperont les informations recueillies ; et dans le souci de s'assurer de l'exactitude du phénomène étudié, il convient de procéder dès lors à la vérification des hypothèses initialement émises afin de savoir si elles sont confirmées ou infirmées. Cette vérification qui se veut scientifique doit reposer sur des calculs statistiques effectués à l'aide d'outils d'analyses statistiques dont le calcul du khi-carré ( qui nous permettra de vérifier non hypothèses. Notons que d'une part seules les questions 1 et 2 ; et d'autre part les questions 4et 7 nous seront utiles pour cette phase.

IV-2-1) VERICATION DE L'HYPOTHESE DE RECHERCHE N°1

étape : Formulation de l'hypothèse de travail.

HR1 : La communication Enseignants- Apprenants améliore les performances scolaires.

Il existe un lien entre communication Enseignants- Apprenants et les performances scolaires.

Il n'existe pas lien direct entre la communication Enseignants Apprenants et les performances scolaires. étape : Détermination du seuil de signification. Le seuil choisit est á=0,05 soit á =5% étape : Calcul du khi- carré.

-Tableau de contingence

Il sera établit à l'aide des tableaux N°IV et N°X.

TABLEAU N°XI : Relation entre communication Enseignants-Apprenants et les performances scolaires.

Performances scolaire

Communication

Faibles

Moyennes

fortes

Total

 
 
 
 
 
 
 

Irrégulière

38

43,87

61

54,99

18

18,13

117

1,22

Régulière

34

27,75

28

34,78

12

11,47

74

2,32

Absente

3

3,37

5

4,23

1

1,40

9

0,04

Total

75

94

31

200

3,58

= = 43,87 = = 34,78

= = 27,75 == 4,23

= = 3,37 = = 18,13

== 54,99 ==11,47

== 1,40 Certaines fréquences étant inférieures à 10, nous avons utilisé le khi-carré corrigé.

=?

=

+ + + +

 

: Détermination de la valeur critique ddl et

DDL = (-1) (- 1)

A.N : DDL = (3-1) (3-1)

DDL = 4

= 9,4

étape : Règle de décision * Si < , est rejetée et est acceptée * Si > , est acceptée et est rejetée : Prise de décision < est rejetée

étape : Conclusion

L'hypothèse alternative étant rejetée ; donc il n'ya aucune incidence directe entre la communication Enseignant -Apprenant et les performances scolaires. Ainsi, l'hypothèse de recherche N°1 est infirmée.

IV-2-2) VERIFICATION DE L'HYPOTHESE DE RECHERCHE N°2

1 ère étape : Formulation de l'hypothèse de travail.

HR2 : La maîtrise de la personnalité de l'élève par son enseignant stimule les performances scolaires. : La maîtrise de la personnalité de l'élève par son enseignant a un effet sur les performances scolaires. : La maîtrise de la personnalité de l'élève par son enseignant n'a pas d'effet sur les performances scolaires.

étape : Détermination du seuil de signification

Le seuil choisit est á=0,05 soit á =5%

étape : Calcul du khi- carré. -Tableau de contingence Il sera établit à l'aide des tableaux N°VII et N°X.

TABLEAU N°XII : Relation entre la maîtrise de la personnalité de l'élève par l'enseignant et les performances scolaires.

Performances scolaire

Maîtrise de

La personnalité de l'élève

Faibles

Moyennes

fortes

Total

 
 
 
 
 
 
 

Bonne

21

19,12

17

23,97

13

7,90

51

4,53

Parfaite

49

51,75

71

64,86

18

21,39

138

0,98

mauvaise

5

4,12

6

5,17

0

1,70

11

0,91

Total

75

94

31

200

6,42

= =19,12 = =23,97

=51,75 = =64,86

= =4,12 = =5,17 = =7,90 = =21,39

= =1,70

Certaines fréquences étant inférieures à 10, nous avons utilisé le khi-carré corrigé.

=?

= + +

+ + +

 

: Détermination de la valeur critique ddl et

DDL = (-1) (- 1)

A.N : DDL = (3-1) (3-1)

DDL = 4

= 9,49

étape : Règle de décision * Si < , est rejetée et est acceptée * Si > , est acceptée et est rejetée

: Prise de décision < est rejetée

étape : Conclusion

L'hypothèse alternative étant rejetée ; il n'existe donc aucun lien entre la maîtrise de la personnalité de l'élève par son enseignant et les performances scolaires.

  Ainsi, l'hypothèse de recherche N°2 est infirmée.

TABLEAU N°XIII : TABLEAU SYNOPTIQUE DES VALEURS DES DIFFERENTES HYPOTHESES VERIFIEES

Hypothèse générale

Hypothèses de recherche.

Taille de l'échantillon

á

DDL

 
 

Règle de décision

Décision

Conclusion

Les rapports

Enseignants Apprenants influencent positivement les performances scolaires.

La communication entre l'enseignant et l'apprenant améliore les performances scolaires.

200

0,05

4

3 ,58

9 ,49

 

HR1 est

infirmée

Il n'ya pas de véritable relation entre la communication apprenants-enseignants et les performances scolaires

La maîtrise de la personnalité de l'apprenant par son enseignant stimule les performances scolaires.

200

0,05

4

6 ,42

9,49

 

HR2 est

infirmée

Il n'ya pas de véritable relation entre la métrise de la personnalité de l'élève maitre et les performances scolaires.

IV-3) IMPLICATIONS THEORIQUES ET PRATIQUES DES RESULTATS. Une fois nos deux hypothèses vérifiées, il nous importe à présent de démontrer leur confirmation ou non à travers les résultats initialement présentés. ? L'hypothèse de recherche N°1 es infirmée ; c'est-à-dire qu'il n'existe pas de véritable relation entre la communication Enseignants-Apprenants et les performances scolaires. C'est ce que démontrent les résultats du tableau N°XI. Or des 200 personnes enquêtées, 191 soit 95%affirment avoir une communication avec leur enseignant. Parmi ces élèves 128 soit 64% ont de bons résultats. Paradoxalement, des 9 autres qui ne communiquent pas avec l'enseignant seulement 3 élèves soit 1,5% ont de mauvaises performances scolaires alors que les 6 autres ont de bonnes Performances. Dans la logique, ces tendances devraient être inversées ; tel n'est pas le cas ce qui nous permet de croire que d'autres facteurs interviendraient dans les performances scolaires des élèves.

Ceci étant, cette communication bien que primordiale à tout processus enseignement-apprentissage doit être associée à d'autres facteurs tels que : La considération qu'ont les apprenants à l'égard de leur enseignant ; ou encore la sympathie de l'enseignant vis-à-vis des apprenants qui sont sous leur responsabilité.

? L'hypothèse de recherche N°2 également infirmée stipule qu'il n'existe aucune incidence directe entre la personnalité de l'apprenant et les performances scolaires. C'est la conclusion à laquelle nous sommes parvenus d'après les résultats consignés dans le tableau N° XII. Cependant, 125 élèves soit 62,5% dont l'enseignant maîtrise la personnalité ont des performances scolaires moyennes à fortes contre 75élèves soit 3,5% qui présentent de faibles performances scolaires. Ceci démontre que bien que la maîtrise de la personnalité de l'élève n'ayant aucune incidence directe sur les performances scolaires demeure néanmoins capitale bien qu'il faille combiner d'autres éléments tels que la motivation et l'intelligence personnelle des apprenants.

En somme, il est clair que les performances scolaires des élèves ne dépendent pas exclusivement des rapports que ces derniers entretiennent avec leurs enseignants; mais de la mise en commun d'une multitude de facteurs et d'éléments tels que : L'environnement socio-affectif de l'apprenant, son intelligence personnelle et la projection qu'il fait de l'école. Comme l'a démontrée NGO LIHAN SUZANE en 2001 dans ses travaux, il faut aussi tenir compte de l'incidence des appréciations des enseignants sur le comportement des élèves en situation d'apprentissage.

V-) RECOMMANDATIONS

Aux enseignants :

Le rôle des enseignants est de former l'Homme à travers l'école. Il leur revient le rôle d'initier et d'orienter les rapports entre eux et les apprenants.

Cependant, les rapports Enseignants-Apprenants n'étant pas les seuls facteurs à prendre en compte, les enseignants doivent faire preuve d'abnégation et de compétence. Ils doivent donc associer à ces relations les nouvelles techniques d'apprentissage et d'évaluation. Ainsi, ils doivent participer régulièrement aux journées pédagogiques, aux séminaires de recyclage ; bref ils doivent s'assurer une bonne formation continue. C'est à ce titre qu'ils seront de véritables éducateurs et réussiront à réduire le taux de redoublement scolaire de 45% à15% d'ici l'an 2015 comme le souhaite la nouvelle vision de l'éducation à l'école primaire.

Aux parents :

Les parents doivent savoir que leurs enfants réussiront à l'école s'ils bénéficient d'un environnement socio-affectif serein et de l'aide des adultes. Ainsi, «  chers parents n'abandonnez plus vos enfants à l'école. »

Aux élèves :

L'élève avec les nouvelles techniques éducatives, doit savoir qu'il est dans une interaction vivante avec l'enseignant. Il doit savoir que le véritable apprentissage est celui dans lequel il participe à la construction de son propre savoir. Ainsi lorsque l'élève agira, il devra toujours se rappeler de la maxime suivante : « on oublie vite ce qui a été appris ; mais on n'oublie guère ce qu'on apprit par soi-même. »

Aux autorités :

Nous recommandons aux autorités de veiller à l'application sans faille des nouvelles techniques pédagogiques sur toute l'étendue du territoire ; car certaines de ces techniques à l'instar de la remédiation scolaire rencontrent des réticences dans nos grandes villes ; ce vocable est même méconnu des instituteurs des campagnes. Aussi leur demandons-nous de mettre à leur disposition toutes les ressources dont ils ont besoin. Ceci permettra sans doute d'améliorer les performances scolaires des élèves.

V-2) SUGGESTIONS

Nos suggestions vont à l'endroit des enseignants et des autorités politiques et administratives en charge de l'éducation de base.

Aux enseignants :

Nous leur suggérons de ne pas considérer les enseignements comme un simple processus de transmission et d'acquisition de connaissances ; malgré les difficultés auxquels ils sont régulièrement confrontés. Cependant, de part leur profession, ils doivent se considérer comme le reflet de la société. Ceci étant, on leur exigera de rendre compte plus qu'à tout autre acteur de la société. Ainsi, chers enseignants ne sacrifier plus vos élèves sur l'autel des revendications.

Aux autorités politiques et administratives :

Les autorités politiques et administratives soucieux de rendre le système éducatif camerounais plus efficace que par le passé ; se chargent de faire voter les lois. Mais celles-ci une fois votées doivent faire l'objet d'une application sans faille. Ceci permettra aux enseignants d'avoir moins de préoccupations qui les éloignent des classes. Alors, ils pourront vaincre le double syndrome de déperdition et de redoublement scolaire. Aussi leur demandons-nous de sonner le glas de l'article n°1 du décret N°2002/040 du 24 février 2002 du statut particulier de l'enseignant.

CONCLUSION

Nous sommes parvenus ainsi au terme de ce quatrième chapitre qui marque la fin de notre travail. Il nous a permis de vérifier les hypothèses de recherche, de présenter des implications théoriques et pratiques, de faire des recommandations et des suggestions. Il importe maintenant de faire le bilan général de notre étude.

Arrivé au terme de ce travail de recherche, il convient de rappeler qu'il était centré sur le thème : RAPPORTS APPRENANTS-ENSEIGNANTS ET PERFORMANCES SCOLAIRES. Pour mener à bien notre travail, nous sommes partis d'une question de recherche à savoir : Les rapports apprenants enseignants influencent - elles les performances scolaires ? Suite à cette question nous avons émis une hypothèse générale comme proposition de réponse : Les rapports enseignants apprenants influencent positivement les performances scolaires. Afin de rendre cette hypothèse testable, nous l'avons disséquée en deux hypothèses de recherche :

HR1 : La communication entre l'apprenant et l'enseignant améliore les performances scolaires.

HR2 : La maîtrise de la personnalité de l'élève par son enseignant stimule les performances scolaires.

L'analyse des résultats obtenus suite aux données recueillies sur le terrain nous a permis d'infirmer nos hypothèses de recherche et en même temps de répondre à la question principale par la négative. C'est à dire qu'il n'ya pas d'incidence directe entre les rapports apprenants enseignants et les performances scolaires.

Enfin, quelques recommandations et suggestions ont été données à l'endroit des enseignants, élèves, parents et aux autorités politiques et administratives en charge de l'éducation de base.

En limitant notre travail au seul volet relationnel, nous n'avons pas la prétention de l'avoir réalisé sur tous les plans. Aussi nous demandons aux générations futures de s'y pencher.

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

-TCHENDJOU.D(1983) : Manuel de psychopédagogie pratique, CEPER, Yaoundé 185 pages.

- OKTOUF.O(1985) : Méthodologie des sciences sociales et approches des organisations, PUQ, Québec , 185 pages

- MACAIRE. F(1993) : Notre beau métier, les classiques Africaines, Versailles, France, 448 pages, -MEDAR.R et AL(1959) : Pédagogie pratique et morale professionnelle, Collection DIDIER, Paris, 302 pages.

-TOUZAR. P(1988) : Pédagogie pour l'Afrique, vol 10 LIENHART et compagnie, Paris, France, 263 pages.

-TSALA TSALA. J.P(1992) : Introduction à la psychologie générale, cours polycopié, Université de Yaoundé 1, 104 pages.

- REQUEFORT.D(1995) : Rôle de l'éducateur, éd, l'harmattan, Paris, 182 pages. (Www. wykipédia .com.)

- NGO LIHAN.S : Incidence des appréciations des enseignants sur le comportement des élèves en situation d'apprentissage, mémoire CAPIEMP, ENIEG D'ESEKA  2000, 39 pages. -Dictionnaire Larousse, éd Larousse 2002, pages.

.

QUESTIONNAIRE ADDRESSE AUX ELEVES

Cher élèves, dans le cadre de notre travail de recherche sur les problèmes de l'éducation ; nous avons besoin de certaines informations pour finaliser la rédaction de notre mémoire. Pour cela, nous vous prions de bien vouloir répondre aux questions suivantes. Merci de votre compréhension.

I- IDENTIFICATION

- Etablissement :.......................................

- Classe : CMI CMII

II - COMMUNICATION ENSEIGNANTS-APPRENANTS

1-) a-) Pendant les leçons ; le maître donne t-il la parole?

Oui Non

b-) Si oui, considère t-il ce que vous lui dites?

Parfois Toujours

2-) Quand poses-tu le plus souvent les questions au maître?

Pour mieux comprendre Pour juste comprendre Jamais

3-) Comment considères-tu ton maître?

Comme mon Papa Comme un homme Respectable Un maître pas plus

III- Maîtrise DE LA PERSONNALITE DE L'ELEVE

4-) Ton maître connaît-il les noms de tous tes camarades de classes?

Oui Non

- Si oui :

Discute t-il souvent avec tes parents ou les parents de tes camarades à propos de votre travail en classe et à la maison?

Oui Non IV-PERFORMANCES SCOLAIRES

5-) Es-tu toujours prêt(e) à suivre la nouvelle leçon avec enthousiasme?

Oui Non

6-) Lèves-tu la main pour répondre aux questions posées par le maître?

Toujours Parfois Jamais

7-) Quelle a été ta moyenne au premier trimestre?

Entre 0 et 9/20 Entre 10 et 12/20 Entre 13 et 20/20