pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Le suivi parental des enfants à  domicile et performances des élèves dans les classes à  promotion collective


par Tekitsa Nguimfack
Ecole normale d'instituteurs de l'enseignement général de Bafoussam - Certificat aptitude pédagogique des instituteurs des écoles maternelles et primaires 2011
Dans la categorie: Enseignement
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

INTRODUCTION GENERALE

En dépit de nombreuses reformes connues par le système éducatif, nous continuerons d'enregistrer de multiples échecs aux examens. Les déterminants de tels échecs sont entre autres d'ordre psychologique, pédagogique, ou sociologique.

Dans le souci de limiter ces échecs et redoublements scolaires. Le système éducatif a décidé d'introduire la promotion collective.

Le constat que nous avons fait en société plus précisément dans le milieu de vie de l'enfant est que les redoublements de certains enfants sont dus au fait que certains parents ne jouent pas pleinement leur rôle d'éducateurs après avoir inscrit leurs enfants à l'école, abandonnant ainsi toute la charge aux enseignants. Mais la promotion collective intervient et donne de plus en plus un sens à leur responsabilité et à la collaboration entre ces derniers et les enseignants en vue de la réduction des échecs scolaires. C'est la raison pour laquelle nous avons choisi le thème suivant: « le suivi parental des enfants à domicile et performances des élèves dans les classes à promotion collective ».

Pour mener à bien notre recherche et apporter des solutions sur ce thème, nous avons entrepris une recherche articulée autour de quatre chapitres à savoir:

I. La problématique

II. L'insertion théorique du sujet

III. La méthodologie

IV. La présentation, l'analyse et l'interprétation des résultats

Nous concluons notre étude par une conclusion générale

CHAPITRE I

PROBLEMATIQUE

Une recherche scientifique étant une résolution du problème, nous ne saurions commencer notre travail sans énoncer la problématique.

La problématique est un ensemble de questions construites autour d'une question principale. Elle fixe les questions auxquelles nous souhaitons apporter une réponse ; elle oriente le chercheur dans son travail: c'est ainsi que ce chapitre intitulé problématique suivra le canevas suivant:

- Formulation du problème

- Questions de recherche

- Objectifs de la recherche

- Intérêt de l'étude

- Délimitation du sujet

1-1. Formulation du problème

Formuler un problème c'est le définir, l'énoncer de manière claire et précise en s'appuyant sur des faits vécus ou observés sur le problème.

La part la plus importante de l'éducation de l'enfant revient aux parents. Ils sont les premiers éducateurs de ceux qui leur doivent la vie. C'est au père et surtout à la mère d'initier l'enfant, de lui enseigner les bonnes manières, les premières notions de politesse, de le surveiller pour le maintenir dans le droit chemin ; c'est aussi le moment de le scolariser et de contrôler son travail scolaire. C'est donc aux parents de poser les premiers jalons d'une éducation qui doit se continuer par l'école. Le but premier de l'éducation scolaire visant le plein épanouissement de la personnalité humaine, le renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales. Les maîtres devraient dans l'exercice de leur fonction rechercher au quotidien les moyens à mettre en oeuvre pour l'atteindre ou s'en approcher. La pédagogie étant essentiellement une science évolutive, la promotion collective a été instituée, accompagnée de l'A.P.C et de la nouvelle vision de l'évaluation qui permettrait de lutter de façon acharnée contre les redoublements. Mais nous constatons que cet objectif rencontre sur le chemin beaucoup d'obstacles. C'est ainsi qu'à l'école primaire groupe II B2 et plus précisément au C.E I A, on enregistre au courant de l'année scolaire 2009 /2010: au premier trimestre un pourcentage de réussite de 48,75%, au deuxième trimestre 63,21% et au troisième un pourcentage de réussite de 100%. Cela signifie que les parents ne jouent pas pleinement leur rôle, eux qui n'ont que leur progéniture à suivre contrairement aux enseignants qui ont un grand nombre d'élèves en classe à encadrer. Le pourcentage réel de la classe mentionné ci haut ne devrait pas normalement dépasser 60%. Ainsi, nous avons en moyenne 40%.d'élèves en classe supérieur sans le niveau requis. C'est la raison pour laquelle nous avons pensé que certainement les parents ne jouent pas pleinement leur rôle à domicile abandonnant ainsi l'éducation des enfants à l'instituteur seul qui a à sa charge, un grand nombre d'enfants à encadrer. C'est cet état de chose qui nous a poussés à réfléchir au point d'intituler notre thème «le suivi parental des enfants à domicile et performances scolaires des élèves dans les classes à promotion collective»

Cette préoccupation nous amène à préciser la question de recherche.

I-2. QUESTION DE RECHERCHE

Elle consiste à poser la question centrale qui servira de fil conducteur pour le chercheur. La question de recherche doit être précise, crutiale et centrale par rapport au thème choisi. Elle vise non seulement à décrire le phénomène à étudier, mais aussi à le faire comprendre. La question principale de l'étude est : Quel est l'impact du suivi parental des enfants à domicile sur leur performance scolaire dans les classes à promotion collective ?

I-3. QUESTIONS SECONDAIRES

Elles découlent de la question principale et sont formulées ainsi qu'il suit.

1- Quel est l'impact du contrôle des cahiers des enfants à domicile sur les performances des élèves dans les classes à promotion collective ?

2- Quelle est l'influence de la motivation des enfants sur leurs performances scolaires dans les classes à promotion collective ?

I.4. OBJECTIFS DE L'ETUDE.

L'objectif est un but à atteindre, un résultat auquel nous aimerons aboutir tout au long de notre étude. Nous distinguerons alors l'objectif général et les objectifs spécifiques.

I-4.1. objectif général

Elle est relative à l'hypothèse générale. Il s'agira dans le cadre de cette étude de vérifier si le contrôle des cahiers des enfants à domicile a une influence sur leurs performances dans les classes à promotion collective.

I.3.2. Objectifs spécifiques

Ils sont relatifs aux hypothèses secondaires. Dans le cadre de notre étude, il s'agira de vérifier :

- si la fréquence du contrôle des cahiers des élèves à domicile a une influence sur les performances des élèves dans les classes à promotion collective.

- Si la motivation des enfants par les parents a une influence sur les performances scolaire des enfants dans les classes à promotion collective.

I.5. Intérêt de l'étude

L'intérêt de l'étude est l'importance, les avantages ou ce que peuvent apporter les résultats de recherche. Nous pensons donc que les résultats intéresseront tous les enseignants, le MINEDUB, les parents et les élèves.

* LE MINEDUB

Pour le MINEDUB, il s'agira de mettre en oeuvre tous les moyens qui permettront effectivement de réduire les effectifs compte tenu des objectifs de la promotion collective.

* LES ENSEIGNANTS

A travers cette étude, le maître accordera plus d'importance à la collaboration des parents/enseignants afin de communiquer à ces derniers la conduite à tenir pour l'éducation des enfants.

* LES PARENTS

Cette étude permettra aux parents de jouer pleinement leur rôle au niveau de la famille afin de faciliter la tâche à l'instituteur qui encadre un effectif pléthorique d'élèves.

* LES ELEVES

Il est question pour nous ici d'amener les élèves à travers cette étude à s'autocontrôler et à trouver dans leur conscience une force assez puissante pour assurer dorénavant la pratique de tous les devoirs.

I.6 DELIMITATION DE L'ETUDE

Il est question ici de circonscrire, d'établir des frontières à l'intérieur desquelles notre étude évoluera. Il s'agit de la délimitation spatiale, thématique et temporelle.

- Sur le plan spatial

Il s'agira de la circonscription géographique qui permet de mener nos investigations. Nous mènerons nos enquêtes dans la région de l'Ouest et plus précisément dans les écoles d'application de l'ENIEG Bilingue de Bafoussam au groupe IIB2 de la mairie rurale et plus précisément au niveau II : C.E1B et au niveau III CM1A.

- Sur le plan temporel

Il est question de donner la période pendant laquelle s'effectuera notre travail. Notre étude se déroulera durant l'année scolaire 2010/2011 et ce au fur et à mesure que l'enseignant nous donne des notions.

- Sur le plan thématique

Pour nous il s'agit d'évoquer avec précision les aspects que nous voulons présenter. L'encadrement familial étant un domaine vaste (ménage, encadrement des enfants, travaux champêtre....), nous parlerons du suivi parental des enfants à domicile.

En sommes, il nous a été donné de parcourir d'un bout à l'autre les différentes parties de ce chapitre en vue de comprendre le problème que pose le sujet. Cette orientation nous aidera à traiter le chapitre suivant intitulé « Insertion théorique du sujet ».

CHAPITRE II

INSERTION THEORIQUE DU SUJET

D'après le dictionnaire petit Larousse la théorie est l'ensemble des théorèmes et des lois systématiquement organisés, soumis à une vérification expérimentale, et qui vise à établir la vérité d'un système scientifique.

L'insertion théorique du sujet permet de faire un état des théories de base et une synthèse des études déjà menées dans ce domaine afin de dégager une nouvelle orientation permettant de formuler les hypothèses pertinentes.

Ce deuxième chapitre de travail tournera autour des points suivants :

- Définition des concepts

- Théories explicatives du sujet

- Revue de la littérature

- Réorientation de l'étude

- La formulation des hypothèses, des modalités et des indicateurs

II.1 DEFINITION DES CONCEPTS

Le dictionnaire petit Larousse définit le mot concept comme une idée d'un objet conçu par l'esprit, permettant d'organiser les perceptions et les connaissances.

La définition des concepts permet de lever toute équivoque et de favoriser une bonne compréhension de notre travail.

SUIVI : selon le dictionnaire petit Larousse en couleur (1987 : 885) suivi veut dire « opération permettant de surveiller la mise en oeuvre d'un processus. »

PARENTAL : selon le dictionnaire petit Larousse en couleur (1987 : 670) parental est « un adjectif qui concerne le père ou la mère considérés comme un tout »

ENFANT : selon le dictionnaire universel (2002 :419) « l'enfant est un être humain dont l'âge varie de la naissance à l'âge de la puberté »

DOMICILE : selon le petit Robert (1990 : 566) domicile est « un lieu ou encore le chez soi, la demeure, l'habitation, le logement. »

PERFORMANCES : selon le dictionnaire petit Larousse en couleur (1987 : 686) est : « l'ensemble des résultats obtenus dans un test »

ELEVE : selon petit Robert : c'est « la personne qui reçoit ou suit l'enseignement d'un maître ».

SCOLAIRE : D'après le dictionnaire petit Robert (1990 :1620) scolaire est « tout ce qui est relatif propre aux écoles, l'enseignement qu'on y reçoit et aux élèves qui le fréquentent »

PERFORMANCES DE L'ELEVE : il s'agit des résultats obtenus par les élèves à l'issu d'un test ou par les évaluations plus précisément celles du premier trimestre de l'année en cours.

CLASSE : le petit Robert (1990 : 322) définit classe comme étant « un ensemble de personnes qui ont en commun une fonction, un genre de vie, une idéologie. »

PROMOTION : selon le dictionnaire universel (2002 : 980) promotion est « l'action par laquelle on élève à la fois plusieurs personnes à un même grade, à une dignité. »

COLLECTIVE : selon le dictionnaire universel (2002 : 980), c'est «  l'action par laquelle on élève simultanément tous les élèves de la classe inférieure à la classe supérieure dans un même cour de chaque niveau de l'école primaire »

SUIVI PARENTAL DES ENFANTS A DOMICILE : dans le cadre de cette étude, il s'agit de la fréquence avec laquelle les parents font les répétitions avec leurs enfants à domicile, bref l'importance qu'ils accordent aux révisions faites par les enfants en famille et la motivation qu'ils adressent à ces derniers en vue de les pousser à l'effort dans leur travail scolaire.

II-2 THEORIE EXPLICATIVE DU SUJET

Pour une meilleure compréhension de notre sujet, nous dirons ce que c'est qu'une théorie

La théorie est une combinaison de propositions et de concepts qui montre la relation dans les paramètres dans le but d'expliquer un phénomène. Elle permet d'intégrer le problème dans son contexte théorique et de le rendre plus claire.

Nous avons opté pour deux théories à savoir :

- La théorie de l'assistance pédagogique de DE Landsheere

- La théorie de l'apprentissage de SKINNER

II-2-1 THEORIE DE L'ASSISTANCE PEDAGOGIQUE DE LANDSHEERE

La théorie de l'assistance pédagogique de Landsheere (1984 : 391) argue que le travail de l'élève est le fruit de la contribution de ses parents qui l'assiste dans les devoirs et l'étude effectués à la maison. Dès lors le parent devient un assistant, c'est-à-dire un auxiliaire pédagogique qui joue le rôle d'enseignant appeler un enseignement de simulation. Ici le parent prend contact d'ensemble d'informations relatives au programme scolaire et essaye autant que faire ce qui peuvent renforcer les apprentissages de l'enfant et de percer les préceptes pédagogiques réalisés par l'enfant en classe en compagnie de son maître. C'est une telle pratique que DE LANDSHEERE nomme « l'apprentissage assisté » ou « mode tutoriel intelligent » qui permet aux parents d'assister le maître par transfert « en offrant à l'enfant des ressources nécessaire, à diagnostiquer les difficultés d'acquisitions rencontré et à les surmonter »

Mais le problème demeure de savoir comment concrètement le parent d'élève va offrir des ressources nécessaires à ses enfants à la maison lorsqu'on sait qu'il n'a aucune base de formation pédagogique, sauf pour ce qui est des parents qui sont enseignants ou toute personnes qui ont au moins un niveau d'instruction. C'est dans ce sens que nous dirons que la promotion collective avec un pourcentage de réussite de 100% d'une classe à l'autre à l'intérieur d'un niveau est la résultante d'une application dans le suivi familial. Ainsi donc, le parent devait rendre son domicile vivant en interpellant tous le enfants à participer à l'activité de révision adéquate et en vérifiant régulièrement les cahiers de résumés et d'exercices, les moyennes obtenues par les enfants à la fin d'une séquence ou d'un trimestre. Si cette responsabilité est assumée par chaque parent, cela aurait des effets sur les performances individuelles, de chaque enfant et par conséquent sur les résultats scolaires des élèves dans les classes à promotion collective.

II 2-2 THEORIE DE L'APPRENTISSAGE DE SKINNER

Les travaux du psychologue SKINNER et TONDIKE (1964 :40) ont abouti à la théorie de l'apprentissage qui comporte deux lois à savoir :

- la loi de l'habitude

- la loi de l'essai et de l'erreur

SKINNER au cours de ses travaux constate que la famine provoque l'agitation du rat qui au hasard dans un premier temps relève le bouton du levier. La boulette de viande tombe et il l'a mange. Mais n'étant pas rassuré, il recommence à s'agiter dans sa cage et relève encore le bouton du réservoir de nourriture. Ainsi de suite, au processus de répétition, il reprend à actionner le levier pour recevoir la nourriture sans attendre que SKINNER le fasse à sa place.

Cette théorie stipule que comme le rat de SKINNER, l'enfant doit être placé dans les conditions favorables et surtout participer à l'oeuvre éducative pour que son comportement se modifie de façon durable.

II, 2.2.1 LA LOI DE L'HABITUDE

On apprend par l'exercice et c'est à force de s'exercer que se créent les habitudes. Lors de l'apprentissage en général, le parent doit dans le suivi, prévoir assez d'exercices pour habituer l'enfant à beaucoup de travail et d'effort car c'est en s'exerçant, en travaillant continuellement en classe et à la maison que l'élève cultive en lui une réaction spontanée grâce aux répétitions. C'est ce qui explique l'importance du suivi parental à savoir le contrôle des cahiers des enfants, le renforcement à la fin de chaque journée.

En outre, le parent doit prévoir après le contrôle des cahiers assez d'exercices à faire à la maison en rapport avec les différents leçons pour aider d'avantage l'enfant à mieux comprendre les leçons de la journée , il doit aussi renforcer les comportements positifs de l'enfant en le motivant, en le récompensant afin qu'il redouble l'effort à l'école.

II. 2.2 LA LOI D'ESSAI ET DE L'ERREUR

« On apprend à force d'essayer et de se tromper » cette loi voudrait que l'élève puisse toujours chercher à pratiquer ce qu'il à appris même quant-il n'est pas sure de lui, car c'est en faisant les fautes et en les rectifiant régulièrement qu'il maîtrise ses connaissances. C'est pour cette raison que soit l'enseignant, soit le parent doit cultiver chez l'enfant cette attitude de recherche car c'est à travers de nombreux essaies qu'il trouve le succès. Ainsi le parent doit obliger l'enfant à se mettre au travail chaque fois, à réviser toutes les leçons. Ceci permettra à ce dernier de fixer les connaissances enseignées à l'école.

II 3. REVUE DE LA LITTERATURE

Selon AKOULOUZE cité par DJIOMETSA TEKITSA (2002 :41), la revue de la littérature consiste à « analyser les recherches déjà faites dans le domaine de la connaissance où se situe le problème de recherche ».

La revue de la littérature peut aussi se définir comme un inventaire des travaux de recherche sur un thème. En ce qui concerne notre étude ; elle consiste à analyser les idées des auteurs qui ont fait des recherches dans le domaine de l'éducation en procédant par le contrôle des cahiers des enfants à domicile.

Notre revue de la littérature se déroulera autour de neuf points à savoir :

- rôle de la famille

- contribution des parents dans l'amélioration de la vie scolaire de leurs enfants.

- Rôle de la famille dans la socialisation de l'enfant.

- Importance de la solidarité familiale

- Responsabilité parentale et réussite scolaire des enfants.

- Responsabilité parentale et échec scolaire des enfants.

- Responsabilité de l'enfant et réussite scolaire.

- Motivation des enfants en famille et son influence sur leur travail scolaire.

- Importance de la promotion collective pour le système éducatif.

II.3.1 ROLE DE LA FAMILLE

La famille est l'unité de base de tous les phénomènes humains. C'est au sein d'une famille que prend naissance. A ce titre, TIECHE (1980 :65) dit « la famille forme un tout » chacune de ces parties doit sentir à quel point les autres lui sont nécessaires et précieuses. Un foyer est l'abri par excellence de la tendresse et de l'amour. et pour cela, il faut que chaque membre de la famille fasse briller sa petite étoile ou lumière joyeuse et consolatrices pour qu'il rayonne à l'intérieur d'abord, puis loin, dans la société et dans le monde.

II 3.2 CONTRIBUTION DES PARENTS DANS L'AMELIORATION DE LA VIE SCOLAIRE DE LEURS ENFANTS

La famille se voit comme la clé de réussite de l'enfant dans ses études. C'est elle qui assure et pose solidement la fondation de l'édifice homme. Les parents sont les camarades des enfants. Il est absolument indispensable que l'enfant soit en relation étroite avec ses parents. La présence physique ne suffit pas, ni le fait que les enfants mangent sur la même table que leurs parents, qu'ils dialoguent avec eux et même qu'ils travaillent avec eux. De même, les parents aiment les enfants profondément, intelligemment, ils partagent leurs sentiments et désirs. Ils préviennent si possible tous ce qui se rapporte au développement de l'enfant.

L'enfant est libre de poser le moindre problème aux parents, il est libre de dire tout ce qu'il pense, tout ce qu'il veut, tout ce dont il à besoin. Les parents jouent souvent avec les enfants, travaillent quelques fois avec eux. Ainsi, la dignité des parents n'y perdra rien. C'est dans cette optique que TIECHE (OPCIT ; 525) pense que « l'adulte doit être capable de revenir sur une opinion, de revoir une situation donnée, de reconnaître qu'il a put se tromper ». Ceci dans le but de permettre à l'enfant de dialoguer constamment avec les parents. D'où l'occasion pour les parents de mieux connaître leurs enfants. Le milieu familial permet de comprendre l'enfant et le connaître. Il permet également de comprendre le mécanisme de la vie affective chez l'adulte comme le pense ILLICH, l'un des facteurs primordiales des comportements attendus est l'influence du contrôle en famille sur l'éducation de l'enfant. C'est pour cela que le milieu familial joue un très grand rôle dans l'éducation des enfants.

II 3.3 ROLE DE LA FAMILLE DANS LA SOCIALISATION DE L'ENFANT

Il existe au sein de la famille des facteurs dits d'encadrement qui conditionnent la réussite de l'enfant. Les facteurs affectifs, moraux sans lesquels le travail intellectuel peut ne pas avoir lieu ou bien se faire mais sans efficacité on peut aussi dire que ces éléments forment en même temps l'environnement et l'univers de la communication. C'est alors que MACAIRE (179 :13) déclare parlant des parents que « ils sont les premiers éducateurs de ceux qui leur doivent la vie. C'est au père et surtout à la mère d'initier l'enfant à la prière, de lui enseigner de bonnes notions de politesses, de le corriger dans les caprices et de l'inciter au bien. Pour cela, rien ne vaut l'exemple des parents enfants sans lequel leurs conseils seront sans portée efficace. Insensiblement, le climat familial imprégnera l'enfant, le marquera des traits indélébiles. C'est dont aux parents à poser les premiers galons d'une éducation qui doit se terminer à l'école »

L'enfant est mis en situation de communication avec les parents dès la naissance, et les parents sont les émetteurs de messages de sens de vocabulaire pour l'enfant qui est récepteur. En d'autre terme ils jouent un grand rôle important et ils ont la responsabilité presque totale de la surveillance et de la quantité de la communication de leurs enfants. C'est dans ce sens que TIECHE (1975 :120) a pu dire : « voulez-vous que vos enfants parlent bien, alors parlez bien vous-même. N'employé  pas des mots que vous ne voudriez pas entendre franchir leurs lèvres ». Parce que la famille est considérée comme une cellule de base pour toute société.

Elle demeure également la base de l'éducation des enfants. C'est le lieu ou l'enfant acquiert ses premiers apprentissages, ses premiers relations.

II 3.4 IMPORTANCES DE LA SOLIDARITE FAMILIALE

La famille est une petite société dont les membres sont solidaires, généreux, aimables. Dans les familles solidaires, les réussites et les douleurs se partagent. Il y a l'esprit de tolérance. Ici, les individus se secourent, l'on se soutient mutuellement avec l'autre dans les joies et s'occupent beaucoup plus du bonheur du conjoint, de sa progéniture que de son bonheur personnel. L'enfant étant au centre du foyer, bénéficie de cette solidarité. La vie de l'enfant est stable lorsque intervient l'esprit d'observation que négligent certains parents. Cet esprit manque à beaucoup d'homme car il est à noter ici que c'est cela même le moyen propre à le provoquer. C'est dans cette optique que STUART MILL cité par Gabriel définit l'observation dans sa logique en disant: « observer ne consiste pas seulement à voir la chose qui est devant les yeux mais à voir de quelles parties elle se compose ».

La vie de l'enfant dépend aussi de l'hérédité, mais surtout du climat auquel il est exposé. Le climat qui convient le mieux à l'enfant est celui qui doit lui apporter des principes, de bons caractères, la bonne humeur, la confiance, l'amour et l'ordre. A cet effet, TIECHE (IBID; 76) résume en ses termes: « quand on aime et qu'on est aimé, on est calme parce qu'on est heureux de posséder ce qu'il y a de plus précieux sur la terre. » la famille est un lieu dans lequel l'enfant puise le bonheur qui lui servira pendant toute sa vie, dans le domaine scolaire et dans la société. Après avoir abordé la solidarité familiale, nous pensons qu'il serait nécessaire de dire quel pourrait être le lien entre la responsabilité parentale et la réussite scolaire des enfants.

II.3.5 Responsabilité parentale et réussite scolaire des enfants

L'éducation est avant tout une oeuvre d'amour. L'enfant à besoin de l'amour de ses parents tout comme celui de son maître sans quoi il ne peut s'épanouir.

Les parents en tant que premiers éducateurs de l'enfant doivent jouer un rôle moteur dans le processus d'enseignement /apprentissage de leurs enfants

Ils doivent tout mettre en jeu pour leur assurer une vie harmonieuse au sein de la famille car on ne naît pas homme mais on le devient. Dans le même ordre d'idée un adage populaire dit ceci : « qui veut aller loin ménage sa monture ».Ce qui veut dire que si on veut un enfant bien éduqué, on doit tout mettre en jeu pour le bon épanouissement de celui-ci. Après l'inscription de l'enfant à l'école le parent doit veiller à ce que ce dernier prenne au sérieux son éducation. Il ne doit pas considérer le fait que l'enfant va à l'école comme une décharge pour lui. C'est dans cette optique que MACAIRE (1993 :13) déclare: « parents, vous ne livrez votre enfant comme on se décharge d'une corvée sur un mercenaire. A ce maître, vous confiez votre enfant non parce que c'est obligatoire mais en vertu d'une responsabilité personnelle que vous lui demandez de partager. » Ils doivent donc arranger leur vie en évitant les disputes, la colère et la jalousie. Ils doivent mener une vie paisible à telle enseigne que les enfants issus des autres foyers puissent en copier le bon exemple. En effet, les enfants copient volontiers ce qu'ils voient, ils ont des appareils enregistreurs qui ne laissent rien passer.

Les parents ont le devoir de satisfaire au mieux le désir de leurs enfants notamment en opposant une réaction constructive à un comportement négatif. L'épanouissement, le bonheur et l'avenir de l'enfant dépendent en grande partie de la disponibilité de ses parents à assurer sa croissance physique, intellectuelle et émotionnelle. Il revient au père et surtout à la mère d'initier l'enfant à la prière, de lui enseigner les bonnes manières et les premières notions de politesse.

II.3.6 responsabilité parentale et échec scolaire des enfants.

Il n'y a pas de véritable éducation sans un climat de compréhension, de confiance et sans amour. Si la confiance fait défaut, on arrive très vite aux mesures d'autorité, à la contrainte.

L'absence d'affection parentale chez les enfants ne favorise pas le plein épanouissement de ces derniers, mais cela pourrait plutôt créer en ceux-ci des traumatismes. Il ne suffit pas de donner naissance à des enfants, mais il faut songer à leurs situations dans l'avenir, le simple fait de mettre un enfant au monde ne suffit pas car les parents doivent tout faire pour assurer la bonne éducation de leurs enfants. Ils ont des responsabilités, des obligations qui sont leurs devoirs d'offrir à leurs enfants, les conditions de vie favorable ; d'assurer le bon épanouissement de ceux-ci. Ils doivent aussi s'appesantir sur l'éducation sans laquelle les enfants ne sauront devenir hommes complets.

Le soutien moral est l'un des devoirs des parents qui doivent les aider à supporter les difficultés de la vie scolaire ; soutien dans l'effort à fournir en cas de mauvaise note. L'enfant a le plus besoin d'amour, il ne doit pas être privé de tendresse à laquelle il a droit au sein de sa famille. Pour grandir et s'épanouir l'enfant a besoin de se sentir aimé et de se sentir en sécurité de voir et collaborer avec ses deux parents car il ressort de la déclaration des droits de l'enfant de 1959 dans l'article 18 paragraphe premier que: «  les deux parents ont une responsabilité commune pour ce qui est d'élever l'enfant et d'assurer son développement ».

Les divorces, les séparations conduisent les enfants aux troubles diverses. Il se sent en ce moment imputé d'un de ses membres, ce qui a un impact négatif sur les performances scolaires des enfants. Cette initiative devrait donc être pour le bien de sa progéniture la dernière à prendre. C'est en majeure partie pour cela que l'enfant ne devrait être séparé de ses parents contre son gré car, s'il manque d'affection sa personnalité se constituera mal. Car l'enfant s'appui sur ses parents comme une plante grimpante, s'appui sur son tuteur. Bon nombre de parents irresponsables n'ont aucune information sur la discipline et les méthodes scolaires de leurs enfants; c'est à ce propos que MACAIRE (1993 :102) déclare : «beaucoup de parents ignorent ce qui se passe à l'école, en classe pendant la classe. »

Certains parents dans le cadre familial au lieu  de jouer le rôle de guide dans l'éducation de leurs enfants s'imposent plutôt leur autorité arbitraire et de ce fait, suscitent en l'enfant la soumission par contrainte, la timidité. Ceux-ci vont jusqu'à refuser de parler ou de participer aux conversations familiales. Un enfant non guidé risque de se perdre sur le chemin de la vie, attiré par la faciliter, les fausses valeurs que lui proposent les affiches, les bandes dessinées, le cinéma, la télévision. L'enfant a besoin de l'attention de ses parents, car avec son regard neuf et sa confiance totale, attend de ses parents qu'ils s'occupent de lui qu'ils l'aiment, qu'ils lui communiquent tout ce qu'ils savent. Il est heureux de vivre près d'eux. Les enfants donnent un sens à la vie des conjoints. Les enfants sont le « présent » et « l'avenir du couple » dans l'éducation des enfants, l'entente des parents est capital. Si l'entente entre les parents n'existait pas l'autorité serait divisée et l'enfant manquerait de sécurité, de confiance, d'ouverture. Il s'équilibrerait plus difficilement. Si l'entente n'existait pas l'enfant apprendrait difficilement ce qu'est l'amour humain véritable et la charité. Ce n'est pas séparément que les parents éduquent leurs enfants mais ensemble. L'entente des parents est la chose la plus nécessaire à l'éducation de leurs enfants. Ils doivent être des modèles devant ceux-ci.

Avant de mettre un enfant au monde, les parents doivent se poser la question de savoir s'ils sont capables de lui assurer une bonne éducation s'ils auront le temps de le guider dans son travail, de s'occuper de lui. Pour qu'un enfant soit attentif en classe, il faut qu'il se sente aimé par ses parents, qu'il mange suffisamment avant d'aller à l'école, qu'il jouisse d'une bonne santé. Dans le cas contraire il pourra adopter les mesures scandaleuses d'où MACAIRE (IBID : 102) affirme que : « l'Afrique passe par une crise d'autorité (...), il faut bien constater que maintenant, trop de parents sont responsables de l'absentéisme de leurs enfants ». Pour assurer une bonne éducation à l'enfant, les parents doivent commencer par connaître leurs enfants afin de savoir comment les éduquer. C'est dans ce sens que CLAPAREDE cité par NZEUTEM dit : « pour enseigner le latin à John, non seulement il faut connaître le latin, mais aussi connaître John ».

Certains enfants sont abandonnés à eux-mêmes et ne bénéficient presque jamais des conseils de leurs parents, bref il n'existe pas de dialogue entre les parents et leurs enfants d'où TCHINGANG (2002 :13) écrit : « les enfants dont les parents ont une attitude de laisser faire en famille débutent et abandonnent vite les études c'est-à-dire qu'ils ont un manque d'encadrement familial. De ce fait ils sont libres de faire ce qu'ils veulent. Par contre, les enfants qui bénéficient d'une liberté contrôlée en famille ne redoublent pas régulièrement et n'abandonnent pas leurs études ». Il ressort de ce passage que seul le suivi familial détermine le comportement et les résultats de l'enfant en milieu scolaire et en société.

II. 3. 7. Responsabilité de l'enfant et réussite scolaire

La responsabilité de l'enfant selon notre cadre d'étude va se ramener aux devoirs de l'enfant en milieu familial et scolaire. Selon le dictionnaire Petit Larousse illustré (2004 :361), devoir se définir comme : « ce à quoi on est obligé par la loi, la morale » KANT le définit comme étant : « un impératif catégorique »

En effet, l'enfant a des devoirs multiples :

ü L'enfant en tant qu'élève doit faire preuve d'assiduité et de ponctualité, il doit être à l'école tous les jours de classe et à l'heure ;

ü L'enfant a aussi le devoir de se soumettre dans l'éducation. Il est aussi clair que si l'enfant est absentéiste cela jouera sur son éducation tant à domicile qu'à l'école.

ü Il doit étudier ses leçons, faire ses devoirs et le travail donné par l'enseignant et les parents

ü Il doit connaître et respecter les règles du fonctionnement de l'établissement et le règlement intérieur

ü Il doit respecter son prochain, tout citoyen ayant des obligations envers l'état

ü L'enfant doit respecter sa loi, sa patrie par exemple à son passage quelque part, il trouve les individus groupés entrain d'exécuter l'hymne national, il doit s'arrêter jusqu'à la fin du chant afin de continuer son chemin

ü Il doit respecter ses camarades et ses supérieurs, en quelque sorte son entourage, d'où le respect de son enseignement et par conséquent un bon comportement voir un meilleur rendement en milieu scolaire

II 3.8. Motivation des enfants en famille et son influence sur le travail scolaire

Le psychologue MASLOW dans sa théorie humaniste de la motivation, démontre que l'engouement de l'homme au travail son excitation à mieux faire ou sa motivation à produire le meilleur rendement, provient de la satisfaction d'un certain nombre de besoins hiérarchisés.

MASLOW présente la hiérarchie des besoins sous forme de pyramide ainsi qu'il suit :

ü Les besoins psychologiques : sont ceux-là liés à la survie (manger, dormir)

ü Les besoins d'appartenance qui est celui d'acceptation ou d'affirmation

ü Le besoin d'estime qui est ce désir de l'homme d'avoir un statut et de se sentir aimer et de réussir

ü Le besoin d'actualisation de soi, c'est ce désir d'actualiser son potentiel bref de créer d'innover.

Nous notons donc que pour qu'un besoin devienne important pour l'individu, il faut que le besoin qui précède soit au moins partiellement satisfait et cette satisfaction est une motivation au travail pour aller plus loin et atteindre le sommet qui est l'actualisation de soi et que le psychologue considère également comme le but utile de chaque personne.

II.3.9. objectif de la promotion collective pour le système éducatif

Le système éducatif introduit la promotion collective dans le souci de limiter les échecs et les redoublements scolaires. L'arrêté N°315 /B15/B1/1464 MINEDUB du 21 février 2006 fixant les modalités de la promotion des élèves du cycle de l'enseignement primaire dans son article 7 alinéas (1) article 8 alinéas (1) article 9 alinéas (2) article 10 alinéas (1) et (2) visent respectivement les objectifs suivants :

ü Les programmes visent à identifier et à définir pour le cycle, les compétences à maîtriser pour l'élève pour chaque niveau

ü Les méthodes d'enseignement doivent être actives

ü L'évaluation doit être diagnostiqué formative à l'intérieur des niveaux

ü L'élève doit être promu au niveau supérieur

ü La promotion est collective à l'intérieur d'un niveau, toutefois, le redoublement d'un élève peut être exceptionnellement à la requête du parent d'élève concerné.

Ainsi nous constatons que l'initiative de la promotion collective dans nos écoles vise à réduire le taux de redoublement et d'échec afin de faire face aux abandons scolaires

En somme, pour le système éducatif, les enseignants ont en réalité à révolutionner complètement leur façon de considérer les différences individuelles des résultats. Les modalités courantes de l'organisation de l'enseignement sont les traductions d'une idéologie qui combine les concepts d'égalité, des chances et de méritocratie. Il est légitime d'offrir les mêmes enseignements à tous et d'imputer l'inégalité de réussite aux différences de maturation ; des talents ou d'efforts. Dans le modèle de BLOOM cité par CRAHAY (1996 :289) : l'inégalité de réussite, les différences de résultats sont à interpréter comme le reflet de l'inadéquation initiale des élèves des procédures d'enseignement aux caractéristiques initiales des élèves.

II.4 TRAVAUX ANTERIEURS

Nous ne saurons achever ce travail sans citer les auteurs qui ont travaillé sur ce thème ou des thèmes voisins. Nous citons entre autre LEKOUKENG (2001) dans son mémoire intitulé « structure familiale et résultats scolaires » montre que les enfants des parents ayant des biens communs et des familles biparentales, les familles monogamiques réussissent mieux à l'école que ceux des familles ayant des biens séparés monoparentales et polygamiques.

LEILA (2002) quant à elle a travaillée sur le thème  « climat familial et résultat scolaire » et montre que le climat familial harmonieux et stable est le seul cadre propice à la réussite scolaire des enfants.

TCHINGANG (2002) la négligence parentale selon lui est causé de la déperdition scolaire puisque les parents dont les enfants ont une attitude « laisser faire » en famille redoublent alors que ceux qui bénéficient d'une liberté contrôlée en famille ne redoublent pas et n'abandonnent pas leurs études.

II.5. REORIENTATION DU SUJET

D'après le dictionnaire petit Larousse (1974 ; 519), la réorientation est « une nouvelle direction ou un nouveau sens donné à quelqu'un ou à quelque chose » dans le cadre de notre étude la réorientation du sujet consiste à dire en quoi notre étude ou nos travaux sont différent de ceux des auteurs ci-dessus cités. De tous les travaux précédemment cités nous constatons que ces auteurs ont travaillé sur l'encadrement familial et son influence sur les résultats scolaires en s'appuyant sur l'aspect pédagogique et la situation matrimoniale des parents et les performances scolaires. Tout ceci a été dit sans faire allusion au contrôle régulier des cahiers des enfants, de la motivation de ceux-ci par leurs parents à domicile et l'influence que cela peut avoir sur la performance scolaire dans les classes à promotion collective.

La justification de l'orientation donnée à notre travail étant précisée il nous revient de nous situer par rapport aux interrogations de départ d'où la formulation des hypothèses

II.6. HYPOTHESE DE L'ETUDE

L'hypothèse est une réponse anticipée à la question centrale au problème. C'est une proposition affirmative du problème observé et admis provisoirement avant d'être soumis au contrôle. On distinguera donc deux hypothèses.

ü L'hypothèse générale

ü L'hypothèse de recherche

II.6.1 Hypothèse générale

C'est la réponse provisoire à la question centrale posée. Celle de notre étude est formulée comme suit: « le suivi parental des enfants à domicile aurait une influence sur les performances scolaires dans les classes à promotion collective »

II.6.2 hypothèse de recherche

Elle est une reformulation de l'hypothèse générale en assertion plus concrète manipulable en vue de confirmer l'hypothèse générale.

Nous en avons deux pour notre étude, elles sont les suivantes :

* Hypothèse de recherche N°1. (H.R 1)

La fréquence du contrôle des cahiers des enfants à domicile influencerait-elle les performances scolaires des enfants dans les classes à promotion collective ?

Hypothèse de recherche N°2 (H.R 2)

La motivation des enfants par les parents influencerait-elle les performances scolaires des enfants dans les classes à promotion collective ?

II-7 -DEFINITION DES VARIABLES

D'après le cours de la statistique  la variable est : «  un élément d'appréciation dans un groupe qui peut échanger de valeur distincte d'un membre à un autre ». On distingue deux types:

II.7.1. la variable dépendante

La variable dépendante est l'effet présumé du phénomène. Dans notre recherche, la variable dépendante est «performance scolaire des enfants dans les classes à promotion collective ».

II.7.2. la variable indépendante

Elle est la cause présumée du phénomène de recherche. Dans le cadre de notre recherche, nous avons deux variables indépendantes, à savoir:

· variable indépendante (1) :

- Contrôle des cahiers des enfants à domicile par les parents

· variable indépendante (2) :

- La motivation par les parents à domicile

Tous les éléments seront plus explicités dans le tableau synoptique des hypothèses, des variables, des modalités et des indicateurs.

Thème

Hypothèse générale

Hypothèse de recherche

Variables

Modalités

Indicateurs

Suivi parental des enfants à domicile et performance des élèves dans les classes à promotion collective.

Le suivi parental des enfants à domicile influencerait la performance scolaire des enfants dans les classes à promotion collective

HR:

Le contrôle des cahiers à domicile influencerait la performance scolaire des enfants dans les classes à promotion collective.

VI :

Le contrôle des cahiers à domicile par les parents

Régulièrement

Le parent contrôle les cahiers 3 à 5 jours par semaine

Rarement

Le parent contrôle les cahiers 0 à 2 jours par semaine

VD :

Performances scolaires des enfants dans les classes à promotion collective

Bonne

La moyenne 12 1er trimestre

Mauvaise

Moyenne 12 1er trimestre

HR:

La motivation par les parents influencerait la performance scolaire des élèves dans les classes à promotion collective.

VI :

La motivation par les parents à domicile

Oui

- le parent demande ce qui se passe à l'école.

-le parent récompense le bon travail de l'enfant

Non

- le parent ne s'intéresse pas à ce qui se passe à l'école.

-ne récompense pas le bon travail de l'enfant

VD :

Performances solaires des enfants dans les classes à promotion collective

Bonne

Moyenne 1er trimestre 12

Mauvaise

Moyenne 1 er trimestre 12

24

Tableau n° 1 : tableau synoptique des hypothèses, des variables, des modalités et des indications

CHAPITRE III METHODOLOGIE

D'après le Dictionnaire Petit Larousse illustré (2004 : 686), la méthodologie est «  l'ensemble des, méthodes et techniques d'un domaine particulier », dans le cadre de notre travail, c'est l'ensemble des méthodes auxquelles le chercheur doit faire recours pour vérifier ses hypothèses. Elles comportent des points suivants :

Ø Le modèle de recherche,

Ø La population de l'étude,

Ø L'échantillon et la méthode d'échantillonnage,

Ø La description de l'instrument de collecte des données,

Ø La procédure de collecte des données,

Ø La validation des instruments de collecte des données,

Ø La Procédure d'analyse des données,

Ø Les difficultés rencontrées,

Ø L'outil statistique.

III-1 Le modèle de recherche

Le modèle de recherche est le type d'utilisation par le chercheur des variables et des individus sur lesquels doit s'effectuer la recherche. C'est également la manière par lequel doit s'effectuer la recherche. c'est également la manière par laquelle le chercheur collecte des données et exploite des variables.

Il existe deux modèles de recherche :

§ le modèle ex-post facto ou modèle exploratoire

§ le modèle ex-ante facto ou modèle expérimental.

25

Le modèle ex- post facto est celui dans lequel le chercheur au lieu de créer une manipulation ou traitement de la variable indépendante, analyse plutôt les effets du traitement naturel survenu avant le début de la recherche, les comportements qui se manifestent et qui sont observables.

Le modèle ex-anté facto est celui où le chercheur crée lui-même les comportements et les faits avant de les analyser. Il consiste donc à manipuler la variable indépendante et à disposer les individus suivant un certain dispositif au moment où la recherche s'effectue.

Dans le cadre de notre étude, nous utiliserons le modèle exploratoire ou ex-post facto puisqu'il s'agit d'une recherche de type rationnel. En effet, il y a une relation entre les variables et il est question pour nous d'essayer de relier ces effets aux phénomènes à étudier.

III- 2- POPULATION DE L'ETUDE

D'après CHRISTENSER (1989:682), la population est: «l'ensemble d'unité que nous désirons étudier, cet ensemble doit être éclairement circonscrit a fin que nous puissions distinguer ceux qui n'en font pas partie».

Dans le cadre de notre étude, la population qui nous a intéressé est l'ensemble des élèves des classes à promotion collective de l'EPA IIB2 de L'ENIEG Bilingue de Bafoussam. On distingue deux sortes de population :

v La population cible

v La population accessible

III-2-1 La population cible

C'est l'ensemble des membres d'un groupe spécifique auquel les résultats sont applicables.

Dans le cadre de notre recherche, nous avons choisi comme population cible l'ensemble de tous les élèves des écoles annexes de la ville de Bafoussam.

26

III-2-2 La population accessible

Elle est une partie de la population cible qui est à la portée du chercheur, c'est-à-dire l'ensemble des individus que le chercheur a la possibilité de rencontrer réellement pendant ses investigations.

Dans le cadre de notre étude, cette population est constituée des élèves de SILA, SILB, CE1A, CE1B, CM1A, CM1B, de l'EPAIIB2., de l'ENIEG Bilingue de Bafoussam.

TABLEAU N°2 : Présentation de la population accessible de l'étude.

Ecoles

Classes

Effectifs

EPAII B2

les six classes qui constituent la population accessible !

SILA

65

SILB

61

CE1A

62

CE1B

71

CM1A

77

CM1B

73

Total

06 classes

379

Source: Direction de l'EPAIIB2 de l'ENIEG Bilingue de Bafoussam

III-3 ECHANTILLON ET METHODE D'ECHANTILLONNAGE

III-3-1 Echantillon

L'échantillon est la fraction réduite et représentative de la population ou d'un ensemble statistique auprès duquel le chercheur doit collecter des données.

Dans le cas de notre étude, « l'échantillon est constitué de cent quarante huit élèves de deux classes à savoir : le CE1B avec un effectif de soixante onze élèves et la classe du CM1A avec un effectif de soixante dix sept élèves de l'EPAIIB2 de l'ENIEG Bilingue de Bafoussam.

Notre échantillon est donc l'ensemble des élèves présentés dans le tableau ci-dessous :

27

TABLEAU N°3: Répartition de l'échantillon

Ecoles

Classes

Effectifs

Pourcentages (%)

EPAIIB2

CE1A

77

53,68

CE1B

71

46,31

Total

2

148

100

L'échantillon est constitué de 39,05% de la population, ce qui signifie qu'il est représentatif.

III.3.2 Méthode d'échantillonnage

L'échantillonnage est un moyen qui spécifie la façon dont les éléments devant constituer l'échantillon seront tirés de la population accessible ou population de recherche. Nous distinguons deux techniques d'échantillonnage à savoir :

o Les techniques probabilistes

o Les techniques non probabilistes

· Les techniques probabilistes sont les techniques dans lesquelles on peut déterminer la probabilité, la chance de choisir ou de tirer chaque élément ou chaque membre de la population. Dans ce cas, la probabilité d'échantillon et la liste de tous les membres de la population doivent être connues. Tous les éléments ayant les mêmes chances d'être inclus dans l'échantillon.

· Les techniques non probabilistes sont des techniques qui ne précisent par la chance qu'à un élément de faire partie d'un échantillon. En d'autres termes, ce sont les techniques dans lesquelles chaque membre de la population n'a pas la chance d'appartenir ou d'être inclus dans l'échantillon.

28

Dans le cadre de notre recherche, nous avons utilisé les techniques d'échantillonnage en grappes, qui consistent à inscrire sur les bouts de papiers les numéros correspondant aux noms des différentes classes de notre population, ensuite, nous les avons froissés, les avons mis dans un panier que nous avons remué ; enfin nous avons procédé à deux tirages au hasard sans remise ce qui nous a permis d'obtenir les classes de l'EPAIIB2 à savoir : la classe de CE1B et la classe de CM1A. Ces deux classes constituent notre échantillon.

III-4- DESCRIPTION DE L'INSTRUMENT DE COLLECTE DE DONNEES

L'instrument de collecte de données est un outil de recherche qui sert à recueillir des informations auprès des éléments de l'échantillon. Il doit servir à mesurer les variables avec justesse. Pour ce faire, le choix de l'instrument dépend de la nature de la recherche et de la nature des variables.

Plusieurs types d'instruments de collecte de données existent et se présentent ainsi qu'il suit :

Le questionnaire

La grille d'observation

L'interview

Le test d'intelligence

Pour ce qui est de notre étude, nous avons choisi le questionnaire et la grille d'exploitation documentaire.

III-4-1 Le questionnaire

Le questionnaire est une série de questions méthodiquement posées en vue de recueillir les informations concernant un problème.

En d'autres termes, c'est un moyen d'investigation par lequel l'enquêté est appelé à répondre à un certain nombre de questions préalablement définies à partir des hypothèses de recherche. Il comprend une en-tête signalant le bien fondé du questionnaire à l'intention du répondant ; la deuxième partie correspond à l'identification du répondant qui ici est tenu de préciser sa classe, son école et son numéro d'ordre en classe, la troisième partie est constituée des questions.

III-4-2 La grille d'exploitation

29

La grille d'exploitation est un moyen qui permet de recueillir les données de recherche.

Ici le chercheur retrace les résultats de son observation sur une liste de pointage. Pour ce qui est de notre recherche, il s'agira d'une grille d'exploitation en fonction des performances scolaires de chaque classe constituant notre échantillon.

III-5 PROCEDURE DE COLLECTE DES DONNEES

La procédure de la collecte des données est la phase la plus significative de la recherche. Elle peut se définir comme étant la manière ou la méthode employée pour parvenir à collecter les données ou recueillir les informations. En ce qui concerne notre étude, il s'agit de l'enquête, de la passation de l'instrument de collecte des données.

III-5-1 L'enquête

D'après le dictionnaire petit Larousse illustré (2004 :415), l'enquête est « l'étude d'une question réunissant des témoignages, des expériences, des documents ».

En d'autres termes, c'est la procédure permettant d'avoir des informations sur des questions et des témoignages.

Elle est très déterminée dans une recherche car c'est le moment où le chercheur entre en contact avec les éléments de son échantillon afin de tirer au clair la problématique et de vérifier ses hypothèses.

Pour rendre notre enquête rapide et facile, nous avons pris des renseignements sur l'effectif de notre population. Après tirage au hasard, nous avons obtenu l'échantillon qui est de 148 éléments. Nous avons en plus préparé plus de 155 exemplaires de questionnaires pour la collecte des informations. Le surplus servant à prévenir les cas de perte mais surtout de modification de l'échantillon.

III-6 VALIDATION DE L'INSTRUMENT

30

Valider un instrument de recherche, c'est s'assurer que ce dernier peut mesurer effectivement l'effet indiqué sans grandes difficultés. Après avoir confectionné notre questionnaire, il a été soumis à l'appréciation du directeur de mémoire qui est la personne la mieux indiquée à juger si l'instrument peut être valide ou pas.

III-6-1. La pré enquête

Elle consiste à vérifier si les questions posées sont valides, compréhensibles et également au niveau des élèves. En effet, nous avons choisi dix élèves dans l'école d'application groupe IIB1 dans la classe de CM1 et leur avons attribué dix exemplaires de notre questionnaire qu'ils ont remplis individuellement. Après ce remplissage, nous avons récupéré le questionnaire et après dépouillement, nous avons constaté qu'ils ont répondu minutieusement aux questions posées et par conséquent, pas de modifications à faire car le questionnaire n'a pas présenté de lacunes pour les sujets enquêtés. Nous avons donc maintenu cette forme pour l'administrer à tous les sujets de notre échantillon.

III-7 PROCEDURE D'ANALYSE DES DONNEES

III-7-1 La technique du dépouillement du questionnaire.

Le dépouillement est une opération qui consiste à vérifier le questionnaire, à compter les réponses données par les enquêtés, à classer ces réponses par ordre, à définir les groupes ou classes correspondant aux entrées des tableaux que l'on désire, à compléter les unités de chaque groupe, puis à calculer au cas où c'est possible, les totaux partiels, ou convertir les nombres de pourcentages.

Nous avons procédé au dépouillement manuel pour collecter les données issues du questionnaire administré. Dans le cadre de notre étude, nous avons choisi la représentation en tableau statistique. Nous avons des tableaux de référence dont le but est de conserver l'information nécessaire ; des tableaux à but spécifié qui sont établis de façon à mettre en valeur certains aspects donnés à faciliter telle ou telle comparaison des tableaux de contingence pour faciliter les calculs statistiques.

31

III-7-2 Instrument statistique utilisé

Il est question pour nous ici d'utiliser le Khi-carré qui est un indice statistique permettant de contrôler le degré de dépendance ou d'indépendance entre les variables de l'étude. Ce test contribue à estimer l'importance des associations entre les variables, à éliminer des relations qui ne seraient pas de véritables relations. Le Khi-carré nécessite que soient manipulés des paramètres qui permettent de construire le tableau de contingence. Il s'agit :

- Du niveau de signification: c'est une valeur qui permet d'évaluer les chances que les associations mesurées résultent de l'erreur d'échantillon.

III-7-3 Analyse descriptive

Les résultats du dépouillement des informations recueillies seront présentés sous forme de tableaux. Chaque tableau fera ressortir clairement et quantitativement ces informations en pourcentage.

III-7-4 Analyse inférentielle

A ce niveau, il s'agit de déterminer l'outil statistique que nous utiliserons pour traiter les données afin de comparer et d'éclairer les résultats de nos investigations. Nos analyses s'appuieront sur les points suivants :

Les fréquences absolues (n) qui sont les nombres d'éléments ou de réponses retenues pour un critère donné ou une modalité déterminée.

32

Les fréquences relatives ou pourcentages qui nous permettront de comparer la caractéristique des différentes modalités des variables étudiées. Notre travail de recherche étant du type descriptif, pour la vérification de nos hypothèses de recherche, l'outil statistique à utiliser est le Khi-carré. Il permet de mesurer la relation qui existe entre le suivi parental des enfants à domicile et leurs performances dans les classes à promotion collective. Pour calculer le Khi carré symbolisé (²), nous élaborerons un tableau qui fera ressortir les variables et les contingences (fréquences ou observations). Ainsi pour la validation d'une hypothèse nous passerons par les sept étapes du Khi- carré :

* LA FORMULATION DES HYPOTHESES STATISTIQUES

* LE CHOIX DU SEUIL DE SIGNIFICATION (A) ET LA

DETERMINATION DU NOMBRE DE DEGRE DE LIBERTE (nddl) = 0,05.

Nl=nombre de lignes

Nc= nombre de colonnes

Sa formule est :

Nddl=(Nl-1)(Nc-1) avec

Pour notre analyse, nous fixons donc le seuil de signification à 5%, c'est-à-dire que les hypothèses seront 95% acceptables.

· CALCUL DU TEST STATISTIQUE

FORMULE DE CALCUL DE LA FREQUENCE THEORIQUE

Si certaines fréquences observées sont inférieures à 10 ou encore si le nombre de degré de liberté est égal à 1, nous leur appliquerons plutôt la formule du Khi-carré corrigé () de YATES dont la formule :

Avec 0,5 qui est le coefficient

De corrélation de YATES

· DETERMINATION DU KHI-CARRE LU OU VALEUR CRITIQUE

Il s'agit du Khi-carré théorique que l'on lit dans une table appropriée dite table

33

statistique, ceci à partir du seuil de signification bien précis et à un Nddl déterminé.

· COMPARAISON DU ET DU .

Quand le Khi-carré est calculé on le compare à un Khi-carré théorique

() que l'on lit dans une table appropriée à un seuil bien précis et à un Nddl déterminé.

· PRISE DE DECISION

Si la valeur calculée du Khi-carré est inférieure à la valeur critique (), la différence observée entre les variables étudiées n'est pas significative, par conséquent, l'hypothèse nulle (Ho) sera confirmée et l'hypothèse alternative (Ha) sera rejetée. Par contre, si la valeur du Khi-carré calculé ou est supérieure à la valeur critique (), la différence observée entre les variables étudiées est significative, d'où l'hypothèse nulle (Ho) sera rejetée et l'hypothèse secondaire ou alternative (Ha) sera confirmée.

P= Pourcentage

n=Nombre de cas favorables

N=Nombre de cas possibles

Nous avons aussi pour consigner les résultats dans un tableau, le pourcentage. Sa formule est : avec

· Conclusion

Cette conclusion dépendra de l'adoption ou du rejet de l'hypothèse de recherche ou de l'hypothèse nulle.

III-8- Difficultés rencontrées

Lors de la passation de notre instrument, plusieurs facteurs ont entravé son déroulement. D'abord à l'EPAIIB2 où nous nous sommes rendus le 17 mars 2011, certains maîtres d'écoles ont évoqué le problème de temps et les programmes scolaires qu'il faut achever, ce qui nous permettrait juste en cinq et dix minutes d'expliquer et de récupérer les questionnaires.

III-9 Outil statistique

34

L'outil statistique est un procédé qui permet au chercheur de vérifier et de présenter ses hypothèses. Il existe les outils de la statistique descriptive et les outils de la statistique inférentielle.

L'outil de la statistique descriptive est le pourcentage (%). Il permet de contrôler les fréquences observées dans le sens de voir l'effectivité de leur degré d'apparition.

L'outil de la statistique inférentielle est le test qui permet de voir si la relation entre les variables ou la différence entre les groupes est significative.

Ainsi, nous citons entre autre plusieurs outils qui permettent de vérifier les hypothèses ; le coefficient de corrélation, le Z test, le test de student, la moyenne arithmétique et le Khi carré.

Au terme de ce chapitre qui s'est évertué sur le cadre méthodique de ce travail nos idées sont dorées et déjà claires sur la procédure de recherche. Ainsi notre attention est désormais rivée sur l'analyse des résultats obtenus et leurs application sur tous les plans : ce sera donc l'objectif visé par le chapitre IV intitulé présentation analyse et interprétation des résultats .

35

CHAPITRE IV

ANALYSE ET INTERPRETATION

DES RESULTATS

Dans ce chapitre, il est question pour nous de présenter les résultats obtenus après dépouillement des informations recueillies sur le terrain, d'analyser les résultats, de vérifier les hypothèses préalablement évoqués, d'interpréter les résultats et de formuler des suggestions.

IV.1. PRESENTATION DES RESULTATS

Il s'agit pour nous ici de faire une présentation analytique des résultats obtenus sur le terrain. C'est l'occasion pour le chercheur de porter à la connaissance du public les données qu'il a collectées. Cette présentation pourra ainsi être faite sous forme de tableaux numérotés, titrés et commentés ou alors sous forme d'histogramme ou de diagrammes.

IV.1.a. Présentation des résultats suivant le contrôle des cahiers des enfants à domicile.

Question N°1: Vos parents contrôlent-ils vos cahiers lorsque vous rentrez de l'école ?

Tableau N°4: Répartition des élèves en fonction du contrôle des cahiers à domicile par les parents.

Modalités

Effectifs

Pourcentages

Quelques fois

51

34,46%

Jamais

23

15,54%

Tous les jours

74

50%

Total

148

100%

36

Au regard de ce tableau, nous constatons que sur 148 élèves interrogés, 74 sont ceux dont les parents contrôlent tous les jours les cahiers, soit un pourcentage de 50%, les élèves dont les parents contrôlent quelques fois les cahiers sont au nombre de 51, soit un pourcentage de 34,46% et 23 dont les parents ne contrôlent jamais les cahiers à la maison, soit un pourcentage de 15,54%.

Question N°2: Vos parents vous donnent-ils des exercices à faire ?

Tableau N°5: Répartition des élèves en fonction des exercices donnés aux élèves par les parents.

Modalités

Effectifs

Pourcentages

Quelques fois

56

37,83%

Jamais

19

12,83%

Tous les jours

73

49,32%

Total

148

100%

Il ressort de ce tableau que sur 148 élèves, 73 ont tous les jours des exercices

à faire donnés par les parents, d'où un pourcentage de 49,32 % et 56 sont ceux dont les parents donnent quelques fois des exercices à faire à la maison, soit un pourcentage de 37,83%, enfin 19 sont ceux dont les parents ne donnent jamais des exercices à faire, soit un pourcentage de 12,83%.

Question N°3: Combien de fois vos parents regardent-ils vos cahiers à la maison et répètent-ils avec vous ?

Tableau N°6: Répartition des élèves en fonction des exercices donnés aux élèves par les parents.

Modalités

Effectifs

Pourcentages

1 fois/jour

84

56,76%

3 à 5 fois/semaine

48

32,43%

Aucune fois

16

10,81%

Total

148

100%

37

Nous constatons que sur 148 sujets interrogés, 84 répètent une fois par jour avec leurs parents, soit un pourcentage de 56,76%, 48 sont ceux qui répètent trois ou cinq fois par semaine, soit un pourcentage de 32,43%, enfin 16 sont ceux dont les parents ne répètent aucune fois avec eux, avec un pourcentage de 10,81%.

Question N°4: Vos parents vous récompensent-ils quand vous avez eu une bonne moyenne ?

Tableau N°7: Répartition des élèves en fonction de la récompense reçue à l'issue d'un bon résultat.

Modalités

Effectifs

Pourcentages

Oui

97

65,54%

Non

51

34,46%

Total

148

100%

D'après les données de ce tableau, il ressort que sur 148 élèves interrogés, 97 sont récompensés par les parents lorsqu'ils ont une bonne moyenne, soit un pourcentage de 65,54% contre 51 qui malgré leur bonne moyenne, ne sont pas récompensés par leurs parents, soit un pourcentage de 34,46%.

Question N°5: Vos parents vous font-ils les promesses pour vous encourager dans vos études ?

Tableau N°8: Répartition des élèves suivant les promesses faites par les parents pour les encourager dans leurs études.

Modalités

Effectifs

Pourcentages

Parfois

108

72,98%

Rarement

32

21,63%

Jamais

8

5,40%

Total

148

100%

38

En se référant aux données de ce tableau, nous constatons que sur 148 élèves interrogés, 108 affirment qu'ils sont parfois encouragés dans leurs études par les promesses que font les parents, soit un pourcentage de 72,98% ; 32 élèves sont ceux dont les parents encouragent rarement dans leurs études par les promesses, soit un pourcentage de 21,63%, 8 sont ceux dont les parents n'ont jamais fait de promesses pour les encourager dans leurs études, d'où un pourcentage de 5,40%.

Question N°6: Lorsque tu as échoué à l'école, qu'elle est la réaction de tes parents?

Tableau N°9: Répartition des élèves en fonction de la réaction de leurs parents lorsqu'ils ont échoué à l'école.

Modalités

Effectifs

Pourcentages

Une punition

20

13,51%

Pas de réaction

19

12,84%

Ils font des promesses pour t'emmener à apprendre tes leçons

109

73,65%

Total

148

100%

D'après les données de ce tableau, il ressort que sur 148 élèves interrogés, 109 reçoivent des promesses données par les parents pour les emmener à apprendre leurs leçons, soit un pourcentage de 73,65% ; 20 reçoivent une punition lorsqu'ils ont échoué, soit un pourcentage de 13,51%  contre 19 élèves dont les parents ne disent rien lorsqu'ils ont échoué, soit un pourcentage de 12,84%.

IV.2. EXPLOITATION DE LA GRILLE D'OBSERVATION

Il s'agit ici d'un ensemble d'éléments pour noter le comportement des sujets dans une étude. En ce qui nous concerne, la notre fait allusion aux performances des élèves en milieu scolaire. L'exploitation de ladite grille nous a permis de constater que sur 148 élèves observés, 94 ont de bonnes performances scolaires tandis que 54 ont de mauvaises performances scolaires.

Tableau N°10: Répartition des élèves selon leurs performances scolaires.

Modalités

Effectifs

Pourcentages

Bonnes (notes=12)

94

63,51%

39

36,49%

 
 
 

Total

148

100%

IV-3 SYNTHESE DES RESULTATS

Il est question pour nous ici de croiser les modalités de deux types de variable (dépendante et indépendante) de chaque hypothèse secondaire formulée. Pour cela, nous devons alors présenter dans les tableaux à double entrée la variable dépendante et la variable indépendante des différentes hypothèses en vue de donner la relation qui existe entre les deux variables avant la vérification des hypothèses.

· Tableau de synthèse des résultats de la première hypothèse.

Tableau N°11: Répartition des élèves en fonction du contrôle de leurs cahiers à domicile et de leurs performances scolaires dans les classes à promotion collective.

Contrôle des cahiers par les parents

Performances à domicile

Scolaires des enfants

Régulièrement

Rarement

Total

Bonnes

70

43,30%

24

16,22%

94

63,52%

Mauvaises

4

2,70%

50

33,78%

54

36,48%

Total

74

50%

74

50%

148

100%

Il découle de ce tableau que sur 74 élèves dont on contrôle les cahiers régulièrement, 70 ont de bonnes performances scolaires et que 4 de mauvaises performances scolaires. Sur 74 élèves dont on contrôle rarement les cahiers, 24 travaillent bien à l'école tandis que 50 ne travaillent pas du tout bien à l'école.

· Tableau de synthèse des résultats de la deuxième hypothèse.

40

Tableau N°12: Répartition des élèves en fonction du contrôle de leurs cahiers à domicile et de leurs performances scolaires dans les classes à promotion collective.

Motivation des enfants

Performances à domicile

scolaires des enfants

Oui

Non

Total

Bonnes

77

52,03%

17

11,49%

94

63,52%

Mauvaises

20

13,51%

34

22,97%

54

36,48%

Total

97

65,54%

51

34,46%

148

100%

Nous déduisons de ce tableau que sur 97 élèves qui sont motivés à domicile par leurs parents, 77 ont de bonnes performances scolaires tandis que 20 ont de mauvaises performances scolaires.

Par contre, sur 51 dont les parents ne récompensent pas le bon travail de l'enfant, 17 seulement ont de bonnes performances scolaires tandis que 34 n'ont que de mauvaises.

IV.4. VERIFICATION DES HYPOTHESES

IV.4.1 Hypothèse de recherche N°1

· Rappel de l'hypothèse générale :

Le suivi parental des enfants à domicile aurait une influence sur leurs performances scolaires dans les classes à promotion collective.

* Les 7 étapes qui vérifient l'hypothèse de recherche sont:

- Calcul des hypothèses statistiques,

- Choix de a et détermination du nddl,

- Calcul du Khi-carré ( ),

- Détermination de la valeur critique du ,

- Comparaison,

- Décision,

- Conclusion.

1- Formulation des hypothèses statistiques

Ha: Il existe un lien significatif entre la fréquence de contrôle des cahiers des enfants à domicile et leurs performances dans les classes à promotion collective.

Ho: Il n'existe pas de lien significatif entre la fréquence de contrôle des cahiers des enfants à domicile et leurs performances dans les classes à promotion collective.

2- Choix de a et détermination du nddl

Le choix de notre seuil de signification est a=0,05.

* Calcul de nddl.

nddl=(nl-1)(nc-1) avec

AN: nddl=(2-1)(2-1)=1x1=1 nddl=1

3- Calcul du Khi carré ( )

41

Etant donné que le nombre de degré de liberté est égal à 1, nous allons utiliser la formule du Khi carré auquel nous appliquerons la correction de Yates dont la formule est la suivante :

Avec

Tableau N°13 : Tableau de contingence pour la vérification de la première hypothèse

Fréquence du contrôle des cahiers

à domicile

Performances scolaires des enfants

Régulièrement

O E

Rarement

O E

Total

Bonnes

70

47

24

47

94

Mauvaises

4

27

50

27

54

Total

74

74

148

Pour calculer E, nous avons utilisé la formule :

Tableau N°14 : Tableau de calcul du test du Khi carré corrigé n°1.

 
 
 
 
 

70

47

22,5

506,25

10,77

4

27

22,5

506,25

18,75

24

47

22,5

506,25

10,17

50

27

22,5

506,25

18,75

Total

59,04

4-Détermination de la valeur critique du

42

On l'obtient par la lecture de deux indicateurs :

Le nddl (le nombre de degré de liberté) et le seuil de signification () sur la table du Khi carré. En considérant =0,05 et nddl=1, nous lisons sur la table di Khi carré en annexe que le =3,84.

=3,84

5- Comparaison

59,04 3,84 donc

6- Décision

Le Khi-carré corrigé étant supérieur au Khi-carré lu, cela signifie que Ha est infirmée et que Ho est rejetée.

7- Conclusion

Nous concluons que les enfants dont les parents contrôlent régulièrement leurs cahiers à domicile sont plus performants que ceux qui ont un mauvais suivi à domicile, car notre tableau de synthèse n° 1 nous permet de donner le sens de cette liaison.

IV-4-2 vérification de l'hypothèse n°2

Tout comme la première vérification, la deuxième passe également par 7 étapes qui sont :

1- Formulation des hypothèses statistique

Ha : il existe liaison significative entre la motivation des enfants par les parents et leurs performances scolaires.

Ho : il n'existe pas de liaison significative entre la motivation des enfants par les parents et leurs performances scolaires.

2- Choix de et détermination du nddl

Le choix de notre seuil de signification est :

=0,05

43

Nddl= (Nl-1)(Nc-1) avec Nc=nombre de colonnes

Nl=nombre de ligne

AN : nddl= (2-1)(2-1)

=1x1

=1

Nddl=1

3- Khi -carré (2cal)

Etant donné que le nombre de degré de liberté est égale à 1, nous allons utiliser la formule du Khi-carré à laquelle nous appliquerons la correction du YATES dont la formule est la suivante :

Tableau n° 15 : tableau de contingence pour la vérification de la deuxième hypothèse

Motivation par

Les parents

Performances

scolaires

des élèves

Oui

O E

Non

O E

total

Bonnes

77

61,60

17

32,39

94

Mauvaises

20

35,39

35,39

18,60

54

Total

97

51

148

Pour trouver la fréquence théorique nous avons utilisé la formule :

44

Le a pour formule :

Tableau n° 16 : tableau de calcul du test du Khi-carré corrigé n°2 :

O

E

 
 
 

77

61,60

14,9

222,01

3,60

20

35,39

14,89

221,71

6,26

17

32,39

14,89

221,71

6,84

34

18,60

14,9

222,01

11,94

Total

28,64

4- Détermination de la valeur critique du

En considérant =0,05 et nddl=1

5- Comparaison

28,64>3,84 donc

6- Décision

Le khi-carré étant supérieur au khi-carré lu cela implique que Ha est confirmé et Ho est rejetée.

7- Conclusion

45

La vérification des résultats nous montre qu'il existe un lien significatif entre les phénomènes observés.

Ainsi, nous pouvons donc conclure que l'hypothèse n° 2 est belle et bien confirmée. Nous affirmons que la motivation des enfants par les parents a belle et bien une influence positive sur les performances en milieu scolaire.

Tableau n°17 : tableau récapitulatif des résultats

Hypothèse générale

Hypothèse de recherche

 

nddl

 
 

résultats

Le suivi parental des enfants à domicile influencerait leurs performances dans les classes à promotion collective

HR1 : le contrôle des cahiers à domicile influencerait la performance scolaire des enfants dans les classes à promotion collective

59,04

1

0,05

3,84

H R1 confirmée

HR2 : la motivation par les parents influencerait la performance scolaire des enfants dans les classes à promotion collective

28,64

1

0,05

3,84

H R2 confirmée

46

Nous pouvons alors conclure que les enfants qui jouissent de la motivation de leurs parents sont plus performants en milieu scolaire que ceux dont les parents sont indifférents ou laxistes.

IV-4-3 vérification de l'hypothèse générale

A partir du moment où nos hypothèses de recherche ont été confirmées, l'hypothèse générale l'est aussi automatiquement. Nous pouvons donc dire que le suivi parental des enfants à domicile a un impact sur les performances scolaires des enfants.

Les hypothèses étant donc confirmées, Il y a lieu de faire une interprétation des résultats de notre recherche.

IV-4-4interprétation des résultats

Selon le petit dictionnaire Larousse de poche (2005 :438), interpréter veut dire : « rendre compréhensible, traduire donner un sens à ». Il s'agira donc de donner les raisons possibles ou réelles aux faits observés ».

IV-4-5 interprétation de la première hypothèse

Au terme de la présentation, l'analyse, la synthèse des résultats et la vérification des hypothèses, il nous est facile à présent de leur donner une explication.

47

L'hypothèse selon laquelle : « la fréquence de contrôle des cahiers à domicile influencerait la performance scolaire des enfants » s'est belle et bien confirmée car un enfant dont le parent contrôle ses cahiers tous les jours, lui donne des exercices à faire et répète avec lui doit automatiquement avoir de bonnes performances scolaires. Ceux dont les parents le font rarement sont également performant à la seule différence que le pourcentage augmente selon la régularité du suivi à la maison d'où les meilleurs parmi les performants. Par contre, lorsqu'un enfant rentre à l'école et le parent reste indifférent, ne contrôle jamais ses cahiers, il est claire et extrêmement probable qu'il ne soit pas du tout performant en milieu scolaire.

Le calcul du coefficient de contingence nous montre que la relation qui existe entre le suivi de l'enfant à domicile et ses performances scolaires est faible. Ce qui nous pousse à dire que le contrôle des cahiers des enfants à domicile n'est pas toujours à l'origine des performances de ceux -ci en milieu scolaire. Il existe aussi d'autres facteurs qui conditionnent les performances de l'élève en milieu scolaire qui n'ont certainement pas été étudiés dans cette recherche. Nous citons entre autres : le quotient intellectuel très bas de l'enfant, l'attitude de l'enseignant en classe, les anciennes méthodes d'enseignement utilisées au lieu de l'APC, le niveau intellectuel des parents éducateurs...

La relation entre cet état des choses et la promotion collective est que désormais le parent est appelé à donner son point de vue quant à ce qui concerne l'évolution de son enfant en classe supérieure. Nous tenons à signaler ici que c'est une façon de l'interpeler par rapport à ses responsabilités de père et de premier éducateur de l'enfant. Il ne doit pas attendre la fin d'année pour demander au maitre de laisser l'enfant reprendre sa classe, il doit suivre le travail scolaire de l'enfant pas à pas, le motiver à apprendre ses leçons et c'est au cas où tous les efforts n'ont abouti à rien qu'il peut exiger son redoublement.

IV-4-6 interprétation de la deuxième hypothèse

48

De la vérification de l'hypothèse n°2 « la motivation par les parents influencerait la performance scolaire des élèves », il ressort que le degré de performance des enfants en milieu scolaire est plus élevé lorsque les parents de ceux -ci les motivent constamment, alors la motivation des enfants se vérifie lorsque nous considérons le tableau de synthèse comparative n°12 qui prouve que sur 97 élèves qui bénéficient de la motivation de leurs parents, 77 sont performants en milieu scolaire, voire un pourcentage de 52,03% contre 20 dont les performances sont mauvaises, voir un pourcentage de 13,51% tandis que sur 51élèves qui ne bénéficient d'aucune motivation que ce soit, 17 seulement sont performants contre 34 qui ne le sont pas du tout''.

Ces constats n'auraient pas eu lieu sans la confirmation de notre deuxième hypothèse de recherche. Nous pouvons donc dire que le fait de se sentir motivé par ses parents influence les performances de l'enfant en milieu scolaire car, l'enfant a non seulement besoin d'une motivation personnelle, mais aussi des personnes avec qui il vit.

Il est difficile d'éduquer un enfant d'une façon ou d'une autre. L'enseignant à des responsabilités, mais les parents également à la maison ont les leurs. Tous les moyens sont pratiques et ne doivent en aucun cas être pris à la légère afin de déclencher l'activité chez l'enfant pendant le processus d'enseignement/apprentissage pour mener à bien et tendre vers les objectifs de la promotion collective : la réduction des échecs scolaires.

IV-5- implication des résultats

D'après le dictionnaire petit Larousse, l'implication est une relation logique qui consiste en ce qu'une chose implique sur l'autre.

IV-5-1- implication théorique

Au vue des résultats obtenus de nos investigations, nous pouvons conclure que notre étude n'a pas été vaine dans la mesure où nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper que le suivi parental des enfants à domicile influence leurs performances scolaires dans les classes à promotion collective. Nous notons que chaque parent au droit de contrôler tous les cahiers de son enfant sans aucune exception et sans préférence fondée sur les différentes disciplines.

IV-5-2 implication pratique

49

Sur le plan pratique de notre étude, nous constatons que le pourcentage de bonnes performances est plus élevé que celui de mauvaises performances scolaires en relation avec les enfants dont les cahiers sont régulièrement contrôlés à domicile. Ce qui est malheureusement le cas pour ceux dont les cahiers ne sont pas du tout contrôlés ; bref, lorsque les parents suivent régulièrement le travail des enfants et les motivent convenablement, cela améliore de façon considérable leurs performances à l'école.

IV-6-les limites

Nous ne saurons achever cette étude sans toute fois faire allusion aux limites. Plusieurs facteurs ont été à l'origine des difficultés éprouvées à quelques niveaux que ce soit : les moyens financiers, le temps de formation limité ne permettant pas de mener les enquêtes partout dans le pays. Le manque de documents adéquats servant à étayer de plus en plus notre raisonnement.

IV-7- suggestion

Au vu de ce travail de recherche, nous ne pouvons pas le clore sans émettre quelques suggestions dans le but d'améliorer la prise en charge des enfants.

Ainsi, nos suggestions s'adressent aux pouvoirs publics, aux enseignants, et aux parents d'élèves.

· Aux pouvoirs publics

Etant donné que certains parents prennent à la légère la collaboration parents/ enseignants et ignorent même encore l'implication et des objectifs de la promotion collective, nous proposons au Ministère de l'éducation de base de mettre tout en oeuvre pour qu'une procédure de l'éducation et de sensibilisation des populations en général et des parents en particulier soit mise sur pied afin de permettre à chaque parent de s'impliquer dans l'action éducative afin que le système éducatif connaisse une amélioration sensible.

· Aux enseignants

50

Nous suggérons aux enseignants d'oeuvrer eux aussi pour la collaboration enseignant/parents. Ils doivent renforcer les liens entre l'école et la famille en organisant de plus en plus non seulement des réunions de l'association des parents d'élèves et enseignants, mais en organisant aussi de petites autres réunions au cours desquelles ils les éclaireront sur l'encadrement et le suivi scolaire des enfants à domicile. Il revient à l'enseignant de rendre la relation école-famille systématique afin de toucher du doigt chaque parent pour mieux le sensibiliser. De ce fait, ils doivent aller vers les parents d'élèves pour les informer des agissements de leurs enfants et de leurs travaux scolaires. Peu précisément des élèves paresseux dont les performances sont mauvaises en classe ou les élèves très indisciplinés. Ceci pour stimuler ces derniers à fournir le maximum d'effort possible afin de relever le niveau de leurs enfants qui ne sont non seulement performants pour eux-mêmes ou pour leurs parents, mais surtout pour la société.

· Aux parents

51

Les parents doivent de plus en plus être conscients de la responsabilité qui leur incombe. En tant que poseurs des premiers jalons de l'éducation chez l'enfant, il ya lieu de toujours trouver un peu de temps à consacrer à sa progéniture pour la réussite scolaire de celle-ci. Ils doivent tout faire pour gagner la confiance de leurs enfants. Egalement suivre avec minutie le travail scolaire des enfants en famille, aller vers les enseignants et participer à la bonne collaboration enseignants /parents, motiver les enfants pas seulement matériellement, mais surtout moralement, suivre le travail scolaire de l'enfant à la fin de journée. Tout ceci dans l'optique de susciter chez les enfants tant à la maison qu'à l'école par la suite. Ceci pour une bonne instruction, un bon épanouissement, une bonne garantie pour l'avenir de l'enfant et même de son pays dans l'acquisition des citoyens bien performants. Ceci dit, le parent ne doit pas attendre seulement la fin d'année pour exiger le redoublement de l'enfant comme le stipule le texte relatif à la promotion collective, mais travailler avec ce dernier au quotidien pour améliorer son travail scolaire. Il ne doit utiliser cette procédure que lorsque ses efforts durant l'année sont restés vains.

Aux élèves

Les élèves doivent aider les parents dans l'exercice de leur fonction ou activités pendant les heures libres. Ils doivent aller vers les parents soumettrent leurs problèmes scolaires une que cela est la manifestation même d'une volonté à pouvoir travailler car les parents oublient parfois de demander à l'enfant ce qu'il a fait durant toute la journée à l'école. Ils doivent être les artisans de leurs propres savoirs, faire toujours leurs devoirs, être obéissant et se fixer des objectifs scolaires à atteindre. Les élèves doivent tous chercher à gagner et surtout à mériter dignement la confiance de leurs parents.

En somme tout responsable que nous interpellons doit tout mettre en oeuvre pour appliquer ces suggestions pour une meilleure éducation de nos enfants afin qu'on puisse améliorer de plus en plus les performances scolaires dans notre pays et les valoriser chez soi ou partout ailleurs dans le monde.

52

CONCLUSION GENERALE

Nous nous sommes donnés corps et âme tout au long de ce travail pour mettre en évidence le suivi parental des enfants à domicile et leurs performances scolaires dans les classes à promotion collective. Ce qui à donné naissance à l'hypothèse générale formulée de la manière suivante : « le suivi parental des enfants à domicile influencerait leurs performances scolaire dans les classes à promotion collectives ».

Pour mieux expliciter notre recherche, nous avons élaboré deux hypothèses de recherche à savoir :

HR1 : la fréquence du contrôle des cahiers des enfants à domicile influencerait la performance scolaire des enfants dans les classes à promotion collective.

HR2 : la motivation par les enfants influencerait la performance scolaire des élèves dans les classes à promotion collective.

D'une population de 379 individus, nous avons tiré a l'aide d'une technique probabiliste, précisément la technique d'échantillonnage aléatoire en grappes, un échantillon de 148 individus, d'où le taux de représentativité est de 39,05%. Notre questionnaire constitué de 6 questions nous a permis de vérifier deux hypothèses de travail.

53

L'hypothèse générale a été confirmée grâce à la confirmation de nos deux hypothèses de travail. Nous pouvons alors conclure que : « le suivi parental des enfants à domicile régulier améliore considérablement les performances scolaires des enfants  dans les classes à promotions collectives » nous pouvons dire que les performances scolaires des enfants ne sont pas seulement fonction du suivi parental des enfants à domicile, vue que certains enfants ont les parents irresponsables qui ne demandent jamais au retour des classes ce qu'il ont eu à faire à l'école, bref les parents qui ne contrôlent jamais les cahiers des enfants à domicile, mais ceux-ci sont quand même performants en milieu scolaire . Ceci s'explique tout simplement par le fait que d'autres facteurs entre en jeu, influençant ainsi les performances scolaires des enfants, mais n'ont pas fait l'objet de notre étude.

En outre nous invitons les futurs chercheurs à l'approfondir en étudiant certes des champs thématiques, mais aussi ceux impliquant d'autres variables qui conditionnent les performances des élèves en milieu scolaire car l'on ne saurait affirmer avoir épuisé les contours de ce travail.

54

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Ø DELANDSHEERE (1991) « L'éducation et la formation. Paris. Quf. 334 pages.

Ø MACAIRE. F. (1993) « Notre beau métier. Les classes Africaines 184 AV. de Verdun, ISSY, les moucineaux (scine) 512 pages

Ø NTIECHE. M (1980) « Guide pratique de l'éducation familiale » Dénaire LYS France

585 pages.

B. DICTIONNAIRE.

Ø Petit Robert 1: (1990) 610 pages

Ø Petit Larousse: (2001) Imprimerie « La Tipogafica Varèse S.P.A. » Dépôt légal: juin 2001. 624 pages.

Ø Universel : (2002) 4e édition EDICEFF. 58, Rue Jean Bleuzem , F 92178 ANVES cedex 1503 pages.

Ø Petit Robert: (1974). Avenue Parmentier, paris, 11, 1969 pages.

Ø Robert de poche: paris, 1904 pages.

Ø Larousse de poche: Edition mise à jour, 1009 pages.

Ø Petit Larousse illustré (2004), 1875 pages.

C. MEMOIRE

Ø DJIOMETSA. C (2002) « L'évaluation hebdomadaire et la rétention des connaissances par les élèves en sciences d'observation. Cas des élèves du niveau II ». Mémoire CAPIEM de L'ENIEG de Douala 41 pages

Ø LEILA (2002): « climat familial et résultats scolaires » ENIEG. B. Bafoussam 48 pages.

Ø TCHINGANG (2002) « Négligence parentale et déperdition scolaire » Mémoire CAPIEM .ENIEG D'AKONOLINGA, 42, pages.

Ø LEKOUKENG (2001) « structure familiale et résultats scolaires » ENIEG. B. Bafoussam, 45 pages.

Ø DJOUSSI. A. (2010) « l'influence du contrôle des cahiers des enfants sur les compétences des élèves »ENIEG de Bafoussam 59 pages.

55