pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

HTA (hypertension artérielle) et grossesse au CHU de Kamenge


par Pierre-Gérard MINANI
 - spécialiste en G-O 2011
Dans la categorie: Biologie et Médecine
   
Télécharger le fichier original

sommaire suivant

0. INTRODUCTION

Les syndromes hypertensifs gravidiques forment un groupe hétérogène d'états pathologiques dont le dénominateur commun est une augmentation de la pression artérielle (PA) pendant la grossesse. Ces états pathologiques concernent 10 à 15% des grossesses et sont encore responsables de 30% des décès maternels et de 20% de la mortalité foetale et néonatale (1).

Toute HTA survenant sur une grossesse, multiplie par trois le risque de RCIU et de MFIU et ce risque est multiplié par 20 en cas de Pré-éclampsie surajoutée ou pas (2). L'HTA retentit aussi bien sur la santé de la mère, que sur celle du foetus. Il y a donc un double objectif à gérer : La survie de l'enfant souvent prématuré et si possible sans séquelles cérébrales et la survie maternelle, en évitant autant que faire se peut, la survenue des complications souvent mortelles.

Pour réaliser ce double objectif, il faut une équipe pluridisciplinaire comprenant obstétriciens, anesthésiste-réanimateurs et pédiatres. Cette équipe n'est pas toujours facile à réunir, surtout dans les pays sous-développés dont fait partie le Burundi, en raison de la pénurie du personnel médical et du sous équipement en infrastructures sanitaires.

La réduction de la morbi-mortalité materno-foetale due à l'association HTA et grossesse, observée dans les pays développés n'est pas uniquement due à des progrès thérapeutiques, mais elle est en grande partie due à une surveillance bien planifiée

permettant une détection précoce des signes avant-coureurs de complications potentiellement dangereuses et d'intervenir avant que la situation ne dégénère.

Nos objectifs sont :

1. Analyser les aspects épidémiologique, clinique, biologique et thérapeutique de l'association HTA et grossesse au CHU de Kamenge,

2. Proposer des recommandations afin d'améliorer le pronostic materno-foetale.

1. Généralités.

1.1 .définition.

L'HTA au cours de la grossesse est définie par une TA systolique =140mm Hg et/ou une TA diastolique = 90 mm Hg à au moins deux reprises mesurée au repos en position de décubitus latéral gauche ou en position assise (1, 2, 3, 4, 5,6).

Physiologiquement, la pression artérielle baisse au cours du 1er et du 2ème trimestre de la grossesse, du fait d'une vasodilatation artérielle plus marquée que l'élévation du débit cardiaque. Elle remonte à la fin du 2ème trimestre pour atteindre les valeurs d'avant la grossesse au 3ème trimestre. Ainsi une HTA chronique méconnue peut passer inaperçue lors des prises de TA durant les 2 premiers trimestres de la grossesse. L'HTA gestationnelle pourrait aussi être définie par une augmentation de la tension systolique de 30 mm Hg ou de la tension diastolique de 15mmHg par comparaison aux valeurs obtenues avant 20 SA (6).

sommaire suivant