WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse de l'efficacité de la gestion de tresorerie des sociétés Brakina et Sodibo

( Télécharger le fichier original )
par Ezéchiel Josias DJIGUEMDE
Université libre du Burkina - Licence 2005
  

précédent sommaire suivant

1.1. LA BRAKINA

La Brasserie du Burkina (BRAKINA) a vu le jour sous la Haute Volta a l'initiative du groupe BGI1 (Brasseries et Glacières Internationales). Installée au départ comme unité de mise en bouteilles de l'usine BRACODI (Brasseries de la Côte d'Ivoire), elle prend son autonomie en 1960 sous le nom de la BRAVOLTA (Brasserie de la Volta) et est complétée

par une seconde unité a Ouagadougou. Par la suite on procédera a l'ouverture des centres de distribution de Banfora, Koudougou, Koupèla et de Ouahigouya.

La réussite de la BRAVOLTA encourage dès lors le groupe BGI a se lancer dans la production de boissons. C'est ainsi qu'en 1977 une nouvelle société concurrente fit son apparition : la Société Voltaïque de Brasserie (SOVOBRA).

La gestion des deux sociétés était assurée par le groupe BGI et elles cohabitaient jusqu'a l'avènement de la Révolution de 1983 qui vint troubler quelque peu leur existence. La BRAVOLTA devint alors BRAKINA et la SOVOBRA est devenue SOBBRA.

Jusqu'aux années 1982 et 1983, la BRAKINA fonctionnait avec des résultats positifs de vingt huit millions huit cent vingt quatre mille (28 824 000) F CFA et de soixante douze millions quatre cent un mille (72 401 000) F CFA. Les difficultés commencèrent a partir de

1984 avec un déficit de cent quatre vingt un millions quatre cent soixante quatorze mille (181 474 000) F CFA qui persista jusqu'en 1985 avec cinq cent trente cinq millions trois cent quatre vingt six mille (535 386 000) F CFA de déficit. Ces mauvais résultats

entraînèrent des restructurations a partir des années 1990, il y eût des licenciements

1 Les BRASSERIES ET GLACIERES INTERNATIONALES (BGI),

producteurs de bières et de boissons gazeuses sont nées en Indochine, il y a plus de 100 ans. Sous l'impulsion du groupe Castel, les BGI se classent parmi les premiers groupes brassicoles mondiaux. Présents dans 16 pays du continent africain, les BGI exploitent directement 45 sites industriels.

économiques et la fermeture de l'unité d'embouteillage de Gounghin et des centres de distribution de Banfora, Koudougou, Koupèla et de Ouahigouya.

Pour assurer une meilleure gestion des deux sociétés qui avaient été rachetées par le groupe CASTEL2, la BRAKINA et la SOBBRA procédèrent en 1992 a une fusion pour donner naissance a une société unique dénommée : la BRAKINA. Elle est de nos jours une société anonyme de droit privé au capital de deux milliards cinq cent trente millions vingt mille (2.530.020.000) F CFA divisé en deux milliards cinq cent trente millions vingt mille (2

530 020) actions de dix mille (10 000) F CFA chacune détenu a plus de 90% par le Groupe

BGI et le reste par des particuliers burkinabés.

La BRAKINA dispose désormais de deux usines implantées respectivement dans les villes

de Ouagadougou dans la zone industrielle de Kossodo et dans la zone industrielle de

Lafiabougou a Bobo-Dioulasso.

précédent sommaire suivant