WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le Forum de Trajan à Rome. Templum Divi Traiani. Etat de la question et tentative d'interprétation. I. Commentaires et analyse

( Télécharger le fichier original )
par Claire Richard
Université Catholique de Louvain (Belgique). Faculté de Philosophie et Lettres. Département d'Histoire de l'Art et d'Arché - Licence en Histoire de l'Art et Archéologie 2005
  

sommaire suivant

UNIVERSITÉ CATHOLIQUE DE LOUVAIN

Faculté de Philosophie et Lettres

Département d'Histoire de l'Art et d'Archéologie

Le Forum de Trajan à Rome

Templum Divi Traiani

État de la question et tentative d'interprétation

Claire RICHARD

I. Commentaires et analyse

Promoteur : Marco CAVALIERI Mémoire présenté en vue de l'obtention du titre de licenciée en Histoire de l'Art et Archéologie

Année académique 2004-2005- Session de septembre

Je tiens à adresser mes plus sincères remerciements :

-à Monsieur Marco Cavalieri, mon directeur de mémoire, pour son aide précieuse, ses conseils avisés, sa gentillesse et sa disponibilité ;

-à Messieurs Philippe Bragard et Raymond Brulet pour avoir accepté d'assumer la tâche de lecteur ;

-à ma soeur Hélène, pour ses conseils, ses relectures et son aide tout au long de la réalisation de ce travail ;

-à mes parents ainsi qu'à Kevin pour leur présence affectueuse à mes côtés ;

-à mes futurs collègues pour leur soutien permanent et tout particulièrement à Joëlle pour avoir consenti à relire cette étude ;

-enfin, à toute personne ayant contribué, de près ou de loin, à la réalisation de ce mémoire.

INTRODUCTION

I. MÉTHODOLOGIE, CHOIX DU SUJET ET OBJECTIFS

Au cours de ce travail, j'ai tenté de mettre en application les méthodes qui m'ont été enseignées durant mes quatre années d'études universitaires en Histoire de l'Art et Archéologie. Pour reprendre les propos de M. CAVALIERI, la méthodologie employée s'apparente à une véritable « philosophie de la recherche ». Je suis donc partie des données tant historiques, archéologiques que littéraires qui constituent pour tout archéologue la base de l'interprétation. Il était impératif de les communiquer clairement à mes lecteurs. Dans un second temps, j'en suis arrivée à émettre des hypothèses. J'insiste sur ce terme car ma volonté ici n'est pas d'établir catégoriquement un fait, mais de tenter de rechercher le pourquoi et le comment par des comparaisons et confrontations. Ma démarche vise à avancer divers arguments en faveur de telle ou telle proposition. Le but conclusif est d'apporter un essai d'explication sans pour autant prétendre que cette étude est exhaustive.

En septembre 2003, dans le cadre d'un premier entretien avec mon promoteur, j'ai émis le souhait de réaliser un mémoire sur une thématique architecturale de l'Antiquité romaine, mon domaine de prédilection. M. CAVALIERI m'a alors proposé d'étudier la fonctionnalité du Forum de Trajan à Rome. Toutefois, mes premières recherches sur le sujet m'ont permis de comprendre combien la tâche s'avérait complexe. En effet, j'ai pu constater que les investigations archéologiques toutes récentes sur le terrain avaient radicalement bouleversé la physionomie et la planimétrie des lieux. Je me sentais donc incapable d'étudier la fonctionnalité d'un site sur lequel planait une somme d'incertitudes. Au jour d'aujourd'hui, les études sont plutôt au stade des constatations et communiquent les données sans pour autant en réaliser une analyse approfondie. C'est donc sur ce point que j'ai fixé mon sujet. Le problème majeur porte sur la localisation du Templum Divi Traiani et Plotinae attesté par les sources littéraires et épigraphiques. Le premier chapitre est destiné à retracer l'historique de cette problématique. Les fouilles réalisées dans le cadre du Grand Jubilé de l'année 2000 ont engendré une révision planimétrique essentiellement des deux extrémités du Forum. L'attribution de la zone médiane étant relativement sûre, j'ai limité l'objet de mon étude à l'analyse des secteurs méridional et septentrional. Ce sujet, développé dans le second chapitre, constitue la pièce maîtresse de ce mémoire. Je n'ai pu me référer qu'aux propos de R. MENEGHINI, en charge des dernières fouilles, et à ses toutes récentes hypothèses de reconstitution. Par conséquent, l'analyse de la limite sise au nord, dont le plan reste indéterminé, est à prendre avec toutes les précautions de circonstance. Enfin, j'ai tenu dans le dernier chapitre à aborder la problématique initiale qui m'avait été proposée : la fonctionnalité du complexe. La récolte de la littérature archéologique sur le Forum a également porté mon attention sur deux émissions monétaires traditionnellement attribuées au complexe. Au regard des nouvelles données, leur attribution est aujourd'hui à revoir. À la fin de l'analyse de chaque secteur, j'ai donc tenu à soumettre des propositions quant à leur représentation.

Si au départ, il me paraissait difficile de trouver un fil conducteur pour présenter clairement le sujet, l'élaboration de ce travail s'est finalement portée sur une question :

« Qu'en est-il du Templum Divi Traiani ?

Pouvons-nous le localiser au sein du Forum Traiani

sur la base du nouveau plan ? »

Mon objectif est ici de réaliser un état de la question pour ensuite essayer d'avancer des hypothèses ou d'infirmer certaines attributions. Toutefois, le sujet demeure très compliqué, j'ai donc tenté de l'aborder et de le soumettre au lecteur avec la plus gandre clarté possible. À cette fin, je joins à la version texte une annexe illustrative pour guider la lecture et surtout en promouvoir la compréhension. Il en va de même pour les termes en gras qui sont destinés à suivre la progression de mon discours.

Au terme de ce mémoire, vous pourrez constater combien la bibliographie sur le Forum de Trajan ne manque pas. Le recensement des informations destinées à la constitution du dossier heuristique ne s'est donc pas avéré trop complexe. Cependant, comme je l'ai déjà souligné, les toutes dernières découvertes datent de l'extrême fin du XXème siècle. Or, la majorité de la littérature archéologique est antérieure au Jubilé. Dès lors, sa validité est entachée. Aucune monographie post-jubilaire n'a encore été réalisée sur le sujet à ma connaissance. L'essentiel de ce travail repose, par conséquent, sur des données communiquées par des articles (essentiellement ceux de R. MENEGHINI et E. LA ROCCA responsables du projet). Toutefois, dans le cadre d'un voyage à Rome en novembre 2003, j'ai eu l'occasion de contempler de visu le site archéologique du Forum Traiani. Grâce à l'intervention de mon directeur de mémoire, le Deutsches Archäologisches Institut m'a également ouvert ses portes pour me permettre d'accéder à sa bibliothèque. Ceci m'a permis de compléter mon fichier de documentation en ayant sous la main les revues et monographies qui ne sont malheureusement pas conservées en Belgique. Tant pour le choix des illustrations que la récolte des informations, je n'ai donc pas rencontré de contraintes majeures. Internet abonde de sites en lien avec notre sujet. Ils ont cependant été utilisés avec toutes les précautions de mise pour ce type d'outil documentaire. Les sites des universités, des musées de même que de numismatique ont dès lors été privilégiés tout particulièrement pour leur crédit photographique. Leur consultation visait à offrir au lecteur un recueil d'illustrations en couleurs pour rendre cet exposé plus limpide. Je tiens seulement à noter que les figures 49, 92 et 148 sont très schématiques, mais essentielles à la clarté des explications. Aucun ouvrage n'offrait une reproduction de l'agencement des marbres pour le site nouvellement reconstitué.

Dans sa seconde partie, ce chapitre introductif vise à plonger le lecteur dans l'atmosphère de l'époque avant d'entrer dans le vif du sujet. Pour ce faire, il reprend une brève biographie de Trajan ainsi que le cadre générale du Forum.

J'espère sincèrement avoir pu tout mettre en oeuvre pour promouvoir l'intelligibilité du sujet bien que j'admette que la tâche reste compliquée pour celui qui n'est pas imprégné en permanence de la civilisation romaine. Pour conclure, je souhaite de tout coeur que ce mémoire suscite un intérêt auprès du lecteur.

Dossier heuristique

Cf. note sur philosophie de la recherche

sommaire suivant