WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Chambre d'isolement : du point de vue des patients. Impact d'un temps d'élaboration sur le vécu des patients après un séjour en chambre d'isolement dans une unité d'hospitalisation de psychiatrie adulte

( Télécharger le fichier original )
par Charlotte Mouillerac
Université Paris 8 - Master 1 psychologie clinique et psychopathologie 2007
  

sommaire suivant

UNIVERSITÉ PARIS 8

INSTITUT D'ENSEIGNEMENT À DISTANCE (IED)

Mémoire de recherche de Master 1

Spécialité : Psychologie clinique, psychopathologie et psychothérapie

Chambre d'isolement :

du point de vue des patients.

Impact d'un temps d'élaboration sur le vécu des patients après un séjour en chambre d'isolement

dans une unité d'hospitalisation de psychiatrie adulte.

Soutenu par Charlotte Mouillerac

N° d'étudiant 171696

Sous la direction de Patrick Thomassin

1 2006/2007

Résumé

Nom de l'étudiant :

Charlotte Mouillerac

Séminaire de recherche et nom du directeur de recherche :

Séminaire du Master 1 de psychologie clinique, psychopathologies et psychothérapies, sous la direction de Patrick Thomassin.

Nom du tuteur chargé du suivi pédagogique :

Patrick Thomassin pour l'IED.

Titre du mémoire : CHAMBRE D'ISOLEMENT : DU POINT DE VUE DES PATIENTS.

Impact d'un temps d'élaboration sur le vécu des patients après un séjour en chambre d'isolement dans une unité d'hospitalisation de psychiatrie adulte.

Nombre de pages : 132 pages pour le mémoire, 186 pages avec annexes.

Repères théoriques :

Démarche pragmatique d'évaluation des pratiques thérapeutiques.

Problématique :

Les rares études portant sur le vécu des patients en chambre d'isolement (CI) montrent une majorité de sentiments négatifs qui interpellent sur la place de ce soin.

Les objectifs de cette recherche sont de montrer que donner du sens à cette expérience pourrait entraîner une minimisation du vécu de pénibilité et par là favoriser la motivation à accepter les soins proposés.

Le travail d'élaboration accompli pendant et après le temps d'isolement pourrait modifier les représentations des patients. Les malades auraient ainsi l'impression d'avoir pu bénéficier d'un soin intensif, reconnaîtraient une utilité à ce soin et profiteraient davantage des temps de parole proposés.

La particularité du terrain d'expérimentation a fait surgir une question supplémentaire, centrée sur le travail spécifique accompli par le psychologue de l'unité, qui réalise des entretiens de recueil du vécu des patients au sortir de la CI. Il s'agissait de savoir si ces entretiens répondaient à un besoin des patients de parler de leur expérience d'isolement.

Méthodologie :

Le recueil de données a été fait par le biais d'entretiens semi directifs, standardisés par un guide d'entretien prenant en compte la forte proportion de malades psychotiques, et notamment schizophrènes, présents dans l'unité, et les données épidémiologiques relevées dans la première partie du mémoire.

Lieu d'investigation :

Unité fermée d'hospitalisation pour adultes Saint-Exupéry. Centre hospitalier spécialisé de Saint Jean de Dieu. Lyon. (69).

Population (nature et taille de l'échantillon étudié) :

11 patients suivis à l'unité Saint-Exupéry et ayant été isolés au minimum quinze jours et au maximum deux ans auparavant.

Deux sous-groupes ont été étudiés : groupe TE+, ayant bénéficié de temps d'élaboration, groupe TE-, n'en ayant pas bénéficié.

Résumé des résultats :

Les résultats confirment que la chambre d'isolement est une expérience difficile pour les patients. Pour la majorité d'entre eux, leur ressenti est globalement négatif, ils n'ont pas l'impression d'avoir été en soin intensif et disent ne pas avoir eu de temps de parole pendant leur période d'isolement. Malgré une première affirmation selon laquelle la CI ne servirait à rien, il apparaît que la représentation qu'ils ont de l'utilité de la CI se rapproche de ce que les soignants auraient eux-mêmes pu en dire.

Avoir bénéficié d'un temps d'élaboration, que ce soit dans le cadre d'un entretien de recueil du vécu ou au cours d'échanges plus classiques avec les soignants, n'améliore pas le ressenti des patients mais leur permet de prendre du recul sur cette expérience. Ces patients perçoivent aussi mieux les caractéristiques du soin et les objectifs de la chambre d'isolement. Quant à l'absence de temps de parole, ils l'attribuent davantage au manque de temps dont disposent les soignants.

Paradoxalement, le groupe ayant eu un entretien de recueil du vécu auprès du psychologue de l'unité dit ne pas en voir l'utilité alors que les autres patients souhaiteraient pouvoir en bénéficier. Ces déclarations qui ressemblent fort à du déni pourraient être une forme de revendication : il s'agirait alors de signifier que parler n'est pas suffisant. L'entretien de recueil du vécu ne vient sans doute pas atténuer le ressenti des patients et c'est peut-être ce que veulent dire les patients : "parler du vécu n'empêche pas que l'isolement soit une expérience pénible".

Mots clés :

Chambre d'isolement, pratique thérapeutique, vécu des patients, psychose, temps d'élaboration, notion d'utilité, notion de soin intensif, temps de parole.

Intérêt de la recherche, diffusion, perspectives de la recherche :

Evaluation d'un dispositif de soins, prise en compte du vécu des patients.

Amélioration des pratiques thérapeutiques. Ce travail sera utilisé par l'unité Saint-Exupéry pour ré- aborder, dans le cadre du projet de soins, la question de l'isolement et du recueil du vécu des patients. Une diffusion généralisée à l'hôpital Saint Jean de Dieu est à l'étude.

Nombre de références :

74 livres, mémoires et articles, de 1841 à 2007.

22 sites internet

16 documents divers et textes de lois

Référence la plus ancienne :

Carrier, J.B. (1841) Etudes statistiques sur les aliénés traités dans l'asile de Saint Jean de Dieu près Lyon pendant les années 1838, 1839 et 1840. Lyon

Référence la plus récente :

Csillik, A.S. / Le Merdy, T. (2007) Type de motivation et engagement du processus motivationnel chez les personnes dépendantes. Alcoologie et Addictologie. 29(1). P 9-15

Annexes :

Grille d'entretien / Transcription des entretiens et relevé des données / Catégorisation des données

Année de soutenance : septembre 2007

« Ce qui est atroce, c'est qu'au XXème siècle un médecin puisse s'emparer d'un homme sous prétexte qu'il est fou et faire de lui ce qui lui plaît. »

Antonin Artaud

sommaire suivant