WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

L'exploitation forestiere et le developpement des forest communautaires au cameroun. une action collective pour la protection de la biodiversite

( Télécharger le fichier original )
par parfait thierry mbous
institut universitaire d'etudes du developpement - Diplome d'etudes approfondies 2002
Dans la categorie: Géographie
  

précédent sommaire suivant

VII- Propositions de mise en oeuvre pour la gestion des forêts du Cameroun

La destruction des forêts au Cameroun est de nos jours une question de survie et, c'est la raison pour laquelle la mise en pratique de stratégies adéquates serait nécessaire afin d'endiguer l'exploitation excessive et illégale.

La mise en OEuvre de la gestion des forêts tropicales en général et celles du Cameroun en particulier donne lieu à une prise de conscience qui s'accompagne de la volonté des services de L'Etat de ne pas compromettre la nature forestière des écosystèmes considérés. « En ce sens, la gestion est un acte global et volontaire. Elle correspond à des choix conscients, s'exerçant à différents échelons de décision, généralement nationaux et locaux, et se rapportant aux objectifs assignés à chaque espace forestier ainsi qu'aux conditions de leur réalisation. Les objectifs en cause peuvent concerner la production de biens matériels, comme le bois ou le gibier ou bien le maintien de certains services, tels ceux associés à la conservation des sols ou de la biodiversité. Leur réalisation peut conduire à une réorganisation de l'écosystème, sans toutefois aller jusqu'au défrichement ou, a contrario , aboutir à sa protection intégrale. Ajoutons qu'une gestion effective implique la maîtrise de l'ensemble de ces processus de décision et d'exécution »101. Or, par rapport aux différents problèmes évoqués, le contexte socio-économique et politique du Cameroun et même de la plupart des pays tropicaux inhibe cette dernière exigence.

100 DURRIEU de MADRON luc ,FORNI Eric et al,Le Projet d'Aménagement Pilote intégré de Dimako ( Cameroun).CLRAD-Forêt. Montpellier-France,1998,p.23.

1°1BERGONZIMI Jean-Claude et LANDY Jean-Paul , Les forêts tropicales ( cirac0 ,IvIontpellier,2000,p122.

C'est en 1990 que commence véritablement la mise en place d'une initiative importante pour promouvoir la conservation des écosystèmes avec l'ouverture d'un bureau national du Fonds mondial pour la nature ( WWF). « Au sein de cette organisation, le Cameroun a été retenu comme l'un des cinq pays d'Afrique devant faire l'objet d'un programme national de conservation »102. Afin de mieux renforcer les stratégies mises en place par le gouvernement camerounais, les propositions suivantes peuvent être nécessaires et à long terme peuvent réduire le taux de déforestation au Cameroun.

1-La mise en place d'une conservation de la biodiversité au développement durable : Disons que la pauvreté est l'une des principales causes qui accélère la destruction des forêts au cameroun. La lutte contre la cette pauvreté peut alors constituer un moyen puisant en faveur de la conservation, à condition que la croissance économique améliore le bien être de tous les membres de la société locale.

L'appui des programmes de conservation aux initiatives de développement durable représente l'une des recommandations majeures pour le bien des populations. Une stratégie de planification des ressources naturelles et de l'aménagement du territoire aux niveaux national, provincial et local est nécessaire afin de s'assurer que le patrimoine biologique du Cameroun ne serait pas sacrifié inutilement. L'installation d'une base --vie est nécessaire et parfois ne représente qu'un faible pourcentage de dégâts. Mais, « le problème auquel on est confronté réside dans les conséquences de la création d'une nouvelle zone de concentration de populations rurales »103

2- Inciter la population locale à participer dans les prises de décisions : Il serait donc important de lier autant que possible les systèmes de connaissances autochtones et modernes pour une compréhension plus profonde de l'ensemble des problèmes liés à la conservation de la biodiversité. Le fait d'avoir manqué de reconnaître, de comprendre, et d'utiliser les connaissances techniques et pratiques des autochtones au Cameroun, à contribuer à la dégradation de l'environnement.

1°2 MONZA Jean --Pierre >L'Atlas pour la conservation des forêts tropicales d'Afrique, Paris,1996,p_140.

1°3 DURRIEU de MADRON Luc, FORNI Eric, et al, Les techniques d'exploitation à faible impact en forêt dense humide camerounaise, CIRAD-Forêt.Montpellier,1998,p.4.

3 - La surveillance et évaluation des projets relatifs à la conservation des forêts : Il serait utile de développer des systèmes de gestion commune dans les zones officiellement protégées, aussi bien que pour les systèmes de production sur les aires non-protégées. La décentralisation serait nécessaire pour mieux gérer les ressources biologiques, permettant ainsi aux communautés locales d'exploiter les ressources naturelles de manière durable.

4- Tous ceux qui exploitent les forêts au Cameroun devraient être traités de manière équitable : Comme remarque, les différents acteurs qui agissent au sein d'une communauté ont souvent des points de vue différents sur l'exploitation et la conservation des ressources biologiques. Les populations locales ont souvent été ignorées ou désavantagées lors de la mise en place des activités de développement.

5-Des motivations adéquates sont nécessaires pour encourager tous les participants à s'intéresser à la conservation : Tous les êtres humains prennent le plus souvent des décisions rationnelles, et tiennent compte de manière équilibrée les considérations culturelles, sociales, et économiques lors des débats. Mais, la participation de la communauté locale à la prise de décisions relatives aux ressources biologiques est souvent, en elle-même, une motivation envers une gestion durable.

6-Développer un programme pilote pour évaluer et démonter l'approche de planification du paysage envers la conservation des forêts au Cameroun : Ce programme doit se faire au niveau national et local afm de développer des mécanismes qui doivent être appliqués de manière très souple et très soignée.

7- Une participation étendue est essentielle : Les populations locales doivent prendre part à chaque étape de la planification pendant la mise en oeuvre, et l'évaluation. Au début de toutes opérations, le gouvernement camerounais et les acteurs devront intégrer de nouveaux projets et motiver les communautés locales pour que les projets se réalisent. Et par la suite, les communautés locales et les entreprises privées devraient ensemble initier des projets. Les projets ne devraient

jamais se réaliser pour les communautés locales uniquement, mais avec elles.

8-La construction des routes est très capitale : Le tracé des routes est cependant une affaire de spécialistes, de la planification à la réalisation. Au Cameroun, les travaux de construction des routes sont parfois le résultat d'un mauvais travail et les conséquences augmentent le plus souvent le degré de l'érosion entraînant les pertes de terres vers les bas fond et compromettre le transport des grumes. D'où la nécessité de mettre en place des stratégies viables pour la construction des routes à travers les cadres spécialisés du ministère des transports camerounais afin d'éviter le pire. Mais leur mise en place doit cependant être planifiée en liaison avec les autres opérations d'exploitation forestière, que ce soit l'inventaire, l'abattage et la construction des pistes secondaires.

précédent sommaire suivant