WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Louis Ferdinand Céline:une pensée médicale

( Télécharger le fichier original )
par David Labreure
Université Paris 1 panthéon sorbonne - DEA Histoire et philosophie des sciences 2005
  

précédent sommaire suivant

II : POUR UNE MEDECINE DU TRAVAIL:

2.1: LE FACTEUR TRAVAIL:

L'essentiel du propos du Céline hygiéniste est de corriger l'un par l'autre les vices de la médecine et de l'hygiène : « hygiéniser la médecine »126(*),  « ramener l'hygiène dans la médecine »127(*).Ayant fait l'expérience de l'hygiène à la SDN et de la médecine en cabinet puis en dispensaire à Clichy, et ayant conclu à l'échec de l'un et de l'autre dans leurs formes actuelles,Céline entreprend de les fondre dans la seule pratique qui pourrait avoir une efficacité,une « médecine du prolétariat »128(*),éloignée de toute théorie et de toute utopie,mais connaissant les véritables conditions de travail,l'état de santé réel des travailleurs. Ces idées ne sont pas nouvelles chez Céline : elles datent de ses premiers contacts avec la médecine sociale, en particulier lors de la mission américaine. Céline développe alors des principes d'organisation économique et sociale qui s'accordent avec sa vision des hommes. D'après la thèse de Elise Alay, le monde célinien est un monde où « le pathologique n'est plus accidentel mais constitutif de l'existence. L'homme n'existe qu'à partir du terrain physiologique et psychologique qui le constitue et qui répond au milieu (société, culture) dans lequel il se développe ».Rappelons ici l'une des phrases les plus célèbres de la pensée hygiéniste de Céline ,qui nous conforte dans cette idée : « Il faut se demander si dans l'état actuel des choses ,il n'est pas plus économique de considérer que la maladie plus ou moins chronique est l'état normal de l'individu dans la société où nous vivons et la santé un état tout à fait exceptionnel »129(*).Céline propose de parvenir,en France,à un changement des perception de l'hygiène sociale en « les envisageant sous l'angle réellement moderne »130(*),c'est-à-dire en prenant en compte l'industrialisation et la mécanisation de plus en plus importantes des nouveaux systèmes de production. Le système de santé français lui semble inadéquat, inadapté et ne prend pas assez en compte ces facteurs économiques et surtout le facteur Travail : « considérer l'état de santé et de maladie en fonction du facteur travail et presque uniquement en fonction de ce facteur,cela nous semble être la seule attitude vraiment sage et fructueuse de l'hygiéniste »131(*) ou encore ne pas oublier que « les assurés sont tous des travailleurs (...) c'est en cet état seul qu'il faut les considérer »132(*).Céline semble penser que ,dans une certaine mesure,le modèle de Ford pourrait s'appliquer en France même si,évidemment,notre pays n'a pas acquis le degré de mécanisation et d'industrialisation des Etats-Unis. Céline remarque, de ce fait, « l'existence d'une nombreuse main d'oeuvre gaspillée et parfaitement utilisable »133(*) dans les usines. Le travail industriel serait ainsi capable de nourrir des personnes que l'on trouverait plutôt à l'hôpital ou dans les hospices : « Il serait sans doute possible d'étudier sérieusement,dès à présent ,les modalités éventuelles d'emploi de certains malades chroniques dans l'industrie »134(*).Ford ayant prouvé que l'emploi de ces malades chroniques était dans le domaine du possible,leur utilisation pourrait néanmoins être « plus rationnelle chez nous,moins indifférente humainement ».Céline argue du fait que ,comme n'importe qui,les malades ont à subvenir aux besoins de leur famille et doivent donc travailler. Alors qu'un système d'assurances sociales se met en place en France à cette époque ,visant à améliorer le niveau sanitaire des ouvriers en leur donnant la possibilité de ne pas travailler en cas de maladie,Céline défend l'idée que « l'emploi des malades doit être le mot d'ordre social de demain »135(*).Cette idée n'est pas propre à Céline et des projets de loi ont déjà été présentés ,en 1915, sur l'emploi obligatoire des mutilés dans l'industrie ,le commerce et l'agriculture. La guerre s'éternisant, le problème des soldats blessés va vite devenir un enjeu socio-économique de première importance. Dès 1915, donc, le patronat commence à se préoccuper sérieusement des effets de l'intégration d'une masse ouvrière diminuée physiquement au sein de la production industrielle. Certains sont encore réticents mais d'autres jugent l'idée indispensable. Paul Virilio ,dans un ouvrage intitulé Vitesse et politique,précise que cette politique de récupérés fut,en Allemagne,poussée à son maximum dans le cadre militaire lui-même : « l'armée allemande ne connaît pas ou peu d'irrécupérables,car elle a pris le parti de fonctionnaliser les handicapés physiques en utilisant selon chacun sa diminution d'activité ».Cet ancien dispositif de rentabilisation des corps mutilés hante le tableau du fordisme célinien : « On se demande souvent ce que peuvent faire les aveugles chez Ford (...) nous en avons vu travailler une dizaine,ils sont attachés à des besognes très minuscules et généralement surveillés par un autre invalide pourvu celui là d'une claire vision »136(*).Mais Céline propose d'améliorer le système Ford en apportant des solutions thérapeutiques à ces malades chroniques,de leur fournir un suivi médical plus poussé : « Non point n'importe comment mais sous permanent conseil et surveillance médicale »137(*) .Persuadé de la nécessité de maintenir les hommes au travail pour ces raisons,il pense qu'il faut « démontrer au patron (...) que c'est le bon système,selon nous,d'assurances médicales rationnelles »138(*).Dans le fond,Céline se rend compte de l'impossibilité de faire marche arrière ,que le travail en usine est une nécessité , honnie peut être mais une nécessité tout de même. En 1932, il préconise « d'admettre une fois pour toute les conditions de fait du monde du travail 139(*)» ; en 1941, il constate que « l'usine c'est un mal comme les chiots, c'est pas plus beau, pas moins utile, c'est une triste nécessité de la condition matérielle »140(*).

* 126 L.F Céline, « Mémoire pour le cours des hautes études » in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard, p.207

* 127 Ibid.p.210

* 128L.F Céline, « Mémoire pour le cours des hautes études » (1932) in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard, pp 210-211

* 129 Ibid p.194

* 130 L.F Céline, «A propos du service sanitaire des usines Ford à Detroit» (1925) in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard, p.146

* 131 Ibid p.147

* 132 L.F Céline, « Les assurances sociales et une politique de santé publique » (1928) in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard, p.160

* 133 L.F Céline, « A propos du service sanitaire des usines Ford » (1928) in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard p.147

* 134L.F Céline, « A propos du service sanitaire des usines Ford » (1928) in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard, pp.147-148

* 135 L.F Céline, « Les assurances sociales et une politique de santé publique » (1928) in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard, p.165

* 136 L.F Céline, « A propos du service sanitaire des usines Ford à Detroit » (1925) in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard, p.144

* 137 L.F Céline, « Les assurances sociales et une politique de santé publique » (1928) in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard, p.165

* 138 L.F Céline, « Les assurances sociales et une politique de santé publique » (1928) in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard, p.160

* 139 L.F Céline, « Les assurances sociales et une politique de santé publique » (1928) in Cahiers Céline III, Paris, Gallimard, p.164

* 140L.F Céline, Les beaux draps, Paris, Denoël, 1941, p.146

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie