WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

estime de soi et performances scolaires chez des adolescents (Togo)

( Télécharger le fichier original )
par Ibn Habib BAWA
Lomé - DESS 2007
  

sommaire suivant

RESUME

L'estime de soi est une dimension très importante de la personnalité de l'adolescent, car pour qu'il apprenne `'quelque chose'', il faut qu'il se sente encouragé, compris, soutenu respecté bref aimé. Malheureusement, les recherches autour de l'adolescent concernant cette dimension sont rares en général, et presque inexistantes au Togo dans le domaine scolaire.

Le présent travail essaie d'établir un lien entre l'estime de soi et les performances scolaires chez des adolescents. A cet effet, il porte sur un échantillon de 48 élèves adolescents âgés de 14, 15 et 16 ans issus de toutes les classes socio-professionnelles et des deux sexes. L'estime de soi est évaluée à l'aide du SEI de Coopersmith. Quant aux performances scolaires, elles correspondent à la moyenne pondérée de toutes les matières à la fin du deuxième trimestre.

Les résultats ont montré qu'il y a une relation significative entre l'estime de soi et les performances scolaires. Autrement dit, les adolescents qui ont une estime de soi positive ont un fort taux de réussite plus que les élèves à estime de soi négative. Les adolescents à estime de soi négative sont plus enclins à l'échec scolaire.

INTRODUCTION

L'école en tant que système, institution idéologique pour les uns, socioculturel pour les autres, ne saurait se soustraire des modèles de conduite sociale adoptés par l'Homme. Les problèmes pouvant se poser à l'Homme, trouvent leurs résolutions le plus souvent dans celle des contradictions, des clivages sociaux, dans la répartition des tâches, leur assomption quotidienne. Parmi ces problèmes, figure celui de l'échec scolaire : problème de société ou d'organisation et d'assimilation des connaissances, l'échec scolaire n'en demeure pas moins un fait contemporain étroitement lié à la place, aux fonctions attendues de l'école dans la société. C'est pourquoi Perrenoud (1995) se demande si l'échec de l'élève n'est-il pas l'échec de l'école ? Même si l'école est pour quelque chose dans la genèse de l'échec scolaire, l'essentiel des raisons se retrouve chez l'élève lui-même - cause rarement appréhendée - car pour que l'on puisse parler `'apprendre quelque chose'', il faudrait « se sentir compris et soutenu dans les moments de ras-le-bol, de fatigue, d'échec », « se sentir reconnu, respecté comme personne et comme membre d'une famille et d'une communauté », « savoir qu'on vous fait confiance, qu'on vous imagine capable et désireux d'y arriver », mieux encore, « sentir que l'on vous aime. » Toutes ces conditions décrivent l'estime de soi.

L'estime de soi en tant que dimension fondamentale de la personnalité influençant la construction de l'individu a gagné du terrain au sein du monde scientifique.

sommaire suivant