WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Le rôle du réseau routier dans l'intégration et la croissance économique: impacts des RING et routes de desserte agricole dans la création des richesses en RDC

( Télécharger le fichier original )
par Hertince Ntomba
Université de Kinshasa - Licencié 2010
Dans la categorie: Economie et Finance
  

sommaire suivant

Le rôle du réseau routier dans l'intégration et la croissance économique : l'impact des ring et des routes de desserte agricole dans la création des richesses en RDC1(*)

HERTINCE NTOMBA APPUYER

Etudiant finaliste en sciences économiques de l'Université de Kinshasa

INTRODUCTION GENERALE

1. PROBLEMATIQUE

Le réseau routier comme un ensemble des routes interconnectées et entrecroisées entre elles permettant le passage des personnes et des marchandises constitue un secteur important dans une économie. Il participe et contribue efficacement au processus de création des richesses dans un pays.

Les routes comme secteur porteur de croissance dans une économie agit efficacement de par et d'autre sur le secteur agricole, sur le secteur de l'industrie manufacturière et sur le secteur des échanges en permettant l'acheminement de l'input agricole vers les zones agricoles, l'évacuation de l'output des zones productrices vers l'industrie manufacturière considérée comme le centre de transformation de celui-ci en produit fini ou semi fini(octroi de la valeur ajoutée) ainsi qu'en favorisant le démarrage du processus des échanges (naissance du commerce).

Pour le cas qui nous est sien, la réalité prouve le contraire, c'est-à-dire le réseau routier congolais accuse une incapacité qui ne lui permet pas de jouer convenablement son rôle. Concrètement, les routes en RDC ne constituent pas un réseau effectif parce qu'elles ne sont pas interconnectées, ne permettent pas l'intégration et même la liaison de l`arrière pays considérée comme la zone de production et les villes comme le centre de consommation. Cet état de choses prouve l'absence ou soit la faible participation du réseau routier dans le processus de création des richesses en RDC.

Malgré la faible production agricole qu'offrent les zones rurales d'arrière pays, les voies de desserte agricole sont à même incapables de permettre l'évacuation de cette production vers les centres de consommation (villes). Aussi, il se juge une incapacité pour ces routes de faire l'acheminement des moyens de production et des produits finis des villes vers les agriculteurs ruraux.

Cette situation montre l'impact jugé négatif du réseau routier congolais, très particulièrement celui des RING et des routes de desserte agricole sur, d'une part le secteur agricole et le secteur de l'industrie manufacturière et d'autre part, sur l'économie congolaise en général au moment où plusieurs études empiriques avaient prouvé la sensibilité qu'ont ces deux secteurs de promouvoir le démarrage du processus de croissance économique en RDC.2(*)

Notre préoccupation majeure se situe au niveau de la compréhension et de l'analyse de l'état des routes d'intérêt général et celles de desserte agricole considéré comme pièce maîtresse de la faible contribution de ce secteur dans le processus de création des richesses en RDC.

Cette préoccupation révèle en nous un certain nombre de questions telles que : comment est l'état du réseau routier congolais ? En quoi consiste l'importance des RING et des routes de desserte agricole dans l'économie congolaise ? Quelles sont les contraintes qui ne permettent pas ce secteur de contribuer efficacement au processus de création des richesses en RDC ?

Ce sont autant de questions que nous nous sommes posées dont les réponses se dévoileront tout au long de ce travail.

2. HYPOTHESES DE TRAVAIL

Avant tout pronostic, par les simples observations nous disons ceci :

Le réseau routier congolais ne contribue presqu'à rien dans le processus de création des richesses car il est détruit à 90% environ.3(*)

La quasi inexistence de politique de financement interne et l'existence des influences politiques dans la gestion sont autant de problèmes que connaisse le réseau routier congolais.

L'absence des politiques d'entretien et de suivi des travaux de construction et de réhabilitation amoindrie l'impact du réseau sur l'économie nationale.

3. OBJECTIF DU TRAVAIL

La présente étude a pour mission d'identifier les vraies contraintes/difficultés qui font à ce que les routes d'intérêt général et celles de desserte agricole ne puissent pas participer efficacement au processus de création des richesses en RDC afin de proposer des solutions éventuelles.

4. CHOIX ET INTERET DU SUJET

Pour atteindre sa mission, l'Etat congolais doit d'une manière ou d'une autre procéder à la création des richesses afin d'améliorer le bien-être de sa population.

De par son rôle et de son importance dans le processus de création des richesses dans un pays, le réseau routier revêt d'une importance capitale pour stimuler la croissance et de promouvoir le développement économique dans notre pays. C'est ce qui a fait l'objet de notre motivation à ce sujet combien si important pour une économie comme la notre.

5. DELIMITATION DU SUJET

Notre étude vise l'amélioration des conditions d'évacuation des produits agricoles des zones de production vers les centres de consommation ainsi que de l'intégration économique et territoriale dans le but de stimuler la croissance économique en RDC.

Il se fait qu'à dater de ce jour (2011), notre étude fait un recul de quatre ans (2007) afin d'être un peu proche de la réalité.

6. PLAN SOMMAIRE DE TRAVAIL

Avec une introduction et une conclusion, notre étude sera sanctionnée sur trois chapitres, à savoir :

Chapitre 1. Le réseau routier dans une économie

Chapitre 2. Généralités sur le réseau routier congolais

Chapitre 3. Quelles stratégies pour le réseau routier congolais ?

* 1 Direction et Correction du Professeur MUBAKE MUMEME Michel, Enseignant au département des Sciences Economiques, spécialité : Economie Publique.

* 2 Phrase tirée de l'intervention du Professeur MUBAKE Michel, cours de fluctuations et croissance économiques, UNIKIN/FASEG, 26 juillet 2011.

* 3 Document OVD, rôle des infrastructures routières dans l'intégration économique et territoriale, mai 2011, p.5.

sommaire suivant