WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La réhabilitation de la CEPGL comme solution à  la crise sécuritaire dans la région des grands lacs africains


par Giresse NGOIE KALOMBO
Université de Likasi - Licence 2013
  

sommaire suivant

« LA REHABILITATION DE LA CEPGL COMME SOLUTION A LA CRISE SECURITAIRE DANS LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAINS »

Introduction

Les pays dits de Grands Lacs Africains (Rwanda, Burundi et la République Démocratique du Congo) ont une histoire commune. La Belgique, ayant hérité les colonies Allemandes du Rwanda et du Burundi dans le cadre du système des mandats institué par la Société des Nations (SDN) à la suite du traité de paix de Versailles1(*). Elle avait pu reprendre une dizaine d'années plus tôt l'Etat Indépendant du Congo (EIC) du roi Léopold II et avait transformé son statut en celui de la colonie en 1908, intégrant graduellement la gestion de ces territoires. La Belgique y développa une sorte « d'Afrique Equatoriale Belge », dont le signe le plus évident fut l'intégration de la gestion politique et monétaire. L'assimilation était involontaire. Certains faits ont donc créé des mobilités transfrontalières notamment :

v La création des universités, surtout au Congo Belge (Lovanium, Université Libre du Congo, ...) recevant des étudiants des autres pays ;

v Les transmutations des fonctionnaires locaux d'un territoire à un autre ;

v La gestion des congrégations missionnaires suivant le même modèle.

Après les indépendances (République Démocratique du Congo : 30 juin 1960, le Burundi : 1èr juillet 1962 et le Rwanda : 2 Juillet 1962), plusieurs régimes se sont succédés dont certains ont été longs avec les mêmes caractéristiques dictatoriales. Pendant cette période, les relations sont bonnes entre Kigali, Kinshasa et Bujumbura. Cela aboutit à la création, en 1976, de la Communauté Economique des Pays des Grands Lacs (CEPGL) et la mise en route d'un document migratoire dit Laissez-passer CEPGL permettant aux habitants des 3 pays de circuler librement avec visa gratuit. Des projets naissent tels que la Société Internationale d'Electricité des Pays des Grands Lacs (SINELAC) en 1984 ; la Banque de Développement Economique des Pays des Grands Lacs (BDEGL), l'Institut de Recherche Agro Zootechnique (IRAZ), l'Energie des Grands Lacs (EGL) etc. ont accéléré l'intégration dans le cadre de la CEPGL.

La chute du mur de Berlin (1989) brise l'existence de Deux Blocs Est-ouest et met fin à la Guerre froide2(*). Dans les pays du Tiers monde et particulièrement dans ceux de Grands Lacs Africains naissent des tendances démocratiques avec l'instauration des multipartismes, des conférences nationales, des négociations avec l'opposition,...

La déstabilisation aiguë de la sous-région débute le 1èr octobre 1990, lorsque le Front Patriotique Rwandais (FPR) attaque le Rwanda à partir de l'Ouganda. Guerre à l'issue de laquelle il prend le pouvoir en Juillet 1994, après des accords politiques, des crimes dont un génocide3(*). Huit mois plus tôt, le processus démocratique avait tourné au drame au Burundi ; des dizaines des milliers des personnes sont mortes et le pays s'est engagé dans une guerre civile. A ce moment règnent des conflits tribaux dans les Kivu (phénomène Bangiti, Katuku...). Fin 1993, près de deux cent mille réfugiés Burundais et au milieu de 1994, plus d'un million des réfugiés Rwandais inondent la République Démocratique du Congo par le Kivu, qui vient à peine de s'engager dans une fragile pacification. C'est le début de l'extension, en cercles concentriques, des conflits dans la sous-région. La situation lente au Congo sera réchauffée et les guerres de libération sont déclenchées ranimant les multiples conflits tribaux qui sévissent dans le pays4(*).

La sous-région est alors en ébullition. Des milliers de jeunes sont recrutés soit par des bandes armées, soit par les armées régulières. Il y a une multitude des déplacés internes, des réfugiés, des familles sont séparées, les civiles sont surarmés, l'insécurité, la famine, la dégradation totale du tissu socioéconomique. Le développement est bloqué car il n'y en aura pas sans paix ni pain. Il faut réinstaurer la paix par la consolidation de l'autorité de l'Etat.

Pour les politiciens, et selon le principe qui stipule que « qui veut la paix prépare la guerre » il faut se défendre et attaquer. Ainsi, on se surarme. Des structurations idéologiques ont été faites pour endoctriner les jeunes et toute la population, non à aimer certains étrangers mais à les haïr davantage. Les grains de préjugés, des caricatures, stéréotype liés à la mauvaise gouvernance, à la corruption généralisées, au népotisme, et une misère profonde sont enracinées et développés. Des termes jadis utilisés en coulisses apparaissent et sont brandis en première pages, c'est entre autres le tribalisme l'ethnisme, l'xénophobie, l'ethnocentrisme, ... des valeurs jadis prouvées telles que la solidarité, l'hospitalité, le pardon, l'amour du prochain, la non-violence, ... et tant d'autre sont jugées négatives et donc se perdent progressivement. Désormais, il est encré dans le chef des gens et surtout dans l'opinion publique, consciemment ou inconsciemment, des attitudes qui n'ouvrent aucune voie à la communication ni à la compréhension entre les peuples tant à l'intérieur d'une société qu'entre les différentes sociétés ou peuples.

SECTION I. ORIGINES ET CAUSES DE L'INSECURITE DANS LA REGION DES GRANDS LACS AFRICAINS

1. LE PHENOMENE MIGRATOIRE ET LA COLONISATION

Les causes de l'instabilité et de la récurrence des conflits transfrontaliers dans la région des Grands Lacs sont à rechercher dans l'histoire immédiate et lointaine des peuples et des Etats qui la composent.

Le phénomène migratoire, volontaire ou forcé, est vraisemblablement au coeur des conflits qui sévissent dans la région. Tous les conflits de la région ont en commun la présence d'un peuple, largement considéré comme autochtone et majoritaire, ayant en face de lui une minorité installée, parfois de manière séculaire, sur un territoire commun partagé.

* 1 BECKER JJ., Le traité de Versailles, Paris, PUF, 2002, P.126.

* 2 DEMANET P., J'ai vécu le mur de Berlin, Paris, Bayard jeunesse, 2007, P.53.

* 3 SEHENE B., Le piège ethnique, paris, Dagorno, 1999, P.42.

* 4 REYTJENS F., La guerre des Grands lacs, Alliances mouvantes et conflits extraterritoriaux en Afrique centrale, Paris, l'Harmattan, Collection l'Afrique des grands lacs, 1999, PP.7-8.

sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie