pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Evolution de la schistosomiase dans le district sanitaire de Tougan de 1999 à 2003


par René Jean Firmin NAKOULMA
ENSP - Attaché de Santé en Epidémiologie 2004
Dans la categorie: Biologie et Médecine
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

MINISTERE DE LA SANTE BURKINA FASO

------------- .................

SECRETARIAT GENERAL Unité -- Progrès -- Justice

----------

ECOLE NATIONALE DE SANTE PUBLIQUE

« Dr COMLAN ALFRED. A .QUENUM »

----------

DIRECTION REGIONALE DE

OUAGADOUGOU

-----------

SERVICE DE FORMATION DES AGENTS

SPECIALISTES

----------

SECTION EPIDEMIOLOGIE

Evolution de la schistosomiase dans le district sanitaire de Tougan de 1999 à 2003

Présenté et soutenu publiquement le 22 Novembre 2004 par NAKOULMA RENE JEAN FIRMIN en vue de l'obtention du diplôme

d'Attaché de Santé en Epidémiologie.

Jury

Dr SOURABIE T. Seydou .......................................................Président

Chercheur IRSS/ Université de Ouagadougou

M. BADIEL Oumarou..............................................................Membre

Conseiller de Santé

Mme TIENDREBEOGO / Sam Hélène .......................................Membre

Conseiller de Santé

Dr COULIBALY Norbert........................................Directeur de mémoire

Médecin Epidémiologiste

M. SAWADOGO G . Justin.....................................Conseiller de mémoire

Conseiller de santé

ANNEE ACADEMIQUE 2003 - 2004

TABLE DES MATIERES

DEDICACE...................................................................................IV

REMERCIEMENTS ........................................................................V

LISTE DES ABREVIATIONS............................................................VII

LISTE DES TABLEAUX...................................................................IX

LISTE DES GRAPHIQUES.................................................................XI

LISTE DES CARTES........................................................................XI

LISTE DES IMAGES.......................................................................XII

LISTE DES ANNEXES................................................................... XII

RESUME DU MEMOIRE ..............................................................XIII

INTRODUCTION.............................................................................1

CHAPITRE I : PROBLEMATIQUE

1.1 Identification et exposé du problème........................................................3

1.2 Justification de l'étude..........................................................................5

1.3 Question de recherche...........................................................................5

1.4 Hypothèses de recherche.......................................................................5

1.5 But de l'étude.......................................................................................6

1.6 Objectifs de l'étude................................................................................6

1.6.1 objectif général...............................................................................6

1.6.2 Objectifs spécifiques.......................................................................6

CHAPITRE II : REVUE DE LA LITTERATURE ET CADRE CONCEPTUEL.

2.1 Revue de la littérature..........................................................................7

2.1.1 Définition des concepts ........................................................................7

2.1.2 Généralités sur la schistosomiase..........................................................9

2.1.2.1 Historique.....................................................................................9

2.1.2.2 Définition.....................................................................................10

2.1.2.3 Epidémiologie...............................................................................11

2.1.2.4 Clinique.......................................................................................15

2.1.3 La schistosomiase au Burkina Faso.....................................................18

2.1.3.1 Situation épidémiologique..................... ........................................18

2.1.3.2 Le Programme National de Lutte contre la Schistosomiase......................22 2.1.4 Les directives relatives à la schistosomiase............................................22

2.1.4.1 Présentation.................................................................................22

2.1.4.2 But de la surveillance.....................................................................23

2.1.4.3 Définition de cas recommandés.......................................................23

2.1.4.4 Répondre à une flambée suspecte.....................................................24

2.1.4.5 Répondre à une flambée confirmée...................................................24

2.1.4.6 Analyser et interpréter les données....................................................24

2.2 Cadre conceptuel................................................................................24

2.2.1 La distribution de la maladie..............................................................24

2.2.2 Evolution temporo -spatiale de la maladie.............................................25

CHAPITRE III: CADRE ET CHAMP DE L'ETUDE

3.1 Cadre de l'étude : le Burkina Faso..........................................................27

3.2 Champs de l'étude : le district sanitaire de Tougan....................................29

CHAPITREIV: METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE

4.1 Typologie de la recherche.....................................................................37

4.2 Population de l'étude............................................................................37

4.3 Echantillonnage / échantillon.................................................................37

4.4 Méthodes techniques et instruments de collecte........................................37

4.4.1 Méthode.........................................................................................37

4.4.2 Technique.......................................................................................37

4.4.3 Les instruments................................................................................37

4.5 Validation des instruments....................................................................38

4.5.1 méthode des juges.............................................................................38

4.6 Présentation du plan d'analyse..............................................................38

4.6.1 Analyse descriptive...........................................................................38

4.6.2 Analyse inférencielle........................................................................38

4.7. Identification des variables de l'étude.....................................................39

4.8 Limites de l'étude ................................................................................40

4.9 Méthodes de traitement des données......................................................40

4.10 Considérations éthiques........................................................................40

4.11 Déroulement de l'étude.......................................................................41

CHAPITRE V : RESULTATS

5.1 Présentation , analyse ..........................................................................42

5.1.1 Situation des cas de schistosomiase (urinaire et intestinale) diagnostiqués cliniquement de 1999 à 2003 dans les FS......................................................42

5.1.2 Situation des cas de schistosomiase par type diagnostiqué cliniquement dans les FS de 1999 à 2003.................................................................................45

5.1.3 Rôle et importance du laboratoire........................................................61

5.2 Discussion des résultats .......................................................................63

5.3 Synthèse des résultats...........................................................................70

CHAPITRE VI : RECOMMANDATIONS...........................................71

CONCLUSION........................................................................................72

BIBLIOGRAPHIE........................................................................73

ANNEXES

Annexe 1.................................................................................................. a

Annexe 2...................................................................................................b

Annexe 3...................................................................................................c

Annexe 4 ................................................................................................. d

Annexe 5...................................................................................................e

DEDICACES

Nous dédions ce travail à :

NAKOULMA Pegdewindé Donald (in memoriam)

Notre fils arraché à notre affection le 7 Février 2004. Tu nous as quitté au moment où nous nous initions à la recherche. Que la terre te soit légère.

Notre père NAKOULMA T. Laurent  et notre mère Marie Joseph

En témoignage de ma reconnaissance et de ma gratitude pour tous les sacrifices que vous vous êtes imposés pour moi. Soyez en remerciés.

Mes frères et soeurs. Merci pour les soutiens multiformes

Notre compagne  TOPAN Se Mathilde

Pour le soutien et la compréhension dont tu as fait preuve tout au long de notre formation. Que Dieu nous bénisse et nous garde longtemps en vie.

Tous ceux qui souffrent des séquelles de la schistosomiase

REMERCIEMENTS

Au terme de ce travail, nous tenons à exprimer nos remerciements à tous ceux qui nous ont soutenu techniquement, moralement ou matériellement tout au long de la formation.

Il s'agit particulièrement de :

· L'état Burkinabé

· Le directeur général de l'ENSP et son personnel

· L'équipe de direction de notre étude :

Docteur COULIBALI Norbert médecin épidémiologiste, notre directeur de mémoire. Malgré vos multiples occupations, vous avez accepté de nous encadrer et avez facilité notre étude. Votre rigueur au travail et l'humilité dont vous faites preuve a fait de vous un modèle. Que Dieu vous bénisse.

Monsieur SAWADOGO G. Justin conseiller de santé, notre conseiller de mémoire. Vous avez été pour nous un recours technique et moral dans la réalisation de ce travail. Toujours à l'écoute de nos sollicitudes, malgré votre charge de travail, soyez en remercié.

· Le chef de service des agents spécialistes.

· Tous les enseignants de la section épidémiologie.

· Au Docteur TOURE Seydou, coordonnateur du programme national de lutte contre la schistosomiase.

· A Monsieur KI Césaire au PNLSc. Merci pour les multiples soutiens et conseils.

· A l'ensemble du personnel du PNLSc. Merci pour la franche collaboration.

· Tous les étudiants de la deuxième promotion des Attachés de santé en épidémiologie.

· Au Docteur SENI Emmanuel, Directeur Régional de la Santé de la Boucle du Mouhoun. Merci, vous avez autorisé et faciliter l'enquête.

· Au Docteur MOYENGA Laurent, médecin chef du district sanitaire de Tougan. Profonde gratitude.

· A l'Equipe Cadre de District sanitaire de Tougan.

· A monsieur SESSOUMA N. Abdoulaye Attaché de santé spécialiste en Epidémiologie en service à la DPV. Sincères remerciements.

· Aux agents du service du CISSE : KABORE Joseph, SAWADOGO Mahamadi, OUEDRAOGO Thomas, PEPERGA Ali.

· Les Infirmiers Chef de Poste du district sanitaire de Tougan

· A monsieur COULIBALI Harouna, KABORE Aziza, Bandé Nassirou, respectivement en service au laboratoire du CMA de Tougan, au CM de Kiembara et au CM de Lanfiera. Merci, sans vous ce travail n'aboutirait pas.

· A tous les amis de Tougan. Grâce à vous nous avons passé un bon séjour pendant la période de collecte de données.

· Monsieur SANOU Sidiki Bades pour le soutien technique.

LISTE DES ABREVIATIONS

AA : Accoucheuse Auxiliaire

AIS : Agent Itinérant de Santé

AMVS : Autorité de Mise en Valeur de la Vallée du Sourou.

APE : Association des parents d'élèves.

CHR : Centre Hospitalier Régional

CHU : Centre Hospitalier Universitaire

CISSE : Centre d'Information Sanitaire et de Surveillance Epidémiologique.

CM : Centre Médical

CMA : Centre Médical avec Antenne chirurgicale.

CNRST : Centre National de Recherche Scientifique et Technique.

COGES : Comité de gestion

CSD : Conseil de Santé de district.

CSPS : Centre de Santé et de Promotion Sociale

DDL : Degré De Liberté

DEP : Direction des Etudes et de la Planification

GH : Gestionnaire des Hôpitaux

IDE : Infirmier Diplômé d'Etat

IEC : Information Education Communication.

INSD : Institut National de la Statistique et de la Démographie.

IST : Infection Sexuellement Transmissible

OCCGE : Organisation de Coordination et de Coopération pour la lutte contre les Grandes Endémies.

OMS : Organisation Mondiale de la Santé

PNLSc : Programme National de Lutte contre la Schistosomiase

TA : Technicien d'Assainissement.

TLOH : Télégramme Lettre Officielle Hebdomadaire.

TSL : Technicien Supérieur de Laboratoire.

LISTE DES TABLEAUX Pages

Tableau I : Situation de la schistosomiase au Burkina Faso selon les zones climatiques et les localités..................................................................19

Tableau II : Répartition des formations sanitaires du district sanitaire de Tougan par zone..............................................................................31

Tableau III : Situation de la population du district sanitaire de Tougan par formation sanitaire et par an ..............................................................32 

Tableau IV : Evolution des populations par zone de 1999 à 2003..............33

Tableau V : Récapitulatif des principales affections de la population en 2003...........................................................................................34

Tableau VI : Situation du personnel dans le district sanitaire de Tougan......35

Tableau VII : Formations sanitaires remplissant les normes minimales en personnel dans le district par zone et par an.............................................36

Tableau VIII : Evolutions des indicateurs sanitaires du district sanitaire de Tougan de 1999 à 2003.....................................................................36

Tableau IX : Liste des variables de l'étude........................................39

Tableau X : Répartition par zone des cas cliniques de schistosomiase enregistrés dans le district sanitaire de Tougan de 1999 à 2003......................44

Tableau XI : Répartition par tranches d'âge des cas de schistosomiase enregistrés dans le district de Tougan de 1999 à 2003..................................44

Tableau XII : Incidence de la schistosomiase urinaire pour 1000 habitants par an et par zone dans le district sanitaire de Tougan de 1999 à 2003...................45

Tableau XIII : Répartition des cas de schistosomiase urinaire par tranches d'âges dans le district sanitaire de Tougan..............................................46

Tableau XIV : Répartition des cas de schistosomiase urinaire selon le mois et l'année........................................................................................47

Tableau XV: Proportion des cas de schistosomiase parmi les nouveaux consultants....................................................................................50

Tableau N°XVI : Proportion des cas de schistosomiase urinaire parmi les nouvelles consultations....................................................................51

Tableau N°XVII : Incidences annuelles de la schistosomiase urinaire par FS dans le district sanitaire de Tougan de 1999 à 2003 ( cas pour1000 habitants année) .........................................................................................53

Tableau N°XVIII : Incidence de la schistosomiase intestinale pour 1000 habitants par an et par zone dans le district sanitaire de Tougan, de 1999 à 2003...........................................................................................58

Tableau N°XIX : Répartition des cas de schistosomiase intestinale par tranches d'âges dans le district sanitaire de Tougan, de 1999 à 2003.................59

Tableau N°XX : Cas confirmés de schistosomiase haematobium par an et selon le laboratoire..........................................................................61

Tableau N°XXI : Proportion des cas de schistosoma haematobium parmi les examens d'urine par laboratoire...........................................................62

Tableau N° XXII : Synthèse des résultats de l'étude......................... 70

LISTE DES GRAPHIQUES

Pages

Graphique N°1: Evolution des cas de schistosomiase de 1999 à 2003 dans le district sanitaire de Tougan.................................................................43

Graphique N°2 : Evolution des proportions de cas de schistosomiase par mois de 1999 à 2003.........................................................................48

Graphique N°3 : corrélation entre l'incidence de la schistosomiase sanitaire et l'année.....................................................................................49

Graphique N°4 : Evolution comparative de l'incidence de la schistosomiase selon le type diagnostiqué cliniquement de au cours des cinq ans....................60

LISTE DES CARTES

Carte N° 1 : Répartition géographique de la schistosomiase au niveau mondial.......................................................................................11

Carte N°2 : Incidence de la schistosomiase urinaire pour 1000 par Formation sanitaire et par an.......................................................................... 55

LISTE DES IMAGES Pages

Image N° 1 : OEuf de schistosoma haematobium...................................12

Image N° 2 : OEuf de schistosoma mansoni........................................12

Image N° 3 : Schéma du cycle évolutif de la schistosomiase....................14

LISTE DES ANNEXES

Annexe n° 1 : Canevas d'analyse documentaire des cas de schistosomiase notifié dans les formations sanitaires du district..........................................a

Annexe n° 2 : Canevas d'analyse documentaire des cas de schistosomiase diagnostiqués au laboratoire.................................................................b

Annexe n° 3 : Chronogramme de réalisation de l'étude............................c

Annexe n° 4 : Demande d'autorisation d'enquête ..................................d

Annexe n° 5 : Autorisation d'enquête.................................................e

RESUME

Dans le but de décrire l'évolution de la bilharziose dans le district sanitaire de Tougan de 1999 à 2003, 1296 rapports mensuels d'activités et 9 registres de laboratoire ont été exploités.

L'analyse des données a permis d'obtenir les principaux résultats suivants :

· 1369 cas de Schistosomiase notifiés par les formations sanitaires au cours de cette période dont 97,52% pour la forme urinaire et 2,48% pour la forme intestinale.

· Une augmentation moyenne de 2,34% des cas notifiés par an

· 94,8% des cas de bilharziose touchent les sujets de 15 ans et plus avec une

prédominance chez les hommes (72%).

· Une évolution à la hausse de l'incidence de la schistosomiase urinaire.

· Une faible proportion des cas de schistosomiase confirmés au laboratoire (18,77%).

Enfin, des recommandations ont été formulées dont les principales sont les suivantes : l'intégration de la schistosomiase dans les activités de supervision des

Formations sanitaires du district, l'élaboration et la mise à la disposition des laboratoires de supports permettant de consigner le nombre d'échantillons soumis au diagnostique de la schistosomiase, l'instauration du système de surveillance basé sur les cas pour la schistosomiase intestinale, l'élaboration de nouveaux plans de lutte contre la schistosomiase dans les formations sanitaires les plus touchées.

La schistosomiase est l'une des plus anciennes endémies de notre planète. Sur le plan socio-économique et santé publique, elle vient en seconde position après le paludisme dans les régions tropicales. Selon l'OMS, les formes humaines de la schistosomiase affectent 200 millions de personnes dans 74 pays dans le monde. Le comité OMS d'experts de la lutte contre la schistosomiase a adopté une stratégie mondiale de réduction de la morbidité due à cette maladie en 1998. [8]

Au Burkina Faso, la prévalence globale estimée à travers diverses enquêtes est d'environ de 30%, avec une distribution très accentuée autour des barrages et hydro-aménagements. [6] Selon l'annuaire statistique du ministère de la santé, les bilharzioses urinaires et intestinales représentaient respectivement 0,36% et 0,10% des motifs de consultation en 2001; 0,26 % et 0,07 % en 2002 dans les structures sanitaires périphériques. Peu dépistée par le système usuel de santé, l'importance de cette pathologie est perçue à plus d'un titre par les autorités sanitaires du Burkina. Non seulement elle figure dans la liste des maladies d'intérêt spécial en santé publique, mais la création d'un programme national de lutte contre la schistosomiase en est une illustration. Le district sanitaire de Tougan fait partie des zones à haut risque, cela s'explique par le fait qu'il abrite un aménagement hydro agricole: la vallée du Sourou. Le contrôle de cette parasitose, passe par une meilleure connaissance des données épidémiologiques dans ce district. Dans cette optique, nous comptons aborder la question, selon le plan suivant:

· Chapitre I  : Problématique

· Chapitre II  : Revue de la littérature et cadre conceptuel

· Chapitre III : Cadre de l'étude

· Chapitre IV   : Méthodologie

· Chapitre V   : Résultats

- Présentation, analyse

- Discussion des résultats

- Synthèse des résultats

· Chapitre VI : Recommandations

· Conclusion

DEFINITION DU PROBLEME

1.1 Identification et exposé du problème

Le Burkina Faso, à l'instar des autres pays de la région africaine de l'OMS a adopté la stratégie de surveillance intégrée de la maladie. Dix-neuf (19) maladies prioritaires ont donc été identifiées et classées en quatre groupes:

· Les maladies à potentiel épidémique qui comprennent la méningite, la fièvre

jaune, la rougeole, le choléra, la shigellose.

· Les maladies à éradiquer composées de la poliomyélite et de la dracunculose.

· Les maladies à éliminer à savoir le tétanos néonatal, la filariose lymphatique,

la lèpre.

· Les maladies d'intérêt en santé publique composées des infections

respiratoires aiguës, du sida, du paludisme, de l'onchocercose, des infections sexuellement transmissibles, de la trypanosomiase, de la tuberculose, de la coqueluche et de la schistosomiase.

Ces maladies, selon les recommandations du Guide technique pour la surveillance intégrée de la maladie et la riposte, doivent bénéficier d'un suivi rigoureux à tous les niveaux du système de santé.

Au niveau du district sanitaire de Tougan, l'amélioration de la surveillance épidémiologique a motivé la mise en oeuvre de stratégies, au nombre desquelles on peut citer :

· La formation des membres de l'équipe cadre en gestion de district

Le renforcement du Centre d'Information Sanitaire et de Surveillance Epidémiologique (CISSE) en personnel qualifié l'équipement du CISSE en matériel logistique (ordinateur, moto) et en supports de collecte de données.

· La formation des prestataires en surveillance épidémiologique.

· La supervision des agents de santé.

La réalisation de ces activités a permis de renforcer le système d'alerte précoce. Les taux de promptitude et de complétude des TLOH étaient respectivement de 98% et de 100% en 2003. Pour le système de collecte de routine (rapports mensuels d'activité), ces taux étaient de 100%.

Ces efforts remarquables ne doivent pas cacher les insuffisances observées dans l'analyse des données collectées. Ainsi, en dehors des maladies à potentiel épidémique, les données concernant les autres problèmes de santé ne sont pas bien suivies. Parmi ceux-ci figure la schistosomiase, dont l'ampleur en terme de morbidité est peu perçue. C'est une maladie à évolution insidieuse qui expose les personnes atteintes à des complications irréversibles. Des études ont été menées sur cette parasitose dans le district, mais elles ont concerné la zone de la vallée du Sourou. En 1997, une enquête commanditée par l'autorité de mise en valeur de la vallée du Sourou (AMVS) a donné les résultats suivants:

· Une prévalence de la bilharziose génito-urinaire à 32% dans la population

autochtone, 23% en milieu scolaire, 6% au sein de la population migrante et 3 cas isolés de bilharziose intestinale au sein de la même population.[16]

En 2002, les prévalences dans deux villages de la vallée du Sourou étaient de 51,85% à Niassan et de 51,56% à Di. [17] La distribution et les tendances de la maladie à l'échelle du district ne sont pas connues. Il est probable que la fréquence de la maladie dans les autres régions du district soit aussi importante que celle de la vallée. Ce constat nous interpelle à plus d'un titre. Aussi, nous voulons apporter notre modeste contribution à la connaissance de la distribution de la maladie dans le district de Tougan.

1.2 JUSTIFICATION DE L'ETUDE

· Les aménagements hydroagricoles favorisent le développement des

maladies hydriques, au nombre desquelles figurent la bilharziose. Le district de Tougan abrite la vallée du Sourou, d'où la nécessité d'assurer une surveillance permanente de cette maladie. Une meilleure connaissance de la distribution de la schistosomiase dans le district permettra de mieux cibler les interventions de lutte contre cette maladie.

· Par cette étude, nous voulons mettre à profit notre formation d'Attaché de santé

en épidémiologie pour contribuer à la lutte contre la schistosomiase au Burkina Faso.

1.3 QUESTION DE RECHERCHE

Quelle est l'évolution de la schistosomiase dans le district sanitaire de Tougan de 1999 à 2003 ?

1.4 HYPOTHESES DE RECHERCHE

· L'incidence de la maladie augmente d'une année à l'autre. Cette hausse serait

consécutive aux interventions sanitaires dont bénéficie le district.

· L'incidence de la maladie est uniforme dans le district sanitaire de Tougan. Les

mouvements de population, la similitude dans le comportement des habitants de la zone pourraient expliquer cet état de fait.

1.5 BUT DE L'ETUDE

Contribuer à l'amélioration de la surveillance épidémiologique de la bilharziose dans le district sanitaire de Tougan.

1.6 OBJECTIFS DE L'ETUDE

1.6.1 OBJECTIF GENERAL

Décrire l'évolution des cas de schistosomiase enregistrés dans le district sanitaire de Tougan de 1999 à 2003.

1.6.2 OBJECTIFS SPECIFIQUES

1. Décrire la distribution de la bilharziose dans le district sanitaire de Tougan.

2. Mesurer l'implication du laboratoire dans la lutte contre la bilharziose

3. Réaliser une cartographie de la bilharziose dans le district sanitaire de Tougan.

4. Formuler des recommandations pour l'amélioration de la surveillance de la maladie et de la lutte contre la maladie dans le district.

2.1 Revue de la littérature

Notre revue de la littérature s'articulera autour des points suivants: la définition de quelques concepts et les généralités sur la schistosomiase.

2.1.1 Définition des concepts

a )Surveillance épidémiologique:

Selon A.D Langmuir c'est un processus de collecte, de compilation et d'analyse des données, ainsi que leur diffusion à l'ensemble de ceux qui ont besoin d'être informés. Cette définition appelle trois commentaires:

- La surveillance épidémiologique est un processus continu et systématique; elle

peut être opposée aux enquêtes, plus ponctuelles.

- La rapidité du traitement de l'information et de la diffusion des résultats est

indispensable au bon fonctionnement d'un système de surveillance épidémiologique moderne.

- La finalité du système de surveillance est de fournir des informations servant

plus au moins directement à la prise de mesures de prévention ou de contrôle d'un problème de santé publique.

Pour le Docteur JEAN Kostrzewski, épidémiologiste Polonais, "la surveillance, c'est de l'information appelant l'action". [2]

b) Proportion:

C'est un rapport dont le numérateur fait partie du dénominateur. Tous deux étant mesurés simultanément. Une proportion est de la forme: [2]

x

* 100

x + y

c) Incidence:

C'est un indicateur dynamique de morbidité. C'est un taux qui prend en compte la vitesse de survenue de la maladie dans une population. Au numérateur de l'incidence figurent le nombre de nouveaux cas d'une maladie apparus pendant une période de temps donné. Selon la période de temps considérée, on distingue plusieurs façons de calculer l'incidence.

· Incidence cumulée

L'incidence cumulée est le rapport du nombre de nouveaux cas d'une maladie survenue pendant une période de temps déterminée divisée par la population à risque de développer la maladie pendant cette période. Certains utilisent simplement le terme d'incidence pour l'incidence cumulée.

- L'incidence cumulée s'exprime sous forme d'un chiffre compris entre 0 et 1ou

Pourcentage : x cas pour cent (ou pour 1000, 10000, etc.) personnes pendant la période.

- La période d'étude est en général une période de temps systématique. Le choix

de la période dépend de la dynamique générale de la maladie. On calcule des incidences cumulées annuelles, mensuelles, hebdomadaires, ou même journalières dans certains cas.

- L'incidence cumulée de la maladie, est calculée sur une population. Elle est

équivalente au risque moyen de contracter la maladie pendant la période étudiée pour un individu quelconque de cette population.

L'incidence cumulée est le taux d'attaque en période d'épidémie.

· Taux d'incidence ou densité d'incidence

Lorsque la population est très instable (nombreuses arrivées et départs) ou lorsqu'il existe de nombreux perdus de vue pendant la période d'étude, le dénominateur utilisé pour l'incidence cumulé est impropre. Il est nécessaire de tenir compte des variations intermédiaires de ce dénominateur. On utilise alors le concept de personnes - temps. On divise la période d'étude en sous périodes pour lesquelles on dispose de données démographiques sur la population suivie.[5]

d) Fréquence

C'est le nombre de fois qu'un phénomène a été ou est observable pendant une unité de temps. Un phénomène est périodique si les caractéristiques observées se reproduisent à l'identique pendant des durées égales consécutives.[21]

2.1.2 Généralités sur la schistosomiase

2.1.2.1 Historique[9]

Des oeufs de Schistosoma haematobium ont été retrouvés dans une momie

égyptienne de la 20è dynastie (plus de 1000 ans avant JESUS - Christ).

En 1851, THEODOR BILHARZ découvre le parasite à l'école de médecine du CAIRE, fait part à SIEBOLD en Allemagne de la découverte de Distoma haematobia dans les veines mésentériques d'un malade de la région du Caire. Quelque temps après, il démontre que ces vers dont les oeufs possèdent un éperon terminal sont à l'origine de l'hématurie d'un paysan. Par ailleurs, il considère que les oeufs à éperon latéral mis en évidence dans les selles de malade sont issus d'une autre forme de même parasite nommé plus tard Bilharzia heamatobia par COBBOLD en 1859. A la même époque, HARLEY et COBBOLD émettent l'hypothèse qu'un mollusque est l'hôte intermédiaire et que la peau en est la porte d'entrée.

LOOS conteste la phase de développement malacologique. En 1893 MANSON pense qu'il existe deux espèces de schistosome :

· L'une dont les oeufs sont à éperon latéral

· L'autre dont les oeufs sont à éperon terminal.

En 1902 il repose la même hypothèse. En 1907, SABON pense comme MANSON qu'il existe deux espèces et désigne la deuxième sous le nom de Schistosoma mansoni. Cette thèse est une fois de plus contestée par LOOS, car selon lui, les oeufs à éperon latéral ne sont que des oeufs pathologiques de Schistosoma haematobium.

Il faudra attendre les travaux de TURNER et NAYSALAND pour confirmer les conclusions de SAMBON. Ils trouvent que les femelles porteuses d'oeufs à éperon latéral sont exclusivement situées dans le canal juguécophore comme chez Schistosoma haematobium.

Les travaux de LEIPER entre 1915 et 1918 donneront la preuve définitive de l'existence de ces deux espèces. Cet auteur montre :

· Que les deux espèces sont morphologiquement distinctes

· Que l'infection se fait par voie transcutanée

· Enfin, que chaque espèce évolue chez un hôte intermédiaire.

Les travaux les plus nombreux sont ceux qui ont été conduits en Egypte, en Extrême Orient et en Amérique Centrale et principalement au Mexique. Ceux menés en Afrique de l'Ouest sont bien moins nombreux.

2.1.2.2 Définition

Selon le professeur Pierre Aubry, les schistosomiases sont des maladies parasitaires dues à des vers plats (schistosomes ou bilharzies). La transmission est essentiellement urinaire ou fécale, faisant intervenir des hôtes intermédiaires qui sont des mollusques d'eau douce. La symptomatologie de ces pathologies est le reflet des lésions provoquées par la migration ou l'embolisation des oeufs. Elles sont en extension directement liées au développement agricole et à l'augmentation des réseaux d'irrigation.

Carte N° 1 : Répartition géographique de la schistosomiase au niveau mondial (zones hyper endémiques) [22]

2.1.2.3 Epidémiologie

a) Agents pathogènes : Schistosomes ou Bilharzies

Le professeur Pierre Aubry soutient qu'il existe trois groupes :

· Le groupe mansoni qui comprend : Schistosoma mansoni, agent de la

bilharziose intestinale;

· Le groupe haematobium composé de : Schistosoma haematobium, agent de la

schistosomiase urinaire et schistosoma intercalatum, agent de la bilharziose rectosigmoïdienne;

· Le groupe japonicum regroupe : Schistosoma japonicum, agent de la bilharziose

artério-veineuse et Schistosoma mekongi.

Image N° 1 : Oeuf de Schistosome haematobium [22]

On le distingue de celui du Schistosoma mansoni par son éperon terminal (et non latéral).

Image N° 2 : Oeuf de Schistosome mansoni [22]

On le reconnaît par sa localisation (selles) et son éperon latéral. Les autres schistosomes intestinaux (intercalatum et japonicum) ont par contre un éperon terminal comme le S.hæmatobium

Selon l'OMS, sur les dix-neuf espèces de schistosome actuellement connues , cinq sont principalement des parasites de l'homme, à savoir Schistosoma mansoni, Schistosoma haematobium, Schistosoma intercalatum, Schistosoma japonicum et Schistosoma mekongi. D'autres espèces ne parasitent l'homme que de façon occasionnelle. Les 19 espèces identifiées peuvent être subdivisées en quatre groupes, ceux de S. haematobium, de S. mansoni, de S. indicum et de S. japonicum. [6]

b) Cycle parasitaire

Il y a deux phases de multiplication des parasites. [6]

· La phase sexuée chez l'hôte définitif : l'homme parasité

Après avoir pénétré par voie transcutanée, les furcocercaires migrent par voie circulatoire, gagnent le territoire mésentérique inférieur et deviennent des adultes (mâles et femelles). Les femelles pondent des oeufs (des milliers d'oeufs par jour) dans les veinules des organes profonds, les oeufs migrent à travers la paroi d'un organe creux (vessie, intestin) pour être éliminés avec les excréta.

Certains oeufs sont bloqués et ne peuvent pas être expulsés : cette migration inachevée entraîne la bilharziose urinaire et ou intestinale.

Les oeufs peuvent migrer à contre courant et rester séquestrés dans les différents viscères dont le foie. Cette migration aberrante rend compte de la bilharziose hépatique.

· La phase asexuée chez l'hôte intermédiaire : les mollusques d'eau douce.

Les oeufs éliminés ne peuvent poursuivre leur évolution que dans l'eau douce. Ils libèrent les embryons ou miracidiums qui pénètrent les mollusques, hôtes intermédiaires. Les miracidiums survivent dix-huit heures dans l'eau douce. Trois semaines à deux mois après la pénétration des miracidiums, les larves quittent les mollusques, nagent à la surface des eaux à la recherche des hôtes définitifs (hommes ou animaux) qu'elles pénètrent par voie transcutanée.

c) Réservoir de virus

Schistosoma haematobium est un parasite strictement humain. Les autres espèces sont des zoonoses. Schistosoma mansoni a été retrouvé chez les mammifères que sont les primates les bétails et les rongeurs. En pratique, l'homme est le réservoir de virus essentiel.

d) Hôtes intermédiaires

Les hôtes intermédiaires des Schistosomes sont des gastéropodes d'eau douce, aquatiques ou amphibies. Les espèces aquatiques du genre Bulinus transmettent Schistosoma haematobium et celles du genre Biomphalaria, Schistosoma mansoni; les espèces amphibiennes du genre Oncomelania transmettent les Schistosomes du groupe S. japonicum, tandis que les gastéropodes du genre Neotricula (famille des hydrobiidés) transmettent S.mekongi.

Image N°3 : Schéma du cycle évolutif de la schistosomiase [22]

2.1.2.4 Clinique[6]

L'étude clinique concernera Schistosoma haematobium et schistosoma mansoni. Trois phases correspondent aux différents stades évolutifs des parasites chez l'homme.

a) Phase initiale de contamination ou d'infection cercarienne

Elle est essentiellement cutanée, caractérisée par un prurit, une réaction urticarienne localisée. Cette réaction est le plus souvent inapparente pour S. haematobium ou fugace (un à deux jours) pour S. mansoni.

b) Phase d'invasion ou de dissémination larvaire

Après une période muette de deux à dix semaines suivant la contamination surviennent des manifestations immuno-allergiques :

· Fièvre (supérieure à 38°C)

· Signes cutanés à type de prurit, urticaire, oedèmes.

· Douleurs (myalgies, arthralgies)

· Toux, parfois dyspnée asthmatiforme

· Douleurs abdominales, diarrhée

· Céphalées.

c) Phase d'état ou de focalisation viscérale

Elle survient plusieurs mois après le bain infectant, les signes cliniques sont en rapport avec le schistosome en cause.

· Bilharziose urinaire ( S. haematobium )

Elle se manifeste par :

ü Une hématurie d'origine vésicale : terminale, capricieuse, spontanée, répétée, indolore.

ü Une dysurie

ü Une infection urinaire

ü Une crise de colique néphrétique

· Bilharziose intestinale (S. mansoni)

Elle se traduit par des douleurs abdominales et un syndrome diarrhéique ou dysentérique avec parfois rectorragies.

d) Techniques de diagnostic

A des fins de santé publique, le diagnostic doit faire appel à une technique simple, n'exigeant aucune manipulation délicate et praticable avec des fournitures et du matériel faciles à se procurer.[7] Le diagnostic de la schistosomiase peut se faire par des techniques immunologiques (détection d'anti-corps), des techniques parasitologiques :

· Recherche d'oeufs dans les urines par filtration pour la bilharziose urinaire

· Recherche d'oeufs dans les selles pour la bilharziose intestinale.

Des techniques indirectes, à savoir l'observation d'une hématurie macroscopique est une technique simple et fiable pour affirmer une infestation à Schistosoma haematobium. Il y a également la mise en évidence d'une hématurie microscopique, au moyen de bandelettes réactives.

e) Le traitement

Les médicaments recommandés par l'OMS dans le cadre du traitement de la bilharziose sont au nombre de trois : le praziquantel, l'oxaminiquine et le métrifonate. Le praziquantel est efficace contre toutes les formes de schistosomiase et ne présente que peu d'effets secondaires passagers. C'est le médicament retenu dans le cadre de la lutte contre la schistosomiase par le PNLSc.

f) Les complications

Des complications surviennent au stade tardif de la maladie après plusieurs années d'évolution. Elles concernent principalement :

· La vessie : cystites, surinfections bactériennes, risque de cancérisation mais sans métastase.

· L'uretère : calcifications, surinfections

· Les organes génitaux : hémospermie, épididymite, éjaculation douloureuse chez l'homme ; ulcérations du col utérin et du vagin, métrorragies, avortements, stérilité.

· Le foie : hépatomégalie, hypertension portale.

Une étude réalisée en milieu hospitalier à Kara en république du Togo a révélé 11.35% de complications liées à la schistosomiase chez les hospitalisés. Ces complications sont essentiellement : l'anémie, l'ictère, l'encéphalite, l'hypertension portale, des crises convulsives et le syndrome néphrotique. [18]

g) La prophylaxie

· Générale  se traduit par :

ü la lutte antimollusque, hôte intermédiaire de la schistosomiase.

ü Le dépistage et le traitement des populations atteintes en zones d'endémie.

ü La lutte contre le péril fécal

ü L'éducation sanitaire

· Individuelle : éviter les bains en eau douce en région d'endémie.

2.1.3 La schistosomiase au Burkina Faso

2.1.3.1 Situation épidémiologique

Les premiers travaux sur la schistosomiase ont été entrepris dans les régions de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso dans les années 1955 à 1960. A partir de 1960, les équipes de l'OCCGE, du Ministère de la santé, de l'université de Ouagadougou, du Centre National de la recherche Scientifique et Technique, de l'Ecole Inter-Etats des Ingénieurs de l'Equipement Rural ont mené des travaux souvent en rapport avec les aménagements hydrauliques.

Une revue de la littérature réalisée par PODA et collaborateurs (1997) permet de noter les prévalences de la schistosomiase selon les trois zones climatiques du pays: [15]

a) Zone sahélienne, située au nord du 14eme parallèle avec une pluviométrie inférieure à 650 mm couvre la région de Dori

· Bilharziose urinaire : 5 à 85%

· Bilharziose intestinale : 0%

b) Zone nord - soudanienne ou soudano - sahélienne, située entre les parallèles 14° et 11° 30 à pluviométrie comprise entre 650 mm et 1000 mm.

· Bilharziose urinaire : 5 à 85 %

· Bilharziose intestinale : 0 à 8%

c) Zone sud - soudanienne située au sud du parallèle 11°30'.

· Bilharziose urinaire : 1 à 86 %

· Bilharziose intestinale : 0 à 79%

De cette étude PODA et collaborateurs notent un certain nombre de points quant à la distribution de la schistosomiase au Burkina Faso:

1. Une forte prévalence de la bilharziose urinaire autour des mares du nord du

pays (B. truncatus étant le principal hôte intermédiaire)

2. Une multiplicité des hôtes intermédiaires dans la zone nord soudanienne avec

l'apparition de Biomphalaria pfeifferi, hôte intermédiaire de la schistosomiase intestinale.

3. Un renforcement de la bilharziose urinaire dans la zone nord soudanienne lié à

la multiplicité des mares temporaires avec B senegalensis.

4. Une prédominance de Schistosoma mansoni sur Schistosoma haematobium à

certains endroits de la zone sud - soudanienne due à une présence très importante de B pfeifferi qui infeste 30% des mares de cette zone.

5. Un accroissement important des cultures de contre saison et des cultures

irriguées qui pourraient favoriser l'augmentation de la prévalence déjà constatée.

Tableau N° I: Situation de la schistosomiase au Burkina Faso selon les zones climatiques et les localités.

Zone climatique

Localité

S.hematobium

S. mansoni

Année de l'étude

Prévalence

Méthode

Prévalence

Méthode

 

Sahélienne

Dori

Arbinba

Sebba

80%

93%

58%

Centrifu-

gation

-

-

1952

Dori

Gorom

Djibo

Markoye

Tassamakat

57%

84%

90%

95%

100%

Filtra-

tion

-

-

1979

Bogandé

Mani

Thion

62%

82%

100%

Filtra-

tion

-

-

1980

Yatenga

43.5%

Filtra-

tion

-

-

1985

Bam

34.3%

Filtra-

tion

-

-

1985

Naoka

Damesma

Louda

32.75%

13.5%

10%

Filtra-

tion

-

-

1983

Sahélo- soudanienne

Ouagadougou

9.5- 36.5%

Filtra-

tion

-

-

 

Kombissiri

1978

 

Daguilma

Ziniaré

Tanguiga

85%

9.5-36.6%

55.4

Filtra-

tion

-

-

1990

1978

1990

Bagré

35%

36.7

Filtra-

tion

-

-

1978

1992

Dédougou

Tougan

Souma

51%

7%

29%

Centrifu-

gation

-

-

1960

Vallée du Sourou

19%

32%

52.9%

Filtra-

tion

3 cas

3.22%

Kato-Katz

1980

1980

1999

Fada

Mahadaga

Namounou

Tambaga

Diapaga

52%

98%

52%

34%

70%

Filtra-

tion

0.6%

Kato-Katz

1973

1973

1973

1973

1981

yayo

55.3%

Filtra-

tion

69.3%

Richtie

1999

Soudanienne

Yaran

80%

68%

Filtra-

tion

40%

0.94%

Kato-katz

1974

1999

Bobo- Dioulasso

1 à 98%

Filtra-

tion

1 à 51%

Kato-katz

1977

Dafiguisso

Dafinso

-

 

64.4%

44.7%

Kato-katz

1982

Kampti

70%

Filtra-

tion

19%

Kato-katz

1974

Source: Programme national de schistosomiase 2003

Une enquête réalisée en 1984 par les chercheurs du département "Santé et Développement" de l'université de Bordeaux II, du CEGET - CNRST (France) et du CNRST (Burkina Faso) montre que dans la région de Kongoussi il semble exister un gradient d'infestation dont l'intensité croit en fonction de l'éloignement du lac Bam. Il apparaît aussi que l'infestation se diffuse d'autant plus vite au sein de la population que celle-ci n'a pas de puits pérennes à margelle à sa disposition. D'une façon générale, les éleveurs sont plus touchés que les cultivateurs.[10]

Une étude réalisée dans deux villages de la province de l'Oubritenga en 1987 a estimé la prévalence de la bilharziose urinaire à 55.4% à Tanguiga et 85% à Dalguilma, chez les enfants de cinq à dix-sept ans. [8]

En 1962, Mac Mullen et Francotte estimaient q'au Burkina Faso, 1.5 millions de personnes auraient contracté la bilharziose. [20]

De la synthèse des études déjà réalisées, on note qu'au Burkina Faso il existe deux formes de schistosomiase : la bilharziose urinaire à Schistosoma hematobium et la bilharziose intestinale due à Schistosoma mansoni.

2.1.3.2 Le Programme National de Lutte contre la Schistosomiase

Afin de mieux combattre la bilharziose, les autorités sanitaires du Burkina Faso ont mis sur place un Programme National de Lutte, dont la mise en oeuvre proprement dite est intervenue courant 2004.

a) Objectif général du Programme

Réduire de façon significative la morbidité due aux schistosomoses dans l'ensemble du pays ainsi que leurs conséquences socio-économiques, en particulier chez les enfants de moins de 15 ans.

Cet objectif visera aussi à réduire le développement des complications additionnelles de la morbidité chez les adultes.

b) Objectifs spécifiques

· Réaliser une cartographie nationale des bilharzioses urinaire et intestinale d'ici

début 2004 en utilisant les données du système de santé et celles des organismes de recherche.

· Amener 80% des structures sanitaires de base à améliorer leurs capacités de

dépistage et de traitement de la bilharziose urinaire et intestinale en quatre ans.

· Augmenter les taux de prise en charge de la bilharziose urinaire et intestinale

d'au moins 75% en quatre ans.

· Améliorer à moyen terme les connaissances, attitudes et pratiques des

populations envers la schistosomiase.

· Réduire la transmission de la schistosomiase au bout des quatre années du

projet.

· Développer l'aptitude des responsables des formations sanitaires à la gestion

Autonome.

· Développer le réseau d'information et d'échanges en utilisant les techniques

modernes de télécommunication (Internet).

c) Stratégies du Programme

Pour atteindre ses objectifs, le PNLSc a inscrit au nombre de ses stratégies:

· L'évaluation du degré d'endémicité au niveau d'une zone.

· Le traitement et le choix de la distribution communautaire du praziquantel.

· L'éducation pour la santé.

· Les stratégies complémentaires composées essentiellement de l'assainissement

du milieu et de la promotion de l'approvisionnement en eau potable.

· La supervision et l'évaluation.

· L'intégration du programme dans les activités de routine des services de santé

et garantie de durabilité.

2.1.4 Les directives relatives à la schistosomiase. [4]

Selon le guide technique de la surveillance intégrée de la maladie et la riposte au Burkina Faso, les directives relatives à la schistosomiase se présentent comme suit:

2.1.4.1 Présentation

Infection parasitaire très répandue dans le monde surtout dans les zones tropicales, la bilharziose ou schistosomose ou encore schistosomiase constitue aujourd'hui la deuxième affection liée à l'eau après le paludisme de par leur ampleur. C'est une maladie chronique insidieuse, peu reconnue à ses stades précoces qui touche les systèmes urinaire et hépato-digestif. Ses répercussions sanitaires et socio-économiques sont importantes car touchant les hommes et les femmes pendant leurs années les plus productives. Elles exposent à une morbidité grave qu'induisent les oeufs des vers adultes qui restent séquestrés dans les tissus de leurs hôtes. Les complications de la bilharziose constituent toute la gravité de cette affection. Parmi ces complications, on peut noter le cancer de la vessie.

Au Burkina Faso la morbidité de la schistosomiase est voilée par d'autres problèmes de santé. La multiplication des aménagements hydroagricoles constitue un facteur de risque. Le Burkina Faso a mis en place de nouvelles stratégies de lutte contre cette affection à travers la création d'un programme.

2.1.4.2. But de la surveillance

a) Détecter et répondre aux flambées épidémiques

b) Identifier les zones à haut risque

2.1.4.3 Définition de cas recommandée

a) Cas suspects

Bilharziose urinaire: Tout individu présentant une hématurie macroscopique, en tenant compte de la prévalence de la schistosomiase dans la zone. En absence d'hématurie macroscopique, tout individu se plaignant de signes urinaires (dysurie, brûlure mictionnelle, douleurs sus-pubiennes) chez qui la recherche d'une hématurie microscopique avec des bandelettes Hématix ®est positive

Bilharziose intestinale : Tout individu présentant des symptômes intestinaux chronique ou récurrents (sang dans les selles, diarrhée sanglante, diarrhée, douleurs abdominales) ou à un stade ultérieur, une hépatosplénomégalie.

b) Cas confirmés

Bilharziose urinaire: cas suspect avec présence d'oeuf de Schistosoma haematobium dans le culot urinaire

Bilharziose intestinale : cas suspect avec présence des oeufs de schistosoma mansoni ou schistosoma Japonicum, schistosoma mekongi, schistosoma intercalatum dans les selles.

2.1.4.4 Répondre à une flambée suspecte

S'il y a augmentation du nombre au cours d'une période donnée:

· Notifier les cas au niveau supérieur

· Mener des investigations pour identifier les risques de transmission

· Prendre en charge le cas, conformément aux directives en vigueur du programme.

2.1.4.5 Répondre à une flambée confirmée

S'il y a augmentation de cas confirmé par le laboratoire

· Continuer la prise en charge de tous les cas selon la directive du programme.

· Organiser des séances d'IEC à l'endroit de la population.

· Améliorer l'assainissement du milieu.

· Promouvoir la construction et l'utilisation des latrines.

· Promouvoir l'utilisation d'eau potable.

2.1.4.6 Analyser et interpréter les données

a) Temps : tracer périodiquement un graphique de cas

b) Lieu : Faire la cartographie des cas

c) Personne: Faire le décompte périodique des cas selon l'âge, le sexe, la profession.

2.2 Cadre conceptuel

L'étude vise la description de la situation de la bilharziose dans le district sanitaire de Tougan sur une période de cinq ans, à savoir de 1999 à 2003. Elle s'inscrit autour des concepts suivants:

2.2.1 La distribution de la maladie

a) Selon le sexe :

a) Par tranches d'âges

b) Selon le type de bilharziose

c) Par formation sanitaire

2.2.2 Evolution temporo-spatiale de la maladie

a) Incidence de la maladie par formation sanitaire et par an de 1999 à 2003 dans le district.

b) Incidence de la maladie par zone et par an de 1999 à 2003.

SCHEMA DU CADRE CONCEPTUEL

EVOLUTION TEMPORO-SPATIALE DE LA MALADIE

· Incidence de la maladie par formation sanitaire et par an de 1999 à 2003

· Incidence de la maladie par zone et par an de 1999 à 2003

DISTRIBUTION DE LA MALADIE

· Selon le sexe

· Par tranche d'âge

· Selon le type de schistosomiase

· Selon le laboratoire

EVOLUTION DE LA SCHISTOSOMIASE DE 1999 à 2003 DANS LE DISTRICT SANITAIRE DE TOUGAN

3.1. Cadre de l'étude : le Burkina Faso

3.1.1 Aperçu général

Les pays en voie de développement ont un profil sanitaire marqué par une morbidité et une mortalité élevées. Cette situation est en partie liée à l'émergence et à la persistance des endémo épidémies. C'est pour juguler cet état de fait, que les soins de santé primaires ont été adoptés en 1978. Comme stratégie de développement socio sanitaire, cette approche a apporté un souffle nouveau aux systèmes de santé des Etats Africains. La décentralisation du système de santé, basée sur le district sanitaire apparaît comme l'une des conditions de mise en oeuvre. Cette option a été préconisée par l'OMS à la conférence de Harare en 1987 et portait sur le renforcement des districts sanitaires basé sur les soins de santé primaires.

Au Burkina Faso, la décentralisation s'est matérialisée par la création de cinquante cinq (55) districts sanitaires, dotés d'une autonomie de gestion et treize (13) régions sanitaires.

· Situation géographique

Situé au coeur de l'Afrique Occidentale dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est un pays enclavé couvrant une superficie de 274000 km2. Il partage ses frontières avec :

- Le Mali, au nord,

- Le Niger, à l'est,

- La Côte-d'Ivoire, au sud ouest,

- le Ghana, le Togo et le Bénin au Sud. [12]

· Caractéristiques démographiques

Le recensement Général de la population et de l'habitat de 1996 (INSD) avait dénombré 10 312 609 habitants avec un taux d'accroissement de 2,4% l'an. Les femmes représentant 52% de la population générale.

La population rurale est estimée à 88,2% et le taux d'alphabétisation est à 16%.

Le taux brut de natalité est de 49,6%o ;

Le taux de mortalité générale 17,5%o

Le taux de mortalité infantile à 93,7%o

C'est une population essentiellement jeune, la tranche d'âge de 0 à 14 ans représente 47,92%. La densité de la population est de 38 habitants au km2 avec une répartition hétérogène variant de 11 à 112 habitants au km2. [12]

· Profil sanitaire

Le Burkina Faso compte 13 régions sanitaires dans lesquelles sont répartis 55 districts sanitaires. Le pays dispose de trois hôpitaux universitaires  dont deux à Ouagadougou (Centre Hospitalier Universitaire Yalgado Ouédraogo et le Centre Hospitalier universitaire Pédiatrique Charles de Gaulle) et un à Bobo-Dioulasso (Centre Hospitalier universitaire Sanou Souro) ; de neuf Centres Hospitaliers Régionaux (CHR).

Sur le plan fonctionnel, le système national de santé comprend trois niveaux qui sont :

- Le niveau central comprenant le cabinet du ministre, le secrétariat général et les

directions centrales.

- Le niveau intermédiaire correspondant aux 13 régions sanitaires.

- Le niveau périphérique avec 55 districts sanitaires.

Ce dernier niveau est subdivisé en deux échelons comprenant un premier échelon formé d'un réseau de formations sanitaires de base (CSPS, CM) et un deuxième échelon de référence comprenant les hôpitaux de district ou Centre Médical avec Antenne Chirurgicale.

Sur le plan opérationnel, les structures sanitaires publiques sont organisés en trois niveaux qui assurent des soins primaires, secondaires et tertiaires.

- Le premier niveau : constitué par le district sanitaire, comprend deux

échelons tels que décrit plus haut.

- Le deuxième niveau : représenté par le CHR, qui sert en principe de niveau

de référence et de recours pour le CMA. Dans les districts chef lieu de région, il joue le rôle d'hôpital de district

- Le troisième niveau : constitué par le CHN qui est le niveau le plus élevé

pour les soins spécialisés. Il sert également de cadre de recherche et de formation pour les différentes catégories de personnel.

Malgré son caractère pyramidal, une relative bonne répartition des attributions de chaque niveau, le système de santé présente encore des insuffisances.

3.2 CHAMP DE L'ETUDE : LE DISTRICT SANITAIRE DE TOUGAN

Le district sanitaire de Tougan fait partie des six districts que compte la Région sanitaire de la Boucle du Mouhoun[11]

· Situation géographique

Le district sanitaire de Tougan est situé au nord -ouest du Burkina à deux cent trente kilomètres (230 km) environ de la capitale. Il épouse les limites géographiques et administratives de la province du Sourou.

Etendu sur 5658 Km2, il est limité :

- Au Nord par la République du Mali et le district de Ouahigouya

- A l'Ouest par le district de Nouna

- Au Sud par le district de Toma

- A l'Est par les districts de Yako et une partie du district de Ouahigouya

· Climat et végétation

Le climat est de type soudano-sahélien et la végétation de type arbustif, moyennement boisée elle connaît une dégradation.

· Caractéristiques démographiques

Le district compte 218 813 habitants. La densité de la population est de 39 habitants /km2. Cependant, la vallée du Sourou a une forte densité à cause de l'immigration que connaît cette zone.

· Caractéristiques socio- culturelles

Les principaux groupes ethniques rencontrés dans le district sont : les Samo, les Marka, les Mossi et les Peul. Le christianisme (Catholique et Protestant), l'islam et l'animisme sont les principales religions pratiquées, il faut noter que certaines pratiques néfastes à la santé persistent telles que le lévirat et l'excision.

· Données administratives

La province du Sourou compte huit (8) départements, cent soixante huit (168) villages ainsi que des hameaux de culture qui sont repartis entre ces départements. Il existe des cadres de concertation entre le district sanitaire et ses partenaires.

· Organisation du district incluant les laboratoires

Sur le plan fonctionnel le district sanitaire de Tougan peut être divisé en trois zones, à savoir : Tougan qui est un centre médical avec antenne Chirurgicale. Kiembara et Lanfiera sont des Centres Médicaux résiduels. Chaque zone dispose d'un laboratoire de référence pour les formations sanitaires desservies.

Tableau N° II : Répartition des formations sanitaires du district sanitaire de Tougan par zone

ZONES

Nombre

FORMATIONS SANITAIRES

TOUGAN

11

Tougan, Kassan, Zizin-da, Kouy, Niankoré, Tiao, Daka, Loroni, Kwaremenguel. Toéni, Tianra

KIEMBARA

8

Kiembara, Bonou, Lankoue, Rassouly, Dio,

Bangassogo, Gomboro, Konga

LANFIERA

5

Lanfiera, Di, Koumbara, Niassan, Kassoum,

TOTAL

24

 

Tableau N°III : Situation de la population du district sanitaire de Tougan par formation sanitaire et par an

Formations

Sanitaires

POPULATION PAR AN

1999

2000

2001

2002

2003

Tougan

15918

16380

16764

17104

17452

Kiembara

12014

12362

12654

12911

13173

Lanfiera

11061

11385

11644

11880

12122

Toeni

18822

19368

18163

18532

18908

Da

9532

9808

10039

10243

10451

Niankore*

11497

11830

12110

12356

7504

Kouy

9420

9693

9921

10122

9740

Kassan

7330

7543

7655

7810

7969

Tianra

3762

3871

3965

4045

4128

Lankoe

10399

10701

10953

11175

11402

Gomboro

10685

10995

11254

11482

7822

Bonou

10783

11096

11357

11588

11823

Bangassogo

14654

15079

11242

11470

11703

Dio

5724

5890

6030

6152

6277

Rassouly

2049

2108

2162

2206

2251

Di

12961

13337

13651

13928

14211

Kassoum

8261

8501

8701

8878

9058

Niassan

10639

10948

11206

11433

11666

Tiao

4192

4314

4418

4508

4599

Koumbara

5951

6124

6269

6396

6526

Kwaremenguel*

-

-

5852

5971

6092

Daka*

-

-

-

-

5691

Konga*

-

-

-

-

3893

Total

195.654

201.333

206.010

210.190

214.461

Source : CISSE district sanitaire de Tougan.

*Formations sanitaires ouvertes en 2003. Celle de Kwaremenguel a été ouverte en 2001. Le village de Daka relevait de l'aire sanitaire de Niankoré avant 2003.

Tableau N° IV : Evolution des populations des zones de 1999 à 2003.

ZONES

POPULATION PAR AN

1999

2000

2001

2002

2003

TOUGAN

80.473

82.807

88.887

90.691

92.534

KIEMBARA

66.308

68.231

65.652

66.984

68.344

LANFIERA

48.876

50.295

51.471

52.515

53.583

TOTAL

195.657

201.333

206.005

210.190

214.461

Source : CISSE district sanitaire de Tougan

· Profil sanitaire

Le district sanitaire de Tougan reste caractérisé par une forte prévalence des maladies endémo-épidemiques.

- Morbidité générale

Les principales causes de morbidité relevées au cours de l'année 2003 sont représentées dans le tableau ci-dessous

Tableau N° V: Récapitulatif des principales affections de la population en 2003

 

AFFECTIONS

TOTAL

 

Paludisme

16183

 

Infections respiratoires aiguës

6726

 

Parasitoses intestinales

3343

 

Autres affections de la peau

3056

 

Diarrhées + Dysenterie

1942

 

Otites

1162

 

Affections de l'oeil et de ses annexes

661

 

Affections de l'appareil génito-urinaire sauf les IST

 

460

 

Affections de l'appareil digestif

175

 
 
 
 
 
 

Source : Plan d'action 2004 du district sanitaire de Tougan

Tableau N°  VI : Situation du personnel de santé du district sanitaire de Tougan de 2000 à 2003

 

NOMBRE PAR AN

CATEGORIE

2000

2001

2002

2003

Médecin

3

2

2

2

Attaché de santé

4

3

3

3

I.D.E

17

20

26

21

T.S.L

1

 

1

1

1

Technicien de labo

1

 

2

2

2

Préparateur d'état

0

 

1

1

1

G.H

2

 

1

2

2

Infirmier Breveté

20

 

23

28

21

Sage femme d'état

4

 

4

4

4

T.A

1

 

0

1

1

A.A

14

 

15

17

16

AIS

17

 

20

25

21

Matrone

10

 

10

9

7

Garçon/Fille de salle

5

 

4

5

6

Manoeuvre

4

 

4

4

5

Chauffeur

4

 

3

3

3

Cuisinière

2

 

2

2

2

Blanchisseur

1

 

1

1

1

Secrétaire

1

 

1

1

1

Total

111

 

117

137

120

Source: Plans d'actions du district de Tougan années 2000, 2001, 2002, 2003,2004

Tableau N° VII : Formations sanitaires remplissant les normes minimales en personnel par zone et par an.

ZONES

Normes minimales par an

1999

2000

2001

2002

2003

Tougan

2/8

2/8

4/9

4/9

5/10

Kiembara

1/7

1/7

3/7

4/7

4/8

Lanfiera

3/5

3/5

3/5

3/5

3/5

Total

6/20

6/20

10/21

10/21

12/23

%

30%

30%

47,62%

47,62%

52,17%

Source: CISSE du district de Tougan

On note une constance dans l'évolution du nombre de formations sanitaires remplissant les normes minimales en personnel dans la zone de Lanfièra. Pour les deux autres zones une amélioration s'observe à partir de l'année 2001.

Tableau N°VIII : Evolution des indicateurs sanitaires du district de Tougan de 1999 à 2003.

INDICATEURS

ANNEES

1999

2000

2001

2002

2003

Couverture obstétricale

39%

63%

67%

68%

75%

Couverture CPN 2

56%

64%

64%

70%

68%

Taux d'emploi des contraceptifs

1.9

3

3.9

6

6.3

BCG

47%

72%

97%

92%

72%

DTCP3

36%

39%

81%

74%

54%

Rougeole

50%

47%

74%

67%

50%

Consultations infirmières/ habitant

0.19

0.19

0.18

0.19

0.27

Source : CISSE district sanitaire de Tougan

4.1 Typologie de la recherche

Il s'agit d'une étude descriptive de l'évolution de la bilharziose sur une période de cinq ans (de 1999 à 2003) dans le district sanitaire de Tougan.

4.2 Population de l'étude

La population à l'étude est constituée par l'ensemble de la population du district sanitaire de Tougan. Les données relatives à la prise en charge des patients sont consignées dans les rapports mensuels d'activités des formations sanitaires. Transmis au district, ils demeurent les supports les mieux archivés.

4.3 Echantillonnage / échantillon

L'étude porte sur l'ensemble des rapports mensuels d'activités et les registres de laboratoires des formations sanitaires produits pendant la période de 1999 à 2003 dans le district sanitaire de Tougan. Il s'agit alors d'un échantillonnage exhaustif.

4.4 Méthodes techniques et instruments de collecte

4.4.1 Méthode

C'est l'enquête par l'examen des rapports mensuels d'activités.

4.4.2 Technique

Compte tenu de la nature de l'étude, l'analyse documentaire demeure la seule technique retenue.

4.4.3 Les instruments

Deux canevas d'analyse documentaires ont été utilisés. Un premier concernant uniquement les données sur le diagnostique clinique et le deuxième sur le diagnostique de laboratoire. Notons que les aspects de laboratoire concernent uniquement les trois structures sanitaires à savoir : le CMA de Tougan, le CM de Kiembara et celui de Lanfiera.

4.5 Validation des instruments

4.5.1 La méthode des juges

Les outils de collecte ont été soumis à l'appréciation de l'équipe de direction de notre étude. Des suggestions ont été faites, à savoir l'ajout de deux variables dans la fiche de collecte de données des cas de schistosomiase diagnostiqués dans les formations sanitaires. Il s'agit des consultants et les nouvelles consultations.

4.6 Présentation du plan d'analyse

4.6.1 Analyse descriptive

· Situation des cas de schistosomiase (urinaire et intestinale) diagnostiqués cliniquement de 1999 à 2003.

· Situation des cas de schistosomiase par type diagnostiqués cliniquement de 1999 à 2003.

· Cartographie de la schistosomiase de 1999 à 2003 dans le district sanitaire de Tougan.

· Répartition selon le type de schistosome diagnostiqué au laboratoire par an dans le district sanitaire de Tougan.

4.6.2 Analyse inférencielle

Elle a été faite par le biais des tests statistiques : test de Khi- deux, test de corrélations linéaires.

4.7. Identification des variables de l'étude

Tableau N° IX : Liste des variables de l'étude

VARIABLES

MODALITES

-AGE

- SEXE

- FORMATION SANITAIRE

- ZONE

- ANNEE

-DIAGNOSTIQUE

- MOIS

-TYPE DE SCHISTOSOME

- CONSULTANTS

- NOUVELLES CONSUTATIONS

0- 4 ans

5- 14 ans

> 14 ans

Féminin

Masculin

CSPS, CM, CMA

Tougan

Kiembara

Lanfiera

1999 à 2003

Bilharziose urinaire

Bilharziose intestinale

de Janvier à décembre

Schistosoma haematobium

Schistosoma mansoni

nombre.

nombre.

4.8 Limites de l'étude

Cette étude vise la description de l'évolution de la bilharziose dans le district sanitaire de Tougan sur une période de cinq ans. Un certain nombre de limites subsistent, dont les plus importantes sont :

· La collecte a concerné essentiellement les données de routine qui du fait de la

faible couverture sanitaire du district et de la faible fréquentation des formations sanitaires, ne représentent qu'une sous estimation du nombre de cas réels.

· les aspects liés à la qualité du diagnostic, du traitement et l'insuffisance du

personnel dans les formations sanitaires constituent des biais.

· La nature des variables contenus dans le rapport mensuel DEP présentent des

limites. A titre d'exemple, la variable sexe ne prend en compte que les adultes. Cet état de fait rend caduque l'analyse des données en ce qui concerne la répartition de la pathologie selon le sexe chez les moins de quinze ans.

· Le manque de personnel qualifié de laboratoire dans les deux Centres

Médicaux (Kiembara et Lanfiera) occasionne un faible taux de détection des cas de schistosomiase.

4.9 Méthodes de traitement des données

Les données ont été traitées à l'ordinateur à l'aide des logiciels Epi-Info version 6.04 dfr et Epimap 2. La présentation des données par les logiciels Excel et Word 2000.

4.10 Considérations éthiques

Une demande d'autorisation d'enquêter N° 2003/MS/SG/ENSP a été adressée à monsieur le Directeur Régional de la santé de la Boucle du Mouhoun. L'enquête a été réalisée suite à une autorisation verbale, confirmée par une réponse écrite N° 2004/051/2004 en date du 28 juillet 2004. Par ailleurs, les données n'étant pas nominales leur exploitation n'appelle pas de dispositions éthiques particulières

Une restitution des résultats de l'étude sera faite à l'Equipe Cadre de District et aux Infirmiers Chef de Poste.

4.11 Déroulement de l'étude

L'enquête a débuté le 20 juillet 2004 et a pris fin le 1er Août 2004. Nous avons été appuyé par les agents du bureau CISSE du district : un Infirmier d'état, un Infirmier breveté, et deux AIS. Ces enquêteurs ont bénéficié d'une formation d'une journée, afin de leur permettre de mieux appréhender les différents items figurants sur les fiches d'enquête.

L'enquête a consisté en une exploitation des rapports mensuels d'activités des formations sanitaires du district produit au cours de la période couverte par notre étude (de 1999 à 2003). Mille deux cent quatre vingt seize (1296) rapports mensuels ont été passés en revue. Pour les données de laboratoire nous nous sommes rendu au Centre médical de Kiembara, de Lanfiéra, puis au CMA de Tougan. Avec l'aide des responsables de laboratoire neuf registres de laboratoire ont été examinés.

5.1 Présentation, analyse des résultats

La présentation et l'analyse des résultats ont été faites selon le plan suivant :

· Situation des cas de schistosomiase (urinaire et intestinale) diagnostiqués

cliniquement de 1999 à 2003 dans les formations sanitaires du district de Tougan.

· Situation des cas de schistosomiase par type, diagnostiqué cliniquement de

1999 à 2003 dans les formations sanitaires du district de Tougan.

· Cartographie de la schistosomiase de 1999 à 2003 dans le district sanitaire de

Tougan.

· Le rôle et l'importance du laboratoire.

5.1.1. Situation des cas de schistosomiase (urinaire et intestinale) diagnostiqués cliniquement de 1999 à 2003 dans les formations sanitaires du district de Tougan.

Au total mille trois cent soixante neuf (1369) cas de schistosomiase ont été notifiés pendant les cinq années de l'étude. Parmi ces cas, la schistosomiase urinaire prédomine avec 1335 cas soit une proportion de 97,52%. Pour la schistosomiase intestinale, 34 cas on été recensé soit 2,48%.

a) Situation de la schistosomiase par an

Graphique N° 1 : Evolution des proportions des cas de schistosomiase de 1999 à 2003 dans le district sanitaire de Tougan.

15,6% des cas de schistosomiase ont été notifié en 1999, et 27,3% l'ont été en 2003.

Le nombre de cas de schistosomiase diagnostiqués augmente en moyenne de 2,34% par an comme le montre le graphique ci-dessus.

b) Situation de la schistosomiase par zone

Tableau N°X : Répartition des cas cliniques de schistosomiase enregistrés dans le district sanitaire de Tougan, de 1999 à 2003 par zone

n = 1369

ZONES

Effectif

%

TOUGAN

632

46,2

LANFIERA

344

25,1

KIEMBARA

393

28,7

TOTAL

1369

100

La zone de Tougan a enregistré le plus grand nombre de cas de schistosomiase, soit 46,2%. Le nombre moyen de cas par an est égal à 273,80 et l'écart type donne 70,65 cas.

c) Situation de la schistosomiase par tranches d'âges

Tableau N°XI : Répartition par tranches d'âge des cas de schistosomiase enregistrés le district sanitaire de Tougan, de 1999 à 2003

n = 1369

Tranches

d'âges

Effectif

%

0 - 4ans

71

5,2

5 - 14 ans

435

31,8

> = 15 ans

863

63

Total

1369

100

La majeure partie des cas de schistosomiase se retrouve dans la tranche d'âge la plus active soit 94,8%.

5.1.2. Situation des cas de schistosomiase par types, diagnostiqués cliniquement de 1999 à 2003 dans les formations sanitaires du district de Tougan.

a) Schistosomiase urinaire

Dans la mesure où la quasi totalité des cas notifiés étaient des schistosomiases urinaires, l'analyse a surtout porté sur ces cas.

· Par zone

Tableau N°XII : Incidence de la schistosomiase urinaire pour 1000 habitants par an et par zone dans le district sanitaire de Tougan, de 1999 à 2003

Zones

ANNEES

1999

2000

2001

2002

2003

Tougan

1,42

1,36

1,24

1,31

1,61

Kiembara

0,9

0,8

0,9

1,65

1,34

Lanfiera

0,32

0,65

1,41

1,67

2,48

District

0,9

1

1,18

1,51

1,74

X2 = 13,25; ddl = 8 ; le degré de signification p = 0,103416.

Les différences observées au niveau des incidences de la schistosomiase urinaire par zone et par an sont dues au hasard.

· La répartition des cas de bilharziose urinaire par tranches d'âges

Tableau N°XIII : Répartition des cas de schistosomiase urinaire par tranches d'âges dans le district sanitaire de Tougan, de 1999 à 2003

Tranches

d'âges

Effectif

%

0 - 4ans

68

5,09

5 - 14 ans

423

31,69

> = 15 ans

844

63,22

Total

1335

100

5,09% des cas de schistosomiase urinaire touchent les sujets de moins de cinq ans.

94,91% des cas de schistosomiase urinaire touchent les sujets dont l'âge est supérieur à 4 ans.

· Répartition des cas de schistosomiase urinaire selon le sexe

Chez les sujets de 15 ans et plus, le sexe masculin prédomine avec 72% des cas contre 28% pour le sexe féminin. Le sexe ratio est de 2,53 pour le sexe masculin.

· Situation de la schistosomiase urinaire par mois et par an

Tableau N° XIV : Répartition des cas de schistosomiase urinaire selon le mois et l'année.

Mois

ANNEES

1999

2000

2001

2002

2003

Total

n

fi%

n

fi%

n

fi%

n

fi%

n

fi%

n

fi%

Janv

7

3,66

16

7,7

13

5,3

13

4

12

3,2

60

4,4

Fev

4

2,09

12

5,8

36

14,6

19

5,9

33

8,8

104

7,7

Mars

33

17,3

20

9,6

20

8,1

29

9,1

32

8,5

134

10

Avril

18

9,4

24

11,5

22

8,9

40

12,6

56

14,9

160

12

Mai

11

5,7

24

11,5

32

13

33

10,3

54

14,4

154

11,5

Juin

26

13,6

21

10,1

23

9,3

68

21,3

36

9,6

174

13

Juillet

22

11,5

24

11,5

19

7,7

16

5

26

6,9

107

8

Août

9

4,7

6

2,9

15

6,1

24

7,5

26

6,9

80

6

Sept

22

11,5

24

11.5

14

5,7

16

5

25

6,6

101

7,5

Oct

19

9,9

18

8,7

21

8,5

20

6,2

19

5

97

7,2

Nov.

10

5,2

10

4,8

21

8,5

20

6,2

28

7,4

89

6,6

Dec

10

5,2

8

3,8

9

3,6

21

6,6

27

7,2

75

5,6

Total

191

100

207

100

245

100

318

100

374

100

1335

100

On note une disparité de la proportion des cas par mois et selon l'année. En ce qui concerne les proportions moyennes des cas par mois pour les cinq années, le graphique ci-dessous illustre aisément les tendances.

Graphique N°2 : Proportions moyennes mensuelles de cas de schistosomiase urinaire enregistrés de 1999 à 2003.

Les cas indexes couvrent la période de Mars à Juin.

Graphique N° 3 : Corrélation entre l'incidence de la schistosomiase urinaire et l'année.

L'équation de la droite d'ajustement est égale : y = 0,205x + 0,665. L'incidence de la maladie augmente par an de 0,205 cas pour 1000 habitant.

r2 = 0,936, donc 93,6% de la proportion de la variation totale est expliquée par la droite de régression. On en conclut à un bon ajustement linéaire.

Le coefficient de corrélation r = 0,97 tend vers la valeur 1 et traduit un lien entre l'incidence de la schistosomiase urinaire et le rang de l'année.

· La situation de la schistosomiase urinaire par formation sanitaire

Tableau N°XV : Proportion des cas de schistosomiase urinaire parmi les nouveaux consultants par formation sanitaire.

Formations

sanitaires

Nouveaux

consultants

Cas de S. urinaire

%

Tougan

30393

194

0,64

Kiembara

16282

120

0,74

Lanfiera

14939

121

0,81

Toeni

10758

90

0.84

Zinzida

11470

52

0,45

Niankore

4927

17

0,35

Kouy

5462

37

0,68

Kassan

4855

54

1,11

Tianra

2159

19

0,88

Lankoe

9743

16

0,16

Gomboro

6434

28

0,44

Bonou

9910

65

0,66

Bangassogo

5378

62

1,15

Dio

6896

7

1,02

Rassouly

3856

8

0,21

Di

10981

101

0,92

Kassoum

6714

42

0,63

Niassan

10630

100

0,94

Tiao

6086

139

2,28

Koumbara

5082

21

0,41

Total

190380

1335

0,70

Les formations sanitaires ayant les proportions élevées de cas de schistosomiase urinaire parmi les nouveaux consultants se retrouvent dans la zone de Tougan et Kiembara. Il s'agit des CSPS de Kassan, Bangassogo, Tiao, Di, Niassan.

Tableau N°XVI : Proportion des cas de schistosomiase urinaire parmi les nouvelles consultations par formation sanitaire.

Formations

sanitaires

Cas de S. urinaire

Nouvelles

consultations

%

Tougan

194

35716

0,54

Kiembara

120

18380

0,65

Lanfiera

121

16986

0,71

Toeni

90

11912

0,76

Zinzida

52

13290

0,39

Niankore

17

6771

0,25

Kouy

37

9296

0,40

Kassan

54

6954

0,78

Tianra

19

2703

0,70

Lankoe

16

6771

0,24

Gomboro

28

7681

0.36

Bonou

65

13072

0,50

Bangassogo

62

7514

1,15

Dio

7

9191

0,08

Rassouly

8

5245

0,15

Di

101

14274

0,71

Kassoum

42

7189

0,58

Niassan

100

12493

0,80

Tiao

139

7820

1,78

Koumbara

21

5540

0,38

Pour l'ensemble du district, la schistosomiase urinaire constituait 0,57% des nouvelles consultations reçues au cours de cinq années (1999 à 2003)

Dans huit formations sanitaires du district, la schistosomiase urinaire représente sur les cinq ans 70% et plus des nouvelles consultations : Tiao, Bangassogo, Niassan, Kassan, Toeni, Di, Lanfiera, Tianra.

Tableau N°XVII : Incidences annuelles de la schistosomiase urinaire par formation sanitaire dans le district sanitaire de Tougan, de 1999 à 2003 (cas pour 1000 habitants)

Formations

Sanitaires

ANNEES

Incidence

moyenne

1999

2000

2001

2002

2003

Tougan

2,95

2,86

2,2

1,3

2,29

2,32

Kiembara

0,16

0,4

2,84

2,47

3,41

1,85

Lanfiera

0,81

1,49

1,97

2,18

3,79

2,04

Toeni

1

0,3

1,2

1,13

1,11

0,94

Zinzida

1,78

1,12

0,29

0,97

1

1,03

Niankore

0,08

0,16

0,08

0,24

1,33

0,37

Kouy

0,42

0,51

1

0,49

1,33

0,75

Kassan

1,22

2,12

1,17

0,89

1,63

1,40

Tianra

1

2

0,25

0,49

0,96

0,94

Lankoe

0,01

0,18

0,54

0,35

0,26

0,26

Gomboro

0,09

0,00

0,00

0,52

2,68

0,65

Bonou

0,74

0,45

0,88

1,29

2,28

1,12

Bangassogo

0,00

0,72

1,24

1,3

1,88

1,02

Dio

0,00

0,17

0,66

0,32

0,00

0,23

Rassouly

1,95

0,47

0,46

0,9

0,00

0,75

Di

1,38

1,8

1,46

1,43

1,33

1,48

Kassoum

0,96

0,82

0,91

1

1,1

0,95

Niassan

1,22

1,18

0,89

4,72

0,85

1,77

Tiao

3,1

4,1

6,3

10,6

6,95

6,21

Koumbara

2,01

0,00

0,00

3,13

1,07

1,24

Kwaremenguel

-

-

0,34

2

0,49

0,94

Daka*

-

-

-

-

0,87

0,87

Konga*

-

-

-

-

3

3

Total

0,9

1

1,18

1,51

1,74

1,26

Pour l'ensemble du district, les incidences de la schistosomiase urinaire pour 1000 habitants sont respectivement de 0,9 en 1999 ; 1 pour 2000 ; 1,18 en 2001 ; 1,51 et 1,74 pour 2002 et 2003. Les incidences moyennes les plus élevées pour les cinq années se retrouvent dans les CSPS de Tiao, avec 6,21 cas pour 1000 habitants, suivi de Tougan avec 2,32 cas pour 1000, puis Lanfiera et Kiembara avec respectivement, 2,04 et 1,85 cas pour 1000 habitants. Les CSPS de Dio, Rassouly, Gomboro et Koumbara ont enregistré les incidences les plus basses.

Carte N°2: Représentation cartographique de l'incidence de la bilharziose urinaire par F.S et par an

2001

2000

1999

Suite représentation cartographique

2003

2002

La représentation cartographique de l'incidence par formation sanitaire nous inspire un certain nombre de constats :

Ø En 1999, quatre formations sanitaires, à savoir : Tiao, Tougan, Rassouly et Koumbara avaient une incidence comprise entre 2 et 4 cas pour 10000 habitants, les autres étant inférieurs à 2 cas pour 1000 habitants.

Ø En 2000 le CSPS de Tiao a évolué vers une incidence comprise entre 4 et 5,9 cas de schistosomiase urinaire pour 1000 habitants.

Ø En 2001, le CSPS de Tiao a atteint une incidence supérieure à 5,9 cas pour 1000 habitants, tandis qu'à Lanfiera, Tougan et Kiembara cette incidence étant inférieurs à 4 cas pour 1000 habitants.

Ø En 2002 et 2003, l'incidence au niveau du CSPS de Tiao est restée supérieure à celles des autres formations sanitaires, soit une incidence supérieure à 5,9 cas pour 1000 habitants.c) Schistosomiase intestinale

· Situation de la Schistosomiase intestinale par zone

Tableau N°XVIII : Incidences annuelles de la schistosomiase intestinal par zone dans le district sanitaire de Tougan, de 1999 à 2003 ( cas pour 1000 habitants années)

Zones

ANNEES

1999

2000

2001

2002

2003

Tougan

0,21

0,04

0,03

0,01

0,00

Kiembara

0,06

0,04

0,01

0,00

0,00

Lanfiera

0,020

0,00

0,00

0,00

0,00

L'incidence la plus élevée a été observée dans la zone de Tougan en 1999 soit 0,21 cas pour 1000 habitants. Pour l'année 2003 aucun cas n'a été notifié dans l'ensemble des trois zones.

· La répartition de la bilharziose intestinale par tranche d'âge

Tableau N°XIX : Répartition des cas de schistosomiase intestinale par tranches d'âges dans le district sanitaire de Tougan, de 1999 à 2003

n = 34

Tranches

d'âges

Effectif

%

0 - 4ans

03

8,82

5 - 14 ans

12

35,29

> = 15 ans

19

55,89

Total

34

100

Plus de 91% des cas de schistosomiase intestinale notifiés dans les formations sanitaires concernent les enfants d'âge scolaire et les adultes à savoir la tranche d'âge de 5 ans et plus

· Répartition des cas de schistosomiase intestinale selon le sexe

Parmi les 19 cas de schistosomiase intestinale notifiés chez les sujets de 15 ans et plus, 12 étaient de sexe masculin, soit 63% et 7 cas de sexe féminin soit 37% . Le sexe ratio est de 1,71 pour le sexe masculin.

· Situation de la schistosomiase intestinale par formation sanitaire

Sur les vingt trois formations sanitaires du district, seulement neuf (9) ont notifiés des cas de schistosomiase intestinale au cours des cinq ans (1999 à 2003). Les incidences les plus élevées se constatent au CMA de Tougan avec 0,62 pour 1000 habitants en 1999; 0,24 en 2000 ; 0,60 en 2001 ; 0 en 2002 et 2003.

Pour l'ensemble du district, on note une baisse progressive de l'incidence de la schistosomiase intestinale diagnostiquée, comme on peut le constater au niveau du graphique

n° 4.

Graphique N°4 : Evolution comparative de l'incidence de la schistosomiase selon le type diagnostiqué cliniquement au cours des cinq ans

Une comparaison de l'incidence des deux types de bilharziose par an, montre que le nombre de cas de schistosomiase urinaire connaît une augmentation au fil des années tandis que la forme digestive est en baisse. Le graphique ci - dessus permet de l'observer5.1.3 Résultats des laboratoires.

Pendant la période couverte par l'étude, 4552 examens d'urines et 8254 examens de selles ont été réalisés dans les laboratoires du district sanitaire de Tougan. Dans les urines on a enregistré 252 cas de Schistosoma haematobium soit 5,53%. Cinq cas

(5 ) de Schistosoma mansoni ont été dépistés dans les selles, soit 0,06%. Seulement 18,77% des cas cliniques ont reçus une confirmation biologique.

a) Schistosoma haematobium

Tableau N° XX : Cas confirmés de schistosoma haematobium par an et selon le laboratoire.

Laboratoires

ANNEES

TOTAL

%

1999

2000

2001

2002

2003

TOUGAN

51

41

30

21

29

172

68,25

LANFIERA

2

7

4

12

8

33

13,10

KIEMBARA

9

12

9

8

9

47

18,65

TOTAL

62

60

43

41

46

252

100

68,25% des cas de Schistosoma haematobium ont été dépistés dans le laboratoire de Tougan contre 13,10% à Lanfiera. Sur un nombre total de 1335 cas de schistosomiase urinaire diagnostiqués cliniquement, 252 ont reçus une confirmation biologique soit une proportion de 18,87%. La situation des cas confirmés par laboratoire donne respectivement 28% pour le laboratoire de Tougan, 8,75% pour celui de Lanfiera et 13,70% pour le laboratoire de Kiembara.

Tableau N°XXI : Proportion de schistosoma haematobium parmi les examens d'urine par laboratoire.

n = 252

Zones

Examens d'urines

Cas de S.

haematobium

Pourcentage

%

TOUGAN

3890

172

4,42

LANFIERA

341

33

9,67

KIEMBARA

321

47

14,64

TOTAL

4552

252

5,53

Pour l'ensemble du district, Schistosoma haematobium est retrouvé dans 5,53% des examens d'urines réalisés de 1999 à 2003. Le laboratoire de Kiembara figure en tête avec 14,64%, ceux de Lanfiere et Tougan suivent avec respectivement 9,67% et 4,47%.

Le nombre moyen d'examen positif à Schistosoma haematobium dépisté par laboratoire est de 84 avec un écart type de 76,53.

Schistosoma mansoni

Seuls les laboratoires de Tougan et de Lanfiera ont notifié des cas confirmés de Schistosoma mansoni au cours des cinq années. Sur les 5 cas, 3 ont été dépistés en 1999 par le laboratoire de Tougan. Les 2 autres cas notifiés par le laboratoire de Lanfiera en 2000 et 2001. Pour Lanfiera, il constituait 0,17% de l'ensemble des examens de selles, 0,06% pour Tougan. Aucun cas n'a été notifié les deux dernières années.

.

5.2 Discussions des résultats

5.2.1 Situation des cas de schistosomiase (urinaire et intestinale) diagnostiqués cliniquement de 1999 à 2003

L'étude a dénombré 1369 cas de schistosomiase urinaire et intestinale. Ce résultat représente l'ensemble des nouveaux cas qui se sont présentés dans les structures sanitaires pour des plaintes évocatrices de la maladie ou à la suite d'un examen systématique. Ces résultats ne sont pas exhaustifs car intervenant dans un contexte de faible fréquentation des formations sanitaires.

On a noté une prédominance de la bilharziose urinaire avec une proportion de 97,52% des cas contre 2,48% pour la forme intestinale. Comme dans la plupart des études, la forme urinaire est plus répandue.

De l'analyse de la situation de la maladie par zone , 42,6% des cas ont été notifiés dans la zone de Tougan; 25,1% à Lanfiera, 28,7% à Kiembara. Cette différence entre les chiffres serait en partie liée à la population et aux nombres de formations sanitaires couvertes par zone. En 2003, la zone de Tougan regroupait 11 formations sanitaires avec une population de 92534. Celle de Lanfiera avait 5 formations sanitaires et une population de 53583 et enfin la zone de Kiembara qui couvrait 8 formations sanitaires et une population de 68344 habitants.

L'étude a révélé une augmentation moyenne de 2,34% des cas de schistosomiase par an (graphique N°1). Les proportions vont de 15,6% des cas en 1999 à 27,3% en 2003. Ce qui pourrait traduire soit une performance du système de surveillance consécutive à une amélioration de la couverture sanitaire ou une augmentation de l'incidence de la maladie par an dans le district sanitaire de Tougan, ou les deux. Comme nous pouvons le constater la proportion des formations sanitaires remplissant les normes minimales en personnel est passée de 30% en 1999 à 52,17% en 2003. Aussi, la première hypothèse de recherche se trouve vérifiée : L'incidence de schistosomiase augmente d'une année à l'autre. Cette évolution serait consécutive aux interventions sanitaires dont bénéficie le district.

Selon les résultats de l'étude la presque totalité des cas de schistosomiase notifiés se rencontrent chez les adultes et les enfants d'âge scolaire, soit 94,8% des cas. La structure de la population du district est le reflet de celle de la population générale du Pays, qui selon le RGPH (INSD 1996) précise que la population Burkinabe est jeune avec 47,92% de jeunes dont l'âge est compris entre 0 et 14 ans. Aussi, le développement de cette pathologie étant strictement lié à l'activité humaine (baignades, activités hydroagricoles), expose la frange active de la population. Les répercussions socio-économiques de cette maladie ne sont pas à négliger.

On a aussi noté la présence de la maladie chez les sujets de moins de cinq ans (5,2%). Ce constat contraste avec ce que l'on connaît du cycle de transmission de la maladie. En effet à cet âge le contact avec les eaux de surface est rare, et le risque de contracter la maladie aussi faible. Il est plausible que l'explication de cet état de fait soit liée soit à des erreurs diagnostiques ou à l'existence de certaines pratiques socio -culturelles aux sein des communautés. En outre, l'existence d'une autre forme de transmission n'est pas à écarter.

5.2.2 Situation des cas de schistosomiase par type diagnostiqués cliniquement de 1999 à 2003 dans le district

Ø Schistosomiase urinaire

Dans l'étude, l'incidence la plus élevée en 2003 avec 2,48 pour 1000 habitants et aussi la plus basse en 1999 soit 0,32 pour 1000 a été observée dans la même zone, à savoir Lanfiera. Cette zone revêt un caractère important dans cette étude car elle couvre les aménagements hydroagricoles de la vallée du Sourou. Les différences observées au niveau des cas incidents par an et par zone seraient dues au hasard dans la mesure où statistiquement elles ne sont pas significatives. Avec un Khi - carré d'homogénéité égale à 13,25 et ddl = 8 p < 0,05. La deuxième hypothèse de l'étude est confirmée : L'incidence de la maladie est uniforme dans le district sanitaire de Tougan. Les mouvements de population, la similitude dans le comportement des habitants de la zone pourraient expliquer cet état de fait.

La répartition de la bilharziose urinaire par tranches d'âge au cours des cinq années couvertes par l'étude révèle que les sujets de 15 ans et plus représentaient la proportion la plus élevée des cas de schistosomiase urinaire avec 63,22% des cas. Pour les enfants de moins de 5 ans, la proportion était de 5,09%. Ces données diffèrent peu de celles de l'annuaire statistique de la DEP du ministère de la santé. En 1999, 57% des cas de bilharziose urinaire touchaient les adultes, 31% les sujets de cinq à quatorze ans et 12% pour les moins de cinq ans.[11] En 2001, 58% pour les adultes, 35% pour les cinq à quatorze ans et 7% pour les moins de cinq ans.[12] Selon le même annuaire, les enfants et les adultes constituent les tranches d'âges les plus représentées au niveau des activités de consultations curatives. A titre d'exemple, en 2001, l'annuaire donne 1,02 nouveau contact par habitant et par an pour les moins d'un an suivi des adultes femmes avec 0,25 et des hommes avec 0,13 nouveau contact.

Selon la même étude, la répartition de la maladie selon le sexe chez les sujets dont l'âge est supérieur ou égal à 15 ans est la suivante: 72% pour le sexe masculin et 28% pour le sexe féminin. La question est alors de savoir si cette différence est l'expression des caractéristiques démographiques du pays en ce qui concerne la répartition selon le sexe. En effet, le recensement général de la population et de l'habitat (1996) a montré que les femmes représentaient 52% de la population. Il ressort donc de cette comparaison les commentaires suivants:

- Les activités professionnelles de l'homme (pêche, cultures maraîchères, riziculture) l'exposerait plus à la bilharziose que la femme.

- Soit la maladie a touché effectivement plus les hommes que les femmes au cours de la période couverte par l'étude.

- Ou peut être les hommes ont des symptômes plus bruyants que les femmes, ce qui les amènerait plus à consulter.

Somme toute, la première hypothèse semble la plus plausible, compte tenu de ce que nous savons de la transmission de la maladie.

En ce qui concerne la répartition de la maladie selon le sexe, la plus part des études réalisées se sont intéressées aux enfants d'âge scolaire.

Suite à cette étude, la répartition de la maladie selon le mois et l'année a permis d'observer des cas indexes couvrant la période de Mars à juin de chaque année. Une forte concentration des parasites dans les marres à cette période n'est pas à occulter. En milieu rural, on note une hausse de la fréquentation des services de santé après les récoltes. Le fait que de Mars à juin nous nous situons dans cette période, la probabilité de diagnostiquer un cas de schistosomiase se trouverait majorée. La maîtrise de cette situation est d'autant plus importante dans la mesure où l'efficacité des interventions de santé (dépistage à grande échelle traitement de masse), resterait tributaire de cette caractéristique de la maladie.

L'équation de la droite d'ajustement de l'incidence de la maladie en fonction de l'année est y = 2,05x + 0.665, le coefficient de corrélation linéaire r = 0,97. Il s'agit ici d'une forte corrélation entre ces deux variables (incidence et années). Plus nous avançons en année, plus l'incidence de la maladie connaît une croissance. La première hypothèse de recherche se trouve encore renforcée.

L'étude a également montré que les proportions de schistosomiase urinaire par rapport à l'ensemble des nouveaux consultants et les nouvelles consultations sont les plus élevées dans le CSPS de Tiao, soit respectivement 2,78% et 1,78%. C'est une formation sanitaire située dans la zone de Tougan mais dont l'aire sanitaire épouse les frontières géographiques de celles de la zone de Lanfièra. Ces indicateurs permettent de mesurer l'importance de la morbidité imputable à la schistosomiase par rapport à l'ensemble des malades reçues. La proportion relative aux nouveaux consultants représente le poids de la maladie parmi les nouveaux consultants tandis que celle ayant trait aux nouvelles consultations traduit la probabilité de diagnostiquer la bilharziose urinaire parmi les nouvelles pathologies enregistrées. Cette probabilité fait intervenir trois éléments importants : la prévalence de la maladie dans la zone, la capacité des agents à poser le diagnostique de la maladie et enfin la fréquentation des services de santé. Les chiffres obtenus dans cette formation sanitaire sont aussi plus élevés que ceux de l'annuaire statistique de la DEP qui, pour les nouveaux consultants on a 0,36% en 2001 et 0,26% en 2002.

A l'échelle du district, l'étude a permis d'observer une augmentation de l'incidence de la maladie de 1999 à 2003 comme l'atteste le test de corrélation linéaire. En effet les cas incidents pour 1000 habitants sont passés de 0,9 en 1999 à 1,74 en 2003.

La comparaison de l'incidence de la bilharziose urinaire entre formations sanitaires du district on note le CSPS de Tiao comme ayant obtenu les cas incidents les plus importants avec un pic de 10,4 cas pour 1000 habitants en 2002. La situation qui prévaut dans ce CSPS serait - elle liée à la prédominance de l'hôte intermédiaire de la maladie et où l'existence au sein des populations des attitudes et pratiques propices au développement de la maladie ? PODA Jean Noël et collaborateurs (2001) dans leur étude sur le profil épidémiologique de la schistosomiase urinaire dans le complexe hydroagricole du Sourou au Burkina Faso ont trouvé à Tiao une prévalence de 83,3%, l'existence de B. senegalensis comme hôte intermédiaire. Enfin deux biotopes (mare et cours d'eau) qui sont des sources de transmission de la maladie.[16]

La représentation cartographique d'un phénomène de santé permet de déterminer comment celui - ci évolue dans l'espace. L'objectif principal est d'identifier les zones les plus touchées et de planifier les interventions. La présente étude a privilégié la schistosomiase urinaire compte tenu de son importance.

L'approche du système d'information géographique est sans doute l'une des alternatives à privilégier dans la planification des interventions en matière de lutte contre la schistosomiase.

Ø Schistosomiase intestinale

Au cours des cinq années de l'étude, 34 cas de schistosomiase intestinale ont été notifiés. Comme la forme urinaire, elle touche particulièrement les enfants d'âge scolaires et les adultes (91%). Les raisons citées pour la bilharziose urinaire restent aussi valables pour cette forme de la maladie.

Le CMA de Tougan a enregistré les incidences les plus élevées à savoir : 0,62 cas pour 1000 en 1999, en 2000 0,24 cas et enfin en 2001 et 2002 respectivement 0,60 cas ; 0,58 cas. Pour la dernière année de l'étude, aucun cas incident n'a été notifié. Notons aussi que le fait que le CMA soit une structure de référence, avec un plateau technique plus élevé que les autres structures périphériques (CSPS), faciliterait le diagnostique de la schistosomiase intestinale. Aussi, les difficultés liées au diagnostique clinique de la forme intestinale nous permettent de supposer que la capacité à détecter la schistosomiase s'est améliorée d'année en année et qu'une grande partie des cas cliniques notifiés au début de l'étude pourraient être des erreurs diagnostiques.

5.2.3 Les résultats des laboratoires

Le laboratoire est un maillon capital dans la lutte contre la maladie. Il facilite l'instauration d'un traitement adéquat en fonction des germes identifiés.

Pendant les cinq années couvertes par l'étude 257 cas de schistosomes ont été dépistés par les laboratoires du district, ce qui correspond à 2% de l'ensemble des examens de selles et d'urine réalisés. En pratique courante, le système de prise en charge au niveau périphérique privilégie l'approche syndromique ce qui réduit la prescription d'examen paraclinique. La faible couverture du district en laboratoire (3 laboratoires) constitue un frein à la confirmation biologique compte tenu des frais que peuvent occasionner les éventuels déplacements vers le laboratoire. En outre, l'étude a observé une prédominance de Schistosoma haematobium par rapport à mansoni, ce qui corrobore les données cliniques.

Les résultats de l'étude montrent que la majeure partie des germes identifiés l'a été dans le laboratoire de Tougan avec 68,25% des germes de Schistosoma haematobium, 60% de Schistosoma mansoni. Le laboratoire de Tougan est situé dans une structure de référence, ce qui lui confère un plateau technique plus élevé que les autres laboratoires.

En ce qui concerne la proportion des schistosomes parmi les examens et par laboratoire, l'étude n'a pas pu évaluer le taux de détection des différents germes, pour faute de disponibilité de données. Ces taux permettent d'obtenir la proportion des cas positifs par rapport à l'ensemble des échantillons ayant subis l'examen pour déterminer la schistosomiase.

Cependant, parmi les 4552 examens d'urines réalisés pendant la période de l'étude, 252 révélé Schistosoma haematobium soit une proportion de 5,53%. En ce qui concerne les selles, la part de Schistosoma mansoni est très infime, 0,06%.

L'étude indique que 90% des germes dépistés au laboratoire au cours de cinq dernières années sont du groupe haematobium, contre seulement 10% pour mansoni. La prédominance de Schistosoma haematobium sur Schistosoma mansoni ne doit pas faire perdre de vue certaines difficultés. En effet, si la présence d'une hématurie peut motiver la recherche d'oeufs de Schistosoma haematobium, ce n'est pas le cas pour Schistosoma mansoni en cas de manifestations diarrhéiques. Le diagnostique est porté le plus souvent à la suite d'un examen parasitologique systématique de selles. Egalement pour Schistosoma mansoni, le simple examen des selles entre lame et lamelle, après dilution n'est que rarement suffisant. On doit recourir à des techniques d'enrichissement comme celle de Kato - katz.

5.3 Synthèse des résultats

De la discussion des résultats de la présente étude, des atouts et des faiblesses ont été mis en évidence. Pour ce faire, nous retiendrons en résumé ce qui suit :

Tableau N° XXII : Synthèse des résultats de l'étude

ITEMS

POINTS FORTS

POINTS FAIBLES

Situation des cas de schistosomiase (urinaire et intestinale) diagnostiqués cliniquement de 1999 à 2003

· L'augmentation de la notification des cas par an (2,4%)

· Plus de 94% des cas de schistosomiase se recrutent chez les sujets jeunes.

· La schistosomiase se rencontre chez les sujets de moins de cinq ans.

Situation des cas de schistosomiase par type diagnostiqué cliniquement de 1999 à 2003.

· L'incidence de la schistosomiase urinaire ne diffère pas d'une zone à l'autre

· L'incidence de la forme intestinale est en baisse

· La période de l'année pendant laquelle le nombre de cas de schistosomiase urinaire augmente est connue : de Mars à Juin.

· La proportion des cas de schistosomiase urinaire dans l'ensemble des nouvelles consultations élevée

· L'incidence de la maladie est très élevée dans les F.S de Tiao, Tougan, Kiembara, Lanfiera.

Le rôle et l'importance du laboratoire

· Tous les laboratoires du district ont dépisté des cas de Schistosomes.

· Une faible confirmation biologique des cas de schistosomiase (18,77%)

· Le système de collecte des données de laboratoire ne permet pas d'évaluer le taux de détection des cas.

Au terme de cette étude, nous formulons les recommandations suivantes en vue d'améliorer la surveillance et la lutte contre cette maladie:

1. A l'intention des membres de l'Equipe Cadre du District sanitaire de Tougan

· Intégrer la lutte contre la schistosomiase dans les activités de supervision des formations sanitaires du district.

· Planifier les activités de dépistage actif et de traitement des cas dans la période de Mars à Juin.

· Elaborer et mettre à la disposition des laboratoires des supports permettant de consigner le nombre d'échantillons soumis au diagnostique de la schistosomiase.

· Tenir compte de la schistosomiase dans la rétro - information aux formations sanitaires du district.

· Mettre en place dans les Formations sanitaires de Tiao, Tougan, Lanfiera, Kiembara des cadres de concertation COGES - APE sur les questions de la schistosomiase.

· Pour les formations sanitaires les plus touchées, Tiao, Tougan, Kiembara, Lanfiera, élaborer des microplans de lutte contre la bilharziose avec un volet communication renforcé.

Ø A l'intention des autorités du ministère de la santé

· Instaurer le système de surveillance basé sur les cas pour la schistosomiase intestinale.

· Assurer l'équipement des laboratoires en matériels médico - techniques (microscope, réactifs) pour le diagnostique de la bilharziose.

· Faire un plaidoyer auprès des partenaires du ministère pour la mobilisation des ressources.

· Former et superviser le personnel de laboratoire.

La présente étude qui s'est déroulée à l'échelle d'un district sanitaire a permis de percevoir que la bilharziose constitue un problème de santé à Tougan. On note une augmentation des cas de 1999 à 2003. La forme urinaire est la plus répandue et toutes les zones semblent également touchées mais une analyse spatiale plus fine montre que certaines aires sanitaires sont plus touchées que les autres. Il s'agit des formations sanitaires de Tiao, Tougan, Kiembara, Lanfiéra . Les résultats ont été obtenus en utilisant un canevas d'analyse documentaire. Ces résultats nous permettent de confirmer les hypothèses énoncées en début d'étude. Aussi, nonobstant les limites potentielles que la présente étude a concédées dans sa méthodologie, l'évolution de la schistosomiase dans le district n'a certainement pas connu une description exhaustive. L'étude n'étant pas exempte d'insuffisances, d'autres recherches sont nécessaires. L'exploration des aspects liés aux complications de la maladie serait à n'en pas douter d'un apport inestimable dans la lutte contre la schistosomiase.

Cependant, la considération et la mise en oeuvre des recommandations ici formulées contribueront à une amélioration qualitative dans la lutte contre la maladie dans le district.

BIBLIOGRAPHIE

Ouvrages

1) Daniel Schwartz, Philippe Lazar, Laure Papoz (2001) Statistique médicale et biologie collection PCEM, 125 pages.

2) François DABIS, Jacques DRUCKER, Alain MOREN (1992)

Epidémiologie d'intervention ,589 pages.

3) Mc Cullen D.B; FRANCOTTE.j (1960) Rapport sur l'enquête préliminaire faite par l'équipe consultative de l'OMS sur la bilharziose. Genève, 56 pages.

4) Ministère de la santé (Burkina Faso); (2002) Guide technique pour la surveillance intégrée de la maladie et la riposte , 254 pages.

5) T.Ancelle,(2002), Statistique Epidémiologie collection sciences

fondamentales, 300 pages.

6) OMS, (1993), Lutte contre la schistosomiase: deuxième rapport du Comité OMS d'expert; Genève, 99 pages.

7) OMS, (1991), Parasitologie médicale - technique de base pour le laboratoire. Genève, 379 pages.

8) OMS (1999), Rapport de la commission consultative

9) SELLIN B; BAOUDAIN C (1981), les schistosomes en Afrique de l'Ouest, Etudes médicales, 78 pages.

10) Université Bordeaux III (1987), Atlas de la répartition mondiale de la schistosomiase, 379 pages.

Rapports et documents non publiés

11) Ministère de la santé, District sanitaire de Tougan (Burkina Faso) (2004) Plan d'action. 95 pages.

12) Ministère de la santé, (BURKINA FASO), (2000), Document de politique sanitaire nationale, 31 pages.

13) Ministère de la santé, (Burkina Faso), (2001) Annuaire statistique DEP.

149 pages.

14) Ministère de la santé, (Burkina Faso), (2002) Annuaire statistique DEP, 167 pages.

15) Ministère de la santé, (Burkina Faso), (2003) Programme National de Lutte Contre la schistosomiase. 47 pages.

Les revues

16) Poda J.N, Parent G, Sondo B (2001),Bulletin Société Pathologie Exotique, Evolution des hydroaménagement sur la distribution des bilharzioses et leurs hôtes intermédiaires au BF, 94 pages.

17) Poda J.N, Wango S.P, Sorgho H, Dianou D, (2002), Bulletin société pathologique Exotique, Evolution récente des schistosomes dans le complexe hydroagricole du Sourou , pages 21 - 24.

18) Kassankogno Y, Gaba K, Cissé K, , (Janvier 2003), Cahiers d'études et de recherches francophones / santé, Les schistosomes en milieu hospitalier : profil épidémiologique au Centre Hospitalier de Kara , pages 183 - 188.

19) Document technique de l'OSTROM. (1976), Rapport de mission OSTROM auprès de l'OCCGE n°6

20) Cullen D, Francotte J OMS, (1960), Rapport sur l'enquête préliminaire faite par l'équipe consultative sur la bilharziose, 48pages.

Les documents Internet

21) http:\\ fr.wikimedia.org

22) http:\\ WWW md.ucl.ac;be

Annexe 1

CANEVAS D'ANALYSE DOCUMENTAIRE DES CAS DE SCHISTOSOMIASE

Formation Sanitaire de :

Année :

Mois

Nouvelles

consultations

Consultants

Cas Schistosomiase Urinaire

Cas Schistosomiase intestinale

 

> 14 ans

 

> 14 ans

- 1 an

1 à 4 ans

5 à 14 ans

M

F

- 1 an

1 à 4 ans

5 à 14 ans

M

F

Janvier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Février

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mars

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Avril

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Mai

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Juin

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Juillet

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Août

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Septembre

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Octobre

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Novembre

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Décembre

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Annexe 2

CANEVAS D'ANALYSE DOCUMENTAIRE DES CAS DE SCHISTOSOMIASE (Laboratoire)

Formation Sanitaire de :

Laboratoire de :

Année :

MOIS

Total examen de Selles

Dont S. mansoni

Total examen d'urine

Dont S. haematobium

Janvier

 
 
 
 

Février

 
 
 
 

Mars

 
 
 
 

Avril

 
 
 
 

Mai

 
 
 
 

Juin

 
 
 
 

Juillet

 
 
 
 

Août

 
 
 
 

Septembre

 
 
 
 

Octobre

 
 
 
 

Novembre

 
 
 
 

Décembre

 
 
 
 

Annexe 3

CHRONOGRAMME DE REALISATION DE L'ETUDE

ACTIVITES

PERIODE D'EXECUTION

Mars

Avril

Mai

Juin

15 Jt

At

15 Sept

18 Oct

Rédaction du protocole

x

x

x

 
 
 
 
 

Recrutement et formation des enquêteurs

 
 
 

x

 
 
 
 

Collecte des données

 
 
 
 

x

 
 
 

Analyse des données collectées

 
 
 
 

x

x

 
 

Finalisation du document

 
 
 
 
 

x

 
 

Dépôt du document

 
 
 
 
 
 

x

 

Soutenance

 
 
 
 
 
 
 

x