WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Impact de la taille des ménages sur la santé de la population: Exploitation des données brutes de l'EDS 2005, Cas de l'ancienne province de Ruhengeri-Rwanda

( Télécharger le fichier original )
par Sam NOHELI
Université Libre de Kigali (U L K) - Licence 2007
Dans la categorie: Biologie et Médecine
  

Disponible en mode multipage

TABLE DES MATIERES

DEDICACE............................................................................................i

REMERCIEMENTS.................................................................................ii

SIGLES ET ABREVIATIONS....................................................................iii

LISTE DES TABLEAUX...........................................................................iv

LISTE DES FIGURES...............................................................................v

LISTE D'ANNEXES................................................................................vi

TABLE DES MATIERES............................................................................1

INTRODUCTION GENERALE.....................................................................4

1. CHOIX ET INTERET DU SUJET.............................................................................4

1.1 Intérêt personnel....................................................................................................4

1.2 Intérêt social..........................................................................................................4

1.3 Intérêt scientifique.................................................................................................5

1.4 Intérêt académique.................................................................................................6

2. DELIMITATION DU SUJET.....................................................................................6

2.1 Délimitation dans le temps....................................................................................6

2.2 Délimitation spatiale..............................................................................................6

2.3 Délimitation dans le domaine..............................................................6

3. PROBLEMATIQUE.............................................................................7

4. HYPOTHESES.................................................................................10

5. OBJECTIFS DE LA RECHERCHE.........................................................11

5.1 Objectif global.............................................................................11

5.2 Objectifs spécifiques......................................................................11

6. CHOIX DES TECHNIQUES ET METHODES............................................11

6.1 LES METHODES..........................................................................11

6.1.1 Méthode statistique....................................................................12

6.1.2 Méthode analytique...................................................................12

6.1.3 Méthode comparative..................................................................12

6.1.4 Méthode historique..................................................................12

7. SUBDIVISION DU TRAVAIL..............................................................12

CHAPITRE I: CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE.....................................14

I.1 DEFINITION DES CONCEPTS................................................................................14

I.1.1 Ménage...............................................................................................................14

I.1.2 Milieu rural.........................................................................................................14

I.1.3 Milieu urbain.......................................................................................................15

I.1.4 Santé....................................................................................................................15

I.1.5 Population............................................................................................................15

I.1.6 Développement....................................................................................................16

I.1.7 Planification familiale..........................................................................................16

I.1.8 La contraception..................................................................................................16

I.1.9 Sécurité alimentaire.............................................................................................17

I.2 CONSIDERATION THEORIQUE SUR LE SUJET.................................................17

I.2.1 Repères sur la problématique de la population....................................................17

I.2.2 La mutualité de dépendance entre le binôme évolution démographique et santé"................................................................................................................................19

I.2.3 Santé et pauvreté..................................................................................................20

I.3 PRESENTATION DU MILIEU D'ETUDE..............................................................21

I.3.1 Economie et infrastructure...................................................................................22

I.3.2 Agriculture et élevage..........................................................................................23

I.3.3 Secteurs social et sanitaire...................................................................................23

I.3.4 Culture et tourisme..............................................................................................23

I.3.5 Education, jeunesse et sport.................................................................................24

I.4 THEORIE DU MODEL CONCEPTUEL..................................................................24

CHAPITRE II: CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES ET DEMOGRAPHIQUE DE LA POPULATION ENQUETEE......................................28

II.1 RAPPEL DE LA DEMARCHE METHODOLOGIQUE...........................................28

II.2 PROCEDURE D'ECHANTILLONNAGE................................................................28

II.3 ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS.........................................29

II.3.1 Caractéristiques socio-économiques et démographiques.....................................29

II.3.1.1 Caractéristiques démographiques..................................................................29

II.3.1.2 Caractéristiques liées aux personnes enquêtées............................................30

II.3.1.3 Défis d'accessibilité aux soins de santé........................................................31

II.3.1.4 Lieu d'habitation et profil des répondants....................................................32

II.3.2 Caractéristiques liés à la fécondité.......................................................................33

II.3.2.1 Taille du ménage influencé par les enfants nés d'une famille......................33

II.3.2.2 Influence de la régulation des naissances sur la santé de la population........35

II.3.3 Caractéristiques liées à la santé...........................................................................37

II.3.3.1 Rôle de la nutrition sur la santé de la population..........................................37

II.3.3.2 Hygiène et santé............................................................................................40

II.3.3.3 Toilette Hygiène de la population.................................................................43

II.3.3.4 Défis de l'ignorance......................................................................................44

II.3.3.5 Droits aux soins de santé...............................................................................45

II.3.3.6 Défis de la distance à la santé de la population.............................................45

II.3.3.7 Moyens de prévention contre les maladies...................................................46

II.3.4 Conclusion partielle..............................................................................................48

CHAP III : L'IMPACT DE LA TAILLE DE MENAGE SUR LA SANTE..............49

III.1 INFLUENCE DE LA TAILLE DU MENAGE SUR LE PLAN NUTRITIONNEL............................................................................................................49

III.1.1 Taille du ménage et qualité de nutrition...........................................................50

III.1.2 Taille du ménage et consommation des fruits...................................................52

III.1.3 Taille du ménage et consommation des légumes..............................................54

III.2 TAILLE DU MENAGE ET PREVENTION CONTRE LES MALADIES............55

III.2.1 Utilisation des moustiquaires imprégnées........................................................55

III.2.2

III.3 TAILLE DU MENAGE ET LE REVENU FAMILIAL..........................................57

III.3.1 Taille du ménage et frais de transport...............................................................58

III.3.2

CONCLUSION PARTIELLE..........................................................................60

CONCLUSION GENERALE.......................................................................................61

BIBLIOGRAPHIE...........................................................................................................67

ANNEXES........................................................................................................................71

INTRODUCTION GENERALE

1. CHOIX ET INTERET DU SUJET

Notre recherche porte sur l'impact de la taille du ménage sur l'état de santé de la population du Rwanda. Elle est centrée sur les habitants de l'ancienne province de Ruhengeri, actuellement partagée en deux grandes parties dont l'une dans la région du nord et l'autre dans celle de l'ouest d'après la nouvelle subdivision politico administrative du Rwanda.

Le choix de ce sujet n'est pas le fruit du hasard. Il s'avère nécessaire de montrer les raisons ayant stimulé notre choix.

1.1. Intérêt personnel

Etant donné que le problème de l'équilibre nutritionnel et alimentaire s'est toujours posé dans le Rwanda ancien et actuel, et que la province de Ruhengeri occupait le premier rang en matière de fécondité. (Atlas géographique, 2005 : 11). C'est notre devoir moral de faire une étude concernant sa fécondité et son état de santé et spécialement que c'est notre milieu natal.

1.2 Intérêt social

L'importance de pouvoir maintenir l'équilibre entre la taille des ménages et les nécessaires pour mieux vivre est aujourd'hui une préoccupation pour tous les pays et au Rwanda en particulier, vue sa densité très forte et son faible niveau économique. Réduire le taux de fécondité, lutter contre la pauvreté, améliorer les conditions de vie de la population rwandaise font couler beaucoup d'encre et de salive dans toute politique de population de notre pays.

Au fil des années, les écrivains ne cessent d'écrire sur les facteurs de déséquilibre démographique, entre autre, la croissance rapide de la population.

Ainsi, un Rwandais, qu'il soit pauvre au non, tant qu'il n'a pas encore pris conscience du manque à gagner lors de la planification reproductive, tentera à n'importe quelle circonstance de faire des enfants malgré les ressources et revenus limités. Bien entendu, il n'y a pas de règle sans exception.

Selon la mentalité traditionnelle, un Rwandais qui mourait sans descendance était mis au tombeau avec un morceau de charbon (signe d'un feu éteint, d'une vie éteinte), et le plus grave encore une famille et/ou couple n'ayant pas beaucoup d'enfants, surtout les garçons, était considérée comme n'ayant pas de force et/ou de successeur.

Aujourd'hui, les couples et/ou familles informés ou non informés des activités du programme de planification reproductive, déploient tout ce qui est en leur pouvoir, et cela malgré leur pauvre revenu, pour faire beaucoup d'enfants sous prétexte que c'est Dieu qui nourrira et éduquera leurs enfants « NIYIRERA », disent - ils.

Il faut souligner que, plus les familles et/ou les couples, surtout les plus pauvres, mettent beaucoup d'enfants au monde, plus leur chance de développer leur revenu diminue et le risque d'un déséquilibre sociodémographique est élevé.

Il est alors nécessaire de faire des études dans ce domaine pour éclairer la population sur la réalité qui prévaut enfin de juguler ce problème.

1.3. Intérêt scientifique

Le choix de ce sujet provient de l'intérêt scientifique d'établir les liens entre le rythme de la fécondité et l'état sanitaire de la population Rwandaise. Il compte apporter un soutient scientifique voire compléter d'autres recherches qui ont été faites sur le rapport entre la taille des ménages et leurs conditions de vie et susciter les goûts des autres démographes qui voudront se lancer dans ce domaine.

Nous estimons que les résultats ainsi que des suggestions qui s'en dégagèrent constitueront une contribution, modeste soit-elle, à l'amélioration des conditions de vie des ménages.

Nous pensons mettre à l'endroit des futurs chercheurs un document de référence scientifique.

1.4. Intérêt académique

En ce qui concerne l'intérêt académique, ce travail répond à une exigence académique à la fin des études universitaires de deuxième cycle, tout étudiant doit rédiger un mémoire original. Ce travail apporte un essai de synthèse de nos connaissances acquises durant notre formation de démographie et un exercice pratique de recherche scientifique.

2. DELIMITATION DU SUJET

Comme toute étude scientifique, notre sujet est délimité dans le temps, dans l'espace ainsi que dans le domaine pour mieux cerner notre recherche.

2.1 Délimitation dans le temps

Elle se situe sur la période de 2005 parce que nous traiterons les données brutes récoltées lors de l'enquête démographique et de santé au Rwanda en 2005.

2.2 Délimitation spatiale

Notre étude n'a pas couvert tout le territoire national par défaut de moyens, du temps imparti

Ainsi donc, nous avons choisi l'ex province de Ruhengeri car, elle est la zone dont l'I.S.F est plus élevé au niveau national et elle est notre milieu natal.

2.3 Délimitation dans le domaine

Cette étude s'inscrit dans le domaine de population et développement. La taille du ménage insinue en d'autres termes le niveau de fécondité, car, plus un couple est trop fécond, plus il abrite beaucoup de membres. En plus tout développement tient compte du nombre de la population cible pour mieux prévoir son rythme de croissance et ses besoins matériels présents et futurs.

3. PROBLEMATIQUE

L'humanité compte environ 6 milliards d'individus et son temps de dédoublement est actuellement estimé à environ 35 ans. Cette prolifération incontrôlée doit être suivie d'une réduction draconienne sinon, l'occupation de la terre par les hommes pourrait devenir extrêmement difficile dans un futur proche (K.O. Emery, 1994:25).

Cette première décennie du XXIème siècle voit d'immenses progrès dans le bien être humain coexister avec un extrême dénouement. En ce qui concerne la situation sanitaire dans le monde, nous pouvons constater certains effets bénéfiques. Pourtant il n'ya jamais eu autant de régressions.

Dans certains pays les plus pauvres, l'espérance de vie s'est effondrée, tombant à moins de la moitié de celle des pays les plus riches (www.who.int).

Il est à noter que 365000 bébés naissent chaque jour dans le monde, soit 4,2 bébés par seconde. Dans le même temps, 155000 personnes meurent, ce qui laisse un solde positif 210000 nouveaux habitants (www.linternaute.com).

Une croissance démographique rapide dans les pays pauvres accroît la demande de services tels que soins de santé et éducation plus vite que la capacité de satisfaire cette demande. Il est non moins évident que les économies ont besoin de grandir afin de réduire la pauvreté. Les données confirment le sentiment que des familles nombreuses et une croissance démographique rapide constitue un frein au développement (www.unfpa.org).

Les données démographiques et économiques à long terme en provenance de 45 pays en développement montrent qu'une fécondité élevée aggrave la pauvreté en ralentissant la croissance économique et en contractant la part des pauvres dans la consommation (www.unfpa.org).

La taille moyenne des ménages dans les pays en développement se situe autour de 5 personnes, avec une diversité régionale forte pour l'Afrique allant de 3,6 personnes au Ghana à 9 personnes au Sénégal ! En France, ce nombre est de 2,4 personnes (www.ird.fr).

Le taux élevé de croissance démographique de l'Afrique dissimule aussi des inégalités marquées à travers le continent.

Les taux oscillent de 2,0 et 1,6% en Afrique du Nord et en Afrique australe. A 2,5 et 2,7% en Afrique de l'Ouest et en Afrique centrale, tandis que la moyenne est voisine de 2,4% pour l'ensemble du continent. Si les taux de croissance démographique les plus élevés s'observent aux Comores, en Gambie, en Guinée, en Jamahiriya Libyenne, au Mozambique et au Sahara occidental, les taux les plus élevés sont ceux du Niger, du Malawi, de l'Ouganda et de l'Angola, où les femmes ont en moyenne sept enfants environ (FNUAP, 1999 :11).

Signalons que l'enquête de 2005 a révélé que l'ISF a augmenté jusqu'à 6,1 enfants par femme (EDS-Rwanda, 2005 :42). Cette forte fécondité a souvent la pauvreté comme origine et est l'un des éléments qui bloque ou ralentit les transitions démographiques (Shoumaker et Taboutin, 1999 : 3).

Un ménage rwandais compte, en moyenne 4,6 personnes ; variant de 4,5 en milieu rural et 4,8 en milieu urbain.

Un ménage sur dix est constitué de 8 à 9 personnes (EDS-Rwanda, 2005 :15). Il est à noter que dans les ménages dont les avoirs sont maigres, le risque de malnutrition est plus élevé quand les naissances se succèdent à moins de deux ans d'intervalle. La santé et l'éducation perdent énormément (www.unfpa.org).

Une forte fécondité influe négativement sur la santé maternelle et infantile. Une femme africaine a des risques élevés de tomber malade et de mourir pendant sa période de gestation, mais ces risques diminuent si elle a moins de 5 enfants (World Bank, 1996 :19-21).

Au Bénin, le septième enfant nouveau-né ou au-delà a 30% plus de risques de mourir dans sa première année de vie que l'enfant du quatrième au sixième rangs et a environ 60% de risques de décéder que celui du second et troisième rangs (World Bank, 1996:20).

Une forte proportion de 500 000 décès maternels qui se produisent tous les ans est due au fait que les femmes ont des grossesses nombreuses qu'elles ne le souhaitent. Quelles que soit l'âge de la mère, la deuxième et la troisième naissance sont les plus sûres, alors que les risques augmentent avec les suivantes. A Matlab et à la Jamaïque, il a été déterminé que la sixième naissance et les suivantes étaient responsables d'un taux de mortalité maternelle trois fois supérieur à celui des deuxièmes naissances (OMS,1990:40).

En Asie du sud à l'exception du Sri Lanka, une femme à moyenne naissance à plus de 6 enfants vivants et a peut- être 8 ou 9 grossesses au cours de sa vie. Elle a une chance sur 18 de mourir de causes liées à la grossesse (OMS, 1990:33).

En Afrique, les taux de mortalité maternelle élevés sont aggravés par une forte fécondité, le nombre moyen de naissances vivantes par femme étant de 6,4. Si à chaque grossesse cette femme a une chance sur 140 de mourir (ce qui correspond à un taux de mortalité de 700 pour 100 000), son risque de décéder de causes liées à la grossesse est au moins d'un sur quinze (OMS, 1990:33).

Au Rwanda, les proportions de décès des femmes montrent que presque 3 décès sur 10(29%) sont dus à des causes maternelles, le taux de mortalité maternelle est de 750 décès sur 100 000 naissances vivantes (EDS-Rwanda, 2005 :35).

Néanmoins, la durée de l'intervalle qui sépare la naissance d'un enfant de la naissance précédente (intervalle inter génésique) influence sur l'état d santé de la mère et de l'enfant. Les intervalles courts (moins de 24 mois) sont nuisibles à la santé et à l'état nutritionnel des enfants et augmentent leurs risques de décéder. Ils amoindrissent la capacité physiologique de la femme et l'expose à l'éclampsie, fausses couches etc. Au Rwanda en général 23% des cas, l'intervalle inter génésique est inférieur à 2 ans, il est de 20,2% en province du Nord (EDS-Rwanda, 2005 :34).

En outre, il est important de signaler que la dynamique de la population affecte les besoins en services de santé. Le facteur population est essentiel dans la formulation des politiques de lutte contre la malnutrition car selon l'OMS, éliminer la faim et la malnutrition est un objectif fondamental des politiques de santé, les quelles doivent garantir l'accès des tous à des quantités suffisantes d'aliments sains selon les modalités culturellement acceptables (OMS, 1988 :69).

Du point de vue de la santé, c'est le manque de nourriture qui constitue le problème essentiel dans bien de régions du monde. Il est à noter que des millions de gens ne peuvent se procurer chaque jour le minimum nécessaire à leur subsistance et parmi eux des milliers d'enfants souffrant de la malnutrition (OMS, 1997:69).

Il a été constaté qu'en Afrique, pas mal de grandes familles tombent en dénutrition surtout lorsque les membres des familles encore très nombreux partagent un repas maigre et peu nutritif. Il en résulte selon les enquêtes démographiques et de santé publiées pendant la décennie 1988-1999, la prévalence du faible poids de naissance s'échelonnant entre 11 et 52% en Afrique subsaharienne.

De 30 à 40% des enfants présentaient un retard de croissance dû à une dénutrition chronique et 10% souffraient d'émaciation en raison d'une dénutrition aigue.

Entre 4% et 40% des femmes en âge de procréer présentaient un déficit pondéral.

Au Nigeria en 2003, 38% des enfants avaient un retard de croissance (OMS, 2006: 66).

Au Rwanda, 45%d'enfants moins de 5 ans souffrent de malnutrition chronique modérée et 19% souffrent de malnutrition chronique sévère.

Trois hommes adultes sur 10 (29%) sont atteints d'anémie ,10% le sont sous une forme légère, 15% sous une forme modérée et 4% des hommes sont sévèrement anémiés (EDS-Rwanda, 2005:164).

Ainsi certaines questions se posent :

Ø Les caractéristiques socio-économiques et démographiques de la population de Ruhengeri ne la prédisposent-elle pas à un mauvais état de santé ?

Ø Quelle relation existe-t-elle entre la taille de ménage et la santé dans l'ancienne province de Ruhengeri ?

4. HYPOTHESES

Compte tenu de la problématique qui précède, notre travail repose sur deux hypothèses susceptibles d'être vérifiées ou nuancées au terme de la recherche :

v Les caractéristiques socio-économiques et démographiques de la population de Ruhengeri les prédisposent à un mauvais état de santé.

v La taille du ménage influence négativement la santé de la population de l'ancienne province de Ruhengeri.

5. OBJECTIFS DE LA RECHERCHE

5.1 Objectif global

L'objectif global de notre étude est de montrer l'impact de la taille des ménages sur l'état de santé de la population de l'ex province de Ruhengeri.

5.2 Objectifs spécifiques

Cette étude se propose comme objectifs spécifiques de :

Ø Décrire les caractéristiques sociodémographiques et économiques des ménages de l'ancienne province de Ruhengeri.

Ø Elucider l'impact de la taille des ménages sur les conditions de vie de la population de Ruhengeri.

Ø Proposer des pistes d'interventions vers l'amélioration des conditions de vie des ménages.

6. CHOIX DES TECHNIQUES ET MÉTHODES

6.1. TECHNIQUES

Une technique est un ensemble des moyens et procédés permettant au chercheur de rassembler les données et les informations sur son sujet de recherche. (RWIGAMBA, 2000). Les techniques sont les simples outils de collecte des données sur un sujet de recherche (NZABANDORA, 2005).

Pour GRAWITZ (2000 :396) une technique est un moyen d'atteindre un but situé au niveau des faits, des étapes pratiques.

Dans cette recherche, les enquêteurs ont recouru à plusieurs techniques dont les techniques suivantes :

6.1.1. Technique d'interview

L'interview est une technique qui a pour but d'organiser un rapport de communication verbale entre deux personnes l'enquêté et l'enquêteur, afin de permettre à l'enquêteur de recueillir certaines informations concernant un objet précis (RWIGAMBA, 2000).

GRAWITZ (2000 :239) définit l'interview comme un procédé d'investigation scientifique utilisant un processus de communication verbale pour recueillir des informations en relation avec un but fixé.

6.1.2. Technique du questionnaire

Le questionnaire est un moyen de communication essentiel entre l'enquêteur et l'enquêté. Il comporte une série de questions concernant les problèmes sur lesquels on entend de l'enquêté une information GRAWITZ (2000 :239).

6.1.3. Technique d'échantillonnage

L'échantillonnage est une opération qui consiste à prélever un certain nombre d'éléments dans l'ensemble des éléments qu'on veut observer ou traiter (RWIGAMBA, 2000). L'échantillon est l'ensemble des éléments sur lesquels on a effectivement recueilli les données. Elle doit être représentative de la population- mère (NZABANDORA, 2005).

L'EDSR-III visait la population des individus qui résident dans les ménages ordinaires à travers tout le pays, en province de Ruhengeri, un échantillon de 940 ménages à été sélectionné. L'échantillon était au départ stratifié de façon à fournir une représentation adéquate des milieux urbain et rural de la dite province.

L'échantillon à été sélectionné à deux degrés. Au premier degré, on à sélectionné des Unités Primaires de Sondage (UPS) à partir de la zone de dénombrement (ZD) du Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 2002, préparé par le Service National de Recensement.

Ces ZD ont servi d'échantillon- maître pour le tirage de grappes, lesquelles ont été sélectionnées avec une probabilité proportionnelle à leur taille, la taille étant le nombre de ménages dans la ZD. Au second degré, un échantillon de ménages a été sélectionné dans ces ZD. Avant le dénombrement de ménages, chaque grande ZD a été divisée en segments dont un seul à été retenu dans l'échantillon. Un nombre fixe de ménages (20 ménages dans une grappe urbaine, 24 ménages dans une grappe rurale) sont sélectionnés, avec un tirage systématique de probabilité égale à partir des listes nouvellement établies au moment du dénombrement.

Tous les membres des ménages tirés sont enregistrés dans le questionnaire du ménage. Chaque femme âgée de 15 à 49 ans que l'on a identifiés dans le ménage, est également enquêtée avec un questionnaire femme. Parmi ces ménages sélectionnés, pour l'enquête auprès des femmes, un ménage sur deux est retenu pour une enquête auprès des hommes. Dans ces ménages, tous les hommes âgés de 15 à 59 ans sont interrogés.

La population mère de notre recherche est de 978093 habitants dont 47%d'hommes et 53% de femmes.

6.2. Les méthodes

OMAR cité par MUKAMWIZA (2006 :6) définit une méthode comme la procédure logique d'une science, c'est-à-dire l'ensemble des pratiques particulières qu'elle met en oeuvre pour que le cheminement de ses démonstrations et de ses théorisations soit clair, évident et irréfutable. Se basant à cette définition, on peut dire que la méthode est un ensemble ordonné des principes, des règles et opérations intellectuelles permettant de faire l'analyse en vue d'atteindre un résultat.

L'étude est descriptive transversale. Par rapport aux objectifs de la recherche, différentes méthodes seront utilisées.

Les données seront collectées à l'aide d'une banque des données de l'EDS-RWANDA, 2005.

Ces données seront en rapport avec la composition des ménages, sa situation sociodémographique et économique, la morbidité, l'utilisation des services sanitaires ainsi que d'autres déterminants y relatifs.

Concernant notre travail, nous appliquerons différentes méthodes qui sont les suivantes :

6.2.1. Méthode statistique

Cette méthode nous a aidé à présenter les données dans les tableaux et graphiques pour bien comprendre les résultats.

Nous avons regroupé les données portant sur les indicateurs retenus pour la vérification des hypothèses dans les tableaux. Ainsi, les résultats ont été présentés dans les différents tableaux pour une interprétation facile à comprendre.

6.2.2. Méthode analytique

Elle nous a permis d'analyser les données récoltées dans la banque des données et en tirer la conclusion. Le modèle conceptuel nous a permis d'identifier les variables dépendantes et indépendantes de l'étude.

En fin le traitement sera effectué grâce aux logiciels SPSS (Statistical package for social sciences). C'est ainsi que les fréquences, les tableaux, seront effectuées.

6.2.3. Méthode comparative

Elle nous a été utile lorsque nous avions à comparer les différents chiffres issus de l'enquête afin de mieux comprendre les corrélations entres différentes variables.

6.2.4. Méthode historique

Elle nous a permis d'analyser des faits ou des données d'une période bien déterminée dans le passé.

7. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Mis à part l'introduction, notre travail est subdivisé en trois chapitres.

Le premier chapitre est consacré au cadre conceptuel et théorique de l'ancienne province de Ruhengeri.

Le second chapitre scrute les facteurs explicatifs de la fécondité au sein de la population de l'ancienne province de Ruhengeri.

Le troisième chapitre s'est basé quant à lui sur l'impact de cette fécondité sur les conditions de vie de la dite population.

CHAPITRE I: CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE

Ce chapitre est consacré à l'éclaircissement de certains concepts clés utilisés dans la présente étude, la revue de la littérature, le model conceptuel et sa théorie ainsi qu'une brève présentation de la zone étudiée.

I.1 DEFINITION DES CONCEPTS

I.1.1. Ménage :

On distingue deux catégories de ménages; ménages ordinaires et ménages collectifs.

-Le ménage ordinaire est constitué par une personne ou par un ensemble de personnes apparentées ou non, qui reconnaissent l'autorité d'une personne appelée « chef de ménage, qui vivent sous le même toit ou même concession, dont la majeure partie des ressources ou dépenses sont en commun et qui prennent leur repas ensemble (MINECOFIN, 2005 : 4).

-Le ménage collectif est constitué de membres sans liens de parenté entre eux qui vivent ensemble en raison des circonstances particulières (prison, casernes, couvent,....)

-Chef du ménage

Est la personne qui se déclare comme tel et dont l'autorité est reconnue par les autres membres du ménage.

I.1.2. Milieu rural :

Le milieu rural correspond à ce qu'il convient d'appeler « la campagne »

(MINECOFIN, 2005 : 5).

I.1.3. Milieu urbain :

Le milieu urbain se caractérise par une densité importante d'habitat et par un nombre élevé de fonctions qui s'organisent en son sein.

C'est le centre des activités secondaires et tertiaires et le cadre d'activités sociales et culturelles importantes.

On peut définir, en relation avec le milieu urbain, les concepts suivants :

Noyaux agglomérés : noyaux caractérisés par la continuité de l'habitat;

Agglomération : ensemble de communes contiguës dont les tissus agglomérés s'interpénètrent largement sur le milieu rural environnant(http://www.google.fr/ consulté le 28/05/2007).

I.1.4. Santé :

Selon Paul ROBERT in Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, la santé est un bon état physiologique régulier et harmonieux de l'organisme humain pendant une période appréciable, indépendamment des anomalies ou des traumatismes qui n'affectent pas les fonctions vitales. (Un aveugle peut avoir la santé)

Remarque : La santé n'est pas seulement l'absence de maladies, de symptômes pathologiques, mais suppose l'absence de menace prévisible et un certain bien-être physique (ROBERT P ,1978 : 138).

I.1.5. Population

Le mot « population »désigne habituellement un ensemble d'êtres humains, animaux, mais aussi végétaux ayant des caractéristiques communes. Selon l'usage, il s'agit d'êtres humains coexistant à un moment donné dans un même espace géographique, et présentant des caractéristiques communes qui les distinguent d'autres individus. Plus communément c'est l'ensemble des habitants d'un territoire, région, état, province, département, ville, commune, village etc.

Mais il peut aussi désigner diverses portions d'un ensemble d'individus qui se distinguent en fonction de critères biologiques (on parle ainsi de population masculine ou féminine, de population adulte) ou sociaux (FNUAP, 2003 : 7).

I.1.6. Développement

Le concept développement a connu une trajectoire historique fortement liée à l'histoire des peuples du tiers monde. Après les indépendances, le rêve était d'avoir le même cheminement dans les pays nouvellement sortis de l'ère coloniale que leurs anciennes puissances. En 1986, Ralph Torrie a proposé la définition suivante : le développement consiste à répondre aux besoins des personnes, tels que définis par celles-ci, sans diminuer la capacité des autres personnes et des générations futures de répondre aux leurs.

Ainsi le « développement durable fut défini comme un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre les capacités des générations futures de répondre à leurs propres besoins (FNUAP, 2003:19).

Selon la Conférence Ministérielle Africaine sur l'Environnement(CMAE) organisée au Caire en Egypte en 1995 par le programme des nations unies pour l'environnement (PNUE, 1992 :24) a défini le développement durable comme étant un développement à la fois communautaire, scientifiquement approprié, économiquement viable, socialement acceptable et écologiquement rationnel.

I.1.7. Planification familiale

Planification familiale. Ensemble des moyens et méthodes qui permettent de conformer a la volonté des parents le nombre et l'espacement des naissances dans une famille.

I.1.8. La contraception

La contraception regroupe l'ensemble des méthodes qui vont permettre un contrôle de la fécondité de la femme pour une meilleure planification des naissances. L'objectif est de ne permettre que des grossesses désirées tout en maintenant une activité sexuelle normale.
Pour qu'une fécondation n'ait pas lieu, il faut empêcher qu'un ovule sain rencontre des spermatozoïdes fécondants dans les voies génitales de la femme. De façon générale, les méthodes de contraception visent à empêcher :

Soit l'ovulation, c'est le cas de la pilule, soit la fécondation, c'est le cas du préservatif, soit l'implantation de l'oeuf fécondé, c'est le cas du stérilet. (.www.ac-nancy-metz.fr)

I.1.9. Sécurité alimentaire

Selon le FAO, la sécurité alimentaire existe lorsque tous les êtres humains ont à tout moment, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active(FAO,1996 : 8).

I.2. REVUE DE LA LITTERATURE

L'équilibre constant entre l'effectif de la population d'un pays donné ainsi que sa production alimentaire suffisante est un facteur important dans le développement de ce dernier. Il est à remarquer que certaines régions du monde produisent beaucoup de vivres jusqu'à jeter d'excédents en mers tandis que d'autres ne sont capables même de s'auto suffire. C'est le cas de plusieurs pays africains dont le Rwanda.

I.2.1. Repères sur la problématique de la population

Si la réflexion sur les liens entre la population et divers aspects des conditions de vie des populations remonte à des temps très anciens (Platon dans l'Athènes classique, Confucius dans l'Empire chinois) il a fallu attendre les travaux de John Graunt en 1662 et, les polémiques entre Condorcet et Malthus au 18 ème siècle pour que le débat prenne une allure scientifique.

C'est pendant depuis bientôt un demi-siècle que les penseurs et les planificateurs se sont réellement préoccupés des aspects pratiques des questions de population (ASSOGBA M, 2003 : 20).

Voici 3 grandes périodes principales à retenir :

Période de 1853 à 1944 :

La première conférence sur la population est organisée à Bruxelles en 1853 dans le but de mettre au point les méthodes de recensement. Elle est suivie, entre 1876 et 1912, par de nombreuses réunions consacrées aux liens entre l'évolution démographique et l'hygiène.

En 1927, Margaret Sanger, Pionnière de la planification familiale, organise de sa propre initiative une conférence à Genève, d'où naît l'union internationale pour l'étude scientifique de la population (UIESP). Pendant cette période, le débat démographique se résume en Europe.

Période de 1945 à 1965 :

Les états unis entrent en scène après la fin de la 2éme guerre mondiale. En 1946, l'ONU crée une commission de la population destinée à traiter des questions démographiques dans un cadre multilatéral dont le rôle est d'étudier le sens et les conséquences de la dynamique des populations.

En 1954 et 1965, l'ONU et l'UIESP organisent des conférences respectivement à Rome et à Belgrade sur le rôle de la fécondité en tant que facteur socio économique du développement.

Période de 1966 à 1994 :

En 1969 fut crée le Fonds des Nations Unies pour les activités en matière de population (FNUAP) aujourd'hui rebaptisé Fonds des Nations Unies pour la Population, par souci de simplification, sans pour autant modifier son acronyme.

Entre 1974 et 1994, l'ONU organise 3 conférences sur la population : Bucarest en 1974, Mexico en 1984, le Caire en 1994.

La conférence du Caire, pour sa part, adopte un programme d'action sur 20 ans (1995-2015) qui remplace le plan de 1974. (LASSONDE, 1996 : 18-21).

Les inquiétudes démographiques font aisément surface, et au niveau mondial, la question a été revitalisée durant les années soixante- dix par l'annonce d'une explosion démographique imminente, sorte de « bombe P » qui hante l'univers.

Elle est aujourd'hui comme une force capable d'entretenir la ruine de la planète. (Ibid., 13)

L'Afrique a été engagé dans ce mouvement depuis une période plus ressente : la CIPD de Bucarest a été le vrai départ de ces préoccupations en 1974. Elles se sont manifestées par une incitation à intégrer la variable population dans les plans de développement qui a prévalu au lendemain des indépendances (ASSOGBA M, 2003 :1).

Le même Auteur poursuit en disant qu'avec la CIPD du Caire en 1994, on a clairement posé la problématique des interrelations entre population santé et développement en général comme incontournables pour un développement durable, on se serait attendu à une systématisation de l'intégration des questions de population dans les programmes de développement.

Le résultat a été plutôt mitigé en termes d'engagements concrets des politiques et des responsables de développement, non pas tant par négligence ni désintéressement, mais parce qu'il a encore un flou dans la compréhension u domaine et de son contenu (Ibid. I).

I.2.2.  Evolution démographique et santé 

Selon l'OMS, le « dividende démographique » est un facteur important pour toutes les couches des populations mais surtout les populations pauvres, qui ont tendance à avoir plus d'enfants et à « investir » moins dans l'éducation et la santé de chaque enfant.

D'une part, si la taille des familles diminue, la situation s'améliore aux plans de la santé et de l'éducation, les enfants ont plus de chances d'échapper aux conséquences que les maladies infantiles peuvent avoir sur leurs capacités intellectuelles et physiques et obtiennent de meilleurs résultats scolaires.

Ils auront moins de risques d'encourir des dépenses médicales excessives et plus de chances d'exploiter au mieux leur potentiel de grain. Une fois devenus adultes, ils disposeront de plus de ressources à investir dans la garde, la santé et l'éducation de leurs propres enfants (OCDE-OMS, 2003 : 26).

D'autre part, l'amélioration concomitante de la situation sanitaire et du niveau d'instruction entraîne une baisse des taux de fécondité et de mortalité. Au bout d'un certain temps, la fécondité en vient à diminuer plus vite que la mortalité, d'où un ralentissement de croissance démographique et une réduction du rapport de dépendance économique (rapport entre le nombre d'actifs et celui d'inactifs). Alors ce dividende démographique devient une source importante de croissance du revenu par habitant dans les pays à faible revenu (BIRDSALL, N et al, 2001 : 56).

I.2.3. Santé et Pauvreté

L'amélioration de la situation de la santé de la population augmente inévitablement ses possibilités de production et de génération de revenus.

Par contre, la maladie est cause d'incapacité temporaire ou définitive de travail et implique des coûts trop élevés pour les ménages pauvres.

196 enfants sur 1000 naissances vivantes meurent avant de fêter leur 5eme anniversaire (Taux de mortalité juvénile).

En outre, 1000 naissances vivantes entraînent la mort de 1071 femmes. Au cours de la période de 1995-2000 et de 750.en 2005.

Le taux de mortalité maternel sous-entend un niveau de santé maternelle qui classe le Rwanda derrière beaucoup de pays africains au sud du Sahara : il représente 2 fois celui de l'Ouganda et de la Tanzanie, 4 fois celui de la Namibie et près de 43 fois celui des pays industrialisés.

D'après les mêmes résultats de l'EDSR-2000, il existe une malnutrition chronique très élevée chez les enfants de plus 43%.

Bien que le taux de soins de santé prénataux donne une moyenne nationale de 82,4%, il ne faut pas perdre de vue que seulement 31% des accouchements s'effectuent dans une structure de santé (EDSR-2000).

Selon les résultats de l'EICU, la distance moyenne pour atteindre un centre de santé est de 5,8km dans les zones rurales et varie de 3,9km dans la province de Gikongoro.

Ces résultats montrent également que 50% des communautés sont éloignées d'au moins 5km d'un centre de santé et 50% des communautés bénéficient des services d'un guérisseur traditionnel.

Considérant les conditions de santé au Rwanda, on s'aperçoit que les indicateurs de santé sont à tous les niveaux très bas et que l'accès aux services de santé est également très limité.

La principale raison à cela serait attribuable à la pauvreté en termes d'accessibilité financière (revenu) de la population (SNR-RWANDA, 2005 :2-4).

Les taux élevés de croissance (2,9 par an) de fécondité et de dépendance de la population constituent une contrainte majeure à la croissance économique.

Le volume actuel de la population Rwandaise témoigne d'un quadruplement depuis 1950 lorsque la population était à 2 millions. Le niveau de fécondité qui demeure élevé est dû à plusieurs raisons : les préférences traditionnelles (socio-économiques) pour beaucoup de familles qui considèrent encore l'enfant comme une source de richesse familiale.

Le taux élevé de fécondité avec une structure de la population encore jeune (50% de rwandais ont moins de 15 ans) montre que l'évolution démographique assurera une augmentation de la population pour les deux prochaines décennies. Le ratio de dépendance est actuellement estime à 110% (MINECOFIN, 2001 : 253).

Fig.1 SCHEMAS DU MODEL CONCEPTUEL

Revenu

Accès aux services de santé

Education

Nutrition

ETAT

DE

SANTE

Hygiene

Contraception

Taille du ménage

Source : Conçu par l'étudiant selon notre plan de la recherche

I.3. THEORIE DU MODEL CONCEPTUEL

L'éducation est le meilleur outil vers une meilleure santé sous plusieurs angles, plus la personne est éduquée, plus elle est dotée d'informations en rapport avec le bien être telles que la prévention de plusieurs maladies, la bonne nutrition, l'hygiène etc.

Quant à l'emploi, lui génère de revenus grâce aux quels les gens parviennent à élever leur mode de vie à travers une meilleure nutrition, hygiène, ainsi que beaucoup d'autres facteurs contribuant au bon état de santé.

Elle influe sur l'ensemble des composantes du développement humain. Bien plus qu'une simple source de connaissances, elle favorise l'hygiène et le recours aux services de santé.

De même, l'accès à l'eau potable et des installations sanitaires adéquates détermine le niveau de santé. En réduisant l'incidence des maladies infectieuses, il améliore l'état nutritionnel des enfants et augmente leurs facultés d'apprentissage.

Une action dans l'ensemble à engager les pays dans une transition sanitaire à l'issue de laquelle prédomineront les maladies chroniques, et non plus les maladies transmissibles.

Cette transition sanitaire accélère la transition démographique vers des taux de fécondité et mortalité pus faibles. De plus, un meilleur niveau d'éducation induit également une meilleure planification familiale.

Lorsque le nombre d'enfants survivants augmente, les familles donnent naissance à moins d'enfants. La taille souhaitée par la famille diminue, et ce processus est facilité par l'existence de contraceptifs facilement disponibles. Au fil du temps, la chute des taux de mortalité infantile et juvénile joue un rôle prépondérant dans le recul des taux de fécondité (PNUD, 2003 :85).

La culture est un autre élément ayant une influence non négligeable sur l'état de santé de la population, au travers les coutumes et tabous interdisant une parie de la population de manger certains aliments tel que les oeufs, la viande de chèvre etc. Hors, nous savons bien que ces aliments sont très importants en nutriments surtout chez les femmes enceintes et/ou allaitantes ainsi que les enfants qui sont eux-mêmes victimes de cette idéologie non fondée. Il est fort probable que cette portion de la population est plus cible à la malnutrition dans les régions ou ces coutumes persistent.

En outre, les niveaux élevés de fécondité enregistres dans la plupart des pays découlent d'une longue tradition culturelle qui encourageait les familles nombreuses surtout dans les zones rurales où une grande famille est encore considéré comme un atout économique (SALAS, R.M ,1981 :106).

L'appartenance à une mutuelle de santé est un autre nouvel facteur très important figurant parmi les nouvelles armes de lutte pour le bien être car la réalité actuelle montre que les coûts des soins de santé deviennent de plus en plus chers et que moyennant le peu de moyens financiers que possèdent les ménages ruraux, l'adhérence à une mutuelle de santé s'avère nécessaire da l'amélioration de l`état de santé dans le but d'accéder aux soins de santé de qualité à moindre coût.

Cette accessibilité ne justifie pas seulement les moyens financiers, elle est aussi d'ordre géographique, c'est-à-dire la distance séparant le ménage et la formation sanitaire, la disponibilité du personnel soignant, de médicaments, la qualité des soins, sont d'autres éléments non négligeables car si défaillants entravent l'accessibilité aux soins sous toutes ses formes, ce qui gâche le niveau de santé de la population environnante.

L'âge au premier mariage est aussi un élément qui reflète l'image du nombre d'enfants qu'aura une famille fertile jusqu'à la fin de sa vie féconde, autrement dit la taille du ménage. Plus un couple se marie trop jeune, plus il a de chances d'avoir beaucoup d'enfants qu'un couple marié à un âge plus avancé. Ainsi la qualité d'alimentation dépendra du nombre d'enfants à nourrir, ce qui se répercute sur l'état de santé de ces ménages.

L'hygiène est l'une des conditions sine qua non pour acquérir une bonne santé car, il figure au premier rang dans la prévention de toutes les maladies contagieuses.

Au cas où celui-ci fait défaut, surgissent les maladies dites de mains sales telles le cholera, la dysenterie, les diarrhées, la fièvre typhoïde etc. Elles tuent des milliers de personnes en cas d'épidémies surtout dans les pays pauvres.

Près de 1,2 milliard de personnes n'ont pas accès à une eau potable ; deux fois plus d'individus ne bénéficient pas d'installations d'assainissement approprié. La mauvaise qualité de l'eau est à l'origine de maladies comme la diarrhée, le cholera, le trachome et l'onchocercose. La gale et le trachome sont liés à la quantité d'eau disponible tandis que les eaux stagnantes sont le milieu favorisant la transmission du paludisme et de la schistosomiase (WELL, 1999 : 35).

L'accès à des quantités d'eau suffisantes est également essentiel pour la production alimentaire, laquelle permet d'améliorer la nutrition, la santé et la capacité des individus de résiste aux maladies et d'en guérir.

L'absence d'installation d'assainissement accroît la transmission des maladies liées aux excréments parmi lesquelles figurent certaines maladies transmises par voie féco-orale comme les helminthes (OCDE, OMS, 2003 : 71).

La taille du ménage est un élément important pour évaluer surtout la qualité de l'alimentation de ce ménage. Il est évident qu'il est difficile de nourrir un ménage ayant beaucoup de membres que celui qui en a moins. Il s'observe que les chefs des ménages luttent pour la quantité de nourriture car il est plus cher d'avoir aussi la bonne qualité des repas pour un grand nombre de membres du ménage surtout en Afrique.

La nutrition enfin est un élément qui montre directement le niveau de santé da toute personne car, c'est grâce à celle-ci qu'un enfant grandit, devient adulte et produit, sans nutrition, il n'y a de vie pour toute espèce vivante. Quand elle devient insuffisante, les victimes sont malnutris et leur santé est compromise et sujette à toute forme de maladie.

I.4. PRESENTATION DU MILIEU D'ETUDE

Nous décrivons l'ancienne province de Ruhengeri car notre étude a utilisé les données brutes de l'enquête démographique et de santé qui a été publiée en 2005 un peu avant la reforme administrative que nous connaissons actuellement.

Ruhengeri est une des 12 provinces du Rwanda. Elle est constituée de 10 districts en plus de la ville de Ruhengeri et couvre une superficie de 1 665 km2 soit moins d'un dixième de la superficie du Rwanda.

Ruhengeri et ses districts

BUGARURA

BUHOMA

BUKAMBA

BUKONYA

BUTARO

CYERU

KINIGI

MUTOBO

NYAMUGARI

NYARUTOVU

VILLE DE RUHENGERI

 

http://www.minaloc.gov.rw/ consulté le 28/05/2007

Elle est située au nord du pays, limitée au Nord par la frontière de la République de l'Uganda, au Nord-Ouest par la République Démocratique du Congo, à l'Est par la province de Byumba et de Kigali-Ngali, à l'Ouest par la province de Gisenyi et au Sud par la province de Gitarama.

Avec un relief accidenté, dominé par des hautes montagnes et surplombé par une chaîne des volcans dont le climat est le sommet du Karisimbi avec 4507 mètres d'altitude. Avec une altitude moyenne de 2 000m, la province regorge d'une diversité variée de faune et de flore.

Ruhengeri est la province la plus peuplée du pays. Sa population totale est estimée à 978 093 habitants dont 47% d'hommes et 53% de femmes, ce qui fait le record de densité soit 537 hab. / km2.

I.4.1. Economie et infrastructure

A part l'agriculture, l'autre activité économique qui attire plus la population est le commerce des produits surtout vivriers et manufacturiers. On compte actuellement dans la province de Ruhengeri 608 personnes physiques et 54 personnes morales immatriculées au registre de commerce.

Le secteur industriel est représenté par deux usines : SOTIRU (Société de Transformation Industrielle de Ruhengeri) et SOPYRWA (Société de Pyrèthre du Rwanda). Partout dans la province, on rencontre des mines et carrières pour le wolfram, le coltan, la cassitérite ainsi que les pierres et le sable de construction.

Le transport routier s'effectue sur un réseau de 515 km de routes régionales dont 115 km de routes asphaltées ainsi que 62 km de routes régionales pouvant être comptées au nombre de routes nationales. Plus de 5 compagnies de transport en commun desservent la province et le transport lacustre se fait sur les deux lacs Bulera et Ruhondo et sur les différents cours d'eau et les rivières Mukungwa et Nyabarongo.

Dans le secteur de l'énergie, Ruhengeri abrite deux des plus importants barrages hydroélectriques du pays Il s'agit de Mukungwa et Ntaruka. Suite à des pannes et à la baisse du niveau du Lac Bulera, peu d'habitants surtout à la campagne sont desservis en électricité.

I.4.2. Agriculture et elevâge

En général, plus de 95 % de la population de la province de Ruhengeri vit de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche.

I.4.3. Secteurs social et sanitaire

On compte sur toute l'étendue de la province de Ruhengeri 328 établissements à titre de centres de santé ou dispensaires, deux grands hôpitaux : Ruhengeri et Nemba et plusieurs pharmacies.

I.4.4. Culture et tourisme

Une partie du Parc National des Volcans couvre une étendue de 12 000 ha de forêt naturelle. On y trouve toute une diversité de faune : buffles, singes dorés, gorilles de montagnes, etc. et de flore dont la bambouseraie.

En plus de cela, on y trouve différentes autres attractions touristiques telles que les grottes de Musanze, Chutes de Mukungwa et de Mpenge, Tambour de Ruganzu, Mont Nyamagumba, Montagne de Sinayi, Montagne de Gatare, Rochers de Nkuli, Sommet du Mont Kabuye, Chute de Rusumo, le Marais de Rugezi et les deux lacs suspendus Bulera et Ruhondo.

I.4.5. Education, jeunesse et sport

Dans le secteur de l'éducation, on dénombre dans la province de Ruhengeri 5 écoles maternelles, 2 302 écoles primaires, 1 420 écoles secondaires et 3 institutions d'enseignement supérieur (National Census Service, 2004).

CHAPITRE II: CARACTERISTIQUES SOCIO-ECONOMIQUES ET

DEMOGRAPHIQUE DES MENAGES DE L'ANCIENNE PROVINCE DE RUHENGERI.

Dans ce chapitre, nous avons analysé les caractéristiques sociodémographiques et économiques de la dite population.

En fin, nous avons relevés les différents défis eu égard à l'accès aux soins de santé.

II.1 : Analyse et interprétation des résultats.

II.1.1 : Caractéristiques socio-économiques et démographiques

Quelques caractéristiques ont été retenues pour bien vérifier la première hypothèse.

II.1.1.1 : Caractéristiques démographiques

Les femmes interrogées ont toutes l'age compris entre 15 et 49 ans c'est à dire l'age sexuellement actif.

Tableau 1: Caractéristiques selon les groupes d'âges.

 

Fréquence

Pourcentage

15-19

20-24

25-29

30-34

35-39

40-44

45-49

Total

235

184

140

122

84

99

76

940

25.0

19.6

14.9

13.0

8.9

10.5

8.1

100.0

Source:Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Le tableau 1 montre les tranches d'âges des enquêtés, nous remarquons que tous sont dans l'âge sexuellement productif, mais également, on note une nette représentation de la tranche de personnes âgées entre 15 et 19 ans qui occupe elle seule, 25% du total.

L'age des mères est l'une des déterminants de la taille des ménages d'une population donnée, car une fille mariée à bas age est susceptible de mettre au monde beaucoup d'enfants que celle qui se marie à l'age avancé aussi longtemps que les deux n'emploient pas de méthodes de régulation de naissances.

Il est évident que le nombre de femmes enquêtées décroît avec leur avancée en age sauf le groupe de femmes âgées de 40-44 ans.

II.1.1.2 : Caractéristiques liées à l'éducation des personnes enquêtées.

L'éducation joue un rôle positif à la santé de la population en tous sens notamment dans le domaine d'hygiène, nutrition, accessibilité aux soins de santé etc.

Tableau 2: Niveau d'éducation des répondants

 

Fréquence

Pourcentage validé

Aucune instruction

Primaire

Secondaire

Supérieur

Total

261

593

84

2

940

27.8

63.1

8.9

0.2

100.0

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Les résultats du tableau ci-dessus, montrent qu'à peu près un tiers des enquêtés c.-à-d. 261 sur 940, soit 27.8% n'a jamais été au banc de l'école, plus de la moitié, soit 63.1% ont fait l'école primaire, seuls 84 sur 940 ont un peu avancé à l'école secondaire et 0.2% soit 2 enquêtés seulement ont un niveau universitaire. Pour assurer le développement d'un pays, l'éducation est le meilleur investissement qui soit. Elle contribue à l'amélioration de l'état de santé et à l'augmentation des revenus de la population, ainsi qu'à une participation accrue à la vie communautaire.

Ces résultats nous montrent combien la femme rwandaise n'a pas la chance de bénéficier de l'éducation (50%) de niveau primaire suite à la culture qui privilégie l'éducation des garçons par rapport à celle des filles, ce qui incitent les dernières à jouer aveuglement le rôle de reproduction uniquement. Par conséquent elles font beaucoup d'enfants sans base de revenu. Ensuite les parents de ménages pauvres ne peuvent se permettre d'envoyer à l'école autant d'enfants et pour autant d'années que les parents dans des ménages plus aisés.

Lorsque la situation économique les oblige à faire un choix, les parents ont tendance à investir dans l'éducation d'enfants spécifiques qui expriment un désir profond d'aller à l'école et de réussir, quel que soit le sexe. Pour assurer le développement d'un pays, l'éducation est le meilleur investissement qui soit. Elle retombées sociales et économiques s'avèrent particulièrement considérables lorsque les filles bénéficient d'une éducation.

L'éducation de base universelle est un objectif que la communauté mondiale s'est engagée à atteindre depuis 1990. Deux des huit Objectifs de développement du millénaire, assurer l'éducation de base pour tous et éliminer les disparités entre les sexes à tous les niveaux de l'enseignement, soulignent la portée considérable de cet enjeu et l'importance d'assurer l'éducation des filles.

II.1.1.3 : Défis d'accessibilité aux soins de santé

Dans le monde moderne, l'accessibilité aux soins de santé sous entend plusieurs paramètres notamment, l'argent pour payer les frais de transport vers une formation sanitaire donnée car, la plupart de gens habite à une certaine distance par rapport à une formation sanitaire.

Tableau 3: Coût de transport vers la formation sanitaire

 

Fréquence

Pourcentage

Grand problème

Petit problème

Total

S R

TOTAL

582

356

938

2

940

61.9

37.9

99.8

0.2

100.0

Source:Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Le tableau 3 présente les points de vue des enquêtés en rapport avec les frais à payer le transport vers la formation sanitaire.

Contrairement au tableau précède, 61.9% éprouve un grand problème d'argent pour payer le transport vers un hôpital ou un centre de santé tandis que le reste c'est à dire 38% l'ont qualifié de petit.

II.1.1.4 : Lieu d'habitation et profil des répondants

Le milieu d'habitation influence aussi la taille du ménage à cause de plusieurs facteurs notamment les coûts/ dépenses -enfants qui ne sont pas les mêmes en milieu rural qu'en milieu urbain.

Tableau 4: Lieu de résidence

 

Fréquence

Pourcentage validé

-Urbain

-Rural

-Total

160

780

940

17.0

83.0

100.0

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

La lecture du tableau ci-dessus nous laisse remarquer que sur 940 enquêtés, 780 soit 83.0% sont du milieu rural et le reste c'est à dire 160 soit 17% sont urbains.

Nous remarquons une nette dominance du milieu rural qu'urbain.

Cette représentation reflète la pourcentage des habitants de ces deux différents milieux. Ainsi la perception de la taille du ménage n'est pas la même pour les habitants urbains que les ruraux, car pour les premiers, un enfants leurs semble comme un lourd fardeau à porter tandis qu'il est perçu pour les derniers comme un aide précieux car il travaille des son très bas age.

II.1.2 : Caractéristiques liées à la fécondité

La culture rwandaise est favorable à la fertilité nombreuse, les tableaux suivants vont y faire des éclaircissements.

II.1.2.1 : Taille du ménage influencée par les enfants nés d'une famille

La taille du ménage est influencée principalement par le nombre d'enfants nés d'une famille.

Tableau 5: Nombre total d'enfants nés par ménage

 

Fréquence

Pourcentage

Rang de naissance

O

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

Total

331

74

83

88

85

61

53

53

43

40

12

10

5

2

940

35.2

7.9

8.8

9.4

9.0

6.5

5.6

5.6

4.6

4.3

1.3

1.1

.5

.2

100.0

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Le tableau numéro 5 montre le nombre d'enfants nés par famille, il saute déjà aux yeux que un peu plus du tiers des interviewés c'est à dire 331 sur 940 soit 35.2% n'a aucun enfant, cela peut s'expliquer principalement par l'effet de l'âge car le groupe des moins âgés (15-19 ans) représente à lui même 25% du total soit 235 sur 940 enquêtés.

Il est à noter également une proportion autant égale des familles ayant entre 4 et 9 enfants qui comptent un Pourcentage cumulé de 35% du Pourcentage total cumulé. On y trouve même des familles très fertiles qui ont même entre 10 et 13 enfants malgré qu'elles ne soient que peu nombreuses (3.1% du total) mais nous font aussi un message en matière de fécondité à ne pas négliger.

Tous ces indices indiquent qu'il y a encore une forte natalité au sein de cette population. Hors nous savons que même avec des taux plus modestes de fécondité, il peut y avoir un grand nombre de naissances annuelles, en raison de la dynamique démographique -- le fait qu'il y a plus de femmes d'âge fécond à la suite de la fécondité élevée du passé. Même après que la fécondité soit tombée au niveau de remplacement d'environ 2,1 naissances par femme, le taux de croissance de la population reste stationnaire à long terme et les effectifs de la population continuent à augmenter pendant au moins une génération

Ce tableau montre bien qu'il faut agir rapidement à fin d'éviter des pressions démographiques très alarmantes dans les jours à venir.

II.1.2.2 : Influence de la régulation des naissances sur la santé de la population

La taille du ménage est à grande partie influencée par l'emploie de méthodes contraceptives par le couple.

Tableau 6: Niveau d'utilisation des méthodes contraceptives

 

Fréquence

Pourcentage

N'a jamais utilisé

Méthodes traditionnelles

Méthodes modernes

Total

755

37

148

940

80.3

3.9

15.7

100.0

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Il ressort de ce tableau que la majorité des enquêtés soit 755 sur 940(80.3%) affirment de n'avoir jamais utilisé aucune méthode contraceptive. Cela explique librement la présence des couples ayant plus de 7 enfants voire 13 même si, ce dernier ne représente qu'une petite proportion de 0.2%

37 sur 940 soit 3.9% ont déclaré avoir employé les méthodes traditionnelles telles que l'allaitement maternel prolongé, le coït interrompu, l'abstinence etc.

Quant aux Méthodes modernes n'ont été utilisées que par 148 répondants sur 940 soit 15.7%

Faisant référence aux objectifs de la planification reproductive, selon le MINISANTE et l'OMS cette dernière est entravé par plusieurs obstacles ; entre autre la mentalité des rwandais vis à vis à la place accordée à l'enfant dans la société rwandaise.

Dans la société rwandaise, l'enfant détient une valeur primordiale. C'est en lui que se trouve la force vive de la famille et de la nation.

Un grand philosophe rwandais, Monseigneur Alexis KAGAME cité par MUKAYIRANGA (1986 :16) a dit : « Notre raison d'être, celle de notre peuple, a toujours été enfants. Pour nous, c'est la plus grande valeur que nous ayons.... ».

L'enfant constitue non seulement le renouvellement, mais aussi l'héritage pour les parents, les bras pour le travail, la force, la défense et la puissance de la famille et du clan, et un lien avec d'autres familles par le biais du mariage. Tout l'environnement social étant donc en faveur d'une fécondité élevée.

Traditionnellement, le Rwandais croit qu'un enfant qui est né aura toujours de quoi vivre, car celui qui l'a crée déterminera ce qui doit lui faire vivre. Car c'est Dieu qui donne les enfants, disent les Rwandais.

Le Rwandais, très conscients de son impuissance devant la mort, notamment celle de ses enfants, doit donc avoir suffisamment d'enfants pour s'assurer des descendants qui survivront jusqu'à l'âge adulte. Cette notion de prévention prend toute son importance car la mortalité infantile et juvénile (mortalité avant 5 ans) est très élevée : 86 %o (ESDR III, 2005 :175).

En effet, pour une question comme celle- ci : « combien d'enfants faut- il pour avoir quelques descendants survivants ? Le Rwandais traditionnel vous répondra simplement : « le plus possible ». Autrement dit le maximum qu'on puisse avoir, puisque il met en ligne de compte les décès éventuels.

Un père de famille trouve habituellement sa fierté dans les enfants, surtout mâles qui seront un jour appelés à le remplacer mais devront auparavant l'assister dans ses maladies, infirmités, vieux jours, et à n'importe quel moment en cas de besoin.

Les enfants constituent donc, pour les parents, une sorte d'assurance- vie, assurance -maladie, assurance accident, assurance du bien être en tout .Donc tout, absolution tout, au Rwanda, convergeait vers la recherche et la protection d'une force fécondité.

Traditionnellement, et mentalement, seuls les ennemis souhaitaient aux autres de n'avoir pas d'enfants et allaient même jusqu'à l'empoisonnement. Jusque récemment, les seules naissances indésirables, dans le Rwanda traditionnel, étaient les naissances illégitimes et les faux jumeaux de sexes opposés.

II.1.3 : Caractéristiques liés à la santé

Le bien être de la population s'évaluent dans plusieurs angles, notamment en santé selon laquelle, différentes facettes peuvent être scrutées  comme la nutrition, l'hygiène, la qualité de l'eau à boire, la connaissance de la population sur les moyens de prévention contre les maladies transmissibles etc.

II.1.3.1 : Rôle de la nutrition sur la santé de la population

La santé ne s'explique pas nécessairement en l'absence de maladie, mais également par la qualité de nutrition surtout des enfants d'un ménage car ceux-ci forment un groupe vulnérable aux maladies liées à la dénutrition.

Tableau 7: Consommation du lait frais ou en poudre dans les 7 jours qui précèdent l'enquête.

 

Fréquence

Pourcentage

Non

1

2

3

4

6

7

Total

Perdue

Système

Total

TOTAL

347

10

6

5

2

1

22

393

1

546

547

940

88.3

2.5

1.5

1.3

0.5

0.3

5.6

100.0

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

A la lecture du tableau 7, nous remarquons que seuls 393 enquêtés ont bien répondu à la question de savoir le degré de consommation du lait frais ou en poudre dans la semaine qui précéda l'enquête, donc, ce nombre a été considéré comme l'effectif total. Les uns n'ont pas répondu (9 cas) et les autres (546 cas) ont disparu du système informatique.

La majorité des répondants c'est à dire 347 sur 393 soit 88.3% n'ont jamais goûté du lait au courant de cette semaine qui précède l'enquête. Mais seuls 22 sur 393 soit, 5.6% ont déclaré l'avoir consommé quotidiennement.

Nous savons que le lait de vache est une source plus fiable de calcium et de vitamines.

Depuis les dix dernières années, on trouve sur le marché des boissons enrichies à base de plantes, telles que les boissons de soya. Bien qu'elles soient souvent enrichies en calcium, en vitamine D et en autres nutriments, ces boissons ne sont souvent pas équivalentes au lait de vache sur le plan nutritionnel. Le lait demeure le choix à privilégier puisqu'il représente la source de calcium la plus fiable.

De plus, les études ont démontré que la vitamine D contenue dans le lait de vache est utilisée de façon plus efficace par l'organisme que celle ajoutée à la plupart des boissons de soya. Les produits laitiers, quant à eux, sont des sources très fiables de calcium. En effet, le calcium présent dans les produits laitiers jouit d'une bonne biodisponibilité et y est distribué de façon uniforme.

Le lait est enrichi de vitamine D3 (ou cholécalciférol). Cette forme de vitamine D est considérée comme étant la plus efficace chez l'homme. Les études menées au cours des dernières années indiquent que les adultes, tout comme les enfants, auraient avantage à maintenir un apport optimal en vitamine D afin de préserver l'intégrité de leurs os. Il en va de même pour les personnes plus âgées qui pourraient réduire ainsi leur risque d'avoir une fracture de la hanche ( http://www.plaisirslaitiers.ca). Il est évident que le manque de lait surtout pour les petits enfants en pleine croissance est un problème sérieux qui pourrait causer l'insuffisance pondérale due a la malnutrition protéino-calorifique.

II.1.3.2 : Hygiène et santé

Beaucoup d'auteurs mettent l'eau au même pied d'égalité que la vie, cela veut dire que la qualité de l'eau à boire influence beaucoup sur la qualité de la santé des consommateurs.

Tableau 8: Source d'eau à boire

 

Fréquence

Pourcentage

-Eau du robinet dans le logement ou la cour

-Puits protège dans le logement ou la cour

-Fontaine publique

Puits ouvert dans le logement ou la cour

-Puits public ouvert

-Puits publique protégés

-Source

-Fleuve /Rivière

-Mare/Lac

-Barrage

-Eau de pluie

-Autre

-S R

-Total

2

29

261

1

108

21

324

131

47

6

1

1

8

940

0.2

3.1

27.8

0.1

11.5

2.2

34.5

13.9

5.0

0.6

0.1

0.1

0.9

100.0

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Le tableau 8 montre les différentes sources d'eau à boire au sein de la population concernée. Sur 940 répondants, 324 soit 34.5% utilisent l'eau de source, tandis que, 261 soit 27.8% puisent sur des robinets publiques, 5% emploient l'eau des lacs ou de mare et un ménage soit 0.1% seul dépend de l'eau de pluie au moment ou, seuls 2 ménages soit 0.2% utilisent l'eau du robinet dans le logement ou la cour.

Ce tableau indique combien l'eau coûte cher en termes du temps, de la distance ( car la plupart de ménages n'a pas de leurs propres robinets ), ainsi vue que la majorité de ménages emploie l'eau de plusieurs sources et qui est puisée à distance de logements respectifs, sa qualité laisse beaucoup à désirer car elle est sujette à plusieurs formes de pollution.

Hors, avoir accès à l'eau de qualité et en quantité suffisantes, est désormais reconnu comme un droit fondamental de l'être humain. Se laver les mains et boire de l'eau potable peut avoir un impact majeur sur l'hygiène et la santé d'une famille. Les femmes ont un rôle à jouer particulièrement important dans ce domaine. La pauvreté entraîne souvent la maladie, qui renforce la pauvreté : ce cercle vicieux retarde le développement économique et social.

L'eau est une nécessité fondamentale de la vie, non seulement pour les être humains, mais également pour toutes les espèces de plantes et d'animaux. Elle est essentielle non seulement à la survie, mais aussi pour sa contribution à la qualité de notre vie.

L'eau est utilisée pour produire de l'énergie et pour fabriquer des choses. Elle sert au transport et se prête à de nombreux usages récréatifs. Elle est essentielle à l'hygiène personnelle et aide à éliminer nos déchets. Certains croient que la quantité d'eau que nous utilisons et la façon dont nous l'utilisons importent peu. Bien au contraire.

L'eau est une ressource limitée et la plupart des utilisations qu'on en fait en réduit la qualité. Comme il n'y a pas d'eau «nouvelle», l'eau d'aujourd'hui est aussi celle de demain.

Non seulement faut-il se préoccuper des quantités d'eau que nous consommons, mais également de ce qui entre dans nos sources d'eau et qui finit par polluer. La pollution de l'eau est un problème grave dans nos lacs, et nos rivières.

La plupart des gens pensent que la pollution de l'eau vient directement d'une usine ou d'une autre source reconnaissable, un type de pollution appelée «pollution ponctuelle».

Aujourd'hui, la plus grande source de pollution, c'est nous - vous et moi - et ce que nous faisons tous les jours.

Ce type de pollution est appelé «pollution diffuse» parce qu'on ne peut l'attribuer à une seule source. Il est impossible de dire quelle quantité de pollution provient de quelle source. Voici des sources de pollution diffuse qui aboutissent dans nos cours d'eau: les huiles usées versées dans les collecteurs d'eaux pluviales; les sols érodés qui s'écoulent des sites de construction; la graisse jetée au lavabo par les restaurants et les cafétérias; les pinceaux nettoyés dans la rue; les produis chimiques superflus jetés par terre; et les engrais et pesticides qui s'écoulent des champs agricoles et des parterres des villes. Cela vous dit quelque chose? D'où la si grande importance d'agir proprement et d'apprendre à prévenir une telle pollution.

Aux quatre coins du monde, des millions de personnes, en particulier des femmes et des enfants, passent une grande partie de leurs journées à la recherche de « l'or bleu ». C'est non seulement du temps qu'ils ne pourront consacrer à leur famille ou qu'ils ne pourront passer à l'école, mais sans un approvisionnement régulier en eau, ils risquent la maladie, l'infection, parfois la mort.

Comme la pauvreté, l'eau est répartie de façon inégale dans le monde. La consommation en eau est irrémédiablement liée aux disparités économiques qui sévissent aux quatre coins de la planète. La consommation quotidienne en eau par habitants dans les zones résidentielles s'élève à 600 litres en Amérique du Nord et au japon, entre 250 et 350 litres en Europe, elle est de 10 à 20 litres en Afrique sub-saharienne.

II.1.3.3 : Toilette et Hygiène de la population

Les excréments humains sont dangereux à notre vie quotidienne, c'est pourquoi ils doivent être prudemment enchâssés loin de tout contact avec l'homme.

Tableau 9: Type des toilettes

 

Fréquence

Pourcentage

-Chasse d'eau

-Fosse /Latrine non couverte

-Fosse/Latrine couverte

-Pas de toilette, nature

-S R

-Total

Perdu

TOTAL

12

617

278

23

8

938

2

940

1.3

65.6

29.6

2.5

0.9

100.0

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Les résultats du tableau ci-dessus montrent les types de toilettes utilisées par les ménages enquêtés. Nous remarquons que 617 ménages sur 940 soit 65.6% utilisent les latrines non couvertes ou fosses arabes. 29.6% emploient des latrines couvertes, et seuls 1.3% utilisent les toilettes à chasse d'eau.

Il est à noter également qu'il existe des ménages qui s'exonèrent dans la nature dont la proportion atteint 2.5% soit 23 ménages sur 938 ménages enquêtés. Sur ce point on se contente de dire qu'à-peu-près chaque ménage possède sa toilette malgré que leurs qualité et entretien restent mal connus. Par conséquent, il est à signaler que si la majorité de cette population utilise des latrines non couvertes, et si leur hygiène n'est pas si rigoureuse, elle pourra attraper facilement les maladies dites de mains sales.

En plus, cette poignée de ménages qui s'exonèrent dans la nature peut être une source de maladies pour toute la communauté car, l'évacuation insalubre des fèces et des urines humaines (excréta) dans la nature ou dans des latrines moins appropriées, conduit à la contamination du sol et des sources d'approvisionnement en eau.


Les excréta risquent d'autre part, de constituer des foyers d'infestation où les insectes vont proliférer et propager l'infection. Enfin ils attirent les animaux domestiques, les rongeurs, la vermine, occasionnant ainsi une gêne difficilement tolérable.

Une bonne évacuation des excréta, permet de lutter efficacement contre le choléra, les fièvres typhoïdes et paratyphoïdes, les dysenteries, les diarrhées infantiles et autres infections intestinales ou parasites intestinaux.

II.1.3.4 : Défis de l'ignorance

L'ignorance d'une formation sanitaire peut influencer négativement l'accessibilité aux soins de santé au sein de la population.

Tableau 10: Connaissance du lieu ou se faire soigner

 

Fréquence

Pourcentage validé

Grand problème

Petit problème

Total

Perdu

TOTAL

63

876

939

1

940

6.7

93.3

100.0

Source: Nos résultats à partir de l'EDS- Rwanda 2005

La connaissance de la formation sanitaire est l'un des facteurs facilitant la personne d'aller se faire soigner au moment elle tombe malade, comme le montre le tableau 9 ; 876 enquêtés soit, 93.2% ont qualifié d'un petit problème la connaissance du lieu ou ils peuvent aller consulter un agent de santé en cas de besoin. Seuls 63 soit, 6.7% l'ont qualifié d'un grand défi. Cette méconnaissance du lieu d la formation sanitaire peut s'attribuer à plusieurs raisons notamment, le nombre insuffisant des formations sanitaires qui servent la population d'ou u grand rayon d'action pour ces FOSA. En outre, elle peut être due à un problème d'ignorance et de pauvreté car comme l'a montré le tableau 8 ; une portion de 27% de la population enquêtée ne sait ni lire ni écrire, il ne serait pas étonnant si elle consulte les féticheurs et autres guérisseurs traditionnels quand eux ou les leurs sont tombés malades.

II.1.3.5 : Droits aux soins de santé

La problématique liée aux droits de se faire soigner est aussi l'une des barrières à l'accès aux soins et peut influencer négativement à la qualité de la santé.

Tableau 11: Permission de se faire soigner

 

Fréquence

Pourcentage

Grand problème

Petit problème

Total

S R

TOTAL

21

918

939

1

940

2.2

97.8

100.0

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

La lecture du tableau 11 relate le degré du problème lié à la permission d'aller se faire soigner. Comme le montre le tableau précèdent, ce problème n'est pas majeur car, presque tous les enquêtés c'est à dire 918 sur 939 (car il y a un cas sans réponse) ont affirmé que c'est un petit problème pour eux.

II.1.3.6 : Défis de la distance à la santé de la population

La distance séparant la population donnée à la formation sanitaire peut être un problème épineux à la santé de la population vue les moyens économiques très limités de la population rwandaise.

Tableau 12: Distance par rapport à la formation sanitaire

 

Fréquence

Pourcentage

Grand problème

Petit problème

Total

236

704

940

25.1

74.9

100.0

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Le tableau 12 fournit également le défi en matière de distance vis à vis la formation sanitaire. Il montre que la distance parait d'un grand problème pour une proportion de 25.1% soit 236 sur 940 enquêtés, tandis que le reste c'est à dire 74.9% ne l'ont qualifié de petit problème.

Si ce problème n'est pas levé, la population en soufre et il y a risque de perdre beaucoup de vies humaines même devant des cas moins sévères, tout simplement à cause d'une grande distance à faire pour atteindre un hôpital ou un centre de santé.

II.1.3.7 : Moyens de prévention contre les maladies

L'utilisation des moustiquaires imprégnées est l'une de méthodes de nous protéger contre la malaria dans les pays endémiques. Son niveau d'utilisation détermine le degré de sensibilisation de la population à l'égard de ce fléau.

Tableau 13: Utilisation de la moustiquaire imprégnée

 

Fréquence

Pourcentage validé

NO

OUI

TOTAL

838

102

940

89.1

10.9

100.0

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

D'autre part, au court de l'enquête, on a demandé à tous les enquêtés s'ils utilisent les moustiquaires imprégnés dans leurs maisons pour leur protéger contre le moustique responsable de la malaria, on remarque un taux d'utilisation très bas, avec seulement 10.9% tandis que 89.1% ne l'utilisent pas.

Conclusion partielle :

Selon les résultats de l'EDS-2005 ; 27% des personnes enquêtées sont illettrées, tandis que 63% ont fait uniquement les études primaires. Sur le plan financier, 61% ont du mal à trouver de l'argent pour se payer du taxi au cas où elles veulent aller à la FOSA. En plus, 89% n'utilisent pas de moustiquaires imprégnées tandis que 80% n'utilisent jamais aucune méthode contraceptive. Sur le plan nutritionnel, 88% des enquêtées ont répondu de n'avoir jamais donné du lait frais ou en poudre à leurs enfants parce qu'elles n'avaient pas de moyens pour s'en procurer.

En conclusion de ce chapitre, disons que les conditions de vie de la population enquêtée ont un niveau bas, car sur le plan nutritionnel, l'accès aux services de santé, l'hygiène, qui montre qu'elle accuse beaucoup de besoins.

CHAPITRE III : L'IMPACT DE LA TAILLE DE MENAGE SUR LA SANTE

Ce chapitre illustre l'impact de la taille du ménage sur la qualité de la nutrition, l'économie familiale, en bref sur la santé de la population.

La taille du ménage a été retenue parce qu'elle peut influer sur la décision d'aller ou non se faire soigner. En effet, lorsque la taille du ménage est grande et que le revenu n'est pas suffisant, en cas de maladie on réfléchit pour faire un choix entre se faire soigner où subvenir à d'autres besoins du ménage. Ce qui peut ne pas être le cas lorsque la taille du ménage est petite.

Même si l'enfant est un gage pour toute famille africaine et spécialement au Rwanda, une famille trop large rencontre toujours des problèmes à multiples facettes.

D'autres facteurs peuvent jouer un rôle important sur la santé de la population notamment, le revenu du ménage est un des déterminants important de la demande des soins dans un système de santé dans la mesure où il peut accroître la probabilité d'utiliser un service de santé moderne. La santé n'a pas de prix, dit-on. Lorsqu'on dispose d'un revenu assez important, l'on ne peut se priver d'un service de qualité pour protéger sa vie.

Le rythme de fécondité contribue à une inquiétante explosion démographique. Cette dernière annihile en effet les efforts consentis pour le développement des pays du tiers-monde en général et du Rwanda en particulier, puisque ces efforts sont exclusivement consacrés au maintien du niveau de vie de populations toujours plus nombreuses.

Comme une baisse prochaine de la natalité paraît peu probable, la catastrophe ne pourra être évitée qu'en luttant avec des moyens considérablement renforcés sur le plan économique et sur le plan démographique par la généralisation de mesures antinatalistes.

III.1 : Influence de la taille du ménage sur le plan nutritionnel

Selon les périodes du cycle de la vie, les besoins en nutriments diffèrent. Les femmes en âge de procréer ont davantage de besoins du fait de la menstruation et, bien sûr, pendant la grossesse et la lactation. Les nourrissons et les enfants ont, par unité de poids, des besoins plus importants que les adultes tout simplement parce qu'ils grandissent. Les personnes âgées sont aussi un groupe vulnérable; le risque de malnutrition est plus grand chez elles que chez les adultes plus jeunes.

L'énergie provient des aliments et des boissons que l'être humain consomme. Les besoins nutritionnels des femmes en âge de procréer (surtout enceintes et allaitantes), des jeunes enfants, des adolescents et des personnes âgées ne sont pas les mêmes que ceux des hommes ayant entre 15 et 60 ans. Les quantités de nourriture ne doivent donc pas être les mêmes pour tout le monde.

Il a également été démontré que les risques de malnutrition, voire de mortalité, augmentent chez les enfants nés de grossesses successives rapprochées, le risque étant encore plus grand à partir du cinquième enfant. Les grossesses trop nombreuses et trop rapprochées peuvent être dangereuses pour la mère et pour l'enfant. Une mère pratiquant la planification familiale simplement pour espacer ses grossesses verra également son état nutritionnel et sa santé s'améliorer.

III.1.1 : Taille du ménage et qualité de nutrition

La planification familiale est intimement liée à la santé et à l'état nutritionnel. La petite taille de la famille, des grossesses espacées et un allaitement qui prend fin progressivement sont des facteurs de bonne santé, de bon état nutritionnel et même de diminution du taux de mortalité des mères et des enfants.

Tableau 14. Nombre total d'enfants nés par ménage et Consommation du lait frais ou en poudre dans les 7 jours qui précèdent l'enquête.

Nombre d'enfants nés par ménage

Non

 

Oui

 

Total

 
 

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

1-4

211

88.2%

28

11.7%

239

100%

5-8

105

86%

17

13.9%

122

100%

9-13

31

96%

1

3.13%

32

100%

Total

347

88.29%

46

11.70%

393

100%

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Ici dessus, le tableau illustre le rapport entre le nombre total d'enfants nés par ménage et la consommation du lait frais ou en poudre dans les 7 jours ayant précède l'enquête. Il saute directement aux yeux que plus une famille est large, plus elle éprouve des difficultés de nourrir ses enfants.

Le tableau montre que 11.7% de ménages ayant au plus 4 enfants ont quand même nourri leurs enfants avec du lait, quant aux ménages possédant entre 9 et 13 enfants, seuls 3.13% ont confirmé de leur en avoir nourri.

Au fur et à mesure qu'ils grandissent, les enfants prennent du poids et des centimètres. Les besoins énergétiques accrus de l'enfant sont davantage basés sur son poids que sur son âge. Ils ont énormément besoin de protéines comme de vitamines en cette phase de croissance telle que la vitamine A.

Est appelé vitamine A tout composé naturel présentant des caractéristiques biologiques similaires à celles du rétinol. En effet, le rétinol est le principal précurseur de la molécule de vitamine A active. Les caroténoïdes sont des pigments des végétaux dont certains possèdent une activité vitaminique A, le plus connu étant le carotène.

L'activité vitaminique A de ces composés s'exprime par rapport à celle du rétinol selon un système équivalent rétinol (ER) ; chez l'homme, 6 mg de carotène ont la même activité que 1 mg de rétinol. Il faut noter que la dénomination "rétinoïdes", qui regroupe à la fois des composés naturels et de synthèse (médicaments), n'est pas utilisée dans le cadre alimentaire.

La vitamine A est indispensable à tous les âges de la vie. En effet, son rôle primordial dans le mécanisme de la vision est maintenant clairement établi. Elle intervient également dans la régulation (activation, répression) de l'expression des gènes, et est ainsi impliquée dans de nombreuses fonctions de l'organisme : développement de l'embryon, croissance des cellules, renouvellement des tissus (peau, muqueuse intestinale), système immunitaire...En plus des propriétés de la vitamine A, le carotène peu agir comme antioxydant (destruction des radicaux libres).

Ainsi, la baisse de l'acuité visuelle, surtout en lumière crépusculaire (vision nocturne), est l'un des premiers signes apparents de la carence en vitamine A chez l'homme. Il semble que la carence en vitamine A n'existe pas dans les pays industrialisés, contrairement aux problèmes de santé publique majeurs posés dans les pays en développement. Toutefois, dans des groupes vulnérables (enfants et personnes âgées), les conséquences de carences modérées en vitamine A, particulièrement en relation avec des états infectieux, peuvent être préoccupantes ( http://www.afssa.fr).

III.1.2 : Taille du ménage et consommation des fruits

Les aliments pour nourrissons sont élaborés à partir de fruits et de légumes frais et de viandes sans ajout de conservateurs et doivent satisfaire ses besoins.

Le tableau ci-dessous nous montre que malgré l'importance du Rétinol (Vit A), les enfants de l'ancienne province de Ruhengeri ne la consomment pas suffisamment et risquent de souffrir à la longue toutes les conséquences de sa carence. Ainsi les familles qui ont beaucoup d'enfants leur ont fait nourrir moins de fois voire nul les fruits riches en Vitamine A.

Seulement environ 11% de ménages ayant entre 0 et 3 enfants ont répondu d'avoir nourri au moins 3 fois les fruits riches en vitamine A par jour tandis que les deux groupes restants se sont limités à a peine deux fois.

Tableau 15. Nombre d'enfants nés/ménage et le nombre de fois qu'il prend la mangue, papaye et autres fruits riches en Vit A

Nombre de fois qu'il prend les fruits riches en vitamine A

Nombre

d'enfants

Nés

par

ménage

Non

 

1fois

 

2fois

 

3fois

 

Total

 
 

Effe

ctif

%

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

0-3

20

43.7%

14

30.43%

7

15.21%

5

10.86%

46

100%

4-8

15

54.68%

10

29.78%

4

15.54%

0

0%

29

100%

9-13

4

57.14%

3

42.85%

0

0%

0

0%

7

100%

Total

39

 

27

 

11

 

5

 

83

100%

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Afin qu'ils développent leur potentiel optimal, il est vital de fournir aux enfants une alimentation équilibrée. L'alimentation et l'exercice adoptés au cours de l'enfance et de l'adolescence peuvent faire la différence entre la santé et le risque de maladies plus tard dans la vie.

L'introduction des aliments solides s'effectue habituellement progressivement, en plusieurs semaines, à partir de 4 à 6 mois. Le timing exact est déterminé par l'enfant et la mère et reflète le fait que le lait maternel ne suffise plus, à lui seuil, pour aider bébé à continuer à grandir. La période de la diversification alimentaire est capitale pour assurer une mastication normale et le développement du langage. La qualité, la quantité et la variété des aliments solides peuvent être augmentées peu à peu à un rythme qui est généralement dicté par bébé. Les farines pour bébé sont souvent les premières introduites (mélangées à du lait maternel ou pour nourrissons), suivies par les purées de légumes, les panades de fruits et la viande.

III.1.3 : Taille du ménage et consommation des légumes

Des légumes sont très importants dans la vie des gens et les enfants spécialement.

Un élément à garder constamment à l'esprit dans la première année de vie est l'apport en fer de l'alimentation. L'anémie est suivie en routine durant l'enfance. L'utilisation d'une formule pour nourrissons ou de céréales fortifiées en fer, ainsi que la consommation d'aliments riches en fer, comme la viande mixée, peuvent prévenir ce problème.

Tableau 16. Nombre d'enfants nés/ménage et le nombre de fois que l'enfant prend de légumes

Nombre de fois qu'il prend de légumes

Nombre

d'enfants

Nés

par

ménage

Non

 

1fois

 

2fois

 

3fois

 

Total

 
 

Effe

ctif

%

Effectif

%

Effectif

%

Effe

ctif

%

Effe

ctif

%

0-3

26

38.6%

30

36.1%

9

14.2%

5

10.42%

70

100%

4-8

18

43.34%

16

39.06%

6

17.6%

0

0%

40

100%

9-13

3

30%

6

50%

1

20%

0

0%

10

100%

Total

47

 

52

 

16

 

5

 

120

100%

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Ce tableau ci- dessus nous montre que plus la taille de ménage est grande, plus leurs membres consomment moins les légumes, malgré leur importance en matière de santé de toute personne. Ainsi, aucun ménage ayant plus de 3 enfants n'a pu consommé de légumes 3 fois par jour. Ceci illustre bien le risque de carence en vitamines et autres nutriments nécessaires que sont exposés les habitants de la région étudiée.

Il est évident que la taille du ménage joue un rôle capital dans la nutrition qui à son tour influence la qualité de santé de la population, car, les familles ayant mangé trois fois les légumes sont exclusivement celles de petite taille c'est à dire ayant au plus trois enfants.

III.2 : Taille du ménage prévention contre les maladies

La Malaria est l'un des plus grands défis au Rwanda. La sensibilisation de la population à la vraie cause de cette maladie parasitaire qui est parmi les plus courantes et mortelles au monde devient une condition sine qua non pour sa lutte.

La sensibilisation de la population aux causes de contraction de la maladie pourrait sembler évidente, mais il y a beaucoup de mythes et d'idées reçues sur la malaria.

« Certaines personnes croient sincèrement qu'elles peuvent attraper la malaria en travaillant trop dur dans les champs, d'autres peuvent penser qu'il y a un lien avec la consommation de cannes à sucre ou de bananes.

Il y a d'autres craintes par rapport aux moustiquaires de lits. Certains croient qu'elles sont trop chaudes pour dormir ou qu'ils pourraient suffoquer en les utilisant.

C'est pourquoi, sa lutte devrait être menée de plusieurs angles, en focalisant surtout sur la sensibilisation de la population sur les causes et conséquences dans le but de la faire entendre l'adage français qui dit que (vaut mieux prévenir que guérir).

Il suffit parfois d'insister sur les économies de coûts engendrées par l'utilisation des moustiquaires de lit par rapport au coût élevé des médicaments contre la malaria etc.

III.2.1 : Utilisation des moustiquaires imprégnées

Avec les efforts de lutte contre la malaria, la politique nationale en matière de santé a opté pour l'utilisation de moustiquaires imprégnées par tous les ménages rwandais, dans tout milieu endémique. Ce tableau ci-dessous nous relate sur le niveau de son utilisation dans la région de Ruhengeri.

Tableau 17. Nombre total d'enfants nés par ménage et l'utilisation des moustiquaires imprégnées

L'utilisation de la moustiquaire

Nombre d'enfants nés par ménage

Non

 

Oui

 

Total

 
 

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

0-3

508

88.5

68

11.95

576

100%

4-8

264

89.44

31

10.56

295

100%

9-13

66

97.34

3

2.66

69

100%

Total

838

 

102

 

940

100%

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

Le tableau 17 montre le rapport entre le nombre total d'enfants dans un ménage ainsi que l'utilisation des moustiquaires imprégnés. Il se voit clairement que la plupart des enquêtés n'utilisent pas la moustiquaire.

Comme les tableaux précédents, les couples ayant beaucoup d'enfants utilisent moins les moustiquaires comme l'un des moyens de lutte contre le paludisme.

Les chiffres montrent que 97.34% des ménages ayant entre 9 et 13 enfants n'ont pas de moustiquaires ou ne les utilisent pas tandis que pour ceux ayant au plus de 3 enfants qui ne se protègent pas avec ces moustiquaires atteignent une proportion de 88%.

Ceci peut être du à plusieurs facteurs notamment le climat froid de cette région, la pauvreté de plusieurs familles, l'ignorance en matière de préventions contre la Malaria etc.

Or, le paludisme n'épargne pas la femme enceinte et son enfant.

Chaque année près de 25 millions de femmes enceintes, dont 20% de primipares, est confrontée au paludisme principalement en Afrique subsaharienne.  Malgré de grosses différences dans la transmission, on note de façon  constante l'implication majeure du paludisme dans l'anémie maternelle et la fréquence des nouveaux nés à petits poids  de naissance.
Ce complexe pathogène sur fond de malnutrition, ajouté aux autres endémies parasitaires bactériennes et virales (dont le Sida), est un réel problème de santé publique. De par sa fréquence et sa biologie, P. falciparum est la première espèce incriminée en Afrique subsaharienne.

III.2.2

III.3 : Taille du ménage et le revenu familial

Les familles ayant le revenu par unité de consommation le plus élevé se retrouvent à part sensiblement égale chez les ménages de moins de quatre personnes quelle que soit la taille du ménage. La forte natalité tend à accroître la taille des ménages et ainsi à faire diminuer les revenus du ménage par unité de consommation. Ce qui se répercute sur tous les déterminants de la santé, ainsi, la qualité de nutrition, le fait d'aller se faire soigner, l'hygiène, l'usage des moustiquaires s'en menuisent.

III.3.1 : Taille du ménage et frais de transport

Ce tableau illustre le rapport existant entre la taille du ménage et le fait de trouver les moyens de transport comme l'une d'éléments facilitant l'accès aux soins de santé.

Tableau 18. Nombre d'enfants nés/ménage et trouver le frais de transport (taxi) vers une FOSA

Nombre d'enfants nés par ménage

Petit problème

 

Grand Problème

 

Total

 
 

Effectif

%

Effectif

%

Effectif

%

0-3

341

59.4

233

40.59

574

100%

4-8

112

37.96

183

62.03

295

100%

9-13

12

17.39

57

82.06

69

100%

Total

465

 

473

 

938

100%

Source: Nos résultats à partir de l' EDS- Rwanda 2005

La lecture du tableau ci-dessus relate la relation existant entre le nombre d'enfants par ménage ainsi que la situation financière de ce ménage.

Ainsi, il ressort que comme les cas précédents, les familles ayant beaucoup d'enfants ont moins de difficultés d'obtenir de l'argent pour payer le transport pour aller se faire soigner ou tout simplement aller consulter un agent de santé auprès d'une formation sanitaire proche.

Une proportion d'environ 60% des enquêtées ayant au plus 3 enfants par ménage ont affirmé que le frais de transport vers une FOSA leur parait d'un petit problème, tandis que seuls 17% des enquêtées ayant entre 9 et 13 enfants ont répondu ainsi. Le reste de ce groupe c'est-à-dire environ 83% éprouvent des difficultés financières tandis que cette proportion se réduit de moitié (40.59%) pour ceux qui éprouvent ce problème de frais de transport pour le premier groupe.

Les causes en sont multiples, notamment la pauvreté, beaucoup de bouches à nourrir, ainsi tout devient une barrière à l'accès aux services de santé. Notons également qu'un maigre revenu familial peut être aussi l'une de ces causes. Pour notre étude, tous ces facteurs contribuent négativement non à la santé des enfants seulement mais à la santé de toute la famille en général.

Partant de constant, le tableau ci-dessous nous montre le rapport entre le nombre d'enfants nés par ménage et l'âge en groupes quinquennaux de leurs mères. Ainsi, il est évident que les femmes trop jeunes ont moins d'enfants que celles plus âgées. Mais on note une proportion malgré qu'elle soit petite (2.89%) de femmes âgées entre 30 et 34 ans ayant mis au monde au moins 9 enfants !

III.3.2

Conclusion partielle

Ce chapitre s'est basé sur le rapport entre la taille du ménage et les différents déterminants de la santé de la population. Pour la vérification de notre deuxième hypothèse, nous avons groupé le nombre d'enfants en groupes de 0-3 ; 4-8 ; et de 9-13 et nous avons obtenu 3 groupes.

Ensuite, nous avons faits des tableaux croisés (cross tabulation) pour voir les relations qui existent entre le nombre d'enfants ainsi que certains différents déterminants directs et indirects de la santé qui sont ; la nutrition, l'utilisation des moustiquaires imprégnés, la contraception en fin de pouvoir vérifier notre hypothèse.

Concernant la nutrition, il a été remarqué que les légumes sont rarement consommé régulièrement chez les ménages ayant plus de 3 enfants c'est à dire 0% tandis que ceux en moins de 3 ; 10% les consomme 3 fois par jour de même que les fruits riches en vitamine A.

57 ménages sur 69 soit 82.6% ayant entre 9 et 13 enfants éprouvent un grand problème de trouver même les frais de transport quand l'un de membres a besoin de se faire soigner, tandis que cette proportion se réduit jusqu'à 40% pour les familles ayant au plus de 3 enfants.

La même catégorie de ménages ayant 9 et 13 enfants utilise moins la moustiquaire imprégnée, seuls 2% tandis qu'elle est de 12% environ pour celle ayant entre 1 et 3 enfants, ceci montre que la première catégorie est plus exposé à la malaria que la seconde.

Le constat est que tous les résultats concourent à l'affirmation de notre hypothèse.

CONCLUSION GENERALE

1. Synthèse du travail

Au terme de ce travail intitulé « Impact de la taille des ménages sur la santé de la population », nous tenons à dégager une conclusion générale sous forme de synthèse de tous les éléments étudiés dans les chapitres de ce travail.

Ainsi, la première partie de notre travail comprend la présentation de choix et intérêt du sujet, la délimitation, le problématique, les hypothèses de recherche, les objectifs, la méthodologie et enfin la subdivision de ce travail. Pour atteindre nos objectifs, nous avons fait appel aux considérations théoriques qui nous ont permis à aboutir aux objectifs.

Dans le premier chapitre, nous avons expliqué les concepts clés et autres en connexion avec notre travail.

Ensuite, nous avons essayé de dégager certains facteurs qui influencent les conditions de vie d'une population donnée, ainsi, en guise de conclusion, nous avons vue que en général, considérant les conditions de santé au Rwanda, on s'aperçoit que les indicateurs de santé sont à tous les niveaux très bas et que l'accès aux services de santé est également très limité.

La principale raison à cela serait attribuable à la pauvreté en termes d'accessibilité financière (revenu) de la population.

Les taux élevés de croissance (2,9 par an) de fécondité et de dépendance de la population constituent une contrainte majeure à la croissance économique.

En effet, dans notre travail, nous avons voulu répondre aux questions suivantes :

- Les caractéristiques socio-économiques et démographiques de la population de Ruhengeri ne les prédisposent-ils pas à une santé précaire ?

- Quelle relation existe-t-il entre la taille de ménage et la santé dans l'ex province de Ruhengeri ?

Toutes ces questions ont été répondues tout au long de ce travail.

De ces questions de recherche, nous avons dégagé deux hypothèses de travail :

ü Les caractéristiques socio-économiques et démographiques de la population de Ruhengeri les prédisposent à une santé précaire.

ü La taille du ménage influence négativement la santé de la population de l'ex province de Ruhengeri.

Ainsi la vérification de ces hypothèses est répondue dans les deux derniers chapitres.

Ø Pour la vérification de la première hypothèse selon la quelle les caractéristiques socio-économiques et démographiques de la population de Ruhengeri les prédisposent à une santé précaire, nous avons constaté que cela est vrai, car selon les réponses données, plus une famille est constituée d'un grand nombre d'enfants, plus ces derniers consomment moins des aliments de bonnes qualité, ou n'en consomment pas du tout, tandis que les ménages ayant moins de trois enfants quand même asseyent de les satisfaire en leur apportant des aliments riches en nutriments tels que du laits, des fruits, des légumes etc.

Selon les résultats de l'EDS-2005 ; 27% des personnes enquêtées sont illettrées, tandis que 63% ont fait uniquement les études primaires. Sur le plan financier, 61% ont du mal à trouver de l'argent pour se payer du taxi au cas où elles veulent aller à la FOSA. En plus, 89% n'utilisent pas de moustiquaires imprégnées tandis que 80% n'utilisent jamais aucune méthode contraceptive. Sur le plan nutritionnel, 88% des enquêtées ont répondu de n'avoir jamais donné du lait frais ou en poudre à leurs enfants parce qu'elles n'avaient pas de moyens pour s'en procurer.

En conclusion de ce chapitre, disons que les conditions de vie de la population enquêtée ont un niveau bas, car sur le plan nutritionnel, l'accès aux services de santé, l'hygiène, qui montre qu'elle accuse beaucoup de besoins.

Ø En fin, la deuxième hypothèse selon laquelle ; la taille du ménage influence négativement la santé de la population de l'ex province de Ruhengeri , nous avons remarqué que les ménages de grande taille éprouvent toujours des difficultés de trouver même les frais de transport quant le besoin d'aller se faire soigner l'exige.

Concernant la nutrition, il a été remarqué que les légumes sont rarement consommé régulièrement chez les ménages ayant plus de 3 enfants c'est à dire 0% tandis que ceux en moins de 3 ; 10% les consomme 3 fois par jour de même que les fruits riches en vitamine A.

57 ménages sur 69 soit 82.6% ayant entre 9 et 13 enfants éprouvent un grand problème de trouver même les frais de transport quand l'un de membres a besoin de se faire soigner, tandis que cette proportion se réduit jusqu'à 40% pour les familles ayant au plus de 3 enfants.

La même catégorie de ménages ayant 9 et 13 enfants utilise moins la moustiquaire imprégnée, seuls 2% tandis qu'elle est de 12% environ pour celle ayant entre 1 et 3 enfants, ceci montre que la première catégorie est plus exposé à la malaria que la seconde.

Tous ces problèmes cités ci haut participent à la baisse du niveau de santé de cette population, car si la qualité de nutrition, l'accès aux services de santé, le niveau de l'éducation, l'hygiène et autres paramètres connexes sont au niveau très bas de la sorte, ainsi les conditions de vie de la population sont jugées médiocres. C'est pourquoi dans de nombreux pays en développement, il est capital qu'en premier lieu les femmes puissent contrôler leur propre fertilité et décider du nombre d'enfants qu'elles désirent, et, deuxièmement, qu'elles puissent faire respecter ces droits par leur partenaire. La charge d'avoir plus d'enfants est partagée par toute la famille. Mais, dans de nombreux pays, le fardeau supplémentaire de travail repose de beaucoup sur les épaules de la mère. C'est elle qui doit endurer les neuf mois de grossesse, allaiter l'enfant, épuiser ses forces et peut-être affaiblir son propre état nutritionnel.

L'éducation pour tous et surtout celle des filles et la capacité des femmes à gagner de l'argent, à contrôler les ressources et se rendre plus indépendantes sont des acquis qui permettront aux femmes de gérer leur propre fertilité et d'avoir moins de bébés. Les groupes de femmes, l'éducation sexuelle dans les écoles, la participation des hommes aux discussions, le mariage plus tardif et l'allaitement plus intensif sont des éléments susceptibles de réduire le nombre moyen d'enfants par femme.

Les agents de la nutrition, qu'ils soient dans les secteurs de la santé, de l'agriculture, de l'éducation ou des services sociaux, devraient eux-mêmes descendre sur terrain et apprendre à la population surtout sur le sujet (comment bien manger) et sensibiliser celle-ci sur les méthodes modernes de planification familiale. Ils devraient être capables d'en discuter avec les gens, individuellement ou en groupes, et ils devraient pouvoir les conseiller sur l'utilisation des services locaux de planification familiale.

2. Suggestions

Dans un monde idéal, les Pays seraient dotés de solides politiques d'appoint, de canaux efficaces de communication pour informer, éduquer, et sensibiliser, les couples sexuellement actifs sur la santé de la reproduction et la planification reproductive. Cependant, dans un monde où les ressources sont rares, les Pays doivent s'en remettre aux leçons tirées des politiques et des programmes efficaces.

C'est dans ce cadre d'idées que nous suggérons :

Aux bénéficiaires des programmes de planification reproductive :

- S'abstenir de toute nouvelle procréation dès que leurs enfants commencent à présenter les maladies liées à la dénutrition et/ou dès qu'ils ont au moins le minimum d'enfants si pas suffisamment de revenus ;

- Connaître les dangers encourus en mettant au monde beaucoup d'enfants sans revenus suffisants ;

- Contribuer à la préservation des objectifs du programme de planification reproductive qui sont à la fois, assurer le bien- être familiale et assurer l'équilibre démographique.

A l'état :

- Renforcer voire exiger le système d'éducation pour tous surtout celle de la fille.

- Renforcer les services de toutes les FOSA du Pays par des programmes de planification reproductive.

- Eduquer la population sur le nombre maximum d'enfants à faire selon la vision du pays mais sans la brutaliser.

- Exiger la pratique de planification reproductive à tous les couples confondus.

- Poursuivre la sensibilisation en faveur des programmes de planification reproductive pour toutes les personnes sexuellement actives.

- Mettre sur pied des faveurs que doivent bénéficier seulement les couples ayant un nombre d'enfant voulu par la politique nationale.

- Insérer les cours en rapport avec la planification familiale dans toute option de l'école secondaire.

Aux Instituts de Recherche

- Approfondir les recherches sur les meilleures méthodes pouvant faire réussir les programmes de planification reproductive au Rwanda ;

- Approfondir les recherches sur les méfaits de la mentalité pro nataliste des Rwandais ;

Aux FOSA ayant des programmes de planification reproductive 

- Être intransigeant, voire sévères, contre les nouvelles procréations chez les couples ou partenaires ayant les revenus trop limités ;

- Allier les programmes de planification reproductive et la lutte contre les maladies de dénutritions

Nous souhaitons que tant d'effort et de bonne volonté trouvent une suite favorable et encourageante et que cette soif de fournir aux ménages du Pays le bien être et l'équilibre démographique gagne un terrain et se concrétise dans les faits.

Certes, il ne nous est pas permis de prétendre avoir épuisé le sujet d'étude : notre travail connaît des limites. Une étude beaucoup plus approfondie est souhaitable dans ce domaine.

3. Perspectives pour des recherches futures

Plusieurs recherches peuvent se faire à propos des rapports entre la taille des ménages et leurs conditions de vie, pour la simple raison que la plupart des rwandais sont encore pro nataliste.

Ainsi les sujets suivants pourront retenir l'attention de nos successeurs :

- Etude sur l'impact de la taille des ménages et la conservation de l'environnement.

- Rapport de l'éducation de la femme et les conditions de vie de son ménage.

BIBLIOGRAPHIE

1. OUVRAGES GENERAUX

ABDEL RAHIM OMRAN: Family planning in the legacy of Islam, published with the support of UNFPA, 1992.

ASSOGBA MENSAN : Population et développement en Afrique au sud du Sahara, Masson, 2003.

BIRDSALL, N; A .C KELLY ET S. SINDING: Population Matters: Demographic

Change, Economic Growth and Poverty in Developing World, Oxford University press, New York, 2001.

FREDERIC T. Sai : Population, planification familiale et le futur de l'Afrique, Paris, 2003.

GRAWITZ, M., Lexique des sciences sociales, 7ème Ed., Dalloz, 2000

LASSONDE Louise : Les défis de la démographie, édition la découverte, Paris 13éd, 1996.

ROBERT Paul : Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française, Flammarion, 1978.

SALAS M.RAFÆL :L'assistance internationale en matière de population : la premère décennie, principes et politiques qui ont inspiré le FNUAP durant ses dix premières années, Paris, 1981

WEBER, W: Ruhengeri and its resources. An environment profile of the Ruhengeri prefecture, Kigali, 1987

WELL: Guidance manual on water supply and sanitation programmes, Hill, 1999

2. MEMOIRES

MUKAMWIZA Immaculée : Le rôle des organisations non gouvernementales internationales dans la conservation des aires protégées, ULK, Kigali, 2006.

SINDAYIGAYA, C : Les effets d'une croissance démographique rapide sur l'environnement, ULK, Kigali, 2004.

3. NOTES DES COURS

NZABANDORA, J., Cours de méthodologie de la recherche scientifique,

LIC I/SS/ULK, 2003, inédit

RWIGAMBA, B., Cours d'initiation à la recherche scientifique,

ULK, 2004, inédit

4. RAPPORTS ET AUTRES DOCUMENTS

Atlas géo démographique du Rwanda. Février, 2005.

FAO : Déclaration de Rome sur la sécurité alimentaire mondiale et plan d'action du sommet mondial de l'alimentation, 1996

FNUAP: Les problèmes démographiques, dossier d'information, 2001.

FNUAP : Population et développement en Afrique au sud du Sahara, politique nationale de population. Concepts et outils de base, 2003.

MINECOFIN : Service national de recensement, 3ème recensement général de la population et de l'habitat au Rwanda au 15 août 2002. Caractéristiques des ménages ordinaires. Edition, 2005.

MINECOFIN: EDS-RWANDA, Octobre, 2005.

NATIONAL CENSUS SERVICE, 3rd census of population and housing of Rwanda -August 2002, Census in 2002 in brief, Kigali February 2004; Rwanda Investment and Exportation Promotion Agency, Rwanda National Business Directory, 2004)

OCDE, OMS: Pauvreté et santé, 2003

ONAPO : Politique Nationale de Population pour le développement durable au Rwanda, Janvier, 2003.

ORTPN: Plan d'aménagement et de gestion du Parc National des Volcans, 2004.

PNUD : Rapport mondial sur le développement humain, 2003.

PNUE : Convention sur la diversité biologique, 1992

SERVICE NATIONAL DE RECENSEMENT a :Troisième recensement général de la population et de l'habitat du Rwanda au 15 août 2002.Analyse des résultats, Février 2005.

SERVICE NATIONAL DE RECENSEMENT b :Troisième recensement général de la population et de l'habitat du Rwanda au 15 août 2002. Caractéristiques socioculturelles de la population.

5. Références électroniques

(http://www.afssa.fr/ouvrâge/fiche_apports_en_vitamine%20A.html)lu le 04/09/2007.

http : www.google.fr

Http : www.who.int/whr/2006/whr.pdf  : consulté le 31/01/2007.

Http : www.linternaute.com/science/science et nous / dossiers / 06/ démographie/5.html consulté le 31/01/2007.

http://www.unfpa.org/swp/2002/francais/ch3/index.htm, consulté le 22/02/2007.

http://www.unfpa.org/swp/2002/francais/ch3/page2.htm, consulté le 19/02/07.

Http : www.ird.fr/fr/expo/famille/panneau02.pdf.consulté le 07/11/2006.

http://www.unfpa.org/swp/2002/francais/ch3/page2.htm consulté le 19/02/07.

http://www.ac-nancy-metz.fr/enseign/SVT/eleve/cyber/Vincent/contraception/definition.htm.consulté le 4/5/2007

http://www.minaloc.gov.rw/admin_territory/admin_map_rwanda.htm#Ruhengeri consulté le 28/05/2007

http:www.//ceped.cirad.fr/activite/publi/doss41.htm lu le 03/09/07

ANNEXES

Annexe I

Carte Administrative de l'ex Province de Ruhengeri