pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

L'économie verte


par Bassop Pierre, Ge Mingyue et NDAO Mathar
ENSAE - Ingénieur 2008
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

sommaire suivant

Mémoire d'Economie descriptive

»L 'Economie Verte»

Bassop Pierre
Ge Mingyue
NDAO Mathar

ENCADREMENT: MEUNIER Laurent
Année 2007-2008 ENSAE

Table des matières

1

2

Introduction

Etat des lieux, empreinte écologique, tours d'horizon de la situation écologique

2.1 L'indice planète vivante

2.2 L'empreinte écologique

2.3 Les risques futurs

2.4 Les scénarios envisagés pour réduire l'empreinte écologique

3

3

4

5

8

9

3

Outils disponibles pour la protection environnementale.

11

 

3.1

Notion d'externalité

11

 
 

3.1.1 Les défaillances du marché

12

 
 

3.1.2 Les dysfonctionnements de l'Etat

13

 

3.2

Instruments de lutte

15

 
 

3.2.1 La règlementation et les normes

15

 
 

3.2.2 Les taxes

16

 
 

3.2.3 Les marchés des droits à polluer

17

 

3.3

Problèmes de mise en oeuvre d'une politique environnementale

18

 
 

3.3.1 Le choix des instruments de politique environnementale

18

4

Analyse des dépenses de protection de l'environnement et ses conséquences.

19

 

4.1

L'effort d'investissement s'intensifie

19

 

4.2

Protection de l'environnement: Les dépenses revues à la hausse en 2005 19

 
 

4.3

Qu'en est-il des dépenses de recherches

23

 

4.4

Fonction d'administration: un coût de 2,5 millards d'euros en 2005

25

 

4.5

Une stabilisation de la dépense nationale de récupération

25

 

4.6

Conséquences de ces dépenses en terme d'emploi

25

5

Conclusion

30

1 Introduction

Les pays développés (ou pays du Nord) ont pris conscience depuis les années 1970 que leur prospérité était basée sur l'utilisation intensive des ressources naturelles finies, et que par conséquent, outre l'économie et le social, un troisième aspect a été négligé l'environnement. Par exemple, l'empreinte écologique mondiale a dépassé la capacité »biologique» de la Terre à se reconstituer vers le milieu des années 1970. Pour certains analystes, le modèle de développement industriel n'est pas viable ou insoutenable sur le plan environnemental, car il ne permet pas un »développement» qui puisse durer. Les points cruciaux sont l'épuisement des ressources naturelles (matières premières, énergies fossiles pour les humains), la destruction et fragmentation des écosystèmes, la diminution de la biodiversité qui diminuent la résilience de la planète. Le développement (industriel, agricole, urbain) génère des pollutions immédiates et différées (exemple pluie acide et gaz à effet de serre qui contribuent à un changement climatique et contribue à la surexploitation des ressources naturelles (exemple déforestation de la forêt équatoriale). Il provoque une perte inestimable en terme de biodiversité par l'extinction (donc irréversible) d'espèces végétales ou animales. Ce développement provoque une raréfaction des énergies fossiles et des matières premières qui rend imminent le pic pétrolier) et nous rapproche de l'épuisement de nombreuses ressources naturelles vitales. Au problème de viabilité s'ajoute un problème d'équité les pauvres subissent le plus la crise écologique et climatique, et il est dès lors à craindre que le souhait de croissance (légitime) des pays sous-développés (souvent appelés pays du Sud) vers un état de prospérité similaire, édifié sur des principes équivalents, n'implique une dégradation encore plus importante et accélérée de la biosphère. Si tous les ~Etats de la planète adoptaient l'American Way Of Life (qui consomme près du quart des ressources de la Terre pour 7% de la population) il faudrait 5 ou 6 planètes. Et si tous les habitants de la planète vivaient avec le même train de vie que la moyenne française, ce ne sont pas moins de 3 Terre qui seraient nécessaire.

Aujourd'hui, bon nombre d'êtres humains est conscient du danger planétaire que peut occasionner l'usage excessif des ressources naturelles pour le développement économique. En effet des expériences ont montré que la protection de l'environnement contrairement aux craintes des acteurs économiques, est profitable au développement et à la protection non seulement des ressources naturelles mais aussi de l'avenir de planétaire. D'où le terme de développement durable. Nous essayerons de dégager, ici, des pistes de réflexions en faisant un état des lieux de l'état environnemental, d'analyser l'empreinte écologique, puis de faire un tour d'horizon de l'état environnemental dans le monde. Ce diagnostic nous permettrait de tirer les conséquences sur les pays, les ressources et sur l'environnement. Quels sont les différents outils disponibles pour lutter contre la dégradation avancée de l'écologie? Quels sont

mis à la disposition des »gendarmes » pour la protection de l'environnement? Les réponses àtoutes ces questions permettront d'éclairer l'opinion sur les coûts de protection et ses avantages pour la planète.

sommaire suivant