WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Les Maliens de Montreuil, des "quêteurs de passerelles"


par Arthur Devriendt
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Master 1 Géographie 2007
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

1) Une importante communauté malienne

Lors de nos entretiens et de nos diverses rencontres sur le terrain, notre première question était systématiquement la suivante: «combien y'a-t-il de maliens à Montreuil?». Cette question suscitait très souvent chez notre interlocuteur un éclat de rire suivi d'un «je ne sais pas... et personne ne sait». Et il est vrai que chiffrer la population malienne de Montreuil est quasi- impossible.

Pour le démographe de la ville Pascal Fuchs, cité dans L'Express, « au dernier recensement [l'article date de 20051, 2118 personnes se sont déclarées de nationalité malienne.40 » Selon le site internet officiel de la mairie de Montreuil, « le nombre [de Maliens de Montreuill est estimé entre 6 000 et 10 000.41 » C'est également cet intervalle que nous ont fourni sur le terrain les rares personnes à avoir osé apporter une réponse chiffrée à la question. Derrière la variété des quelques chiffres que nous pouvons trouver, se cache des définitions variées de ce que sont les «Maliens de Montreuil». Certains en effet limitent cette appellation aux résidents de Montreuil de nationalité malienne alors que d'autres l'étende aux individus d'ascendance et/

40 L'Express, Bordier Julien, « Mali-sous-Bois », mis à jour le 17/10/05, http://www.lexpress.fr/region/mali-sous-bois_484282.html

41 Mairie de Montreuil, « Yélimané - Mali », http://www.montreuil.fr/1-8894-Yelimane---Mali.php

ou d'origine malienne. Quant à nous, nous nous sommes déjà expliqué, dans l'introduction, quant à l'utilisation qui est faîte de l'expression «Maliens de Montreuil» dans ce travail.

Montreuil aurait donc une population malienne et d'origine malienne de 6 000 à 10 000 habitants. Comment pouvons-nous expliquer cette «concentration»?

Pour Jean-Pierre Brard, maire de la commune de 1984 à 2008 et député depuis 1988, l'immigration malienne à Montreuil est une « tradition [...1 qui se marie avec la tradition politique de la ville de solidarité anticoloniale. » Tradition qui remonte à son prédécesseur, le communiste Marcel Dufriche. Maire de la ville de 1971 à 1984 et élu au conseil municipal dès 1959, Marcel Dufriche était également secrétaire particulier de Benoît Frachon, secrétaire général de la CGT de 1945 à 1967 et président du syndicat de 1967 à 1975. Au sein de ce syndicat, Marcel Dufriche fut le « spécialiste des questions coloniales » (Dewitte, 1981). Il se rendit alors fréquemment à des réunions en Afrique où il fit connaissance personnellement avec Modibo Keïta, le père de la nation malienne. selon l'expression consacrée.

Madidian Dembélé, Vice-Président de Benkunda, association de ressortissants maliens qui regroupe environ 2000 adhérents dans toute la France, fait également référence à Marcel Dufriche lorsque nous l'interrogeons sur les raisons de l'importance de la communauté malienne à Montreuil: « Si vous voulez, ça date de loin, parce que l'ancien maire, avant Jean- Pierre Brard, tout dépend de lui. Lui il est ami avec Modibo Keïta donc pour lui quand tu arrives à Montreuil t'es chez toi. »

Encore aujourd'hui les liens politiques sont forts entre Montreuil et le Mali. Pour preuves: la mise en place d'un partenariat de coopération décentralisée entre la ville et le Cercle de Yélimané en Région de Kayes (cf. encadré n°3) ; et des Présidents de la République du Mali (Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré) qui lors de leurs visites officielles en France ne manquent jamais de se rendre à Montreuil. Comme nous l'a dit une malienne: « Il faut venir à Montreuil pour voir notre Président ». C'est d'ailleurs à l'occasion de l'une de ses visites, qu'ATT, en 2007, a inauguré la diffusion sur satellite de la chaîne de télévision malienne accessible désormais aux Maliens de l'Extérieur (cf. encadré n°4).

Encadré n°3 - Un partenariat de coopération décentralisée entre Montreuil et le
Cercle de Yélimané

Jumelée avec le Cercle de Yélimané depuis 1985, Montreuil a, grâce à la loi du 06 février 1992 relative à l'administration territoriale de la République, mis en place un partenariat de coopération décentralisée avec son partenaire. Dans ce cadre a été élaboré, avec la participation des Maliens de Montreuil, un programme d'appui au développement durable de Yélimané (PADDY), signé en 2004.

Ce programme vise au « renforcement des capacités des 12 communes du cercle et des associations villageoises ». Plus précisément, les domaines d'action sont les suivants: approvisionnement en eau potable ; accompagnement dans le processus de décentralisation ; appui à l'éducation, à l'alphabétisation et au développement de la culture ; appui des centres de santé communaux ; diversification de l'économie locale et soutien à la création d'emplois.

Source: « La politique municipale des relations internationales, Panorama », Ville de Montreuil

Encadré n°4 - Extrait du discours du Président de la République du Mali à l'occasion
du lancement de la diffusion sur satellite de l'ORTM, le 17/02/07 à Montreuil

« J'étais gêné que le Mali ne soit pas vu et entendu par tous les Maliens de l'extérieur. Nous avons choisi de lancer l'ORTM [Office de Radiodiffusion et de Télévision du Malil ici, pas à Bamako. Nous voulons que le Mali soit dans chaque foyer, dans chaque maison ; que les nouvelles générations, nées en France, soient proches de leurs valeurs ancestrales. Nous souhaitons qu'elles regardent ce qui se passe au Mali à travers l'information de leur propre pays d'origine et pas à travers l'image négative d'une certaine presse. »

Source: Montreuil Dépêche Hebdo, n°425

La chaîne est aujourd'hui très regardée par les Maliens de Montreuil: tous ceux que nous avons rencontrés la regarde au moins une fois par jour. Dans les foyers, la télévision est présente dans toutes les chambres ainsi que dans les parties communes. Certains programmes sont très prisés: les journaux télévisés et les «Top Etoile» (émission musicale) notamment.

2) Les foyers de travailleurs migrants sur la ville

C'est en mars 1968, alors que Marcel Dufriche et Modibo Keita sont respectivement élu au conseil municipal de Montreuil et Président de la République du Mali, qu'est créé le désormais célèbre foyer de travailleurs migrants rue Bara (communément appelé «foyer Bara»).

Aujourd'hui nous dénombrons neuf foyers de travailleurs migrants (FTM) sur la ville de
Montreuil (cf. tableau n°2). Bien évidemment, tous les Maliens de Montreuil ne logent pas dans

ces foyers, mais nous allons nous y intéresser car ils ont acquis une très forte charge symbolique et ce sont eux qui ont fait de Montreuil une ville si importante pour la communauté malienne. Le plus grand organisme gestionnaire présent sur la ville est l'Aftam.

Tableau

Nom du FTM

n°2 - Les FTM sur la ville de Montreuil Organisme gestionnaire..-

Nombre de lits (officiel

La Noue

Adoma

354

Ruffins

Adoma

195

Lenain de Tillemont

ADEF*

300

Bara

Aftam

410

Rochebrune

Aftam

430

Branly

Aftam

195

Lepère

OPHM**

26

Hugo

OPHM**

17

Centenaire

Autogéré

300

* Association pour le développement des foyers
** Office public de l'habitat montreuillois

L'Aftam:

A sa création en 1962, l'Association pour la formation aux techniques de base des africains et des Malgaches résidants en France (AFTAM - devenu acronyme en 2005) avait pour activité première, comme son nom l'indique, la formation de base afin que les « ressortissants des anciennes colonies » aient « une qualification utile au développement de leur pays lors de leur retour au village.42 » Aujourd'hui, l'Aftam travaille autour de quatre axes: l'habitat social adapté, l'hébergement social, le secteur médico-social et la promotion sociale.

L'hébergement des travailleurs migrants a commencé dans la seconde moitié des années 60 et ce à Montreuil précisément, avec le foyer Bara. Aujourd'hui, l'Aftam gère 49 FTM et 38 résidences sociales sur 6 Régions (Bretagne, Bourgogne, Centre, Île-de-France, Normandie, Picardie). Au niveau départemental, la Seine-Saint-Denis apparaît comme étant la plus équipée en matière de FTM Aftam (derrière Paris), et la troisième en matière de résidences sociales Aftam (derrière le Val-de-Marne et Paris). Pour l'association, tous les FTM ont vocation, à

42 Aftan&,, « Historique », http://www.aftam.fr/25-historique.htm

Illustration n°1 - Le foyer Bara

Arthur Devriendt, 2008

terme, à être transformés en résidences sociales (y compris à Montreuil). Cette volonté résulte d'un changement dans la vision de la migration: les premiers FTM ont été créés dans l'urgence afin de répondre à l'arrivée d'une population dans un pays alors en recherche de main d'oeuvre. L'expression «travailleur migrant» résume bien la vision de la migration de l'époque, qui ne devait être que temporaire. Or le temporaire est devenu permanent. Dans ce cas, les conditions d'hébergement ne conviennent plus: il faut « sortir du logement spécifique, réinsérer le foyer dans la politique urbaine, favoriser l'insertion des résidents. » Les résidences sociales sont ainsi vues comme « un outil d'insertion et une solution de logement durable et pérenne pour les travailleurs immigrés. » (Aftam, 2007)

Au niveau français, la population hébergée par l'Aftam est à 40% originaire du Mali, du Sénégal et de la Mauritanie. En Île-de-France, la population des FTM « est d'abord et avant tout constituée de Maliens, Sénégalais ou Mauritaniens » à savoir 49% des résidents. Mais les auteurs du Rapport d'activité 2006 notent que « dans les faits, si l'on tient compte des personnes naturalisées, ils comptent pour plus de la moitié de l'effectif ». Autre caractéristique de la population des foyers: elle est essentiellement masculine (96%) et vieillissante (48% de l'effectif est ainsi en 2006 âgé de plus de 55 ans, soit un point de plus qu'en 2005). Enfin, les foyers Aftam d'Ile-de-France sont en moyenne occupés à 95%; fort taux d'occupation qui s'accompagne d'un faible taux de rotation.

Le foyer Bara:

Créé en mars 1968 pour accueillir 265 personnes, ses capacités d'accueil sont dès la fin des années 70 largement dépassées en accueillant, selon Koné Amadou (secrétaire général du comité de concertation du foyer), 400 personnes. Aujourd'hui, le foyer est composé de 68 chambres-dortoirs pour un nombre total de lits de 410. Cependant il s'agit là du chiffre officiel. Selon Philippe Schroder, coordinateur Seine-Saint-Denis de l'Aftam, la population réelle du foyer avoisine le millier de personnes, soit 600 «surnuméraires». Tous vivent dans des conditions de confort très sommaires.`

Ce foyer (cf. illustration n°1) a acquis une forte charge symbolique, ce qui fait de lui non pas seulement un simple lieu de résidence mais plus largement un véritable lieu de vie et un point de rencontre de toute la communauté malienne et également de toute une communauté musulmane. Cette forte charge symbolique est évoquée par Philippe Schroder comme un frein aux projets de rénovation et de réhabilitation.

Le foyer est un lieu de vie intense: aussi bien à l'intérieur où le moindre espace est utilisé (nous y trouvons une mosquée, un atelier de couture, une forge, des coiffeurs, des petits commerçants...) qu'à l'extérieur: « La rue Bara se prolonge, à l'ouest, par la rue Paul Eluard qui offre un espace piétonnier assez large. Destiné, dans la journée, à l'accueil des écoliers [ce texte date de 1995; l'entrée de l'école se fait désormais sur un autre rue mais ce qui suit est toujours vrail, il est largement investi par les résidents du foyer le soir et le week-end. [...1 Certains week-ends, les résidents installent des cartons et des bouts de moquette sur le bitume pour s'y asseoir plus nombreux. [...1 En été, entre dix-huit et vingt-deux heures, on peut compter plus de cinquante personnes dans cette rue. » (Brunet, 1995) Ainsi, les foyers présents sur la ville apparaissent à la fois pour ceux qui y vivent, pour ceux qui y ont vécu et pour ceux qui s'en occupent non pas comme des lieux fermés tels qu'ils sont souvent présentés mais au contraire comme des lieux ouverts sur l'extérieur, sur Montreuil, sur la région parisienne et sur le Mali...

précédent sommaire suivant