WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Problématique de la performance financière des institutions de micro finance: Cas de l'Agence PAPME au Bénin

( Télécharger le fichier original )
par Alassane OSSENI INOUSSA
Fondation Universitaire Mercure, Belgique - Master en gestion des projets 2009
Dans la categorie: Economie et Finance
  

sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !

ROYAUME DE BELGIQUE

FONDATION UNIVERSITAIRE MERCURE

COURS À DISTANCE

MASTER EN GESTION DES PROJETS

THEME :

PROBLEMATIQUE DE LA PERFORMANCE FINANCIERE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE : CAS DE L'AGENCE PAPME / BENIN

Réalisé par :

Alassane OSSENI INOUSSA / GP 2408 Février 2009

RESUME

La Micro finance est apparue, ces dernières décennies, comme un instrument efficace de lutte contre la pauvreté. Elle s'est, ainsi, révélée très utile au service des populations exclues des systèmes classiques de financement faute de pouvoir remplir les conditions (formalités administratives, garanties et dépôt minimum) exigées par ces derniers. Elle offre traditionnellement de micro crédits à des populations pauvres mais économiquement actives en vue de leur permettre de développer leurs micro entreprises. Mais, de plus en plus, certaines institutions se positionnent sur des segments plus exigeants (ce que d'aucuns qualifient de « méso finance ») et octroient des montants de prêts très importants, en concurrence ouverte avec les institutions bancaires classiques. Mais cela exige l'utilisation d'outils appropriés dont l'absence induit des conséquences désastreuses pour l'institution.

La présente étude est une analyse de la problématique de la performance financière des institutions de micro finance, en particulier de l'Agence PAPME qui est l'une des trois plus importantes IMF du Bénin. Cette étude se justifie par le contexte de crise généralisée que connaissent les institutions et qui se traduit par la dégradation prononcée de leurs indicateurs de performance. Elle s'inscrit dans le cadre de la compréhension du fonctionnement et surtout de l'identification des perspectives de viabilité et de pérennisation de cette institution qui joue un rôle important dans le financement de l'économie béninoise avec un encours de crédit de près de dix (10) milliards de francs CFA à fin 2007.

Ainsi, après une description sommaire du cadre de l'étude (organisation, activités, partenariat et autres), cette étude propose essentiellement d'identifier les éléments de performances et les difficultés liées au fonctionnement de cette institution.

Les objectifs poursuivis consistent à :

§ Identifier et analyser les causes de la dégradation des indicateurs de performance de l'Agence PAPME à travers les indicateurs de la qualité du portefeuille de crédit ;

§ Analyser la politique et les procédures de gestion des crédits de l'Agence PAPME ;

§ Analyser les conditions de mise en oeuvre des politiques de diversification des activités, d'une part, et de la satisfaction de la clientèle, d'autre part.

Par un échantillonnage aléatoire, les clients et agents de l'institution ont été retenus pour une analyse qualitative de la mise en oeuvre des normes et procédures et des services offerts par l'Agence PAPME.

De l'évaluation des indicateurs de performance dont le plus essentiel est le taux de portefeuille à risque, en raison de la nature de l'activité principale de l'institution, il ressort que le non respect des normes et procédures par les agents, les défaillances de mise en oeuvre de la stratégie opérationnelle, les insuffisances du système de gouvernance, les insuffisance du système de supervision, les insuffisances du système d'information et de gestion, l'absence d'une véritable politique de gestion des ressources humaines et la mauvaise foi des clients sont entre autres à la base de la dégradation de ces indicateurs de performance. Ces résultats s'expliquent par l'accroissement des impayés entraînant logiquement la constitution des provisions pour dépréciation des créances, d'une part, et des charges de recouvrement correspondantes, d'autre part, qui réduisent les résultats financiers de cette institution avec pour conséquence l'entame de son image et de sa crédibilité. Ces situations d'impayés proviennent du non respect du mécanisme de mise en place des crédits, du manque de suivi réel des prêts octroyés, de l'exploitation volontaire des failles du manuel de procédures, de l'absence de la mise en oeuvre des recommandation du système de contrôle et de l'absence de sanction des agents mis en cause.

L'analyse des performances indique que les produits ne couvrent pas les charges, ce qui se traduit par les résultats déficitaires enregistrés. Ainsi, l'autosuffisance opérationnelle est remise en cause et confirme la recherche ou le recours de l'institution aux subventions qui ne favorise pas la rationalisation des coûts. Les ressources de l'Agence PAPME sont caractérisées par l'épuisement des fonds propres et l'absence de l'activité d'épargne, ce qui réduit ses disponibilités et l'oblige à recourir aux banques classiques de la place en vue de la mobilisation des ressources financières nécessaires au développement de l'activité crédit et ce, à des coûts du marché qui réduisent suffisamment ses marges. L'accroissement des impayés constitue un facteur qui entache la crédibilité de l'institution qui n'est pas en mesure, de ce fait, de respecter ses engagements vis-à-vis des banques partenaires qui parfois se voient obligées de suspendre la collaboration. Or, le statut juridique de l'Agence PAPME est limitatif des possibilités de mobilisation des ressources financières par cette dernière.

Selon les clients, les conditions d'accès difficiles (taux d'intérêt élevé, garantie, coût de formalisation des prêts, et autres) aux produits offerts par l'Agence PAPME, le mal comportement des agents, l'insuffisance des montants accordés et les modalités de remboursement qui ne tiennent pas compte de la nature de leurs activités sont autant de facteurs qui engendrent des difficultés de remboursement. Et lorsque ces difficultés surviennent, ils estiment que l'appui conseil des agents leur fait défaut car ces derniers ne sont préoccupés que par le bon dénouement du prêt, en l'absence de tout travail de suivi à priori. Ces éléments compromettent la satisfaction de la clientèle que l'institution a, de plus en plus, de difficultés à fidéliser malgré le niveau de la clientèle resté encore faible jusqu'à présent.

L'absence de solutions appropriées aux questions d'ordre stratégique et organisationnel, le faible taux de pénétration de la population cible, la faiblesse et l'instabilité des ressources financières mobilisées, la mauvaise politique d'affectation des ressources disponibles en emplois, la non maîtrise des coûts, l'accroissement des impayés avec pour corollaire celui des provisions sont autant d'éléments qui ne garantissent pas la performance financière de l'Agence PAPME, gage de sa viabilité et de sa pérennité au service des clients présents et futurs.

LISTE DES TABLEAUX

TABLEAU

TITRE

PAGE

TABLEAU N° 1

Présentation du Réseau PAPME

17

TABLEAU N° 2

Situation des plus importantes IMF au Bénin en 2005

23

TABLEAU N° 3

Etat des concours financiers obtenus par PAPME de 2003 à 2007

36

TABLEAU N° 4

Répartition des dossiers financés en 2006 par secteur d'activités

38

TABLEAU N° 5

Evolution des indicateurs / Phase de croissance

43

TABLEAU N° 6

Evolution des indicateurs / Phase de maturité et début de déclin

44

TABLEAU N° 7

Synthèse de l'échantillonnage de la population cible

70

TABLEAU N° 8

Marge bénéficiaire

73

TABLEAU N° 9

Rentabilité des fonds propres

74

TABLEAU N° 10

Rendement sur actifs

75

TABLEAU N° 11

Rendement des actifs productifs

77

TABLEAU N° 12

Productivité du Personnel de terrain

78

TABLEAU N° 13

Productivité du Personnel

79

TABLEAU N° 14

Ratio des frais généraux

81

TABLEAU N° 15

Ratio des Frais du Personnel

82

TABLEAU N° 16

Ratio d'Autonomie opérationnelle

83

TABLEAU N° 17

Ratio d'Autosuffisance Financière

84

TABLEAU N° 18

Taux de Portefeuille à Risque

86

SIGLES ET ABREVIATIONS UTILISEES

SIGLES ET ABREVIATIONS

DEFINITION

ACDI

Agence Canadienne pour le Développement International

ADEX

Association du Développement des Exportations

APB

Association Professionnelle des Banques

BCEAO

Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest

BIT

Bureau International du Travail

BOAD

Banque Ouest Africaine de Développement

CAB

Chambre d'Agriculture du Bénin

CAT

Comité d'Appui Technique

CCIB

Chambre de Commerce et d'Industrie du Bénin

CGAP

Groupe Consultatif d'Assistance aux Plus Pauvres

CNCA

Caisse Nationale de Crédit Agricole

CNPB

Conseil National du Patronat du Bénin

CPEC

Coopérative pour la Promotion de l'Epargne et du Crédit

COOPEC

Coopérative d'Epargne et de Crédit

FCFA

Franc de la Communauté Financière Africaine

FEB

Fondation Entrepreneurship du Bénin

FECECAM

Fédération des Caisses d'Epargne et de Crédit Agricole Mutuelle

IMF

Institution de Micro Finance

ISPEC

Institut Supérieur Panafricain d'Economie Coopérative

LISA

Projet de Lutte Intégrée pour la Sécurité Alimentaire

MDB

Mutuelle pour le Développement à la Base

MDR

Ministère du Développement Rural

MFE

Ministère des Finances et de l'Economie

ONG

Organisation Non Gouvernementale

OIT

Organisation Internationale du Travail

PAS

Programme d'Ajustement Structurel

PADME

Association pour la Promotion et le Développement des Micro Entreprises

PAPME

Agence pour la Promotion et l'Appui aux Petites et Moyennes Entreprises

PARMEC

Projet d'Appui pour la Réglementation des Mutuelles d'Epargne et de Crédit

PNUD

Programme des Nations Unies pour le Développement

SFD

Systèmes de Financement Décentralisés

UEMOA

Union Economique et Monétaire Ouest Africain

UNACREP

Union Nationale des Caisses Rurales d'Epargne et de Prêts

USAID

United States Agency International Development

SOMMAIRE

TITRES PAGES

RESUME 2

LISTE DES TABLEAUX 5

SIGLES ET ABREVIATIONS UTILISEES 6

SOMMAIRE 8

INTRODUCTION GENERALE 10

CHAPITRE I : DEFINITION DU CADRE DE L'ETUDE ET PRESENTATION DU MILIEU 12

Section 1 : Historique et environnement des IMF 12

Paragraphe 1 : Historique des IMF 12

Paragraphe 2 : Environnement des IMF 21

Section 2 : Structure organisationnelle et activités de PAPME 24

Paragraphe 1 : Structure organisationnelle 25

Paragraphe 2 : Les activités de PAPME et ses difficultés 29

CHAPITRE II: CADRE THEORIQUE ET METHODOLOGIE

DE RECHERCHE 40

Section 1 : Problématique, intérêt, objectifs et hypothèse de recherche 40

Paragraphe 1 : Problématique et intérêt de recherche 40

Paragraphe 2 : Objectifs et hypothèses de recherche 48

Section 2 : Revue de littérature et méthodologie de recherche 49

Paragraphe 1 : Revue de littérature 50

Paragraphe 2 : Méthodologie de recherche 65

CHAPITRE III : ANALYSE DES DONNEES DE L'ETUDE ET IMPLICATIONS MANAGERIALES 72

Section1 : Analyse des données financières et des enquêtes 72

Paragraphe 1 : Présentation et analyse des données financières de PAPME 72

Paragraphe 2 : Présentation et analyse des données des enquêtes et entrevues 87

Section 2 : Vérification des hypothèses et implications managériales 107

Paragraphe 1 : Vérification des hypothèses de recherche 107

Paragraphe 2 : Implications managériales de recherche 109

CONCLUSION GENERALE 115

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 116

ANNEXES 118

INTRODUCTION GENERALE

Les pays en voie de développement ne constituent pas un ensemble économiquement homogène, ils connaissent en général de fortes inégalités. Cela se justifie par l'inégale répartition des richesses mais certains auteurs pensent que le difficile décollage de ces pays est lié, en partie, à la faiblesse du système financier pouvant favoriser l'allocation des ressources nécessaires à la relance de leur économie.

En effet dans toute économie, il existe des agents à capacité de financement et des agents à besoin de financement. Le financement direct a été longtemps sujet de nombreux problèmes à tel enseigne que le mode de financement des pays en voie de développement en général et, ceux de l'Afrique en particulier a consisté en un financement indirect qui désigne un système dans lequel les institutions financières jouent le rôle d'intermédiaire entre les agents à capacité de financement et ceux à besoin de financement. Au rang de ce système, on peut dénombrer le système bancaire classique et le système financier non bancaire.

Au sein du système financier non bancaire se trouvent les institutions de micro finance qui compte tenu de la nature de leurs activités, des agents à financer, s'exposent à un certain nombre de risques. On peut citer : les risques de contre partie, d'illiquidité, de taux, de fraude, d'insolvabilité, ceux liés au système d'informations (informatique ou opérationnel), juridique ou fiscal, macro-économique, sociopolitique etc. Tous ces risques peuvent être catégorisés en : risque systémique, risque de faillite, risque financier et risque de crédit.

Au coeur de tous ces risques se trouve l'HOMME qui exploite les failles des normes et procédures mises en place pour, normalement, minimiser la survenance des risques surtout en relation avec un mécanisme de supervision efficace.

Le risque peut être défini comme étant la probabilité de perte à laquelle une entreprise ou une institution est exposée. Il importe donc pour tout chef d'entreprise de prendre des dispositions nécessaires pour minimiser les risques en vue de l'atteinte des objectifs de rentabilité. Le risque est donc indispensable pour la conduite de la gestion de toute organisation mais il urge de savoir l'identifier, le mesurer et développer des stratégies pour l'atténuer.

Le risque encouru par toute institution de micro finance dans la mise en place des micro crédits au profit des micro entrepreneurs exclus du système de financement classique est le non respect de leurs engagements. L'insolvabilité des bénéficiaires de crédits peut avoir pour conséquences : la perte des fonds prêtés ou leurs immobilisations pour une durée plus longue alors que l'institution elle-même doit faire face à ses propres engagements vis-à-vis de ses partenaires financiers, gage de sa crédibilité et de sa pérennité. Il est mesuré à travers certains indicateurs dont les principaux sont le taux d'impayés et le taux de portefeuille à risque dont leur maîtrise s'avère indispensable.

Parmi les premières institutions de micro finance opérant au Bénin figure l'Agence pour la Promotion et l'Appui aux Petites et Moyennes Entreprises (PAPME) qui est le cadre choisi pour notre recherche.

Cette entreprise comme la plupart des autres IMF, dans le souci permanent de développer son portefeuille, a enregistré ces dernières années des contre performances qui affectent dangereusement sa pérennité financière à savoir la couverture des frais généraux de gestion, des pertes sur créances, du coût des ressources et de la capitalisation pour la croissance par les produits d'exploitation.

L'intérêt porté au problème de la dégradation des indicateurs de performance à travers celle de la qualité du portefeuille dans cette agence, due à la croissance vertigineuse des impayés nous a amené à réfléchir sur le thème : « Problématique de la performance financière des Institutions de Micro Finance : Cas de PAPME ».

Nous présenterons ce travail suivant un plan tripartite. En effet, le premier chapitre sera consacré au cadre de l'étude et à la présentation du milieu, le second chapitre traitera du cadre théorique et de la méthodologie de recherche et le troisième chapitre traitera de l'analyse des résultats de l'étude et des implications stratégiques.

sommaire suivant

Soutenons La Quadrature du Net !





Soutenons La Quadrature du Net !