WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'insertion du tourisme et les problèmes de son développement dans les marges côtières de la province du sud Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Diderot Serge NGUEPJOUO M.
Université de Ngaoundéré - DEA 2005
  

sommaire suivant

RESUME

Les marges côtières de la province du sud Cameroun s'étendent de la ligne côtière à près de 50 km à l'intérieur du continent (d'ouest en est) et du nord de la ville de Kribi au sud de l'île de Dipikar. Elles sont pourvues d'abondantes ressources touristiques qui sont surtout valorisées et polarisées à Kribi dans leur formule classique mais ne le sont presque pas sous cette forme dans le reste de la région. Les communautés locales développent des initiatives écotouristiques encore au stade primaire.

L'objectif de l'étude est d'analyser le processus d'insertion du tourisme et les problèmes de son développement dans les marges côtières de la province du Sud Cameroun par le moyen des observations, enquêtes et entretiens. Les premières données récoltées permettent déjà d'affirmer que le potentiel touristique (naturel, culturel et historique) est important et que le cadre des activités est à certains égards favorable (climat, sécurité...). Cependant, le tourisme se déploie selon un mode d'insertion socio-spatiale rapide et non encore maîtrisé dans un environnement où de nombreux risques sont susceptibles de compromettre le devenir touristique et social de cette région du Cameroun.

La suite de nos travaux permettra d'étendre nos analyses au reste de la région et savoir les conditions, le modèle de développement qui assure la maîtrise de cette intégration et participe à l'épanouissement des communautés locales, clé du développement du tourisme dans la région.

Mots clés : Insertion, tourisme durable, développement du tourisme, conséquences socioenvironnementales, communautés locales.

ABSTRACT

Coastal margins of South Province Cameroon is contained in a polygon surface which start from the coast to about 50km inland (from west to east) and from northern part of Kribi town to southern limits of Dipikar island. They are rich of touristic resources which are valorized and polarised mainly around Kribi in a classical way. But it is not nearly under this shape in the rest of the region. The local communities develop some ecotouristic initiatives again to the primary stage.

The purpose of the study is to analyze the process of insertion of the tourism and the problems of its development in the inshore margins of the South Province of Cameroon by using methods and technics such as observations, surveys and interviews. First results of investigations on field revealed that the tourist potential (natural, cultural and historic) is important and that the setting of the activities is to some favorable considerations (climate, security...). However, the tourism develops according to one fashion of fast socio-spatial insertion and no mastered again in an environment where many risks are susceptible to compromise the tourist and social future of this region of Cameroon.

The continuation of this study will allow us to spread our analyses to the rest of the region and to know the conditions, the model of development that assures the mastery of this insertion and participate to the blossoming of the local communities, key of the development of the tourism in the region.

Key words : Insertion, sustainable tourism, development of tourism, socioenvironmental consequences, local communities.

TABLE DES MATIERES

RESUME 1

ABSTRACT 1

TABLE DES MATIERES 2

LISTE DES TABLEAUX 3

LISTE DES FIGURES 4

LISTE DES PHOTOGRAPHIES 5

LISTE DES ABREVIATIONS 5

REMERCIEMENTS 6

INTRODUCTION GENERALE 7

1. PROBLEMATIQUE 9

2. QUESTION DE RECHERCHE 13

2.1. Question principale 13

2.2. Questions spécifiques 13

3. BACKGROUND SCIENTIFIQUE 13

4. CADRE CONCEPTUEL ET THEORIQUE 16

5. OBJECTIF DE TRAVAIL 19

5.1. Objectif principal 19

5.2. Objectifs spécifiques 19

6. HYPOTHESE DE TRAVAIL 20

6.1. Hypothèse centrale 20

6.2. Hypothèses secondaires 20

6.3. Cadre opératoire 20

7. METHODOLOGIE 23

7.1. Choix des stratégies générales de vérification 23

7.2. Choix des techniques de collecte des données. 24

7.3. Choix des techniques d'analyse des données. 26

7.4. Le test d'hypothèse 28

8. PLAN PROVISOIRE DE LA THESE 28

9. CHRONOGRAMME PREVISIONNEL DU TRAVAIL DE THESE 29
CHAPITRE I : ANALYSE DES PROCESSUS D'INSERTION DU TOURISME DANS LES MARGES COTIERES DU SUD. 31

1. LE MILIEU DES MARGES COTIERES : UN CADRE A LA GEOGRAPHIE

FAVORABLE AU TOURISME 31

1.1. Le milieu physique : atouts et contraintes au décollage touristique 32

1.1.1. Un relief de plaine dominé par un bas plateau 32

1.1.2. Un climat doux mais pluvieux 33

1.1.3. Une végétation dense, variée et séduisante 36

1.1.4. Un réseau hydrographique dense mais non valorisé 37

1.1.5. Des sols propices à l'agriculture 38

1.2. Le cadre humain : forces et faiblesses d'un tourisme de culture 38

1.2.1. Le peuplement et les modes de vie 38

1.2.2. Les cultures des peuples de l'Océan 40

1.2.3. Les révélations de l'archéologie dans le contexte de retour aux sources 41

1.3. Le potentiel écotouristique 42

1.3.1. Offre naturelle 42

1.3.2. Offre socio-culturelle 45

1.3.3. Offre aménagée 46

1.4. La demande des touristes de Kribi et du reste du département de l'Océan 47

1.4.1. Le portrait socio-économique des visiteurs de Kribi 47

1.4.2. Les motivations des visiteurs de Kribi et alentours 48

2. L'EVOLUTION DE L'INSERTION DU TOURISME DANS LES MARGES

COTIERES DU SUD CAMEROUN 49

2.1. Une évolution en ligne brisée dans l'espace touristique 50

2.1.1. L'Etat providence pendant les années de croissance 50

2.1.2. Le désengagement de l'Etat et le flottement du secteur touristique 53

2.1.3. La relative prise en main par la Communauté Urbaine de Kribi (CUK) et les

autres partenaires. 53

2.2. L'analyse de la croissance du phénomène touristique 54

2.2.1. Les difficultés de planification 54

2.2.2. La ruée imparable vers le foncier en front de mer 55

2.2.3. La modicité des moyens 56

3. LE TOURISME ET LE TERRITOIRE TOURISTIQUE DE KRIBI 57

3.1. L'entrée et l'extension du fait touristique 57

3.1.1. Ebodjé, un village écotouristique de prestige 61

3.1.2. Nko'élon, une initiative naissante mais prometteuse 63

3.2. Les mutations-socioenvironnementales provoquées par le tourisme 63

3.2.1. Les effets négatifs et concurrence 64

3.2.2. Les effets bénéfiques 67

3.2.3. Les risques 68

CONCLUSION GENERALE 73

BIBLIOGRAPHIE 75

ANNEXES 81

QUESTIONNAIRE D'ENQUETE AUPRES DES TOURISTES 82

Presse 83

GUIDE D'ENTRETIEN 85

1. Identification 85

2. Connaissances sur le tourisme 85

3. Actions concrètes 85

a. Naturelles 85

b. Culturelles 85

c. Interpersonnelles 86

d. Infrastructures/ Entretien/ Promotion/ Aménagement 86

4. Difficultés éventuelles 86

5. Attentes et projets 86

CRITERES DU GTZ ET MINTOUR AYANT SERVI A L'INVENTAIRE DE 120 SITES

TOURISTIQUES AU CAMEROUN EN 2001 87

STATISTIQUES DES ARRIVEES HOTELIERES DE 1972-1978 88

LISTE DES ETABLISSEMENTS D'HEBERGEMENT DE L'OCEAN 89

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Techniques de collecte de données 24

Tableau 2: Paramètres du très beau temps touristique confortable

.34

Tableau 3: Paramètres disponibles du temps touristique confortable de Kribi

..36

Tableau 4: Quelques éléments culturels du département de l'Océan

...40

Tableau 5 : Statistiques de 2 années touristiques 1974 et 1975

. 51

Tableau 6 : Part des arrivées de Kribi sur les arrivées nationales (1972-1978)

..51

Tableau 7: Offre touristique du village écotouristique Ebodjé

.62

Tableau 8 : Les effets positifs du tourisme sur le milieu et les hommes dans les marges

côtières de la province du Sud ..67

Tableau 9 : Risques et tourisme dans les marges côtières de la Province du Sud ..68

LISTE DES FIGURES

Figure 1: Localisation du département de l'Océan ...9

Figure 2: Modèle d'analyse du tourisme durable 18

Figure 3: Modèle d'analyse de la participation de la population locale et le

développement du tourisme 27

Figure 4: Histogrammes pluviométriques pour chacune de ces nuances .34

Figure 5 : Tourisme et saisonnalité à Kribi (Données 2004) ..35

Figure 6: Carte de l'espace touristique des marges côtières de la province du Sud

Cameroun 43

Figure 7 : Répartition par nationalité des arrivées internationales à Kribi 47

Figure 8 : Répartition des motivations des visiteurs de Kribi et le reste de l'Océan 48

Figure 9 : Arrivées des visiteurs à Kribi (1972-1983 et 1999-2004) 52

Figure 10 : Distribution des établissements d'hébergement dans les marges côtières du Sud Cameroun 58 Figure 11 : Densité des établissements hôteliers et croissance du phénomène touristique à Kribi 59 Figure 12 : Facteurs de risques pour le tourisme dans les marges côtières du Sud Cameroun 71

LISTE DES PHOTOGRAPHIES

Photo 1: Une végétation dense de la forêt de moyenne altitude ..36

Photo 2: Un campement de pygmées assez évolués 39

Photo 3: Plages à Itondé-Fang ..42

Photo 4: Quelques chutes dans les marges côtières de la province du Sud Cameroun...44

Photo 5: Quelques vestiges de l'occupation allemande sur l'île de Dipikar .45

Photo 6: Recul du trait de côte sous le fait de l'érosion marine .64

LISTE DES ABREVIATIONS

AFIT : Agence Française de l'Ingénierie Touristique CEN : Comité d'Ecotourisme de Nko'élon

CEPFILD : Cercle de Promotion des Forêts et l'Initiative Locale de Développement CNC : Conseil National de Crédit

CUK : Commune Urbaine de Kribi

DDTO : Délégation Départementale du Tourisme de l'Océan DDO : Délégation Départementale pour l'Océan

DPTS : Délégation Provinciale du Tourisme du Sud ECOFAC : Ecosystèmes Forestiers d'Afrique Centrale FEICOM : Fonds spécial d'Intervention Intercommunal GIC : Groupes d'Initiatives Communes

HCR : Hôtels - Cafés - Restaurants

IFEN : Institut Français de l'Environnement Naturel IRD : Institut de Recherche et de Développement

MINDAF: Ministère des Domaines et des Affaires Foncières MINTOUR: Ministère du Tourisme

OMT: Organisation Mondiale du Tourisme

ONED : Organisation pour la Nature et Développement PIB: Produit Intérieur Brut

PME : Petites et Moyennes Entreprises

PNCM : Parc café National de Compo-Ma'an

SAGED : Genre et Gestion Environnementale Durable SNV : Organisation Néerlandaise de développement UTO : Unité Technique Opérationnelle

WWF: World Wild Fund For Nature.

REMERCIEMENTS

Ce travail est le produit de l'action conjointe de nombreuses personnes qui y ont oeuvré de façon acharnée sous la houlette de Dieu.

Sur le plan académique, notre reconnaissance s'adresse en premier au Professeur Jean-Louis DONGMO qui nous a fait l'honneur de nous diriger nonobstant les nombreuses responsabilités qui auraient suffi comme argument de refus. De façon très volontariste, il nous a conseillé, donné des orientations et suggestions pour accomplir ce travail. Aussi le Dr Médard LIEUGOMG - que nous remercions - s'est-il échiné à relire et influencer cette pièce de recherche. Nous n'oublions pas tous les autres enseignants qui y ont également contribué par leurs enseignements, leurs orientations, leurs relectures et suggestions. Il s'agit notamment des Docteurs TCHOTSOUA Michel et GOLTOB de l'Université de N'djamena, des Professeurs SIMEU KAMDEM, Paul TCHAWA, Anne DEHAUTESERRE et Rémy KNAFOU.

D'autres personnes du MINTOUR dont l'ouverture et les informations ont facilité la réalisation de ce travail méritent de trouver ici l'expression de nos remerciements les plus sincères. Nous citons Mesdames BOMBA A. Elise (Directeur de la Promotion Touristique) et BAYECK M. (CT2), Messieurs MEZA M'AKAME Eitel (DPTS), LIENOU Martin (Chargé d'études No2), BELLO Jean (DDO), BOUBA Ariki (DDO/MINDAF) et NTOKO Edmond A. (Chef des service de la statistiques).

Nous avons également bénéficié du soutien, des conseils et encouragements de plusieurs. Nous nommons en l'occurrence notre père Monsieur Etienne MEGAPTCHE, des familles HOUMEGNI, DINANG, MANYIM et HANDJA, nos soeurs Marie-Chantal NGUEPJOUO, Elise NONO et amis Grâce CHIMI, Pegguy L. T. GASSU, KALDAOUSSA Bambadao, Hervé KETCHABA, Berlin SAHA, Patrick TCHIESSE, Eric WANDJI, Dieu Tous TCHOUMY et Jean-Jacques BAYANGONA.

Sur le plan logistique, nous exprimons notre profonde gratitude à Pierre Basile NGOULA, au WWF/Campo-Ma'an et notamment à son Chef de Programme Bertin TCHIKANGWA, de même qu'à ses proches collaborateurs Charles ZILLI et ALO'O Patrice.

Au-delà de tous ces noms, nous reconnaissons en ce travail, l'oeuvre de la munificence de Dieu pour et par qui nous vivons et vivrons toujours.

sommaire suivant