WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Du conventionnel au numérique, l'e-communication mode de vie moderne des entreprises (cas PME algériennes)


par Achour Bouankoud & Zahira Kaci Moussa
ESG Ecole Supérieur de Gestion de Paris, Groupe PGSM France - MBA Gestion d'entreprise "Marketing & Management" 2011
Dans la categorie: Commerce et Marketing
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

Institut International Des Sciences Ecole Supérieur de Gestion de Paris

Commercial Et management Groupe PGSM France

MBA Gestion d'entreprises Option: Marketing Management

Mémoire de Fin d'étude

Du conventionnel au numérique,

l'e-communication mode de vie moderne des entreprises

(Cas PME Algériennes)

Réalisé par: Encadré par:

Mr. BOUANKOUD Achour Mr. FAIDI Sofiane

Mlle. KACI MOUSSA Zahira

Session juin 2011

Remerciements

Nous aimerons avant tout remercier l'unique « Dieu » pour tous ses bienfaits.

Tout au long de ce projet, nous avons été très bien entourés par des personnes qui nous ont guidés, inspiré, encouragé, critiqué et surtout, qui nous ont permis d'avancer.

A ce titre nous tenons à remercier notre encadreur Mr. Faidi Sofiane, pour la direction et l'encadrement de ce mémoire, pour sa présence, ses conseilles et pour l'aide très précieuse qu'il n'a jamais cessé de nous fournir tout au long de notre recherche, et surtout pour sa patience.

Nos remerciements s'adressent aussi aux membres du Jury pour nous avoir honorées en consentant à juger notre travail.

Notre reconnaissance va également à l'ensemble des enseignants de l'INISCOM, qui nous ont permis, grâce à leurs savoirs et à leurs persévérances, d'en arriver jusqu'ici, qu'ils reçoivent tous nos sentiments de respects, de considérations et de reconnaissances.

Enfin, nous remercions toutes les personnes qui, scientifiquement ou socialement ont contribué à la réussite de ce travail.

Je dédie ce travail à mes très chers parents. Je ne pourrais leur rendre ne serait-ce qu'un millième de tout ce qu'ils m'ont apporté. Ma gratitude envers eux ne sera jamais assez et mon amour pour eux ne sera jamais assez intense.

A mes chère soeurs, mes chers frères

A toute ma famille

Enfin, je n'oublie pas mes amis, qui mon soutenu tout au long du parcours.

Bouankoud Achour

J'aimerais dédier ce travail à toute ma famille, mes très chers parents que j'aime énormément, ma soeur, mon frère et à tous ceux qui étaient à mes côtés, m'ont soutenu, et m'ont encouragé.

Une pensée toute particulière à Yasmine ma meilleure amie, à mon cher fiancé à ma belle famille sans Oublier l'ensemble de mes collègues avec qui j'ai passé une formidable année d'étude.

A tous ces gens-là je dis Merci !

Kaci Moussa Zahira

Table des matières

Introduction général............ ......... ...... ......... ...10

Première partie : Partie Théorique

CHPITRE 1 : La communication conventionnelle...... ...... ... 12

1. Les objectifs de la communication... 14

1.1. Les objectifs cognitifs 14

1.2. Les objectifs affectifs 14

1.3. Les objectifs conatifs 14

2. La communication interne et externe... ......... ...... 15

2.1. La communication interne ... ...... ......... ...... 15

2.2. La communication externe...... ...... ......... ... 16

3. Classification des approches de communication ...... ......17

3.1. La communication média ...... ......... ...... 17

3.2. La communication hors-médias... ............ ...... 19

Conclusion... ......... ...... ......... ...... ......... 25

CHAPITRE 2 : L'E-communication............ ...... ...... ... 26

1. Définition...... ...... ...... ......... .........27

2. Internet......... ......... ...... ......... ...... .........28

2.1. Définition......... ...... ... ......... ...... ....28

2.2. Historique et naissance du réseau...... ......... ...... 28

2.3. Les stratégies de communication sur internet ... ...... 30

3. Les outils ... ...... ...... ......... ...... ......... 31

3.1. Le site internet... ......... ...... ......... ...... ......31

3.2. Le search Marketing ou l'art d'être référencé ...... ....34

3.3. L'achat d'espace ......... ...... ......... ...... ......35

3.4. Marketing direct ...... ...... ......... ...... .........36

3.5. Le web2.0 ou l'e-Participation...... ......... ...... .........38

Conclusion... ......... ...... ......... ...... ......... 42

CHAPITRE 3: La communication conventionnelle vis-à-vis l'ecommunication... ......... ...... ......... ...... ... 43

1. Tableau comparatif ente la communication conventionnelle et l'ecommunication ...... ...... ......... ......... .........45

2. Analyse de tableau ......... ...... ......... ...... ...51

Conclusion... ......... ...... ......... ...... ... ......51

CHAPTRE 4: Le passage du conventionnelle au numérique 52

1. Le contexte ....54

2. Les facteurs 55

2.1. Facteur technologique...... ...... ......... ...... ......... 55

2.2. Facteur sociologique ............... ...... ......... ...... ......56

2.3. Facteur économique .....56

2.4. Facteur marketing 60

2.5. Facteur juridique 62

3. Entre continuité et rupture ! 64

4. Entre substitution et complémentarité ......... ......... ...... 66

Conclusion .. 68

CHAPITRE 5 : E-communication en Algérie, contraintes et perspectives 69

1. E-Algérie, les opportunités 70

1.1. Une forte progression du nombre d'internautes ..70

1.2. Prise de conscience et efforts développés par l'état « Plan stratégique e- Algérie

2013 » ....71

1.3. Internet, média préféré des jeunes et des cadres en Algérie 79

2. E- Algérie, les contraintes . 88

2.1. Le constat ......... ...... ... ......... ...... .......88

2.2. Les contraintes .............................................................................. 89

Conclusion 92

CHAPITRE 6 : L'impact à la national et à l'international

I. Impact de l'e-communication à l'international ............ ...... ......

1. Internet accélère le processus de globalisation

2. Webcam, visiophonie, téléconférence, vidéoconférence et l'avènement de télétravail

93

94

.95

95

3. L'Internet favorise une diversité culturelle mais la langue anglaise s'impose pour le business

96

II. Impact de l'e-communication à la national

....96

1. Impact d'Internet sur le Macroéconomie

96

1.1. Une forte contribution au PIB

.97

1.2. Une part substantielle de l'emploi

..99

2. Impact d'Internet sur le Microéconomie

101

 

2.1. Des bénéfices pour les agents économiques

101

2.1.1. Internet améliore la performance des entreprises

.101

2.1.2. Impact de l'e-communication sur l'internaute

106

2.1.3. Internet participe au bien-être du citoyen

.106

Conclusion

108

Deuxième partie : Partie pratique

CHAPTITRE1 : L'adoption de la stratégie e-communication dans les PME Algériennes .....109

I. Présentation 110

1. Objectifs de l'étude 110

2. Méthode de collecte d'informations ..110

II. Les résultats d'enquête 111

1. Qui sont nos répondants? 111

2. Ces PME ; à quel secteur d'activité appartiennent-elles? 112

3. Que nous disent-elles? 113

3.1. Sur leur utilisation d'Internet ..113

3.2. Sur la finalité ou la raison de leur utilisation d'Internet ? ...113

4. Internet apporte-elle une valeur ajoutée à ces entreprises ? 114

5. Ces PME, ont-elles une stratégie e-communication ? 114

6. Les entreprises qui disposent d'une stratégie e-communication, à quoi leur sert-

elle au juste ? 115

7. Combien sont-elles à disposer d'un site web ? 115

8. Quelles sont les fonctionnalités proposées par ces sites ? 116

9. Nos entreprises utilisent-t-elles les technologies qu'offre le Web 2.0 ou prévoient-elle les utiliser? 116

10. Parmi les entreprises ne disposants pas d'un site web, quelles sont les raisons avancées par ces dernières ? 117

11. Les PME, objets de notre étude, sont-elles intéressées par les services d'une entreprise qui les accompagnera dans l'établissement de leur stratégie de

communication sur internet ? 118

12. Analyse des résultats 118

Conclusion 119

CHAPITRE 2 : Création d'une agence de communication « e.com » 120

1. Comment on a eu l'idée de création de notre agence de communication

« e.com » 121

2. Notre site web « e.com » 122

3. Voici alors nos offres en matière de communication sur Internet 123
3.1. Préconisation classique : Le site web, la clé de voute d'une

e-communication efficace 123

3.2. Faire connaitre le site 124

3.3. Préconisation pour une communication meilleure et de long terme 125

3.3.1. Outils s'intégrant au site 125

3.3.2. Outils qui sont externes au site 126

3.4. Notre offre spéciale Le PACK ANSEJ 128

Bibliographie 130

Annexe 134

Liste des Tableaux

Tableau n° 1 : Support & Moyens de communications interne ..16

Tableau n°2 : Approche et moyen de communication interne 24

Tableau n° 3 : Les grands points de la qualité du contact 32

Tableau n° 4 : La comparaison entre la communication conventionnelle et l'ecommunication .45-46-47-48-49-50

Tableau n° 5 : La croissance de l'usage d'Internet en Algérie 70

Liste des graphiques

Graphique n° 1 : Dépenses publicitaires mondiales sue mobile (Mds $) .55

Graphique n° 2 : Courbe de Pareto (répartition des ventes musicales de Wall-Mart) ..57

Graphique n° 3 : Courbe de longue traine (popularité de la musique en ligne Rhapsody) 58

Graphique n° 4 : Evaluation de la part des médias dans les dépenses pub mondiales... 60

Graphique n° 5 : Répartition des internautes algériens par tranches d'âges 80

Graphique n° 6 : Répartiton des internautes algériens par niveaux d'instructions 81

Graphique n° 7 : L'origine des connexions .......82

Graphique n° 8 : Fréquences des connexions 82

Graphique n° 9 : Durées des connexions ......82

Graphique n° 10 : Lieux des connexions ...83

Graphique n°11 : Média principal pour s'informer sur l'actualité ...84

Graphique n°12 : Répartition par raisons de connexion .85

Graphique n°13 : Perceptions de la pub sur Internet 86

Graphique n°14 : Répartitions par secteurs d'activité des PME

..112

Graphique n°15 : Utilisation d'Internet par les PME interrogées

113

Graphique n°16 : Raisons d'utilisation d'Internet

113

Graphique n°17 : La valeur ajoutée qu'apporte Internet au PME

114

Graphique n°18 : Adoption de la stratégie e-communication par les PME

.114

Graphique n° 19 : Intérêt de l'usage de la stratégie e-communication

115

Graphique n°20 : La disposition d'un site web ou non par les PME interrogées

115

Graphique n°21 : Les fonctionnalités des sites web

116

Graphique n°22 : Utilisation de technologies web 2.0

117

Graphique n°23 : Raisons de non disposition de site web

117

Graphique n°24 : Intérêt des PME pour un accompagnement

118

Introduction général :

Les petites et moyennes entreprises ont été reconnus comme contributeurs importants dans le développement économique de nombreux pays pour cette raison des nouvelles opportunités s'ouvrent pour elles sur le marché national et même international.

Il est vital pour les PME de se développer afin de rester compétitives.

Selon les chercheurs il n'existe pas une théorie unique qui peut expliquer suffisamment le développement ou la croissance d'une PME, mais l'importance et l'utilisation de l'Ecommunication est de plus en plus visible.

La crise financière de 2008 en est le parfait témoin, durement touché, tous les secteurs économiques sont en déclin aussi bien sur le plan économique que social. Ce regard porté par les entrepreneurs de chaque secteur ne les incite pas à développer des budgets de communication voir tout simplement à en créer, l'achat d'espace publicitaire, évènementiel, street marketing, marketing direct etc. Les moyens de communication proposés au entreprises sont multiples cependant ils ont un coût que toutes ne peuvent s'offrir, il leur faut donc ruser afin d'être visible par leur prospect, pour se faire connaitre et ne pas tomber dans l'oubli.

De l'autre coté les PME travaillant en B to C et ayant fait le choix de mettre en place une communication peu onéreuse, on peut remarquer qu'elles en tirent aujourd'hui tous les bénéfices et ce dans une grande partie grâce à internet.

Internet est reconnu comme un moyen de communication efficace et peu onéreux financièrement ce qui nous pousse à se demander si elle est entrain de se positionné comme une alternative sérieuse au moyens de communications dits conventionnels, Notant aussi que l'internet est très chronophage, d'où la nécessité d'établir et de suivre une vraie stratégie adaptée à ces petits budgets d'une manière efficiente.

En Algérie, sous la pression sociale et conscient du rôle important que peut jouer les PME dans le développement économique et l'absorption du chômage, le gouvernement a pris des mesures incitatives au profit des jeunes entrepreneurs via des formules tell que L'ANSEJ, en

leur facilitant la création de leurs micro entreprises qui sont appelées pour certaines à devenir des PME, la plus part de ses jeunes ne possèdent aucune connaissances ou compétences en Marketing ou encore en communication et surtout la E-communication qui semble la mieux adaptée vu le faible budget de leur entreprises nouvellement crées.

On se demande donc quelles solutions et outils, Internet peut apporter en termes de communication à l'entreprise ? Et quels sont ceux qui sont accessibles aux plus petites PME ?

Afin d'approfondir en mieux notre recherche nous avons procédé à une enquête, et l'un des plus pertinents résultats obtenu est que les PME en Algérie sont intéressées mais pas actrices de l'e-communication, il convient donc de se demander Pourquoi ?

Plusieurs problématiques ont été choisies pour ce mémoire, car le thème de notre recherche n'est pas dépendant d'une seule et unique problématique qui pourrait être extrêmement révélatrice.

En outre, une étude se basant sur multiples problématique qui nécessitent plusieurs arguments fournira des informations solides et plus convaincantes sur le but de la recherche, qui est de proposer une stratégie de communication efficace et financièrement abordable via internet pour les plus PME.

Donc dans notre mémoire nous allons essayer de répondre à la problématique suivante :

· Internet se positionne- elle comme une alternative aux moyens de communications dits conventionnels ou est-elle plutôt complémentaire ?

Pour la pratique on a choisi de traiter la question suivante :

· Quelle stratégie de communication sur internet pour les petites et moyennes entreprises ?

Première partie : Partie Théorique

Chapitre 1 :

La Communication Conventionnelle

Introduction :

Selon le dictionnaire de l'Académie Française dans sa neuvième édition, la communication peut se définir comme : << l'action de communiquer quelque chose à quelqu'un >>, c'est-à-dire : <<Faire part de, donner connaissance de quelque chose à quelqu'un, par relation plus ou moins directe avec le destinataire >>.

Elle peut également être définie comme : << un processus par lequel une personne (ou un groupe de personnes) émet un message et le transmet à une autre personne (ou groupe de personnes) qui le reçoit, avec une marge d'erreur possible (due, d'une part, au codage de la langue parlée ou écrite, langage gestuel ou autres signes et symboles, par l'émetteur, puis au décodage du message par le récepteur, d'autre part au véhicule ou canal de communication emprunté)1. >>

Parlant plus précisément de communication d'entreprise, si l'on se réfère au dictionnaire de marketing FOUCHER, la communication est divisée en quatre sous-parties:

· La communication globale :

Ensemble des signaux ou des messages émis par l'entreprise vis- à-vis de tous les publics avec lesquels elle est en contact.

· La communication commerciale :

Ensemble des signaux et des messages émis par une entreprise, qui sont susceptibles d'accroître ses ventes ou d'améliorer son image. C'est un élément constitutif de la communication globale que l'on peut identifier par ses finalités propres.

· La communication événementielle :

Forme de communication reposant sur certains événements d'ordre sportif, culturel ou social.

· La communication institutionnelle :

Ensemble des signaux et messages émis par une entreprise et destinés à promouvoir l'image de l'entreprise auprès de ces partenaires. Le terme anglophone pour cette communication est <<corporate communication >>2.

1 http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?11;s=1487378280;r=1;nat=;sol=0;

2 GILARDI J-C., KOEHL M., KOEHL J-L., Dictionnaire de Mercatique, Vanves : Foucher, 2005, p. 67-71.

1. Les objectifs de la communication :

Selon Jean-Marc DÉCAUDIN, « les objectifs de la communication se déterminent en fonction des capacités spécifiques de la variable communication du marketing mix3 ». En effet, dans toute stratégie de communication, il est nécessaire de savoir pour quelles raisons l'on communique et dans quel but.

Toute situation de communication a pour objectifs :

· Faire connaître : objectifs cognitifs

· Faire aimer et/ou apprécier : objectifs affectifs

· Faire agir, acheter : objectifs conatifs

1.1. Les objectifs cognitifs :

Ils ont pour but d'informer en transmettant une information à un tiers et de faire percevoir un message aux consommateurs afin qu'ils le mémorisent. Cet objectif traduit la volonté de l'entreprise de faire connaître un nouveau produit / marque ou une promotion des ventes.

Au travers de cet objectif, l'entreprise cherche à accroître sa notoriété, mais elle peut également vouloir diffuser les caractéristiques d'un produit.

1.2. Les objectifs affectifs :

Lorsqu'une entreprise fixe à sa communication des objectifs affectifs, elle cherche avant tout à se donner une image meilleure et à la véhiculer afin de se faire apprécier par ses clients. Pour Jean- Marc DÉCAUDIN, « l'objectif est de faire aimer par les cibles de communication l'entreprise, la marque ou le produit proposé ». Cette vision peut être complétée par celle d'A. KEMPF et J - M UTARD4 qui écrivent que l'objectif affectif fait référence à « la représentation psychologique ou symbolique du produit ou de la marque dans l'esprit du consommateur ».

1.3. Les objectifs conatifs :

Ces objectifs sont basés sur les comportements de consommation, et ils ont pour but de faire réagir les consommateurs, voire de modifier leur comportement dans le but d'accroître les

3 DÉCAUDIN J.M., La communication marketing : concepts, techniques, stratégies, Paris : Economica, 2003, 3ème édition, p. 89 4

4 KEMPF A. et UTARD J.M., Communication d'entreprise et publicité, Paris : Techniplus, 1992, p. 615

ventes d'un produit. Comme le soulignent J-P HELFER et J. ORSONI5, « communiquer c'est transmettre les informations dans le but d'obtenir de la part du destinataire une modification de comportement ou d'attitude ».

2. Communication interne et externe :

La communication d'entreprise dont le principal rôle est la promotion de l'image ainsi que les produits de l'entreprise englobent deux dimensions majeures. L'une ne va pas sans l'autre. La première est la communication interne qui sert à rendre meilleure le climat interne à l'entreprise en améliorant les relations entre ses différents membres. Alors que la communication externe sert plutôt à mieux insérer l'entreprise dans son environnement externe à savoir la société.

2.1. La communication interne :

La communication interne comprend l'ensemble des actes de communication à l'intérieur d'une entreprise. Elle remplit de multiples fonctions : exposer (des résultats), transmettre (des informations), expliquer (une stratégie), impliquer, motiver ou encore préparer au changement. Mais elle a également un rôle fondamental dans la sensibilisation du personnel aux enjeux de l'entreprise en général. En effet, un employé éprouve le besoin de savoir où va l'entreprise pour laquelle il s'investit, de se sentir important dans cette structure et aussi d'être écouté.

2.1.1 Les formes de la communication interne :

Selon l'émetteur et/ou le récepteur, la voix empruntée par le message transmis n'est pas toujours la même (au niveau hiérarchique) :

> La communication descendante :

Elle part du plus haut échelon de la hiérarchie pour arriver au bas de celle-ci. Elle transmet en général des informations d'ordre opérationnel pour diriger le personnel.

5 DÉCAUDIN J.M., La communication marketing : concepts, techniques, stratégies. Paris : Economica, 2003, 3ème édition, p. 90

> La communication ascendante :

Elle emprunte le chemin inverse : elle part donc depuis le bas pour remonter vers le haut. Elle transmet notamment les questions, doutes ou difficultés des employés au(x) supérieur(s).

> La communication horizontale :

Elle part d'un échelon de la hiérarchie pour aboutir à un autre du même niveau (départements). Elle permet notamment de coordonner les actions interdépartementales.

2.1.2 Les supports ou moyens de communication interne :

Les moyens écrits

Les moyens oraux

Journal d'entreprise

Téléphone

Panneau d'affichage

Réunion

Rapports écrits

Rencontres

La boite à idées

Entretiens annuels

La revue de presse

Groupe de travail

 

Tableau n°1 : Supports&Moyens de communication interne .

2.2. La communication externe :

La communication externe de l'entreprise s'adresse à plusieurs publics : les clients, les partenaires, les médias, les environnements politique, social et économique, etc. Le but de la communication externe est de permettre à l'entreprise de mieux s'insérer dans son environnement, légitimer ses activités économiques et sociales, minimiser les crises qu'elle peut traverser, modifier son image... Les outils utilisés sont très diversifiés et ils incluent les grands médias existants (presse, affichage, radio, télévision et cinéma). Mais la communication externe ne se limite pas qu'aux médias. Elle englobe également les relations presse, les relations publiques, le parrainage et également l'organisation d'évènements spécifiques tels que les salons et les foires, etc.

3. Classification des approches de communication :

La communication est un domaine vaste qui regroupe un grand nombre de supports. Il est nécessaire de classer ces supports afin de savoir lesquels sont les mieux adaptés à la stratégie de l'entreprise. Généralement, les supports de communication sont divisés entre médias et hors-médias. Nous pouvons préciser cette classification par les techniques primaires et secondaires qui sont plus vastes et qui incluent entre autres des documents internes à l'entreprise.

3.1. La communication média :

La communication média est la forme de communication la plus connue des consommateurs. Elle existe depuis longtemps et est très prisée par les entreprises pour faire connaître leurs marques ou produits. Jean-Marc DÉCAUDIN, la nomme « publicité média » et la définit comme étant : « la communication diffusée par les entreprises ou les organisations après l'achat d'un espace dans les grands médias6 ».

L'appellation média correspond ici aux mass media c'est-à-dire la presse, la télévision, la radio, le cinéma, l'affichage. Les mass media sont caractérisés par le fait qu'ils touchent une audience large avec un message unique7.

3.1.1. La presse :

La presse est le premier support publicitaire, elle se divise en trois types : la presse quotidienne nationale, la presse quotidienne régionale et la périodique.

La presse présente l'avantage de pouvoir diffuser un message clair avec une relation de proximité avec le lectorat. De plus, grâce à la diversité des supports, il est possible de cibler les consommateurs en fonction de critères variés : géographiques, thématiques, sociologiques... ce média présente de nombreux atouts : la qualité de lecture, la souplesse et la possibilité de sélectionner la cible.

Les tarifs de publication varient selon le support choisi, la page et la grandeur de l'espace publicitaire qui est utilisé8.

6 DECAUDIN J-M., La communication marketing : concepts, techniques, stratégies 3ème édition. Paris : Economica, 2003, p. 111.

7 DECAUDIN J-M., MALAVAL P., Pentacom, Communication : théorie et pratique, Paris : Pearson Education, 2008 p.36

8 Ibid, p.36-40

3.1.2. La télévision :

La télévision est un moyen de communication de masse. L'impact de l'utilisation de ce média est très fort; il permet de couvrir à la fois un marché national et un marché plus ciblé grâce à la diversité et l'apparition de nombreuses chaînes thématiques. En publicité, c'est le deuxième média après la presse. La publicité à la télévision permet d'expliquer le fonctionnement des produits et cela grâce à un message clair.

L'inconvénient majeur de ce média est le coût, il s'agit d'un média onéreux que ce soit à cause de la conception et la réalisation du spot télévisé ou de l'achat de l'espace publicitaire aux chaînes de télévision.

Du fait de ces coûts, ce média ne peut être utilisé que par des entreprises qui ont un fort budget de communication.

3.1.3. La radio :

La radio est un média de la vie quotidienne qui couvre la totalité du territoire. Comme la presse, l'atout de la radio réside dans le fait qu'elle peut à la fois être nationale et locale. L'utilisation de ce média pour la communication publicitaire peut être peu coûteuse et procure l'avantage d'être souple, rapide et efficace. Grâce à ce faible coût, il est possible pour les entreprises de décliner les spots ainsi que les messages pour ne pas être répétitifs.

C'est un média à utiliser pour susciter des comportements quasi immédiats mais l'inconvénient de ce support réside dans le fait que l'écoute peut être mauvaise et dans l'absence de support visuel, ce qui nécessite que les messages soient de courte durée.

Pour communiquer via la radio, une entreprise a deux options : elle peut soit utiliser des spots publicitaires soit participer à des émissions dans le but de promouvoir sa marque ou son produit.

3.1.4. L'affichage :

Ce média se caractérise par le fait qu'il se situe habituellement dans les milieux urbains. Cette spécificité permet un excellent ciblage géographique. Ce type de support de communication est souvent considéré comme envahissant et de nombreuses lois locales émergent, afin de limiter les affichages.

Les avantages principaux résident dans une audience très étendue et dans la possibilité de déployer des campagnes de communication très importantes. La qualité de reproduction est souvent très bonne mais les affichages peuvent faire l'objet de vandalisme et être dégradés.

Le coût d'une campagne de communication par affichage peut être élevé en fonction du

nombre de panneaux loués pour l'affichage ainsi que du lieu. Il est également nécessaire de prendre en compte la durée des locations pour définir quel sera le coût.

3.1.5. Le cinéma:

Comme la plupart des supports de communication, ce média est réglementé par la loi et il interdit de faire la promotion de l'alcool ou du tabac dans les messages diffusés. Le cinéma présente l'avantage d'être le support le plus efficace au niveau de la mémorisation du message. Cette caractéristique est sans doute liée à la possibilité de captiver le spectateur grâce à des moyens techniques excellents.

Le point négatif de l'utilisation de ce véhicule publicitaire est bien évidemment le tarif, puisqu'il s'agit du plus cher, mais également la limitation de la cible liée à l'audience très particulière des cinémas : jeunes urbains et catégories socioprofessionnelles supérieures en majorité9.

3.2. La communication hors-média :

Ce type de communication regroupe tous les autres outils qui permettent à une entreprise de communiquer. Il peut s'agir de parrainage ou de mécénat, mais également d'actions de relations publiques ou de publicité sur le lieu de vente. La communication hors média se caractérise par des actions de marketing direct et des actions de promotion de ventes qui visent à doper les ventes rapidement. En règle générale, le budget des entreprises alloué à la communication hors-média représente 65 % du budget total de communication. La grande caractéristique de la communication hors-média est le fait qu'il n'y a pas d'achat d'encart de publicité à un tiers : ils sont créés par l'entreprise elle-même.

3.2.1. Communication directe :

La principale forme de publicité utilisée dans le cadre d'une communication directe est le mailing. Le mailing est un message général diffusé en grand nombre. L'envoi peut revêtir plusieurs formes:

· L'asile colis ;

· Le mailing sans adresse ;

· Le mailing avec adresse par voie postale.

9 Ibid, p. 43-44

La majorité des entreprises proposent à leurs clients la possibilité de recevoir une « newsletter » Pour ce faire, il suffit pour le visiteur de compléter un formulaire où il communique ses informations : adresse postale, numéro de téléphone... grâce aux informations collectées l'entreprise pourra par la suite envoyer sa « newsletter », par voie postale. Mais cela n'est pas le seul but de l'entreprise. La récolte d'informations lui permet également de créer sa propre base de données clients.

3.2.2. Sponsoring, parrainage et mécénat :

Ce sont des actions de communication qui visent à valoriser l'image de l'entreprise. Le principe repose sur l'octroi d'aides à des clubs, des associations, des organisations dans les domaines culturel, humanitaire ou sportif par exemple... Ces aides peuvent être de nature financière, matérielle ou une mise à disposition de main d'oeuvre.

L'État met en place des politiques d'incitation fiscale pour les entreprises qui souhaitent parrainer une autre entreprise et prouvent l'intérêt ou l'efficacité de leurs actions.

Dans le cadre du parrainage ou du sponsoring, l'entreprise va chercher à améliorer sa notoriété et son image. Elle attend des retombées directes de cette action de parrainage. En contrepartie, le filleul doit nommer obligatoirement son parrain et afficher le logo de l'entreprise. Le choix de l'entreprise que l'on parraine se fait en fonction de l'image que l'on souhaite se donner.

Il est également possible de parrainer à la télévision. On a alors affaire à un mix des méthodes de communication média et hors-média. Le parrainage à la télévision consiste à financer le spot ou l'émission qui va suivre mais l'entreprise « parrain » pourra communiquer avant et après. C'est un moyen utilisé essentiellement par les grandes entreprises qui ont des gros moyens financiers.

Le mécénat se distingue du parrainage : l'entreprise qui procure des aides n'attend pas des retombées immédiates. C'est une action de communication qui opèrera sur le long terme et qui aura un plus grand impact que le parrainage. En effet, aux yeux du consommateur, le fait de pratiquer le mécénat est plus désintéressé et accroît l'image de l'entreprise. Contrairement au parrainage, la présence du nom et du logo du mécène reste très discrète.

3.2.3. Relations publiques :

Pour Jean-Marc DÉCAUDIN, les relations publiques représentent en marketing la technique de communication qui à le moins fait l'objet de recherche et qui est le moins théorisée. Les relations publiques en elles-mêmes sont l'ensemble des moyens utilisés par une entreprise pour créer un climat de confiance avec des tiers afin de soutenir l'activité et de la développer10.

La communication dans le cadre des relations publiques repose sur le principe que le message est transmis via des relais d'information : le message passe par des cibles intermédiaires avant d'atteindre le récepteur final. Les relations publiques sont constituées de plusieurs techniques et outils.

· Le rapport annuel :

Il s'agit d'un ensemble de documents comptables : le bilan, le compte de résultats, les dividendes versés aux actionnaires... Leur première fonction est de présenter les résultats de l'entreprise aux tiers mais il constitue également d'un moyen de communication utilisé essentiellement dans le cadre de relations corporate.

· Le communiqué de presse :

Un communiqué de presse est un texte court de nature informative et qui permet la diffusion d'un message à une cible précise, journalistes et leaders d'opinion en majorité. L'objectif du communiqué de presse est d'attirer l'attention de la cible afin de les pousser à rechercher des informations complémentaires.

· Le dossier de presse :

Il s'agit de l'ensemble des documents transmis aux journalistes à la faveur d'un événement, d'un Temps fort.... Généralement, le dossier de presse est constitué uniquement par les documents nécessaires à la transmission d'un message précis. Les éléments constituant le dossier de presse sont de natures diverses : photos, fiches techniques, textes explicatifs...

· Les événements :

Les entreprises de services sont souvent sollicitées afin de réaliser des événements ou ces derniers sont réalisés par l'entreprise elles-mêmes dans un but précis: se faire connaître

10 DÉCAUDIN J-M., La communication marketing : concepts, techniques, stratégies 3ème édition, Paris : Economica, 2003, p. 195-196.

auprès de leaders d'opinion et de journalistes. Les événements permettent d'accroître la notoriété et la reconnaissance d'une entreprise.

De plus, si les événements sont bien menés et organisés, cela permet une communication média grâce aux journalistes présents à l'événement. Il est nécessaire pour une entreprise de satisfaire ses prescripteurs lors de manifestations de ce genre.

Les principaux événements utilisés par les entreprises dans le cadre d'une politique de communication sont :

> Le sport

> Les émissions de télévision,

films et vidéo-clips

> L'environnement

> La culture : musique, théâtre, expositions

> Les causes humanitaires et sociales > La recherche médicale et scientifique

 

· Les conférences et les voyages de presse :

Ce type de communication permet de compléter les informations fournies aux journalistes en favorisant une relation plus personnelle et directe tout en mettant l'accent sur l'échange et le dialogue entre les deux parties.

· Les opérations portes ouvertes :

Lorsqu'une entreprise décide de faire des journées portes ouvertes, elle est souvent considérée par la suite comme une entreprise qui n'a rien à cacher. Les tiers et en particulier les prescripteurs, sont sensibles à ce genre d'événement qui suggère une certaine transparence quant à l'activité de l'entreprise et aux processus de fabrication.

· Les séminaires, les colloques et les réunions d'information :

Pour que ces techniques soient perçues comme pertinentes par l'auditoire, il est nécessaire que l'entreprise apporte de véritables informations. En règle générale, l'entreprise fournit aux participants un press-book rassemblant les informations essentielles concernant le niveau corporate, les produits et les marques.

Il est nécessaire pour les entreprises de se sentir concernés par ce type de communication car elle présente deux avantages essentiels : la facilité de mise en oeuvre et le faible coût de mise en place.

3.2.4. Publicité sur le lieu de vente :

La publicité sur le lieu de vente (PLV) peut être reliée à l'information sur le lieu de vente (ILV). Ces deux techniques de communication sont en réalité l'ensemble des moyens qui sont mis en oeuvre par un annonceur pour valoriser ses produits sur le lieu de vente. Le rôle essentiel de la PLV est de valoriser un produit et son positionnement en transmettant un message aux consommateurs potentiels afin de modifier leur comportement d'achat. La PLV peut se décliner sur différents supports : des affichettes, des présentoirs, des panonceaux, des autocollants ou des pliages en carton dits display...

3.2.5. Bouche a oreille :

Le bouche à oreille est considéré par Jean-Marc DECAUDIN comme étant un support personnel incontrôlable. Il est défini comme incontrôlable car la source émettrice du message perd justement le contrôle de ce dernier. On parle de support personnel car les personnes qui vont communiqué sur le message émis le font dans un cadre personnel. Il est possible d'initier un bouche à oreille et certaines entreprises ne s'en privent pas, mais il est beaucoup plus délicat de le contrôler par la suite et le message initial peut être modifié.

Les gens du marketing ont très rapidement compris l'impact du bouche à oreille et son efficacité en matière de communication.

Le bouche à oreille peut revêtir une forme particulière : la rumeur. Une rumeur se diffuse dans des communications personnelles entre personnes proches avec un « effet de source qui la conforte et renforce11 » (Jean-Marc DECAUDIN). La rumeur se caractérise par le fait qu'elle est généralement négative. Une rumeur n'est jamais vérifiée mais si la personne qui la véhicule considère qu'elle est importante alors elle peut se développer. Les entreprises qui sont touchées par une rumeur se retrouvent face à un dilemme : démentir ou ignorer la rumeur?

La meilleure arme à la disposition des entreprises pour éviter la naissance d'une rumeur est de diffuser une information claire, précise et la plus transparente possible. Dans le cas où il est impossible de contrer la naissance de la rumeur, il peut être pertinent de la « dé-positionner » en l'attribuant à une source mal intentionnée ou en culpabilisant les personnes qui l'ont véhiculée.

11 DECAUDIN J-M., La communication marketing

3.2.6. Les techniques de communication primaires et secondaires :

Afin de compléter la classification des supports de communication en média et hors-média, nous pouvons parler des techniques de communication primaires et secondaires.

Les techniques primaires sont nommées ainsi car leur premier rôle est de transmettre un message via un acte de communication. Généralement, les techniques primaires utilisent comme vecteurs différents médias (télévision, presse, affichage...).

Les techniques de communication secondaires quant à elles, n'ont pas pour objectif principal de communiquer. Il peut s'agir de documents comptables qui ont pour premier rôle une obligation légale, mais peuvent être utilisés par la suite pour transmettre des informations sur ses résultats aux tiers. Ces techniques peuvent être rapprochées de la communication horsmédia.

Le tableau ci-dessous propose une vue synthétique des différentes approches et moyens de communications:

 

Techniques primaires

Techniques secondaires

Communication média

Presse

 
 

Télévision

 
 

Radio

 
 

Cinéma

 
 

Affichage

 

Communication
hors-média

Marketing direct

Produit et design

 

Sponsoring

Packaging

 

Mécénat

Force de vente

 

Parrainage

Promotion des ventes

 

Relations publiques

Lobbying

 

Publicité sur le lieu de vente

Documents comptables Et financiers

 

Bouche à oreille

Foires et salons

 
 

Annonces de recrutements et forums d'emplois

Tableau n°2 : Approche et moyen de communication interne

Conclusion :

Créer de la valeur pour l'entreprise est pour la communication un devoir, un engagement, une question d'utilité. Pour sa part, la communication d'entreprise est un levier stratégique de création de valeur lorsqu'elle permet de rendre lisibles, compréhensibles, appropriables les missions, la vision et l'ambition de l'entreprise. Elle agit sur la fierté d'appartenance, la mobilisation, l'acceptation du changement permanent, la notoriété et la réputation. Autant d'éléments, qui, lorsqu'ils ne sont pas réunis, rendent l'entreprise moins efficace, moins crédible, moins attirante, plus suspecte aux yeux de ses salariés, de ses clients, de ses prospects et de ses actionnaires.

Cependant, la mise en place d'une stratégie globale de communication est désormais un facteur essentiel de réussite. Elle représente donc une attention et une vigilance de tous les instants pour les communicants. Le challenge est grand et il faut pouvoir trouver le bon moyen de communication pour mieux l'adopter et relever le défi.

Malgré la diversité d'outils de communication conventionnelle, et leurs avantages que peuvent offrir à l'entreprise, ces derniers connaissent certaines limites comme le coût par exemple que représente un handicape majeur pour les entreprises nouvellement crées ou les petites PME qui luttent pour se faire connaitre et ne pas tomber dans l'oubli. Heureusement, il y a un autre moyen pour communiquer qui va peut être apporter la solution, on va l'aborder dans notre prochain chapitre.

Chapitre 2 : L'e-communication

Introduction:

Nous, citadins, sommes aujourd'hui dans une société de plus en plus complexe. Pourquoi ? Parce que nos habitudes millénaires, depuis l'arrivée de l'électricité et du moteur, ont sacrément changé. En effet, la combinaison explosive de l'électricité et du moteur -pour ne citer que deux découvertes majeures- a créé de la mobilité. Tout bouge, tout est dynamique : les idées, les marchandises, les gens, et, bien sûr, les informations. On parle de flux.

On parle aussi, de société en réseau, ou de société de l'information. Mais quelle est l'invention issue du mariage entre électricité et moteur qui a le plus bouleversé nos habitudes? Les réseaux informatiques ! Les gouvernements utilisent un autre terme que réseau informatique : Technologies de l'Information et de la Communication (alias TIC).

Quant à la communication, c'est de l'information en mouvement, tout simplement, lorsque l'information est traitée, formalisée, éditée, évaluée, modifiée, distribuée, bref, lorsqu'il y a transmission d'information d'un ou plusieurs expéditeurs à un ou plusieurs destinataires, il y a mouvement d'informations, donc il y a communication. Car une information c'est statique, c'est figé dans un état, sans mouvement. Lorsqu'une information est exploitée, animée, utilisée, elle fait un mouvement. Et ce mouvement, cette dynamique, c'est la Communication. On communique des informations, c'est-à-dire qu'on les traite, les analyse, les diffuse, les modère, les traduit, les édite, les supprime. Lorsqu'on parle de « s'informer », on parle de réaliser justement une forme de communication.

Cette petite introduction nous amène à parler de l'E-communication ou la communication électronique, mais c'est quoi au juste?

1. Définition:

On entend par communication électronique une communication dans laquelle les informations sont transmises à l'aide de signaux générés par des équipements électroniques. Le support physique peut être aussi bien un support métallique (communication basée sur la transmission de signaux électriques), une fibre optique (communication basée sur la transmission optique), ou encore le vide (transmission radio par ondes électromagnétiques).

L'e-communication c'est aussi la communication à l'aide d'un ordinateur.

L'utilisateur d'ordinateur peut composer un message à un terminal qui peut être régénéré au terminal du destinataire lorsque le destinataire se connecte c'est aussi la transmission électronique de l'information qui a été codé numériquement. C'est bien pour cette raison qu'on assimile généralement les communications électroniques aux communications numériques, telles que celles qui ont lieu au sein du réseau internet12.

2. Internet:

2.1. Définition:

«Internet est un réseau de communication international qui permet tant aux entreprises qu'aux particuliers de communiquer entre eux grâce à un ensemble de réseaux et d'ordinateurs. L'architecture du réseau est dite " client-serveur", c'est-à-dire que les ordinateurs envoient leurs données (les serveurs) vers d'autres ordinateurs équipés de logiciel client ou navigateur (browser). Les voies utilisées peuvent être diverses : lignes téléphoniques, liaisons satellites, câbles, fibres optiques... »

2.2. Historique et naissance du réseau :

Créé en 1969, Arpanet, ancêtre de l'Internet actuel, était un réseau financé par le département américain de la défense et une de ses agences, l'Advanced Research Projects Agency. Il s'agissait d'un réseau reliant les centres de recherche de l'armée et les universités américaines. A ses débuts, il reliait l'Université de Californie (UCLA Berkeley), Stanford (SRI), l'UCSB et l'Université de l'Utah. Elargit en 1971, le réseau reliait alors 15 autres sites universitaires, le MIT et la NASA, puis une quarantaine de machines dès 1972.

12 The free dictionary by Farlex, http://thefreedictionary.com/electronic+communication

Princeton University, office of communication .WordNet A lexical database for English http://wordnet.princeton.edu/

En plein contexte de guerre froide, la principale caractéristique de ce réseau devait être sa sécurisation. Pour cela, un nouveau protocole d'échange fut élaboré, le protocole IP, ainsi qu'une nouvelle technologie de commutation de données par paquets.

En France, dès 1973, le réseau Cyclades apparaissait, à peu près au même moment que le réseau Arpanet aux Etats-Unis et suivant les mêmes principes. Le nom de Cyclades est resté assez célèbre chez les chercheurs. Alors qu'Arpanet allait donner naissance à l'Internet, Cyclades fut progressivement démantelé à la fin des années 70. Le réseau apportait des résultats convaincants mais l'administration française des télécommunications avait décidé qu'il n'avait aucun avenir et qu'il fallait tout miser sur le réseau Transpac, qui permit par la suite le raccordement des Minitels.

En 1974, c'est la naissance de l'Internet dans sa forme actuelle. Un certain nombre de réseaux existaient déjà à travers le monde, mais sans communication entre eux. Le défi consistait à trouver un langage commun à tous. Ce fut l'objectif de la conférence internationale qui eut lieu en 1972, à Washington. C'est la naissance du protocole d'échange TCP/IP, capable de permettre cette communication entre tous les réseaux existants.

Le réseau se développe alors rapidement, surtout aux Etats-Unis, auprès des centres scientifiques et universitaires, grâce au réseau NFSN et financé par la National Scientific Foundation, une agence du gouvernement américain. En 1980, il est décidé que le protocole TCP/IP ne serait plus un secret militaire et tomberait donc dans le domaine public. A partir de ce moment, n'importe qui pouvait utiliser le réseau gratuitement.

Entre 1980-1993 : c'est la période où le réseau a le plus souvent été utilisé par le «monde de la recherche ». En 1986, la National Scientific Foundation et la NASA frappent un grand coup en décidant d'interconnecter toutes les universités américaines. Au même moment, de multiples réseaux voient le jour en Europe.

En France, le réseau Transpac connaît son apogée. Son atout majeur, c'est qu'il permet de prélever facilement des taxes. En conséquence, toute recherche tendant à développer une autre technologie est inopportune. En 1982, seuls quelques privilégiés disposent d'une boîte à lettres électroniques aux Etats-Unis ; de nombreuses passerelles et relais sont alors nécessaires pour se connecter.

Le problème se posa alors au niveau européen : il fallait une nouvelle technologie, un standard permettant la simplification des connexions. La solution la plus simple aurait été d'adopter les protocoles américains, mais les responsables de la politique industrielle ont préféré chercher une solution à l'échelon européen. C'est l'apparition de la norme X400, une norme prometteuse mais qui permettait seulement l'échange de courrier électronique et surtout totalement incompatible avec les réseaux déjà existants. L'objectif premier, la simplification, n'était pas atteint.

Au fil des années 80, les barrières se sont effacées et le 28 juillet 1988 la France était raccordée à l'Internet. Renater connectait les strates institutionnelles et académiques, notamment les universités, les régions entre elles. Il leur ouvrait ainsi l'accès au réseau international. Pour les entreprises (à l'exception des constructeurs informatiques et de quelques points avancés), il a fallu attendre 1994 pour que des opérateurs privés proposent des services de connexion à l'Internet. D'abord limité à une offre professionnelle relativement onéreuse, son accès s'est considérablement élargi avec l'apparition de nombreuses offres grand public et d'une nouvelle activité : les opérateurs d'accès au réseau.

Aujourd'hui, des milliers d'opérateurs d'accès permettent une connexion, quel que soit sa propre localisation. Bien sûr, il est vivement recommandé de choisir son point de raccordement au plus près du site d'utilisation. En effet, le coût de toute communication comprend obligatoirement deux variables:

· de l'entreprise/domicile au point de raccordement : coût de raccordement dû au réseau téléphonique ;

· du point d'accès au réseau : le coût, indépendant de la distance, est négocié sous forme d'abonnement au débit.

2.3. Les stratégies de communication sur Internet:

Les enjeux de communication pour une entreprise via le web diffèrent en fonction de la cible visée. La stratégie de communication doit donc être adaptée à cette cible.

Afin de définir cette cible, il faut dans un premier temps définir et comprendre le mode de communication à utiliser car même si Internet est aujourd'hui un moyen de vendre, sa

fonction principale reste toujours la communication: Internet est le média interactif mondial par excellence.

L'un des principaux avantages du web réside dans le fait qu'il permet simultanément une communication de masse, ainsi qu'une communication personnalisée. La stratégie utilisée se compose des différentes stratégies de communication, selon la campagne publicitaire ou le site créé, le choix de la stratégie se fait parmi les 4 types de stratégies de communication:

· One-to-many : l'émetteur ici s'adresse à plusieurs destinataires. Ex : un club qui communique avec ses différents membres ou les blogs.

· Many-to-many: plusieurs émetteurs s'adressent à de nombreux destinataires. Ex : les forums.

· One-to-few : stratégie sélective avec des accès réservés à un nombre restreint de personnes, aux professionnels sur le site B-to-B de l'entreprise par exemple.

· One-to-one: communication qui repose sur l'e-mailing et la newsletter customisée.

A noter que le choix de ces stratégies est évolutif car il s'adapte à la campagne de communication que l'entreprise souhaite mettre en place. La stratégie de communication web est donc une composante de la stratégie de communication générale de l'entreprise.

Afin de la mettre en place il existe différents outils que nous allons ici développer.

3. Les outils :

Afin d'être utilisables au sein de l'entreprise, ces outils nécessitent un équipement minimum à savoir : un ordinateur équipé d'une connexion Internet.

3.1. Le site Internet:

Un site Internet pour une entreprise peut être considéré comme une vitrine, il est mis en ligne grâce à une adresse unique et est présenté sous forme d'au moins une page web ou de plusieurs hyper liées entre elles.

Elles peuvent contenir des données textes et numériques (articles, tableau etc.), des images, des vidéos, des fichiers, des forums etc.)

Il est possible de créer soit même le site Web de son entreprise mais il est préférable d'en confier la création à une agence Web car la création d'un site ne peut se faire qu'après une intense réflexion sur sa structure et son contenu afin d'être le plus efficace possible.

Ainsi d'après E.Nuss13, un site internet doit obligatoirement intégrer les composantes suivantes afin d'être le plus qualitatif possible et ainsi susciter l'intérêt des internautes.

Présentation

Contact

Transaction

Ergonomie du site

Forums

La sécurité

Interface graphique

Chat

Les solutions de commerce

Traduction et localisation

Enchères

en ligne

Publication

Travail coopératif

Les systèmes de paiement

Gestion documentaire

Conférences

La gestion des transactions

Moteurs de recherche

Centres de contact

commerciales

Agents de recherche

 

L'EDI

Tests

 

Le défi logistique

 

Tableau n°3 : Les grands points de la qualité du contact (source: E.Nuss, le cyber marketing mode d'emploi, 2001)

Les web masters utilisent dans la conception des sites web un éditeur de contenu ou CMS (logiciel de création de site Web), les plus connus sont Dreemweaver et Flash.

Ces logiciels permet de définir la structure du site, appelée arborescence, et d'y insérer le contenu et une charte graphique.

Il faut, si celui-ci est disponible, déposer son nom de domaine (l'adresse Web à laquelle le site sera accessible) auprès d'un revendeur (aussi appelé registrar).

Il faut ensuite héberger le site sur un serveur auprès d'un hébergeur. L'hébergeur fournit un espace sur son serveur qui a la particularité d'être toujours connecté à Internet. Il est

13 NUSS E. (2001), Le cyber marketing mode d'emploi, Editions d'organisation, Paris

possible d'héberger le site gratuitement, mais l'espace fournit sur le serveur sera faible. On distingue 5 types de sites Internet:

3.1.1. Les sites commerciaux ou marchands :

Permettent aux internautes de choisir des produits ou services et de les régler en ligne.

3.1.2. Les sites de services en ligne :

Offrent la possibilité de souscrire à des services tels que les abonnements téléphoniques ou Internet, de réserver des places pour les spectacles, d'accéder à des services bancaires etc.

3.1.3. Les sites publicitaires :

Ce sont des sites sur lesquels les internautes recherchent de façon ludique des informations sur l'entreprise ainsi que les produits et services que cette dernières offre, ces sites sont très efficaces pour le renforcement de la notoriété de l'entreprise.

3.1.4. Les sites promotionnels :

Ce sont des sites créés pour des occasions spéciales comme par exemple le lancement d'un nouveau produit. Ils ont généralement une durée de vie limitée.

3.1.5. Les sites communautaires (sites d'échange) :

Ce sont des sites qui mettent à disposition des internautes tous types de fichiers audios ou vidéo, et bien entendu dans le cadre de l'entreprise, les vidéos commerciales afin de créer le buzz. Les sites les plus représentatifs de cette catégorie sont YouTube, Dailymotion et Deezer

Afin d'être visibles, ils doivent cependant être connues par les utilisateurs d'Internet. Ils existent donc différents outils sur la toile permettant de les rendre visibles et de les promouvoir.

3.2. Le Search Marketing ou l'art d'être référencé :

Le référencement est l'action de référencer, c'est-à-dire mentionner quelque chose ou y faire référence. Sur internet, faire un lien d'une page A vers une ressource B, c'est y faire référence et donc référencer la ressource B depuis la page A. Par vulgarisation, l'action générique d'inscription dans les moteurs de recherche s'est vue appelée référencement.

Les sites sont référencés sur deux types d'outils de recherche : les moteurs de recherche et les annuaires.

3.2.1. Les moteurs de recherches :

Le référencement naturel ou payant (Search Marketing)?

Un moteur de recherche est un logiciel permettant de retrouver des ressources associées

à des mots quelconques aussi appelé mots clés. Ces ressources sont les pages web précédemment définies.

Ces outils de recherches fonctionnent en trois étapes afin de référencer un site:

L'exploration est la première étape. Un robot (aussi appelé bot, spider, crawler ou agent de recherche) d'indexation explore le web de manière régulière et automatique afin de récupérer tous les hyperliens et ressources afin, dans un second temps, d'indexer tous les mots sur la base de données du moteur de recherche. Cette base de données fonctionne comme l'index d'un ouvrage papier en permettant à partir d'un mot ou d'une série de mots de retrouver rapidement le chapitre dans lequel ils sont insérés. Enfin la dernière partie, après la saisie de cette recherche, est de donner les résultats correspondants. Ces résultats sont classés par ordre de pertinence grâce à un algorithme (unique et gardé secret par le moteur de recherches) qui donne un poids à la requête voulue.

Ce type de référencement est dit ' naturel ou ' organic et est entièrement gratuit.

Les moteurs de recherches utilisent cependant un second type de référencement : le référencement dit ' payant .

Les moteurs de recherches mettent à la disposition des webmasters des outils permettant l'achat de mots clés afin d'apparaitre en haut des résultats dans les liens dits ' publicitaires ou ' commerciaux ou ' sponsorisés .

Le plus connu de ces systèmes est le fameux ' Adwords proposé par Google.

L'utilisateur définit le prix maximum qu'il est disposé à payer pour apparaitre sur les liens commerciaux du moteur de recherche, il paye une somme inférieure ou égale à ce coût lors de chaque clic sur son annonce affichée et toutes les milles apparitions sur le moteur de

recherche. C'est 2 types de paiement sont appelés le Coût Par Clic (CPC) et le Coût Par Mille (CPM).

3.2.2. Les annuaires :

Les annuaires classent les sites Internet par catégories, ainsi le visiteur effectuant une recherche peut le faire par mots clé ou par catégorie. Ils sont généralement gratuits comme le très connu Yahoo, cependant certains, comme celui des Pages Jaunes par exemple, sont payants avec des options pour apparaitre en dans les premières positions.

Leur principe d'utilisation est le même que les moteurs de recherches grâce à la recherche par mots clé, cependant l'indexation des pages web se fait par une intervention humaine.

A noter que les annuaires sont de plus en plus délaissés au profit des moteurs de recherche.

3.3. L'achat d'espace :

3.3.1. Bannières publicitaires Internet:

Aussi appelé « ad banner », il s'agit d'images généralement animées présentes sur une page web.

Ces carrés ou rectangles publicitaires ont pour but de générer du trafic sur le site de l'annonceur via cette image cliquable.

Le site racine étant rémunéré au CPC, au CPM ou par un commissionnement sur les ventes générées par leurs liens.

3.3.2. Liens sponsorisés :

Moins graphique que l'ad banner, le lien sponsorisé est inclus dans le contenu des sites. Généralement dans les textes, il se présente sous la forme d'un mot ou d'une suite de mots cliquables envoyant l'internaute vers une autre page ou un autre site.

Le site racine étant rémunéré au CPC ou au commissionnement sur la vente par le site annonceur.

3.3.3. Programme d'Affiliation :

L'affiliation sur Internet est le principe par lequel un site marchand ou commercial propose à un réseau de sites partenaires affiliés de promouvoir par le biais de bandeaux ou de liens textes ses produits ou ses services.

Les affiliés sont rémunérés de trois manière possible : Au CPC, au CPM ou par un commissionnement sur les ventes générées par leurs liens.

3.4. Marketing direct:

3.4.1. L'e-Mailing :

Un e-Mail est un courrier électronique envoyé à un plus ou moins grand nombre de destinataires (adresse e-Mail) par un expéditeur.

L'action d'envoyer un grand nombre d'e-Mail à des destinataires en ayant fait la demande au préalable (opt in) est appelée campagne d'e-Mailing.

Les entreprises utilisent l'e-Mail afin de promouvoir leurs produits ou services, d'informer leurs abonnées sur leur actualité ou pour promouvoir des actions de communication ou de promotion limitée dans le temps (présence sur salon, jeux concours etc.)

L'envoie d'e-Mail étant gratuit, une campagne d'e-Mailing peut très bien être montée en interne par une entreprise et constitue ainsi un avantage budgétaire non négligeable par rapport au courrier papier.

Cependant, au bout d'un certain nombre d'e-Mail envoyé sur la toile par la même adresse (une centaine en général), il se peut que l'e-Mail d'expédition soit considéré comme spam ou blacklisté et donc n'atteigne pas son destinataire. Pour un grand nombre d'envoi il vaut mieux donc faire appel à des professionnels de l'e-Mailing ou embaucher une personne connaissant bien toutes les caractéristiques de ce type de campagne et plus généralement le Web.

3.4.2. Les newsletters:

Technique d'e-Marketing direct, la newsletter est une lettre d'information auquel les internautes s'abonnent volontairement (opt in) dans le but de la recevoir périodiquement sur leur adresse e-Mail.

Sa fréquence de diffusion est variable en fonction du choix de l'entreprise, elle peut ainsi être quotidienne jusqu'à annuelle.

Elle contient des informations récentes sur la société émettrice et est généralement dotée de liens cliquables renvoyant sur son site afin de développer les brèves informations qui la constitue.

Enfin, il est conseillé de la créer en accord avec la charte graphique de la société émettrice afin de rester immédiatement identifiable par l'internaute.

3.4.3. Le jeu concours :

Technique de promotion des ventes, le jeu concours permet d'animer la relation client et prospect en faisant passer un message sur un ton ludique et participatif (généralement sous forme de questions-réponses), tout en collectant des profils pour la création d'une base de données.

3.4.4. L'e-Couponing :

Technique d'e-Marketing, le e-Couponing consiste à proposer aux internautes des bons publicitaires leur donnant droit après impression à une réduction dans des points de vente physique de l'entreprise émettrice ou d'un partenaire.

3.4.5. La technologie VoIP :

Est aussi employée dans les entreprises pour faciliter la communication au moindre coût. VoIP est l'abrégé de l'anglais «Voice over IP » et est un système de transmission de la voix sur réseau IP (Internet Protocol), parfois appelée téléphonie IP ou téléphonie sur Internet

Ex : Skype

3.4.6. La visioconférence ou web conférence:

Provient de l'union de deux concepts, messagerie instantanée et VoIP, on aboutit à des visioconférences ou web conférences

3.5. Le Web 2.0 ou l'e-Participation :

3.5.1. Les flux RSS :

Un flux RSS ou ' Rich Site Summary (Sommaire Riche de Site Internet) ou ' Really Simple Syndication (Syndication vraiment simple) est un fichier texte mis à jour périodiquement et automatiquement (sauf cas exceptionnel), qui liste les titres, sous forme de liens hypertexte, des derniers articles publiés sur le site de l'entreprise. En bref, le flux RSS permet aux internautes d'avoir un condensé des dernières informations proposées par le site et est donc le complément idéal de la newsletter car il touche tous les internautes qui vont sur le site de l'entreprise.

3.5.2. Le podcast :

Le podcast permet le téléchargement de fichiers multimédias audios et vidéos à l'aide de flux RSS sur un ordinateur ou un baladeur numérique. Cet outils du web permet aux

entreprises de diffuser des contenus audios ou vidéos tel que des interviews, des reportages, des manuels d'utilisation etc.... et permet à l'internaute de rester au courant des actualités de l'entreprise sans avoir à se connecter sur son site.

3.5.3. Les blogs, les micro-blogs:

Un blog ou micro-blog est un espace individuel d'expression permettant de donner la parole sur n'importe quel sujet à tous les internautes (particuliers, entreprises, artistes, hommes politiques, associations...).

Un blog est donc un site Internet constitué d'articles classés généralement par ordre

antéchronologique. Le contenu est généralement textuel avec des hyperliens incrustés, voir avec des éléments multimédias. A noter que certains blog sont de par leur forme originaux, on en distingue d'ailleurs 5 forme:

· Le weblog : le plus connu, qui utilise la forme littéraire.

· Le vidéoblog : qui utilise la forme audiovisuelle.

· Le bdlog : qui utilise la forme graphique.

· Le photoblog : qui utilise la publication d'images.

? L'audioblog : qui utilise la forme sonore.

La particularité du blog vient de l'interaction que celui-ci propose avec ses lecteurs. En effet, il est possible pour tous les lecteurs de laisser un commentaire sur l'article émis et ainsi d'ouvrir à des débats.

Cet outil est donc très interactif, tout en étant informatif.

En général, les blogs sont écrits par des personnes physiques, cependant de nombreuses entreprises se sont emparées du phénomène et ont mis en ligne des << billets » (nom généralement donnée aux articles) informatifs ne traitant pas directement de leur société mais de sujets touchant de près ou de loin à son activité.

3.5.4. les forums:

Site Internet ou composant d'un site Internet, le forum ou <<forum de discussion », est un espace de discussion publique permettant aux internautes d'échanger leurs points de vue sur un thème/sujet/topic bien précis grâce à des messages enregistrés et donc de communiquer de manière non instantanée (contrairement aux messageries dites << instantanées » développée plus loin).

Majoritairement les forums sont des fils de discussion ouverts à tous, cependant certains sont limités en accès par un mot de passe et donc sur lequel il est impossible d'aller.

3.5.5. La messagerie instantanée ou le chat ou le Tchat :

Messagerie instantanée ou le chat ou le Tchat, ces différents termes désigne un mode de communication bien précis : la communication instantanée (ou en direct).

Ce mode de communication permet l'échange de message textuel, audios ou vidéo entre plusieurs ordinateurs connectés à Internet. Le dialogue est donc très interactif.

La plupart du temps, l'utilisation de la messagerie instantanée requiert l'emploi d'un logiciel spécifique appelé Messenger (ex : MSN Messenger de Microsoft) qui se connecte à un serveur de messagerie instantanée.

La plupart des Messenger permettent l'échange de fichiers en instantanée, pratique donc pour envoyer des fichiers mais attention à la sécurisation des données, mieux vaut donc envoyer seulement des fichiers non sensibles.

3.5.6. Les réseaux sociaux :

Un réseau social est un ensemble d'entités uniques (individu, entreprise, association, organisation etc.) reliées entre elles par une interaction social.

e-Marketingment parlant, ce terme désigne l'ensemble des sites permettant de se constituer un réseau d'amis, de collègue de travail, de connaissances professionnelles etc. et intégrant des outils interactifs (ex : le mur de Facebook et les commentaires associables).

Les réseaux les plus connus sont : Facebook, Twitter, Linkedin et Viadeo. Leur audience les a d'ailleurs transformées en supports publicitaires efficaces et surtout peu couteux, l'inscription étant gratuite pour créer un profil.

Les principaux réseaux sociaux ont développé des liens publicitaires permettant de cibler la diffusion d'une publicité en fonction de sa cible. Outils à ne pas négliger dans certain plan d'e-Communication donc...

3.5.7. Les wikis:

Le wiki est un site web dont les pages sont modifiables par tout ou partie des visiteurs du site. L'interaction peu d'après cette définition être maitrisée, ce qui apporte plus de crédibilité aux articles publiés via ces sites.

L'application la plus connue est bien entendue la fameuse encyclopédie libre en ligne Wikipédia.

3.5.8. Les mondes virtuels :

Les mondes virtuels sont des mondes artificiels créés grâce à des logiciel informatiques et pouvant héberger des utilisateurs sous la forme d'avatars.

Les avatars permettent aux utilisateurs de se déplacer à l'intérieur de ces mondes généralement en 3 dimensions (peuvent être en 2D) et d'interagir avec les autres membres de manière textuelle, audio ou en faisant des actions avec l'avatar (gestes et

actions).

Les mondes virtuels les plus connus sont Second Life (pas de règles ni de loi, n'est donc pas un jeu) ou World of Warcraft (jeu massivement collaboratifs régit par un règlement et des lois, aussi désigné sous le type « mmorpg »).

3.5.9. La musique et la vidéo en ligne :

Nombre d'internautes ayant souhaité mettre leurs créations audiovisuelles en ligne, des sites Internet sont apparus leur allouant un espace Internet gratuitement pour héberger et faire connaitre leurs oeuvres au plus grand nombre.

Les sites les plus connus sont Dailymotion et Youtube. Ils sont généralement à la base de buzz (ou ramdam en français) créé par des individus ou par des entreprises souhaitant mettre en valeur un produit ou leur marque.

3.5.10. Les widgets:

Les widgets (contraction de Window et Gadget) sont des modules « interactifs téléchargeables s'intégrant sur le poste utilisateur » (source neteco.com) soit sur le Dashboard pour les utilisateurs Apple, soit sur l'interface Windows Vista pour les utilisateurs de Microsoft.

Chaque module est une application permettant d'accéder instantanément à des informations (cours de la bourse, météo etc.) ou élément généralement utile tel que calculatrice, calendrier, post-it, etc.

Cet outil est en plein développement sur les téléphones mobiles intégrant l'accès aux web, de nombreuses applications apparaissent chaque jour!

3.5.11. Les web ring (anneaux de site Internet):

Un web ring est « une collection de sites Internet joints par une NavBar dans un mode de base. » C'est donc un système de navigation en anneau (d'où le nom ring = anneau en anglais) reliant des sites internet d'un sujet commun et permettant à l'internaute de passer facilement d'un site à un autre en utilisant les liens hypertextes inscrits sur un sélecteur commun à tous ces sites.

3.5.12. Le partage de fichiers par P2P :

Le logiciel de P2P ou Peer to Peer est un logiciel permettant aux internautes d'échanger

des fichiers entre eux. L'échange se fait d'une machine à une autre, qui communiquent entre elles d'égale à égale.

Du conventionnel au numérique, l'e-communication mode de vie moderne des Entreprises (Cas PME Algériennes)

Conclusion:

La communication sur Internet est une des plus grandes aujourd'hui. Les réseaux sociaux, le bannering et le marketing viral sont des nouvelles tendances qui sont en développement, elles assurent des campagnes de communication efficaces.

Aujourd'hui, les réseaux sociaux sont incontournables et même inévitables.

Ils permettent de communiquer autour de la cible choisie par l'entreprise ou l'agence. Par exemple, pour communiquer sur une cible jeune que ce soit sur un produit ou sur une marque, on va plutôt utiliser Facebook.

Les incontournables autres que Facebook sont Twitter, FlickR. Linkedin (le réseau social professionnel), Viadeo, Lold school, Myspace, Friendfee, il y a d'autres nouveaux réseaux sociaux comme Foursquare et Gowalla. Skyrock, Youtube...

Les entreprises et précisément les PME ont un intérêt grandissant à utiliser les différents outils qu'offre Internet dans leur stratégie d'e-communication et ce pour les très grands avantages qu'ils présentent et qu'on va aborder dans le prochain chapitre.

Juin 2011 42

Chapitre 3:

La Communication Conventionnelle Vis-à-vis L'e-Communication

Introduction:

L'internet et les plateformes 2.0 (blogs, Forum, réseaux sociaux, Wiki, etc.) sont des nouveaux concepts de communication de notre temps qu'on ne saurait ignorer.

Avec la multitude de média existant, il devient, et à titre d'exemple, très embarrassant pour un chef d'entreprise ou tout au moins pour son responsable marketing, de trouver le facteur "x" qui permettrait de résoudre l'équation "campagne publicitaire réussie", chaque type de média ayant ses fervents consommateurs.

Ces dernières années, nous avons assisté à la naissance de nouveaux mots tels que le e-marketing ou encore l'e-communication qui est le terme qui fait référence à l'internet en générale et au site web collaboratif en particulier. Le <<marketing viral» quant à lui connait un essor tout particulier avec ces types de média à un tel point que, tout nouveau produit digne de ce nom se doit de produire au moins une vidéo qui ferait le tour du monde en suscitant à ses consommateurs une seule envie, consommer le produit et le faire découvrir. A la lumière de cet engouement et de cette évolution rapide vers ces types de média il convient donc de se demander:

<< Quelle place pour l'Internet parmi les autres médias conventionnelle ? »

Dans ce chapitre on va procéder à une comparaison entre la communication conventionnelle et l'e- communication et cela à l'aide d'un tableau, l'analyse de ce dernier serait le moyen idéal pour comprendre la place qu'occupe l'Internet parmi les média dits conventionnels. D'un autre coté, on va essayer de répondre à la problématique suivante :

<<Est-ce que l'e-communication complète ou substitue, la communication conventionnelle ? »

Les différents outils de communication possèdent chacun des avantages et des limites que nous allons essayer de résumer dans le tableau comparatif ci-après :

Tableau n°4 : Tableau comparatif entre la communication conventionnelle et l'e-communication

Communication conventionnelle

 

E-communication

Outils

Avantages

Limites

Outils

Avantage

Limite

Média de masse

 

Multimédia (hybride)

Presse

Presse quotidien

· Flexibilité, crédibilité

· Opportunité

· Bonne couverture locale

· Profondeur de
l'audience

Presse périodique

· Sélectivité de
l'audience

· Crédibilité

· Prestige

· Bonne qualité de
reproduction

Presse quotidien

· Courte durée de vie

· Qualité de reproduction médiocre

· Audience diffuse

· Peu créateur d'image Presse périodique

· Longs délais d'achat

· Invendus importants

· Pas de garanties d'emplacement Média lent

v Presse
en

ligne

v flux RSS

· audience mondiale (disparition des frontières),

· diffusion instantanée,

· disponibilité 24 heures/24, sept jours/sept,

· réduction des coûts impressions moins coûteux (coûts de communication)

· interactivité

· problème de virus

· Le grand public n'a pas encore l'accès à l'internet.

 
 

Communication conventionnelle

 

E-communication

Outils

Avantages

Limites

Outils

Avantage

Limite

Média de masse

 

Multimédia (hybride)

v Télévision

· L'impact très fort

· Couvre à la fois un marché national et un marché plus ciblé

· Message transmis très clair

· Cart très élevé

· Faible sélectivité

· Longs délais d'achat

v Web TV

· distribution sous de multiples formats (textes, images, sons, fichiers, vidéo, programmes...)

· Permettre la rediffusion etle téléchargement des émissions

· interactivité

· Spécialisation

· Nécessite une connexion haut débit

· Le grand public n'a pas encore

, nternet. l'accès a 'I

v Radio

· Le succès de la radio est très important

· Média de la vie quotidienne qui couvre la totalité du territoire

· Peu corteux, souple, rapide et efficace

· Écoute peut être mauvaise,
absence de support visuel

· Messages de courte durée

v Web

Radio

v Podcast

· Permettre la rediffusion et le téléchargement des émissions

· Audience mondiale (disparition des frontières),

· diffusion instantanée,

· disponibilité 24 heures/24, sept jours /sept

· Nécessité une connexion haut débit

· Le grand public n'a pas encore l accès à l internet. ' '

 

 

Communication conventionnelle

 

E-communication

Outils

Avantages

Limites

Outils

Avantage

Limite

Média de masse

 

Multimédia (hybride)

+ Affichage

? Audience très étendue et possibilité de déployer des campagnes de communication très importantes.

· Qualité de reproduction
souvent très bonne.

· Se situe habituellement dans les milieux urbains,

peuvent faire l'objet de vandalisme et être dégradés.

+ Site publicitaire

+ Bannières

· La dimension mo n d i a l e

· La possibilité d'un ciblage très précis

· Réduction des coûts par suppression des coûts d'impression et de diffusion

· Facilité de mise à jour et
diffusion instantanée

· Le grand public n'a pas encore l'accès à l'internet.

+ Cinéma

· Support le plus efficace au niveau de la mémorisation du message.

· Moyens de reproduction et techniques excellents qui permettent de captiver l'audience

· La publicité via le cinéma se développe mais reste assez faible -Média le plus onéreux

· Audience très particulière des cinémas

+ Vod

(vidéo on demande)

· Audience mondiale (disparition des frontières),

· Diffusion instantanée,

· Disponibilité 24 heures par jour, sept jours par semaine,

· La possibilité d'un

ciblage très précis

· Nécessité d'une connexion haut débit

· Le grand public n'a pas encore l'accès à l'internet.

 

 
 

Communication conventionnelle

 
 

E-communication

Outils

 

Avantages

 

Limites

Outils

 

Avantage

Limite

 

Hors Média

 
 
 

Multimédia (hybride)

Communication directe :

+ Asile colis

+ Mailing

+ Téléphone

+ Faxe


·


·

·

Potentiel de développement important.

Efficacité du message personnalisé.

Faible coût.


·

·

Ciblage difficile Personnalisation très Limitée

+ E-mailing + Newsletters
+ e-couponing + VoIP

+ Flux RSS

, Chat

+ Visioconférence


·


·

·


·

Transmission d'informations entre collaborateurs non dépendants des décalages horaires entre pays Rapidité, faibles couts facilité de circulation des documents

Permet une communication plus Convivial que le mail

· Problème de Spam

· Vecteur de virus

· Le nombre des emails

devient rapidement
envahissant.

· Le grand public n'a pas encore l'accès à l'internet.

+ Sponsoring,

parrainage

+ Mécénat


·

Améliorer l'image et la notoriété de l'entreprise


·

Communication très risquée

+ Sites sponsorisés

+ jeux concours en ligne.


·

·

Améliorer l'image de l'entreprise et la faire connaitre sur le plan national et international. Disponibilité 24 heures/24,

sept jours/sept

· Absence de culture de jeux concours en ligne.

· Absence de culture de
sponsoring en ligne.

 

Outils

Communication conventionnelle

Outils

Avantages Limites

Hors Média

E-communication

Avantage Limite

Multimédia (hybride)

Relations publiques&relation

s presses.

+ Evénementiel + Rapport annuel


·
· Communiqué, et dossier de presse + Conférence

+ porte ouverte

+ séminaire,
colloque

· Très importante de la communication des entreprises

? Amélioration de l'image de l'entreprise

? Mauvaise connaissance de l'impact ? Communication à long terme

+ Centre de presse virtuel

+ Presses en ligne

+ Site promotionn el

+ jeux concours en ligne

· réduction des coûts (impressions, catalogues...), du nombre d'intermédiaires pour communiquer avec les groupes cibles,

· Faire connaître sa société

· Elargir la cible de clientèle pour vendre au niveau mondial

· Le grand public n'a pas encore l'accès à l'internet.

 
 
 

·

 

Communication conventionnelle

 

E-communication

Outils

Avantages

Limites

Outils

Avantage

Limite

Hors Média

 

Multimédia (hybride)

Publicité sur

le lieu de vente

+ Affichettes

+ Présentoirs


·
· Panonceaux

+ Autocollants
·
· Display

· Valorise un produit en transmettant un message

· Peut amener à modifier le
comportement d'achat ou
bien pour supporter une
action de communication

. Audience très limitée

+ Site

Publicitaire

· audience mondiale (disparition des frontières),

· disponibilité 24 heures/ 24,

sept jours/sept,

S La possibilité d'un ciblage très

précis.

· Le grand public n'a pas encore l'accès à l'internet.

+ Bouche à

oreille

· Transmission facile des informations.

· Fort impact avec une transmission du message entre les individus

· Volonté des entreprises de le développer pour accroître la proximité. avec les clients.

· Support incontrôlable

· Possibilité de transformation en rumeur souvent négative

+ Marketing viral

+ Buzz + Blog, + Forum

+ Podcast

+ P2P

· Transmission facile des informations

· Permet aux entreprises de diffuser des contenus audio ou vidéo tel que des interviews, reportage...

· La possibilité d'un

ciblage très précis

· Facilite la propagation des rumeur.

· Le grand public n'a pas encore l'accès à l'internet.

 

2. Analyse du tableau:

En analysant le tableau ci-dessus on ressort avec un premier constat, très pertinent:

- Le réseau Internet peut véhiculer texte, images, sons et vidéo et peut ainsi virtuellement regrouper télévision, radio et presse écrite sur un même support informatique.

Le deuxième constat est l'interactivité qu'offre l'Internet, en effet et au contraire de la plupart des médias de masse et notamment du plus répandu d'entre eux, comme la télévision, l'Internet permet d'avoir une relation de communication qui n'est pas uniquement verticale-descendante, à sens unique du haut vers le bas, de l'Emetteur vers le Récepteur, cette propriété fondamentale ouvre des perspectives de dépassement des autres médias. Par rapport à la relation classique verticaledescendante, l'Internet permet, non pas simplement une communication bilatérale, mais véritablement multilatérale.

De ce fait, la relation Emetteur-Récepteur s'en trouve bouleversée, chacun pouvant être à la fois émetteur et récepteur : Jusque là verticale, cette relation devient horizontale, jusque là pyramidale, elle devient décentralisée et déconcentrée : c'est la logique même de ce réseau dont le centre n'est nulle part et la circonférence virtuellement illimitée et perpétuellement changeante.

En conclusion : on peut dire que l'Internet est « le média multimédia »par excellence par le

fait qu'il réunit la plupart des autres supports de communication, il est aussi un média interactif car pour la première fois dans l'histoire des télécommunications la "masse aveugle et muette" aurait potentiellement la capacité technique de répondre au Message reçu, de le transformer, de le rediffuser. La communication de masse est appelée à changer radicalement de forme. Internet devient ainsi le premier moyen de communication, mais est-elle en mesure de se substituer aux autres supports de communication dits conventionnels ? Et bien nous pensons que non! Un nouveau média ne se substitue jamais aux autres. Ainsi aura-t-on pronostiqué la fin de la presse avec la venue de la télévision, la fin du cinéma avec l'arrivée du magnétoscope ou encore la fin du courrier postal avec l'invention du fac-similé. L'histoire des médias démontre en effet que les médias ne se détruisent pas les uns les autres, "ils se complètent et se renforcent réciproquement.

Ainsi on peut finir avec l'hypothèse suivante ;

« L'e-communication complète la communication conventionnelle » Cette même hypothèse sera traitée dans le prochain chapitre

CHAPITRE 4 :

Le Passage Du Conventionnel Au Numérique

INTRODUCTION:

L'univers, dans lequel nous vivons, évolue au rythme des découvertes scientifiques et à celui du déplacement ou même éclatement des frontières. Ce rythme s'accélère avec l'avènement des technologies de l'information et des communications car elles introduisent l'interrelation entre les données et l'échange dans un temps réel, même à des kilomètres de distance.

Le cyberespace, ce monde dit virtuel, est de plus en plus présent autour de nous. Il est à la fois fascination et questionnement; il est devenu une évidence et un phénomène incontournable. L'une des plus grandes caractéristiques de ce début de siècle est, sans doute, l'explosion des technologies de l'information et des communications, que l'on peut qualifier de phénomène et qui n'est pas terminée. De plus, il est difficile de prévoir et de mesurer tous les enjeux reliés à ce développement; nous ne pouvons qu'en présumer certains.

La mondialisation et les nouvelles technologies suscitent l'intérêt, provoquent l'analyse et vont entraîner d'importants changements pour la majorité des champs de compétence. Chaque groupe et individu est convié et fortement sollicité à entrer dans ce tourbillon, signe marquant de notre époque, malgré les réserves et résistances qu'il engendre parfois.

Dans ce contexte de changement et de bouleversement, les entreprises sont invitées non seulement à s'adapter, mais à agir dans ce processus évolutif et rapide, encadrer leur quotidien et définir leur avenir en fonction.

Avant d'aborder précisément les impacts de passage de la communication conventionnelle à la communication numérique sur la vie d'une entreprise, il est nécessaire de situer le contexte dans lequel s'inscrit ce processus. Nous aborderons les facteurs qui expliquent ou encore justifient ce passage et enfin nous traiterons de l'évolution de ce processus entre rupture et continuité d'un coté et entre substitution et complémentarité d'autre coté.

1. Le contexte :

Nous sommes tous touchés en ce début de siècle par le phénomène de mondialisation et par la présence des technologies de l'information et des communications, qui se font ressentir dans le quotidien et dans la majorité des champs d'expertise. Le réseau d'information Internet, la communication électronique et la numérisation sont le point tournant du millénaire. Personne ne peut contester que cette transformation majeure s'amplifiera à un rythme effréné; le développement technologique a modifié et fait évoluer notre mode de vie et continuera à le faire. En soi, c'est une nouvelle forme de structure qui prend place. De nos jours, toutes les organisations sont reliées en réseaux, sans distinction et sans hiérarchie. La facilité et la rapidité avec lesquelles la transmission d'un message peut se faire est presque magique et ce où que l'on soit dans le monde. Le méga-réseau Internet simplifie l'échange d'information sans contrainte de temps ni d'espace et redonne vie et force au besoin fondamental de partager le savoir.

Parallèlement à ces transformations, la société est confrontée à un déluge d'informations fluide et ininterrompue; déluge en raison du caractère exponentiel, explosif et chaotique de la croissance du volume d'information. La quantité des données se multiplie et la densité des liens entre les informations croît à un rythme vertigineux. Chaque jour, des individus, des groupes et des institutions échangent des centaines de millions de messages.

L'entreprise dans tous ça a besoin de construire une nouvelle réalité, d'envisager la communication dans un prisme plus large et différent, et d'apprivoiser ce chaos ambiant.

Elle est appelée à profiter des avantages jusqu'alors inespérés qu'offre la e-communication, et s'inscrire dans ce monde virtuel qui reconnu pour être celui de l'avenir.

Mais quels sont les facteurs qui expliquent ou qui justifient ce passage?

2. Les facteurs :

2.1. Facteur technologique :

L'évolution de la technologie a permis une croissance importante des connexions réseaux et des capacités de traitement de l'information. D'autre part, les technologies sont de plus en

plus abordables pour la population, générant ainsi la croissance du nombre des utilisateurs.

Il est essentiel aujourd'hui pour les marques et les entreprises d'investir plus massivement sur leur communication en ligne. Internet ne représente aujourd'hui que 7 à 8 % des investissements publicitaires : c'est peu, pour un support dont l'influence est devenue aussi grande en termes de consommation. Cette situation représente une opportunité importante de renouveler les hiérarchies établies d'investissement publicitaire, au profit des supports en ligne. De nombreuses voies numériques sont exploitables pour les entreprises et le marché publicitaire, surtout que les opportunités offertes par le online sont toujours plus grandes. Le e-commerce qui s'est développé plus tardivement en France et qui est quasi inexistant en Algérie, devrait prendre plus d'importance dans un monde où distribuer ses produits en physique sera beaucoup plus difficile. De plus les stratégies de communication sur le web social représentent aussi une voie à exploiter mais la réelle révolution sera la communication par la téléphonie mobile. Prochainement, la moitié des consultations sur internet se feront par le biais de téléphones mobiles par conséquent c'est un très bon moyen de communiquer auprès de la cible désirée.

13 milliards de dollars pour la pub mobile en 2013

Graphique n°1 : Dépenses publicitaires mondiales sur mobile (Mds $)

Si le marché mondial de la publicité mobile s'est accru de 74 % en 2009, atteignant 913,5 millions de dollars, il a stagné ensuite jusqu'en 2011. Cependant en 2013 on prévoit des investissements supérieurs à 13 milliards de dollars14.

14 Source Gartner(IT Research & Advisory Company) October 2009, http://www.gartner.com/

2.2. Facteur sociologique :

Le phénomène qui est l'internet et plus particulièrement le Web 2.0 ne tient pas qu'à l'évolution de la technologie, mais aussi à la montée d'une nouvelle génération, appelée « digitale native »15 (nouvelle génération d'utilisateurs), en âge d'utiliser les nouvelles applications.

Contrairement aux générations précédentes moins familiarisées avec les applications en réseau, cette jeune génération maîtrise très bien les applications Web 2.0 et se montre moins réticente à mettre en ligne des informations personnelles. Par ailleurs, la plupart de ces jeunes cherchent, au travers de ces technologies, un moyen de s'exprimer et de communiquer en dehors des médias traditionnels devenus insuffisants, car moins interactifs. La flexibilité et le mode de fonctionnement des applications Web 2.0 permettent de mieux répondre à ce souhait.

Dans quelques années, la plupart de ces jeunes arriveront sur le marché du travail. Montrant une affinité particulière avec ce type d'applications et une maîtrise de leur fonctionnement, cette génération désirera retrouver le même type de fonctionnalités dans le monde du travail. Ce facteur sociologique ne doit donc pas être sous-estimé. De ce fait, l'adoption et le développement de plates-formes où tous les utilisateurs peuvent activement prendre part à la création du contenu et non plus seulement le consulter, représentent une évolution que les managers informatiques devront gérer pour élaborer des stratégies Web plus pertinentes dans les années à venir.

2.3. Facteur économique :

Selon Chris Anderson, rédacteur en chef du magazine Wired et auteur de la Longue Traîne, le fait qu'Internet offre aux consommateurs un choix illimité de produits et services entraîne une modification des mécanismes économiques.

Les nouvelles technologies Web sont en train de transformer les marchés de masse en une multitude de marchés de niches car, à présent, les contenus commerciaux et les contenus amateurs se disputent l'attention des consommateurs sur un pied d'égalité.

15 Gervais J, Web 2.0 : Les internautes au pouvoir. Paris édition Dunod ; 2007, 198 pp.

Une autre remarque qui n'est pas des moindres est le fait que l'e-communication offre le moyen pour les PME de se battre au même niveau que les grandes entreprises. Car l'information circule librement sur l'internet et met sur un pied d'égalité toutes les entités économiques.

Internet a permis de réduire les coûts fixes liés à la distribution; il a donné naissance à une économie d'abondance, avec comme conséquence que les goûts des consommateurs se dispersent, vu la possibilité pour eux de trouver très facilement les produits qui leur correspondent.

? La « Longue Traîne » :

Mais encore, selon Chris Anderson, la loi des 20/80 dite « Loi de Pareto >> selon laquelle 20% des produits réalisent 80% du chiffre d'affaires ne s'applique pas avec Internet. En ligne, c'est l'inverse qui se produit. C'est la loi de la « Longue Traîne >>16.

La « Longue Traîne >> qualifie l'ensemble des articles vendus en proportion réduite, mais dont la somme des ventes dépasse les ventes des produits star, c'est-à-dire des produits les plus vendus. Les graphiques ci-dessous (2 et 3) représentent les deux courbes liées aux lois citées ci-dessous.

0 12500 25000

Titres classés par
popularités

Vente

10000

5000

Graphique n° 2: courbe de Pareto (répartition des ventes musicales de Wall-Mart)

16 Anderson c, la longue traine. Paris édition, Pearson Education France, 2007

Graphique n° 3: courbe de la Longue Traîne (Popularité de la musique en ligne Rhapsody)

Nous pouvons constater que la courbe de graphique 2 (Pareto) est décapitée au niveau de 25000 ; ce chiffre représente l'espace maximum dédié à la musique chez Wall-Mart. Le géant de la distribution US propose uniquement les morceaux musicaux qui ont le plus de chance de se vendre, on les appelle les bestsellers. Les meilleures ventes Musicales de Wall-Mart représentent 20% de ses ventes mais 80% de son chiffre d'affaires.

La courbe de la longue traîne en graphique 3 représente la distribution des ventes Rhapsody.com, site de téléchargement de musique en ligne. La partie gauche (en gris foncé) représente le petit nombre de best-sellers alors que, sur la droite, on voit une longue traîne représentant un grand nombre de produits qui se vendent en petite quantité. Internet permet à présent de gagner beaucoup d'argent aussi bien en vendant des produits qui se retrouvent dans la traîne (partie gris clair et dans la petite partie noire - à l'extrême droite du graphique), qu'en vendant des produits qui se trouvent dans le haut de la courbe (partie gris foncé de la courbe).

· La crise :

Quelle que fut la profondeur et la durée de la crise économique, elle est intervenue au plus mauvais moment possible pour la communication dite conventionnelle en situation très précaire. Les entreprises coupent les budgets, et en premier lieu, ceux de la pub. En France pour la première fois, les dépenses publicitaires allouées à la presse écrite ont baissé sous la double pression des annonceurs cherchant sur Internet une plus grande efficacité et de la désaffection du lectorat. Cette baisse devrait représenter plus de 500 millions d'euros à l'horizon 2015. La migration des petites annonces vers Internet va s'amplifier car la presse quotidienne nationale et les magazines poursuivent sur leur lente descente. La presses quotidienne régionale jusqu'à lors épargnée, va également subir de plein fouet l'effet internet, ce qui à l'horizon 2015 devrait représenter une baisse de plus de 300 millions d'euros17.

Dans un climat de récession mondiale, les dépenses publicitaires mondiales ont reculés de manière significative mais le numérique souffre moins que les médias traditionnels. Internet a réussit une progression de 10% de la publicité en ligne (hors liens sponsorisés) en 2008. Ce revirement d'intérêt pour internet provient principalement de son faible cout face aux autre medias. Les budgets publicitaires sur internet en 2009, ont continué de progresser malgré la crise économique et le budget marketing internet également. Cette progression se traduit par une poursuite des transferts de budget vers internet, en provenance d'autres médias. Les annonceurs recherchent en période de crise, d'avantage de marketing quantifiable, dont l'efficacité peut être mesurée, ce qui est possible avec Internet.

Selon les spécialistes du secteur, la crise représente une opportunité pour Internet dont le retour sur investissement d'une campagne et ses outils de tracking (le pistage de consommateurs) ne peuvent être battu. Concrètement, les marques veulent habiller les sites à leurs couleurs, créer de nouveaux formats, au-delà des simples bannières de publicité.

Finalement, la contraction des budgets pub devrait pousser à une amélioration de la qualité de la publicité sur internet. Cela va permettre de voir apparaitre des publicités plus créatives et plus efficaces et à moindre couts.

· Internet dépasse la barre des 10 % dans le mix média en 2009 :

Sur le marché publicitaire mondial, la part d'Internet dans le mix média a enregistré une croissance de 1,1 point en 2009, atteignant 10 % des dépenses mondiales, et une

17 Source TNS Media Intelligence

augmentation de 0,7 point en 2010, à 10,7 % des dépenses. Internet est ainsi en passe de doubler les magazines qui ont atteint 10,8 % du mix média en 2010. Au dessus, la presse a enregistré un recul de 0,7 point obtenant 20,3 % du mix media en 2010 contre 44,5 % pour la télévision en hausse, elle, de 0,5 point18.

Graphique no 4 : Evolution de la part des médias dans les dépenses Pub mondiales

.

2.4. Facteur marketing:

Le marketing traverse une période critique, car il doit faire face à des changements radicaux. La foi dans les marques et dans leur publicité est en net recul, alors que la foi dans le facteur individu est en hausse.

Les membres d'une même tribu se font confiance, car il est plus facile d'avoir confiance en ses pairs qu'en des étrangers.

Selon une étude réalisée par l'institut OTO Research en 200819 auprès d'un échantillon de

18 Carat Agence Media, octobre 2009. http://www.carat.fr/

19 OTO Research « Marketing, le changement s'accélère en temps de crise » http://www.otoresearch.fr/cms/index3.php?tree id=24

1064 personnes représentatives de la population française, 83% des consommateurs se méfient du discours des marques et 69% sont prêts à payer pour un service qui leur permettrait d'échapper à la publicité. Il apparaît également que 89% des consommateurs se disent favorables à utilisation d'Internet pour comparer les prix et les produits, car cela leur semble plus fiable que la publicité. En somme, le système est comparable à Test achats mais en ligne.

En outre, 54% des consommateurs disent que la meilleure source d'information quand ils doivent choisir une marque est l'UGC (contenu généré par le consommateur). Le commentaire d'un proche est à 50 % plus influent qu'un spot publicitaire qui a coûté des millions.

«Tout message diffusé du haut vers le bas devient moins efficace que le bouche à oreille très influent. Une inversion du pouvoir est en train de changer les règles du marketing.»

Nous sommes passés d'une société de consommation de masse à une société de conso-acteurs. Le consommateur d'aujourd'hui est plus aguerri qu'auparavant et fait de moins en moins confiance à la publicité. Le consommateur est plus engagé dans la vie, il a besoin de se faire son propre avis avant de consommer, et connaitre les valeurs du produit et de l'entreprise qui le vend. De plus la crise économique n'a fait qu'accentuer ce sentiment de vouloir consommer bien et à moindre cout car les gens réfléchissent beaucoup plus à comment dépenser leur argent. Pour cela ils se tournent vers un outil présent dans de nombreux foyers : Internet.

Internet est le média le plus informatif, auquel on donne plus de confiance et cela s'explique par la complémentarité de ses supports (sites internet de marques ou publicités, comparateur de prix, forum, blog, portail...). Internet a une plus faible exposition que la télévision mais s'avère plus décisif. Il est le média le plus générateur de confiance et le numéro 1 de l'influence. L'information sur Internet prend largement le dessus ; les consommateurs préfèrent largement s'informer en ligne plutôt que dans la presse écrite. Cette prééminence s'explique notamment par:

· les possibilités de recherche étendue, qui apporte une nouvelle valeur ajoutée à l'information

· la disponibilité immédiate de l'information

· la possibilité de commenter l'actualité et de s'exprimer en ligne, qui semble répondre à une demande de dialogue importante des consommateurs

Cette influence sur les consommateurs est renforcée par la confiance accrue qu'accordent les internautes aux informations publiée sur les forums, dans les blogs, et autres sites communautaires (critiques de produits, ratings, etc.). La crédibilité de cette information est même jugée supérieure à celle de la communication des marques et des entreprises. Selon une étude menée par l'Ifop20, internet reste un média sous exploité par les annonceurs au regard de son influence sur les décisions d'achat. Aussi l'étude montre une influence très importante d'internet dans plusieurs domaines de consommation, et notamment les voyages, les loisirs, les achats importants et les services financiers. Sur ces marchés, entre 65 et 90 % des personnes se sont déclarés influencés par les informations en ligne dans le cadre de leurs décisions d'achat. Mais internet ne joue pas seulement un rôle de prescripteur, il permet également d'acheter en ligne et à des prix parfois plus intéressants que sur le marché.

Avec la démocratisation de l'Internet en Algérie, son introduction dans la majeure partie des foyers, et son adoption efficace par les entreprises de manière à faciliter les transactions et les ventes online; le consommateur Algérien va vraisemblablement adopter le même comportement et sera influencé dans ses achats par l'Internet.

2.5. Facteur juridique :

Comme l'océan qui ne peut appartenir à aucun pays en propre, Internet est un espace international par nature. Sur Internet l'utilisateur évolue dans un espace vaste. Il peut visiter un site hébergé en Asie, un autre en Europe puis un troisième situé sur un bateau évoluant dans l'océan, en dehors de toute souveraineté étatique.

Sur Internet, il y aurait à la fois trop et pas assez de lois, il existe surtout une difficulté pratique d'appliquer les conventions internationales, qui permettent de protéger le droit d'auteur, et de faire appliquer les décisions de justice, prises dans d'autres pays.

L'Algérie est considérée parmi les pays où la liberté de surfer sur internet est totalement consacrée, en plus de ça le pays accuse un retard juridique dans la matière ce qui a profité à plusieurs agences et boites de communication, ceci pourrait être une opportunité si ce n'est le fléau de la cybercriminalité Ce vide juridique se fait de plus en plus ressentir et peut causer des dommages d'ordre économique, juridique et social...Malgré ce frein, qui ne peut en aucun

20 Ifop, groupe leader sur le marché des sondages d'opinion & études Marketing. http://www.ifop.com

cas être pris à la légère, les internautes algériens se référent à des lois virtuelles. Ce seul obstacle atteint plusieurs domaines, nous citerons les plus importants :

2.5.1. Les transactions électroniques :

La vente sur Internet relève de la vente à distance, la détermination du moment et du lieu physique à l'acceptation du contrat peut poser des difficultés lorsque les parties ne se présentent pas physiquement.

En Algérie, l'absence totale de lois favorise l'anarchie, sans compter qu'il est impossible de parler de conditions générales de ventes, qui sont essentielles. Ces dernières rassemblent un certain nombre d'informations de nature contractuelle (prise de commande, délai de livraison, garantie...). Elles doivent être présentées aux consommateurs au moment de l'achat. La présentation des conditions générales de ventes doit être incontournables, à un aucun moment, un consommateur ne doit pouvoir commander un produit, sans voir apparaître la page Web correspondante.

2.5.2. La propriété intellectuelle :

Relève du droit d'auteur : toutes les oeuvres de l'esprit à caractère original. Les créations multimédias entrent dans cette définition, elles sont protégées au niveau international. Dans son application, la protection du droit d'auteur se heurte au caractère composite de l'oeuvre multimédia et à la nature à la fois mondiale et volatile de l'Internet.

Même si la plupart des pays utilisant le commerce électronique, ont signé des conventions internationales, garantissant la protection de la propriété intellectuelle, il n'en demeure pas moins qu'une action judiciaire reste difficile à mettre en oeuvre, parce qu'elle fait immédiatement intervenir une procédure internationale, toujours longue et laborieuse.

L'Algérie dans ce cas n'aura ni protection ni argument pour la défense de ses droits intellectuels. Cette cause serait perdue d'avance, et cela constitue un véritable frein au développement du net et du commerce électronique en particulier. A savoir aussi, qu'il n'existe pas une police de Net contrairement aux pays les plus branchés en matière de nouvelles technologies d'information et de communication.

2.5.3. Les mineurs :

La protection des mineurs constitue une obligation juridique, qui limite le droit d'expression, au même titre que le respect du droit d'auteur ou de la vie privée. Cette protection consiste à filtrer les services accessibles, grâce à un système de mot de passe, dans le but de limiter le nombre des sites auxquels peut accéder l'utilisateur.

De cette façon, seuls les parents, qui disposent de ce mot de passe, peuvent accéder au réseau Internet dans son ensemble.

En matière de législation et de réglementation, on tient à signaler aussi, l'absence d'une assiette juridique qui concerne directement les transactions électroniques et qui protège les données échangées par la voie électronique.

Si on prend le journal national algérien de la loi relative aux conditions d'accès aux activités commerciales, on ne trouvera aucun article qui traite les échanges commerciaux par voie électronique.

« Il y a eu une prise de conscience au début des années 2000 avec la loi 04-15 adoptée en 2004 et qui a été introduite dans le code pénal pour réprimer les atteintes au système de traitement informatisé des données »,

Même si le processus de la législation est long, l'avenir dans la matière est plus que prometteur, certes beaucoup reste à faire, mais l'Algérie ne peut se permettre de rester à la traine, le facteur législation en matière d'Internet et de e-communication est décisif.

Une fois qu'on a vu les facteurs qui expliquent ce passage, il convient donc de se questionner sur la façon dont-il évolue ?

3. Entre continuité et rupture!

L e-communication ou la communication numérique ou encore l'Internet ont connu la croissance la plus rapide des supports de communication dans l'histoire. En fait, Internet a touché 50 millions d'utilisateurs après cinq ans d'existence, alors qu'il a fallu 13 ans à la

télévision pour atteindre ce même nombre d'utilisateurs et 30 ans à la radio pour faire la même chose.

Ajoutons à cela que le nombre des utilisateurs d'Internet a passé de moins de 1 million en 1993 à plus de 600 millions en 2002, c'est-à-dire que ce nombre a été multiplié par 600 fois en 10 ans.

La mutation de la société de consommation vers une société de l'information et le glissement de la communication de masse vers une communication plus individualisée et plus relationnelle a ouvert grand la porte au média Internet.

Saturé de messages publicitaires, moins sensibles aux communications de masse, le consommateur a changé de comportement. Sélectif, infidèle aux marques et produits, il réfléchit, compare... demande plus d'informations, de conseils, exige plus et revendique son droit d'expression. Sa démarche devient donc plus difficile à systématiser et à généraliser pour les annonceurs. Face à ce nouveau comportement, l'annonceur va se diriger vers une stratégie qui se focalise sur le client et le place au coeur de la communication. C'est une logique de marketing individualisé et l'instauration d'une relation personnalisée.

L'époque du marketing de masse véhiculé par les média dits traditionnels n'est pas révolue ce n'est certes pas la rupture ! Mais de nos jours, c'est davantage le marketing ciblé qui entre en ligne de compte. D'où la puissance de l'Internet comme vecteur. Le marketing digital monte en puissance au détriment des opérations classiques. Les agences de publicité traditionnelles ne peuvent plus ignorer cette nouvelle tendance qu'est l'e-communication et doivent palier leur retard, soit en interne soit par croissance externe. Alors que le public destinataire est plus critique, plus exigeant et donc plus difficile à surprendre, les agences doivent redoubler d'imagination et d'originalité pour proposer des campagnes qui sortent du lot.

Internet est un média doublement interactif ; entre le consommateur et la marque, mais également entre les consommateurs eux-mêmes. Elle est un véritable amplificateur du bouche à oreille.

L'interactivité offerte par Internet permet aux annonceurs d'échapper aux formats habituels et traditionnels et de proposer aux consommateurs de nouvelles formes d'interaction, et ainsi de créer entre les annonceurs et les consommateurs une relation plus riche, plus étroite, plus personnalisée et plus profonde, ainsi que d'instaurer un dialogue.

En Occident, la part des budgets allouée à l'e-communication ne cesse de s'accroitre jusqu'à représenter environ 50% des budgets de communication. Comment expliquer un tel engouement des marques pour cette forme de communication? Le marché Internet est de loin le plus concurrentiel car le coût d'entrée y est faible.

Les raisons de se diriger vers les canaux interactifs sont multiples en plus du coût cité cidessus, il y a la réactivité, un meilleur ciblage, une plus grande créativité...

La communication sur Internet permet d'utiliser des formats variés et interactifs. Le temps et l'espace sont traités différemment. L'e-communication sort des repaires habituels que sont les 30 secondes d'un spot TV, les pages A4 des magazines... pour atteindre un public cible dans sa vie quotidienne.

Elle permet la souplesse (des formats, créativité...) et la polyvalence (variation des messages selon le même concept).

Malgré ses multiples avantages, Internet ne signe pas la rupture avec les médias traditionnels, elle s'inscrit plutôt dans un processus de continuité qui a vu le développement de plusieurs canaux de communication au même titre que les avancés technologiques.

Mais est-elle en mesure de se substitué au média traditionnels ou elle est plutôt complémentaire ?

4. Entre substitution et complémentarité !

Les médias traditionnels, en raison du développement de nouveaux outils, déjà décrits tell que (sites, blogs, webradios, espaces communautaires) peuvent voir en Internet une menace potentielle, cela d'autant plus que ces nouveaux outils poursuivre les mêmes objectifs qu'eux

Dans cette lutte qui se profile, avec comme enjeu de capter de l'attention du public, la qualité du contenu est déterminante. Le savoir-faire accumulé par les médias traditionnels, en matière d'organisation, de relations et de déontologie, n'est pas immédiatement substituable ; d'autant plus qu'Internet n'a pas encore atteint sa maturité (difficulté d'évaluation de la légitimité et la sécurité des transactions, vide juridique, problème de virus, de spam, de propagation des rumeurs...Etc.)

A partir du moment où les medias traditionnelles, commencent à perdre une part

importante de leurs revenus publicitaire au profit du canal Web. Ils ont rapidement pris

conscience de la nécessité d'effectuer des changements en profondeur et d'adopter les outils de l'e-communication. Beaucoup l'ont déjà fait. Ils ont compris qu'ils ont plus à gagner à envisager l'Internet comme allié plutôt que comme ennemi, surtout qu'Internet et perçu maintenant comme une source possible de revenus supplémentaires.

Très tôt, les journaux ont utilisé le Web comme support de leur contenu dupliqué sous format numérique. Les radios et télévisions ont suivi avec l'augmentation des débits de connexion à Internet. Ce mouvement a permis de fournir un nombre important de contenus, notamment aux portails d'actualités. Il a également permis de casser la chronologie habituelle des médias, en donnant un accès en continu à leur contenu. Internet sert de vitrine aux médias traditionnels, (ex : journal El Watan qui en termes de fréquentation de son site Internet www.elwatan.com est le 5e quotidien le plus populaire du continent africain, selon le classement 2010 établi par le groupe 4 International Media and Newspapers ( 4imn.com).

Si les médias traditionnels apportent une diffusion massive d'informations brutes, Internet apporte le filtrage, l'enrichissement et le recoupement des données mais aussi des retours permanents sur la qualité de ces dernières, mieux encore en adoptant l'Internet, les médias traditionnels peuvent gagner une réelle interactivité avec leur audience, qui a désormais droit de réponse et de nouveaux collaborateurs de qualité qui choisissent d'apporter leur voix aux anciens médias, afin de réformer ceux-ci.

De son coté Internet ou le Web 2.0 a cherché, grâce notamment à l'intelligence collective, ou « harnessing collective intelligence » (HCI), à améliorer la pertinence du Web en tant qu'outil d'information. La poursuite de cet objectif connaît des limites. Les médias traditionnels servent parfois de modèle afin de corriger les dérives de l'intelligence collective.

Ainsi on peut dire que :

« L'e-communication complète la communication conventionnelle »

Conclusion:

L'e-communication a développé sa propre culture et ses propres codes, c'est une communication différente par nature, elle n'est pas statique, elle peut évoluer et se développer en réponse à l'interaction du consommateur. L'on passe d'un monologue à un dialogue. Il y a une notion d'échange de valeur. L'annonceur donne des informations, de la distraction, des services... en échange de quoi l'internaute va prêter attention au produit et à la marque.

Les deux formes de communications conventionnelle et numérique coexistent aujourd'hui, elles sont en mesure de collaborer ce qui va permettre à l'entreprise d'exploiter au mieux différents canaux de communication.

Chapitre 5 :

E-communication en Algérie, contraintes et perspectives

Introduction:

Dans les chapitres précédents on a pu voire quelques aspects de l'e-communication, certains de ces avantages, ainsi que les facteurs qui expliquent le passage à cette nouvelles forme de communication. Il y a lieu maintenant de se pencher sur le cas de l'Algérie, l'ecommunication en Algérie, ou en terme plus simple « e-Algérie.»

Y a-t-il des opportunités ? Les quelles ? Quelles sont les contraintes ?

On va essayer de répondre à ces questions avec plus de détails en se référant à des études et des témoignages. On comprendra si l'Algérie est en mesure de profiter de l'e-communication, source nouvelle d'innovations continuelles et puissant levier de développement économique et social ou non.

1. E-Algérie, les opportunités :

1.1. Une forte progression du nombre d'internautes :

L'utilisation du réseau Internet connaît en Algérie un essor indéniable depuis la fin des années 90, soutenu par la baisse relative des prix des microordinateurs et par la généralisation de leur utilisation tant au niveau des ménages que des institutions. Les chiffres avancées par l'ITU (International télécommunication union, principale agence des Nations Unies pour la question de technologie de l'information et de la communication) 21, en est le parfait témoin.

Année

Nbr d'internautes

Population

Pourcentages(%)

2000

50.000

31.795.500

0.2 %

2005

1.920.000

33.033.546

5.8 %

2007

2.460.000

33.506.567

7.3 %

2008

3.500.000

33.769.669

10.4 %

2009

4.100.000

34.178.188

12.0 %

2010

4.700.000

34.586.184

13.6 %

 

Tableau n°5 : la croissance de l'usage d'Internet en Algérie

21 internet world stats

1.2. Prise de conscience et efforts développés par l'état « Plan stratégique e-Algérie 2013 » :

Chez l'état Algérien il y a une réelle prise de conscience sur l'importance de l'e communication ou de manière générale les TIC, cela s'est traduit par des allocations budgétaires importantes pour ce secteur. En effet, au titre du programme de développement des TIC, le plan de relance économique pour la période 2005-2009 a consacré prés de 500 millions euros dont prés de 100 millions euros pour l'équipement du "Cyberpark" de la nouvelle ville de Sidi Abdallah, à 30 kilomètres d'Alger. Par ailleurs, un programme (OUSRATIC) soutenu par l'Etat en vue d'assurer l'équipement des ménages en micro ordinateurs, a été mis en oeuvre au courant de l'année 2006. Ce programme, impliquant des banques locales, le ministère des postes et des TIC ainsi que des entreprises privées, s'est fixé pour objectif la mise en vente de prés de un (01) million de microordinateurs en 2006 (700.000 PC vendus à fin juillet 2006). Des efforts ont été aussi déployés en perspective du développement et de l'élargissement du réseau de l'Internet haut débit (ADSL) avec un objectif visé de 3 millions d'abonnées à l'horizon 2009.

Afin de soutenir et mieux organiser ces efforts, qu'un très ambitieux plan multisectoriel appelé `'Stratégie E-Algérie 2013» a été développé il permet de définir les actions à mettre en oeuvre dans les cinq années, allants de 2009 à 2013, avec un budget théorique de 4.5 Milliards d'Euros. Ce plan est articulé autour de treize axes majeurs. Pour chacun de ces axes, un état des lieux a été élaboré suivi d'une définition d'objectifs majeurs et spécifiques à atteindre ainsi qu'une liste d'actions pour leur mise en oeuvre.

? Axe majeur A. Accélération de l'usage des TIC dans l'administration publique

L'introduction des TIC et le renforcement de leur usage au sein de l'administration publique engendreront une transformation importante de ses modes d'organisation et de travail. Ceci amènera l'administration publique à repenser son mode de fonctionnement et d'organisation et à servir le citoyen de manière plus appropriée, notamment à travers la mise `'en ligne» de ses différents services. En effet, les TIC, et en particulier l'Internet, permettent d'établir un «espace de communication indépendant de la localisation physique»

qui affirme la disponibilité de l'information n'importe où et n'importe quand. C'est pour cela que la gestion de l'information doit être décentralisée là où c'est possible, là où les

connaissances sont les meilleures, afin d'améliorer la qualité des processus de prise de décision.

Dans ce contexte, des objectifs spécifiques et parfois communs ont été fixés pour chaque département ministériel. Ils ont trait aux aspects suivants :

v' Le parachèvement des infrastructures informatiques v' La mise en place de systèmes d'information intégrés.

v' Le déploiement d'applications sectorielles spécifiques. v' L'accroissement des compétences humaines

v' Le développement de services en ligne à destination de tous les usagers : citoyens, entreprises et bien sûr les autres administrations.

? Axe majeur B. Accélération de l'usage des TIC au niveau des entreprises

Les instruments de gestion et de gouvernance développés autour des TIC constituent aujourd'hui les seuls garants de la survie de nos entreprises à l'heure de la mondialisation. Avec l'Internet, le marché est devenu global dans une économie où la Connaissance est une valeur principale.

L'utilisation des TIC est devenue nécessaire pour augmenter la performance et la compétitivité des entreprises et les faire bénéficier des opportunités offertes par un marché plus vaste et hautement dynamique. Elle conduit aussi à de nouvelles sources de revenus, à l'amélioration des relations avec les clients et partenaires, et de façon générale à une meilleure efficacité grâce à l'emploi de systèmes de gestion des connaissances.

C'est ainsi qu'un axe majeur a été défini, à savoir l'intégration des TIC dans le secteur économique et le soutien à l'appropriation des TIC par les entreprises. Celui- ci induit les trois objectifs spécifiques suivants :

1' Soutenir l'appropriation des TIC par les PME.

v' Développer les applications pour l'amélioration des performances des entreprises. v' Développer l'offre de services en ligne.

v' Enseignement des TIC pour toutes les catégories sociales.

· Axe Majeur C. Développement des mécanismes et des mesures incitatives permettant l'accès des ménages et des très petites entreprises aux équipements et aux réseaux des TIC

Cet accès va être d'abord élargi, pour permettre à tout citoyen, où qu'il se trouve sur le territoire national, de bénéficier des services publics en ligne et de l'immense base de connaissances et de savoir qu'est Internet.

Les programmes d'équipements et de développement des connexions haut débit et des contenus multimédias vont être accompagnés de programmes de formation afin d'accélérer le processus de généralisation de l'usage des TIC.

Le processus de généralisation de l'accès à Internet constitue donc l'objectif majeur qui se décline en trois objectifs spécifiques :

v' Redynamiser l'opération Oussratic à travers l'octroi de microordinateurs individuels et de lignes haut débit, l'offre de formation et la disponibilité de contenus spécifiques à chacun des segments de la population.

v' Augmenter considérablement le nombre d'espaces publics communautaires : cybercafés, bornes multimédias, Technoparcs, Maisons de la Science, etc.

v' Elargir le service universel à l'accès à Internet.

· Axe majeur D. L'impulsion du développement de l'économie fondée sur le savoir

L'économie des TIC s'articule autour de trois composantes majeures : le logiciel, les services et l'équipement.

Un certain nombre d'incitations vont favoriser l'entreprenariat en matière de production de contenus locaux, un domaine moteur de l'innovation et pourtant marqué par des insuffisances. L'expertise et le savoir faire des sociétés algériennes opérant dans le domaine des TIC peuvent être dynamisés et exportés vers d'autres marchés.

Dans ce contexte, l'objectif majeur assigné à cet axe va être la création des conditions adéquates permettant le développement intensif de l'industrie des TIC.

Cet objectif majeur peut être subdivisé en quatre grands objectifs spécifiques :

v' Poursuivre le dialogue national gouvernement-entreprises initié dans le cadre du processus d'élaboration de la stratégie e-Algérie.

v' Créer toutes les conditions de valorisation des compétences scientifiques et techniques nationales en matière de production de logiciels, de services et d'équipement ;

v' Mettre en place des mesures incitatives à la production du contenu.

1' Orienter l'activité économique dans les Technologies de l'Information et de la Communication vers un objectif d'exportation.

? Axe majeur E. Renforcement de l'infrastructure de télécommunication à haut et très haut débit

Grace au plan e- Algérie le réseau de télécommunication à haut et très haut débit va être en mesure d'offrir les capacités nécessaires sur tout le territoire national avec une qualité et une sécurité aux normes internationales. Ce réseau représente la plate forme sur laquelle repose l'ensemble des actions visant la mise en ligne de services aux citoyens, aux entreprises et aux administrations.

Dans ce cadre, l'objectif majeur assigné à cet axe est le suivant : Réalisation d'une infrastructure de télécommunication haut et très haut débit, sécurisée et de haute qualité de service.

Cet objectif majeur se décline en quatre objectifs spécifiques :

v' Mise à niveau de l'infrastructure nationale de Télécommunication
· et la sécurisation des réseaux.

v' Qualité de service des réseaux.

1' Gestion efficace du nom de domaine « .dz ».

? Axe majeur F. Le développement des compétences humaines

Le renforcement des infrastructures et la généralisation de l'accès aux TIC vont être accompagnés par des mesures substantielles en matière de formation et de développement des compétences humaines pour généraliser l'usage des TIC et assurer leur appropriation à tous les niveaux.

Pour atteindre cet objectif majeur, deux objectifs spécifiques sont visés :

v' Refonte de l'enseignement supérieur et de la formation professionnelle dans le domaine des TIC.

. Axe majeur G. Renforcement de la recherche développement et de l'innovation.

L'économie fondée sur le savoir nécessite une interaction forte entre la recherche développement et le monde économique. C'est en effet l'innovation qui assure le développement de produits et de services à valeur ajoutée dans le domaine des TIC.

A cet effet, l'objectif majeur de cet axe porte sur le développement de produits et services à valeur ajoutée dans le domaine des TIC, à travers l'intensification de l'activité recherche- développement et d'innovation.

Les objectifs spécifiques considérés ont trait à l'organisation, la programmation, la valorisation des résultats de la recherche, la mobilisation des compétences ainsi que l'organisation du transfert de la technologie et du savoir faire.

. Axe majeur H. Mise à niveau du cadre juridique (législatif et réglementaire) national

L'étude de l'ensemble de la législation existante permet de conclure que l'arsenal juridique Algérien ne couvre pas entièrement les questions juridiques suscitées par l'utilisation et le développement des TIC et l'édification de la société de l'information. A cet effet le législateur est appelé dans le cadre de ce plan à mettre à niveau le cadre juridique, en adéquation avec les pratiques internationales et les exigences de la société de l'information, tout en tenant compte de l'expérience vécue, de toutes les insuffisances relevées et des difficultés rencontrées.

Ainsi l'objectif majeur consiste en la mise en place d'un environnement de confiance favorable à la Gouvernance électronique et induit un objectif spécifique à savoir la définition d'un cadre législatif et règlementaire approprié.

. Axe majeur I. Information et Communication

L'information et la communication jouent un rôle prépondérant dans une économie fondée sur la connaissance. L'information constitue en effet une valeur de base dont

l'appropriation devient savoir et à qui la communication donne plus de richesse et d'importance .La presse spécialisée dans le domaine des TIC a connu un développement certain, passant ainsi d'une absence totale de titre en 2000 à plus d'une quinzaine en 2008.

L'objectif majeur de cet axe concerne la sensibilisation à l'importance du rôle des TIC dans l'amélioration de la qualité de vie du citoyen et le développement socio économique du pays.

A ce propos, les objectifs spécifiques suivants ont été identifiés:

v' Elaboration et Mise en oeuvre d'un Plan de Communication sur la Société de l'Information en Algérie

v' Mise en place d'un tissu associatif comme prolongement de l'effort gouvernemental.

? Axe majeur J. Valorisation de la coopération internationale

La coopération internationale dans le domaine des TIC est caractérisée par le nombre important et la dispersion des projets, en particulier avec l'Union Européenne. Bien

que les projets soient identiques et répétitifs, il n'y a pas eu d'accumulation des connaissances qui aurait pu assurer la pérennité des projets et leur diffusion.

L'objectif majeur de la coopération internationale est l'appropriation des technologies et du savoir faire ainsi que le rayonnement de l'image du pays.

Cet objectif se décline en deux objectifs spécifiques :

v' Participer activement au dialogue et aux initiatives internationales. v' Monter des partenariats stratégiques.

? Axe majeur K. Mécanismes d'évaluation et de suivi

La fiabilité et l'efficacité de l'évaluation du processus d'édification de la société de l'information et de l'économie fondée sur le savoir constituent les garants de la pertinence et de l'efficience du plan stratégique. Cette évaluation accompagne en effet toutes les étapes du processus d'élaboration, de mise en oeuvre et de réalisation des actions permettant d'atteindre les objectifs de la stratégie e-Algérie 2013.

L'objectif majeur de cet axe consiste à définir un système d'indicateurs de suivi et d'évaluation permettant de mesurer l'impact des TIC sur le développement économique et social d'une part, et d'évaluer périodiquement la mise en oeuvre du plan stratégique e-Algérie 2013.

Cet objectif majeur se décompose en deux objectifs spécifiques :

v' Elaboration du cadre conceptuel pour un système d'indicateurs de qualité. v' Elaboration d'une liste d'indicateurs pertinents.

? Axe majeur L. Mesures organisationnelles

La mise en oeuvre de la stratégie pour le développement de la Société de l'Information nécessite un soutien institutionnel important et qui tient compte de l'aspect multidimensionnel des TIC.

Notre pays a mis en place, dans le cadre des réformes du secteur des télécommunications, des structures d'appui à sa politique dans le domaine des TIC. Cette réforme s'est traduite par la transformation de l'ancien Ministère des postes et télécommunications en Ministère des Postes et des Technologies de l'Information et de la Communication, la création de deux sociétés séparées Algérie Telecom et Algérie Poste, et la mise en place d'une autorité de régulation (ARPT), permettant ainsi la séparation de l'exploitation, la régulation et la politique sectorielle.

De plus, dans le cadre de la préparation de la politique destinée à promouvoir et organiser le secteur des TIC, une commission interministérielle appelée e-Commission a été créée, sous la présidence de Monsieur le Chef du Gouvernement. Cette commission regroupe les ministres concernés par ce domaine. Un comité technique a été également mis en place pour le soutien technique de cette commission. L'objectif majeur de cet axe porte sur la mise en place d'une organisation institutionnelle cohérente s'articulant autour de trois niveaux: l'orientation, la coordination intersectorielle et l'exécution. Cette organisation garantira la mise en oeuvre effective de l'ambitieux plan stratégique e-Algérie 2013 grâce à un pilotage efficace, un suivi permanent ainsi qu'une coordination harmonieuse entre tous les acteurs concernés.

Dans ce cadre, les objectifs spécifiques à atteindre ont trait au :

v' Renforcement de la cohérence et de la coordination au niveau national et intersectoriel.

v' Renforcement des capacités d'intervention au niveau sectoriel et des institutions spécialisées.

? Axe M. Moyens financiers

La mise en oeuvre de la Stratégie e-Algérie 2013 requiert des ressources financières importantes qui ne sauraient provenir d'une seule source. Il est programmé de bien exploiter toutes les sources de financement existantes. Les axes, programmes et actions aussi bien législatives, qu'organisationnelles ou matérielles vont être accompagnées d'une évaluation financière très détaillée. Il va y avoir aussi une hiérarchisation des différentes actions suivant leur impact sur le développement économique et social. Un budget-programme Stratégie e-Algérie 2013 est élaboré, en fonction des étapes et des phases prévues pour son

exécution, et présenté par année jusqu`à sa finalisation avec une consolidation 2009-2013.

L'état en lançant ce programme offre de grandes opportunités pour le développement de l'e-communication en Algérie, néanmoins il faut signaler que sa réussite est tributaire de la concrétisation de l'ensemble de ses objectifs, et dans les délais fixes c'est-à-dire en 2013.

Un autre programme et pas des moindres, celui de PMEII lancé en Mai 2009 et qui s'étale sur 34 mois, dans le cadre de partenariat entre le ministère de la petites et moyennes entreprises et l'artisanat, et la commission européenne. PMEII vise la mise à niveau des entreprises privées Algériennes opérants dans différents domaines d'activité, ce programme qui a pour budget 44 millions € dont 40 millions représente la contribution de la partie européenne, a mis l'accent sur l'importance des TIC pour les PME Algériennes et compte pour sa réalisation sur la concrétisation du plan E-Algérie 2013. Voila une preuve que l'e-communication est désormais considérée par l'état Algérien comme un élément incontournable pour le développement des PME et leur mise à niveau22.

22 Journée d'étude et d'évaluation relative au programme PME II, le 24 février 2010 à l'hôtel el djazair

1.3. Internet, média préféré des jeunes et des cadres en Algérie :

C'est ce qui ressort de l'étude Webdialn@ qui a été initiée par deux entreprises algériennes, IDEATIC et med&com, qui se sont fixées pour objectif de décrypter les usages et les perceptions des internautes algériens. IDEATIC et Med&com ont réalisé la plus grande enquête jamais menée en Algérie auprès d'un échantillon de 18064 internautes via un questionnaire électronique publié sur plusieurs sites web algériens populaires, et renforcée par une campagne d'e-mailing.

Après 4 semaines de terrain, de 19 juillet au 21 août 2010, l'étude Webdialn@23a livré quelques résultats dont les plus pertinents sont :

a. Les jeunes sont les plus nombreux à se connecter régulièrement à internet : ? Répartition / Tranches d'âges.

>

10-14ans:2,1%

>

36- 45ans: 12,3

%

>

15-19ans:17,2%

>

46-59 ans : 6,8

%

> 20-25 ans: 29,4 % > 60 ans et plus 1.0%

> 26- 35 ans: 31,1 %

Graphique n° 5 : Répartition des internautes algériens par tranches d'âges

23 Webdialn@TM Etude sur les Usages et Perceptions vague 3, 19 juillet au 21 août 2010 des Internautes du Web Algérien

b. Les internautes algériens ont pour la plus grande majorité un niveau d'études supérieures :

La répartition est la suivante:

> Etudes supérieures: 55,3%

> Diplômés de l'enseignement professionnel:6,6%

> Niveau lycée (seconde à terminale): 25,0%

> Niveau CEM: 8,4%

> Les personnes peu instruites représentent seulement 1,5%

> Deux chiffres attirent plus particulièrement notre attention:

1' 25% des internautes sont des étudiants

1' 37% des internautes sont des cadres

Ces deux chiffres phares de l'étude Webdialn@ vague 3 confortent notre constat qui est qu'internet est le média par excellence des cadres et des étudiants.

c. Niveau d'instruction :

Graphique n° 6 : Réparation des internautes algériens par niveaux d'instructions

d. Meilleure pénétration d'internet dans tout le pays:

Grâce aux politiques de développement de l'ADSL partout en Algérie, l'étude à démontré qu'il y a une meilleure pénétration d'internet dans tout le pays, contrairement aux années précédentes où l'étude révélait une concentration au Centre.

Alors que l'année dernière cette région comptabilisait à elle seule plus de 50 % des internautes, l'année 2010 voit un étalement des chiffres au profit d'autres régions du pays et notamment l'ouest avec 21, 8% cette année contre 15,68% l'année dernière.

Il en est de même pour le sud qui passe de 9,36% d'internautes à 12,4% cette année. Internet suscite donc un vif intérêt à travers toutes les régions du pays.

Les connexions depuis l'étranger sont surtout le fait de nos compatriotes émigrés en France, puis des autres pays du Maghreb.

e. D'où viennent-ils?

Graphique n°7 : L'origine des connexions

f. Les internautes algériens sont des « Internet addicts»:

Puisqu'ils sont 66,7% à se connecter plusieurs fois par jour, 40% d'entre eux allant jusqu'à se connecter plus de 20 heures par semaine.

Les nouveaux adeptes sont également nombreux puisque 20% des internautes se connectent depuis moins d'un an.

Internet a donc encore de beaux jours devant elle.

g. Fréquence d'utilisation :

Graphique n° 8 : Fréquences des connexions

h. Durée passée sur Internet

Graphique n° 9: Durées des connexions

i. Internet, une affaire de famille! :

D'ailleurs plus de 50% des foyers équipés regroupent au moins trois utilisateurs, et ils sont prés de 77% à se connecter depuis chez eux.

Si le type de connexion privilégiée est l'ADSL pour 84,7% des installations, le débit quant à lui reste à la traîne; 52% des internautes disposent d'une connexion égale ou inférieure à 256Kbits/seconde, ce qui est largement insuffisant pour le type de contenus proposés aujourd'hui sur internet, que ce soit des vidéos, des jeux...

Il faut cependant souligner que cela ne décourage pas nos concitoyens qui n'hésitent pas à passer des heures à télécharger des contenus.

Alors que nous remarquions plus haut que les étudiants étaient très nombreux à se connecter, force est de constater que les structures d'enseignement ne suivent pas puisqu'ils ne sont que 9% à se connecter depuis leur lieu d'études.

j. Lieux de Connexion:

Graphique n°10 : Lieux de connexion

Avec 11.8% seulement qui se connectent à partir de leur lieu de travail cela révèle un grand manque dans l'usage d'Internet dans les entreprises algériennes, cela nous amène à penser qu'avec l'application de la stratégie e-Algérie et la généralisation de la pénétration d'Internet dans les entreprises, l'e-communication aura des beaux jours devant elle.

k. Internet est incontestablement le média des médias :

Internet est la première source d'information des internautes, loin devant les médias << traditionnels ». Ainsi 74% des internautes algériens déclarent préférer internet comme outil d'information. Il est évident qu'à l'avenir les annonceurs ne pourront plus faire l'impasse sur cet outil qui peut être légitimement appelé le <<média des médias ».

l. Média principal pour obtenir de l'information sur les événements d'actualité :

Graphique n°11 : Média principal de l'information sur l'actualité

L'étude révèle que les activités des médias traditionnels (lire le journal, regarder un film, écouter de la musique, discuter avec ses amis ...) se font aujourd'hui par internet.

m. Pourquoi se connectent-ils à Internet?

Avec 13.5% d'internautes seulement qui se connectent pour le business et le partenariat, cela révèle encore une fois que l'e-communication malgré ses multiples avantages n'a pas fait encore sont entrée dans la culture managériale ou Marketing des entreprises Algérienne ou dans le monde des affaires en générale, se qui nous laisse penser que l'e-communication des entreprises est un bon crénom à exploiter dans le future chez nous, l'étude dans la partie pratique pourrait renforcer ce constat.

Graphique n°12 : Répartition par raisons de connexion
n. Facebook est le réseau social préféré des algériens :

Ce que l'étude Webdialn@ révèle de particulièrement frappant, c'est l'incontestable percée des réseaux sociaux tels que Facebook ou Twitter pour ne citer que les plus connus.

Ce ne sont pas moins de 32% des internautes qui déclarent se connecter pour accéder aux réseaux sociaux.

Le grand gagnant de ce marché très porteur est sans conteste Facebook qui totalise 70% des

connexions à des réseaux sociaux en Algérie.

Le chiffre à retenir: Facebook compte 1,2 millions de membres Algériens.

Cette nouvelle tendance de e-communication que sont les réseaux sociaux et à leur tête Facebook représente une réelle opportunité à saisir pour les entreprise algérienne dans leur stratégie de publicité sur Internet.

o. Les PUB sur Internet attisent la curiosité des internautes algériens

Les internautes Algériens sont très tentés de cliquer sur les bandeaux publicitaires qui s'affichent au cours de leurs navigations.

Contrairement aux pays développés dans lesquels internet est déjà très répandu et où l'intérêt pour ces pubs s'est émoussé, les Algériens aiment toujours découvrir de nouveaux formats et s'informer par ce biais sur de nouveaux produits, c'est ce qui ressort comme résultats en réponse à la question suivante :

p. Que pensez-vous de la pub sur Internet?

Graphique n°13 : Perceptions de la pub sur Internet

q. Publicité sur Internet, un marché en forte progression:

En Algérie, la publicité en ligne, au même titre qu'Internet, connaît une évolution positive même si le rythme de celle-ci laisse encore à désirer. L'avancée enregistrée par la publicité sur Internet à partir de 2008 est tout simplement surprenante. En effet, entre 2008 et 2009, elle a fait un bond en avant de 102% au moment où la publicité télévisuelle n'a progressé que de 2,4%. Celle de la radio, par contre, a régressé de 31%. La presse écrite et l'affichage ont eux aussi perdu du terrain avec des baisses respectives de 9,6% et 3,3% des annonces publicitaires. Le développement du réseau mondial et l'augmentation du nombre d'internautes ont été, et c'est plus qu'évident, des éléments déterminants dans la progression de la publicité en ligne. Les principales sociétés algériennes qui misent sur la publicité en ligne sont Mobilis, Alliances Assurances et Hamoud Boualem. Le premier annonceur sur le Net en Algérie est la marque Renault suivie de Nedjma Djezzy etMobilis ; « Même si les annonceurs principaux sont des multinationales, nous sentons quand même une prise de conscience de la part des annonceurs algériens quant à l'importance d'Internet en tant que support publicitaire », déclare Nassim Lounès, directeur de Med&Com, numéro un de la publicité en ligne en Algérie. Il convient de noter, d'autre part, que durant l'année 2010, la publicité sur Internet a évolué, en Algérie, de 60% par rapport à l'année précédente avec des investissements de 243 millions de dinars en 2010 contre 151 millions de dinars en 2009. Cette progression excessivement rapide s'explique par plusieurs éléments. « L'année 2010 a été marquée par deux événements sportifs majeurs, le mondial et la coupe d'Afrique. Pendant le mois du Ramadan 2010, il y a eu également de nombreuses campagnes publicitaires sur Internet », rappelle M. Lounès. Sur un autre plan, la publicité est fortement présente sur les sites de presse qui détiennent 39% de l'ensemble de la publicité algérienne sur le Net. Ces derniers sont suivis par les sites de jeunesse et de loisirs, les sites professionnels, les sites spécialisés dans le sport, les sites spécialisés dans le domaine de l'informatique et enfin le domaine de l'automobile24.

Etudes, enquêtes, chiffres et témoignages nous laissent plus qu'optimistes quand à l'avenir de l'e-communication en Algérie; mais quant est-il réellement des contraintes ?

24 N'TIC magazine, 20 janvier 2011

2. E- Algérie, les contraintes :

2.1. Le constat :

En dépit de l'effort budgétaire consenti, le développement du réseau de l'Internet reste limité en Algérie, avec un taux de pénétration relativement faible (13.6%) comparativement à certains pays du Maghreb (34.0% % pour la Tunisie et 33.0% pour le Maroc).

· Au plan de l'utilisation pratique l'Algérie reste un pays consommateur passif des technologies de l'Internet. La consommation se limite à certaines fonctions basiques à l'instar de la correspondance électronique (Mailing) et de la communication (Chat, téléphonie via Internet), la recherche d'informations via les moteurs de recherche, le téléchargement des softwares et les activités ludiques.

· Au plan du contenu local, l'Algérie est pratiquement absente du réseau mondial du Web. Avec 1400 sites dont seulement 800 sites actifs, l'Algérie accuse un retard important par rapport à certains pays (6000, 4000 et 800000 sites actifs respectivement au Maroc, en Tunisie et en France).

· L'exploitation du nom de domaine « .dz » est très limitée. Selon les statistiques du CERIST, le nombre de noms de domaines en Algérie en «.dz » est de 2380. Les lourdeurs administratives d'enregistrement des noms de domaines et la faible qualité des prestations de services (Hébergement) font que la majorité des sites Internet Algériens sont hébergés à l'étranger. En effet, 45 000 sites web Algériens sont hébergés en Europe ou en Amérique du Nord en dénomination «.com.» ou «.dz.com».

· Au plan institutionnel et économique, le développement de l'Internet est encore plus faible. D'après une étude réalisée par l'ONU, l'Algérie est aujourd'hui classée à la 131ème place en ce qui concerne l'E-administration et à la 148ème place en ce qui concerne les services en ligne.

· En dehors de quelques sites institutionnels (Ministères, agences publiques, universités, centres de recherche), rarement mis à jours et au contenu relativement modeste, il n'existe pas encore en Algérie une culture fortement établie de l'Internet. Le commerce électronique au sens large du terme y est inexistant. Notons, toutefois, l'émergence de

quelques sites Internet dédiés à l'e-recrutement et à l'e-commerce mais dont l'essor reste contrarié par l'inexistence des systèmes de paiement en ligne.

· L'Algérie accumule donc un retard important car elle reste confrontée à des contraintes majeures qui ne lui permettent pas présentement de tirer profit des avantages sociaux et économiques que confèrent l'Internet ou l'e-communication en générale. La modicité du taux de pénétration de l'Internet et la sous utilisation de cette dernière en Algérie découle de plusieurs facteurs.

2.2. Les contraintes :

L'absence d'une vision stratégique globale quant au développement des technologies de l'Internet impliquant la fixation d'objectifs clairs et le développement des sites Internet a contenu numérique local accessible.

· L'inexistence d'une industrie de contenu Internet en Algérie.

· La faiblesse relative des débits offerts qui retentissent négativement sur la qualité des connections au niveau des consommateurs finaux à l'instar des ménages, des cybercafés, des universités, des entreprises et des institutions publiques.

· Le coût relativement élevé des communications téléphoniques qui grèvent

significativement le coût des connections Internet.

· La faible croissance du réseau de téléphonie fixe et le coût encore élevé, comparativement au pouvoir d'achat, du matériel informatique.

? Quant est-il alors du plan E-Algérie 2013 ? Et bien Le projet se heurte à la réalité du terrain!

Les opérateurs spécialisés dans le domaine des TIC, regroupés en associations ou pas, avaient favorablement accueilli ce projet supposé mettre en place, et de façon durable, les bases d'une société de l'information.

E-Algérie 2013, projet fort ambitieux, couché sur un document mis au point avec minutie risque pourtant de n'avoir que le mérite des voeux pieux mais irréalisables. Les professionnels du secteur semblent avoir perdu espoir quant à la concrétisation de ce projet national pour de multiples raisons mais dont la principale est, bien évidemment, le retard accusé dans sa mise en application. Les actions prévues par ce programme devaient être palpables sur le terrain durant une période s'étalant entre les années 2009 et 2013. Or, l'étude de ce projet d'abord par le gouvernement puis par le Conseil National Economique et Social (CNES) aura nécessité toute l'année 2009. M. Ali Kahlane, président de l'AAFSI (l'Association Algérienne des Fournisseurs de Services Internet) ne cache pas sa déception quant aux changements survenus en cours de route, et dit clairement que Le projet E-Algérie 2013 a été dévoyé ! « En effet Le plan E-Algérie 2013 a été mis au point avec la participation de notre association ainsi que d'autres professionnels dont l'activité est liée au domaine des TIC.

L'élaboration d'un tel plan ne pouvait que nous réjouir. Malheureusement, les choses ne se sont pas passées comme nous le souhaitions. Après avoir été finalisé, le document a été envoyé à une institution de l'Etat pour étude et avis. Je pense que cela a retardé l'application du plan d'au moins une année. C'est vraiment dommage car le secteur des TIC ne doit souffrir d'aucun délai. D'autre part, l'étude et les avis en rapport avec ce plan ont été publiés dans le Journal Officiel alors que le document lui même n'a pas été publié. Il semblerait que certains ministères et institutions appliquent certaines actions dont la réalisation est la moins problématique du point de vue budget ou temps. En fait, j'ai peur que nous soyons quelque peu revenus à la case départ. » Déclarait M.Kahlan25.

25 N'TIC magazine « E-Algérie 2013 » ; mars 2010, pp 30

L'absence d'une structure, chargée de piloter ce plan et de s'assurer de sa mise en application, a achevé d'anéantir les derniers espoirs des opérateurs privés du secteur des TIC pour lesquels une telle entité était plus que nécessaire, « Nous aurions aimé voir créer une structure indépendante, relevant du Président de la République ou du Chef du Gouvernement, qui serait chargée de piloter et de faire le suivi de l'application du programme.>> déclarait toujours M.ALI Kahlane.

Les responsables d'entreprises et représentants d'associations professionnelles, n'ont pas caché leur frustration d'abord en raison de leur implication très limitée dans la mise au point de ce document et ensuite à cause du peu d'intérêt accordé aujourd'hui à E-Algérie 2013, projet qui devait pourtant être une priorité absolue, selon M. Mokhtar Aiad, président de l'AASSEL (l'Association Algérienne des Sociétés de Services et des Editeurs de logiciels) « E-Algérie 2013 n'a pas été pris au sérieux ! >>26.

D'un autre côté, ce programme pèche par sa richesse, à en croire les professionnels du secteur qui estiment que l'abondance de détails dans le document E-Algérie 2013 qui compte, environ 1010 points, représente un véritable handicap.

Pour les opérateurs du domaine des TIC, il aurait mieux valu avoir un projet avec peu d'objectifs mais avec des priorités précises. Il y a lieu de signaler que les associations professionnelles estiment que le Ministère de la Poste et des TIC a fait preuve de bonne volonté et a fait le nécessaire pour que ce programme soit pris au sérieux. Des efforts qui n'ont manifestement pas abouti puisque, jusqu'aujourd'hui, aucune action entrant dans le cadre de ce programme n'a été engagée. Le projet E-Algérie 2013 est censé être réalisé avec l'implication de l'ensemble des ministères et des institutions publiques. Toutefois, en l'absence d'une structure plénipotentiaire, aucune injonction ne peut être imposée aux ministères.

26 N'TIC magazine « E-Algérie 2013 >> ; mars 2010, pp 31

Conclusion

Le développement de l'Internet est en train de s'opérer en Algérie mais reste insuffisant compte tenu des besoins et des opportunités économiques en présence. Les pouvoirs publics affichent un intérêt certain pour les technologies de l'Internet mais sont loin de l'inscrire au centre des stratégies de développement économique et de la formation des citoyens de demain.

E-Algérie ou l'e- communication en Algérie, n'est pas un choix, c'est plutôt une obligation, c'est la clé pour une large ouverture de l'Algérie et des Algérien sur le monde, pour l'édification d'une société d'information et d'une économie algérienne basée sur l'innovation et capable de faire face aux enjeux la globalisation.

Nous devons être les acteurs et non pas les récepteurs passifs de ces technologies, nous devons saisir les opportunités offertes, déjouer les contraintes. Nous devons tous Etat, entreprises et citoyens, travailler ensembles pour une République Algérienne Démocratique et Numérique.

Chapitre 6 :

L'impact de l'e-communication à la national et à l'international

Introduction:

Les nouvelles technologies couplées à Internet ont contribué à l'entrée de l'économie mondiale dans l'ère numérique, elles provoquent déjà de profonds bouleversements dans les différentes économies, les sociétés, les cultures, en rendant le processus de globalisation plus rapide. L'e-communication ou précisément Internet devient aujourd'hui un enjeu majeur pour tous les acteurs de l'économie, aussi bien les entreprises que les consommateurs et l'État. L'Internet influence la plupart des déterminants macroéconomiques (croissance, investissement et emploi) et microéconomiques (Entreprises, internautes et citoyens).

On se demande donc : Quel est l'impact de ces changements dus à l'intégration d'internet ou l'e-communication en général sur l'économie Algérienne ?

Pour répondre à cette question on va d'abord voir les impacts de l'e-communication au niveau international et le changement quelle a engendré sur l'économie mondiale et les économies nationales de nombreux pays.

Par la suite on va se pencher sur le cas de l'Algérie afin d'essayer de comprendre quel pourrait être l'impact de l'e-communication sur les différents agents économiques nationaux et particulièrement les PME, objet de notre mémoire, et cela en se basant sur les deux approches d'évaluation macros et microéconomique.

I. Impact de l'e-communication à l'international :

L'avènement de l'e-communication et l'introduction des technologies de l'information et de la communication ont contribué à la naissance d'une nouvelle économie mondiale qui est l'économie du savoir, cette dernière diffère de l'ancienne par le fait qu'elle repose sur la production et de la diffusion des TIC et l'adoption de la communication électronique.

Cette nouvelle économie prospère sur le savoir et l'innovation continue. Elle privilège l'information dans l'entreprise économique et la connaissance constitue un élément important pour toute entreprise à la fois à des fins de production et de survie.

" Outre le capital humain, les réseaux d'information et de communication et les services connexes constituent une composante essentielle de l'infrastructure de cette économie ".

1. Internet accélère le processus de globalisation :

Les nouvelles technologies couplées à Internet ont un impact sur notre présence à l'internationale, car elles dessinent un nouvel espace. C'est bien un autre espace qui se crée, un espace numérique où l'on va, où l'on voyage, où l'on communique, où l'on peut créer des événements, où l'on peut chercher des opportunités d'affaire, acheter, vendre et même proposer des services divers. Il s'y pose toutes les questions qui fondent la vie en société : la loi, la propriété, le respect de la vie privée, le commerce, l'éducation... Il y naît donc aussi une nouvelle diplomatie, d'autres représentations symboliques, d'autres traités et d'autres guerres(les guerres numériques).

Comme nous l'a dit Michel Serres, « nous étions habitués à la concentration, concentration des livres dans les bibliothèques, concentration des hommes dans les villes, concentration des richesses aussi. Cette notion de concentration est remplacée par celle de distribution. » Cette distribution impose d'autres modes d'actions aux organismes conçus spécifiquement pour notre action extérieure. Tout opérateur national ou local peut aujourd'hui donner un impact international à ses projets. »

L'e-communication aujourd'hui accélère le processus de globalisation en rapprochant individus, culture pays et nations, en supprimant les frontières et en facilitant tout type d'échanges notamment d'ordre économique.

L'e-communication offre aussi aux PME la possibilité d'accroître considérablement leur capacité de développement international. En effet, les outils de commerce électronique permettent d'accéder à un marché potentiellement mondial, pour un coup relativement limité : pour E-Business watch: « beaucoup de PME sont contraintes d'étendre leur aire marché. Le commerce électronique constitue une opportunité (sinon la seule façon) d 'atteindre ce but ».

2. Webcam, visiophonie, téléconférence, vidéoconférence et l'avènement de Télétravail :

Avec la mondialisation des échanges et l'internationalisation des entreprises les besoins de communication deviennent chaque jour plus important. Par ailleurs l'accélération de l'économie est de moins en moins compatible avec les pertes de temps dues aux transports.

Les outils de l'e-communication tell que Les vidéoconférences devraient donc d'autant plus se développer avec l'arrivée du haut débit et à des couts raisonnables ouvrant ainsi de

grande opportunités au entreprises leur permettant de rentrer en contact avec leur salariés, partenaires et fournisseurs à tout moment et à partir de n'importe quel point dans le monde.

Prenant l'exemple de Renault qui a développer son projet appelé CANET dans lequel des acteurs "clés" de la conception d'une automobile (fournisseurs, ingénieurs, etc..) Coélaborent, à distance et en simultané, sur une maquette virtuelle dont la représentation est reproduite par informatique sur écran via un réseau ATM (Asynchronous Transfer Mode), les acteurs peuvent se voir, s'entendre et co-agir directement sur cet objet imaginaire, représentations de leurs interactions et " prescriptions réciproques.

4. L'Internet favorise une diversité culturelle mais la langue anglaise s'impose pour le business:

Comme Jacques Attali le souligne, Internet offre une chance aux langues rares (car il permet à faible coût l'édition de documents) et ceci est particulièrement intéressant pour les communautés dispersées à travers le monde et qui veulent conserver un lien avec leur culture et en consacrant 2 octets par caractère il est possible de transcrire tous les alphabets connus.

Par contre l'anglais s'impose sans partage comme langue universelle pour les transactions entre entreprise. Ainsi la maitrise des différents outils de l'e-communication ainsi que l'anglais s'impose pour toute entreprise souhaitant s'internationaliser.

Revenant maintenant au niveau national, quel impact a ou pourrait avoir donc l'ecommunication sur le plan macro et microéconomique ?

II. Impact de l'e-communication à la national:

1. Impact d'Internet sur le Macroéconomie :

Au niveau macroéconomique, Internet et au sens large l'e-communication représente à l'heure actuelle une part significative du PIB national et de l'emploi de nombreux pays. En outre, Internet a été un moteur de croissance et de création nette d'emplois au cours des 15 dernières années.

Une étude réalisée par MGI (McKinsey Global Institute) sur l'impact de L'Internet sur l'économie française révèle qu'en 2009, la "filière Internet" française, à elle seule, a

contribué au PIB national à hauteur de 60 milliards d'euros (soit 3,2 % du PIB) ; cette contribution s'est élevée à 72 milliards d'euros pour l'année 2010 (3,7 % du PIB) 27.

A cette contribution directe s'ajoutent les effets indirects d'Internet sur l'accroissement du PIB, qui correspondent aux 28 milliards d'euros en 200928 d'achats de biens et services qui, bien que réalisés dans les réseaux physiques de distribution, ont été facilités, préparés ou déclenchés par une recherche préalable en ligne de la part des consommateurs. Il est à noter que 75 % de la valeur ajoutée apportée au PIB français par Internet proviennent de l'usage du Web par les entreprises des secteurs traditionnels de l'économie, contre un quart pour les "pure players" du Web.

Cette étude nous donne une idée sur l'importance de l'e-communication et précisément la filière Internet qui dans le cas de l'Algérie pourrait avoir :

1.1. Une forte contribution au PIB :

Cette contribution va être à la fois directe (grâce au poids de la "filière Internet" proprement dite), mais aussi indirects dus à ses effets sur les autres secteurs de l'économie traditionnelle.

1.1.1. Une contribution directe :

Cette contribution pourrait bien être le résultat de la réalisation du plan E-Algérie, l'adoption efficace et professionnelle de l'ensemble des outils de l'e - communication par les entreprises Algériennes, le développement du nombre et du contenu des sites web proposants divers produits et services avec la poss ibilité de payement en ligne.

Elle se réalisera grâce à / au

· la consommation de biens et services achetés en ligne par les internautes algériens

· Différents achats en ligne en B to B entres entreprises privées ou publiques.

· Dépenses pour la publicité sur Internet réalisées par les différents opérateurs économiques publiques ou privés.

27,28 l'impact de L'Internet sur l'économie française, McKinsey 2009

· Investissements correspondants pour l'essentiel à des dépenses destinées à l'adaptation des entreprises aux technologies numériques, et à la création, gestion et développement des sites web.

· L'étude McKinsey révèle qu'en France par exemple la part de la filière Internet dans le PIB en 2009 est due dans les deux tiers grâce à la consommation de bien et services par les quelques 25 à 35 millions d'internautes français qui ont acheté en ligne pour la somme de 25 milliards d'euros. Ce résultat place la France derrière des pays comme l'Allemagne, les Etats-Unis ou le Royaume-Uni. Voyages-SNCF est pour l'exemple, le premier site d'e-commerce en France, avec plus de 10 millions d'acheteurs sur le site pour les 6 derniers mois de l'année 2010. Le tiers restant du PIB français attribuable à la filière Internet provient d'investissements privés, qui correspondent pour l'essentiel à des dépenses destinées à l'adaptation des entreprises françaises aux technologies numériques29.

1.1.2. Contribution indirect:

A travers ses répercussions sur d'autres filières, Internet se caractérise également par un fort impact indirect sur le PIB, au travers, par exemple, de son apport auprès de secteurs comme le commerce et la distribution grand public.

Cet effet indirect est intimement lié aux évolutions des comportements des consommateurs. Ainsi, une analyse s'appuyant sur des chiffres publiés par TNS-Soffres et la Fevad, démontre qu'en 2009, 28 milliards d'euros d'achats en magasins ou points de vente physiques en France ont été déclenchés ou facilités par une recherche préalable en ligne. Il s'agit là d'achats dits ROPO "research online purchase offline".

A ce titre, on peut noter que 53 % des internautes ont préparé leur achat en ligne avant d'acheter en magasin. Les catégories de produits affichant le coefficient de ROPO le plus élevé sont les meubles, l'habillement ou les jeux, tandis que la catégorie voyage / tourisme dispose du plus faible coefficient, démontrant la propension des Français à acheter directement sur Internet leurs billets d'avion ou leurs voyages.

29 l'impact de L'Internet sur l'économie française, McKinsey 2009

En Algérie on note la présence de sites tell que wedkniss.com et kherdja.com proposants produits et services online avec comme seule possibilités l'achat ou la réservation offline faute de payement par voie électronique.

1.2. Une part substantielle de l'emploi :

L'e-communication contribue et de manière très importante dans la création ou dans l'assistance à l'emploi. L'Algérie a beaucoup de retard sur ses voisins de l'est et de l'ouest qui sont mieux placés dans ce domaine. Le seul rattrapage de ce retard permet de générer 100.000 emplois directs et 300.000 indirects d'ici 2014. Nous n'avons pas inclus les nouveaux métiers qui sont inconnus chez nous et nous les découvrons chaque jour. Les chiffres de ce fait peuvent être que plus consistants30.

1.2.1. Impact net direct:

Le commerce électronique par exemple peut stimuler directement certaines activités, comme celles qui sont liées au secteur de l'information et aux services. Les sociétés virtuelles qui entrent sur le marché créent de nouveaux emplois, et les activités hors réseau et en ligne sont généralement entreprises simultanément tout en moins au départ. En revanche, il faut noter qu'en raison de l'effet de substitution (les activités en ligne risquent en effet de remplacer les activités traditionnelles, comme c'est le cas avec l'email). On peut raisonnablement prévoir que l'adoption du commerce électronique va compléter celle des TIC, ce qui générera une modification radicale des transactions financières ( les services financiers électroniques remplaçant les transactions traditionnelles dans une certaine mesure ) et que dans le secteur de la vente de détail, des emplois pourraient être supprimés lorsque les transactions et les prestations de services électroniques remplaceront les opérations physiques.

Le commerce électronique pourrait également créer de nouveaux marchés ou étendre les marchés existants au-delà des frontières traditionnelles. L'élargissement des marchés aura un effet positif sur l'emploi.

30 les journées nationales « Emplois et TIC, émergences de nouveaux métiers ». par Le ministère de la Poste et des TIC les 26-27 mars 2011

1.2.2. Impactes indirects sur l'emploi :

Un autre aspect important à trait à l'interconnexion entre les activités touchées par le commerce électronique. Il faut distinguer les effets directs et indirects puis les regrouper ; globalement, les effets indirects risques d'être plus importants que les effets directs. En outre, les effets indirects suivent plusieurs chemins. Les dépenses générées par les produits et services intermédiaires liés au commerce électronique vont créer indirectement des emplois, en fonction du volume de transactions électroniques et de leurs effets sur le prix, les coûts et la productivité. Selon l'élasticité des prix, les transactions électroniques auront un impact net positif sur la demande pour les secteurs comme la fabrication de logiciels, les services en ligne, l'audiovisuel, la musique et l'édition. L'expansion de ces secteurs va avoir à son tour un effet multiplicateur sur d'autres secteurs. En raison des liens intersectoriels, les possibilités de croissance des secteurs liés au commerce électronique pourraient se traduire par une croissance globale de l'emploi.

1.2.3. E-recrutement:

Le recrutement traditionnel où les candidats recherchaient les offres d'emploi dans les petites annonces ou journaux spécialisés, et postulaient ensuite par voie postale, laisse place à une nouvelle tendance qui semble plutôt bien marcher: le recrutement en ligne.

Des sites de recrutement - comme Emploi.net, Emploitic.com, Khedma.com etc. - proposent une base d'offres d'emploi accessibles directement en ligne après une recherche par mots clés. Il est aussi possible de créer des agents selon les mots clés choisis permettant de recevoir directement par courrier électronique les offres sélectionnées fraîchement mises en ligne. Bien entendu, les employeurs peuvent également déposer leurs annonces dans ces bases.

Selon la dernière étude réalisée sur l'utilisation d'Internet (Source étude Med&ComIDEATIC), le nombre des internautes a considérablement augmenté, passant de 4 500 000 en 2009 à 4 700 000 en 2010. Grâce à cette évolution, Emploitic.com a vu son audience passer de 3 416 012 visiteurs en 2009 à 4 287 827 en 2010. Le nombre d'inscrits est passé de 170 000 en 2009 à 250 000 en 2010 avec un pic record de plus de 500 000 visiteurs en octobre 201031, suite à une large campagne de communication pluri-supports. Au vu de ces chiffres,

31 www.emploitic.com

on peut tirer deux conclusions: l'accroissement de l'univers Internet et l'emploi est une préoccupation essentielle pour les internautes. Les impacts sur la RH sont énormes : retour sur les investissements mesurables et croissants, meilleure visibilité des candidats disponibles, diffusion d'une meilleure image employeur et possibilité de se concentrer sur les meilleurs profils.

2. Impact d'Internet sur le Microéconomie :

Au-delà d'une contribution macroéconomique majeure, évoquée dans la première partie, Internet peut également procurer des bénéfices tangibles aux agents économiques : entreprises, consommateurs internautes et citoyens.

2.1. Des bénéfices pour les agents économiques :

Internet peut aboutir à "créer de la valeur" pour ses usagers : qu'il s'agisse d'une rentabilité accrue ou d'une accélération du développement des entreprises ou encore du bien-être, même difficilement quantifiable, des citoyens. Internet peut se révéler alors, au-delà de son poids dans le PIB, l'emploi et la croissance comme un moteur essentiel au service des dynamiques de développement de L'Algérie.

2.1.1. Internet améliore la performance des entreprises :

Les entreprises et notamment les PME bénéficient de l'usage d'Internet à plusieurs titres : Internet permet à toutes d'améliorer leur rentabilité ; Internet apparaît de surcroît comme un accélérateur de développement pour les PME. Il a été observé en effet une double corrélation entre l'intensité de l'usage des technologies Internet par les PME, d'une part, et leur rythme de croissance, ainsi que leur capacité d'export, d'autre part.

a. Internet, outil de veille stratégique :

Il est généralement admis qu'Internet, à travers ses multiples fonctions est une gigantesque base de données. A ce titre, il est devenu un outil privilégié pour la veille stratégique des entreprises de toute taille y compris les PME/PMI. Lesca et Castagnos, (2000), définissent la

veille stratégique comme le "processus volontariste par lequel l'entreprise (ou une partie de celle-ci) traque et assimile des fonctions à caractère anticipatif concernant les changements de son environnement socio-économique, dans le but de se créer des opportunités d'affaires, de réduire ses risques liés à l'incertitude, et d'agir vite et au bon moment".

Internet représente un enjeu majeur pour la veille stratégique ou l'intelligence économique. Grâce au moteur de recherche, il devient beaucoup plus facile de se tenir informer des évolutions de la concurrence. En plus des présences dans les salons, les foires et les revues spécialisées peuvent être avantageusement complétés, sinon remplacés par une recherche périodique sur Internet.

Mais, Internet permet plus que cela avec le développement des agents intelligents, il est possible de faire une recherche automatique sur les sites des concurrents ou sur ceux des organisations professionnelles. L'information est ainsi détectée "en temps réel" et avec peu d'effort une fois programmée, l'agent peut passer ses nuits à surfer sur la toile pour trouver les informations désirées.

Il devient ainsi facile de mettre à jour les informations sur la concurrence et de connaître les informations qui circulent sur votre propre entreprise.

b. Internet dans l'entreprise, des avantages décisifs pour le professionnel : > Gagner facilement du temps:

· Transmettre différente données (texte, image, son, vidéo) de façon instantanée et immédiatement exploitable.

· Envoyer un même message à une liste de destinataire.

· Mener des réunions à distance.

· Travailler en réseau sur les projets.

> Trouver l'information :

· Faire de la veille.

· Développer la recherche.

· Dialoguer avec des spécialistes.

. Accomplir les démarches à distance. . Se former à distance.

> Améliorer sa présence sur le marché :

· L'image dynamique d'une entreprise forte,

· Le site Web : carte de visite et catalogue.

> Dynamiser la relation directe avec le client:

· Un dialogue souple et direct,

· Une nouvelle fidélisation par un marketing interactif,

· Des services supplémentaires personnalisés (commande, SAV...).

> Gagner de nouveaux marchés:

· Prospecter,

· Etudier la concurrence,

· Trouver de nouveaux partenaires,

· Vendre par le commerce électronique,

· Gagner l'export.

> Valoriser l'information et les compétences :

· Constitution d'une base de données consultées et enrichies à distance,

· Accroître l'autonomie de ses collaborateurs,

· Recruter

c. Internet permet aux entreprises de réaliser des gains de rentabilité :

L'utilisation de l'e-communication dans les entreprises algériennes et particulièrement les PME est en mesure d'accroitre leur rentabilité, grâce à l'amélioration de leur chiffre d'affaires et à la réduction de coûts.

Exemple : L'entreprise peut améliorer leur chiffre d'affaires par:

1' Le recrutement de nouveaux clients grâce à des compagnes d'emailing ou en ayant l'accès toujours, à de nouveaux clients (dans de nouvelles zones géographiques et sur de nouveaux segments).

1' La réduction de coûts, via la réduction du coût des approvisionnements et la réduction des dépenses marketing.

Dans les enquêtes réalisée par McKinsey Global Institute: les entreprises françaises déclarent qu'Internet leur a permis de réaliser 15 % de gains de rentabilité en moyenne. Au cours de la seule période 2008-2009 alors même que l'économie française se contractait de 40 milliards d'euros Internet a permis une amélioration de la rentabilité des entreprises de 15 milliards d'euros.

d. Internet constitue un accélérateur de développement pour les PME :

Le rôle des PME dans la dynamique de croissance d'une économie et dans l'emploi est bien connu. Aux Etats-Unis par exemple, plus de 50 % de l'emploi est lié aux entreprises de moins de 500 personnes. Dans les pays européens, les PME représentent 67 % des emplois et environ 60 % de la contribution au PIB, selon Eurostat. Par ailleurs, cette importance va croitre : au cours de la période 2002-2008, toujours selon les données d'Eurostat, le chiffre d'affaires des PME a crû de près de 4,2 % par an soit une croissance 10 % plus rapide que celle des grandes entreprises tandis que l'emploi y progressait de 2 %, contre 0,8 % pour les grandes entreprises.

L'impact d'Internet sur cette catégorie spécifique d'entreprises était pourtant resté largement inexploré. C'est pour cette raison que McKinsey a mené en décembre 2010 une enquête auprès des PME françaises, destinée à évaluer l'impact d'Internet sur leur performance présente et future. Cette enquête confirme que les principaux facteurs de création de valeur d'Internet, valables pour l'ensemble des entreprises, le sont aussi pour les PME.

Il en ressort que les PME considèrent qu'Internet a permis d'améliorer leur performance économique de près de 15 % en moyenne, décomposés en 8 % d'augmentation de leurs revenus, et 7 % de réduction de coûts.

Internet a également permis aux PME de créer des emplois.

Outre la création d'emplois, les chiffres de l'enquête ont démontré que les investissements réalisés dans les technologies Internet sont rentables. Ainsi, pour chaque euro dépensé dans le marketing en ligne par les PME en 2010, un retour sur investissement de 2,5 euro était attendu. De la

même manière, un investissement d'un euro dans la création d'un site Internet facilitant la commande ou la vente en ligne permettait de doubler la mise, avec un rendement de 200 %. Cet apport concerne aujourd'hui 47 % des PME qui se sont dotées d'un site Web, et 20 % d'un site avec des fonctionnalités de vente en ligne (pour les PME "à forte intensité Web", ces deux données passent respectivement à 93 % et 42 %).

Mais surtout, l'enquête démontre qu'Internet est un véritable levier de croissance pour les PME. En effet, les entreprises ayant fortement investi dans les technologies du Web ont tendance à croître plus rapidement que les autres, et plus que la moyenne de leur secteur, ainsi qu'à exporter davantage.

D'après l'enquête qu'on a réalisé auprès d'un échantillon représentatif des PME algériennes et qui figure dans la partie pratique de notre mémoire, et en réponse à la question « Internet apporte-elle une valeur ajoutée à votre entreprise ?" 91% déclarent que oui, Internet apporte une valeur ajoutée à leur entreprise, ce qui nous laisse penser qu'Internet exerce déjà un impact positif sur nos PME, et pourrait devenir un facteur de croissance incontournable pour ces PME si il y'aura un fort investissement par ses mêmes entreprises dans les technologies Web.

e. Les entreprises qui ont fortement investi dans les technologies du Web connaissent une croissance plus rapide que les autres.

Les entreprises "à forte intensité Web" auront la possibilité de croitre plus vite que la moyenne de leur secteur quel qu'il soit, car les technologies que leur offre le web leur permet d'être plus modernes, plus compétitives et toujours en interactivité avec leurs clients pour une meilleure satisfaction de leurs attentes.

f. Les entreprises qui ont fortement investi dans les technologies du Web ont une présence accrue à l'international.

En effet, les entreprises qui adoptent et de manière efficace l'Internet, auront lapossibilité d'exporter et de s'ouvrir à des nouvelles opportunités d'affaires à l'international, car des outils de l'e-communication comme le VOIP, les vidéoconférences, l'e-mail, ou le site web rapproche l'entreprise des acteurs économiques étrangers en leur facilitant les échanges d'informations tell que le profil de l'entreprise, la

nature et la qualités de produits...etc.

2.1.2. Impact de l'e-communication sur l'internaute :

Les Algériens sont des grands consommateurs d'Internet, ils sont 66,7% à se connecter plusieurs fois par jour, 40% d'entre eux allant jusqu'à se connecter plus de 20 heures par semaine, pour ces internautes des activités comme lire le journal; regarder un film, discuter avec des amis, ou se former se font aujourd'hui sur le web.

Ils sont 25.5% à se connecter pour lire des annonces (emploi, immobilier) et 13% pour le business et le partenariat. L'e-communication provoque déjà des changements dans le comportement des Algériens qui sollicitent de plus en plus les services proposés par des sites comme Kherdja.com ou olxalgerie.com, ouedkniss.com....

IL est à noter que les internautes algériens découvrent des nouveaux métiers, ce qui entraine l'ouverture de nouvelles filières d'études qui leur sont dédiées, ou bien elle tend à être progressivement reconnu officiellement par le gouvernement. Exemple pour les métiers du web (E-business, E-management, E-marketing, E-Learning, E-recrutement, webdesigner, webmaster, infographiste, graphiste etc.), ce n'est que depuis quelques années que les formations existent réellement dans ce domaine.

2.1.3. Internet participe au bien-être du citoyen :

En matière de performance et de développement, il existe des dimensions que les indicateurs économiques traditionnels peinent à appréhender. Parmi ces bénéfices difficilement mesurables, certains sont pourtant favorisés par Internet.

En 2009, la Commission sur la mesure de la performance économique et du progrès social, réunissant notamment Joseph E. Stiglitz, Amartya Sen et Jean-Paul Fitoussi, avait développé une réflexion sur "les moyens d'échapper à une approche trop quantitative, trop comptable de la mesure de nos performances collectives" et répertorié notamment huit dimensions à prendre en considération pour évaluer le bien-être de chacun : les conditions de vie matérielles, la santé, l'éducation, les activités personnelles, la participation à la vie politique, les liens et rapports sociaux, l'environnement et la sécurité. Par définition, ces dimensions sont difficilement quantifiables mais, en observant l'impact d'Internet sur quelques- unes d'entre-elles, on perçoit aisément comment, au quotidien, Internet a pu apporter une contribution positive au bien-être des individus.

· Conditions de vie matérielles : Il est avéré qu'Internet facilite, par exemple, la recherche d'un emploi. Elle est entrain de s'imposer comme l'outil privilégié pour trouver un travail, ce qui explique l'engouement grandissant pour des sites de recrutement comme Emploitic.com qui compte 250000 inscrits en 2010. Internet est de plus en plus considéré comme un moyen de recherche très efficace qui permet aux candidats à l'emploi d'économiser et le temps et leur énergie. Autre avantage : les employeurs bénéficient avec Internet de services performants pour mieux gérer leurs recrutements, avec pour résultat de diviser par trois la durée moyenne d'un recrutement. Une plus grande fluidité dans la rencontre entre l'offre et la demande d'emploi constitue un exemple patent de la manière dont Internet peut améliorer les conditions de vie matérielles.

· Santé : Internet facilite l'accès à l'information sur la santé par les patients, permet de gagner en efficacité dans le partage d'informations entre professionnels de santé, et de développer de nouveaux types de soins et de surveillance comme, par exemple, le suivi de patients cardiaques à distance, on peut citer docteurclic.com ou doctissimo.fr

· Education : La diffusion du savoir et la performance des élèves peuvent être améliorées grâce aux nouveaux modes d'enseignement autorisés par Internet, au niveau scolaire (création d'espaces numériques de travail destinés à l'ensemble des intervenants, introduction de nouveaux outils de validation des acquis) comme universitaire (nouveaux outils numériques de diffusion des connaissances pour en faciliter l'accès et développer l'enseignement à distance). Ces éléments illustrent la capacité d'Internet à réduire les coûts d'accès à ce que John Rawls définit, dans sa Théorie de la Justice, comme les "biens primaires" du citoyen (santé, éducation, etc.). Pour peu que la "fracture numérique" soit réduite localement, Internet agit donc comme un facteur d'équité, des sites comme : anglaisfacile.com ou marketingetudiant.fr ou des groupes sur Facebook comme ensemble pour la plus grande bibliothèque numérique d'Algérie en est le parfait témoin.

· Liens et rapports sociaux : La forte augmentation du nombre de blogs et le développement exponentiel des réseaux sociaux permettent aux internautes aussi bien de participer davantage au débat politique que de rester connectés entre eux. Ainsi Facebook compte 1.2 millions membres algériens, un nombre qui augmente rapidement .beaucoup sont membres de groupes, ex : envoyés spéciaux algériens nouveau phénomène de la bulle DZ et nouvelles stras de l'information sur Facebook.

Conclusion:

Notre recherche invite à reconsidérer l'impact l'e-communication ou Internet sur l'économie Algérienne et notamment à prendre en compte toutes ses dimensions de création de valeur. Au vu de l'importante contribution au PIB et à la croissance passée et future que génère, de manière directe et indirecte, il apparaît désormais indispensable de l'appréhender non pas uniquement comme un secteur, mais comme une filière à part entière. Au-delà des chiffres, Internet, on l'a souligné, est également un facteur de modernisation et de progrès, dont les effets se font ressentir sur l'économie comme sur la société. Le développement et la pérennisation de cette filière ne pourront néanmoins se faire sans l'appui des pouvoirs publics. C'est en mettant en place une politique de filière adaptée que l'Algérie pourra tirer le meilleur parti du développement d'Internet sur son territoire, avec des effets bénéfiques pour son économie, pour ses entreprises et pour ses citoyens.

Nous avons pris des exemples de développement éprouvées dans d'autres pays comme la France, et dont l'Algérie pourrait s'inspirer. A travers ces exemples, deux grands modèles d'intervention se dessinent. L'un vise à renforcer l'infrastructure et à développer l'usage d'Internet dans notre pays, avec un effort particulier sur les PME dont il ressort clairement, compte tenu de leur poids dans notre économie, qu'elles sont clés dans cette équation. L'autre vise à appuyer l'environnement productif en apportant un soutien actif aux facteurs clés de réussite. Dans tous les cas, c'est à la condition d'une volonté d'action claire et de la mise en place de mesures concrètes que l'Algérie pourra exploiter pleinement son "potentiel numérique" et en récolter les fruits.

Deuxième partie : Partie pratique

Chapitre 7 :

L'adoption de la stratégie e-communication dans les PME Algériennes

I. Présentation:

Etude empirique sur la réalité d'adoption d'une stratégie e-communication par les PME algériennes :

1. Objectifs de l'étude :

Etant donné l'absence en Algérie d'études consacrées à l'e-communication des PME, notre recherche se positionne comme une réflexion qui amorce peut être, la construction d'une stratégie de communication sur Internet pour ces entreprises. Notre étude se veut donc comme une étude exploratoire qui met en relief une vue d'ensemble sur la réalité d'adoption ou pas de ce nouveau mode de communication par nos PME.

2. Méthode de collecte des informations:

L'étude a été menée auprès des PME dont le siège social est situé en Algérie. Nous avons constitué au préalable un échantillon de 650 entreprises, par la suite nous avons volontairement éliminé les filiales afin de faire disparaître les comportements d'usage qui pourraient être guidés par les maisons mères, ou les entreprises de plus de 500 salariés. Nous avons également exclu de notre échantillon les entreprises qui ne possèdent pas une adresse e-mail.

L'échantillon d'entreprises contactées à été constitué à l'aide de : « l'annuaire des professionnels - Les Page Maghreb - », annuaire économique Algérien.

Au final nous avons réussi à ressortir avec un échantillon de 390 entreprises qui opèrent dans différents secteurs, en choisissant 30 entreprises de chacun des 13 domaines d'activités suivants : - Agriculture, Agroalimentaire - BTPH, Immobilier, Mat.de construction - Chimie, Cosmétique - Média, Edition - Electronique, Télécom, Informatique - Tourisme, Artisanat - Industrie divers de Transformation - Mécanique, Automobile - Santé, Matériel Médical - Mobilier, Equipements Bureaux - Sidérurgie, Métallurgie, Equipement Industrielle - Transport -Formation - Autre -).

Les 390 entreprises ont été contactées entre Mai et Juin 2011 utilisant le logiciel d'enquête en ligne « enquetefacile.com ». Notre questionnaire était composé de questions fermées et de questions ouvertes afin de collecter le maximum d'informations (qualitatives & quantitatives)

Pour répondre au mieux à notre objectif, nous avons structuré notre questionnaire autour des thèmes suivants :

1- L'importance accordée à l'internet dans les PME Algériennes ?

2- Comment trouve-t-elle- sa place dans l'organisation de l'entreprise ?

3- Les contraintes qui entravent l'utilisation de l'internet dans ces entreprises.

4- Leur intention d'adopter ou non une stratégie d'e-communication ainsi que ses différents outils.

II. Les Résultats d'enquête :

1. Qui sont nos répondants ?

Parmi 390 questionnaires envoyés, 371 ont été remis dont 153 finalisés.

Nos répondants représentent donc 153 PME algériennes qui opèrent dans 13 domaines d'activités, ce qui représente environ 40% de l'ensemble de l'échantillon qui est de 390. Ce qui est statistiquement significatif.

Du conventionnel au numérique, l'e-communication mode de vie moderne des Entreprises

2. Ces PME, à quel secteur d'activité appartiennent-elles?

4%

4% Sidéruregie, Metallurgie,
Equipment industriel

6% Mobilier, Equipment Bureaux

6%Santé, Materiel

medical

8%Mécanique, Automobil

5% Industries divers de Transformation

Graphique n°14: Répartition par

D'après les réponses obtenues, les PME se répartissent entre les 13 d'activité selon les pourcentages suivants :

> Elles sont 15% à appartenir au secteur agriculture, agroalimentaire.

> 10% à appartenir au secteur BTP, immobilier et matériaux de construction.

> 10% à appartenir au secteur média, édition.

> 7% à appartenir au secteur chimie cosmétique, les autres, elles appartiennent au 9 secteurs restants selon les pourcentages décrits ci -dessus.

Juin 2011

3. Que nous disent- elles ?

3.1. Sur l eur utilisation d'Internet ?

88% des entreprises interrogées, c'est-à-dire 135, nous ont déclaré qu'ils utilisent Internet, par contre elles sont 12% à avouer le contraire.

12% Non

 
 

88% Oui

 

Graphique n° 15: Utilisation d'Internet par les PME interrogées
3.2. Sur la finalité ou la raison de leur utilisation d'Internet ?

Parmi les entreprises qui utilisent l'Internet (les 135), 92% d'entre elles l'utilisent pour le Business et 60% toujours des 135 l'utilisent pour le personnel.

100

80

60

40

20

0

92%

60%

Pour le Business Pour le Personnel

Graphique n° 16: Raisons d'utilisation d'Internet

4. Internet apporte- elle une valeur ajoutée à ces entreprises ?

Pas moins de 91% des entreprises utilisatrices d'Internet avouent que cette dernière leur

elles sont à peine

apporte une valeur ajoutée. Par contre 9% à déclarer le contraire.

 

9%

Non

 
 
 

91% Oui

 

Graphique n° 17: La valeur ajoutée qu'apporte Internet au PME

5. Ces PME, ont-elles une stratégie e-communication?

Un peu plus de la moitié (52%) de l'ensemble des entreprises interrogées déclarent ne pas avoir une stratégie e-communication, ce qui est très pertinent.

 
 

41% Oui

 

59% Non

Graphique n° 18: Adoption de la stratégie e-communication par les PME

6. Les entreprises qui disposent d'une stratégie e-communication, à quoi leur sertelle au juste?

Parmi les entreprises qui disposent d'une stratégie e - communication, 76% d'entre elles

l'utilisent pour la recherche d'information, et elles sont 61% à l'utiliser pour la publicité, Viennent en dernier le e-commerce et demeurer compétitif avec (26% ,15 %) respectivement, comme il est bien démontré dans le graphique ci -dessous :

80

70

60

50

40

30

20

10

0

76%

61%

26%

15%

Recherche La Publicité pour Le E-commerce Demeurer

d'Information vos produits ou compétitif
votre entreprise

Graphique n° 19: Intérêt de l'usage de la stratégie e-communication

7. Combien sont-elles à

disposer d'un site web?

L'étude démontre que la grande majorité des entreprises interrogées ne possèdent pas un site web 62% environ, dont certaines prévoient le créer prochainement.

38% Oui

23% Non

39% Non, mais prévu

62%

Graphique n° 20: Disposition d'un site web par les PME interrogées

8. Quelles sont les fonctionnalités proposées par ces sites?

Nous remarquons que la plupart de ces sites web proposent des catalogues de produits en ligne (82%).

Ils sont aussi 53% à faciliter la prise de commande en ligne .vient par la suite ceux qui permettent la vente en ligne 24%. Par contre les entreprises qui déclarent proposer des services de vente et de paiement en ligne grâce à leurs sites, ne sont que 9%.

82%

53%

24%

9%

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0

Catalogue en ligne Prise de

commande en
ligne

Vente en ligne Vente et paiement

en ligne

Graphique n° 21: Les fonctionnalités des sites web

9. Nos entreprises utilisent-t-elles les technologies qu'offre le Web 2.0 ou prévoient-elles les utiliser?

Les résultats obtenus, démontrent une faible utilisation des technologies de web 2.0 par les entreprises . La technologie la plus utilisé est l'e-mailing avec 33%, vient par la suite les bannières publicitaires et le Tchat avec 21% et 12% respectivement. Par contre les Blog, Forum, Réseau sociaux et les Podcast leurs utilisations ne dépassent pas le 8%.

Notant qu'environ la moitié des entreprises interrogées prévoient d 'utiliser les technologies web 2.0 dans l'avenir.

Du conventionnel au numérique, l'e- communication mode de vie moderne des Entreprises (Cas PME Algériennes)

E-mailing

Banière publicitaire

Tchat

Blog

Forum

Réseau sociaux

Podcast

33%

31%

36%

21%

34%

45%

12%

40%

48%

5%

43%

52%

6%

38%

56%

8%

34%

58%

42%

57%

Oui

Non

Non, mais prévu

0% 20% 40% 60% 80% 100%

Graphique n° 22: Utilisations des technologies web 2.0

10. Parmi les entreprises ne disposants pas d'un site web, quelles sont les raisons ?

avancées par ces dernières

Elles ne sont pas moins des trois quarts, environ 76% à ignorer les opportunités que peut offrir un site web.

Elles sont aussi 72% à avancer la raison de coût de conception et de gestion de site et 70% à avouer qu'il y a un manque de compétences internes et externes susceptibles de les accompagner dans leur projet de création de site web.

72%

80

70

60

50

40

30

20

10

0

76%

70%

4%

Le cout de conception et de Méconnaissance des Manque de compétence Autre

gestion de site opportunitésque peut offrir internes ou externes pour

un site web accompagner votre projet de

creation de site web

Graphique n° 23: Raisons de non disposition de site web

11. Les PME, objets de notre étude, sont-elles intéressées par les services d'une entreprise qui les accompagnera dans l'établissement de leur stratégie de communication sur internet ?

OUI, elles sont dans leur grande majorité 73% à être intéressées par les services d'une entreprise, à laquelle elles pourr aient confier l'élaboration de leurs stratégie de communication on line.

27% Non

 
 

73% Oui

 

Graphique n° 24: Intérêt des PME pour un accompagnement dans l'élaboration de leur -communication

stratégie e

12. Analyse :

Les PME ayant répondu s à notre questionnaire ont, pour la plupart d'entre elles une connexion Internet, ce qui démontre peut être une pénétration grandissante de cette dernière dans nos entreprises.

La majorité de ces PME reconnaissent la valeur ajoutée qu'Internet peut leur apporter, mais malgré ça, plus que la moitié d'entre elles, ne possèdent pas une stratégie e-communication, et celles qui déclarent le contraire et bien elles l'utilisent beaucoup plus pour la recherche d'information que pour l'e - commerce ou pour demeurer compétitives. Nos PME visiblement ne profitent pas encore des grandes opportunités qu'une bonne stratégie e-communication peut leur offrir.

Un autre fait marquant vient réconforter notre première analyse, c'est que 62% de ces entreprises ne disposent pas d'un site web, et pour celles qui ont déjà des sites, la plupart d'entre eux proposent seulement des catalogues en ligne. L'une des plus grandes raisons

avancées c'est justement les méconnaissances des avantages ou les opportunités que ces sites peuvent leurs apporter. Autre raison et pas des moindres, c'est bel et bien l'absence de compétences internes ou externes pour les accompagner dans cette démarche.

Pour les compétences internes on peut admettre le fait que pour certaines PME à faible budget, il leur sera difficile de recruter un web master responsable de développement, maintenances et mise à jour de leurs sites web. Mais pour l'absence de compétences externes là, on est en mesure de se demander si les agences de communications qui activent ici en Algérie arrivent-elles vraiment à satisfaire les attentes de ces entreprises ou pas ?! Et bien manifestement et selon 70% des entreprises interrogées la réponse c'est non!

Le niveau d'adoption des technologies web 2.0 (E-mailing, bannière publicitaire, tchat, blog, forum, reseau sociaux, podcast) est encore faible, mais la majorité des entreprises prévoient de les utiliser dans l'avenir.

Par contre un résultat très pertinent vient conclure notre enquête, c'est le fait qu'une grande majorité des PME interrogées 73%, sont intéressée par les services d'une entreprises qui les accompagnera dans l'élaboration d'une stratégie de communication sur Internet.

13.Conclusion :

> « Les PME en Algérie sont intéressées mais pas actrices de l'e-communication. »

> Les entreprises Algériennes ont besoin d'accompagnement pour l'élaboration de leur stratégie e-communication, et pour cette raison on a pensé à créer une entreprise qui aide ces PME pour bénéficier des potentialités de l'internet ?

Chapitre 8 :

Création d'une agence de communication

1. Comment on a eu l'idée de création de notre agence de communication « e.com » ?

Durant la première partie de notre recherche nous avons voulu jeter la lumière sur la communication électronique, ce mode de vie moderne des entreprises. On a essayé de la définir, de voir ces outils, de comprendre ce passage qui se fait vers cette nouvelle forme de communication et la manière dont il évolue. On a vu aussi ces impactes.

Nos PME sont alors devant un dilemme de taille, ou bien rester passives et subir alors toutes les influences de cette révolution qui est l'e-communication avec ses opportunités et ses risques ou bien devenir actrices afin de tirer tous les avantages possibles et là, elles devraient donc élaborer une réelle stratégie de communication sur Internet, car on ne peut pas se contenter de mettre en ligne un site web et espérer en retour de nombreux contacts.

C'est bien plus compliqué que cela.

Nous avons procéder alors à une enquête sur la réalité d'adoption d'une stratégie e-communication par nos PME et on a pu ressortir avec un résultat très pertinent:

« Les PME algériennes sont intéressée mais pas actrices de l'e-communication I »

Cette enquête montre bien que nos PME ont pris conscience du phénomène et de leur retard en matière de stratégie de communication par le web. Cependant, elles hésitent à franchir le pas seule et préfèreraient se faire accompagner dans la mise en place d'une telle stratégie.

Et voila qu'on a eu l'idée de créer notre propre agence de communication, sa mission s'articule autours de la question suivante :

? Quelle stratégie de communication sur internet pour Nos petites et moyennes

entreprises ?

Pour une entreprise, communiquer sur Internet lui permet d'étendre sa zone de chalandise et d'être en contact direct avec ses consommateurs. Car c'est bien ici que ce situe le véritable enjeu d'une telle communication. L'entreprise doit comprendre les attentes du consommateur avant sa rencontre avec l'entreprise via le web, son attente pendant leur rencontre et enfin le bénéfice de cette rencontre.

2. Notre site web « e.com » :

Notre agence qu'on lui a choisi le nom d' e. com va se faire connaitre auprès de sa

cible qui est l'entreprise algérienne et particulièrement la PME grâce à son site web.

Notre site, très attractif et qu'on a habillé avec deux couleurs, celle de la communication (l'orange) et celle de l'intelligence(le gris) va donc présenter à notre cible les outils qui lui permettent d'interagir avec ses clients finaux ou ses simples prospects. De plus, ces outils vont lui servir pour apporter différemment de l'information sur son activité en bénéficiant d'une image plus attractive et moderne tout en économisant sur des budgets de communication autrement plus conséquents sur les autres médias avec des avantages bien mis en avant en termes de ciblages.

3. Voici alors nos offres en matière de communication sur Internet:

Partons du principe qu'un entrepreneur souhaite communiquer sur Internet, qu'est ce qu'on va lui proposer? Quelle stratégie de communication on peut lui conseiller ? Quels sont les outils du web 2.0 qui répondent le mieux à ses attentes ?

3.1. Préconisation classique : Le site web, la clé de voute d'une e-communication efficace :

Une entreprise souhaitant communiquer sur Internet doit obligatoirement proposer un site web expliquant sa mission, son histoire, ses activités et surtout ses produits et services.

Rappellent que la communication d'une entreprise sur le web est vue par 5 types de lecteurs :

> Les prospects : « le site doit inciter à prendre contact avec l'entreprise ».

> Les consommateurs : le site les tiens informer de l'évolution de l'entreprise. > Les clients : le site contribue à la relation commerciale.

> Les partenaires

> Les communautés : généralement un groupe de prospects ou clients.

Pour A.d'Iribarne et R. Tchobanian32 les fonctionnalités d'un site web sont ' destinées à traduire, dans une première perspective concurrentielle, la nature de la relation plus ou moins interactive que la PME veut avoir avec sa cible. »

A cet effet, ils ont ' retenu trois types classiques de fonctionnalités : ·

v' Les fonctionnalités informationnelles : concernent les sites qui sont essentiellement émetteurs d'information (quel que soit le contenu de ces informations).

·

v' Les fonctionnalités relationnelle signifient que le site diffuse des informations et qu'il permet aussi des échanges bidirectionnels; les fonctionnalités relationnelles bidirectionnelles concernent les sites qui donnent aussi une place réelle à la réception de messages venant des internautes (sous forme de mail, de formulaires...).

v' Les fonctionnalités transactionnelles concernent les sites qui permettent en outre des activités de coordination entre l'entreprise et les utilisateurs de son site : commande en ligne, réservation, suivi de production en temps direct, intervention sur des dossiers individuels techniques ou de gestion.

Ils notent d'ailleurs que ces trois fonctionnalités peuvent se cumuler pour une communication plus efficace.

3.2.Faire connaitre le site:

En plus de créer son site on va proposer à notre entrepreneur de le faire connaitre une fois mis en ligne auprès des moteurs de recherche, ainsi que des annuaires, c'est ce qu'on appel un « référencement ».

La majorité des PME offre des produits et services globalement standard et ne se démarquent

32 d'IRIBARNE, A. TCHOBANIAN, R. (2003, Mai). PME et TIC : quels sites web pour quelle PME ? Récupéré sur :

http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=RES&ID_NUMPUBLIE=RES_121&ID_ARTICLE=RES_121_ 0145

que par leur localisation et leur prix, elles ne possèdent donc pas une identité de marque forte. Le choix des mots clés doit se faire sur le type de produit ou de service qu'elles vendent et non sur l'entreprise elle-même, pour être référencée sur la première page des moteurs de recherche.

Il faut noter aussi que les moteurs de recherches << privilégient les sites qui vivent en publiant des nouveaux contenus ou en mettant à jour les anciens. » Le contenu du site doit donc évoluer régulièrement afin de toujours apparaitre en tête de ces moteurs.

3.3.Préconisation pour une communication meilleure et de long terme :

Une communication de long terme sur le web ne s'improvise pas, elle doit être réfléchie aussi bien au niveau stratégique qu'opérationnel.

Les outils utilisés doivent donc faire parti intégrante de cette réflexion, ainsi que le contenu et le message qu'ils serviront à délivrer.

Une fois le site mis en ligne convenablement, l'entreprise peut donc sélectionner, en fonction

de sa stratégie, les outils dits du << web 2.0 », c'est-à-dire les outils collaboratifs par lesquels elle va communiquer sur du long terme.

Parmi les différents outils qu'on va lui offrir on distinguera : 3.3.1. Outils s'intégrant au site:

Ceux s'intégrant au site comme :

> les flux RSS, qui permettent aux visiteurs ou habitués du site de bénéficier rapidement des dernières informations.

> Le blog, qui doit proposer des billets informatifs ne traitant pas directement des produits et services de l'entreprise mais de sujets touchant de près ou de loin à son activité. Par exemple, une entreprise spécialiste en énergie solaire et produisant des panneaux ; proposera un blog parlant du développement durable.

> Le forum pourrait être intégré sur le site de l'entreprise, cependant cet outils est à double tranchant, les personnes satisfaites des produits ou services proposés par l'entreprise l'exprimerons haut et fort, mais les mécontentes aussi... Il convient donc plus de faire un travail de veille sur les forums, ayant pour thème le domaine d'activité de l'entreprise, afin de pouvoir réagir directement avec une communication adaptée en cas de mauvaises publicités faites par un client mécontent ou un concurrent indélicat

> Newsletter, qui est une lettre d'information sur l'entreprise qui permet de tenir ses clients au courant de toute son actualité.

3.3.2. Outils qui sont externes au site: Ceux qui sont externes au site comme :

> Le Buzz, ou la vidéo en ligne (en plus de son hébergement sur un site de partage de vidéos pour créer un lien entrant)

> Liens sponsorisés, qui sont en mesure de générer un trafic sur le site de l'entreprise intéressé par cet outil une fois le lien qu'il lui corresponde est cliqué dessus.

> Publicité en ligne via des images animées cliquables qui vont attiser la curiosité du consommateur algérien qui sera tenter de cliqué sur ses images afin d'accéder directement au site de l'entreprise.

> Stratégie E-mailing, voila un outil efficace afin d'atteindre de manière très précise sa cible via un e-mail sur les produits ou les services de la société, sur son actualité et ses actions de promotions.

Notre agence va proposer aux entreprises l'assistance dans l'élaboration de leurs identités visuelles ainsi que la refonte, la maintenance ou la mise à jour de leurs sites web déjà existants.

3.4.Notre offre spéciale :

Le PACK ANSEJ

Oui nous pensons à nos jeunes entrepreneurs de l'ANSEJ. Ils sont ambitieux et ils veulent profiter empalement des nouvelles mesures incitatives que notre état leurs propose; mais l'ambition à elle seule ne peut pas suffire, Nous leurs proposant alors notre pack ANSEJ afin d'optimiser la probabilité de réussite de leurs projets, pour que ses derniers soient visibles, accessibles et viables, pour qu'ils soient connus par leurs clients ou leurs prospects, pour que tous simplement ne tombent pas dans l'oubli.

Une stratégie e-communication efficace leurs sera dédiée et cela à un prix choc !!!

Conclusion Générale :

La dimension méthodologique de notre démarche intègre une vision globale sur la communication électronique, mode de vie moderne des entreprises. Pour présenter cela nous avons développé notre étude en six chapitres pour aboutir par la suite sur un modèle de questionnement sur la réalité d'adoption ou non de l'e-communication par nos PME, les résultats obtenus nous ont servi comme une base d'analyse, ce qui nous a permis par la suite de suggérer un modèle de stratégie de communication sur Internet qui conviendrait le mieux au attentes de ces entreprises.

En effet, nous avons choisi d'introduit notre recherche par une présentation des deux communications conventionnelle et électronique ainsi que leurs différents outils. Par la suite nous avons cherché à établir une comparaison entre les deux, ce qui nous a permis de voir que chacune de ces communications recèle des avantages et des limites. Cependant on a compris que l'e-communication est grâce à Internet, se positionne comme le média multimédia par excellence, car elle seule peut regrouper un grand nombre des supports de la communication conventionnelle comme la télévision, la radio ou la presse écrite, ce qui lui permet d'assurer une communication de masse ainsi qu'une communication individualisée.

On s'est demandé alors comment se fait le passage de la communication conventionnelle à la communication numérique, et on a soulevé la problématique suivante :

Est- ce que l'e-communication est en mesure de se substituée à la communication conventionnelle ?

Apres une analyse profonde, on a compris que l'e-communication ne peut pas se substituer à la communication conventionnelle et que les deux sont plutôt complémentaires.

Dans les deux derniers chapitres de la première partie on a abordé la question d'une EAlgérie, ses opportunités, ses contraintes, ainsi que les impacts de l'e-communication sur le plan macro et microéconomique.

Voila comment une telle démarche nous a conduit à la question suivante : Quelle stratégie e-communication pour les PME algériennes ?

Nous avons réalisée une enquête, établi des recommandations, mais surtout on a eu l'idée de créer notre propre entreprise qui va aider ces PME dans l'élaboration de leur stratégie de communication via le Web.

Durant la réalisation de notre mémoire nous avons soulevé une problématique, traité une question, élaboré une stratégie, mais avant tout on a pu faire le tour d'un phénomène « l'e-communication >> qui est à la fois questionnement et fascination et qui n'a pas encore dit son dernier mot surtout avec l'arrivée du « web 3.0 >>.

Bibliographie

Ouvrages

? La communication marketing : concepts, techniques, stratégies, Paris : Economica, 2003, 3ème édition, J.M DÉCAUDIN.

· Communication d'entreprise et publicité, Paris : Techniplus, 1992, KEMPF A. et UTARD J.M.,

· Mercator, 8e Editions ,J.Lenderevie- J.Lévy -D.Lindon.

· Publicitor, 6e Editions, J.Lenderevie- Arnaud de Baynast.

· Information, Society and Justice, Volume 2, N°2, June 2009, pp 221-235, «The Internet and Small to Medium Sized Enterprises (SME)» JaPhet Eke Lawrence.

· Les pages Maghreb , l'Annuaire Economique Algérien, Année 2010.

· Anderson c, la longue traine. Paris édition, Pearson Education France, 2007

· Gervais J, Web 2.0 : Les internautes au pouvoir. Paris édition Dunod ; 2007 Mémoire

· The impact of Enterprises 2.0 Tools on Innovation processes by Agne Mackeviciute
and Stanislav Iacabitchi. JÕNKÕPING International Business School. June 2010.

· Role of the Internet in SME Growth Strategies of Swedish Companies by Zaghim Ghafoor and Mustapha Iqbal. Lule? University of Technology Department of Business Administration and Social Sciences. January 2007.

· Du Web 2.0 à l'Entreprise 2.0. Quels enjeux et quels bénéfices liés à l'utilisation des applications Web2.0 au sein d'une PME. Par Rafael Constantino, Consultant chargé de communication Web, Spécialiste Web 2.0. 2009

· The Internet and Swedish Manufacturing SME's Internationalization by Lu Liu Shuang Li. Lule? University. January 2004.

· L'utilisation d'internet par les entreprises françaises, mémoire réalisé par annechristine Coutant 2006.

· médias traditionnels et acteurs du web 2.0 : vers la cohabitation ou la convergence des acteurs de l'information et du divertissement ? Alexandre Cabanis - Thèse professionnelle - Décembre 2006

· Le Web 2.0 : De nouveaux usages qui donnent du pouvoir aux internautes, réelle révolution ou utopie du Web? 5 décembre 2006 par-OGIER Aude -MARTOS Sébastien-GERARD Fréderic

· Internet et Entreprise mirages et opportunités ? 2004 par Jean-Michel YOLIN

· Internet et la communication de marque, par Paul Morel-A- L'Huissier 2005

· Impact des TIC dans l'acceleration de la croissance economique par Bechir DOUMA & Marwen MARRAKCHI, Tunsie 2010.

Articles

· N'TIC magazine des nouvelles technologies « E-Algérie >> N°42, Mars 2010

· N'TIC magazine « Bilan des TIC en 2010 en Algérie, 20 Javier 2011.

· N'TIC magazine « Le e-commerce tente une percée, L'Algérie veut franchir le pas >> N°32, Mai 2009.

· Support TIC Magazine. N°1. Mars 2006

· L'accès à L'Internet pour les PME, pp 1. Par L Simon.

· Choisir sa connexion Internet, pp 2. Par Antoine Paci

· Quelles connexions Internet pour les PME Wallonnes, pp 3/4. Par François Goutères.

· Les enjeux de haut débit pour les PME, pp5. Par Geoffrey Jennes.

· Approche communicationnelle pour comprendre le développement des médias électroniques, Khaled Zouari, 2009. http://www.commposite.org.

· Le Web 2.0 : quels principes, quels outils, quels usages ? (dossier mis à jour le 22/12/2007) Auteurs : Cédric Favrie.

· Problématique de contrôle des nouveaux médias en algérie envisager l'internet sans sa dimension communicationnelle, 2009 par MERAH Aïssa.

· Les nouvelles technologies de l'information et de la communication : des outils au service des performances de l'entreprise, Valérie Poullard - Pellissa IUT de Paris 2000.

· TIC en Algérie, journée d'étude sur le rôle de l'internet dans la société, ministère de la poste et des technologies de l'information et de la coimmunication - algérie30 Mai 2011

Etudes

· Dossier de presse Webdialan@ TM vague 3, étude sur les usages et perceptions des internautes du web Algérien.

· Rapport sur les investissements Publicitaires sur Internet (IPI*) en Algérie, 6 octobre 2008.

· Atelier JUR@TIC. Elaborer sa stratégie de communication.

· Etude McKinsey&Company, Impact d'Internet sur l'économie française, réalisée au cours du dernier trimestre 2010.

Webographie Site web

? http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?11;s=1487378280;r=1;nat=;sol=0

· http://www.abc-netmarketing.com : Site référence de toute l'actualité du marketing sur le net.

· http://mobileoffice.vnunet.fr/ ? www.internetworldstats.com

· www.webimag.com

· http://www.netizen3.org/index.php/D%C3%A9finition des TI

· http://www.davechaffey.com/Internet-Marketing/C8-Communications/Communicationsmix/

· http://blog-agence.publika.fr/index.php?post/Les-nouvelles-tendances-de-communication

· http://blogs.univ-paris5.fr/hy08205/weblog/1416.html

· http://www.strategies.fr/

· http://www.ujjef.com/index.php?idRubrique=15&Action=LireArticle&idArticle=27781

· http://www.tobecom.org

· http://www.nticweb.com/

· http://www.elkhedma.com/

· http://www.emploitic.com/

· http://www.emploinet.net/

· http://www.ouedkniss.com/

· http://www.kherdja.com/guide/alger/arts-culture/office-riadh-el-feth-113.html

· http://knowledgeway.org/living/communications/homepage.html

Annexe n° 1 : Echantillon d'entreprises.

Les Entreprises Classées Par Secteur

 

Nb

1

Agriculture, Agro-alimentaire

30

 
 
 

2

BTPH, Immobilier, Mat. Construction

30

 
 
 

3

Chimie, Cosmétiques

30

 
 
 

4

Medias, Edition

30

 
 
 

5

Tourisme, Artisanat

30

 
 
 

6

Electronique, Telecom, Informatique

30

 
 
 

7

Industries Diverses De Transformation

30

 
 
 

8

Mécanique, Automobile

30

 
 
 

9

Santé, Matériel Médical

30

 
 
 

10

Mobilier, Equipement Bureaux

30

 
 
 

11

Sidérurgie, Métallurgie, Equipement Industriel

30

 
 
 

12

Transport

30

 
 
 

13

Formation

30

 
 
 

Base de l'échantillon

390

Annexe n° 2 : Liste des entreprises contactées.

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

Agi

agidz@hotmail.com

1

2

Algespa import

naoualbk@msn.com

 
 

3

Algromex

algromex@hotmail.com

 

4

Ballout imp-exp

sarlballoutimpex@yahoo.fr

 

5

Bbs international

samirmomo@yahoo.fr

 

6

Biofel

sarlbiofel@yahoo.fr

 

7

Biopro

kamalbradai@yahoo.fr

 

8

Cetrade

cetrade_dg@yahoo.fr

Agriculture

9

Douguiz

douguiz@hotmail.com

 
 

10

Foepa

hbfoepa@yahoo.fr

Agro-

11

General bestFood

apa@wissal.dz

alimentaire

12

Gip

gip_dz@yahoo.fr

 

13

Interdis

Jerome.kieffer@eu.effern.com

 

14

Itoc Algerie

itocalgerie@hotmail.fr

 

15

Ltc

ltcgroupe@yahoo.fr

 

16

Moreno

kamalmaza@hotmail.com

 

17

Muskaten

muskaten16@yahoo.fr

 

18

Nevaga

aekbrahimi@yahoo.fr

 

19

Proalmilk

proalmilk@yahoo.fr

 

20

Prodalimenta

proda@prodalimenta.com

 

21

Scti

sct@wanadoo.fr

 

22

Sipca

k.kafa@arcor.de

 

23

Snax

snaxalgeria@yahoo.com

 

24

Socofla imp-exp

agro_socofla@yahoo.fr

 

25

Soufflet Negoce

dmokrani@soufflet-group.com

 

26

Veta Ferm

sarlvitaferm@gmail.com

 

27

Biscotal

agroaldistribution@gmail.com

 

28

King Food

okyolgroupe@superonline.com

 

29

Laproda

laproda@hotmail.com

 

30

Maravilla

info@maravilla-dz.com

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

CCS Copy Center

akamehdi@hotmail.com

2

2

Abc

sarl.abc.ouibrahim@hotmail.com

 
 

3

Abc Minet Algeri

abcminet.algerie@abcminet.fr

 

4

Afitex Algerie

contact@afitexalgerie.com

 

5

Afkir Infrastructu

afkir_mohamed06@yahoo.fr

BTPH

6

Alioua Group

contact@groupalioua.com

Immobilier

 
 
 

Mat

7

Alliance Travaux

alliancetravaux@yahoo.fr

 

Construction

8

Arab Contractor

acalger@yahoo.com

 
 

9

Art Trap

artrap.khalfi@yahoo.fr

 

10

Ascc

algerieservice@hotmail.com

 

11

Aslan Génie Civil

ramazan.atkaya@gmail.com

 

12

Atep

atepcom moulaia@yahoo.fr

 

13

Batenco centre

contact@batenco-centre.com

 

14

Bati Petra

batipetra@hotmail.com

 

15

Bat&Industries

batp@batp.com.dz

 

16

Belaid Hocine

etb.belaid@hotmail.com

 

17

Bentach

bentach_alger@hotmail.com

 

18

Bera Bat

berabat@yahoo.fr

 

19

Best Bat

said.ahmed@yahoo.fr

 

20

Bet izri Nacer

izrinacer@yahoo.fr

 

21

Bpc Bodiaf&cie

bpc.sncboudiaf@yahoo.fr

 

22

CBR Construction

sarlcbr@yahoo.fr

 

23

Cbtp

Mohamed@cbtpdz.com

 

24

Ccc Algerie

info@ccc.dz

 

25

Cevico

dahlebfatma@cevital.com

 

26

Colas Algerie

colasalgerie@yahoo.fr

 

27

Conic

sarl-conic@monocourrier.com

 

28

Contact Internati

contact@contactalgerie.com

 

29

Contel Construct

contact@contel-groupe.com

 

30

Corex

corexdz@hotmail.com

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

Almet Algerian

contact@almet-spa.com

3

2

Degussa Ag

Degussa@wissal.dz

 
 

3

Eden Labo

edenlabo@hotmail.com

 

4

Harbezyl

harbezyl@yahoo.fr

 

5

Hci

service.client@hci-algerie.com

 

6

PCI

contact@pcicochima-dz.com

 

7

Poly Fly

saitexfly@hotmail.com

 

8

Sika El Djazair

info@hotmail.com

 

9

Kapachim

djamila@kapachim.com

 

10

Chimie Hamouch

s.a.c.h@caramail.com

Chimie

11

Diagnolab

diagnolab@yahoo.fr

 

12

Smart Water

m.hafida@aquaprox.com

Cosmétique

 
 
 
 

13

Actia

actia@actiadz.com

 

14

Admedica Group

admedica1963@yahoo.fr

 

15

Alliance Chimie

hind.boumedris@brenntagmaghreb.com

 

16

Altochimie

mail@altochimie.com

 

17

Basf

basf.algeria@basf.com

 

18

Biobone

biobone2004@yahoo.fr

 

19

Biochim

biochim alg@yahoo.fr

 

20

Chemipro

a.cherchali@chemi-pro.com

 

21

Distrim

info@distrimspa.com

 

22

Dmp

contact@dmp-dz.com

 

23

Fly Chemicals

depchemicals@yahoo.fr

 

24

G2m Plastic

kafateh@yahoo.fr

 

25

Global Engineeri

hypo.gett@gmail.com

 

26

Hci

service.client@hci-algerie.com

 

27

Huilis Trading

huilis@taures.dz

 

28

Orkila Algerie

said.amellal@orkila.com

 

29

Pcm

pcm.impexp@gmail.com

 

30

Polyresine

aconsultations@hotmail.com

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

El Chourouk

infos@ech-chorouk.com

4

2

El Khabar

admin@elkhabar.com

 
 

3

El fadjr

fadir@el-fadjr.com

 

4

El Hiwar

elhiwardz@yahoo.fr

 

5

El Moudjahid

info@elmoudjahid.com

Média

6

El Youm

gerant@elyawm.com

 

Edition

7

El Watan

elwatan@elwatan.com

 
 

8

El Massa

info@el-massa.com

 

9

El Khatwa

pst-dz@yahoo.fr

 

10

Horison

admin@horizons-dz.com

 

11

La Tribune

info@latribune-online.com

 

12

Sad Bureau

sad_lives@yahoo.fr

 

13

Transaction D'Al

transactiondalgerie@yahoo.com

 

14

L'Expression

lapublicite@lexpressiondz.com

 

15

Depeche Kabylie

ladepechedekabylie@yahoo.fr

 

16

Nouvelle Republc

contact@lanouvellerepublique.com

 

17

Ace Edition

contact@geronimmo-dz.com

 

18

Bahja.dz

nzim.soltani@dzeriet-mag.com

 

19

L'Authentique

lauthentique@gmail.com

 

20

Le Cap

lecapinfo@yahoo.fr

 

21

Transfert Magaz

contact@transfert-dz.com

 

22

Dar Es Sahafa

sawtaelahrar@hotmail.com

 

23

Acl Communicat

contact@aclcom-dz.com

 

24

Bk Service

bkservicesa@yahoo.fr

 

25

Editiob Apic

apic.editions@gmail.com

 

26

Ediculture

ediculture dz@yahoo.fr

 

27

Gbd

gbd95@yahoo.fr

 

28

Mira Cards

mirah001@yahoo.fr

 

29

Edition Sedia

sedia@sedia-dz.com

 

30

Dar El Bassair

darelbassair@hotmail.com

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

Abbasside Place

reservationabbassideplace@gmail.com

5

2

Adghir

contact@groupeshotelsadghir-dz.com

 

3

Albert 1ere

hotelalbert1@hotmail.com

 

4

Amsterdam

amsterdam2010@yahoo.fr

 

5

Azur plage

clubazur@sidifredj-hotels.com

 

6

Dar Diaf

info@dardiafbouchaoui.com

 

7

Dar El Aaz

darelaaz@hotmail.fr

 

8

Dar Tlidjene

contact@hoteldartlidjene.com

Tourisme

9

El Aurassi

aurassi@yahoo.com

 

Artisanat

10

El Jazair

hotel-el-jazair@hotmail.com

 
 

11

El Manar

elmanar@sidifredj-hotels.com

 

12

El Marsa

elmarsa@sidifredjhotels.com

 

13

El Riadh

info@sidifredj-hotels.com

 

14

Emir

hotelemir@hotelemir.com.dz

 

15

Le Dauphin

resdaup-09@hotmail.fr

 

16

Hammamet

info@hotel-hammamet-alger.com

 

17

Hana

hana-hotel@hotel.com

 

23

Barbarousse

barbarousse-dz@hotmail.com

 

19

Hmp

hotel-mas-des-planteurs@hotmail.fr

 

20

Hotel D'hydra

contact@hotelhydra.dz

 

21

Hotel d 'aeroport

aeroport@netcourrier.com

 

22

Les Sables d'Or

direct-generale@egct-zeralda.dz

 

23

La Pagode de jad

hotel dz@yahoo.fr

 

24

Ml Saveurs

mmlsaveur@yahoo.fr

 

25

Necib BeachR

necib.beach.hotel@gmail.com

 

26

Palace

commercial@palacecenter.com

 

27

Palm Beach

palmbeachhouse@hotmail.com

 

28

Pyramide

hotel.pyramide@hotmail.fr

 

29

Rais

contact@hotel-rais.com

 

30

Sidi el Noui

sidinoui@caramail.com

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

Airs Ets

Pcps dz@hotmail.com

6

2

Alcomp

alcomp@wissal.dz

 
 

3

Amigs

contact@amigs.biz

 

4

B-Technology

contact@b-technology-dz.com

 

5

Bbc

info@bbc-algeria.com

 

6

Bmi Hardwar

mistelcom@hotmail.com

 

7

Brightcore Techg

contact@brightcore-technologies.com

 

8

Bsc Algerie

info@bsc-algerie.com

 

9

Bull Algerie

meriembenledra@bull.net

Electronique

10

Cosys

contact@cosys-dz.com

Télécom

11

Data Online

contact@dataonline-dz.com

Informatique

12

Discovery inform

info@discovery.com.tn

 

13

Dzair Info

contact@dzair-info.com

 

14

Egc Informatique

egc@egcinformatique.com

 

15

Eiwa

eiwae@yahoo.fr

 

16

Ensys

ensys@ensys-dz.net

 

17

AKX

akxentreprise@yahoo.fr

 

18

Genie soft infor

info@geni-soft.com

 

19

Gp Dz

contact@gpcdz.com

 

20

Grafside

info@grafside.net

 

21

Green Solution

thegreensolutions@yahoo.fr

 

22

Harsoft

info@harsoft.com

 

23

Hm Informatique

sarl hm@yahoo.fr

 

24

Ib Software

contact@ib-software.net

 

25

Ice

info@ice-dz.com

 

26

Incs

eurlincs@yahoo.fr

 

27

It Project

m.boumghar@itproject-dz.com

 

28

Kindi Technologi

info@kinditech.com

 

29

La maison d logic

lmlkh@yahoo.fr

 

30

Leader Soft

contact@leadersoft.dz

 

Secteur d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

Badji&Fils

sarlbadji@yahoo.fr

7

2

Groupe Salam

groupe salam@yahoo.fr

 
 

3

Litmod

contact@litmod.com.dz

 

4

Skai H World

skaihworld@gmail.com

 

5

Societe Djezairi

societedjezairi@hotmail.fr

 

6

Blj

info@blj-dz.com

 

7

Kerris Safa Foot

info@gsf.firms-dz.com

 

8

Manah chaussur

hocdel@hotmail.com

 

9

Torino Shoes

torinoshoes@yahoo.fr

 

10

Evita Shoes

evitashoes@caramail.com

Industries

11

Good Brother Tar

albrother@126.com

Diverses De

12

Rougi Mode

rougimode@gmail.com

Transformation

13

Optic Allague

renato@lunetterie-allague.net

 
 

14

Optique Industri

skebbab@hotmail.com

 

15

Ets Ghadi

etsghadi@hotmail.com

 

16

Mefcom

mefcom@hotmail.fr

 

17

Delta Control

deltacontrol@gmail.com

 

18

Laboptic

labdoun@laboptica.com

 

19

Ophta Lent

mrbatmani@yahoo.fr

 

20

Sinal

sinaldg@sinaldz.com

 

21

C&H Fashion

groupecandh@yahoo.fr

 

22

MVL Cuir

mvlcuir@hotmail.com

 

23

Trisport

alport-corp@hotmail.com

 

24

Confection Mai2

mai2000industries@yahoo.fr

 

25

Creation H

mail creationh@yahoo.fr

 

26

Harmony Confect

harmonyconfection@gmail.com

 

27

Lis Industry

lisindustry48@hotmail.com

 

28

Sac

nadjibbenmerabet@hotmail.com

 

29

Tsa

tsalgeria@gmail.com

 

30

El Hasna

elhasna2@yahoo.fr

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

Acds

Acds cit@yahoo.fr

8

2

Ades

zemmouriades@yahoo.fr

 
 

3

Africars

africars@renault.dz

 

4

Al Autos

chery@al-autos.com

 

5

Aldicar

reseau@chery-algerie.com

 

6

Algerie Motors

algerie motors@yahoo.fr

Mécanique

7

Alize Cars

alizecars@renault.com

 

Automobile

8

Altruck Company

altruck@groupehasnaoui.com

 
 

9

Ans

anstizi@yahoo.fr

 

10

Astra Motors Alg

astraalgerie@yahoo.fr

 

11

Awa Trade

b.cherifa@awa-trade.de

 

12

Bavaria Motors

Bavaria.motors@cfao.com

 

13

Bel Auto

Bel-auto@wissal.dz

 

14

Bouchaoui Auto

Showroom-fv@vedis-automobile.com

 

15

Ccd

sarl_ccd@hotmail.com

 

16

Cesar Motors

contact@cesar-motors.com

 

17

Cit

alg_steel@yahoo.fr

 

18

Cogetp

contact@cogetp.com

 

19

Cvm Motors

tata.algerie@yahoo.fr

 

20

Deriex Auto

deriex.autos@yahoo.fr

 

21

Diamal

diamal@cfao.com

 

22

Dm Motors

bairisfn@yahoo.com

 

23

Dvp

dvp spa@yahoo.com

 

24

Edencar

edencaralger@yahoo.fr

 

25

Elsecom

contact@elsecom.com

 

26

Etablissement do

maruti.douib@yahoo.fr

 

27

Ets Talha Brahim

farid talha@hotmail.com

 

28

Falcon Motors

a.abdelwahab@falcon-motors.com

 

29

Fandi Motors

fandimotors2000@yahoo.fr

 

30

Ford Elsecom

contact@elsecom.com

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

CentreNorpholog

admin@dialamine.com

9

2

Chifa

contact@clinique-chifa-hydra.com

 

3

Clinique Ain Nadj

cliniqueainnaadja@yahoo.fr

 

4

Cliniq Chahrazed

cliniquechahrazed@hotmail.fr

 

5

Clin d'ophta Ham

info@hamouchelaservision.com

 

6

CL dentaire

caaid@hotmail.de

 

7

Cl des Orchidees

cliniqueorkidees@ymail.com

 

8

CL Diascan Plus

diascanplus@hotmail.com

Santé

9

CL Medeco Dey

cmd16@hotmail.fr

 

Matériel

10

CL OPHT sidi abd

l-timsiline@hotmail.com

 

médical

11

CL ORL Hussen d

zemitiorl64@yahoo.fr

 

12

Dial Azur

dial.azur@gmail.com

 

13

El Bassar

cliniqueelbassar@gmail.com

 

14

El Qods

snaic@djazair-connect.com

 

15

El Walidayn

amrouchedjelloul@yahoo.fr

 

16

En Nadjah

Clinique-ennadjah@clinique-ennadjah.dz

 

17

Feconde

Pr habel@yahoo.fr

 

18

Ibn Sina

contact@cliniqueibnsina.com

 

19

Loila El Djazair

cliniquloila-dz@hotmail.com

 

20

Madjoudj Rosto

webmaster@esthetiquealgerie.com

 

21

Maison du Rien

info@maisondurien.org

 

22

Nedjma

nedjmachir@hotmail.com

 

23

Renadial

contact@renadial.com

 

24

Sao

amar_ailem@yahoo.fr

 

25

Aamt

aamt@gmx.net

 

26

Admedica Group

admedica1963@yahoo.fr

 

27

Air Lab

airlab2002@yahoo.fr

 

28

Amci

sarl_amci@yahoo.fr

 

29

Asem

info@asem-dz.com

 

30

Cams

camschemmi@caramail.com

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

Acomp Negoce

info@acompnegoce.com

10

2

Ada Mobilier

sarlada@gmail.com

 
 

3

Al Aseel

al aseel dz@hotmail.com

 

4

Alamob

commercial@alamob dz.net

 

5

Atlas Bureaux

atlasbureaualgerie@yahoo.fr

 

6

Bebblidia Bureau

hbenblidia@gmail.com

 

7

Cati

cati@caramail.com

 

8

Cembi

mzerifi@live.fr

 

9

Combel

ismail_djani@caramail.com

 

10

Compalcom

compalcom@yahoo.fr

Mobilier

11

Deco Concept

concept.deco@yahoo.fr

Equipement

12

2m Creations

waliddouadi@2m-creations.com

Bureaux

 
 
 
 

13

El Feth

feth_sarl@yahoo.fr

 

14

ETS Issiakhem

issiakhemlounes@yahoo.fr

 

15

Ets Fekkai

lyesden@hotmail.com

 

16

Gscom

gscom.zerifi@yahoo.fr

 

17

Halim Mobili

nilter.mobili@yahoo.com

 

18

Idir Meuble

contact@idir-meubles.com

 

19

Iffour Sofia

iffoursofia@yahoo.fr

 

20

Imagine Distribut

imagine.m@caramail.com

 

21

Iso Bureautique

isobureautique@yahoo.fr

 

22

Kingdom

contact@kingdombureautique.com

 

23

Metal Amenage

Bernard.limousin@gmail.com

 

24

Master Burotic

masterburotic@wissal.dz

 

25

Micro Telecom

contact@microtel-dz.com

 

26

Milinium Advanc

okbabenziada@yahoo.fr

 

27

Mobili Sun

mobilisun@yahoo.fr

 

28

Mobirama

mobirama@mobirama-dz.com

 

29

Mobizer

nacerzerifi@yahoo.fr

 

30

Mondial Prestige

mondialprestige@hotmail.com

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

Ayder

sarlayder@hotmail.com

11

2

Matcome Metal

matcome-metal@hotmail.com

 
 

3

Mettallium

ghiles.abdelli@orange.fr

 

4

Sogedim

sogedim@hotmail.fr

 

5

Trad B7 Steel

samir.brahimi@b7steel.com

 

6

CBS Cut

n.brahimi@b7steel.com

 

7

Noble Castle

nobel-castel@caramail.com

 

8

Pima Algerie

pima_fnf@yahoo.fr

Sidérurgie,

9

Profilor

profilordz@yahoo.com

Métallurgie,

10

Ezz Steel

ezzsteel@ezzsteel-algerie.com

Equipement

11

Soaltim

soaltim@hotmail.fr

 

Industriel

12

Techno Acier

technoaciersarl@gmail.com

 
 

13

Acces Industrie

flameche@comodhor.com

 

14

Luxmetal

luxmetal@luxmetal.net

 

15

SEMCOR

ammar-khodja@yahoo.fr

 

16

Socoprom

socoprom@yahoo.fr

 

17

Life tarding

nourlife@yahoo.fr

 

18

Rtdm

sunrtdm@yahoo.fr

 

19

Arab Tarding

info@athe.biz

 

20

Meddah Akola

metauxreny@yahoo.fr

 

21

Medisteel

mermedisteel@yahoo.fr

 

22

Satal Plus

info@satalplus.com

 

23

Sogemetal

dra@sogemetal.com

 

24

Staa

staa_spa@yahoo.fr

 

25

Boulabe Boulon

info@boulabe-dz.com

 

26

Point Metaux

pointetmetaux@yahoo.fr

 

27

Zabbar Metal

zabbarmetal@yahoo.fr

 

28

Ste El Mithak

contact@sarl-elmithak.com

 

29

Invest Inox

contact@investinox.com

 

30

Tubpofil

tubpofil.anabib@anabib.com

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

Altisa

info@altisa-dz.com

12

2

Uct

uct_entrepot@yahoo.fr

 
 

3

Hsd

info@hsd.net

 

4

Transbox

infotransfebox@gmail.com

 

5

Transcargo Algeri

sales@transcargo-mrs.com

 

6

Fedex

csalga@falcongroup.dz

 

7

Bissa Transport

amine_belaziz@bissatransport.com

 

8

Deia Mohamed

agenceco@yahoo.com

 

9

Hadj Lakhdar

hadji.transport@gmail.com

 

10

Hbd

info@hbd-dz.com

 

11

Serhouni trm

trm algerie@hotmail.com

Transport

12

Tam Ship Net

tamshipnet16@gmail.com

 
 

13

Transadj

omaradjenek@yahoo.fr

 

14

FPCP

contact@fpcp-dz.com

 

15

Ipsen Logistics

info@psengroup.com

 

16

Sogemco

gemdirection@assila.dz

 

17

Total Logistic

total logistique@yahoo.fr

 

18

Axis Logistics Alg

info@axis-log.com

 

19

Issaad Farid

transitissaad@gmail.com

 

20

Philippe Fauvede

mc.albert@fauveder.com

 

21

Sometra

transitsometra@hotmail.com

 

22

Aical

transit_aical@yahoo.fr

 

23

Asl

ops-algiers@alshiplink-dz.com

 

24

Genitrans

genitranssarl@hotmail.com

 

25

GSLS Global

gsls@globalshipping.com.dz

 

26

H and H Maritim

info@handhmaritime.dz

 

27

Lmts

dir.alger@lmts-dz.com

 

28

Marfret Algerie

marfretalgerie@marfret.fr

 

29

Nas

nas-alger@nolis-spa.com

 

30

Rla

welcome@rail-link-algerie.com

 

Secteur
d'activité

Entreprise

Adresse e-mail

 

1

Albm Cfao tech

albm@cfao.com

13

2

Alc Alger

hacen.chaib@alc-dz.com

 
 

3

ALguscorporation

contact@algus-coop.com

 

4

Alliantis

alliantisgesg@yahoo.fr

 

5

Altitude form alg

informations@altitudeformation.fr

 

6

Arena formation

arenaformations@ymail.com

 

7

Art&coture

artetcouture2006@yahoo.fr

 

8

Artissimo

ecoleartissimo@yahoo.fr

Formation

9

As Fts Engineerin

ali.sakete@yahoo.fr

 
 

10

Beca system

commercial@becasystems.com

 

11

Blue corporation

bc@bluecorp-dz.com

 

12

Bmgi internation

info@bmgi-international.com

 

13

Bosha

boshalgeria@yahoo.com

 

14

Ccs santé

ccs@cscdz.com

 

15

Cible école

cibleecole@hotmail.fr

 

16

Cifeec

cifeec.conseil@yahoo.fr

 

17

Cit Strategic

info@cit-dz.com

 

18

Civisoft

formation@civisoft-dz.com

 

19

Clfp

serviceform@cfcia.org

 

20

Dar el itkan

elitkan@yahoo.fr

 

21

Dazibao

lundahal@dazibaoalgerie.com

 

22

DEO

centredeo@yahoo.fr

 

23

2si

d_semrani@hotmail.fr

 

24

Eco horizon

info@ecohorizon.com

 

25

Ecoin

contact@ecoin-dz.com

 

26

Ecopar

ecopara@gmail.com

 

27

ESG

educ@esg.dz

 

28

Firm ecole

ecolefirm@yahoo.fr

 

29

Fm algérie

v.marcadon@fmtunisie.com

 

30

High Tech center

info@hi-techcenter.com

 

Annexe n° 3 : Questionnaire d'enquête.

Annexe n° 4 : Présentation d'Enquête « e.com 2011 ».

Annexe no 5 : Résultants d'enquête

Contact

Encadreur:

Mr. FAIDI Sofiane faiso design@hotmail.com

Etudiants:

Mr. BOUANKOUD Achour achourank@yahoo.com

Mlle. KACI MOUSSA Zahira zahira.kaci84@yahoo.fr