pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Impact de la microfinance sur la pauvreté communautaire au Bénin: cas de la commune d'Adjarra


par Dègnon Benjamin GOGAN
Université d'Abomey-Calavi - CPJA ou administrateur de développement communautaire 2002
Dans la categorie: Arts, Philosophie et Sociologie > Sociologie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

1.2.2 Bref aperçu des connaissances sur la microfinance

au Bénin.

La bibliographie sur la microfinance au Bénin n'est pas aussi riche et variée comme c'est le cas de la pauvreté, compte tenu de son caractère récent. Néanmoins, des études ont été réalisées notamment celle de Mr SINZOGAN Claude portant sur l'Efficacité des institutions de la microfinance : cas du Bénin (CAPE , 2000) et celle de Mr AGNIKPE Alain intitulée La microfinance au Bénin : Etude sectorielle approfondie (PNUD,1998).Mais ici nous avons fait cas du premier ouvrage seulement parce qu'il contient en grande partie les informations du second en dehors des nouvelles connaissances actualisées

En effet, les travaux de Mr SINZOGAN se sont focalisés sur le système financier du Bénin, le cadre institutionnel, l'importance, la place des institutions de microfinance et leurs conditions d'efficacité pour la réduction de la pauvreté. Selon cette étude le système financier du Bénin regroupe trois grandes composantes à savoir : les banques classiques, les établissements financiers et les institutions de microfinance.

Les cinq banques classiques en activité au Bénin sont toutes privées et concentrent 90% de leurs agences dans les trois grandes villes du pays dont 60 % à Cotonou, 15 % à Porto-Novo et 15 % à Parakou. Il s'agit de la Bank of Africa, l'Ecobank-Bénin, la Banque Internationale du Bénin, la Financial Bank Bénin et la Continental Bank Bénin.

Les établissements financiers sont au nombre de quatre(4). Ce sont l'Equibail S.A ; le crédit du Bénin S.A ; le crédit promotion Bénin et la Caisse Nationale d'Epargne du Bénin.

Les institutions de microfinance sont les plus nombreuses et les plus reparties sur le territoire national. Elles sont de cinq types à savoir :

1- LOS institutions IMMUIIISIOS WOO cooperatives constituées par le réseau FECECAM, les Caisses Rurales d'Epargne et de Prêt (CREP ; 93 en activité) ; les Caisses d'Epargne et de crédit (CEC ; 23 en activité)...

2- Les institutions de credit direct que sont le PADME, Vital Finance, Convergence 2000, AGeFIB

3- Les institutions de credit - epargne telles que les Caisses Villageoises d'Epargnes et de Crédits Autogérés (CAVECA ;33 en activité), les Caisses Villageoises d'Epargnes et de Crédits (CVEC) (45 en activité)...

4 - Les ONG telles que le CBDIBA, SASSAKAWA GLOBAL 2000,

...etc

5 - Les structures d'appui comme le PADSA, le PAPME, le PISEA, la PAGER, le CBDD,...

Les conditions essentielles d'efficacité pour la réduction de pauvreté selon ces travaux de SINZOGAN sont la non-dépendance de ces institutions vis-à-vis des subventions, la bonne gouvernance et l'accessibilité c'est-à-dire la pénétration des institutions de microfinance au sein des communautés.

Les recommandations issues de cette étude de l'économiste SINZOGAN se résument :

- A la modification de la loi 90-018 du 27 Juillet 1990, pour réduire de 25 à 50% le montant minimum du capital social exigé pour les banques comme pour les établissements financiers.

- A la révision de la loi PARMEC pour inclure les possibilités de profitabilité des institutions de microfinance

- Au renforcement des institutions de microfinance

- A l'accroissement de l'efficacité des institutions de microfinance

- A la création d'une centrale des risques pour mieux suivre l'évolution de leurs activités.

- A la suppression du plafonnement des taux d'intérêt sur les prêts aux pauvres et aux très pauvres.

- A l'application de taux d'intérêt approprié.

précédent sommaire suivant