WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Y a-t-il un inconscient collectif ? la controverse le bon, Jung et l'apport des neurosciences.

( Télécharger le fichier original )
par Marion Jacquet
Ircom - Albert le Grand - Licence de lettres et sciences politiques 2012
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION

« Le câblage de notre cerveau social nous relie tous au noyau de notre humanité commune104 », l'expression de Goleman semble bien résumer ce que nous apprennent les neurosciences.

Notre inconscient, qui vit réellement au rythme de nos émotions, véritable héritage ancestrale, et de nos interactions avec autrui, qui changent immédiatement sa fa»on de fonctionner, appara»t résolument collectif, lié à ce « noyau d'humanité communauté ». Le cerveau à la fois émotionnel et social nous explique très bien les observations empiriques de Le Bon comme de Jung.

Les archétypes de Jung sont en fait la trace des émotions ancestrales, câblées dans notre cerveau dès notre naissance. Sa conception de l'inconscient semble aussi confirmée, du moins pas infirmée par cet apport : oui le conscient se nourrit, parfois malgré lui d'ailleurs, de ce que l'inconscient découvre, tel cet homme qui se jette à l'eau sans savoir pourquoi. Le conscient se développe à partir de la force de l'inconscient : il apprend par mimétisme, processus d'abord inconscient. Jung insiste également sur cette idée de cerveau instinctif que nous n'avons aucun mal à lire dans la conception scientifique. Bref, sans pour autant tomber dans un excès d'interprétation, la vision jungienne de l'inconscient et de l'inconscient collectif co
·ncide grandement avec les connaissances actuelles sur le cerveau et son fonctionnement.

Chez Le Bon la lecture est différente mais tout aussi intéressante. L'inconscient collectif de Le Bon est masqué par l'éducation à l'état que nous disions statique. En l'occurrence, cette conception statique est quelque peu compliquée à vérifier : les neurosciences semblent dire que nous sommes sans cesse sous influence, de nos émotions, du souvenir de nos émotions et de nos pairs, que cette parenté est sans cesse évoquée, confirmée. Mais elles révèlent aussi que plus l'émotion est forte, plus elle est partagée, plus l'individu la vivra fortement, plus il la laissera prendre le dessus. Bref, la conception de l'inconscient collectif dynamique, de l'âme de la foule, théorisée par Le Bon, semble plus que confirmée, mais expliquée, justifiée par les neurosciences. La contagion via l'empathie et les neurones miroirs, la répétition qui crée des réseaux neuronaux, la réactivation mémorielle qui nous replonge dans un état émotionnel passé à l'évocation d'un message simple,Ésont autant de réalités que Gustave Le Bon avait pressenties.

On peut également se féliciter de ce que les neurosciences prennent largement en compte, tel Le Bon et Jung les réalités sociales et individuelles, ne négligeant ni l'influence culturelle, ni l'apport de l'éducation et de l'environnement familial.

Dans l'état actuel des connaissances sur les neurosciences, voilà ce que l'on peut dire de l'inconscient collectif. Peut-être les 99% d'inconscient qui gèrent notre cerveau nous révèleront dans le futur plus de détails sur son fonctionnement. Le chemin à parcourir pour les scientifiques demeure long, hasardeux et du coupÉpassionnant !

1 04 GOLEMAN DANIEL in : ibid., p. 77.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie