WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Y a-t-il un inconscient collectif ? la controverse le bon, Jung et l'apport des neurosciences.

( Télécharger le fichier original )
par Marion Jacquet
Ircom - Albert le Grand - Licence de lettres et sciences politiques 2012
  

précédent sommaire suivant

1.2.3. La controverse

Comme nous l'avons souligné à maintes reprises, l'inconscient collectif tel qu'il a été théorisé par le psychanalyste suisse a fait face à une vague de critique. Une critique qui se divise en fait en deux courants: d'une part la critique d'autres psychanalystes, qui accuse Jung de mysticisme et de faire plus de philosophie que de psychologie, d'autre part une controverse idéologique, basée sur une critique plus politique, puisque l'auteur a été longtemps suspecté de sympathie nazie.

Dès 1912, dès la publication de Métamorphoses de l'âme et ses symboles, toute la frange freudienne de la psychologie a dénoncé les conclusions de Jung. Karl Abraham (1877-1925),

73

médecin et psychanalyste allemand, dira de Jung qu'il essaye de << délayer l'inconscient >>. Il lui reproche également la teinte religieuse de ses concepts, lui refusant le titre de psychanalyste au profit du titre de << théologien74 >> ! Enfin et c'est peut-être la critique qui sera la plus répétée et la plus polémique à l'égard du psychiatre suisse, Abraham l'accuse d'avoir un arrière plan de mysticisme, qui nuirait à la scientificité de son propos. Yvon Brès par exemple, réitèrera cette critique : il voyait dans Jung un homme qui était parti des sciences (en particulier la psychologie, la médecine, la philosophie) mais était finalement complètement sortie de ce domaine, aboutissant dans <<un univers de pensée75>> étranger aux exigences scientifiques. Lacan, un freudien de la seconde génération, récusera lui aussi complètement l'existence de l'inconscient, disant tout simple << il n'existe pas d'inconscient collectif 76 >>. Si cette première frange de critique restera relativement théorique, c'est le rapprochement entre Jung et le gouvernement nazi qui discréditera longtemps les thèses du psychiatre.

70 Ma vie. Souvenirs, réves et pensées, 1957.

71 JUNG CARL GUSTAV, Psychologie et religion, Buchet -Chastel , 1958, p. 81.

72 JUNG CARL GUSTAV, Problème de l'âme moderne, Buchet-Castel, 1961, p. 40-41.

73 ABRAHAM KARL, <<Critique de l'essai d'une présentation de la théorie psychanalytique de C. G. Jung>> in Psychanalyse

et culture, Payot, Petite Bibliothèque Payot , Coll. Sciences de l'homme, 1966, p. 207-224.

74 Ibid.

75 BRéS YVON, L'inconscient, Paris, Ellipses, collection << Philo >>, 2002, p. 123.

76 LACAN JACQUES, Le Sinthome, Seuil, coll. <<Champ freudien >>, 2005, p. 173.

La polémique liant Jung au gouvernement national-socialiste semble débuter aux alentours de février 1934 : un psychanalyste allemand, réfugié en Suisse, l'accuse publiquement de collusion avec le régime d'Hitler. La psychanalyse, per»ue par le régime en place comme une <<science juive >> est, peu à peu, évincée de la société médicale allemande de psychothérapie. Jung en devient le vice-président en 1933. A partir de cela, et à des preuves parfois douteuses 77

grâce , Jung va être

vu comme un nazi, ce qui suffit pour discrédit er l'intégralité de ses theses.

En réalité, comme le souligne Deirdre Blair, << Il n'existe (É) aucun document prouvant son éventuelle adhesion78 >>. Il semble plus juste de dire que le gouvernement nazi a utilisé les theses de Jung, en les dénaturant et les détournant pour justifier la mise en place de la shoah. Jung tente par tous les moyens de ne pas déranger le gouvernement nazi, tout en refusant de s'y affilier: un jeu d'équilibriste qui durera longtemps, puisqu'il sera à la fois passeur de juif en Allema gne et à la tête de l'Institut Gring (nouveau nom de la société médicale allemande de la psychothérapie). Tentant de forcé Gring à accepter sa démission, il ira jusqu'à présenter Hitler comme un psychopathe notoire (en 1940) et sera par la suite mis sur la `liste noire' des auteurs interdits par le Reich. Aux alentours de 1942, il semble qu'il se soit rapproché des britanniques (voire qu'il serait devenu un agent secret pour les services secrets alliés), quoiqu'il en soit, ses théories pour anéantir le régime nazi et relancer l'Allemagne seront suivies avec une grande attention.

Malgré ces éléments, plus historiques que partisans, Jung demeure pour de nombreux chercheurs un psychanalyste nazi, ce qui suffit à décrédibiliser la totalité de ses theses. On peut par exemple citer Élisabeth Roudinesco qui a publié en 1998 un article titré <<Carl Gustav Jung, De l'archétype au nazisme. Dérives d'une psychologie de la différence.>>

Finalement, pour Jung l'inconscient collectif est le centre de la psyché, ce qui permet au conscient de se nourrir, de découvrir, de se développer. Il lui octroie un grand rTMle dans le développement de la créativité par exemple. Il est basé sur les archétypes, structures ancestrales, qui vont amener à la conscience des représentations différentes à chaque époque, en chaque lieu, mais pourtant intrinsèquement identiques. Il y a donc bien pour Jung, dans une certaine mesure, une influence de la culture79, sur les représentations archétypales. Il ne faut pas oublier qu'au delà d'être impersonnel et universel, l'inconscient collectif semble également être pour Jung le siege de l'instinct, dimension que nous pourrons éclairer par la suite.

L'inconscient de Jung, universel, racial, impersonnel, son influence sur la conscience, peuvent bien entendu être rapproché de la conception lebonienne. Il a, de toute évidence, été influencé par la pensée du Fran»ais. Mais sa perspective psychanalytique l'a poussé à chercher plus loin, créant les structures et contenus (archétypes / représentations) quand Le Bon, dans cette perspective plus anthropologique, plus sociologique, s'intéressait à la mise en mouvement de son inconscient collectif. Comment les neurosciences éclairent-elles cette notion d'inconscient collectif? C'est ce que nous allons voir à présent.

77 En décontextualisant des écrits de Jung, en particulier lorsqu'il explique l'existence de différence d'inconscient entre le peuple juif et le peuple aryen.

78 BLAIR DEIRDRE, Jung, Paris, Flammarion, 2007.

79 De la race dirait-il, mais comme chez Le Bon, le sens des mots est à explorer dans le contexte de l'époque, pour éviter les contre-sens

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie