pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Les formations néoprotérozoiques du Katanguien et de l'Ouest Congolien: caractéristiques communes et dissemblances


par Kapel KAPAPA ELEAZARD
Université de Lubumbashi - Graduat en sciences géologiques 2011
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

III.2.MINERALISATION

III.2.1. MINERALISATION DU GROUPE Cu-Pb-Zn

Cette association minérale se manifeste non seulement dans le Katanguien (Katanga et Zambie), mais aussi dans l'Ouest Congolien (Bas-Congo, Niari, Angola Septentrional).

La composition minéralogique des gisements peut varier et, à côté de certains gites de Pb-Zn presque sans Cuivre, on rencontre de gîtes à Cu et Zn prépondérants. Certains gîtes de Cuivre seul font partie de ce groupe.

Pour ce qui nous concerne on examinera les gîtes du Katanga et ceux du Bas-Congo. III.1.2.1.LES GITES DU KATANGA

Fig. 7. Distribution minéralogique dans le Katanguien (Source : Logiciel ArcGIS9)

Ce potentiel minéralogique a intéressé plusieurs géologues. Cahen (1954) fait connaître que Jamotte avait remarqué une série de cet assemblage (Pb-Zn, Cu-Pb-Zn) située dans le »calcaire»

de Kakontwe qui entoure la zone ferrifère du Katanga méridional. Cette ceinture de cette minéralisation compte les gîtes suivants :

> Kipushi (le mieux connu) : Cu-Zn-Pb-Ag ;

> Lombe : Zn-Pb ;

> Kengere : Pb-Zn-Ag-Cu ;

> Lukila, Tantara, Sampwe, Kirundu et Tenke : Cu.

Tous ces gîtes paraissent génétiquement liés. Celui de Tantara contenu dans le calcaire de Kakontwe est essentiellement un gîte de cuivre qui a même livré des minéraux magnifiques : dioptase, planchéite, shattuckite, brochantite, etc. A part le cuivre, on note aussi le cobalt (cobaltite) sous forme de calcite rose et le strontium (strontianite).

A. Tectonique

Etant un bon exemple de cet assemblage, le gîte de Kipushi revêt des caractéristiques particulières. D'abord, cette région d'allure d'un anticlinal étroit dont l'axe SSE-NNW est voisin de la frontière Katanga-Zambie. Le flanc nord de l'anticlinal pend de 65 à 70° vers le nord alors que le pendage du flanc sud est plus faible. L'anticlinal s'ennoie vers le NW en Zambie.

L'anticlinal est traversé dans sa longueur par une brèche de charriage, très puissante qui s'infléchit brusquement vers le NE avant de repartir vers le NNW en Zambie. Cette inflexion due à son allure, la met en contact anormale au calcaire de Kakontwe et c'est à ce contact que le gisement est situé.

B. Distribution de la minéralisation

La faille est comblée par une brèche à pâte calcaro-dolomitique à chlorito-talqueuse. Dans le nord du gisement, cette brèche est directement en contact du Nguba et la minéralisation principale s'est développée dans le calcaire de Kakontwe, le long de ce contact anormal. Le toit étant régulier, le mur présente des irrégularités en rapport avec la stratification et la fissuration des roches encaissantes.

Dans la partie meridionale du gisement, entre la brèche et le calcaire (un lambeau important de calcschiste se met en place. Le contact anormal supérieur (entre brèches et calcschistes) est

KAPAPA ELEAZARD 54

Travail de fin de cycle

Brèche

toujours stérile, le contact anormal inférieur (entre calcschistes et dolomies du calcaire de Kakontwe) est minéralisé comme plus au nord, les calcschistes étant imprégnés.

Cahen (1954) fait savoir que la zone d'oxydation est d'environ 100m. Sur ce contact anormal, on constante une zonalité suivante :

> Une première zone, continue le long du contact anormal, essentiellement constituée

de sulfures mixtes Cu-Zn-Pb ;

> Une deuxième zone au mur de la précédente, constituée par des amas lenticulaires

stérile, et enfin, dans les calcshistes. Au toit du contact anormal, une zone minéralisée en sulfures de cuivre et pauvre en zinc.

Les minerais se présentent en masses considérables de sulfures massifs et aussi en sulfures disséminés au sein de la masse sédimentaire.

Fig.8. Coupe schématique du gisement de Kipushi (Cahen,1954). a) Calcschistes minéralisés en cuivre ; b)

Dolomie minéralisée en cuivre et en sulfures mixtes ; c)minerais de zinc.

C. Origine de la minéralisation

Parmi les théories génétiques mises en évidence par François (1973a) pour expliquer la minéralisation du Katanga, la théorie épigénétique hydrothermale est celle qui semble la mieux

adaptée pour le gisement de Kipushi. Par ses caractères, Cahen (1954) explique que les fluides minéralisateurs se sont élevés le long de contact anormal et de failles secondaires dans le calcaire de Kakontwe et se sont retrouvés au contact de roches de susceptibilité très différente à la minéralisation : au mur, de calcaires et dolomies de Kakontwe ont été le siège d'importantes actions de métasomatose, tandis qu'au toit les calcschistes sont simplement imprégnés et la brèche de faille stérile.

On observe la formation de masses de sulfures massifs dans le calcaire de Kakontwe, justifiant la substitution quasi-complète.

Cette minéralisation est évidement postérieure au calcaire de Kakontwe. De plus, l'accident inférieur par lequel la minéralisation s'est propagée recoupe la brèche de charriage. La minéralisation est postérieure à ce dernier, c'est-à-dire au paroxysme du plissement Kundelunguien et donc, à tous les Groupes de Kundelungu et de Nguba. Selon Cahen (1954), il est confirmé par le fait que la minéralisation ne porte guère de trace de déformations cataclastiques ultérieures

III.1.3.2. LES GITES DU BAS-CONGO

Fig. 9. Distribution minéralogique dans l'Ouest Congolien (Source : ArcGIS9)

On les retrouve aussi au Niari et dans le nord de l'Angola. Si les indications de cette minéralisation sont très fréquentes, il ne semble pas que la région recèle des gisements comparables en importance aux grands gîtes du Katanga.

KAPAPA ELEAZARD 56

Travail de fin de cycle

Beaucoup de gîtes paraissent liés à des failles et sont constitués par des filons mis en place dans ces failles, soit par des roches imprégnées au voisinage des failles ou filons.

Certaines mines ont été exploitées : Mindouli (cuivre) ; Mfouati (Plomb-Zinc) au Niari, Mavoie (cuivre) en Angola. Au Bas-Congo, les recherches ont fait découvrir plusieurs gîtes dont l'un est celui de Bamba-Kilenda décrit dans le chapitre précédent, est situé au voisinage d'une importante faille redressée. Sur le site, la faille est minéralisée en chalcosine ou en blende-pyritegalène avec argent et, chalcopyrite et Bornite comme accessoires. Parfois le minerai s'est logé dans les roches directement ou à peu de distance de la faille. La minéralisation se rencontre dans les calcaires du groupe de Schisto-Calcaire juste sous le contact avec le groupe du SchistoGréseux, en ce qui concerne le cuivre, et dans les quartzites feldspathiques de ce dernier groupe en ce qui concerne la minéralisation en blende-pyrite-galène.

La ressemblance de ladite minéralisation avec celle de Kipushi est évidente. Elles forment une province métallogénique assez vaste, caractérisée par la même association (Cu-Pb-Zn, Ge, V) dont l'age absolu est supérieur à 650 Ma (Scolari, 1965).

précédent sommaire suivant