pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Les formations néoprotérozoiques du Katanguien et de l'Ouest Congolien: caractéristiques communes et dissemblances


par Kapel KAPAPA ELEAZARD
Université de Lubumbashi - Graduat en sciences géologiques 2011
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

précédent sommaire suivant

III.2. DIVERGENCES

Le Katanguien et l'Ouest Congolien, bien qu'ils présentent certaines caractéristiques communes basées plus dans leurs histoires sédimentologiques, ces deux formations montrent certains points de parallélisme qui sont beaucoup issus de leurs évolutions géodynamiques.

Ces différences, d'après tout, sont multiples et dans ce travail, le contexte géodynamique sera mis à la première marche pour essayer de comprendre des démarcations y afférentes et aussi, montrer, malgré la présence de certains gîtes épigénétiques, l'absence d'une importante minéralisation sur tout l'assemblage minéral Cu-Co-U.

III.2.1. CONTEXTE GEODYNAMIQUE III.2.1.1. KATANGUIEN

Le contexte géodynamique est un domaine complexe mais les points marquant l'évolution de ce système seront marqués pour une meilleure compréhension. Au début, François (2006) montre que le Katanguien s'est déposé dans la dépression qui correspond probablement à un rift post-Kibarien qui évolue vers une plate-forme continentale en forme de golfe, graduellement submergé par une transgression marine. Après, dans son évolution, il a dû subi des événements précoces caractérisés par certaines lacunes et certains plissements.

On note dans le Katanguien l'existence de deux phases tectoniques :

> La première phase tectonique, appelée Kolwezienne, s'est produite à la fin du dépôt

du Ku.2.1., avec comme résultats des plis deversés vers le Nord, des chevauchements et des charriages orientés dans la même direction, accompagnés parfois de vastes lambeaux de poussée sans l'effet de la gravité et grace à la présence des couches plastiques dans le Roan, le socle n'a très probablement pas participé à ce plissement ;

> La seconde phase tectonique, appelée Kundelunguienne, survenue après le dépôt de

tout le Kundelungu (Kuou Ks). Il s'exprime par des plis déversés vers le sud et par des retrochevauchements orientés dans la même direction. Elle a certainement déformé les structures de la phase Kolwezienne. En Zambie, les observations montrent qu'elle a touché le socle (François, 2006).

Malgré ces mouvements tectoniques, qui ailleurs ont été faibles comme dans le cas du Katanguien tabulaire occupant la moitié septentrionale du golfe du Katanga, soit plus de 75000 km2, le Katanguien est resté en place.

III.2.1.2. L'OUEST CONGOLIEN

La chaine ouest congolienne a subi des événements tectoniques intenses comme le démontre la figure (10). Après une phase de cratonisation estimée aux environs de 2500Ma, vient la phase de l'océanisation. Cette dernière a permis l'écartement du craton du Congo avec celui de San-Francisco (Brésil) ; qui jadis étaient ensemble.

L'activité de ces deux marges continentales a évolué pour, après 2000Ma, produire une subduction suivie de la collision de la marge continentale active brésilienne sur la marge continentale passive congolaise étant à la base des phénomènes volcaniques intracratoniques.

Aux environs de 1000 Ma, la chaîne Quest Congolienne a subi un phénomène de rifting (Vicat et al, 1989). Cette phase s'est traduit par un bombement régional au niveau de la zone axiale de la dite chaîne, par la formation de l'aulacogène du Bas-Congo où s'accumulent les dépôts du protérozoïque supérieur (les formations ouest congoliennes). Le rifting est suivi par la subsidence qui a été à la base de fossés d'effondrement et de horsts au niveau de la cuvette du Congo où ces structures sont actuellement masquées par les dépôts phanérozoïques. Ces événements marquent le début du cycle panafricain.

Il faut signaler que le rifting n'atteint cependant pas le stade de l'ouverture océanique comme c'est le cas, à la méme époque, le long de la bordure orientale du craton ouest africain.

Comme nous l'avons déjà indiqué, la prolongation de notre domaine se trouverait au Brésil, à l'ouest du craton de San-Francisco (Caby, 1984). De telles connaissances de la région permettent de considérer le Bas-Congo comme une zone de subsidence mais pas une zone de socle (Cahen, 1954).

KAPAPA ELEAZARD 60

Travail de fin de cycle

Fig. 10. Evolution tectonique et minéralisation de la chaine Ouest Congolienne.1) manteau supérieur ; 2) Croute
continentale ;3) croute océanique; 4) Granites alcalins; 5)Granites calco-alcalins ; 6)Volcans ; 7) Itabirites ; 8)
Magmatisme basique et ultrabasique ; 9) Tillites ;10)Dépots sédimentaires ;11)Dolérites ;12)Pegmatites ;13)
Sédiments plissés ;14)Minéralisation :D :Diamant ;C :Craton du Congo ;S.F :Craton de Sao-Francisco.

précédent sommaire suivant