WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact du réchauffement climatique sur la distribution spatiale des ressources halieutiques le long du littoral français: observations et scénarios

( Télécharger le fichier original )
par Sylvain Lenoir
Université Lille 1 Science - Doctorat 2011
  

précédent sommaire suivant

1. Résumé du chapitre III

1.1. Avant-propos

Les stocks de poissons fluctuent dans le temps et l'espace. Comprendre pourquoi et comment ces stocks varient, représente un enjeu majeur pour les politiques de gestion durable des ressources et pour les professionnels du secteur de la pêche (Rosenzweig, 1995; Barange & Harris, 2003). De nombreux outils existent pour évaluer et prédire les changements dans la dynamique des stocks liés à l'exploitation ou aux processus intraspécifiques, telle la relation stock-recrutement. En revanche, l'étude de l'impact du climat et plus particulièrement du réchauffement climatique, n'est encore que rarement intégrée dans les plans de gestion durable des ressources marines. La nature systémique de la gestion de ces ressources est une vision récente (Cury et al., 2008). Pourtant, de nombreuses études ont mis en évidence les conséquences multiples du réchauffement climatique sur l'écosystème marin (Edwards & Richardson, 2004; Brander, 2007; Stempniewicz et al., 2007; Kirby & Beaugrand, 2009). La redistribution des espèces est l'une de ces conséquences, régulièrement observée (Beaugrand et al., 2002 ; Harris et al., 2007). De la même façon, l'augmentation régionale de l'abondance de certaines espèces est expliquée par l'augmentation des températures de l'eau dans ces régions (Kirby et al., 2006; Van Damme & Couperus, 2008). Les poissons marins exploités connaissent également ces changements (Quero et al., 1998; Brander, 2003 ; Drinkwater 2005; Perry et al., 2005).

L'objectif de cette étude était de mettre en lumière l'impact prépondérant du climat et du réchauffement climatique sur la distribution spatiale de huit espèces de poissons. Pour ce faire, la niche écologique des espèces a été retracée à partir de leurs préférendums, eux-mêmes évalués uniquement à partir de données de présence des espèces. Le modèle NPPEN a été utilisé pour cartographier la répartition géographique passée, présente et potentielle de ces poissons, en fonction de trois paramètres environnementaux (SST, bathymétrie et SSS). Le modèle NPPEN a pu ainsi être testé sur différents types de jeux de données (complet ou incomplet, homogène ou non...). La robustesse des résultats a été estimée par comparaison avec ceux d'un autre modèle : le modèle Relative Environmental Suitability (RES, Kaschner et al., 2006). Au final, des cartes illustrant les pertes et gains possibles pour chacun des poissons ont été produites.

précédent sommaire suivant