WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact du réchauffement climatique sur la distribution spatiale des ressources halieutiques le long du littoral français: observations et scénarios

( Télécharger le fichier original )
par Sylvain Lenoir
Université Lille 1 Science - Doctorat 2011
  

précédent sommaire suivant

1.4. Principaux résultats obtenus

? Analyse 1

L'étude des préférendums thermiques a confirmé les contraintes et exigences environnementales différentes pour les espèces étudiées. Ce résultat permet de souligner l'importance de chacun des descripteurs environnementaux pour la distribution spatiale des poissons marins.

? Analyse 2

Le modèle NPPEN semble, malgré un nombre réduit ou un manque d'homogénéité des données d'observations, capable de retranscrire de façon proche de la réalité, la niche écologique des espèces. Les limites de distribution des données, le long des gradients environnementaux, paraissent jouer un rôle plus important que le nombre et l'homogénéité de ces données.

? Analyse 3

Les cartes de distribution obtenues coïncident avec les distributions connues réelles pour les huit espèces considérées. Trois types de répartitions géographiques sont retrouvés : (1) la mer du Nord et la mer Celtique (sprat européen, turbot et lieu jaune); (2) le sud de la mer du Nord, la Manche et la façade Atlantique de l'Europe (anchois européen, sole commune et chinchard de l'Atlantique) et (3) du sud de la mer du Nord au nord la mer de Barents (lieu noir et églefin).

? Analyse 4

L'étude de la corrélation, entre les résultats issus du modèle NPPEN et ceux du modèle RES, montre que ces deux techniques, différentes dans leur interprétation de la forme de la niche écologique (forme trapézoïdale et forme Gaussienne), produisent des résultats équivalents en termes de réalisme.

? Analyses 5 et 6

Selon le modèle, toutes les espèces étudiées semblent poussées vers des latitudes supérieures par le réchauffement des eaux. Si certaines de ces espèces paraissent pouvoir s'établir durablement à ces nouvelles latitudes, d'autres comme le lieu jaune pourraient ne pas trouver des conditions environnementales en rapport avec leurs exigences. Au final, le bilan des changements de répartition attendus révèle que les espèces à niche écologique plus étroite risqueront d'avoir le bilan le plus négatif.

1.5. Conclusion

Le modèle NPPEN confirme, dans ce chapitre, sa capacité à prédire la distribution spatiale des poissons marins à l'échelle de l'Atlantique Nord, et ce à partir uniquement de données de présence. Contrairement au RES, le NPPEN à l'avantage de ne pas considérer la niche comme ayant une forme trapézoïdale mais comme suivant une forme théorique Gaussienne, plus en rapport avec la définition donnée par Hutchison (Hutchinson, 1957). De plus, même si la pertinence des résultats augmente avec le nombre de données de présence, un nombre plus restreint de données peut suffire à produire de bons résultats, dès lors qu'il permet de bien délimiter les contours de la niche écologique des espèces.

La cartographie de la répartition spatiale potentielle des huit espèces de poissons étudiées montre que, dans un océan plus chaud, une tendance générale de déplacement de ces populations de poissons vers des latitudes supérieures, est attendue. La vitesse et l'intensité de ce déplacement seront fonction, d'une part, de la vitesse et de l'intensité du réchauffement climatique ; et d'autre part de la possibilité qu'auront les espèces à trouver des enveloppes environnementales en adéquation avec leur niche écologique. Ainsi, certaines espèces à la niche écologique plus étroite, tel le lieu jaune, risquent de se raréfier dans le futur.

précédent sommaire suivant







Rassembler les contraires c est creer l harmonie