WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Mise en place d'une comptabilité dans une entreprise

( Télécharger le fichier original )
par Laure Esther SANOU
Institue Burkinabé des Arts et Métiers (IBAM) Université de Ouagadougou - Diplôme Universitaire de Technologie (DUT-Finance Comptabilité) 2007
Dans la categorie: Rapports de stage
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION GENERALE

Bien que le SYSCOA soit un référentiel comptable assez performant, sa mise en oeuvre pose un certain nombre de difficultés au niveau de certaines entreprises burkinabé. Au cours de notre stage au cabinet PANAUDIT, nous avons participé à plusieurs missions de mise en place de comptabilité qui nous ont permis de faire les constats suivants dans certaines entreprises burkinabés :

- la non existence d'un plan comptable SYSCOA,

- la non maîtrise par le personnel comptable des écritures pour chaque cycle d'activité,

- la non maîtrise des principes comptables,

- l'inexistence d'un outil de traitement de l'information comptable,

- l'inexistence d'un manuel de procédures comptables.

Face aux difficultés rencontrées par les entreprises citées ci-dessus dans la mise en application du SYSCOA et par delà certaines entreprises burkinabé, nous voulions faire quelques suggestions. Nous pensons que celles-ci contribueront à l'amélioration de l'application du SYSCOA.

- Sur le plan organisationnel les entreprises doivent élaborer les documents préconisés par le règlement du SYSCOA. Ces entreprises doivent mettre en place un manuel des procédures comptables et opérationnelles en conformité avec le nouveau système comptable. Cette formalisation des procédures doit être précise, concerner tous les cycles d'activité et être connue de tous. En outre, elles doivent veiller à faire une définition claire et précise des fonctions, des responsabilités et des tâches des différents agents notamment ceux des services comptables.

- Sur le plan humain, nous pensons que les entreprises burkinabé doivent opter pour une formation continue de leur personnel tant comptable que non comptable afin d'accroître leurs connaissances au nouveau système comptable. Ceci permettra de les familiariser aux nouvelles techniques comptables, aux techniques d'analyse et de justification des comptes, aux nouvelles dispositions fiscales.

- Sur le plan du système du traitement de l'information, les entreprises doivent se doter d'un logiciel performant de comptabilité, de gestion des stocks, de gestion des immobilisations, de gestion de la paie. Cela facilitera le traitement notamment la saisie des données comptables, le suivi de la gestion des stocks et des immobilisations et enfin l'élaboration des états financiers dans les délais (au plus tard le 30/04/200N+1)

Pour les entreprises n'ayant pas mis en place le nouveau système comptable et une organisation comptable n'auront pas des états financiers fiables et risquent des redressements sur le plan fiscal, et la non certification de leurs états financiers par les commissaires aux comptes.

En effet, il serait souhaitable que l'administration fiscale prenne en compte les difficultés de mise en oeuvre réellement éprouvées par les entreprises burkinabé en étant par exemple plus tolérante quant au respect des délais de dépôt des états financiers et aussi, en jouant pleinement son rôle de conseil par l'information et la sensibilisation des contribuables en général et des entreprises en particulier.

précédent sommaire suivant