pubAchetez de l'or en Suisse en ligne avec Bullion Vault


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

Populations et aires protégées en Afrique de l'Est


par Gaspard RWANYIZIRI
Université Michel de Montaigne-Bordeaux III - DEA Géographie 2002
Dans la categorie: Géographie
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

    UNIVERSITE MICHEL DE MONTAGNE-BORDEAUX III U.F.R DE GEOGRAPHIE ET D'AMENAGEMENT

    D.E.A Dynamiques des Milieux et des Sociétés: Espaces tropicaux

    POPULATIONS ET AIRES PROTEGEES EN

    AFRIQUE DE L'EST (Burundi, Kenya, Ouganda, Rwanda, Tanzanie)

    Mémoire présenté en vue de l'obtention

    du DEA de Géographie par Gaspard RWANYIZIRI

    Sous la direction de Monsieur le Prof. Georges ROSSI

    Dédicace

    A Yvonne

    A Pierre Sirven

    REMERCIMENTS

    Ce mémoire est le résultat d'un travail qui nous a souvent valu un surcroît d'effort, de patience et d'abnégation et qui n'aurait pu être réalisé sans le concours de bien des personnes auxquelles nous voudrions exprimer notre profonde gratitude.

    Au premier rang, Monsieur le Professeur Georges Rossi, directeur du travail qui, depuis la conception du sujet jusqu'à la présentation de ce mémoire, n'a cessé de nous entourer de son admirable expérience scientifique. Nous avons été particulièrement sensible à la qualité de ses différentes publications, à la pertinence de ses remarques, à ses conseils combien judicieux et même, à ses encouragements. Qu'il trouve ici l'expression de nos sentiments de reconnaissance !

    Un hommage tout particulier s'adresse également à Monsieur Jean Etienne Bidou qui, tout au long de nos recherches, nous a apporté son immense soutien tant scientifique que moral. Nous devons aussi une grande dette morale au Chef de Département de Géographie (U.N.R. -Butare), Monsieur Gakinahe Gaju Charles, et à tous les collègues de travail dont l'amitié et les encouragements comptent pour beaucoup dans la réalisation de ce travail.

    Notre sympathie va enfin, à Monsieur Carlos Jenart du Centre de Documentation UMR REGARDS/IRD qui, par sa disponibilité et son dévouement nous a rendu un grand service que nous inscrivons déjà à l'actualité de notre souvenir quotidien.

    Gaspard Rwanyiziri

    SIGLES UTILISES

    ADIGMAR : Association pour le Développement Intégré des
    Groupes Marginaux au Rwanda

    ADMADE: Administration Management Design (Zambie)

    CAMPFIRE: Communal Areas Management Program for Indigenous Ressources (Zimbabwe)

    CEGET: Centre d'Etudes de Géographie Tropicale (Bordeaux) CITES: Convention on International Trade of Endangered Species (Convention de Washington)

    CMED: Commission Mondiale sur l'Environnement et le Développement CNRS: Centre National de Recherche Scientifique (France)

    CNUED: Conférence des Nations Unies pour l'Environnement et le Développement FAO: Organisation des Nations Unies pour l'Agriculture et l'Alimentation

    GBK: Projet Gishwati Butare Kigali (Rwanda)

    KWS: Kenya Wildlife Service

    MAB: Man And Biosphere (Programme de l'Homme et la Biosphère, UNESCO) MARP: Méthode Accélérée de Recherche Participative

    MINAGRI: Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et des Forêts (Rwanda) MINETO: Ministère de l'Environnement et du Tourisme (Rwanda) MINIFINECO: Ministère des Finances et de l'Economie (Rwanda) MINIPLAN: Ministère du Plan (Rwanda)

    OCIR: Office des Cultures Industrielles du Rwanda

    ORSTOM: Institut français de Recherche Scientifique et Technique en Coopération (France)

    ORTPN: Office Rwandais de Tourisme et des Parcs Nationaux PICD: Projet Intégré de Conservation et de Développement PNUD: Programme des Nations Unies pour le Développement PNUE: Programme des Nations Unies pour l'Environnement PRA: Participatory Rural Appraisal

    RRA: Rapid Rural Appraisal

    UFR: Unité de Formation et de Recherche

    UICN: Union Internationale pour la Conservation de la Nature (actuellement Union Mondiale de la Nature)

    UMR:Unité Mixte de Recherche

    UNESCO: Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture UNR : Université Nationale du Rwanda

    USAID: United States Agency for the International Development (Coopération des Etats-Unis d'Amérique)

    WCI: World Conservation Institute

    WRI: World Resources Institute

    WWF: World Wildlife Fund of nature

    Table des Matières

    Page

    Dédicace i

    Remerciements ii

    Sigles utilisés iii

    Table des matières .iv

    Liste des tableaux ...viii

    Liste des figures ix

    Liste des cartes .. x

    Liste des annexes . xi

    Introduction générale 1

    Première partie: AIRES PROTEGEES: CONSIDERATIONS RELATIVES AU CONCET ET EVOLUTION DE LA POLITIQUE COLONIALE DE

    CONSERVATION EN AFRIQUE DE L'EST 7

    Chapitre I: Les principaux acquis historiques et théoriques du concept « aire protégée »..... 8

    1.1. Les fondements historiques du concept 8

    1.1.1 Les aires protégées anciennes 8

    1.1.2 Les aires protégées modernes 9

    1.1.3 Le rôle des organisations de protection de la nature

    dans la promotion des aires protégées 10

    1.2 L'aire protégée comme outil de gestion de l'environnement et/ou

    d'aménagement du territoire 13

    1.2.1 Le poids des activités humaines sur l'environnement 14

    1.2.2 Etude d'une aire protégée: approche développementaliste . 17

    Chapitre II: Eléments de la politique coloniale de conservation en Afrique orientale 19

    2.1 Etude historique des aires protégées en Afrique orientale coloniale 20

    2.1.1 L'implantation coloniale belge et la création des premiers parcs nationaux et réserves forestières au Ruanda-Urundi 21
    2.1.2 L'exclusion comme fondement de la politique britannique

    de conservation 23

    2.2 Etude géographique des aires protégées en Afrique orientale 28

    2.2.1 L'influence des particularités orographiques dans la

    délimitation géographique des aires protégées 29

    2.2.2 Relations entre peuplement démographique et localisation

    des aires protégées 33

    Deuxième partie: AIRES PROTEGEES EN AFRIQUE ORIENTALE: TERRITOIRES PROTEGES, TERRITOIRES CONVOITES 38

    Chapitre I. Le développement de la conservation dans les Etats nouvellement indépendants: l'héritage colonial bien

    assumé 39

    1.1 Le renforcement de la législation en matière de conservation: le cas du Rwanda et du Burundi 39
    1.1.1 Juin 1973: date de création de l'Office Rwandais du Tourisme et

    des Parcs Nationaux (O.R.T.P.N.) 39
    1.1.2 Mars 1981: date de création des premiers parcs nationaux

    au Burundi 43

    1.2 L'émergence des politiques différentes en Afrique orientale ex-anglaise... 44 1.2.1 Opposition entre politique libérale kenyane et le socialisme

    Tanzanien 45
    1.2.2 Antagonismes politico-ethniques et crise de la politique de

    conservation en Ouganda 49

    Chapitre II. Les enjeux de la politique de conservation en Afrique orientale 51

    2.1 Importance des aires protégées dans la vie socio-économique 51
    2.1.1 Le développement du tourisme lié aux aires

    protégées 51

    2.1.1.1 Potentialités et supériorité de l'industrie touristique

    kenyane 52

    2.1.1.2 La relève du tourisme tanzanien 54

    2.1.1.3 Conflits armés comme base du fléchissement du secteur touristique au Rwanda, au Burundi et en Ouganda 56
    2.1.2 L'analyse de l'impact de la politique de conservation

    sur les structures socio-culturelles des populations 58

    2.1.2.1 Le mépris à l'égard des modes de vie des

    acteurs locaux 58

    2.1.2.2 Des apports socio-culturels peu convaincants 59

    2.2 Les défis auxquels la politique de conservation est confrontée 61

    2.2.1 La pression démographique comme menace potentielle pour la protection de la nature au Rwanda et au Burundi. Illustration par l'étude des cas 61

    2.2.1.1 Cas du Parc National des Volcans au Rwanda 64

    2.2.1.2 Cas de la Foret naturelle de Gishwati au Rwanda . 65

    2.2.2 La survie des populations victimes de la création des

    parcs et réserves. Illustration par étude des cas 68

    2.2.2.1 Dépossession politique, territoriale, économique

    et culturelle des Maasai du Kenya et/ou de la Tanzanie.. 68

    2.2.2.2 La famine et misère liées à la dépossession territoriale.

     

    Cas des Iks du Nord de l'Ouganda

    71

    2.2.3 Problèmes écologiques associés à la conservation

    72

    2.2.3.1 Dommages causés par les animaux sauvages

    73

    2.2.3.2 Dommages causés par le tourisme intensif

    73

    Conclusion de la deuxième partie

    77

    Troisième partie: L'AVENIR DES AIRES PROTEGEES: VERS UNE POLITIQUE DE CONSERVATION COHERENTE 78

    Introduction 78

    Chapitre I. La nouvelle politique de conservation comme élément de l'évolution sociale.... 79

    1.1 Les principales approches de l'évolution de la conservation 79

    1.1.2 De l'écologie classique à la considération de la

    valeur humaine 79
    1.1.3 L'approche participative comme fondement

    d'intégration des populations locales 81

    1.2 L'avènement de la conservation participative et quelques tentatives

    de gestion commune en comparaison avec la politique de l'Afrique

    australe 83
    1.2.1 Nouvelle ère de la conservation: couple conservation/

    développement 83
    1.2.2 Les exemples venus d'Afrique australe.

    Etude des cas 87

    1.2.3 Etat actuel de la conservation participative en

    Afrique orientale. Etude des cas 93

    Chapitre II. Nouvelles formes d'aires protégées: stratégies actuelles et quelques

    considérations et perspectives en Afrique orientale 98

    2.1 Bases conceptuelles des aires protégées pour le 21ème siècle 98

    2.1.1 Projet des aires protégées transfrontalières . 99

    2.1.2 La responsabilisation des populations locales 103

    2.1.3 Réformes administratives 105

    2.1.4 Dynamiser le tissu économique dans les pays du Sud 106

    2.2 Quelques considérations et perspectives d'avenir de la politique

    de conservation en Afrique orientale 107

    2.2.1 Le cas de l'Afrique orientale ex-anglaise 107

    2.2.2 Le cas de l'Afrique orientale ex-belge 110

    Conclusion de la troisième partie 115

    Conclusion générale 116

    Liste des tableaux

    Tableau I: Superficie, année de mise en réserve, localisation et objectifs des

    aires protégées du Ruanda colonial 22

    Tableau II: Situation actuelle des aires protégées au Rwanda 41

    Tableau III: Les partenaires en coopération avec les principaux parcs

    nationaux du Rwanda 43

    Tableau IV: Situation actuelle des aires protégées en Afrique orientale 50

    Tableau V: L'évolution du tourisme international au Kenya (1946-199 1) 54

    Tableau VI: Comparaison entre densités de population et terre

    arable par habitant au Rwanda (de 1950 à 2013) 63

    Liste des figures

    Figure de couverture: Jeunes filles Maasai dans un parc kenyan (Photo tirée dans R. Brunet et all., 1994)

    Figure n° 1: Agglomération (Umudugudu) de Kijote au pied du flanc Nord

    de la foret de Gishwati 66

    Figure n° 2: Glissement de terrain sur le flanc Nord de la Foret naturelle de Gishwati (novembre 2001) 67
    Figure n° 3: Maison endommagée dans le centre de négoce de Kijote

    (Novembre 2001) 67

    Figure n° 4: Minibus en promenade dans la Réserve de Maasai-Mara. Au

    premier plan, des traces d'érosion légère et au second plan,

    attroupement de plusieurs véhicules 74

    Figure n° 5: Erosion du couvert végétal sur des pistes lanières par les roues des

    véhicules à l'intérieur de la Réserve de Maasai-Mara 75

    Figure n° 6: Schéma d'une réserve de biosphère 84

    Liste des cartes

    Carte n°1: Présentation générale de l'Afrique orientale 3

    Carte n°2: Distribution des principales aires protégées en Afrique orientale coloniale . 24

    Carte n°3: Esquisse hypsométrique de l'Afrique de l'Est 30

    Carte n°4: Distribution des densités de population 34

    Carte n°5: Situation actuelle des aires protégées au Rwanda 42

    Carte n°6: Parcs et réserves du Kenya 46

    Carte n°7: Evolution de la foret d'altitude sur la Crête Congo-Nil et

    dans le Nord-Ouest du Rwanda 62

    Carte n°8 : Les quatre sites transfrontaliers du Projet « Réduire la perte de biodiversité » en Afrique orientale anglophone 102

    Liste des annexes

    Annexe n° 1: Catégories des aires protégées et leurs caractéristiques (Catégories de l'UICN: 1994)

    Annexe n°2: Les principales conventions en matière de protection de la nature

    Annexe n°3: Articles 31, 42 et 55 du décret-loi du 26 avril 1974 (Présidence de la République Rwandaise, 1974; repris par J.B. Mbuzehose, 1999: 5 1-52) Annexe n° 4: Liste des personnes qui ont participé à notre entretien

    INTRODUCTION

    Depuis la nuit des temps, les populations autochtones de l'Afrique orientale, telles les Batwa forestiers du Rwanda et du Burundi, les Maasai du Kenya et de la Tanzanie, les Iks du Nord-Est de l'Ouganda ou les autres acteurs locaux des ressources forestières de ces pays, avaient (ou ont) leur mode de vie de gestion « traditionnel » des ressources naturelles suivant les rapports qu'ils entretenaient (ou entretiennent) avec leur environnement. Ainsi, plusieurs activités de survie, telles que la recherche du miel, la recherche des plantes médicinales, la cueillette des fruits sauvages, les diverses activités artisanales de transformation du bois en meubles, etc., se faisaient (ou se font) dans le respect des règles traditionnelles (rituelles ou non) de gestion de l'environnement.

    A l'aube du 20ème siècle, un autre mode de gestion « moderne », importé par la colonisation européenne, fut d'un coup infligé à ces populations. Dès lors, la cohabitation de ces deux modes de gestion de l'environnement n'a pas été bien négociée par ces populations. Au contraire, il s'en est suivi une dégradation presque totale du fonctionnement de leurs systèmes sociaux puisque ce nouveau mode de gestion s'est traduit sur le terrain par la création des parcs nationaux et réserves analogues. Comme le modèle de protection de ces espaces a suivi celui des américains tel que réglementé et mis en oeuvre à la fin du 1 9ème siècle, c'est-à-dire la forte limitation, voire dans plusieurs cas, l'interdiction des activités humaines à l'intérieur des aires nouvellement protégées; la création de ces espaces a entraîné l'expulsion des populations ci-haut mentionnées sur leurs territoires.

    A l'avènement des indépendances, les autorités des Etats nouvellement indépendants n'ont rien arrangé en faveur des populations chassées de leurs terres. Au contraire, elles ont bien gardé, voire renforcé, le système de conservation laissé par leurs anciens maîtres grâce, d'une part, au maintien de la quasi-totalité des espaces créés lors de l'administration coloniale, et d'autre part, suite à la création de nouveaux sanctuaires en excluant bien sûr de nouveaux paysans. Le résultat de tous ces efforts a été le développement du tourisme lié à la faune sauvage dans la région, ce qui a permis à ces Etats d'augmenter leurs revenus. C'est ainsi par exemple que le secteur touristique occupe aujourd'hui la première ressource des recettes annuelles du Kenya et la troisième au Rwanda malgré les conséquences des événements de 1994.

    Cependant, même si ces Etats ont une bonne réputation en matière de conservation grâce au tourisme international en plein essor depuis un certain temps, les décideurs politiques de ces pays (y compris les professionnels de la conservation) ne doivent pas oublier que ces progrès ont été atteints au détriment des intérêts des acteurs locaux pour qui les espaces protégés sont toujours considérés comme leurs terres ancestrales. Aujourd'hui, il sied de noter que les effets de cette nouvelle politique de gestion de l'environnement bousculent sérieusement leurs habitudes locales en entraînant des conséquences socio-économiques et écologiques dramatiques. D'une part, on assiste à une dépossession socio-économique et foncière de ces populations, et d'autre part le mécontentement que celles-ci manifestent à l'égard de ces espaces se traduit le plus souvent par des actes de vengeance tels que le braconnage, l'abattage des animaux, les feux de brousse, le défrichement massif des forêts, etc.

    En dehors du problème des populations chassées de leurs terres lors de la création des aires protégées en Afrique orientale, l'autre problème pertinent que rencontre la politique de conservation dans cette région est celui de la pression de plus en plus croissante qu'exercent

    les populations locales sur les espaces en question. L'exemple le plus connu est celui du Rwanda et du Burundi là où les densités physiques en milieu rural dépassent 250 habitants/km2, voire plus de 400 dans certaines communes rurales riveraines des espaces protégés; sans oublier certaines zones très peuplées des hautes terres kenyanes, tanzaniennes ou ougandaises qui jouxtent les aires protégées de ces pays. Il faut noter que dans toutes ces paysanneries le problème de manque de terres cultivables est souvent responsable de la misère quotidienne que subissent les populations locales. Face à cette politique de dichotomie spatiale entre les aires protégées et les zones surpeuplées, les réactions des populations locales se traduisent le plus souvent par le grignotage sauvage de ces espaces. Comme conséquence, ce grignotage peut entraîner à son tour la dégradation de l'environnement dans les zones concernées, ce qui va ainsi à l'encontre des objectifs visés par les associations de protection de la nature et les Etats ci-haut mentionnés.

    En définitive, on constate que les aires protégées constituent aujourd'hui un enjeu socio-économique, écologique et même politique de plusieurs acteurs. Pour l'acteur-Etat, cet enjeu est à la fois « économique » parce que le développement de l'industrie touristique lui apporte beaucoup de devises (nécessaire au bon fonctionnement de l'administration) mais aussi « politique » parce que, dans certains cas, ces espaces lui permettent de bien contrôler le territoire et les populations qui y habitent. Pour l'acteur communautaire (populations locales), cet enjeu est « socio-économique » parce les aires protégées sont considérées comme leur mère nourricière. Enfin, pour l'acteur international (anciens pays colonisateurs et organisations de protection de la nature), ces espaces sont considérés comme le « patrimoine génétique et environnemental » à conserver contre la tragédie des communaux1 dans le but de préserver une planète viable pour les générations actuelles mais en songeant aux générations à venir.

    Sur ce, il sied de signaler que plusieurs études (rédigées en français) ont été menées dans ce sens dans les différents pays mais quelquefois dans des disciplines autres que la géographie.

    On peut citer par exemple l'oeuvre de Colin Turnbull intitulé « Les Iks: survivre par cruauté. Nord Ouganda » (1987), connu sous le titre original «The mountain people» (1973), où l'auteur retrace le calvaire vécu par le peuple Iks du Nord-Est de l'Ouganda quelques années après leur expulsion dans la vallée de Kidepo; on peut citer également un article de X. Péron (1994) mais surtout de son ouvrage paru en 1995 intitulé « L'occidentalisation des Maasai du Kenya: privatisation foncière et destruction sociale chez les Maasai du Kenya » où l'auteur décrit l'odyssée des peuples Maasai du Kenya depuis l'époque coloniale jusqu'à nos jours. En outre, on songe également aux différentes publications de F. Constantin (1989, 1994, 1999) sur le parcours triste des Maasai de la Tanzanie; sans oublier enfin les deux travaux de J.B. Mbuzehose (1995, 1999) consacrés aux problèmes des Batwa forestiers du Rwanda et du Burundi même si un accent particulier a été mis sur ceux du Rwanda. En ce qui

    Carte n° 1: Présentation générale de l'Afrique orientale

    (Kenya, Ouganda et Tanzanie, plus le Burundi et le Rwanda)

    concerne le problème des rapports populations/ressources au Rwanda et au Burundi, plusieurs travaux ont été publiés là-dessus mais nous allons nous appuyer sur le récent ouvrage de Hubert Cochet (2001), intitulé « crises et révolutions agricoles au Burundi », là où l'auteur explique en long et en large les enjeux de gestion de l'espace dans ces deux pays (le Burundi en particulier) depuis l'époque coloniale (et même avant) jusqu'à nos jours. Cet ouvrage résume bel et bien la situation socio-économique, politique et spatiale dans laquelle se trouvent les deux pays après les événements douloureux qu'ils ont traversé (ou traversent) depuis plus d'une dizaine d'années1.

    Les auteurs de ces publications évoquent en général les problèmes rencontrés par les populations locales étudiées mais ils ne traitent pas à fond les conséquences socio- économiques et même écologiques qui découlent de cette politique de conservation. De surcroît, les mêmes auteurs ne proposent pas des nouvelles méthodes envisageables pour l'avenir à la fois de ces populations et de celui des aires protégées compte tenu des politiques en cours au niveau mondial (proposées par les instances internationales) qui privilégient le mariage entre la conservation et le développement ou tout simplement des expériences de gestion de la faune sauvage en associant les populations locales telles que réalisées avec succès en Zambie et au Zimbabwe.

    Notre travail aura donc comme tâche principale de relever ce défi en se consacrant sur

    les méthodes d'utilisation de l'espace et de ses ressources compte tenu des logiques et des

    stratégies des acteurs en jeu. Pour y arriver, les trois principaux objectifs sont visés:

    - Retracer le rôle de l'administration coloniale et post-coloniale dans

    l'expulsion des populations locales lors de la création des aires protégées;

    - Dégager les atouts et les défis que présentent les aires protégées en Afrique

    orientale;

    - En s'inspirant des orientations actuelles de la politique de conservation dans

    le monde et des expériences de conservation participative réalisées en Afrique australe, proposer quelques pistes de solutions en vue de faire associer convenablement les populations locales de l'Afrique orientale à la gestion des aires protégées.

    Par ailleurs, nous constatons que cette étude va sans doute nous mettre dans une recherche idéologique caractérisée par une confrontation de deux modes de pensée: l'un qui prêche la conservation des espaces protégés en Afrique de l'Est comme une arme première de protection de l'environnement, et l'autre, pour qui, la mise en valeur de ces espaces, tout en assurant leur protection, est l'une des meilleures solutions de combattre la pauvreté des populations locales, et par voie de conséquence d'atteindre le développement local.

    Face à cette dichotomie, et pour mieux aborder notre thème de recherche, trois principales hypothèses ont été formulées:

    - Les problèmes de dépossession socio-économique et territoriale dont

    souffrent les populations vivant aux alentours des aires protégées sont liés à la politique d'exclusion longtemps menée par les autorités coloniales et post- coloniales dans la région. Cependant, des différences subsistent entre les Etats de l'Afrique orientale ex-anglaise et ceux de l'Afrique orientale ex- belge.

    1 Vous pouvez aussi consulter la thèse de J.E.Bidou (1994) sur le Burundi ou les articles de F. Imbs (1997), F. Imbs, F. Bart et A. Bart (1994), G. Rossi et all. (1998c) ou la thèse de X. Amélot (1998) sur le Rwanda

    - Les espaces protégés constituent aujourd'hui un enjeu socio-économique,

    politique et écologique majeur entre les intérêts des acteurs locaux, ceux de l'acteur-Etat, ceux de l'acteur international représenté par les ONG de protection de la nature. Après plus d'un demi-siècle de leur création, on constate que les intérêts des plus forts (Etat et ONG) écrasent ceux des populations locales.

    - La politique de conservation participative, à l'instar des expériences réalisées

    au Zimbabwe et en Zambie, est la meilleure solution aux différents obstacles auxquels sont confrontés les professionnels de la conservation en Afrique de l'Est. Outre la régression des menaces qui pèsent actuellement sur les aires protégées, cette participation pourra entraîner la diminution de la pauvreté des populations riveraines de ces espaces.

    Enfin, en vue de mener à bien ce travail, la méthode d'exploitation des sources écrites a été privilégiée. Cette bibliographie a été complétée par des entretiens menés auprès des personnes travaillant dans des projets et/ou des institutions internationales de recherche sur la conservation ou des personnes ayant des connaissances particulières sur la politique de conservation dans l'un ou l'autre pays qui fait partie de l'Afrique de l'Est (voir annexe n° 4). Dans le souci d'argumenter et/ou d'illustrer le travail au travers des études des cas, un accent particulier a été mis sur les exemples des aires protégées terrestres du Kenya, le pays le plus avancé en matière de conservation dans la région, et sur ceux du Rwanda, le pays le plus peuplé de l'Afrique orientale, et par voie de conséquence là où la politique de conservation serait probablement remise en cause.

    Pour terminer, il sied de dire que cette étude a pour objet de porter à la connaissance des décideurs politiques des pays ci-haut cités (et même dans le monde entier), des milieux scientifiques de diverses disciplines (anthropologie, écologie, géographie, économie, etc.), et des professionnels de la conservation la réalité du problème des populations expulsées de leurs terres ou vivant à proximité des aires protégées, et qui sont aux prises avec les enjeux que représentent ces espaces à l'échelle locale, nationale et internationale.

    Pour structurer notre démarche, nous avons divisé notre travail en trois parties dont chacune est divisée, à son tour, en deux chapitres. La première partie est consacrée à une analyse des acquis historiques et théoriques qui ont donné naissance à l'idée de création des aires protégées dans le monde en essayant de montrer leurs origines, leurs fondements, ainsi que leurs réalités actuelles. Nous avons essayé également d'approfondir cette analyse en jetant un coup d'oeil sur l'impact historique et géographique des politiques coloniales de protection de la nature qui se sont succédées en Afrique Orientale depuis le début du 20ème siècle.

    Après avoir vu l'impact des politiques coloniales de conservation, la deuxième partie se bornera sur les changements opérés par les Etats nouvellement indépendants en la matière et leurs enjeux sur la situation socio-économique de chaque pays. Enfin, à partir des expériences de l'Afrique australe, nous avons tenté dans la troisième partie d'apporter notre point de vue sur les nouvelles orientations qu'il faudrait mettre en oeuvre en vue d'une meilleure gestion des espaces protégés dans tous les pays de l'Afrique orientale.

    Après une conclusion générale, nous présenterons une bibliographie de tous les documents utilisés. Elle portera sur les aires protégées dans le monde, en Afrique et surtout en Afrique de l'Est. En ce qui concerne cette dernière zone, quelques ouvrages généraux en

    rapport avec l'environnement, l'écologie, le développement, la démographie, l'économie, le système politique et surtout la politique environnementale ont attiré notre attention pour mieux aborder notre sujet.

    La grande partie de la documentation est disponible ici à Bordeaux (UFR de Géographie et d'Aménagement / Université de Bordeaux III, Centre de documentation UMR REGARDS/CNRS-IRD, Centre de documentation de l'Institut d'Etudes Politiques/ Université de Bordeaux IV). Dans le souci de compléter notre bibliographie, nous nous sommes rendus, au mois d'avril dernier, au Centre de documentation de l'UNESCO à Paris, puis au Service du Patrimoine naturel de la même institution. Nous ne pouvons pas oublier enfin les différents sites visités et qui, tout au long de notre recherche, nous ont permis d'actualiser nos recherches.

    Première partie

    AIRES PROTEGEES: CONSIDERATIONS RELATIVES AU CONCEPT ET EVOLUTION DE LA POLITIQUE COLONIALE DE CONSERVATION EN AFRIQUE DE L'EST

    Tout en mettant l'accent sur les relations « sociétés/ressources naturelles», cette partie va nous permettre d'abord de relater l'historique des aires protégées depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours. Nous verrons ensuite quelques théories qui justifient la création des espaces protégés dans le monde; et enfin, l'analyse de ces justifications nous aidera à comprendre les politiques coloniales de conservation qui ont été menées en Afrique orientale.

    Chapitre I

    LES PRINCIPAUX ACQUIS HISTORIQUES ET THEORIQUES DU CONCEPT « AIRE PROTEGEE »

    Le concept d' « aire protégée » recouvre aujourd'hui une gamme étendue de catégories de conservation. L'objet de ce chapitre est de faire une étude historique et spatiale des principales lois et théories qui expliquent l'utilisation et la gestion actuelles des ressources naturelles dans le monde en général et en Afrique orientale en particulier.

    1.1 Les fondements historiques du concept « aire protégée »

    Par définition « n'importe quelle zone faisant l'objet d'un contrôle particulier sur le plan juridique et administratif ou pour des raisons de tradition, ainsi que des mesures d'aménagement visant à conserver certaines caractéristiques, constitue une aire protégée. »1 Dans ce contexte, des écrits anciens montrent que ce contrôle et cette nécessité de conserver certains espaces qui abritent des ressources naturelles variées (faune et flore) se sont manifestés depuis plusieurs siècles. Depuis lors, le concept « aire protégée » a connu une longue histoire dans l'évolution des sociétés. Aujourd'hui, il est devenu un mode universel de protection de la nature tout en répondant à plusieurs catégories de valeurs de ces sociétés.

    1.1.1 Les aires protégées anciennes

    Dans leur forme ancienne, les aires protégées (même si le terme n'existait pas à cette époque) avaient des objectifs et des modes de fonctionnement forts éloignés des concepts actuels de conservation. Ceci a poussé plusieurs auteurs à faire des recherches sur les vraies raisons qui conduisirent certaines civilisations à prendre des mesures de protection d'un espace donné. Selon ces auteurs, les « tabous religieux » (Ramade F., 1981) sont considérés comme les premières explications de la mise en place des aires protégées anciennes. De ce fait, on peut dire sans se tromper que les « forêts sacrées » des sociétés autochtones du monde tropical sont les premières aires protégées au monde même si il est extrêmement difficile de préciser l'époque exacte où cette première initiative de protection aurait été prise.

    En abondant dans le même sens, G. Sournia (1996) affirme que, pour des raisons de croyance, l'île de l'Inner Farne est la première réserve (au sens classique) ornithologique au monde puisque sa création remonte vers les années 676 après Jésus Christ. En effet, ajoute-t- il, c'est au cours de cette époque que « saint Cuthbert se retire sur la petite île de Inner Farne au large du Nurthumberland, sur la côte Est de la Grande Bretagne, pour y vivre en éternité. Ce grand croyant aime les oiseaux, qui, chaque année arrivent par milliers sur l'île au printemps. Il s'oppose avec succès aux pêcheurs qui y débarquent en grand nombre, pour ramasser les oeufs et pour capturer les oiseaux marins à l'aide de filets et les mettre en conserve dans le sel. C'est ainsi que l'île de l 'Inner Farne devient la première réserve ornithologique au monde. » (Sournia, G., idem)

    1 Unasylva, 176, vol. 45, p. 2 (auteur anonyme)

    Par ailleurs, la création des aires protégées dans leur forme archaïque est également justifiée par des motivations à des « fins de chasse et de distraction » pour les familles aisées. Ainsi, il existe (ou existait) en Afrique des réserves de faune créées par les rois locaux à ces fins. Au Rwanda par exemple « l 'Itshyanya constitue [constituait] depuis des siècles un territoire d'accès rigoureusement interdit à quiconque et sévèrement gardé par les pygmées où le souverain du pays, le Mwami, se rendait rituellement une fois par an pour y tuer un éléphant ! » ( J.P. Harroy, 1970, cité par F. Ramade, op. cit.) Même si cette réserve d'Icyanya (au lieu d'Itshyanya) n'existe plus à cause de la pression démographique que connaît le Rwanda depuis les années 1960, cet exemple montre que l'idée de protection de la nature dans ce pays date depuis des années. En outre, F. Busson (1999) donne aussi l'exemple des mesures de protection des Aurochs (Urus) de la forêt de Bialowieza (Pologne) prises, dès le 13ème siècle, par les princes de ce pays à des fins de chasse.

    En somme, il faut dire que ces premières mesures de protection de la nature ci-haut évoquées avaient beaucoup inspiré certains pionniers de la création des aires protégées modernes, d'où certains les considèrent d'ailleurs comme les racines de la modernité de la politique de conservation dans le monde malgré leur manque d'efficacité par rapport aux mesures de protection actuelles.

    1.1.2 Les aires protégées modernes

    Comme nous venons de le voir, les aires protégées existent ici et là depuis plusieurs siècles. Mais sous leur forme moderne, la première année de leur existence se confond aujourd'hui avec l'histoire de la création de Yellowstone en 1872, l'année où fut créé, dans l'Etat américain de Wyoming (Etats-Unis), le premier parc du monde. A cette époque, le 1er mars de la même année, le Congrès américain donnait officiellement mandat au gouvernement fédéral de « conserver, en son état naturel, une portion du territoire national avec l'intention de l'ériger en parc public et zones de loisirs au bénéfice et pour l'agrément du public. » ( Sournia G., op. cit.)

    Cependant, F.Ramade (1981) précise que la première décision destinée à préserver des ressources naturelles dans ce pays est antérieure à cette date de création de Yellowstone. En effet, précise-t-il, « sous les conseils du célèbre naturaliste américain John Muir, pionnier de la protection de la nature dans ce continent, le Président Lincoln avait fait voter à l'unanimité par le congrès, dès 1864, une loi mettant en réserve la vallée de Yosemite et la futaie de séquoia, l'une et l'autre ultérieurement incluses dans le célèbre Parc de Yosemite, en Californie. »

    Avant que ne se termine le 1 9ème siècle, le Canada et les Britanniques suivirent aussi l'exemple des américains et entreprirent de transformer en parcs nationaux de vastes étendues sur leurs territoires respectifs. En Afrique, le mouvement fut lancé en 1898 en Afrique du Sud, à travers la création d'une réserve de chasse, la « Sabie National Reserve », laquelle devint en 1926 le célèbre Parc National Kruger ( Kruger National Park).

    Parc National Albert, aujourd'hui partagé entre le Parc National des Virunga au Congo- Kinshasa et le Parc National des Volcans au Rwanda, fut créé dans l'ex-Congo belge et Rwanda-Urundi, en 1925. Huit ans plus tard, en 1933, la Conférence de Bukavu reconnut officiellement la création des parcs et réserves en Afrique de l'Est et centrale. C'est à partir de cette date que la France s'intéresse à Madagascar, la Belgique au Ruanda-Urundi et Congo belge et la Grande Bretagne à l'Afrique orientale et australe.

    Pour des raisons de guerre (la 2ème guerre mondiale), c'est juste après 1945 que furent créés la majorité des espaces protégés dans les colonies du Sud, tout d'abord par les autorités coloniales européennes, puis par celles des Etats indépendants. Depuis les indépendances, la création des aires protégées a connu une nette accélération dans les pays du Sud suite d'une part à des déclarations issues des conférences internationales organisées par les instances des Nations Unies, et d'autre part suite à la pression que les gouvernements du Nord exerçaient sur ceux du Sud au travers les ONG de protection de la nature. Dans tout cela, il faut reconnaître le rôle joué par les grandes organisations de conservation telles que l'UICN ou le WWF dans la promotion de la politique de conservation dans le monde.

    1.1.3 Le rôle des organisations internationales de protection de la nature dans la promotion des aires protégées

    L'influence des instances internationales de conservation de la nature est aujourd'hui connue grâce aux différentes aides financières, techniques et mêmes matérielles qu'elles apportent aux différents gouvernements, surtout ceux des pays en voie de développement, ainsi qu'aux autres associations régionales ou locales qui s'intéressent à la politique de conservation. Tout commence en 1948 lorsque, sous l'égide des Nations Unies ainsi que diverses autres institutions, apparut l'UICN dont le sigle signifia successivement: Union Internationale pour la Protection de la Nature, puis Union Internationale pour la Conservation de la Nature, puis Alliance Mondiale de la Nature, et enfin depuis 1988, Union Mondiale pour la Nature (Ramade F., op. cit.; Sournia G., op. cit.).

    Dès cette époque (d'après la guerre) jusqu'à nos jours, cette organisation a joué un rôle remarquable dans la création des grands parcs nationaux dans les Etats du Sud où elle présente en tant que conseiller en matière de conservation mais aussi en tant que bailleur de fonds. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle est aujourd'hui considérée comme l'autorité suprême en matière de prise des décisions dans ce domaine grâce à ses interventions dans plusieurs pays au monde. C'est ainsi que dans le but de collecter des fonds destinés aux financements des projets à caractère international, principalement dans les pays pauvres, l'UICN avait créé, dès 1961, le Fonds Mondial pour la Nature (WWF: World Wildlife Fund for nature), un organisme très connu grâce à ses démonstrations publicitaires à la télévision et dans les journaux, ses manifestations médiatiques et scientifiques à travers des séminaires et colloques sur la politique de conservation, et un réseau très perfectionné à travers le monde. Son siège régional en Afrique orientale est à Nairobi.

    Après à peu près 30 ans de cohabitation (entre 1960 et 1990), les deux organisations ont décidé de se séparer1, et depuis les années 1990 chacune organisation est considérée comme une institution à part entière même si elles défendent les mêmes intérêts. Aujourd'hui, le WWF se définit comme «...l'organisation indépendante pour la conservation de la nature la plus importante et la plus expérimentée du globe, avec plus de 4,7 millions d'adhérents et un réseau mondial qui compte aujourd'hui 24 organisations nationales, 5 organisations associées et 26 bureaux régionaux. » (Sournia G., op. cit.) A l'heure actuelle, cette organisation intervient dans plus de 130 pays ( en particulier dans les pays du Sud là où les ressources naturelles sont encore abondantes, et où son influence se fait entendre sans beaucoup de problèmes) grâce à un réseau très organisé réunissant plusieurs participants dont près de 70 Etats membres, 130 organismes de droit public et plus de 500 ONG de protection de la nature.

    Quant à l'UICN, l'organisation qui a plus d'expérience au travers de ses interventions en matière de conservation et surtout de son ancienneté, le même auteur précise qu'elle a actuellement pour mission « d'offrir des connaissances et des conseils pour l'utilisation durable des ressources naturelles de la planète. Ses avis orientent les Etats, les Agences d'aide, les ONG, les communautés locales; elle aide à l'élaboration des conventions internationales et des lois nationales dans le domaine de la conservation. »

    Parmi les réalisations de cette organisation, on peut citer notamment le document publié en 1980 en collaboration avec le PNUE et le WWF, qui explique la nouvelle « Stratégie Mondiale de la Conservation. » C'est dans ce document en effet, que cette organisation reconnaît pour la première fois l'intérêt d'associer les populations autochtones à la gestion des aires protégées en proposant le mariage entre le concept de développement et la politique de conservation au travers les Projets Intégrés de Développement et de Conservation. On note également les différents travaux de la « Commission des Parcs Nationaux et des Aires Protégées » de cette organisation qui, depuis les années 1960, s'attachent à réglementer les différentes catégories d'aires protégées sous forme d'une classification à l'échelle internationale. La première version de cette catégorie d'aires protégées a été produite en 1973, puis modifiée en 1978 pour comporter 10 catégories. La dernière version, approuvée en 1992, puis réapprouvée en 1994, ne comporte plus que 6 catégories (voir annexe n° 1).

    Par ailleurs, en vue d'être en possession de toutes les informations nécessaires sur la situation générale des ressources naturelles dans le monde, l'UICN a créé deux grands Centres Mondiaux d'Information. Il s'agit du Centre Mondial de Surveillance Continue de la Nature (CMSC) qui a son siège à Cambridge en Angleterre et le Centre Mondial du Droit de l'Environnement situé à Bonn en Allemagne. Le rôle primordial de ceux centres est d'être les premiers dépositaires des données actualisées sur l'état de la biodiversité, sur les parcs nationaux et réserves analogues et sur les lois disponibles et applicables dans le domaine de la gestion des ressources naturelles. Les données sont connues grâce à une multitude de correspondances via les bureaux régionaux et nationaux créés au milieu des années 1980. C'est ainsi que l'organisation publie périodiquement des documents de référence tels les « Red Data Books » (un ouvrage sur l'état et les priorités en termes de conservation de certaines espèces-clès: les éléphants par exemple), la liste des Nations Unies des Parcs

    1 Elles avaient le même siège principal à Gland (Suisse)

    nationaux et des aires protégées, les revues de gestion des aires protégées, etc. (Sournia G., op. cit.).

    Enfin, l'UICN, en collaboration avec les autres instances internationales dont le WWF, a été l'un des initiateurs de nombreuses conférences et signatures des conventions en matière de conservation ou de gestion du patrimoine mondial culturel (voir annexe n° 2). Parmi les plus connues, on peut citer la Convention sur le commerce international des espèces animales en voie de disparition (CITES) ou la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le Développement qui s'est tenue à Rio en 1992, sans oublier celle qui vient de s'achever à Johannesburg sur le développement durable.

    En dehors de l'UICN et son fils le WWF, il y a d'autres organismes qui s'intéressent, d'une façon ou d'une autre, à la politique de conservation dans le monde et dont leur rôle reste non négligeable. On peut évoquer en premier lieu l'UNESCO avec ses deux programmes relatifs, l'un rapport avec la Convention du Patrimoine mondial (naturel et culturel) et l'autre aux Réserves de la Biosphère depuis le lancement du Programme de l'Homme et la Biosphère (Man And Biosphere: MAB) en 1970; puis la FAO et son Plan Forestier Tropical (PAFT) visant la conservation et l'aménagement des forêts tropicales, sans oublier bien sûr la Banque Mondiale et ses Plans Nationaux d'Action Environnementale, les fameux PNAE des années 1980 (au milieu de cette décennie). En ce qui concerne la Banque mondiale, il faut noter que cette institution donne un appui scientifique et financier à une soixantaine de projets (sur 137 à son actif) consacrés à la gestion des ressources naturelles dans le monde.

    Toutes ces organisations ont apporté (et apportent toujours) des financements énormes à la campagne de création des aires protégées dans le monde de telle sorte qu'il existe aujourd'hui plus de 8.500 aires protégées, toutes catégories confondues, réparties dans plus de 130 pays et couvrant près de 5 % des terres émergées de la planète.

    Cependant, il sied de signaler que la plupart de ces organisations exercent une pression sur les pays pauvres afin que ces derniers prennent des décisions environnementales qui leur sont favorables, et cela au détriment des intérêts des populations autochtones comme nous le verrons dans les pages suivantes pour le cas de l'Afrique orientale.

    1.2 L'aire protégée comme outil de gestion de l'environnement et/ou d'aménagement du territoire

    Dans le cadre de ce travail, l'étude d'une aire protégée fait allusion à deux domaines d'action de la « géographie appliquée », à savoir la « gestion de l'environnement » et l' « aménagement du territoire. » Dans ce contexte, ce sont les portions de la surface du globe qui sont étudiées parce que la géographie s'est toujours intéressée à l'étude des lieux. Parfois, ce sont la taille, l'échelle de ces éléments qui la préoccupent, ce qui amène à penser sur les différents modes de délimitation de la surface terrestre en lieu, en région ou en pays. Souvent c'est la nature de ces lieux et leur contenu qui sont étudiés comme c'est le cas pour notre travail.

    Ainsi, les termes d'espace, de territoire, de milieu ou d'environnement correspondent tous à des divisions de l'étendue terrestre et ont pourtant des significations très variées selon les différentes disciplines scientifiques. Ceci nous pousse à donner quelques définitions à caractère géographique afin d'éviter toute confusion lors de l'utilisation ultérieure de l'un ou de l'autre de ces termes dans ce travail. Pour y arriver, nous nous sommes servis d'un certain nombre d'ouvrages de géographie mais surtout du dictionnaire récent de géographie écrit par P. Baud et all. (1998).1 Les définitions qui seront retenues pour cette étude sont les suivantes:

    - Milieu: dans une perspective de géographie physique, le concept pose peu de problèmes. On parle alors de « milieu physique » ou « milieu naturel » qui dépend de l'interaction des phénomènes relevant de trois facteurs: les facteurs climatiques, les facteurs édaphiques et les facteurs biotiques. Mais certains auteurs refusent le terme de « milieu naturel » car la connotation de virginité qu'il implique est en contradiction avec la réalité.

    Dans un sens plus large, on parle également de « milieu géographique », c'est-à-dire un « espace marqué par une combinaison de caractéristiques naturelles, sociales, économiques voire culturelles présentant une certaine homogénéité. L'homme est donc pris en compte dans la mesure où, sans gommer le milieu naturel, il le modifie, l'aménage ou l'exploite de façon à créer des compositions originales. » (Baud P. et all., idem). Selon toujours cet auteur, le milieu géographique est donc la synthèse entre le milieu physique et l'espace humain d'où est le plus préférable dans notre démarche.

    - Espace: en géographie, l'espace est, au sens plus banal du terme, un « lieu » ou une « portion délimitée », donc cartographiable, de l'étendue terrestre. Cette acception du terme a été souvent employée par la géographie classique en raison de son caractère neutre. Ainsi, les géographes parlent d'espace boisé ou d'espace montagnard et décrivent les espaces urbains, ruraux ou culturels. Mais plus tard les géographes ont proposé une acception plus particulière et plus moderne à savoir l' « espace géographique. » Cette nouvelle acception, apparue dans les années 70 pour concurrencer la notion de milieu, est définie comme « un espace aménagé, modelé, le produit des sociétés. C'est donc l'espace vécu par l'homme. » Ce terme sera d'ailleurs le plus utilisé par rapport à celui de milieu géographique.

    - Territoire: on peut donner en première approche trois sens du mot territoire. Le premier désigne un « découpage administratif », le second parle d' « une étendue correspondant à un espace national » et le troisième, le plus utilisé par les géographes, désigne un « espace socialisé, approprié par ses habitants, quelle que soit sa taille. » Un territoire est donc l'oeuvre des hommes. Mais cette définition pose aux géographes plusieurs problèmes, le premier étant sa polysémie. En effet, mis à la mode au début des années 80, ce terme a été utilisé dans son sens le plus neutre, voire comme l'équivalent d'espace. C'est ainsi que P. Baud et all. (idem) précisent que l'aménagement du territoire a longtemps été compris comme le simple aménagement d'un espace national, ce qui ne tenait pas forcément compte des voeux des habitants. Mais l'on donne de plus en plus au territoire le sens d'un espace socialisé et

    1 Baud P. et all. (1998), Dictionnaire de géographie. Paris, Hatier, 509p.

    approprié. La « territorialité » étant l'appropriation d'un territoire, alors que le « territorialisme » peut être considéré comme le rejet de l'autre dans un territoire qui est sacralisé.

    - Environnement: d'origine anglo-saxonne pour désigner le sens écologique de cadre de vie, la notion d'environnement a posé, depuis les années 70, des problèmes sémantiques pour les géographes français même si elle apparaît pour la première fois dans la littérature française depuis 1942. A cette époque l'environnement était synonyme au milieu géographique, c'est-àdire dans le milieu construit par l'homme. Aujourd'hui, le terme a évolué et l'environnement est envisagé comme « le cadre de vie des êtres vivants, à la fois fragile, précieux, et à préserver. » On voit bien ici que le terme a pris une perspective d'analyse de type écologique. Mais dans le cadre général on peut retenir la définition proposée par les travaux de la communauté européenne. Selon ces travaux, l'environnement est envisagé comme « l'ensemble des éléments qui, dans la complexité de leurs relations, constituent le cadre, le milieu, les conditions de vie pour l'homme. » ( Veyret Y.; P. Pech, 1993) Ce terme très général désigne l'environnement social, économique et naturel.

    1.2.1 Le poids des activités humaines sur l'environnement

    Les premières marques de l'homme dans son environnement commencent avec les sociétés industrielles occidentales (fin 1 8ème et 1 9ème siècles) au moment où le développement des échanges, associé aux progrès scientifiques et techniques, marque de nouvelles étapes dans l'expression de l'homme, mais surtout dans la croissance de celle-ci.

    Dans ce contexte, l'impact de l'homme sur l'environnement a pris un autre aspect et s'est mondialisé en atteignant largement tous les continents. De ce fait, une utilisation accrue des ressources renouvelables et non renouvelables inquiète le monde entier mais cette inquiétude n'est pas partagée. Pour certains, les ressources planétaires sont sans cesse menacées par la population de plus en plus nombreuse. Le rapport Meadows « Halte à la croissance » en constitue l'illustration la plus achevée d'un monde fini (Rossi G., 2000). Le même auteur précise que ce rapport, d'inspiration néo-malthusienne, considère « qu'il existe une relation quasi mécanique, linéaire entre la dégradation de l'environnement et la croissance démographique. C'est le désormais ?cercle vicieux de dégradation? dans lequel une population de plus en plus nombreuse est contrainte d'exercer une pression toujours plus grande sur un milieu dont la ? capacité de charge? est finalement dépassée, entraînant ainsi la population et le milieu dans une spirale infernale où la paupérisation des populations et la dégradation de l'environnement se nourrissent l'une de l'autre. »

    Cette théorie sera appuyée quelques années plus tard par l'émergence de l'écologie. En effet, considérée pendant longtemps comme une science principalement biologique qui n'avait guère intégré l'homme dans ses préoccupations, elle tend depuis les années 80 à changer. Son évolution récente reconnaît l'homme comme une source de perturbations, comme un nouveau moteur de l'évolution par les changements qu'il impose à la planète. (Veyret Y. ; Pech P., idem). Aujourd'hui cette approche inclut l'homme et fait de l'écologie un outil pour les politiques d'aménagement du territoire et de gestion de l'environnement. Elle est d'ailleurs à la base de la récente création massive des aires protégées dans le monde mais surtout dans les pays du Sud.

    Pour d'autres, les antimalthusianistes (appelés aussi populationnistes), l'accroissement démographique ne constitue aucune menace en ce qui concerne l'épuisement des ressources naturelles. Par contre, il « génère du progrès, de l'innovation, de l'adaptation. Grâce à cela il crée de la richesse, autorise et oblige aussi à une meilleure prise en compte de l'environnement. Il n'entraîne pas irréversiblement le monde dans le ?cercle vicieux de dégradation?. » (Rossi G., op. cit.) Cette contestation est l'oeuvre de la sociologue danoise Ester Boserup depuis le milieu des années 1960. Selon sa thèse sur le « développement agricole »1, ce chercheur affirme que la croissance ou la pression démographique est un stimulant ou plus une condition préalable nécessaire au progrès de l'agriculture. Ainsi, continue-t-elle, « l'accroissement des densités, la raréfaction progressive de la terre par rapport à la population conduisent à une utilisation plus intensive des terres, exigeant davantage du travail, aboutissant à des accroissements de productivité et à une évolution générale des structures de production et de pouvoir. » (Thiltiges E. et Tabutin D., 1997)

    Entre les deux thèses (malthusienne et populationniste), il existe aujourd'hui une nouvelle théorie appelée le « néo-malthusianisme nuancé. » Développée à la fin des années 1970, cette position avance un argument selon lequel la « pression démographique ne constitue plus une cause directe des problèmes de l'environnement mais elle est un facteur accélérateur. » Elle est le fruit de plusieurs critiques qui émanent d'un bon nombre d'agences internationales de développement, de certaines institutions indépendantes ou les organisations de protection de l'environnement à l'égard du radicalisme affiché par les deux théories précédentes.

    En ce qui concerne l'effet de ces trois hypothèses sur les rapports « populations /ressources », il faut dire que la théorie néo-malthusienne, défendue par le Rapport Meadows, est à la base de la création d'un grand nombre d'associations de protection de la nature, et par voie de conséquence, de la récente création massive des aires protégées dans les pays du Sud entre les années 1975 et 1990. En outre, elle a été le moteur de la mise en place des politiques antinatalistes dans les mêmes pays à la fin des années 70- début 80 même si les effets de ces politiques sont souvent paradoxes selon les pays.

    En effet, si d'une part il y a certains pays surpeuplés, à l'instar du Rwanda, qui peuvent se réjouir des résultats qui ont été atteints (avant le drame de 1994) dans le milieu intellectuel et urbain, suite à une diminution sensible du nombre d'enfants par famille (passer en général d'une moyenne de 7 ou 6 enfants par famille à 3 ou 4 enfants) malgré l'opposition acharnée de l'église catholique, il y a, d'une autre part, d'autres pays africains, à l'instar du Congo Brazza (8,8 habitants/km2 en 2001) ou du Gabon (4,6 habitants/km2 en 2001) qui n'avaient pas besoin de ces politiques compte tenu du problème de sous-peuplement qu'ils connaissent depuis un certain temps, et qui, au contraire, auraient pu bénéficier des aides destinées à encourager les politiques natalistes comme le fait le gouvernement gabonais pour le moment. Aujourd'hui, les associations de protection de la nature en ont profité pour exiger à ces pays d'augmenter leur nombre de superficies en aires protégées.

    Pour ce qui est de la théorie populationniste, il sied de dire qu'elle est à la base des progrès réalisés en matière de lutte contre la dégradation de l'environnement lié à la pression démographique comme c'est le cas au Rwanda avant les événements de 1994. Dans ce pays

    1 En anglais: The conditions of Agricultural Growth (1965), texte traduit en français en 1970 sous le titre: Evolution agraire et pression démographique

    montagneux où tous les versants sont cultivés jusqu'au sommet, les paysans, grâce à la campagne menée par les décideurs politiques de l'époque, avaient pu aménager ces versants grâce aux fosses antiérosives, ce qui leur a permis d'augmenter la production agricole. Le cas de la colline de Miyove (aménagée en terrasses radicales) en Préfecture de Byumba en explique davantage. Le même exemple a eu lieu au Burundi où les « travaux de développement communautaires »1 encadrés et organisés par le parti unique au pouvoir (UPRONA) dans les années 80 permirent de lutter efficacement contre l'érosion. Comme conséquence, H. Cochet (2001) constate que les régions les plus peuplées du pays (Buyenzi par exemple) sont celles où les effets érosifs sont rares. L'autre exemple est celui du District de Machakos au Kenya, où M. Tiffen et all. (1994, repris par F. Bart, 1998 et F. Busson, op. cit.) avaient constaté qu'en 60 ans, la population de ce District avait été multipliée par cinq et la production par tête par trois, suite à une augmentation du taux de boisement et la généralisation des aménagements en terrasses, donc à une diminution des problèmes liés à la dégradation de l'environnement.

    Enfin, l'autre théorie qui explique les relations « populations/ressources » est celle qui renvoie les « ressources collectives » à l'argument bien connu et diffusé dans le célèbre article intitulé « The tragedy of commons » (la tragédie des communaux) de Garett Hardin (1968) qui permet de mettre en évidence les acteurs et les enjeux de dégradation de l'environnement. Selon cet auteur (professeur de Biologie à l'Université de Californie-Santa Bara Bara à cette époque), la théorie de la « Tragédie des communaux » est une conception selon laquelle « tout le monde a intérêt à exploiter et surexploiter ce qui n'appartient à personne [... ] De la somme des comportements individuels résulte un processus d'ensemble qui aboutit à la dégradation et à la destruction des ressources ainsi utilisées. »

    Dans le cadre de l'environnement, cette théorie précise que les ressources naturelles offrent un bel exemple où se développe la tragédie des communaux dans ce sens que chaque acteur (éleveur, agriculteur,...) est motivé à augmenter sa production et que son action aboutit au débordement des limites nécessaires, ce qui a comme conséquence la dégradation irrévocable des ressources puisque chaque acteur vient profiter le maximum possible des ressources. Dans ce cas, cette théorie est hostile à certaines pratiques humaines telles le surpâturage qui est considéré comme une activité qui aboutit à la dégradation des sols et par voie de conséquence à l'érosion; ou la pêche sauvage, une activité qui aboutit à l'extinction des espèces de poissons et des mammifères marins, etc.

    Comme réponse « seule la propriété privée et étatique peuvent aider à éviter la tragédie des communaux », affirme l'auteur. Ainsi, il propose que les propriétés communes où se fasse le ramassage du bois, la cueillette des fruits, etc., soient mises aux mains de l'Etat. En outre, il souhaite que les fermes soient clôturées et que les restrictions dans les zones de pâturage, de chasse, de pêche soient sérieusement établies. Il se réjouit des progrès jusquel'atteints dans ce domaine mais, regrette-t-il, « ces restrictions ne sont pas encore efficaces », d'où il lance un appel solennel aux écologistes et aux professionnels de la protection de l'environnement afin d'ériger des nouvelles stratégies contre la tragédie des communaux.

    Cet appel a été vite compris puisque les années qui ont suivi ont été caractérisées par la naissance d'un bon nombre d'organisations de protection de l'environnement dans les pays occidentaux, sans oublier les ministères ayant l'environnement dans leurs attributions qui ont

    1 Connus au Rwanda sous le nom d' « Umuganda »

    été créés à cet effet dans la plupart de ces pays. De surcroît, les institutions internationales de financement des projets ont commencé à exiger les pays demandeurs de fonds (ceux du Sud en général) d'élaborer les politiques de conservation de la flore et de la faune en vue d'éviter la tragédie des ressources naturelles comme nous le verrons pour le cas des pays de l'Afrique orientale, ce qui a sans doute accéléré le processus de création des zones protégées dans ces pays.

    En somme, on peut dire que les différentes théories qui ont été développées dans la deuxième moitié du 20ème siècle en matière de relations populations/ressources naturelles ont eu des effets significatifs sur les politiques de gestion de l'environnement et d'aménagement du territoire au travers la création des espaces protégés dans les pays du Sud mais ce qui est étonnant c'est la mise à l'écart des principaux acteurs de ces ressources, à savoir les populations locales.

    1.2.2 Etude d'une aire protégée: approche développementaliste

    Le mariage entre la politique de conservation et le développement a démarré en 1971 au moment où l'UNESCO avait lancé le programme intitulé « L'homme et la Biosphère (Man and Biosphere: MAB) à l'échelle planétaire. Il s'agit d'un programme de coopération scientifique portant sur les interactions entre les activités humaines et l'environnement. Le but ultime de ce programme est d'avoir une meilleure connaissance de la structure, du fonctionnement des écosystèmes et des conséquences des actions anthropiques sur ces écosystèmes. A partir de là s'est mise en place la « notion de la biosphère » qui fait partie des espaces protégés dont une partie est destinée à l'utilisation traditionnelle au profit des populations autochtones.

    Au début des années 80, les principales organisations de conservation de la nature (UICN, WWF et PNUE) ont jugé bon de suivre cette voie en publiant un document cher (Stratégie mondiale de la conservation) en matière de conservation car il reconnaît pour la première fois la participation effective des populations autochtones en mettant en valeur leurs savoirs, mais surtout en adoptant désormais une politique de valorisation économique de la biodiversité avec redistribution des bénéfices aux acteurs locaux (Devies G., 1998). Bref, les populations locales sont reconnues officiellement comme les acteurs en jeu dans la politique de conservation au même titre que l'Etat ou les ONG de protection de la nature.

    Depuis la conférence de Rio de 1992, cette politique de conservation en associant les populations locales a intégré des questions environnementales dans ce qu'on appelle aujourd'hui « le développement durable. » A cet effet, le principe 22 de la déclaration de Rio est très clair: « les populations et les communautés autochtones et les autres collectivités locales ont un rôle vital à jouer dans la gestion de l'environnement et le développement du fait de leurs connaissances du milieu, de leurs pratiques traditionnelles. Les Etats devraient reconnaître leur identité, leur culture et leurs intérêts, leur accorder tout l'appui nécessaire à la réalisation d'un développement durable. » (ONU, 1992 repris par D. Chartier et B. Sellato, 1998)

    Dès lors, ce concept de « développement durable » est le leitmotiv de tous les projets de conservation et de gestion de l'environnement dans le monde, étant donné que la finalité de ce concept est aujourd'hui de satisfaire aux besoins des générations présentes sans priver celles de demain des moyens de satisfaire aux leurs. De ce fait, on constate que l'effort fourni

    par les organisations de protection de la nature et les autres bailleurs de fonds dans le financement des projets a remarquablement augmenté ces dernières années. En outre, ces ONG reconnaissent désormais que la participation des acteurs locaux dans la planification, dans le développement et la mise en oeuvre de tels projets est très nécessaire même si sur le terrain beaucoup de choses sont à revoir comme nous le verrons pour le cas des Projets Intégrés de Conservation et de Développement en Afrique orientale.

    En définitive, il faut dire que la politique actuelle de conservation qui associe les populations autochtones et autres acteurs locaux est une bonne chose puisqu'elle est bénéfique à ces populations contrairement aux différentes politiques menées depuis le début du 20ème siècle par l'administration coloniale, puis par les autorités des Etats indépendants. Avant d'étudier l'état d'avancement de cette nouvelle politique en Afrique de l'Est, nous allons d'abord retracer l'historique des politiques qui l'ont précédée.

    Chapitre II

    ELEMENTS DE LA POLITIQUE COLONIALE DE CONSERVATION EN AFRIQUE ORIENTALE

    Introduction: relations colonisation/politique de conservation

    L'histoire des aires protégées dans les pays du Sud en général et en Afrique orientale en particulier est indissociable avec celle de la colonisation européenne dans ces pays dès la fin du 19ème siècle-début du 20ème. En effet, motivés par leur idéologie de civilisation dans plusieurs domaines et par le désir de conquérir de nouvelles ressources dans les pays tropicaux (Busson F., op. cit.), les occidentaux ont pris le chemin du Sud vers les pays d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine pour enseigner aux « peuples arriérés » de ces régions les nouvelles technologies, la religion et l'écriture. En dehors de ces objectifs, ils en ont profité pour imposer aux populations indigènes les nouvelles lois de gestion des ressources naturelles au travers la création des aires protégées.

    Dès lors, les rapports « homme/nature » sont dominés par une idéologie typiquement occidentale d'une « nature à protéger » c'est-à-dire à préserver contre l'action de l'homme, une doctrine qui remonte réellement à la fin du 19ème siècle aux Etats-Unis avec la création de Yellowstone en 1872. Pour le naturaliste américain John Muir (1838-1914), l'un des premiers pionniers de cette politique de protection de la nature sur le continent américain, « il était indispensable de garder en réserve de telles zones parce que de milliers de gens trop civilisés, épuisés et à bout de nerfs commencent à trouver qu'une promenade en montagne est salutaire, que la nature sauvage est une nécessité et que les parcs et les réserves de montagne sont utiles non seulement comme source de bois et d'eau, mais aussi comme source de vie. » ( cité dans F. Busson, idem)

    L'apparition de ce concept de « protection de la nature » aux Etats-Unis a deux principales explications. La première c'est que pour les colons, d'origine européenne, ce continent était considéré comme le « nouveau monde » (ils ignoraient les Indiens qui étaient là depuis longtemps), et leur légitimité sur ce sol ne pouvaient venir que de leur action sur la nature en marquant leurs empreintes. L'exploitation massive des ressources qui était, au départ, leur premier objectif, entraîne un peu plus tard une prise de conscience de leur possible épuisement. Ce qui amena en effet les responsables à prendre des mesures pour leur protection. Aujourd'hui, Yellowstone est considéré comme un décor qui permet aux jeunes américains de rejouer les scènes de la « conquête de l'Ouest », un mythe qui symbolise la fondation de la nation américaine.

    Dans ce mythe fondateur, malheureusement, on ignore catégoriquement la présence des « Indiens », les populations autochtones de ce territoire. Même s'ils sont évoqués, ils sont présentés comme des «individus agressifs, qui nécessitent une protection à l'intérieur d'espaces délimités par les colons. » Rappelons que lors de la création de Yellowstone, plus de 300 indiens Shoshone, Crow et Blackfoot (MacNeely J. A., 1994; Rossi G., op. cit.) ont perdu leur vie parce que l'un des principes fondamentaux du nouveau parc était que « personne, à l'exception du personnel du parc, ne pouvait y vivre en permanence », ce qui a motivé le processus d'expulsion des populations indigènes.

    l'histoire commence toujours avec John Muir, précurseur de l'écologie profonde (deep ecology) s'opposant à l'écologie superficielle (shallow ecology), au moment où ce dernier « retrouve le sacré dans la nature sauvage californienne, qu'il parcourt en longues randonnées solitaires, un quignon de pain en poche, se réchauffant aux sources d'eau chaude dans les sierras. Cet immigrant écossais trouve dans la wilderness la présence d'un Dieu plus aimable que celui de la Bible de son père et renoue avec l'expérience très américaine d'une initiation de l'ordre religieux au sein de la nature. »

    L'auteur ajoute que le compte rendu de ses excursions, dix volumes sans compter les articles pour les divers magazines, avaient reçu un accueil très favorable aux Etats-Unis. C'est ainsi que la nature commence à devenir un « temple » où peuvent se donner libres cours des sentiments imprégnés d'un vague mysticisme et de religiosité. Après cet exploit, John Muir milite pour la sauvegarde de Yosemite dont il réussit à faire un parc national en 1890 et fonde à San Francisco le « Sierra Club », la plus représentative des grandes organisations environnementales de nos jours aux Etats-Unis.

    D'origine des Etats-Unis, cette idéologie de protection de la nature en mettant à l'écart les intérêts de l'homme sera très vite répandue dans le monde entier en commençant par le Canada, puis par les pays européens (France, Grande Bretagne, Belgique, etc.) qui avaient des colonies sous leur tutelle en Afrique, en Asie et en Amérique latine. A la fin de la colonisation, entre les années 50 et 60 en général, cette idéologie de conservation de la nature au détriment des populations autochtones n'a pas cessé d'exister; au contraire, les spécialistes en la matière affirment qu'elle a changé de forme. En effet, caractérisés par leur politique d'ingérence dans les affaires du Sud, les Etats du Nord continuent à faire pression sur ceux du Sud nouvellement indépendants afin que ces derniers puissent prendre des décisions qui leur sont favorables en matière d'environnement.

    Un souhait que les Etats du Sud ne peuvent pas refuser puisqu'elle est souvent accompagnée par une aide au développement, permettant ainsi à ces pays d'équilibrer leur système budgétaire (souvent déficitaire) mais au prix des vies humaines qui, depuis plusieurs siècles, vivent de la forêt et/ou dans la forêt. Aux yeux de ces populations chassées de leurs terres, ces espaces nouvellement créés (tout comme les anciens) marquent les « vestiges de la colonisation » car ils leur font rappeler ce qui s'est passé au début du 20ème siècle lors de l'occupation européenne, et c'est la raison pour laquelle elles ne tardent pas à manifester leur colère quand une occasion de troubles se présente dans le pays.

    2.1 L'étude historique des aires protégées en Afrique Orientale

    La plupart des aires protégées qui abritent maintenant une faune et une flore assez exceptionnelles en Afrique Orientale virent le jour avant l'indépendance des Etats indépendants du Tanganyika (l'actuelle République Unie de Tanzanie, c'est-à-dire Tanganyika + les îles de Zanzibar et Pemba depuis 1964) en 1961, de l'Ouganda, du Rwanda et du Burundi en 1962, puis du Kenya en 1963. Comme le montrent les témoignages du 19ème siècle, ces espaces étaient souvent exploités par l'homme: agriculteur, pasteur ou chasseur.

    Depuis l'implantation coloniale à la fin du 19ème , les Européens découvrirent dans cette partie de l'Afrique un vrai « jardin d'Eden » dont, selon eux, les ressources, en l'occurrence la faune sauvage, étaient menacées par la chasse indigène. Dès lors, des mesures restrictives de protection, à travers la création des premières aires protégées, ont été prises ici

    et là, afin de lutter contre la dissipation de ces ressources et surtout de sauver les espèces animales et végétales qui étaient menacées de disparition.

    Par ailleurs, si l'objectif principal de cette politique de création des aires protégées semble être le même sur le papier tout au début de la colonisation, il faut noter cependant que la réalité sur le terrain n'a pas été partout identique dans la suite. En effet, on constate des divergences entre les orientations politiques belges et britanniques en la matière.

    2.1.1 L'implantation coloniale belge et la création des premiers parcs et réserves au Ruanda/Urundi

    Comme nous venons de le voir en haut, l'un des objectifs de l'administration coloniale belge était de sauver les espèces animales et végétales qui étaient menacées d'extinction. En abondant dans le même sens, L. NZUZI (1999) le confirme en ces termes: « c'est sans doute à cause de la diversité exceptionnelle de sa richesse en écosystème (biotope) que le Prince Albert, de retour d'un voyage au Congo belge en 1909, projeta de créer à l'Est de ce pays des réserves naturelles pour conserver certaines espèces animales et végétales en voie de disparition. »

    Selon le même auteur, c'est en 1913 que le naturaliste américain Carl Akiey (sponsorisé par le Roi Albert 1er ) qui visitait la chaîne des volcans, découvre les gorilles de montagne connus sous le nom de « Gorilla gorilla Berengui » sur les volcans Mikeno, Kalisimbi et Visoke. En 1925, suite à cette découverte, le Roi Albert 1er crée, en vertu du premier texte relatif à la mise en place des aires protégées, le premier parc national africain qui portait d'ailleurs son nom, c'est-à-dire le « Parc National Albert. »

    Pour J.P. Harroy (1956), les autorités belges ont créé ce parc en vue de faire face à une déforestation active qui se développait sur les versants méridionaux ou orientaux d'une série de cinq volcans qui jalonnent la frontière Nord-Ouest du Territoire sous Tutelle, entraînant partout des menaces d'érosion et de déséquilibres hydriques.

    En 1933, les dernières forêts du Ruanda/Urundi et du Congo-belge furent classées en réserves officielles. Par un décret du 26 novembre 1934 furent institués les deux parcs nationaux du Rwanda à savoir le Parc National de l'Akagera à l'Est et le Parc National des Volcans au Nord-ouest; ce même décret portait également création de l'Institut des Parcs Nationaux du Congo-belge. Pour le premier parc, J. P. Harroy explique les raisons de sa création: «...dans une région défavorable à l'occupation humaine, que les Belges trouvèrent fort peu peuplée à leur arrivée, et où, depuis 1934, purent être strictement protégées une flore et une faune extrêmement intéressantes,... ».

    Enfin, il souligne que les habitants eurent accepté de quitter cette zone sans peine ! Ce qu'ont fermement démenti certains auteurs rwandais qui ont travaillé sur ce sujet. L'historien J. Rumiya (1992) précise par exemple que « la transformation des zones de marge en parcs nationaux s'est faite dans un contexte de coercition au détriment du bien-être de la population en leur privant de leur droit légitime de survie grâce aux ressources forestières, ce qui a donné aux Belges le pouvoir de confiscation des ressources et surtout de répression des populations qui étaient dans les forêts. » En effet, pendant la période coloniale, ces forêts constituaient le refuge des jeunes, des adultes et des Batwa forestiers qui résistaient aux

    travaux forcés « Ishiku » de l'administration coloniale et qui, grâce à leurs stratégies de fuite dans la forêt, défiaient les colons en les rendant incapables de les y poursuivre.

    L'auteur affirme que « l'innovation en parc national » fut importée par les colons belges vers le Rwanda comme la seule stratégie qui pouvait ramener lesdits rebelles à l'ordre! Ce qui s'explique d'ailleurs, pour certains, par le fait que le Rwanda se soit doté d'un premier parc national en 1925 avant certains pays développés, voire même plusieurs pays d'Afrique orientale et australe. Il faut noter que ces travaux forcés communautaires avaient comme objectifs de lutter contre les grandes famines qui ravageaient le pays dans les années 1930 et 1940.

    Par ailleurs, J. B. Mbuzehose (1999) ajoute que deux prétextes furent avancés par les autorités belges en vue de légitimer la confiscation des espaces forestiers. Le premier est l' « action de lutte anti-érosive » dans les zones de marge en contrecarrant les défrichements de la forêt par les agriculteurs; et le second est la « lutte contre le surpâturage forestier » en expulsant les éleveurs qui faisaient paître leurs troupeaux dans la forêt. C'est ainsi que furent interdites, dans la forêt transformée en parc, plusieurs activités locales telles les activités artisanales de transformation du bois en meubles, en arcs ou en boucliers; les activités de recherche du miel, de ramassage des champignons et des fruits sauvages, etc.

    Dans ce contexte, on remarque que le droit traditionnel d'usage forestier devient non droit; l'activité de survie des populations locales par le biais de l'exploitation des forêts devint illégale et passible d'amandes sévères. Cependant, suite au manque du personnel suffisant, les lisières des parcs restèrent perméables aux braconniers, charbonniers, éleveurs, apiculteurs, etc.

    Tableau n° I: Superficie, année de mise en réserve, localisation et objectifs des aires protégées du Ruanda colonial

    Désignation

    Superficie (Km2)

    Année de mise en réserve

    Localisation

    Objectifs

    Forêt naturelle de Nyungwe

    970

    1933

    Sud-ouest

    Réserve forestière

    Forêt de Gishwati

    280

    1933

    Nord-Ouest

    Réserve forestière

    Forêt de Mukura

    20

    1933

    Ouest

    Réserve forestière

    Parc National de l'Akagera

    2500

    1934

    Est

    Parc touristique

    Domaine de chasse du Mutara

    100

    1934

    Est

    Chasse

    Parc National des Volcans

    150

    1925

    Nord-Ouest

    Parc touristique

    Total

    4020

     
     
     

    Source: Twarabamenye E.; Karibana M.(1997): Biodiversité au Rwanda, pp. 3

    Le Burundi, quant à lui, est un des rares pays d'Afrique où aucun parc national n'a été établi durant l'époque coloniale comme ce fut le cas au Ruanda et au Congo belge alors que toutes les forêts sont devenues des réserves officielles, rappelons-le, en 1933. Ce fut le cas des deux grandes réserves forestières les plus connues à savoir la Réserve forestière de Kibira (43.000 ha) au Nord-Ouest du pays sur la Crête Congo-Nil et la Réserve forestière de Ruvubu (43.630 ha) au centre Nord-Est du pays, qui sont devenues en 1981 des parcs nationaux. Là

    aussi, il sied de signaler que les Batwa forestiers ont dû quitter les forêts pour céder la place aux animaux.

    En somme, il faut dire que la création des zones protégées en Afrique orientale ex- belge s'est faite durant les années où ces pays connaissaient des densités de population encore relativement faibles (moins de 100 habitants/km2 entre 1925-1934) par rapport à ce que nous vivons aujourd'hui (307 habitants/km2 au Rwanda en 2000 et 230 habitants/km2 au Burundi, chiffres 1995). En outre, cette confiscation des ressources marginales par l'administration coloniale a eu trois conséquences: d'abord la transformation des zones de marge en domaines étatiques; ensuite, la perte du réservoir des ressources forestières pour les populations locales; et enfin, l'expulsion des Batwa forestiers et autres acteurs locaux des terres ancestrales.

    2.1.2 L'exclusion comme fondement de la politique britannique de conservation

    A la veille de l'arrivée des premiers européens sur la côte est-africaine, la majeure partie de la région était occupée par les populations presque exclusivement pastorales (les Maasai du Kenya et de la Tanzanie en particulier) qui vivaient en symbiose avec les animaux sauvages. Selon les auteurs qui ont travaillé sur l'Afrique orientale anglaise, le mode de vie de ces pasteurs favorisait la multiplication de ces animaux pour deux raisons: d'une part ces éleveurs entretenaient les pâturages des herbivores à cause de leur nomadisme saisonnier; et d'autre part ils repoussaient les agriculteurs (nuisibles à la vie des animaux) vers les zones des hautes terres. De surcroît, leur chasse était considérée comme sans conséquences graves pour ces animaux. C`est donc, selon F. Grignon et G. Prunier (1998), un « véritable jardin d'Eden » que découvrent les premiers Européens qui s'installent dans la région.

    Face à cette découverte, le comportement de ces nouveaux venus devient différent suivant l'intérêt présenté par chaque colonie. Au Kenya par exemple, cette attitude devient double. D'une part, ce nouveau territoire devient l'un des terrains de chasse les plus célèbres au monde par la mise en place de la réglementation de chasse sportive depuis le premier décret de 1897. C'est ainsi que les animaux sauvages commencent à faire objet d'une rentabilisation progressive à travers le commerce de l'ivoire et la chasse sportive. Tout cela était en faveur des populations blanches alors que les populations autochtones étaient écartées de leurs terres, ce qui les pousse à organiser de temps en temps des actes de vengeance comme le braconnage ou les feux de brousse.

    D'autre part, les Anglais jugent nécessaire de mettre en valeur les bonnes terres du rift valley et des hautes terres au profit de l'agriculture commerciale et de l'élevage moderne. Un processus qui passe par la destruction d'un certain nombre d'animaux sauvages dont la présence sur le territoire est considéré comme incompatible avec l'agriculture et/ou l'élevage. Pour y arriver, ils procèdent à la mise en place d'un Département des Chasses (Game Department) dont la tâche principale consistait à éradiquer certains animaux herbivores qui pouvaient détruire les cultures, et certains prédateurs qui pouvaient attaquer les fermes laitières.

    Selon toujours F. Grignon et G. Prunier (idem), ce processus est rendu possible aussi par l'expulsion par force des populations autochtones: d'abord les agriculteurs d'ethnies Kikuyu et Kamba qui occupaient les piedmonts des hautes montagnes très propices à l'agriculture; puis les pasteurs Maasai qui occupaient en général les plaines mais également les piedmonts pendant la saison sèche. Parmi toutes les populations expulsées, ce sont les

    Carte n° 2: Distribution des principales aires protégées en Afrique orientale coloniale

    pasteurs Maasai qui posaient le plus de problème à cause de leur mode de vie mais surtout à cause de leur nombre de bétail. Face à ce problème, les Anglais décidèrent de créer des réserves à part pour eux.

    Les autorités britanniques font alors correspondre, en 1901, la Réserve Indigène Maasai à l'un des territoires choisis comme Réserve de Gibier ( la Southern Game Reserve) dans l'idée que ces populations sauront vivre en « bonne intelligence » avec la faune ! Très vite, ce type de réserve est jugé insuffisant pour protéger les espèces animales « dans la mesure surtout où, valant à la fois pour les animaux et les humains, elle aurait tôt fait privilégier les intérêts des seconds au détriment des premiers ! » (Constantin F., 1989). Un rapport de 1927 à ce sujet faisait état d'une incapacité des peuples Maasai à se défendre contre certains fauves (le lion et le léopard en général) qui attaquaient fréquemment leur bétail, tout en mettant un accent particulier sur le nombre d'animaux abattus par les Maassai ( 80 lions et 10 léopards au sein de toute la réserve).

    Face à cette inquiétude, les autorités de la métropole autorisèrent en 1945, par une ordonnance de création des parcs nationaux, le pouvoir de Nairobi à définir des zones exclusivement réservées à l'usage des animaux sauvages. Dans cette perspective, un conseil d'administration fut créé afin de gérer les territoires assignés à définir les futurs parcs et réserves. L'arrivée de l'ordonnance accorda ainsi à l'Etat un territoire de 117 km2 avec la création en 1946 du premier parc national du Kenya, le « Nairobi National Park. » Deux ans plus tard, en 1948, on procède à la création du « Tsavo West National Park: 21.000 km2 » dont les terres appartenaient en grande partie aux Maasai. Dès lors, l'administration coloniale annule des droits d'usage que les Maasai y avaient depuis conservés. La même année, Amboseli (348 km2) est officiellement délimitée en tant que réserve nationale (Péron X., 1994)

    En 1949, l'Etat crée, pour protéger les animaux du Parc de Nairobi, la « Ngong National Reserve: 512km2. » Enfin, les Chyulu Hills prennent la même année le statut de « West Chyulu Game Conservation Area: 3 68km2. » Dans la même année toujours, l'ordonnance de 1945 fut remplacée par celle des Parcs Nationaux Royaux (Dufour C., 2001). Cette nouvelle ordonnance sera suivie par la création du Parc du Mont Kenya en 1949, celui de l' « Aberdare National Park » en 1950 et la « Marsabit National Reserve » en 1962.

    Après la création de tous ces sanctuaires, le Kenya était considéré, à la veille de son indépendance (obtenue en 1963), comme le pays phare de la politique de conservation coloniale en Afrique de l'Est. Mais cette politique restait seulement en faveur des colons anglais parce que les peuples autochtones, surtout les Maasai chassés de leurs terres, menaient une vie indésirable.

    Il faut noter que deux institutions étaient en place juste après la deuxième guerre mondiale afin d'aider l'autorité coloniale à bien gérer les ressources naturelles kenyanes. D'abord, la « Kenya National Parks Organization: KNPO », une unité qui était chargée d'administrer les réserves et les parcs nationaux. En même temps, elle avait comme objectif de développer les infrastructures touristiques et des lieux récréatifs pour le plaisir du public. Puis, il y avait le « Game Department », une unité qui était chargée d'administrer et de contrôler toute faune sauvage en dehors des parcs y compris celle évoluant sur des terrains privés (Dufour C., op. cit.; Grignon F. et Prunier G., op. cit.).

    A part le Kenya, l'autre colonie anglaise de l'Afrique orientale était la Tanzanie (le Tanganyika de l'époque), un pays très connu dans le monde entier pour ses potentialités touristiques (faune sauvage) assez exceptionnelles. Comme le Kenya voisin, la politique de conservation en Tanzanie remonte du temps de la colonisation. De ce fait, on constate que la plupart des aires protégées qui abritent les animaux sauvages existent depuis cette époque, c'est-à-dire avant l'indépendance du Tanganyika en 1961. Avant l'arrivée des Européens, les écrits historiques sur le pays révèlent que ces sanctuaires étaient gérés traditionnellement par les populations autochtones agriculteurs ou éleveurs. A cette époque, les populations (en particulier les pasteurs Maasai) et les animaux vivaient sur un même territoire dans une parfaite harmonie. Toutes les activités de chasse, de cueillette, de coupes du bois étaient réglementées et ne pouvaient, en aucun cas, entraîner la dégradation des ressources.

    A l'arrivée des Allemands, à la fin du 19ème siècle, ce mode de gestion traditionnel céda la place à celui des nouveaux venus. Ainsi, les lois de chasse furent mises en place dès 1896, suivies quelques années plus tard par la création des premières réserves de faune sauvage dont la célèbre Réserve de Selous en 1905. Lorsque les Britanniques débarquèrent dans le pays après l'échec des Allemands lors de la première guerre mondiale, les mesures de protection furent renforcées, et pire encore, les populations indigènes furent, dès 1933, exclues de certaines régions suivant le modèle qui était en vigueur au Kenya voisin.

    A la même époque, les mouvements écologistes de la métropole commencèrent à faire pression sur leurs dirigeants afin que ces derniers puissent créer dans la colonie des zones exclusivement réservées à la faune (free from human rights). Au départ, les autorités sur place (en Tanganyika) restèrent d'abord très prudents en vue d'éviter les problèmes avec populations locales étant donné que la création des zones protégées signifiait automatiquement leur exclusion, mais finalement ces fonctionnaires cédèrent aux pressions de la métropole et décidèrent d'être l'instrument de la création du ?Jardin d'Eden?, longtemps rêvé par les défenseurs anglais de la nature (Kjekshus H., 1977 repris par C. Baroin et F. Constantin, op. cit.).

    Pour y arriver, les autorités anglaises créèrent des « groupements des populations en foyers de développement » selon la logique qu'il était impossible de pouvoir éradiquer la mouche tsé-tsé dans une région où les populations vivaient encore avec les animaux sauvages, d'où il fallait, selon elles, regrouper les animaux d'un côté et les hommes de l'autre. Mais la réalité était telle que ces regroupements avaient l'ultime objectif de libérer beaucoup d'espaces en vue d'agrandir les réserves de faune sauvage. C'est d'ailleurs dans cette logique qu'en 1945, des populations autochtones du District de Liwale furent déplacées sous le prétexte que la région était infectée par la mouche tsé-tsé. Dans la suite, ce regroupement avait permis aux colons d'agrandir la Réserve de Selous.

    Dans les années qui suivirent, un conflit s'écarta entre les autorités du parc et les populations autochtones que le problème de manque de terres poussait en direction des périphéries du parc de Serengeti. Mais il s'acheva en faveur des conservationnistes tel le professeur Bernard Grzimek qui oeuvrait sans relâche pour que, selon lui, « Serengeti ne meure pas. » Tel sera d'ailleurs, quelques années plus tard, le titre du livre et du film écrit et réalisé par ledit professeur avec lesquels il réussit à convaincre l'opinion internationale de faire pression pour faire du Serengeti un parc exclusivement réservé à la faune. C'est ainsi que sous l'effet de cette pression les autorités en place entamèrent dès 1954 le processus

    d'expulsion de quelques familles qui pratiquaient l'agriculture à l'intérieur du parc mais en tolérant quand même quelques activités des pasteurs Maasai.

    Ces pasteurs seront finalement aussi expulsés en 1959 au moment où un amendement faisait le Parc national de Serengeti un espace dans lequel toute exploitation agricole et pastorale était désormais interdite. C'est ainsi que les Maasai perdirent de vastes pâturages de transhumance dans la plaine de Serengeti, d'où le commencement de leur calvaire sur le territoire tanzanien jusqu'à nos jours. Cependant, ils ont pu conserver quelques droits d'usage dans le massif de Ngorongoro.

    Enfin, la 3ème colonie britannique de l'Afrique orientale était l'Ouganda, un pays dont l'historique de la création des zones protégées fut dominé par le drame des peuples « Iks » au début des années 60. A l'origine chasseurs-cueilleurs, les Iks ont été en effet privés, par l'administration coloniale, de leurs sources d'approvisionnement en gibier par la création du Parc National de Kidepo. Ils ont été ensuite transformés par force en agriculteurs sédentaires par décret gouvernemental et l'adaptation à ce niveau mode de vie, dans un environnement peu adapté ( sécheresses fréquentes), a été extrêmement délicate ( Tamisier J.C., 1998).

    Les Iks occupent la pointe Nord-Est de l'Ouganda, à proximité immédiate des frontières soudanaise et kenyane. Environ 2000 en 1972, ils doivent leur célébrité à l'ethnologue anglais Colin Turnbull, qui les rencontre en 1962 et tente d'étudier leur culture pendant deux ans. A cette époque, la famine régnait et la société que ce chercheur découvrait paraissait être en pleine disparition. A l'instar des Maasai du Kenya et de la Tanzanie ou les Batwa forestiers du Rwanda et du Burundi, les Iks ont été victimes de la politique de conservation menée par la société occidentale dans les pays du Sud à travers la colonisation.

    A part la création du Parc de Kidepo, à la veille de l'indépendance ougandaise, l'administration coloniale avait procédé, un peu avant, à la création de trois grands parcs nationaux à savoir le Parc National de la Reine Elisabeth ou « Queen Elisabeth National Park » au Sud-Ouest, à la frontière rwando-congolaise, le Parc National des Chutes de Murchison ou « Murchison Falls National Park » au Centre-ouest du pays, à la frontière avec le Congo-Kinshasa et le Parc du Mont Ruwenzori ou « Ruwenzori Mountain National Park » situé à l'Ouest du pays à la frontière aussi avec la République Démocratique du Congo.

    Au final, on ne peut pas mettre fin à cette étude historique des aires protégées en Afrique orientale anglophone sans dire un mot de ce qui s'est passé dans l'ancienne Rhodésie (Rhodésie du Nord et celle du Sud) où est née, depuis les années 1980, une politique participative de conservation de la nature (surtout la faune sauvage) sur une partie significative des deux nouveaux Etats indépendants, à savoir la Zambie (ancienne Rhodésie du Nord) et le Zimbabwe (ancienne Rhodésie du Sud).

    En Rhodésie du Nord comme dans celle du Sud, « la préservation de la faune a pris un caractère particulièrement exacerbé durant la période coloniale avec l'implantation des communautés blanches et l'organisation spatiale qu'elles ont instaurée: la logique de mise en réserve de la faune au sens classique du terme, c'est-à-dire l'interdiction pour la grande majorité des habitants d'utiliser les territoires dévoués aux grands mammifères, s'est couplée à une organisation spatiale dichotomique entre population blanche et population noire. » (Rodary, E., 1998)

    En effet, il faut préciser qu'à côté de grands espaces qui étaient voués à une agriculture commerciale contrôlée par les colons anglais, une grande partie des deux pays conservaient une agriculture de subsistance autochtone et des aires naturelles protégées de taille importante. Ainsi, après l'indépendance zambienne obtenue en 1964, les autorités de l'Etat nouvellement indépendant n'ont pas pu trancher ce problème de dichotomie territoriale; au contraire, elles continuaient à privilégier les parcs nationaux sans toutefois engager des réformes agricoles qui pouvaient atténuer l'opposition entre agriculture commerciale et agriculture de subsistance. Avec 20 parcs nationaux et 36 réserves de faune, soit à peu près 30 % de la superficie totale du pays, la Zambie est aujourd'hui l'un des grands pays africains pour la qualité et la quantité de sa biodiversité.

    En Rhodésie du Sud, cette ségrégation spatiale a été renforcée jusqu'en 1980 (date de l'indépendance zimbabwéenne) par un système d'Apartheid qui avait établi une répartition de l'espace national selon un gradient blancs/noirs/aires protégées, « où les Blancs ( et les Noirs travaillant pour eux) occupaient des zones d'agriculture intensive, et où les aires naturelles protégées, en périphérie du pays, étaient entourées par des aires communales réservées aux populations noires. » (Mutwira, 1989; repris par E. Rotary, op. cit.) Là aussi, aucune réforme foncière n'a été faite après l'indépendance sauf la récente campagne menée par le Président Robert Mugabe contre les fermiers blancs, même si ces événements ont une signification plutôt politique que la simple réforme foncière.

    Comme nous le verrons plus tard lors de l'étude des programmes CAMPFIRE1 et ADMADE2 de conservation des ressources naturelles basées sur la participation des populations locales, la situation actuelle des aires protégées dans ces pays découle directement de cette géographie historique.

    En définitive, il faut dire que la politique coloniale de conservation en Afrique Orientale (et australe) s'est développée dans un esprit de la pensée occidentale avec toutes les justifications de création des aires protégées que nous avons vues dans les paragraphes précédents. Mais au-delà de ces justifications assez claires (pour les colonisateurs), il faut remarquer que la mise en pratique de cette politique s'est fait dans un double contexte de développement des aires protégées et de fracture socio-spatiale. Autour d'immenses espaces protégés en effet, se trouvaient des populations qui, soit avaient été chassées de leurs terres, soit étaient à la recherche de nouvelles terres à exploiter; d'où il est nécessaire de mener une étude géographique de ces espaces dans toute la région afin de disséquer l'ampleur de ce problème.

    2.2 Etude géographique des aires protégées en Afrique Orientale

    Avant d'aborder le point sur l'aspect géographique des aires protégées de l'Afrique de l'Est, il est d'abord indispensable de savoir s'il faut aujourd'hui confondre l'Afrique orientale et l' « East Africa » des Britanniques. En s'appuyant sur le « sens géopolitique » actuel de la région, à l'instar du géographe Y. Lacoste (1993), la réponse est non parce que le même auteur souligne que l'Afrique orientale actuelle est bien « l'ensemble formé par le Kenya, par l'Ouganda et par la Tanzanie, auxquels il faut ajouter Rwanda et Burundi, anciennes ''royautés interlacustres 'Ç pays enclavés desservis par les ports de l'océan indien: un ensemble qui passe par des alternances de scissions et de rapprochements »; tandis que

    1 CAMPFIRE: Comunal Areas Management Program for Indigenous Ressources (Zimbabwe)

    2 ADMADE: Administrative Management Design (Zambie)

    l'« East Africa Community » des Anglais était une communauté économique dont le but principal était d'intégrer, par les services communs (chemin de fer, douanes, universités, etc.), les trois anciennes colonies au sein d'une même communauté solide et efficace.

    La communauté a disparu officiellement en 1977 sous l'effet des nouveaux nationalismes et des divergences politiques entre le Kenya libéral, la Tanzanie socialiste et l'Ouganda qui était en proie à l'anarchie depuis la venue au pouvoir du dictateur Idi Amin Dada. Au sens géographique plus large, l'Afrique orientale correspond à peu près à l' « Afrique des rift valleys », c'est-à-dire l'Afrique des grands fossés tectoniques du continent, des grands lacs parmi les plus profonds au monde, des épanchements volcaniques par excellence, où s'opposent des régions des hautes terres bien arrosées, densément peuplées, et plaines côtières arides, faiblement peuplées par des populations pastorales. Ces contrastes, vigoureux dans la corne de l'Afrique et au Kenya s'atténue progressivement vers le Sud et vers l'Ouest (Lacoste Y., op. cit.).

    2.2.1 L'influence des particularités orographiques dans la
    délimitation géographique des aires protégées

    Comme nous l'avons signalé juste au début, l'une des caractéristiques de cette partie de l'Afrique est que, suite à l'activité volcanique, le paysage est tourmenté, les vallées succédant aux plaines, des escarpements et surtout des montagnes. Cet aspect a eu beaucoup d'influences lors de la création des aires protégées dans la région.

    2.2.1.1 Afrique orientale: Afrique des hautes terres

    Le trait dominant de la topographie est-africaine est le « système des rift valleys. » Il s'agit, selon R. Battistini (1968), « de lignes de fracturations complexes, occasionnant des dépressions en grabens de 50km à 200km de largeur, qui prennent complètement en écharpe l'Afrique orientale du Nord au Sud, depuis la Mer Rouge, qui appartient au même système, jusqu'à la basse vallée du Zambèze. »

    Ce système de fracturations, correspond, selon le même auteur, à l'effondrement axial de la clé de voûte d'un bombement du socle, de telle sorte que la dépression tectonique correspondant à la rift valley est accompagnée de chaque côté par des zones élevées. En effet, relativement net et rectiligne en Ethiopie, cet ensemble devient ensuite très complexe vers le Sud parce qu'il se subdivise à partir du Lac Turkana (au Nord du Kenya) en deux branches autour de l'ensellement ovale où se niche le Lac Victoria, pour enfin s'unifier à nouveau au Mont Rungwe, dans le Sud de la Tanzanie, et former le fossé du Lac Malawi, par lequel il s'achève à proximité du fleuve Zambèze.

    De chaque côté du système de rifts, le socle précambrien a été soulevé à des altitudes plus ou moins importantes, d'où une série de hautes terres, dépassant 1000 m d'altitude, qui a valu à l'Afrique Orientale le nom de l' « Afrique des Hautes Terres. » Côté tanzanien, on y trouve les Hautes Terres de l'Iringa et du Rungwe au Sud-Ouest, et celles bordières de la terminaison méridionale de la rift valley orientale; au Kenya, la rift valley sépare des hautes terres orientales à l'Est ( pays Kikuyu, Aberdare), et des hautes terres occidentales entre la

    Carte n° 3: Esquisse hypsométrique de l'Afrique de l'Est

    rift valley et le Lac Victoria; en Ouganda, la plus grande partie du pays Kiga, Toro et Nyoro, à l'Est de la rift valley occidentale, est à plus de 1500m d'altitude.

    Au Rwanda et au Burundi, la Crête Congo-Nil, traversant du Nord au Sud les deux pays, constitue une zone des hautes terres par excellence. Il faut ajouter que ces rift valleys sont jalonnées par de nombreux volcans; certains d'entre eux sont situés dans le fond même des rift valleys à l'instar de Suswa et Longonot de la rift valley kenyane, ou dans le Nord de la Tanzanie, le volcan Langai et la chaîne volcanique de Ngorongoro. La chaîne volcanique des Birunga est aussi à cheval sur la rift valley occidentale à la frontière du Rwanda, de l'Ouganda et du Congo-Kinshasa.

    Par ailleurs, il faut savoir que les effets de cette fracture se font sentir de diverses manières bien au-delà de sa zone axiale. C'est le cas des volcans comme le Mont Kenya (5200m) ou le Kilimandjaro (5895m) qui, dans les phases d'activité les plus récentes, se sont formés à des distances parfois considérables par rapport aux principales zones de cassures ci- haut citées. En plus, l'activité volcanique est loin d'être un fait général dans la région car il existe des zones où elle est limitée à l'instar de Ruwenzori, un simple bloc soulevé à l'Ouest de l'Ouganda. Il faut noter également que le rift n'a des formes de fossé régulier à fond plat que sur des portions réduites. On peut donner l'exemple du Sud du Kenya, la dépression de

    Bugarama au Rwanda ou celle de l'Imbo au Burundi.

    En observant la configuration morphologique de cette région, on dirait qu'elle ne constituerait pas un vrai axe d'organisation de l'espace en zones protégées. Mais la réalité est tout autre car les aires protégées se localisent bel et bien en montagnes comme en plaines de ces rift valleys. Ainsi, le Parc National des Volcans au Rwanda tout comme celui de « Queen Elisabeth » en Ouganda, sont situés dans les zones des hautes terres de la chaîne volcanique des Birunga; tandis que le Parc National tanzanien de Serengeti et son voisin kenyan d'Amboseli se trouvent dans les plaines. Ceci montre clairement que les aires protégées de l'Afrique orientale occupent toutes les formes de son relief.

    2.2.1.2 Les relations montagnes/climat

    Les montagnes influent beaucoup sur le climat de l'Afrique de l'Est, car c'est grâce à leur présence que « cette zone doit d'échapper pour partie à ce qui aurait pu être une malédiction climatique et ce qui est en tout cas l'une des plus remarquables anomalies apparentes à la surface du globe. » (Brunet R. et all., 1994)

    A part la proximité immédiate de la côte en effet, les autres régions les moins élevées sont en général subarides, voire désertiques, à des latitudes imprévues. L'exemple est celui du Sud de la Somalie, où l'agriculture n'est possible que dans la zone d'inondation des fleuves, alors que ladite région se trouve à la même latitude que le Gabon. L'autre exemple est celui de Garissa au Kenya, une région située sous l'équateur mais qui ne reçoit en moyenne que 350 mm de pluies par an.

    Cette anomalie est due au fait que, balayée par d'importants mouvements rapides et alternés de moussons allant de la mer Rouge à Madagascar en été austral, avec retour vers l'Arabie en été boréal, l'Afrique de l'Est est soumise à des flux médiocrement humides et de surcroît peu perturbés, ce qui crée des conditions météorologiques moins favorables dans les zones les plus basses de la côte.

    Parmi les rares occasions de pluie, R. Brunet et all. (op. cit.) estiment que la plus fréquente est la rencontre de reliefs et l'ascension des masses d'air qu'elle provoque, d'où l'importance du système de rift valleys dans la région. Ici, ce n'est pas l'altitude absolue qui importe, mais la dénivellation. Les hautes surfaces planes n'échappent à l'aridité que vers l'intérieur, à proximité du lac Victoria, et cela sous l'effet de l'air humide en provenance du bassin congolais ou dans le Sud du Soudan. Le même air provoque aussi de très fortes pluies sur les hautes terres de l'Ouest éthiopien, versant « au vent » contrastant avec le versant « sous le vent » du Tigré et du Wello, à l'Est, terre d'élection des sécheresses et des famines.

    De même, hors d'atteinte de l'air congolais, le centre de la Tanzanie, aux alentours de 1000 m, est traversé par une diagonale aride où la pluviométrie est inférieure à 750 m, la situation ne change qu'au Sud du pays où l'on retrouve des pluies moyennes annuelles conformes au modèle tropical soudanien qu'illustre l'Afrique de l'Ouest.

    Les pluies orographiques sont fréquentes aussi tout au long de la rift valley occidentale, du Nord de l'Ouganda au Sud de la Tanzanie en passant par le Mont Ruwenzori, la chaîne volcanique des Birunga, la crête Congo-Nil et le Mont Rungwe, où les précipitations moyennes annuelles passent de plus de 2000 mm au sommet des hautes terres à plus ou moins 1500 mm sur les plateaux intérieurs, puis à moins de 1000 mm en général sur les basses terres orientales comme c'est le cas au Rwanda comme au Burundi voisin.

    En somme, il faut retenir que lorsque le relief s'élève, les facettes climatiques et, avec elles, la végétation se diversifie à l'extrême selon l'altitude et l'exposition. L'exemple du Kilimandjaro est le plus parlant puisqu'il ne tombe que 457 mm de pluie à 600 m d'altitude, ensuite la moyenne augmente pour atteindre 2900 mm à 1400 m, pour enfin descendre à 650mm à 3800 mm et tomber à 15 mm sur le sommet (Brunet R. et all., idem).

    Ainsi, les régions de montagnes est-africaines constituent donc une mosaïque d'écosystème qui fait la différence en Afrique et même dans le monde entier. En fonction d'altitude en effet, on voit l'étagement de la végétation: aux steppes ou aux savanes succède, vers 1600m, la forêt à pedocarpus, aux arbres de taille médiocre, couverts d'épiphytes; à partir de 2700 m, une forêt de hagenia est envahie, voire remplacée, par des formations de bambous, qui cèdent la place, au-delà de 3000 m, à des landes de bruyères puis à la prairie alpine, avec ses peuplements caractéristiques de séneçons et de lobélies géants (Battistini, R., op. cit.; Brunet R. et all., idem; Bart F., 2001).

    C'est grâce d'ailleurs à ce paysage d'altitude, au climat agréable et une biodiversité extraordinaire, que les Européens décidèrent, dès le début de leur colonisation, de protéger les zones les plus élevées de cette partie de l'Afrique à l'instar de la chaîne volcanique des Birunga au Rwanda, de la forêt tropicale d'altitude de Kibira au Burundi, de la chaîne de Ngorongoro en Tanzanie, du Mont Elgon au Kenya, du Mont Ruwenzori en Ouganda et bien d'autres.

    A l'heure actuelle, ces zones d'altitude bénéficient des statuts de protection de tout genre et attirent les touristes du monde entier. A part ce statut de conservation et le développement de l'industrie touristique qui en découle, il faut noter également le contact assez impressionnant entre les sociétés paysannes et les zones de hautes terres de cette région, ce qui a entraîné les densités les plus élevées de l'Afrique grâce bien sûr aux conditions climatiques favorables.

    2.3.2 Relations entre peuplement démographique et localisation des aires protégées

    L'étude du rapport entre peuplement démographique et localisation géographique des aires protégées en Afrique de l'Est est très utile parce qu'elle va nous permettre, d'une part de bien distinguer l'impact de ce peuplement sur les espaces protégés, et d'autre part de disséquer les conséquences liées à la politique de conservation sur les populations riveraines de ces espaces.

    2.3.2.1 Répartition géographique de la population

    Pour R. Brunet et all. (op. cit.), l'Afrique orientale, c'est-à-dire région des rift valleys, « n'apparaît pas comme un bon axe d'organisation de l'espace, non plus un bon lieu de peuplement ». Si l'on regarde attentivement les cartes de distribution des densités (voir carte n° 4) en effet, on constate que sa topographie aurait même un caractère répulsif parce qu'à côté d'îlots de fortes densités se trouvent de vastes zones faiblement occupées. C'est notamment le cas des déserts et semi-déserts du Nord et de l'Est du Kenya ou la plus grande partie du Centre et Sud de la Tanzanie, où de vastes étendues sont à peu près vides d'hommes. Quant aux fortes densités, la principale concentration s'observe tout autour du lac Victoria, tant en Ouganda (pays Ganda et Soga), qu'au Kenya (pays Luo) et qu'en Tanzanie autour de Mwanza et Bukoba (Battistini R., op.cit.).

    A part le pourtour du lac Victoria, les autres principaux noyaux de fortes densités correspondent à des régions de hautes terres: d'abord les hautes terres kenyanes, c'est-à-dire le pays Kikuyu à partir de Nairobi vers le Nord et vers l'Ouest, au pied des Aberdare et du Mont Kenya; ensuite viennent les hautes terres tanzaniennes à savoir les régions d'Arusha et de Moshi, respectivement au pied du Mont Meru et du Kilimandjaro dont les basses pentes méridionales et orientales sont intensément cultivées; et enfin il y a les hautes terres du Sud- Ouest de l'Ouganda où les fortes densités des pays Nyoro, Toro et Kiga se prolongent au Rwanda et au Burundi, sans oublier les montagnes du Kivu congolais.

    Cependant, le Rwanda et le Burundi, le District de Kigezi au Sud-Ouest de l'Ouganda et les hautes terres du Kivu congolais constituent un ensemble hors du commun en Afrique de l'Est à cause de l'extension de ces zones de peuplement (Bidou J.E., 1994). Selon le même auteur, cette zone contraste avec les étendues de l'Ouest tanzanien et de la forêt congolaise de Maniéma mais aussi s'isole au Nord du reste de l'Ouganda par « un seuil de densités plus faibles en prenant en écharpe le Karagwe tanzanien et l 'Ankole ougandais. » Ceci nous aide à comprendre une opposition fondamentale dans la répartition des activités, si nette au Kenya et en Tanzanie, entre basses terres pastorales faiblement peuplées et hauteurs ou régions occidentales bien arrosées où l'agriculture trouve sa place.

    En ce qui concerne l'origine de ces fortes densités dans les hauts reliefs kenyans et tanzaniens et les rivages lacustres ougandais, kenyans et tanzaniens (surtout les rives du Lac Victoria), deux principales explications sont données: l'une est liée à l'influence du milieu naturel, l'autre au rôle de refuge ( Bidou J.E., 1994 ; Brunet R. et all., 1994). Pour ce qui est de la première explication, R. Brunet et all. précisent que les seules conditions climatiques favorables (pluviométrie abondante) ne justifient pas la présence de ces fortes densités. A cela, d'autres éléments de l'écologie peuvent être soulignés, telle la meilleure qualité des sols d'altitude: l'abaissement des températures atténue l'agressivité des climats tropicaux, la

    Carte n° 4 : Distribution des densités de population

    décomposition chimique des roches est moins poussée, l'humus est moins vite détruit; de surcroît, sur les pentes, l'ablation rajeunit les sols, éliminant les horizons superficiels les plus appauvris.

    Enfin, l'autre explication est celle qui est en rapport avec le rôle qu'on attribue à la montagne, celle-ci est en effet considérée dans de très nombreuses régions d'Afrique et même du monde comme un lieu de refuge lors des périodes de troubles (Bidou J. E., op. cit.), ce qui expliquerait d'ailleurs la présence de fortes concentrations de population sur de sites d'accès difficile et de défense aisée, tels les flancs des montagnes et les îles. Pour ce qui est des périodes de troubles en Afrique de l'Est, R. Brunet et all. (op. cit.) font allusion à ce qui s'est passé sur la côte est-africaine lors de la traite des esclaves qui, en dépit des efforts des Anglais et de leur marine, ne fit que s'amplifier à la fin du 19ème siècle. Contre elle, la seule arme fut le regroupement dans des sites aisément défendables, donc bien souvent des massifs montagneux.

    En plus, il faut songer à la peste bovine et à l'épidémie de variole, aux différentes saisons de sécheresses, qui ont frappé les cultivateurs tout autant que les éleveurs en provoquant un mouvement général de repli où les agriculteurs tendirent à se rassembler dans les meilleurs terroirs et surtout dans ceux dont le climat était le plus sûr, donc les hautes terres. A part ces deux raisons, il faut ajouter que les ethnies bantoues du Kenya, en particulier les Kikuyu, les Kamba et les Lulia, avaient été refoulées vers les montagnes lors de la conquête de leur territoire par les Maasai venus du Nord (Huetz de Lemps A., 1998).

    Quant à l'origine des fortes densités au Rwanda et au Burundi, plusieurs auteurs qui ont travaillé sur ces pays, dont P. Gourou (1953), précisent que ce phénomène est ancien, et qu'il s'explique en partie par la salubrité relative de ces hautes terres, mais aussi par « l'efficacité de pouvoirs politiques forts qui, en ces derniers siècles, surent assurer la paix intérieure et protéger les populations contre les agressions de l'extérieur » (Gourou P., 1953). Par ailleurs, les mentalités d'une société qui met en honneur les familles nombreuses dans ces deux pays expliqueraient aussi le maintien d'une forte natalité.

    En définitive, il faut dire que tous ces noyaux de forte densité de population correspondent à l'implantation de tribus d'agriculteurs, à l'instar des Chagga sur les flancs du Kilimandjaro, les Kikuyu dans les hautes terres kenyanes autour du Mont Kenya, les Kiga du Sud-Ouest de l'Ouganda ou les paysans-agriculteurs des hautes terres rwando-burundaises, qui ont pu créer des types de paysages agraires souvent extrêmement élaborés.

    Par contre, les régions à très faible densité de population comme le Nord de l'Ouganda et du Kenya (région située autour du lac Rudolf), l'Est du Kenya, restent le domaine de tribus à dominante pastorale comme les Kamarajong, les Turkana, les Galla et autres, et dans le sud- Ouest du Kenya et le Nord de la Tanzanie, les Maasai. Mais comme nous l'avons vu précédemment, ce contraste entre agriculteurs et éleveurs purs s'atténue progressivement vers l'Ouest, où la vie pastorale pure cède la place aux agri-éleveurs à dominante agricole des basses terres orientales du Rwanda et du Burundi, ou ceux du Sud de l'Ouganda (les Hima) et du Nord-Ouest de la Tanzanie (les Haya). Dans ces petites contrées, l'élevage extensif des années 70 a progressivement cédé la place à des groupes de ranchs (coté rwandais par exemple) combinant agriculture et élevage, de façon que les éleveurs purs soient aujourd'hui à compter du doigt.

    En revenant sur le rapport entre peuplement démographique et localisation des aires protégées, nous constatons que toutes les formes topographiques d'occupation du sol (plaines faiblement peuplées ou hautes terres densément peuplées) avaient été aménagées en parcs nationaux ou en réserves analogues lors de l'implantation des premiers européens en Afrique de l'Est. Mais il faut noter que lors de cette délimitation un accent particulier avait été mis sur les zones basses où se trouvaient, non seulement une faune sauvage assez impressionnante, mais aussi là où les épidémies (trypanosomiase, peste bovine, variole,...) limitaient le nombre d'occupation humaine.

    Cela se justifie d'ailleurs par les explications de l'ancien Vice-gouverneur du Ruanda- Urundi, puis directeur au sein de l'UICN dans les années 70, J.P. Harroy (1956), à propos de la création du Parc National de l'Akagera dans les savanes de l'Est du pays. Selon lui, rappelons-le, « les Belges avaient pris la décision de protéger une faune et une flore de l 'Akagera parce que ladite région était défavorable à l'occupation humaine, et qu 'à leur arrivée elle leur apparaissait moins peuplée. » Et pourtant, comme nous l'avons vu précédemment, ils ignoraient la présence de quelques chasseurs qui vivaient dans cette savane depuis des années.

    Un exemple pareil est à signaler au Kenya et en Tanzanie, là où les savanes étaient depuis longtemps réservées à l'élevage extensif des pasteurs Maasai avant d'être délimitées en parcs nationaux par les Britanniques. Pour justifier cette opération, les colons anglais disaient que celle-ci était fondée sur les bases essentiellement sanitaires, en particulier dans la lutte contre la trypanosomiase car, selon eux, il semblait plus simple de « regrouper les hommes d'un coté et le gibier de l'autre que de gérer leurs interactions, pourtant millénaires. » C'est dans ce cadre que l'administration coloniale procéda à la création de plusieurs parcs nationaux et réserves de tout genre dans les savanes kenyanes (Tsavo, Maasai-Mara, Amboseli, etc.) et tanzaniennes (Serengeti, Réserve de Simanjaro, etc.).

    Par ailleurs, il faut signaler que la délimitation des espaces protégés s'est étendue aussi dans certaines zones très peuplées des hautes terres. C'est le cas des zones protégées situées sur les hautes terres tanzaniennes (Monts Kilimandjaro et Meru), kenyanes (Monts Kenya et Elgon), ougandaises (Ruwenzori, Queen Elisabeth), et rwando-burundaises sur la Crête Congo-Nil. Lors de ces délimitations, les Européens avaient au départ un même objectif: protéger les espèces animales et végétales de haute altitude ou celles qui étaient en voie de disparition, à l'instar des Gorilles de montagne sur la chaîne des Birunga au Rwanda, mais plus tard les Anglais finiront par transformer une partie de ces terres en group-ranches en vue de constituer des « White Highlands » car selon eux, ces hautes terres, surtout les terres kenyanes, avaient un climat tempéré par l'altitude, semblable avec celui de l'Europe.

    En définitive, il faut dire que la politique coloniale de délimitation des espaces protégés dans les zones habitées par les autochtones a eu beaucoup de graves conséquences sur ces habitants. En effet, ils ont perdu non seulement leurs terres ancestrales, mais aussi le mode de vie qu'ils mènent est devenu très difficile.

    Conclusion de la première partie

    Au début de leur création, les premières aires protégées étaient, pour la plupart, des zones dont seule une partie des multiples ressources pouvaient être exploitée. Donc la nature était soit sacralisée, à l'instar des forêts sacrées, soit dominée, c'est-à-dire qu'elle était au service de l'homme. Mais cette harmonie entre l'homme et la nature n'a pas duré car elle a vite cédé la place à une nature sauvée, c'est-à-dire là où l'homme est considéré comme un perturbateur. Cette tendance sera illustrée par la création, en 1872, aux Etats-Unis, du premier parc national, Yellowstone, dont l'une de ses caractéristiques essentielles était que cet endroit ne devait en aucun cas être habité ou exploité par l'homme.

    Ce modèle américain a rapidement été adopté par les puissances européennes de l'époque qui, sous prétexte des accords et justifications de la création des aires protégées au niveau mondial, ont commencé à délimiter les espaces de ce genre dans les colonies. En Afrique orientale, cette politique coloniale s'est accompagnée par l'exclusion des populations autochtones dans leurs terres; ce qui a suscité de vives réactions à la fin des années 50-début 60 dans certains pays comme le Kenya et la Tanzanie de telle sorte que les populations exclues de leurs terres voyaient l'indépendance de leur pays comme leur avenir.

    Deuxième partie

    AIRES PROTEGEES EN AFRIQUE DE L'EST: TERRITOIRES PROTEGES, TERRITOIRES CONVOITES

    Lors de l'époque des indépendances en Afrique orientale, les populations victimes de la politique coloniale de conservation croyaient avoir trouvé une grosse occasion de récupérer leurs anciens territoires ou du moins de bénéficier un certain nombre d'avantages à l'intérieur des espaces protégés. Mais comme nous allons le voir dans les paragraphes suivants, la période d'après les indépendances aura été plus difficile que la précédente.

    Chapitre I

    LE DEVELOPPEMENT DE LA CONSERVATION DANS LES ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS: L'HERITAGE COLONIAL BIEN ASSUME

    Le passage du pouvoir entre l'administration coloniale belge ou britannique aux nouvelles autorités des Etats indépendants de l'Afrique de l'Est n'a rien changé en faveur des populations locales. Par contre, l'héritage colonial a été bien assumé soit en renforçant des mesures de protection laissées par les colonisateurs, soit en créant de nouvelles aires protégées au détriment de ces populations. C'est ce qu'affirme d'ailleurs E. Fall ( repris par

    G. Sournia, op. cit.) en ces mots: « L 'Etat post- colonial a simplement hérité des attributs du pouvoir précédent. Les populations continuent à le percevoir comme elles percevaient hier la puissance coloniale. »

    Ce qu'il faut constater, comme nous allons le voir, c'est que la mise en oeuvre de ces nouvelles mesures de conservation est différente selon les politiques environnementales de chaque Etat indépendant et surtout de celles de leurs anciens maîtres.

    1.1 Le renforcement de la législation en matière de conservation: le cas du Rwanda et du Burundi

    Au regard de leurs superficies nationales très petites, 26.336Km2 et 27.834 Km2, respectivement pour le Rwanda et le Burundi, et surtout de leurs densités moyennes de populations ( 230 habitants/Km2 en 1995 pour le Burundi et 307 en 1997 pour le Rwanda) qui étaient déjà considérées comme élevées au début des années 60, on aurait dû penser que les autorités de deux Etats nouvellement indépendants auraient pu envisager la suppression de toutes les aires protégées créées par les colonisateurs en vue d'installer les populations en quête de nouvelles terres. Par contre, elles ont procédé au renforcement des mesures de leur protection.

    1.1.1 Juin 1973: date de création de l'Office Rwandais du Tourisme et des Parcs Nationaux (ORTPN)

    Avec l'avènement de l'indépendance rwandaise, les acteurs locaux, espéraient enfin obtenir l'accès libre aux forêts. Cependant, ils furent surpris par l'acte honteux d'expulsion des Batwa dans les réserves forestières de Gishwati et de Nyungwe où ils ont pourtant vécu pendant de milliers d'années. Dès lors, leur situation se dégrada à tel point que le décideur de cet acte lui-même, le Président de la République à cette époque, en fut ému (Mbuzehose, J.B., 1999).

    En effet, il est clair que cette expulsion des Batwa forestiers coïncide bien avec le succès de la théorie de la « Tragédie des communaux » (The Tragedy of the Commons) dans tous les milieux politiques et centres des bailleurs de fonds comme nous l'avons vu dans les paragraphes précédents. Il s'ensuit que voulant sans doute des fonds nécessaires pour la mise en oeuvre de leur plan de développement, les autorités rwandaises avaient répondu favorablement aux exigences des bailleurs de fonds tout en négligeant sciemment de considérer la pertinence du mode de vie des acteurs locaux. De ce fait, ce n'est pas surprenant de constater que la loi du 26 avril 1974 abonde dans le sens du lobby international au

    détriment des Batwa. Ainsi, la décision en matière de gestion de l'environnement fut prise sous l'influence de l'extérieur.

    D'ailleurs, les articles 31, 42, 55 (voir annexe n° 3) de ce décret-loi en expliquent davantage puisqu'ils confèrent à l'Office Rwandais du Tourisme et des Parcs Nationaux (O.R.T.P.N.) le droit d'interdiction de la chasse sur toute l'étendue du territoire de la République Rwandaise. Ce qui signifie que les Batwa forestiers sont devenus des victimes d'une logique mondialiste là où les intérêts de l'Etat et ceux des ONG de protection de la nature écrasent ceux des populations locales.

    Pour ce qui est de la domination de l'Etat, il convient de signaler que les zones des marges constituent un enjeu économique de taille dans ce sens que plusieurs acteurs publics ont été autorisés à valoriser ces régions grâce à l'exploitation forestière. Le cas de la forêt naturelle de Gishwati constitue un cas d'école depuis les années 1970. En premier lieu, une grande partie de cette forêt a été attribuée à l'O.R.T.P.N. et transformée en zones touristiques. Grâce à ses projets touristiques, toute la faune, la flore ainsi que les produits dérivés sont devenus propriétés et patrimoine de l'Etat. En second lieu, le reste de la forêt fut officiellement réservé, d'abord, pour l'extension des zones de culture de rente de l'Office des Cultures Industrielles au Rwanda (O.C.I.R.) et ses projets d'installation d'usines à thé, par exemple les usines à thé de Rubaya et de Nyabihu au Nord-Ouest en Préfecture de Gisenyi; puis, d'autres activités du Ministère de l'agriculture, notamment les projets de valorisation du bois dans les scieries de Kamatsira et de Wisumo. Enfin, le défrichement de la forêt effectué à travers le projet agro-sylvo-pastoral dans les régions de Giswati-Butare-Kigali (G.B.K.) pour la mise en oeuvre de son programme de réserve naturelle intégrale (tourisme), de reboisement, de « pâturages coopératifs » et des zones de production de pommes de terre.

    En définitive, on peut dire qu'avec la mise en vigueur de la loi du 26 Avril 1974 relative aux parcs nationaux et réserves forestières, les intérêts de survie des Batwa entrèrent en collision avec les intérêts économiques de l'Etat. De là, la confiscation de la forêt, qui constitue un acte officiel de légitimation de l'O.R.T.P.N., a acculé les acteurs forestiers locaux dans une situation de double contrainte et de risques. D'un coté, les Batwa sont implicitement contraints à briser les règles formelles en pratiquant leurs activités forestières pour survivre; et de l'autre côté, ils sont contraints à respecter les lois forestières de l'O.R.T.P.N. mais en acceptant de mourir de faim (Mbuzehose J.B., 1995).

    En dehors de ces enjeux, le Rwanda a, depuis la création de l'ORTPN, fourni des efforts appréciables de valorisation des ressources touristiques. Les principales d'entre elles comme le Parc National de l'Akagera, celui des Volcans, la forêt de Nyungwe (devenue Parc National en avril 2001), les forêts de Gishwati et Bigogwe, ont été aménagées pour attirer le plus grand nombre de touristes. En outre, le pays s'est doté d'une infrastructure d'hébergement qui totalisait 1370 lits fin 1988 dont 51% dans la seule ville de Kigali (Nduwayezu J.D., 1990). Dans la même année, un réseau routier permettait d'atteindre aisément depuis Kigali les sites touristiques majeurs du pays.

    Selon toujours J. D. Nduwayezu (idem), les recettes en droit d'entrée dans les parcs nationaux s'élevaient à 93,2 millions francs rwandais en 1987 contre les dépenses de 49,5 millions francs. Mais, si l'on soustraie la consommation interne, la valeur ajoutée du tourisme représentait, à la même époque, 0,5 % du PNB, ce qui était faible par rapport à la situation des pays africains à vocation touristique ( Kenya 24%, Maroc 7%, Sénégal 4%).

    Cependant, malgré ce succès dans le domaine touristique des années 70 et 80, les espaces protégés du Rwanda connaissaient beaucoup de menaces liées en général à la pression démographique que connaît le pays depuis les années 1950. En effet, la densité physiologique qui, en 1950, était de 104 habitants/km2, est passée à 367 en 1988 (Nduwayezu J.D., op. cit.), ce qui a provoqué, au cours de cet intervalle, un grignotage de certaines parties des aires protégées du pays.

    De 1990 à nos jours, les menaces de ce genre sont d'une grande ampleur suite aux événements politico-sociaux qui se sont succédés; il faut citer d'abord l'attaque du Front Patriotique Rwandais (F.P.R) contre le gouvernement de Kigali au mois d'octobre 1990; ensuite il faut penser au lancement du multipartisme au mois de Juin 1991, une période qui a marqué le début des menaces de grande envergure sur les superficies des aires protégées étant donné que les militants de l'opposition se sentaient capables de violer toute loi élaborée par le pouvoir en place. Enfin, la période la plus difficile a commencé juste au lendemain du Génocide rwandais d'avril-juillet 1994, au moment où un laisser-aller assez généralisé a eu des conséquences graves sur la quasi-totalité des aires protégées du pays.

    A l'heure actuelle, malgré quelques infiltrations sporadiques localisées dans le Parc National des Birunga, au Nord-Ouest, et dans le Parc National de Nyungwe (l'ex-Forêt Naturelle du même nom), sans oublier bien sûr les 2/3 et la quasi-totalité des superficies amputées, respectivement du Parc National de l'Akagera et de la Forêt naturelle de Gishwati, le reste des aires protégées du pays est bien contrôlé et les mesures de protection très renforcées.

    Tableau n° II: Situation actuelle des aires protégées au Rwanda

    Désignation

    Superficie en Ha

    Localisation

    Objectif

    Parc National de Nyungwe

    97000

    Sud-Ouest

    Parc touristique

    Forêt de Gishwati

    2000

    Nord-Ouest

    Réserve forestière

    Forêt de Mukura

    2000

    Ouest

    Réserve forestière

    Parc National de l'Akagera

    90000

    Est

    Parc touristique

    Parc National des Birunga

    15000

    Nord-Ouest

    Parc touristique

    TOTAL

    206.000

     
     

    Source: Nduwayezu J.D (1990); Imbs F.(1997), Nos estimations

    D'après ce tableau, on constate que la superficie totale des aires protégées du pays est réduite de moitié, 206.000 ha en 2002 contre 402.000 ha en janvier 1994, ce qui pousse les associations de protection de la nature à s'investir davantage dans le pays afin que ces mesures soient rigoureusement respectées. Notons que c'est grâce à leur pressing que les éleveurs du gros bétail avaient quitté le Parc National de l'Akagera entre 1998 et l'an 2000 et que le nom de ce dernier apparaît encore sur la carte rwandaise.

    Carte n° 5: Situation actuelle des aires protégées au Rwanda

    Tableau n°III: Les partenaires en coopération avec les principaux parcs nationaux du Rwanda

    Nom du parc

    Partenaire en coopération

    Parc National de l'Akagera

    -Deutsche Gelleschaft Fur Technische Zusammenarseit (G.T.Z.)

    -World Wildlife Fund for nature

    (W.W.F.)

    - Coopération belge

    Parc National des Volcans

    - African Wildlife Cooperation (A.W.F) - W.W.F

    - Fauna and Flora Preservation Society (F.F.P. S)

    - United States Agency for the International Development (USAID) - Dian Fossey Gorilla Fund

    Parc National de Nyungwe

    - Coopération suisse

    - Banque Mondiale

    - Union mondiale de la Nature (UICN) - W.W.F.

    - New York Zoological Society

    - USAID

    - Wildlife Conservation International (WCI)

    Source: -Twarabemenye E.; Karibana, M. (op. cit.) - Sournia G. (op. cit.)

    A travers ce tableau, on constate que le Parc National des Volcans et celui de Nyungwe ont plus de partenaires que celui de l'Akagera suite sans doute aux intérêts scientifiques que représentent les deux parcs. En effet, le premier abrite les derniers spécimens des Gorilles des montagnes, tandis que l'autre est considérée comme la plus vaste forêt primaire d'altitude de toute l'Afrique.

    1.1.2 Mars 1981: date de création des premiers parcs nationaux au Burundi

    Comme nous l'avons signalé précédemment, le Burundi est l'un des rares pays africains où aucun parc national n'a été établi durant l'époque coloniale alors que toutes les forêts sont devenues réserves officielles sous l'autorité coloniale belge en 1933. C'est sans doute sous la pression des ONG protectrices de la nature qu'un décret-loi du 3 mars 1981, portant création des parcs nationaux et des réserves naturelles, fut mis en place. Il concerne la législation relative aux espaces protégés du pays.

    Parmi les parcs nationaux créés, nous allons nous intéresser sur le Parc national de Ruvubu (Ruvubu signifiant la rivière aux hippopotames) situé à l'Est du pays puisque sa création fut à l'origine de l'expulsion des paysans agri-éleveurs de la région. En effet, « implanté dans une région agropastorale mise en valeur depuis déjà longtemps par des

    familles paysannes autochtones ou immigrées » (Cochet H., 2001), ce parc a été créé ainsi dans une zone où l' « aspect naturel et sauvage» recherché par les écologistes avait disparu sauf les rives de la rivière Ruvubu et quelques savanes boisées à caractère ponctuel. De ce fait, la mise en défens de cette grande vallée (43.630 ha) a exigé l'expulsion de plus de 3.000 familles paysannes, ce qui a entraîné dans la suite une sérieuse crise alimentaire au sein des familles déplacées.

    H. Cochet (op. cit.) précise en outre qu'en 1986 le même scénario s'est produit lors de la création de la Réserve naturelle forestière de Rumonge (sur les versants surplombant le lac Tanganyika) où les populations ont été également chassées de leurs terres sans qu'il y ait indemnisations financières ou projets de réinstallation. Par ailleurs, le même auteur souligne que la création de la Réserve de Vyanda en 1991 existe encore sur papier suite à une opposition farouche de la part des populations locales, soutenue sans doute par l'arrivée du multipartisme dans le pays au début des années 1990, puis par les événements sanglants que connaît le pays depuis 1993.

    Il faut dire, à l'instar de H. Cochet (idem), que la protection de l'environnement dans ce pays « a été assise sur une conception particulière de l'écologie par laquelle les paysans sont désignés comme les principaux coupables de dégradation de l'environnement. » Dans ce contexte, la protection de l'environnement pourrait être qualifiée de « répressive et mise en place contre les intérêts des paysans. » Aujourd'hui, la gestion de ces zones ainsi que la création et/ou l'aménagement d'autres sont placés sous la responsabilité de l'Institut National pour l'Environnement et la Conservation de la Nature (INECN), organisme intervenant sous l'autorité directe du Ministère de l'Equipement, du Tourisme et de l'Environnement. Au niveau international, le Burundi est signataire de la Convention africaine d'Alger, la Convention du patrimoine mondial (UNESCO) et celle de Washington (CITES).

    Il faut noter que les principales zones protégées au Burundi sont au nombre de deux, toutes créées en 1981 (elles existaient avant comme réserves officielles): le Parc National de Ruvubu ( 43.630km2), qui s'étire du Centre vers le Nord Nord-Est, le long de la rivière Ruvubu et le Parc National de Kibira (40.000km2) au Nord-Ouest du pays. Ce dernier parc est dominé par une forêt tropicale et prolonge le Parc National de Nyungwe (l'ex- Forêt naturelle du même nom) au Rwanda.

    1.2 L'émergence des politiques différentes en Afrique orientale ex-anglaise

    A l'instar de beaucoup d'autres fonctionnements politiques et sociaux de l'Afrique orientale ex-anglaise, la politique de conservation est aussi profondément marquée par le leg colonial et elle s'est élaborée en continuité avec cet héritage.

    Tout commence assez vite au lendemain de l'indépendance de trois Etats au moment où les Britanniques parvenaient à redynamiser leur Communauté Economique Est-africaine faute de pouvoir créer, en raison des protestations africaines, une fédération politique qu'auraient voulu dominer les Anglais du Kenya. Il est normal que grâce à celle-ci, la machine anglaise continuait à marcher sans beaucoup de difficultés.

    Cependant, ce poids des Anglais ne sera malheureusement que de courte durée car, au début des années 70, on verra monter l'influence des partis nationalistes, et surtout les divergences politiques entre le Kenya libéral, la Tanzanie socialiste, plus orientée vers la ligne de front australe contre l'Apartheid, et l'Ouganda en proie à l'anarchie depuis la venue au pouvoir du dictateur Idi Amin Dada; ce qui a entraîné la disparition de la communauté en 1977 et par voie de conséquence de la quasi-disparition de l'influence anglaise sur certains Etats. Mais parallèlement à ce changement politique, l'influence environnementale liée à la théorie de la tragédie des communaux gagnaient de plus en plus le terrain.

    1.2.1 Opposition entre la politique libérale kenyane et le socialisme tanzanien

    Si de sérieuses oppositions caractérisent les politiques kenyanes et tanzaniennes de conservation dès le début des années 70 suite aux idéologies politiques assez différentes, il faut noter cependant que l'héritage colonial caractérisé par la création des aires protégées en excluant les populations autochtones a été bien assumé dans les deux pays. Signalons en effet que cette opposition résidait à la volonté de Nyerere de centrer le développement sur la paysannerie tanzanienne tout en se débarrassant de toute ingérence idéologique de l'occident, alors que les autorités kenyanes, elles, avaient ouvert leur développement vers l'économie de marché, ce qui signifie qu'elles pouvaient bénéficier des investissements de l'occident.

    Coté kenyan, la politique de conservation au lendemain de l'indépendance a été caractérisée par le durcissement des projets d'exclusion des peuples Maasai suite aux différentes décisions prises par le gouvernement kenyan au détriment de leurs droits fonciers. Ceci commence dans les années 1970 (et même avant) au moment où l'Etat décida d'étendre les parcs nationaux d'une part, puis de créer des proriétés privées sous forme de « group ranches » sur les zones de parcours de Maasai d'autre part.

    Cette réforme foncière a permis au gouvernement en place de définir en sa faveur une gestion des espaces protégés du pays tout en excluant les populations locales. Ceci parce que dans la nouvelle loi (en rapport avec la mise en place des Group-Ranches) « on ne mentionnait nulle part la relation qui devait unir les pasteurs, les animaux sauvages et les zones protégées. » (Péron X., 1995) Ce qui voulait dire que les autochtones étaient déjà exclus de ces terres nouvellement conservées. En plus, en ce qui concerne les rapports rédigés sur la mise en place de ces Group-Ranches, les experts nationaux1 insistaient, eux aussi, sur la nécessité de généraliser le concept de parc national en réclamant même leur agrandissement au détriment des populations locales. C'est ainsi que la mise en pratique de cette loi des Group-Ranches entraîna la nouvelle expulsion des Maasai autour de la Réserve de Maasai- Mara, ce qui a permis dans la suite d'agrandir sa superficie.

    Dans le même ordre d'idées et en vue d'affaiblir leur résistance, la réserve d'Amboseli est devenue parc national en 1977. Il faut noter que d'autres espaces protégés avaient été créés dans des circonstances similaires à l'instar de « Ruma National Park » en1966, le « Lake Nakuru National Park » en 1970, et dernièrement en 1995 le « Longonot national Park » (Dufour, C., 2001).

    Aujourd'hui, les aires protégées kenyanes sont divisées en trois parties: d'abord les Parcs Nationaux ( réservés au seul usage touristique) qui couvrent 25.624 km2 dont 21.000

    1 A majorité d'ethnie Kikuyu au pouvoir et qui s'opposaient à la vie pastorale des Maasai

    Carte n° 6: Parcs et réserves du Kenya

    km2 pour le seul Parc National de Tsavo (Est et Ouest); ensuite les Réserves Nationales (National Reserves), espaces pouvant faire objet d'une exploitation par l'homme à condition qu'elle ne mette pas en péril l'équilibre écologique. Elles couvrent 17.221km2 de la superficie nationale. Enfin, les Réserves de la biosphère (Biosphere Reserve), qui s'appliquent à 7.965 km2 de la superficie nationale incluant parfois parc ou réserve. Il s'agit en général des sites à grand intérêt scientifique placés sous l'égide de l'UNESCO.

    Tous statuts confondus, ces espaces couvrent 44.359 km2, soit 7,6 % de la superficie totale du pays (Grignon, F. et Prunier G., op. cit.). Ils sont sous le contrôle du Ministère ayant l'Environnement et les Ressources Naturelles dans ses attributions et sont gérés soit par le « Kenya Wildlife Service: KWS », un organisme para-étatique semi-autonome créé en 1989 et qui s'occupe de tout ce qui est parc national plus quelques réserves, soit par les « Conseils Régionaux (County Council) » pour la plupart des réserves. Il faut noter que le KWS est surveillé de près par une multitude d'associations de protection de la nature, comme le W.W.F., l'UICN et autres, qui ont en général leur bureau régional à Nairobi.

    Cependant, malgré ce potentiel touristique énorme, certains analystes font constater que la « manne » que procure le tourisme du pays est mal répartie entre les différents acteurs de la conservation. En effet, les bénéfices de cette activité ne sont pas bien utilisés « comme en témoignent l'état des pistes à l'intérieur des zones protégées ou bien la difficile survie des communautés vivant en bordure des sanctuaires. » (Dufour C., op. cit.) C'est ainsi que la politique de gestion de ces espaces a pris une autre orientation, depuis 1993, en se dirigeant, comme nous le verrons dans les chapitres suivants, vers les intérêts du développement local.

    Comme nous l'avons déjà expliqué, cette politique de protection de la nature au détriment des intérêts de la population locale constitue pour le gouvernement kenyan un enjeu qui est à la fois économique et politique. D'une part l'entrée des devises dans la caisse de l'Etat lui permet de résoudre certains problèmes financiers qui ne manquent pas dans les pays du Sud, et d'autre part, le contrôle de l'espace habité par les Maasai en créant les espaces protégés est une bonne stratégie car il permet de diminuer le nombre de leur bétail et par voie de conséquence de réduire à néant leur principale source de résistance.

    En ce qui concerne la politique post-coloniale de protection de la nature en Tanzanie, il faut dire que le gouvernement de Julius Nyerere, qui avait affiché au début un programme anticonservationniste dans le pays, a finalement bien suivi la politique laissée par les Britanniques, « se montrant même, à bien des égards plus royaliste que le roi, moins par démagogie qu'au nom des chiffres: la Tanzanie est une nation pauvre et l'indépendance politique et économique souhaitée par le Président passe par la rentabilisation des rares atouts qu'elle possède; on attend du tourisme qu'il finance le développement. » Baroin C.; Constantin F., op. cit.)

    Pour mettre en pratique ce programme et afin surtout d'éviter que la gestion des zones protégées soit aux mains des seuls étrangers, à la différence du Kenya voisin, le nouveau gouvernement a créé un collège de formation spécialisée dans la conservation. Construit à Mweka, au pied du Kilimandjaro, toit de l'Afrique et symbole de l'indépendance tanzanienne « Uhuru », ce collège est devenu désormais l'un des fers de lance de l'industrie touristique du pays.

    créées durant l'époque coloniale. C'est notamment la création des Parcs de Ruala et Mikumi en 1964, le Parc de Gombe en 1968, celui de Tarangire en1 971, les Parcs de Kilimandjaro et de Katavi respectivement en 1973 et en 1974 ou tout simplement le Parc national d'Arusha créé sur des terres qui appartenaient depuis plusieurs années aux communautés blanches avant l'indépendance. Parallèlement, de nouvelles réserves de chasse sont établies, comme la Réserve de Maswa au Sud-Ouest du grand Serengeti, ou les réserves de Rungwa et de Kisigo en bordure du parc de Rwaha, etc.

    Pour ce qui est de la situation des Maasai, il faut dire qu'elle n'est pas bonne parce que la perte de leurs territoires de parcours va en s'aggravant, « avec d'abord la transformation de la réserve de chasse de Tarangire en parc, puis en 1974, au sein du site de Ngorongoro avec l'interdiction d'utiliser pâturages, salines et points d'eau dans les cratères de Ngorongoro, d'Empakai, et d'Olmoti. » (Baroin C. et Constantin F., op. cit.) A partir de là, le calvaire des Maasai s'enchaîne puisqu'ils ont été contraints d'aller exploiter des terres hostiles à leur activité pastorale ou de se contenter de leurs petites parcelles situées au bord des aires protégées.

    En peu de mots, les autorités tanzaniennes ont tout fait pour que les Maasai s'éloignent de bonnes terres du pays car leur activité est en opposition au principal objectif du Président Julius Nyerere, à savoir « centrer le développement du pays » sur les activités agricoles et non sur l'élevage traditionnel comme celui des Maasai, jugé par les autorités tanzaniennes comme improductif. En vue d'écarter ces populations, le gouvernement tanzanien a mis en place dès 1975 une politique de création des villages permanents « livestock development villages », ce qui a permis de privatiser toutes les terres qui appartenaient aux Maasai en les transformant en group-ranches.

    Face à cette nouvelle problématique, les spécialistes de la conservation dans le pays affirment que cette politique des autorités tanzaniennes est totalement différente de celle de leurs anciens maîtres. En effet, « alors que les Anglais avaient toléré la présence des pasteurs dans les sanctuaires tant qu'ils demeuraient en leur état de '' sauvagerie primitive'', comme survivance remarquable des temps édéniques. », les nouvelles autorités tanzaniennes ont, quant à elles, un projet de les « civiliser » afin d'éviter qu'ils présentent aux yeux des étrangers une mauvaise image d'un pays pauvre. Ce qui n'est pas le cas au Kenya voisin, là où la civilisation des peuples Maasai est une idée qui remonte du temps de la colonisation.

    A l'heure actuelle, on remarque que le gouvernement tanzanien commence à prendre au sérieux le problème des Maasai. En effet, depuis les années 80, les projets d'expropriation nécessitent désormais des compensations financières. En outre, l'analyse de ce problème à l'échelle internationale commence à attirer l'attention de beaucoup d'acteurs nationaux et internationaux, d'où quelques tentatives des projets de conservation qui font appel à la participation de ces populations longtemps exclues de leurs terres ancestrales.

    Tout en ignorant les problèmes de manque de terres de la population expulsée lors de la création des aires protégées, à majorité d'ethnie Maasai, la Tanzanie compte aujourd'hui 39 espaces protégés, toutes catégories confondues, soit 14,6% de la superficie nationale (World Bank, 2001) La gestion de ces espaces et de la faune est centralisée au Secrétariat d'Etat de la vie sauvage (Wildlife Division, Ministry of Lands, Natural Ressources and Tourism) dont dépendent le TANAPA ( Tanzania National Parks) qui gère plus spécialement les parcs et la NCAA( Ngorongoro Conservation Area Authority) qui gère le site protégé de Ngorongoro.

    1.2.2 Antagonismes politico-ethniques et crise de la politique de conservation en Ouganda

    L'évolution actuelle des aires protégées en ex-communauté est-africaine anglaise découle de l'héritage laissé par les colons britanniques dans ce domaine. Nous venons de voir en effet comment les nouveaux dirigeants kenyans et tanzaniens ont été de « bons élèves » de leurs maîtres colonisateurs en renforçant la politique coloniale d'exclusion des populations autochtones en faveur de la création des sanctuaires d'animaux sauvages. Pour ce qui est de l'Ouganda voisin, cette leçon a été aussi bien suivie, voire même réussie malgré les antagonismes politiques et ethniques qui ont ravagé le pays pendant 14 ans de dictatures militaires et de guerres civiles (1972-1986).

    Durant cette période, toutes les politiques de développement ont été paralysées, y compris celle de conservation de la nature, de façon que cette dernière ait traversé une crise redoutable puisque d'une part les aires protégées constituaient des bastions des groupes armés, et que d'autre part tout le système administratif était devenu inefficace pour pouvoir assurer la protection des aires protégées.

    Malgré cette crise des années 70-début 80, la paix retrouvée en 1986 a fait redémarrer le système en procédant à la création de nouveaux parcs et réserves analogues mais toujours au détriment des populations locales. C'est ainsi qu'en dépit de la situation effroyable qu'ont vécu les Iks dans les années 60, après leur exclusion de la vallée de Kidepo, afin d'y créer un parc national du même nom (ce qui a d'ailleurs entraîné la décadence de leur société), les nouveaux dirigeants ougandais ont imité ce scénario colonial en 1992.

    A cette époque en effet, ils ont procédé à la création d'un corridor pour les éléphants entre le Parc National de la Reine Elisabeth (Queen Elisabeth National Park) au Sud-Ouest et la Réserve forestière de Kabale au Sud. Ce travail s'est traduit par l'expulsion par l'armée, sans préavis, de 30.000 paysans agriculteurs, assortie de meurtres, pillages, destruction de cultures et de cheptel dans le cadre d'un projet financé par la Banque Mondiale et la Communauté Européenne (Rossi G., 2000). Le but de ce gros travail était, selon Feeney

    ( repris par G. Rossi, 2000), de permettre aux éléphants de Kabale d'être à nouveau libres !

    A part cette opération, « douloureuse » pour les paysans chassés de leurs terres mais « couronnée de succès » selon le rapport officiel de la CEE (l'actuelle Union européenne), l'organisme qui l'a financée, la politique post-coloniale de conservation en Ouganda a aussi été caractérisée par la création de nouveaux espaces protégés. A l'heure actuelle, ce pays compte 37 aires protégées au total soit 7,9 % du territoire national (World Bank, 2001). Malgré ce taux élevé des espaces protégés par rapport à la superficie nationale, on remarque que le tourisme n'y est pas développé, comme c'est le cas au Kenya ou moins encore en Tanzanie, suite aux différentes raisons qu'on a déjà évoquées.

    Après cette étude de l'évolution historique et géographique des espaces protégés dans chaque pays de l'Afrique orientale, un tableau récapitulatif de leur situation actuelle nous semble très utile.

    Tableau n° IV: Situation actuelle des aires protégées en Afrique orientale

    Pays

    Nombre

    Superficie (milliers en ha)

    % du territoire
    national

    Burundi

    3

    89

    3,2

    Kenya

    50

    3.504

    8

    Ouganda

    37

    1.913

    7,9

    Rwanda

    6

    192

    7,2

    Tanzanie

    39

    13.817

    14,6

    Sources : - Banque Mondiale et all. (1997)
    - World Bank (op. cit.)

    - Nos estimations

    En définitive, on peut dire que l'Afrique de l'Est, région agricole à plus de

    80% de sa population, occupe une place importante (en matière de protection de la nature) dans le monde. Mais comme nous l'avons vu précédemment, le développement des aires protégées dans cette région s'est accompagné, depuis l'époque coloniale jusqu'à nos jours, par une fracture socio-spatiale par excellence, ce qui est d'ailleurs à la base de certains problèmes de survie pour les populations chassées de leurs terres. En dehors de cela, la pression démographique constitue un autre danger à la survie des espaces protégés est- africains, plus particulièrement ceux situés dans les zones très peuplées.

    Chapitre II

    LES ENJEUX DE LA POLITIQUE DE CONSERVATION EN AFRIQUE ORIENTALE

    Depuis la création des aires protégées en Afrique de l'Est, celles-ci font face à trois grands défis économiques. D'abord, les bénéfices qu'elles procurent sont rarement reconnus, de sorte qu'il est difficile pour les responsables de déterminer un bon équilibre entre les coûts et les revenus. En plus, ces responsables sont incapables d'expliquer comment l'augmentation des investissements en matière de conservation pourrait entraîner un accroissement des avantages pour les populations vivant autour des espaces protégés et pour les autres habitants du pays.

    Ensuite, la répartition des bénéfices est en général une question particulièrement importante qui n'est pas prise en compte par les modèles actuels de gestion de ces espaces. Enfin, un fort accroissement des investissements dans les zones protégées, venus en général de l'extérieur, n'est utile que s'il s'inscrit dans un ensemble de mesures de développement local, ce qui n'est pas le cas pour le moment.

    Face à ces défis, on remarque qu'il y a une dichotomie entre les intérêts de l'Etat, soutenu aveuglement par les ONG de protection de la nature, et ceux des populations locales victimes de la politique de création des espaces protégés; ce qui nous amène à étudier les avantages et les défis de ces zones en Afrique orientale.

    2.1 Importance des aires protégées dans la vie socio-économique

    Quand on aborde le sujet de savoir l'impact lié à la gestion des espaces protégés dans la vie socio-économique d'un pays ou d'une région, certains pensent (et c'est vrai) immédiatement aux avantages liés au tourisme, mais aussi aux changements sociaux qui peuvent avoir lieu au sein des populations de ce pays ou de cette région suite aux contacts permanents avec les étrangers.

    Par ailleurs, d'autres avantages (indirects cette fois-ci) peuvent être évoqués. C'est notamment le cas de la lutte contre l'érosion dans les zones montagneuses ( le cas du Rwanda et du Burundi), permise par le maintien des forêts d'altitude, l'éducation et la recherche dans le domaine de l'environnement, de la biologie, etc., et enfin les valeurs esthétiques et culturelles que représentent les différents sites touristiques aux yeux des populations locales. En ce qui concerne notre travail, nos allons nous intéresser sur les bénéfices directs, c'est-àdire le tourisme et aux motivations d'ordre social liées à la création des aires protégées.

    2.1.1 Le développement du tourisme lié aux aires protégées

    Pour P. Dabrowski (1994), « la conservation de la nature et le tourisme, au sens où nous les entendons aujourd'hui, remontent à la première moitié du 19ème siècle et se sont développés dans une large mesure en parallèle. » Le même auteur précise que leur origine commune était liée aux sentiments que les personnes pouvaient ressentir à l'égard de la nature

    sauvage puisque celle-ci devenait de plus en plus un lieu privilégié pour certaines activités récréatives. Depuis lors, la nature est devenue une valeur en soi et la recherche du contact avec celle-ci une des causes du développement du tourisme.

    A l'heure actuelle, le tourisme est considéré comme l'un des secteurs économiques les plus puissants au monde et dont la croissance est la plus spectaculaire durant ces dernières décennies. « Les recettes qui en sont tirées sont passées de 18 milliards de $ en 1970, à plus de 100 en 1980, et atteignaient près de 350 milliards en 1993. La part de cette activité dans le commerce mondial est aussi en constante progression, et atteignait près de 8,5 % en 1992. Les entrées de touristes dans les pays d'arrivée sont, eux, passés de 166 millions en 1970 à plus de 500 millions en 1993. » (UNESCO, 1994)

    Au regard de toutes ces statistiques, on est tenté de savoir ce que c'est le tourisme et à quoi ressembleraient les ressources touristiques d'un pays donné. Le « tourisme » peut, en peu de mots, être défini comme « l'ensemble des relations et des faits constitués par le déplacement et le séjour des personnes hors de leur horizon habituel pour autant que ce déplacement et ce séjour soient réalisés comme une activité de loisir et de consommation. » Le tourisme est donc l'une des activités du loisir (fin de semaines, longs congés, fêtes, vacances, loisirs artistiques, sportifs, etc.)

    Les « ressources touristiques », quant à elles, constituent « l'ensemble des éléments à mettre en oeuvre pour développer le tourisme: aménagement des sites touristiques, infrastructures d'accueil, agences de voyages, réseaux et moyens de transports, bureaux d'information de publicité et de propagande, réglementation, définition des circuits touristiques, activités culturelles et folkloriques, personnel d'hôtels et de gestion des potentialités. » (Nduwayezu J.D., 1990) Un « touriste » est défini enfin comme un voyageur qui réside dans un pays autre que celui dans lequel il est habituellement hôte et cela pour une période minimum de 24 heures.

    En somme, le tourisme est couramment considéré comme l'un des secteurs les plus susceptibles de contribuer au développement d'un pays, ce qui nous amène à étudier son évolution en Afrique orientale tout en considérant les atouts et les défis de chaque pays, mais aussi leurs différences en matière d'orientation des politiques de son développement. Il faut noter que nous allons nous consacrer sur le tourisme lié aux zones protégées terrestres (Parcs nationaux et réserves de faune).

    2.1.1.1 Potentialités et supériorité de l'industrie touristique kenyane

    Le Kenya est devenu un grand pays touristique grâce à deux pôles d'attraction: la côte et ses plages de part et d'autre de Mombasa et les parcs nationaux ou réserves analogues dans les hautes terres et les savanes de l'intérieur. Au cours de ce travail, nous allons nous intéresser seulement au tourisme qui se fait dans les aires protégées terrestres de ce deuxième pôle d'attraction.

    Le développement de cette industrie s'explique, d'une part par la variété et la beauté des paysages de ce pays, et surtout par la richesse de la faune de grands animaux que l'on peut venir observer dans un grand nombre de parcs et réserves (une cinquante environ sur 8 % de la superficie totale du pays), et d'autre part par la politique libérale choisie par ce pays, qui lui permet de bénéficier, depuis l'indépendance, de gros investissements de l'occident développé.

    L'historique de l'évolution touristique commence réellement au lendemain de la seconde guerre, en 1948, au moment où les trois territoires est-africains alors sous la couronne britannique (Kenya, Ouganda et Tanganyika), se partagèrent les différents services. Ceux-ci furent essentiels pour le fondement de l'industrie touristique car ils regroupaient toutes les infrastructures de base pour le transport des touristes, comme la Société Est-africaine des chemins de fer et des transports maritimes, la Société Est-africaine des transports aériens, celle des Postes et Télécommunications, de l'Immigration et des douanes. De surcroît, les autorités coloniales s'attachèrent à mettre en place des mesures législatives de gestion des aires protégées et du tourisme (Dufour C., op. cit.).

    Dans les années 50, trente à quarante mille visiteurs se rendirent par an au Kenya. Ce chiffre était en général lié aux changements qui s'effectuaient en Europe occidentale en matière du travail. En effet, les conditions du travail (la législation) commençaient à s'améliorer de telle sorte que les droits et les intérêts des travailleurs étaient de plus en plus reconnus et protégés. C'est ainsi qu'à travers l'Organisation International du Travail, une grande partie de la communauté des travailleurs accéda aux congés payés et au droit de se déplacer vers les pays du Sud, surtout vers leurs colonies. Mais il faut préciser ici que ce privilège ne concernait bien sûr que quelques familles aisées comme c'est le cas même aujourd'hui pour ce qui est du tourisme à l'étranger1.

    Après l'indépendance, la situation est devenue très favorable car le nombre de touristes s'élevait de 61.352 à 117. 000 en 1967. Depuis les années 1970 jusqu'à nos jours, les aires protégées kenyanes ont connu un flux de mouvements touristiques sans précédent. Comme conséquence, le nombre des touristes est passé de 421.000 en 1976 à 804.000 en 1991. Ce qui est énorme par rapport à ce qui se passe dans les autres pays de l'Afrique orientale où les problèmes d'insécurité ou d'orientations économiques mal choisies entravent le développement de ce secteur.

    Par ailleurs, il faut signaler que l'époque de l'indépendance s'est caractérisée aussi par la croissance du nombre d'infrastructures d'accueil. En effet, 5.840 lits étaient recensés en 1963 contre 42.000 lits en 1988. Ce qui montre que le dispositif hôtelier devient de plus en plus puissant au fur et à mesure que le pays se dote d'autres moyens pour attirer le plus grand nombre de touristes. On pense ici à la construction des routes, l'amélioration de la sécurité dans les parcs, la création des agences de tourisme, etc.

    Tous ces efforts ont fini par payer parce que le tourisme représente la première source de devises du pays, avant le thé et le café, et que son évolution reste satisfaisante depuis l'époque coloniale jusqu'à nos jours, même si les professionnels du tourisme affirment que les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis commencent à freiner le déplacement des occidentaux vers les pays du Sud au profit du tourisme de proximité, c'est-à-dire à l'intérieur du pays ou dans les pays voisins.

    1 Tourisme à l'étranger= tourisme à l'extérieur du pays par opposition au tourisme de proximité

    Tableau n° V: L'évolution du tourisme international au Kenya (1946-1991)

    Année

    Nombre de visiteurs

    Revenues annuelles en millions de K pound

    1946

    16.090

    -

    1956

    40.460

    4,20

    1966

    106.520

    12,10

    1976

    426.200

    41,10

    1986

    604.000

    250,00

    1989

    730.000

    432,00

    1990

    801.000

    530,00

    1991

    804.600

    594,00

    Source: Wildlife conservation and tourisme in Kenya; D. Musili Nyeki, Nairobi, 1999 ( repris par C. Dufour, op. cit.)

    En outre, il participait à hauteur de 3,1 % du PIB du pays en 1979 et 4,1 % en 1984; sans oublier le nombre de personnes qui travaillent dans le secteur touristique (agences de voyages, restaurants et hôtels,...). En 1977 par exemple, il était estimé à 62.600 et en 1990 ce nombre dépassait 100.000 personnes. Aujourd'hui, on recense plus de 200.000 salariés qui travaillent dans l'industrie touristique kenyane.

    Comme nous l'avons signalé au début, ce succès est lié, d'une part à une relative réussite libérale de développement depuis l'indépendance, et d'autre part à une stabilité politique qu'a connu ce pays par rapport aux pays voisins, sauf la Tanzanie, malgré les problèmes rencontrés ces dernières années par le régime du Président Arap Moi tels les revendications démocratiques au début des années 1990, la crise de la croissance économique de ces dernières années, les élections tronquées à plusieurs reprises selon les partis d'opposition, conflits ethniques, etc.

    Malgré ces petits problèmes, le Kenya est aujourd'hui considéré comme le pays préféré par les touristes étrangers même s'il doit faire face, dans les jours à venir, à concurrence farouche du tourisme tanzanien en pleine résurrection. Mais il faut signaler que ce succès a été atteint au prix des populations locales, chassées de leurs terres lors de la création des aires protégées, ce qui est à la base de l'éclatement de certains problèmes fonciers dans le pays.

    2.1.1.2 La relève du tourisme tanzanien

    Le paysage tanzanien, rappelons-le, est d'une beauté extraordinaire. Le volcan aux neiges éternelles, le Kilimandjaro, est un atout touristique de 5895 m de hauteur; sans oublier la présence d'autres sommets plus importants (Mont Méru, Cratère de Ngorongoro) auxquels il faut associer les plus grands lacs de la région à savoir Tanganyika, Victoria et Malawi. En

    plus, le pays dispose des ressources naturelles (surtout la faune sauvage) assez exceptionnelles dont le célèbre Parc National du Serengeti (14.763 Km2) au Nord et dans le Sud, la Réserve de chasse de Selous (43.000 km2).

    Toutes ces potentialités touristiques montrent que le tourisme pourrait être le secteur de tête en ce qui concerne l'économie du pays. Et pourtant, l'exploitation de cet incroyable potentiel ne fait que sérieusement démarrer suite à une prise de conscience assez tardive, consécutivement à la déclaration du Président Nyerere, en 1967, qui préconisait une politique de socialisme et d'autosuffisance pour réussir son développement, politique baptisée Ujamaa1. Depuis cette date, tous les choix qui ont présidé à la mise en oeuvre d'une politique de conservation néo-coloniale devraient se débarrasser de toute ingérence occidentale, idéologique en particulier; comme conséquences, le pays s'est privé de tout investissement en provenance de l'occident.

    Au départ, ce choix semble satisfaisant puisque la fréquentation touristique des zones protégées augmente de 11 % par an entre 1969 et 1976. Puis, les recettes se stabilisent un peu avant de baisser ensuite jusqu'en 1986, de telle sorte qu'à fin des années 80, le secteur touristique tanzanien tenait une place médiocre (seulement 2 % du PIB). La stagnation de ce secteur durant les années Nyerere s'explique par son souci d'éviter selon lui, « la pollution idéologique apportée par ces ? hordes barbares ? occidentales » (Baroin C.; Constantin F., op. cit.), mais aussi par son incapacité à réaliser son développement parce que sans aide ou investissement des pays riches, la Tanzanie ne parvient pas à faire face à la concurrence farouche du Kenya qui, en phase avec l'économie capitaliste du monde occidental, développe un tourisme de qualité par rapport à ses concurrents directs de l'Afrique orientale en matière de gestion des réserves de faune sauvage.

    Les nouvelles tendances économiques affichées par les autorités tanzaniennes qui se confirment après le départ de Nyerere en retraite au milieu des années 1980 entraînent un changement d'orientation très net en ce qui concerne la politique du tourisme dans le pays. Ce changement est à associer aussi avec le début des réformes économiques entreprises dans les années 1986-1987 dans le cadre du Programme d'Ajustement Structurel négocié entre l'Etat tanzanien et les institutions de Bretton Woods. Au début des années 90, le nombre de touristes a augmenté petit à petit grâce à cette ouverture vers l'extérieur, de nouveaux hôtels se sont implantés, des lodges et camps de toile luxueux se sont augmentés à l'intérieur des aires protégées, etc.

    Outre le bénéfice accru pour l'Etat, l'augmentation de nombre de visiteurs, 351.000 visiteurs en 1998 contre 100.000 en 1987, a des répercussions positives sur l'emploi (services, artisanat local, etc.). La Tanzanie semble vouloir donc suivre la voie empruntée il y a longtemps par le Kenya et la superficie de ses sanctuaires est telle qu'elle peut développer un tourisme efficace et lucratif semblable à celui de son voisin Kenya.

    1 Le principe étant de « Compter sur ses propres forces: self reliance »

    2.1.1.3 Conflits armés comme bases du fléchissement du secteur
    touristique au Rwanda, au Burundi et en Ouganda

    L'histoire récente a montré qu'au cours des trois dernières décennies, les conflits armés ont eu un impact, parfois très important, sur le maintien en l'état des espaces protégés dans certains pays de l'Afrique orientale. Quelles que soient les formes que prend un conflit (international, civil, tribal, rébellion, etc.), ses conséquences possibles sur la faune et ses habitats peuvent être diverses et persistantes, ce qui compromet immédiatement l'avenir du tourisme dans la région.

    En Afrique de l'Est, les conséquences des conflits sur les zones protégées sont ici illustrées par des exemples vécus au Rwanda ( et par voie de conséquence en Ouganda), la situation qui prévaut actuellement au Congo-Kinshasa et ses conséquences sur les zones protégées des pays voisins, à savoir le Rwanda, l'Ouganda et le Burundi; sans oublier bien sûr les tensions politico-sociales qui règnent dans ce dernier pays depuis 1993.

    Pour le cas du Rwanda, on a l'habitude de dire que le secteur du tourisme constituait (à la veille des années 90) la troisième source de devises pour le pays, derrière le café et le thé, avec des recettes de 15 millions de $ (soit à peu près 0,5 % du PNB, chiffre 1989). L'industrie touristique semblait avoir atteint un certain degré de développement. Aujourd'hui, le tourisme ne représente plus qu'un très faible pourcentage du Produit Intérieur Brut, mais est toujours la troisième source de devises du pays selon l'Office Rwandais du Tourisme et des Parcs Nationaux (2001), et emploierait environ 5000 personnes.

    Ce dynamisme de l'industrie touristique rwandaise des années 1980 a été d'abord perturbé par le début de la guerre, en 1990, puis par les événements de 1994, sans oublier le contexte régional assez difficile qui en a résulté. A l'heure actuelle, tous les espaces protégés du pays connaissent (ou ont connu), depuis à peu près 12 ans, des menaces liées au contexte politico-social du pays ou de sa région.

    Le Parc national des Volcans (150 km2), le plus attrayant et sans doute le plus visité des sites touristiques rwandais, abrite notamment les derniers spécimens des fameux Gorilles des montagnes. Ses activités avaient d'abord été perturbées au début des années 1990 par la présence dans cette zone des forces du Front Patriotique Rwandais (FPR). Et, depuis en 1996, les infiltrations des ex-FAR (Forces Armées Rwandaises) et les milices Interahamwe1 à partir de la République Démocratique Rwandaise (le Zaïre de l'époque) voisine ont empêché jusqu'à présent le redémarrage de la fréquentation touristique normale.

    Le Parc national de l'Akagera, peuplé de grands mammifères dans une savane arborée et arbustive, est considéré comme le deuxième site touristique le plus visité du pays. Cependant, il a été récemment réduit à 60% de sa superficie (900 km2 en 2002 contre 2500 en avril 1994) en raison de l'installation des anciens réfugiés de 1959 venus d'Ouganda. En outre, il fut le terrain des premiers combats entre le FPR et les ex-FAR en 1990. Son activité était alors devenue quasi-nulle.

    1 Nom attribué aux génocidaires rwandais de 1994

    Le Parc National de Nyungwe (l'ex-Forêt naturelle du même nom jusqu'au mois d'Avril 2001), localisé entre 1700 m et 2.920 m d'altitude, abrite la plus vaste forêt primaire d'altitude d'Afrique (97.000 ha). Mais, situé non loin de la République Démocratique du Congo, et surtout constituant au Sud le prolongement du Parc National de Kibira au Burundi, elle est réputée très fréquentée par les ex-Forces Armées Rwandaises et leurs milices Interahamwe basés en R.D.C. Et malgré la reprise de ses activités, depuis 1994, les visiteurs ont été très peu nombreux (150 en 1995, 30 en 1997, 300 en 1999, 700 en 2000)1. Il faut signaler aussi que la fréquentation est traditionnellement moindre que celle du Parc National des Birunga et du Parc de l'Akagera.

    Comme on le voit, la situation politico-sociale actuelle du pays n'est pas très favorable au développement de l'industrie touristique sur le territoire national, ce qui constitue, pour les donateurs du Nord, un grand obstacle à tout projet de développement à long terme. Et pourtant, les autorités locales y croient toujours et font tout pour redynamiser le secteur. Parmi les projets à long terme, on évoque la possibilité d'une intégration du circuit régional comme c'était le cas avant le drame de 1994, au moment où les parcs nationaux rwandais, en particulier celui des Volcans, recevaient un grand nombre de touristes en provenance du Kenya dans le cadre du prolongement de leur séjour à Nairobi.

    En outre, les besoins (réhabilitation, aménagements, bases de données) et les idées de projets ne manquent pas, mais les financements en revanche, sont plus rares suite aux raisons ci-haut évoquées. Notons enfin que dans le but de mobiliser les particuliers (le secteur privé), certains établissements (hôtels) qui jadis appartenaient à l'Etat ont été privatisés ou sont en cours de privatisation.

    Pour ce qui est du Burundi, il faut dire que le tourisme des années 80 et début 90 s'affirmait comme un secteur économique en pleine évolution (surtout dans le Parc national de Kibira) et potentiellement très intéressant pour l'avenir. Cependant, suite aux troubles politiques et les conflits armés que connaît ce pays depuis 1993, les infrastructures légères d'accueil, pouvant recevoir quelques visiteurs, qui existaient ont été détruites.

    Malheureusement cette situation ne s'améliore pas puisque les aires protégées, à l'instar du Parc National de Kibira au Nord-Ouest, servent de lieux d'approvisionnement des assaillants qui mènent des attaques sporadiques dans les zones habitées, principalement la capitale Bujumbura. De surcroît, la situation à côté de la frontière Est et Ouest, respectivement avec la Tanzanie et le Congo-Kinshasa, n'est pas du tout bonne étant donné que c'est là où se trouvent les camps des réfugiés, considérés par les autorités burundaises comme des bases arrières des assaillants. Cette contrainte majeure, si elle perdurait, pourrait remettre en cause la sécurité des aires protégées de ce pays et par voie de conséquence du tourisme burundais.

    En ce qui concerne le développement de l'industrie touristique en Ouganda, il faut dire qu'il a été freiné par les conflits politico-ethniques qui ont ravagé le pays pendant 14 ans (1972-1986). A la fin de ces conflits, l'état de tous les espaces protégés était en général déplorable. La faune, pierre angulaire du tourisme ougandais, avait été décimée par les braconniers et les trafiquants de tout genre. Certaines espèces, comme les éléphants massacrés au Queen Elisabeth en 1977 (Sournia G., op. cit.), étaient menacées d'extinction: ils étaient 12.000 au début des années 70, mais en décembre 1986 ils n'étaient plus que 1.500 d'après

    1 In Marchés tropicaux et méditerranéens, n° 2923, Novembre 2001

    l'enquête menée par les ONGs de protection de la nature dans le pays. De plus, les équipements des parcs avaient été détériorés, plusieurs hôtels étaient fermés en attendant leur rénovation.

    De 1986 à nos jours, plusieurs progrès ont été faits en matière du tourisme mais les menaces liées aux conflits régionaux handicapent toujours son plein essor par rapport à ce qui se passe au Kenya ou en Tanzanie, deux autres pays qui ont bénéficié certains avantages (routes, voies ferrées) de la couronne britannique mais qui, au contraire de l'Ouganda, connaissent une stabilité politique depuis l'indépendance. En effet, les aires protégées localisées à la frontière de l'Ouganda avec les pays là où règnent l'insécurité, à l'instar du Parc national de Kidepo avec le Soudan au Nord ou les Parcs nationaux de Queen Elisabeth, de Ruwenzori et de Murchison Falls avec la République Démocratique du Congo à l'Ouest, ne reçoivent plus beaucoup de touristes, ce qui bloque comme nous l'avons dit, le nouvel essor du tourisme ougandais.

    2.1.2 L'analyse de l'impact de la politique de conservation sur les structures socio-culturelles des populations

    Outre les bénéfices économiques, scientifiques ou considérations récréatives, certains disent que les aires protégées ont également des avantages d'ordre social et culturel et qu'elles constituent par-là une autre explication de leur création en Afrique orientale. Dans ce contexte, les défenseurs de cette logique précisent que le tourisme constitue un vrai moteur de cette nouvelle justification au travers le choc culturel qui se crée entre les touristes (ayant beaucoup d'argent) et les populations locales (souvent dépourvues d'argent) et dont tirent profit ces populations. Cependant, il sied de signaler que cette logique n'à rien voir avec la réalité si l'on est au courant de ce qui se passe aux alentours des espaces protégés où les populations expulsées de leurs terres mènent une vie précaire depuis le développement du tourisme dans la région.

    2.1.2.1 Le mépris à l'égard des modes de vie des acteurs locaux

    Si on regarde un peu en arrière, on constate que les populations locales ont été chassées de leurs terres dès la première implantation des premiers européens en Afrique orientale. Au cours des années qui ont suivi les indépendances jusqu'à nos jours, leur situation de précarité ne cesse de s'aggraver malgré le développement de l'industrie touristique dans la région, ce qui signifie, pour ces populations, que les deux pouvoirs n'ont rien fait pour assurer leur intégration socio-économique et culturelle. Au contraire, les autorités coloniales et post-coloniales n'ont cessé de manifester leur mépris à leur égard. Considérées comme « indigènes » par les colonisateurs en effet, elles sont devenues « traditionnelles » après les indépendances, au sens souvent « de figées, peu enclines aux changements, parfois même ?primitives? par leurs rites sociaux, leur mode vestimentaire ou leur habitat. » (Dufour C., op. cit.)

    En faisant un commentaire sur le cas des peuples Maasai du Kenya, X. Péron (1994) explique l'origine de cette polémique. Selon lui, « la lutte opposant depuis près d'un siècle les Maasai à l 'Etat moderne est particulièrement représentative de la domination de l'idéologie occidentale dissolvant une culture unitaire où la terre, don de Dieu, sert à la reproduction de rapports sociaux égalitaires, et lui substituant un mode de vie individualiste, fondé sur le culte de la consommation, une certaine idée de la rentabilité, l'obsession de la croissance techno-économique, et où la terre devient marchandise. »

    Il faut rappeler que cet objectif de « civilisation » du peuple Maasai remonte au début du 20ème siècle au moment où les Britanniques considéraient les Maasai comme des peuples « barbares »1, contrairement aux peuples qui ont une « culture » c'est-à-dire les « civilisés ». Dans ce contexte, les peuples qui n'avaient pas de « culture », c'est-à-dire les Maasai, devaient céder leurs terres de parcours à des populations ayant une civilisation (les Européens) ou à d'autres peuples agriculteurs (les Kikuyu et autres) afin que ces terres soient mises en valeur selon le modèle occidental d'exploitations des ressources. En pratique, cette idéologie a été caractérisée par la création des aires protégées et les group-ranches, ce qui a entraîné le rejet des Maasai dans les zones hostiles à l'élevage.

    Arrivés au pouvoir au lendemain de l'indépendance, les nouveaux responsables du pays (à majorité originaires des milieux agricoles) ont épousé la même logique afin de « briser la société traditionnelle Maasai » qui, selon eux, pratiquent un pastoralisme destructeur et inefficace, bref nuisible à l'environnement du pays. Il faut rappeler qu' « au lieu d'être reconnu pour leur remarquable savoir-faire dans l'art de façonner l'environnement pastoral favorisant l'épanouissement de la faune sauvage en même temps que la survie de leur bétail, les Maasai n'ont pas cessé d'être prisonniers du cliché mondialement célèbre de « guerriers buveurs de sang », cliché repris par les nouveaux dirigeants, au détriment d'une réalité devenue au fil des années de plus en plus complexe. » (Péron X., 1995)

    En dehors des Maasai, l'autre exemple moins connu mais très pertinent est celui de la vie des Batwa forestiers du Rwanda, tel que décrit et commenté par J.B.Mbuzehose (1999). Selon ce dernier, ces populations font partie de la société rwandaise, mais leurs pratiques ne sont pas bien comprises par les communautés non-Batwa (les Tutsi et les Hutu)2. De surcroît, vivant de la cueillette et de la chasse en milieu forestier, les Batwa forestiers sont, depuis l'époque coloniale, victimes de la logique occidentale de protection de la nature. En effet, la course à la rentabilisation a poussé plusieurs acteurs (Etat, particuliers, ONG de protection de la nature, etc.) à se disputer le droit d'usage des ressources des zones de marge qui, jusqu'à l'arrivée des Européens, étaient réservées aux Batwa forestiers et autres populations riveraines de ces zones. Comme conséquences, ils sont aujourd'hui dans une situation très difficile et leurs chances d'être réintégrés sont très minces vu la situation actuelle de la politique de conservation dans ce pays.

    Notons enfin qu'une situation pareille existe ailleurs en Afrique orientale où les intérêts des pouvoirs publics écrasent sans pitié ceux des acteurs locaux au seul nom de la protection de l'environnement. Le cas des populations déplacées au Burundi et celui de Iks du Nord de l'Ouganda en sont des exemples concrets.

    1 C'est-à-dire peuple à l'état de nature sauvage

    2 Selon la nouvelle politique de réconciliation en place au Rwanda, cette notion d' « ethnie » est à oublier afin d'éradiquer les problèmes de haine, d'où nous l'utilisons avec beaucoup de réserves

    2.1.2.2 Des apports socio-culturels peu convaincants

    Comme nous l'avons vu précédemment, les professionnels de la conservation ont commencé à défendre l'impact social et culturel lié au tourisme comme l'une des plus importantes motivations de la création des aires protégées dans les pays du Sud. Une logique à ne pas catégoriquement nier mais qu'il ne faut pas non plus prendre en considération en toute sa totalité.

    Face à cette ambivalence, certaines études ont été faites là-dessus en vue d'éclaircir le sujet. Parmi les résultats obtenus, on a constaté que les impacts sociaux peuvent promouvoir la santé ou la religion dans un pays d'accueil. Ce qui n'est pas facile à vérifier dans la mesure où le contact entre les deux communautés différentes est souvent limité. Mais il y a les touristes euro-américains qui profitent de leurs vacances pour aller annoncer la parole de Dieu dans les pays du Sud. Ceci concerne en général les églises protestantes (d'origine anglo- saxonne en général) en pleine ébullition pour le moment dans certains pays comme le Rwanda ou le Burundi où les croisades qui se tiennent la plupart des fois en été réunissent les chrétiens de toutes provenances.

    En outre, ils disent que les contacts avec les étrangers peuvent affecter le comportement moral des populations locales en développant par exemple la prostitution dans les milieux urbains. Ceci est tout à fait vrai dans la mesure où l'on trouve chaque soirée des jeunes filles qui circulent devant les hôtels de Kigali où logent leurs principaux clients (ces derniers sont devenus très nombreux depuis 1994 lors de l'arrivée massive des ONG humanitaires dans le pays). Quant aux impacts culturels, ces études affirment qu'ils dépendent de la communication culturelle à travers la langue. Ceci concerne surtout les traducteurs et les guides qui s'arrangent tant bien que mal pour s'entretenir avec les nouveaux venus. De surcroît, les impacts culturels peuvent promouvoir la vente des arts traditionnels dans les milieux fréquentés par les touristes mais surtout dans les villes où ces objets sont souvent vendus devant les hôtels d'accueil de ces touristes.

    En faisant une étude sur le cas du Kenya, C., Dufour (op. cit.) précise qu'il est douteux de dire que les « parcs, générateurs de flux touristiques, permettrait un échange culturel et social entre étrangers et locaux, chacun allant à la rencontre de l'autre, dans un seul élan d'humanisme, de philanthropie, de curiosité et de bonté. » L'auteur ajoute qu'il est impensable de dire qu'un touriste étranger qui débarque dans une ville comme Nairobi, dans le but de maximiser son calendrier de vacances dans les parcs, aurait réellement l'envie d'aller à la rencontre des pauvres paysans de la région. Pour lui, il semble que les « seuls échanges durables qui aient effectivement lieu soient ceux qui modifient les coutumes locales en matière d'habillement, la façon de se nourrir et autres. » C'est ainsi qu'on voit par exemple des jeunes Maasai (vêtus de jeans et de baskets) circuler dans les villes kenyanes (Nairobi, Nakuru, Mombasa, etc.) à la recherche d'un touriste à qui vendre quelques objets artisanaux. Ce qui peut d'ailleurs développer des réseaux de banditisme.

    Par ailleurs, l'auteur évoque quelques arguments plus positifs et réalistes par lesquels les espaces protégés sont socialement bénéfiques aux populations locales. C'est le fait par exemple que les aires protégées qui accueillent un plus grand nombre de touristes chaque année auraient pu stimuler le gouvernement kenyan à construire des routes à l'intérieur du pays et à améliorer les services téléphoniques et de santé dans les régions riveraines de ces espaces.

    Enfin, l'autre argument social est celui qui est en rapport avec les droits de l'homme dans les pays d'accueil. En effet, pour qu'un pays puisse accueillir un plus grand nombre de touristes étrangers, et surtout occidentaux, il faut qu'il soit stable politiquement avec un système démocratique assez convaincant. C'est ainsi que certains pays est-africains, à l'instar du Kenya, ont compris qu'il fallait garantir aux visiteurs une situation de paix et de sécurité afin qu'ils acceptent de s'y rendre. A contrario, les touristes désertent les pays instables ou dictatoriaux, comme ce fut le cas de l'Ouganda du dictateur Idi Amin Dada dans les années 70 ou moins encore comme c'est le cas aujourd'hui avec les tensions qui règnent dans la région des grands lacs (Rwanda, Burundi, l'Ouest de l'Ouganda).

    En définitive, on peut dire (sans se tromper) que les aires protégées apportent beaucoup plus aux gouvernements qu'aux acteurs locaux. Ceci s'explique par le fait que les décideurs politiques épousent les idées qui ont été développées durant l'époque coloniale ou celles qui sont avancées aujourd'hui par les associations de protection de la nature au détriment des intérêts des populations locales. Comme conséquences, les bénéfices tirés dans l'industrie touristique remplissent les caisses des Etats alors que les populations chassées de leurs terres éprouvent des difficultés de survie.

    2.2 Les défis auxquels la politique de conservation est confrontée

    En dehors des problèmes liés au braconnage ou à la dégradation de l'environnement à l'intérieur des parcs suite au tourisme de masse dans certains espaces protégés de l'Afrique de l'Est, le grand défi actuel auquel sont confrontés les gestionnaires des zones protégées de cette partie de l'Afrique et ceux qui sont chargés de leur apporter un appui au niveau international, tant technique que financier, est de jongler entre les conflits pour la terre autour et dans les aires protégées de telle manière à satisfaire et les besoins humains, et les besoins animaux.

    En effet, les problèmes liés à la création des aires protégées découlent non seulement de la pression démographique qui remet en cause leur existence comme c'est le cas au Rwanda et au Burundi, mais aussi de l'expropriation des terres touchées par ces classements à l'instar de ce qui se passe au Kenya, en Tanzanie ou en Ouganda, voire au Rwanda et au Burundi.

    2.2.1 La pression démographique comme menace potentielle pour la protection de la nature au Rwanda et au Burundi. Illustration par l'étude des cas.

    La partie septentrionale de la région des Grands Lacs (Burundi, Rwanda et Kivu montagneux) enregistre des densités humaines qui atteignent aujourd'hui des seuils asiatiques, la raison pour laquelle C. Thibon (1992) souligne que « cette zone serait à l'Afrique, toutes propositions gardées, ce que le Golfe du Bengale est au sous-continent indien. » Les densités rurales au Rwanda et au Burundi sont élevées puisqu'elles ont dépassé la moyenne nationale (mi-1993) de 214habitants/ km2 (100 en 1960, 124 en 1970) au Burundi, allant, au niveau communal, de 50 à 900habitants/km2 (Thibon C., 1992; May J., 1996; Cochet H., 2001).

    Au Rwanda, la pression démographique est plus forte encore, la densité physique nationale atteignant 307 habitants/km2 au début d'avril 1994 (143 en 1970, 188 en 1978, 272 en 1991), avec des densités communales du plateau central dépassant les 1000 habitants/km2

    Carte n° 7: Evolution de la forêt d'altitude sur la Crête Congo-Nil et dans le Nord-Ouest du Rwanda

    (Twarabamenye E. et Karibana M., 1997; Imbs F., 1997). En excluant les parcs naturels et les forêts, la densité physiologique atteint 378 habitants/km2. Entre fin avril 1994 jusqu'à nos jours, période du génocide et les conséquences qui l'ont suivi, le pays n'a connu qu'un dépeuplement partiel parce que le nombre des morts et des départs a été vite rattrapé dès fin juin 1997, suite au retour des anciens et nouveaux réfugiés qui, pour la majorité, étaient dans les pays limitrophes. A l'heure actuelle, la population rwandaise s'élève à 8.109.754, soit une densité physique de 308 habitants/km2 (MINIFINECO: Direction des Statistiques, 2001).

    Cependant, même s'il existe en Afrique d'autres régions où les densités physiques sont aussi très élevées, à l'instar des pays Ibo et Kano au Nigeria, le Fouta Djalon en Guinée Conakry ou le Pays Bamiléké ou Monts du Mandara au Cameroun, l'Afrique des Grands Lacs constitue un cas particulier dans la mesure où ces fortes densités se sont construites en l'absence totale de ville, et que l'urbanisation de la région est restée l'une des plus basses du monde (Bidou J. E., op. cit.).

    Ces fortes densités ont un impact assez important dans des pays essentiellement agricoles comme le Rwanda et le Burundi (94% de la population totale) puisqu'une augmentation de la densité signifie une réduction de la superficie cultivée par habitant ou encore celle des Exploitations Agricoles Familiales (EAF) car le nombre de ménages ne cesse d'augmenter.

    Au Rwanda par exemple, J. D. Nduwayezu estimait à 0,91 ha (1990) la taille moyenne d'une Exploitation Agricole Familiale. Au rythme de la croissance démographique actuelle (3,1 % en 1997), cette taille sera inférieure à 60 ares en l'an 2013 et chaque habitant ne disposera que de 15 ares de terre arable (Voir Tableau n° VI).

    Tableau n° VI: Comparaison entre densités de population et terre arable par habitant au Rwanda (de 1950 à 2013)

    Année

    Population

    Densité physiologique (18.740km2)

    Terre arable par habitant en are

    1950

    1.954.870

    104

    -

    1960

    2.694.990

    144

    -

    1964

    -

    -

    54

    1970

    3.756.607

    200

    47

    1976

    -

    -

    39

    1978

    4.831.522

    263

    37

    1982

    -

    -

    34

    1987

    -

    -

    28

    1991

    7.155.391

    382

    -

    2000

    8.109.754

    433

    -

    2002

    -

    -

    23

    2005

    9.446.559

    504

    -

    2013

    12.059.889

    644

    15

    Source: - Nduwayezu, J. D. (op. cit.)

    - MINEFINECO: Direction des statistiques (2001) - Projections

    En ce qui concerne le Burundi, la situation est presque semblable à celle du Rwanda car, selon J. E. Bidou (op. cit.), le paysan burundais vivait, en 1988, sur une Exploitation Agricole Familiale de O, 71 ares, soit cinq fois plus petite que le minimum vital de 1952, c'est-à-dire 3,5ha. Avec un taux de croissance qui se stabilise autour de 3% depuis 1990 (Thibon C, op. cit.), la taille moyenne de l'Exploitation Agricole Familiale sera encore plus petite dans les années à venir.

    Cette situation reste préoccupante de telle manière qu'en l'absence de mouvements d'émigration de grande envergure ou des processus d'urbanisation1 ou tout simplement l'ouverture à d'autres activités (non agricoles bien sûr), le doublement de la population aura pour corollaire une densification extrême du milieu rural qui, à son tour, engendrera de fortes perturbations sur l'environnement et le mode d'organisation de l'espace.

    En vue de satisfaire à ses besoins, la population procède à l'intensification de l'agriculture. L'utilisation du sol et sa conservation, l'activité agricole, base de l'économie des deux pays sont grandement affectés. Les exploitations agricoles familiales sont devenues de plus en plus petites. La pression sur les parcs nationaux, les réserves naturelles, les milieux marécageux ou les espaces boisés est très grande.

    Face à cette forte demande de nouvelles terres à cultiver, une conclusion peut être tirée: la logique de la « bonne adéquation ressources-populations » qui est recherchée dans tous les plans de développement est remise en cause dans les deux pays. Ceci a (ou aura) sans doute un impact sur la politique de conservation dans les deux pays étant donné qu'il sera finalement impossible de continuer à geler de grands espaces destinés à la protection de la nature alors que les populations riveraines de ces espaces n'ont pas de terres à exploiter.

    Le Rwanda, avec sa densité moyenne dépassant 300 habitants/ km2 et où toutes les collines sont cultivées jusqu'au sommet, est l'exemple typique de ce qui risque d'être la situation de plusieurs régions d'Afrique dans les années à venir.

    Pour bien analyser cette problématique, nous avons préféré étudier deux types de cas, l'un ancien, l'autre nouveau, afin de mieux cerner l'emprise de la pression démographique sur la souveraineté des aires protégées dans un pays densément peuplé de cette partie de l'Afrique, c'est-à-dire le Rwanda.

    2.2.1.1 Cas du Parc National des Volcans

    Créé en 1925 par l'administration coloniale belge, le Parc National des Birunga (ou des Volcans) est la partie rwandaise de l'ancien Parc Albert d'avant l'indépendance qui s'étendait sur le Rwanda et le Congo, au pied des volcans Sabyinyo, Gahinga et Muhabura. C'est une zone de terres volcaniques extrêmement fertiles mais dotée, malheureusement, d'un hydrographique pauvre à cause de son substrat volcanique (Jost C., 1987).

    Depuis sa mise en réserve, ce parc a constamment été la cible des activités de défrichement à la recherche de nouvelles terres agricoles. Cette pratique avait pris une grande ampleur dans les années 1950 au moment où un vaste réseau d'adduction d'eau fut réalisé par

    1 Un processus que les deux pays ignorent depuis un certain temps

    le Fonds du Bien-être Indigène (F.B.I.) dans cette région mieux réputée pour sa fertilité mais dépourvue de ressources aquifères par excellence.

    Dès cette époque, plus précisément au début des années 60, l'occupation accélérée de cette région devint spectaculaire suite à l'installation d'un paysannat, à vocation pyrèthricole, dans les communes limitrophes du Parc à savoir Kinigi, Mukingo et Nkuli dans la préfecture de Ruhengeri, puis Mutura dans la préfecture de Gisenyi. La forêt qui couvrait originellement environ 34.000 ha en 1958 recula à un rythme de 5 % annuellement, perdant ainsi entre 17.470 et 18.000 ha jusqu'en 1973. En juin 1973, date de la création de l'Office Rwandais du Tourisme et des Parcs Nationaux, les mesures draconiennes furent prises par le gouvernement pour protéger le parc mais le rythme des défrichements quoique ralenti, n'a pas empêché que la forêt détruite entre 1973 et 1975 ait été d'environ 1000 ha.

    Malgré le défrichement partiel de la région au cours de la période d'après le génocide jusqu'au retour massif des nouveaux réfugiés, en novembre 1996, le piémont de la chaîne volcanique enregistre aujourd'hui des densités brutes supérieures à 400 habitants/km2 et le grignotage du parc est peut-être, loin d'être terminé étant donné que toute la population riveraine de ce parc est employée dans l'agriculture et que pire encore, l'exploitation agricole familiale dans la région est inférieure à 0,39 ha comme le révèle l'enquête menée par le Ministère de l'agriculture à la fin des années 80. C'est d'ailleurs dans ce genre de situations qu'on serait même tenté de dire que les agressions des agriculteurs contre les aires protégées sont légitimes.

    2.2.1.2 Cas de la Forêt naturelle de Gishwati

    Lors de sa première protection officielle en 1933, la Forêt naturelle de Gishwati, 280km2 dans les années 70, avait comme principal objectif d'être une « réserve naturelle ». Mais au fur des années cet objectif a été sérieusement compromis suite aux agressions continues des agriculteurs et des éleveurs.

    La régression de cette forêt se justifie d'abord par le fait qu'elle soit située dans une région très densément peuplée. En effet, tous les districts (anciennes communes) qui lui sont riverains ont une densité brute supérieure à 400 habitants/ km2 à l'exception du seul district de Rutsiro de l'actuelle préfecture de Kibuye au Sud avec moins de 400 habitants/ km2 (Twarabamenye, E.; Marara K., 1997).

    En plus, il faut dire que certaines activités, à la limite ou à l'intérieur de la réserve, ont réveillé les convoitises des agriculteurs de la région. C'est le cas d'une amputation officielle d'une grande portion de son flanc Est, effectuée dans les années 70. Il faut noter ensuite, le projet G.B.K1 de la Banque Mondiale qui a mené quatre actions successives: déboisement et déssouchage d'un espace considérable à l'intérieur de la forêt, pour la culture de pommes de terre sur le sol ainsi libéré, plantation de Kikuyu grass ensuite sur le même sol, cette fois destiné à l'élevage bovin et enfin plantation de résineux sur les bords des endroits déboisés. C'est d'ailleurs à partir de ce moment que les incursions de la houe dans la forêt se sont montrées de plus en plus dévastatrices.

    1 Projet G.B.K: Gishwati-Butare-Kigali (zones d'intervention du projet)

    Enfin, la dernière phase, sans doute la plus fatale, est celle du rapatriement des anciens réfugiés de 1959, en 1994, qui a été l'occasion de faire d'une partie de cette forêt un site officiellement habité (voir figure n° 1). L'Etat ayant ouvert la vanne du coté de Kijote (ancienne commune de Nkuli, préfecture de Ruhengeri), la population a profité de la brèche pour déboiser massivement de sorte qu'à présent on peut dire de la forêt de Gishwati ce que l'on a dit de la forêt de Mukura.

    Au début de cette décision massive, les autorités locales n'ont pas du tout songé sur les destructions massives qu'allait entraîner cette déforestation sur des sols forestiers, peu épais, installé sur du granite et des pentes raides. Les effets sont venus quelques années après, plus précisément l'an dernier (octobre-novembre) et même cette année (mois de mai) où on a assisté à des glissements de terrain sur de vastes étendues, entraînant beaucoup de morts dans la région: 4 personnes en novembre 2001 et plus de 20 personnes au mois d'avril dernier, sans oublier les cultures de pomme de terres inondées et même des maisons endommagées (voir les figures n° 1 et 2).

    Figure n°1: Agglomération (Umudugudu) de Kijote au pied du flanc Nord de la forêt de Gishwati

    Figure n° 2: Glissement de terrain sur le flanc Nord de la Forêt naturelle de Gishwati (novembre 2001)

    En somme, on peu dire que la pression démographique, de plus en plus croissante dans les pays d'Afrique des hautes terres, est considérée comme l'un des dangers qui risquent de compromettre l'avenir des espaces protégés. Avec plus de 300 habitants/ km2, et où toutes les collines sont cultivées jusqu'au sommet, le Rwanda, l'un des pays densément peuplés de cette zone, offre un bel exemple de ce qui risque de se reproduire partout ailleurs.

    2.2.2 La survie des populations victimes de la création des parcs et réserves. Illustration par l'étude des cas.

    Parmi les plus grands défis auxquels les gestionnaires des espaces protégés tropicaux sont (ou seront) obligés à relever, celui de la survie des populations victimes de la création de ces espaces figure sans doute au premier plan. En ce qui concerne l'Afrique orientale, le cas des peuples Maasai du Kenya et/ou de la Tanzanie, celui des Batwa forestiers du Rwanda et du Burundi ou celui des Iks du Nord de l'Ouganda sont des « cas d'école » et de bons exemples de ce qui est l'une des conséquences dramatiques de la politique coloniale et post- coloniale de protection de la faune sauvage dans ces pays.

    2.2.2.1 Dépossession politique, territoriale, économique et culturelle des

    peuples Maasai du Kenya et/ou de la Tanzanie

    Pour G. Sournia (op. cit.), on parle de sentiment de dépossession politique au moment où « les intérêts et les aspirations de toute une partie de la société ne sont pas pris en compte, dans la mesure où les espaces protégés ont été mis en place de façon de plus ou moins autoritaire, tant au cours de la période coloniale qu'au cours de la période post-coloniale et souvent avec l'intervention des forces armées ou des autorités assimilées. »

    C'est exactement ce qui se passe durant plus d'un siècle sur les territoires kenyans et tanzaniens occupés par les Maasai. En effet, depuis la veille du 20ème siècle jusqu'à nos jours, les Maasai sont passés d'une situation de « culturellement dominants à celle moins enviable de dominés » (Péron X., 1994), par le fait qu'ils soient privés de leurs terres, donc atteints dans leur mode de vie.

    Dans cette logique d'exclusion au Kenya, les autorités coloniales ont donné la priorité à la création des grandes concessions de terres destinées d'abord aux colons anglais, puis à la création et à l'extension des espacés protégés. Ce qui est pire c'est que le gouvernement indépendant n'a fait que maintenir, voire renforcer ces décisions, de telle sorte que les forces de l'ordre étaient (sont) de temps en temps utilisés en vue de déloger les pasteurs Maasai.

    Sur le territoire tanzanien, la politique d'exclusion a été bien exécutée mais quelques années plus tard par rapport au Kenya voisin. En effet, il faudra attendre la fin de la première guerre mondiale pour voir s'installer les premières grandes concessions européennes (constituées au détriment des terres de parcours Maasai) aux pieds du Kilimandjaro et du Mont Méru. Ce qu'il faut signaler c'est que toutes les politiques de réforme foncière dans ces deux pays ont été prises unilatéralement par les autorités politiques sans tenir compte des intérêts du peuple Maasai.

    Pour ce qui est du sentiment de dépossession territoriale, il faut dire que ce dernier constitue une conséquence directe du précédent. En effet, il est manifesté par « les déguerpissements des populations qui, là aussi, se sont pratiqué de façon violente; départ compliqué par le fait qu'il s'agit pour ces habitants d'un déracinement, d'une coupure définitive avec leur milieu socio-économique et écologique dans lequel ils vivaient. » (Sournia G., op. cit.)

    C'est aussi ce que représente exactement l'histoire de la dépossession territoriale du peuple Maasai au Kenya et en Tanzanie. En réalité, selon S., Pomel (2001)1, le territoire occupé par les Maasai (ou « Maasailand ») aurait connu son agrandissement dans les années 1880 avant d'être divisé en deux territoires par la frontière entre l'Afrique orientale dominée par les Allemands et l'Afrique orientale des Britanniques. Depuis l'arrivée des Européens jusqu'à nos jours, ce peuple n'a pas cessé d'être victime des différentes politiques appliquées à leur égard.

    Coté kenyan, il faut rappeler que l'histoire commence très tôt au moment où les Maasai commençaient, dès les années 1908, à se heurter sur les haies des grandes plantations de sisal (au pied du Kilimanjaro) appartenant aux européens. Ils étaient soumis également, depuis 1906, aux restrictions des droits de résidence et d'usage suite à la création de la première réserve de faune du territoire, la Southern Game Reserve.

    Dans les années qui ont suivi l'indépendance, les autorités nouvelles kenyanes ont encouragé la délimitation de propriétés foncières privées, ce qui est en opposition totale avec la conception Maasai qui dit que « nul n'est propriétaire de l'herbe », et le développement d'une politique d'intensification et de commercialisation du bétail. De nombreuses propriétés (d'environ 10km) furent dès lors enregistrées au nom de Maasai, mais elles étaient hostiles à l'élevage traditionnel. Un grand nombre de ces Maasai passèrent leurs propriétés à des cultivateurs venus d'autres régions, acceptant ainsi de perdre leurs droits permanents sur leurs meilleures terres de pâturages de saison sèche. Mais le pire leur arriva quelques années plus tard au moment où il y a eu l'émergence du système de Group- Ranches dans le pays. Dès lors, la parcellisation de ces derniers a eu comme conséquences le contrôle et la limitation de l'activité pastorale des Maasai (qualifiée par les autorités d'inefficace) sur le territoire kenyan.

    Coté tanzanien, il faut dire que juste après la première guerre mondiale, au pied du Kilimandjaro tout comme autour du Meru, existaient déjà de grands domaines européens constitués au détriment des aires de parcours Maasai dans la plaine ou sur la frontière entre les deux massifs montagneux. En 1929, la zone de Serengeti-Ngorongoro devenait une réserve de chasse sur 22.860 km, puis un parc en 1951.

    Ce grignotage du territoire septentrional a eu une influence jusqu'au Kilimandjaro où, en même temps, à cause des estates du versant Ouest, leurs possibilités de transhumance vers les pâturages de haute montagne étaient bloquées. Cette tendance s'est poursuivie jusqu'aujourd'hui, mais on notera finalement que l'année 1975 aura été fatale pour eux car, avec la politique Ujamaa, des Group-Ranches ont sans doute été un autre moyen de les priver leurs terres de parcours.

    1 Notes de cours de DEA (2001)

    Notons enfin que cette restriction progressive des aires de parcours des pasteurs Maasai dans les dernières décennies a suscité des transformations de systèmes de production pastorale des deux côtés de la frontière. Des formes d'intensification ont permis à certains de s'enrichir, mais pour d'autres, la contraction territoriale a été un facteur d'abandon de l'élevage et/ou de départ vers la ville.

    C'est à cause d'ailleurs de ce manque du territoire que s'affiche, dans la suite, le sentiment de dépossession économique chez les populations victimes de ces politiques de création des zones protégées. Pour G. Sournia (op. cit.), ce sentiment se manifeste quand un groupe social ainsi concerné va être fragilisé par son expulsion et par le non-accès aux ressources qui, jusqu'alors, étaient vitales pour lui; ce qui est difficile à digérer parce que ce groupe a le sentiment, qu'après son départ les investissements viendront en abondance sur le territoire qui était le sien.

    L'exemple des Maasai en explique davantage car l'éviction de leur activité pastorale a été suivie par le développement d'une agriculture irriguée sur le piedmont du Kilimandjaro. Ces nouvelles terres, acquises au détriment des parcours Maasai, sont cultivées par les habitants allochtones tels que les Kenyans (Kikuyu et autres) venus des régions surpeuplées (hautes terres centrales, rift valley, etc.) ainsi que les tanzaniens originaires d'autres régions du pays.

    Grosso modo, les Maasai se sont vus écartés de bonnes terres du Kilimandjaro, leur ancien territoire riche en différentes ressources (pâturages pendant la saison sèche, abreuvoirs, etc.) Aujourd'hui, « ils ne sont sans doute plus nombreux à en gravir les pentes avec leurs troupeaux » étant donné qu'un cordon presque continu de grandes fermes se prolonge à l'Ouest par une paysannerie d'agriculteurs (la ceinture café-banane); au Nord de grands espaces de forêts le long de la frontière constituent un autre obstacle. Par contre, entre les deux ceintures se trouve un espace prévu pour que les éléphants du Parc national d'Amboseli puissent circuler librement entre plaine et montagne (Pomel S., 2001).

    Les Maasai sont donc confinés dans les régions inhospitalières et, selon S. Pomel, « le Kilimandjaro ne voudrait plus d'eux que si ce n'est comme un éventuel premier plan d'une carte postale ! » Mais visiblement cette expulsion est liée aux différentes décisions qui ont été prises par les autorités coloniales et post-coloniales depuis le début du 20ème siècle et non le rejet du milieu naturel comme on pourrait le croire.

    Les conséquences qui découlent de ce rejet sont bien sûr assez nombreuses mais la plus importante est que, dépossédés de leurs terres et plus encore étant incapables de s'adapter à l'agriculture, les Maasai se rendent dans les villes où « il est malheureusement le plus courant de les voir vêtus de jeans et de baskets errer dans les rues de Nairobi à la recherche d'un touriste à qui vendre quelques objets artisanaux soi-disant traditionnels... »

    (Dufour C., op. cit.).

    C'est d'ailleurs à travers cette errance dans la ville qu'on remarque facilement combien de fois les Maasai ont été culturellement dépossédés, c'est-à-dire acculturés par rapport aux valeurs traditionnelles qui étaient les leurs. Cette dépossession culturelle est liée, d'une part, à l'intégration plus ou moins heureuse au développement touristique qui entraîne de réels problèmes d'acculturation parce que ces populations se contentent de quelques petits avantages liés au tourisme (par exemple l'emploi des jeunes Maasai dans les services touristiques tanzaniens: rangers, guides, lodges) et au peu d'argent qu'elles tirent de la vente

    des produits traditionnels et oublient carrément le territoire perdu et surtout l'avenir des membres de leurs familles qui restent aux alentours des espaces protégés. D'autre part, elle est liée au développement de réflexes individualistes en vue d'accéder aux autres possibilités offertes par les changements liés à la création d'une zone protégée.

    La conséquence est que tout cela influe sur le mode d'organisation sociale du groupe qui, depuis longtemps, a été caractérisé par l'esprit d'entraide, mais aussi sur les rites sociaux. Dans ce dernier cas, il faut dire que la réduction des troupeaux de vaches a contribué à la désorganisation du processus habituel du mariage selon lequel un homme qui voulait se marier devait avoir suffisamment de bêtes pour faire les cadeaux demandés par le père de sa fiancée, en vue, non seulement de payer la dot mais aussi de contribuer à la constitution d'un troupeau destiné à sa future épouse (Dufour C, op. cit.).

    Face à tous ces sentiments de dépossession, on comprend aujourd'hui à quel point la terre est, pour ces populations expulsées un enjeu d'une grande importance car il met en danger leur vie quotidienne. Des réactions sont bien sûr assez vives, allant de l'incompréhension à l'acte criminel. Réactions d'autant plus violentes que les populations exclues se sentent totalement exclues de la gestion des espaces protégés qui constituaient, il y a encore peu, leurs anciens territoires, leurs espaces de vie.

    2.2.2.2 Famine et misère liées à la dépossession territoriale: cas des Iks du Nord de l'Ouganda

    Comme nous l'avons vu précédemment le peuple « Iks » est un petit groupe de chasseurs isolés dans les hautes terres du Nord-Est de l'Ouganda, entre la chaîne de montagne qui sépare ce pays du Kenya et le Mont Murungolé sur le flanc oriental duquel se trouve le parc national de Kidepo où ils ont été chassés par l'administration coloniale anglaise dans les années 60 (Turnbull C, op. cit. ; Tamisier J C, op. cit.).

    Avant leur expulsion, la vallée de Kidepo (au pied du Morungolé), était leur principal territoire de chasse et de cueillette, s'étendant sur quelques centaines de Km2 et presque entièrement enclos par Morungolé au Sud et à l'Est, les montagnes Didanga au Nord et les montagnes Niangéa à l'Ouest. C. Turnbull (idem) précise que ces populations sont les meilleurs conservateurs sachant exactement ce qu'ils peuvent consommer, où, et à quel moment. Selon le même auteur, le chasseur « Ik » pense peu au lendemain car il est toujours assuré de trouver sa subsistance au jour le jour dans un territoire qu'il connaît mieux que personne, et qu'il n'essaie pas de dominer. Pour cette société, rappelons-le, le fait de tuer est toujours considéré comme un crime, comme une sorte de péché contre la loi de Dieu et ils ne le font qu'après avoir effectué de longues distances de migrations afin que les troupeaux d'animaux puissent se reconstituer.

    Tout cela explique que l'environnement est invariablement l'élément central qui lie les individus les uns aux autres au sein de cette société, ce qui leur donne un sentiment d'identité commune; c'est donc le pivot autour duquel tourne la vie de tous. Ceci est vrai dans le sens que l'environnement fournit ce qui est nécessaire pour ce peuple: nourriture, abri, vêtements; et souvent, on lui attribue une espèce d'existence spirituelle.

    Malheureusement cette harmonie n'a pas trop duré parce que depuis 1962, à la veille

    de l'indépendance ougandaise, les Iks se sont vus privés de leur territoire d'approvisionnement en gibier, la vallée de Kidepo, par la décision de création du parc national qui porte le même nom. Dès lors, ils ont été transformés en agriculteurs sédentaires mais l'adaptation à ce nouveau mode de vie, dans un environnement de sécheresses fréquentes, a été extrêmement très précaire.

    Cette déconnexion du milieu de vie a eu bien sûr des conséquences graves sur l'organisation de la société Iks parce que cette vallée était en même temps un territoire où ils pouvaient trouver facilement de quoi manger mais aussi celui sur lequel ils avaient construit leurs huttes, d'où l'arrivée de la famine au sein de toute la société, de telle sorte qu'en 1964, l'année où l'ethnologue anglais Colin Turnbull les rencontra, ladite société lui paraissait en pleine décomposition.

    Dans son célèbre ouvrage «The mountain People », publié en 1972 (traduit en français en 1987), les Iks sont décrits « comme un peuple sans sentiments ni liens sociaux, chez qui l'individualisme et la cruauté gratuite se sont d'abord imposés comme moyen de survivre à la famille, puis sont devenus un mode d'être habituel. »

    Chez les Iks toujours, les enfants volent la nourriture jusque dans la bouche de leurs vieux parents, et pire encore, les mères se réjouissent de ce que leur enfant tombe entre les griffes d'un léopard ! Tout ceci montre que cette société vivait (ou vit) une situation matérielle, alimentaire et culturelle exceptionnellement pénible.

    Au regard de cette situation inexplicable, les réactions de la part des Iks n'étaient pas nombreuses, sauf quelques actions de braconnage, parce que le Parc de Kidepo était sous la surveillance policière. Mais ce qui est sûr c'est que ce peuple était mécontent de ce qui s'est passé, la preuve est la photo prise par C. Turnbull selon laquelle un groupe d'hommes est assis ensemble entrain de regarder leur ancien territoire, devenu parc national, et selon l'auteur, ils se demandaient si réellement les animaux devaient être préservés alors qu'il y a des hommes qui mouraient de faim. Mais concrètement il faut penser aux différentes réactions traduites par les actes de braconnage qu'ils opéraient sur leur ancien territoire même si cela était en général l'affaire des responsables du parc. Au fait, il semblerait que les policiers sympathisaient assez souvent avec les Iks et qu'ils leur arrivaient de profiter de leur braconnage comme c'est le cas dans la plupart des espaces protégés de l'Afrique orientale.

    Après l'étude de Colin Turnbull, il y a plus de trente ans, la communauté internationale commence à s'intéresser à leur mode de vie et surtout à leurs problèmes de survie. C'est dans ce cadre qu'un projet de biodiversité transfrontalier (financé par le PNUD) tente aujourd'hui de les associer à certains travaux de gestion des réserves forestières de la région. Un geste à louer parce ce projet prévoit d'entamer quelques contrats sociaux que pourront bénéficier ces populations (écoles, eau potable, etc.).

    2.2.3 Problèmes écologiques associés à la conservation

    A l'heure actuelle, il existe plusieurs dommages anthropiques ou non, qui perturbent directement ou indirectement l'équilibre écologique des zones concernées par la mise en réserve. Parmi les plus dangereux, nous allons voir d'abord ceux qui sont liés à la surpopulation des animaux sauvages à l'intérieur des espaces protégés, puis ceux causés par le tourisme intensif.

    2.2.3.1 Dommages causés par les animaux sauvages

    L'élimination quasi-totale des animaux (surtout les éléphants), à l'extérieur des parcs, liée à la mise en culture ou à d'autres modifications anthropiques des territoires dans lesquels ils migraient autrefois, provoque leur concentration dans les zones protégées où ils dégradent la couverture végétale, surtout les arbres pour les éléphants, pendant la saison sèche en dévorant leur écorce et leur feuillage.

    Aujourd'hui, certains chercheurs craignent que la prolifération des éléphants dans certains parcs et réserves kenyans ou tanzaniens puisse devenir dangereuse pour la végétation arbustive. Dans certains endroits, ces éléphants sont parfois considérés comme responsables de la transformation de la brousse arbustive en savane herbeuse, ce qui n'est pas bon pour certains animaux, comme les girafes, qui aiment brouter des arbres de 6 m de haut.

    Dans le Parc national d'Amboseli par exemple, A. Huetz de Lemps (op. cit.) précise que de vastes étendues sont pratiquement privées d'arbres et que les acacias (acacia xanthophloe) n'existent plus. Les éléphants, en surnombre, qui restent dans ce parc doivent se contenter de brouter des herbes de plus en plus petites. Il en est de même pour la Réserve de Maasai-Mara là où les éléphants, réfugiés du Parc national de Serengeti suite aux activités de braconnage, ont entraîné une diminution assez remarquable de la flore et de la faune associées aux milieux boisés. A contrario, les chercheurs affirment que la même époque s'est caractérisée par un enrichissement de la flore et de la faune associée aux milieux herbeux.

    Un autre cas des effets nuisibles liés à une très forte densification d'éléphants émane des résultats d'une étude menée au début des années 70 dans le Parc de Tsavo (Dufour C., op. cit.). Sur ce point, l'auteur affirme que « l'impact des éléphants sur les surfaces boisées a conduit au déclin des habitats favorables à d'autres herbivores-girafes, koudous, rhinocéros noirs- ainsi qu 'à de nombreuses espèces d'oiseaux et d'insectes forestiers. Lorsque la population d'éléphants a brutalement chuté de 40.000 à 6.000 individus du fait du braconnage et de la sécheresse, les autres espèces ont commencé à se rétablir. »

    Pour éviter cette dégradation de l'écosystème, à cause de la surpopulation des éléphants, certains pays de l'Afrique australe, comme l'Afrique du Sud et le Zimbabwe, proposent la révision de la Conférence de Washington (CITES) de 1989 (interdisant le commerce international de l'ivoire) en réclamant l'autorisation du nouveau commerce de l'ivoire. Or, le Kenya fait partie des pays qui rejettent cette proposition.

    A part les dégâts causés par les éléphants à l'intérieur ou en dehors des parcs est- africains, il faut aussi signaler qu'il y a d'autres espèces qui font la même chose. C'est le cas des Babouins (Papio olivaceus) qu'on observe dans certains parcs est-africains, comme le Parc National de l'Akagera, par suite de la quasi-absence de leur principal prédateur naturel, le léopard.

    2.2.3.2 Les dommages causés par le tourisme intensif

    A l'heure actuelle, un des plus grands dangers auxquels les aires protégées se trouvent souvent confrontés tient à l'érosion humaine consécutive à l'afflux de touristes. Dans bien des pays, et en particulier dans ceux de l'Afrique de l'Est, l'accès aux espaces protégés n'est plus sévèrement réglementé. En conséquence, ils reçoivent chaque année un nombre de visiteurs qui est très élevé quelquefois par rapport à leur capacité d'accueil. Ce qui n'est pas du tout mauvais pour leurs gestionnaires puisque ces derniers ne visent que les intérêts lucratifs. Par contre, certains d'entre eux ne parviennent pas à réaliser les conséquences de cet afflux des touristes sur le milieu naturel, alors que des études menées dans ce domaine révèlent qu'une fréquentation trop forte entraîne la dégradation de l'écosystème à l'intérieur des espaces protégés. Voilà pourquoi on accuse souvent les défenseurs de la nature d'être des extrémistes, de faire obstacle au progrès, de nuire au bien-être des communautés locales et de vouloir créer ou organiser des aires protégées pour l'usage exclusif des scientifiques ou des fortunés.

    En faisant une étude sur le cas des parcs et réserves du Kenya, pays est-africain qui tient le record du nombre de touristes enregistrés annuellement (plus d'un million ces dernières), A. Huetz de Lemps (op. cit.) et C., Dufour (op. cit.) dégagent quelques voies par lesquelles une nuée de touristes entraîne la dégradation du milieu écologique à l'intérieur des espaces protégés kenyans les plus visités.

    En premier lieu, C., Dufour évoque le cas d'une dégradation liée à la circulation des automobiles dans les parcs et réserves kenyans. Bien que strictement réglementée en effet, cette circulation se fasse au moyen de minibus ou de 4x4 qui, sensés suivre les mêmes chemins, provoquent une érosion des sols suite au passage répété des véhicules très chargés et trop nombreux, surtout en période pluvieuse. Par conséquent, la strate herbacée y est écrasée et finit par disparaître (voir figures n° 4 et 5).

    Figure n° 4: Minibus en promenade dans la Réserve de Maasai-Mara. Au premier plan, des traces d'érosion légère et au second plan, attroupement de plusieurs véhicules

    (Photo prise par Céline Dufour, 2001)

    Figure n°5: Erosion du couvert végétal sur des pistes lanières par les roues des
    véhicules à l'intérieur de la Réserve de Maasai-Mara

    (Photo prise par Céline Dufour, 2001)

    A part cette photo qui illustre la situation qui prévaut à l'intérieur de la Réserve de Maasai-mara, A. Huetz de Lemps (op. cit.), quant à lui, parle des effets négatifs d'une fréquentation touristique excessive qui se fait dans le Parc national d'Amboseli. Selon lui, ce

    parc « est envahi par les Européens qui viennent du littoral: les minibus sont plus nombreux que les éléphants et le parc a tendance à se transformer en zoo. Par leurs parcours incessants le long des pistes, les minibus contribuent à fragiliser un milieu déjà menacé par les remontées salines et l'extension des zones montagneuses. »

    En deuxième lieu, les deux auteurs évoquent la pratique du « hors-piste » à MaasaiMara, un geste qui est néfaste suite à ses effets négatifs sur la couverture végétale, mais considéré comme utile afin de donner du plaisir aux touristes, car il permet de voir de plus près les animaux, surtout dans la Réserve de Maasai-Mara, où l'étendue du territoire (son immensité) le permet sans beaucoup de difficultés.

    Enfin, une autre zone en danger est celle des nappes aquifères qui, situées en dessous des lodges construits sur pilotis (tree-lodges), reçoivent des eaux usées en provenance de ces lodges, ce qui est très dangereux pour la vie des animaux qui y viennent encore en masse pour boire de l'eau.

    Dans tous les cas, il faut dire que le développement du tourisme à grande échelle produit tôt ou tard un conflit aigu entre les exigences de la protection de la nature et l'industrie touristique. En effet, on a constaté que les nombreux cas de dégradation du milieu naturel dus au développement du tourisme intensif amènent souvent ceux qui sont liés professionnellement ou sentimentalement à la protection de la nature à adopter des attitudes restrictives ou complètement négatives, allant parfois jusqu'à l'expulsion des touristes des zones protégées. Devant cette attitude, des réactions de vengeance de la part de ceux qui visent les intérêts lucratifs pourraient être nombreuses.

    Pour trouver une solution, ou moins un élément modérateur dans le conflit ci-haut cité, les spécialistes de la conservation ont mis en place le concept de « tourisme écologique », c'est-à-dire par définition le « tourisme qui doit apporter à toutes les parties concernées [associations de protection de la nature, populations locales, industrie touristique] les satisfactions qu'elles attendent, en évitant les effets dommageables pour le milieu naturel. »

    (Dabrowaski P., op. cit.)

    Pour y arriver, il faut que ces dernières fassent preuve de beaucoup de bonne volonté et échangent des informations exactes. D'une part, les défenseurs de la nature doivent comprendre qu'il est impossible d'exclure le tourisme parce que ce dernier est source de richesses pour le pays, et d'autre part, les autorités chargées de la protection de la nature doivent prendre en considération les aspects écologiques dans l'aménagement d'une région en fixant d'abord des normes pour un usage durable des ressources naturelles, puis en estimant la capacité touristique d'une région. Ce qui n'est pas facile pour les pays du Sud parce que cet aménagement exige des études environnementales, économiques et sociales très poussées.

    En définitive, on peut dire que la politique de conservation en Afrique orientale a des avantages et des inconvénients. Parmi ses avantages, la promotion du tourisme dans la région est sans doute l'une de ses mérites même si la manne qu'il procure n'arrive pas aux populations locales. Par contre, elle est à la base de certains conflits fonciers qu'on trouve en Afrique orientale ex-anglaise. De surcroît, elle est aujourd'hui confrontée à beaucoup de défis, comme le problème de pression démographique, celui de la dégradation du milieu écologique suite, d'une part, aux dommages causés par la surpopulation de certaines espèces animales et végétales, et d'autre part, à cause du tourisme intensif.

    Conclusion de la deuxième partie

    La politique de conservation dans les Etats nouvellement indépendants de l'Afrique orientale a connu, dès le début des années 1970, des orientations différentes suite aux sensibilités politiques qui étaient au pouvoir à l'époque.

    Après à peu près quatre décennies de leur action, le bilan reste aujourd'hui « mitigé » car, au-delà de quelques avantages économiques qui permettent aux différents gouvernements d'obtenir des devises, le coté humain reste catastrophique. En effet, l'avenir de populations expulsées de leurs terres reste incertain, sans oublier que les bénéfices tirés dans l'industrie touristique n'arrivent pas à tout le monde.

    Face à tous ces problèmes, les spécialistes de la conservation se sont aperçus que cette situation allait à l'encontre des objectifs recherchés, ce qui a poussé les associations de protection de la nature d'élaborer de nouvelles stratégies en la matière. L'objectif premier étant celui de trouver le moyen de préserver la beauté des paysages, de même que les écosystèmes et la diversité biologique, tout en assurant que les aires protégées contribuent le plus possible au bien-être des populations locales.

    Troisième partie

    L'AVENIR DES AIRES PROTEGEES EN AFRIQUE ORIENTALE: VERS UNE POLITIQUE DE CONSERVATION COHERENTE

    Depuis la création des parcs et réserves en Afrique orientale au début du 20ème siècle, la politique coloniale et post-coloniale dans ce domaine a été caractérisée par le rejet de la société pour deux principales raisons: d'une part c'est l'expulsion des populations locales qui accompagne leur création, et d'autre part c'est que les bénéfices que procure le tourisme n'atteignent pas ces populations comme en témoigne la difficile survie des communautés vivant en bordure de ces espaces.

    Face à ce problème, les solutions récentes convergent sur un même point: « trouver le moyen de préserver la nature tout en s'assurant que cette dernière contribue au bien-être des populations locales. » Nous allons donc nous attacher dans cette partie à faire le point sur l'état d'avancement et les réformes à faire afin que les aires protégées de l'Afrique orientale puissent être à la base du développement local.

    Chapitre I

    LA NOUVELLE POLITIQUE DE CONSERVATION COMME ELEMENT DE L'EVOLUTION SOCIALE

    Après plus d'un demi-siècle d'une politique répressive au détriment des populations locales, les professionnels de la conservation ont finalement pris conscience qu'une meilleure politique dans ce domaine serait celle qui s'adapte à une société en pleine évolution, c'est-àdire une politique qui veille au respect des besoins et des droits des populations vivant à l'intérieur ou aux alentours des aires protégées. Bref, elle doit essayer de faire correspondre les objectifs de conservation à ceux de développement de la société.

    1.1. Les principales approches de l'évolution de la politique de Conservation

    Pour passer de l'ancienne gestion des parcs et réserves (inspirée en premier lieu par les concepts de l'écologie classique) à la forme actuelle de gestion de ces espaces, nous allons voir comment les conservationnistes se sont appuyés sur les sciences sociales, y compris la géographie, en vue de faire entrer la « valeur humaine » dans la nouvelle politique de conservation.

    1.1.1 De l'écologie classique à la considération de la valeur humaine

    Depuis plusieurs années, l' « écologie » a été considérée comme une science qui pouvait justifier les principes occidentaux de « séparation conceptuelle ancienne entre l'homme et la nature, entre la civilisation et la nature à l'état sauvage. » (Colchester M. (1996) A cette époque, les occidentaux considéraient la nature sauvage comme un lieu habité par les mauvais esprits et dont la conquête saisonnière (à travers la chasse) était seule activité qui pouvait s'y faire. En dehors de la chasse, cette nature sauvage était interdite à toute autre activité humaine.

    En s'inspirant de cette logique liée à la culture occidentale traditionnelle, les scientifiques (surtout les écologistes) d'alors ont constaté que « la meilleure façon de protéger la nature consistait à séparer encore plus nettement l'homme de la nature et donc de créer les espaces naturels à l'état sauvage », un principe qui allait totalement à l'encontre des intérêts des populations locales puisque l'angle sous lequel ces écologistes envisagent la nature faisait allusion à leur expulsion. Les exemples sont nombreux mais celui de l'expulsion des Indiens Shoshone, Crow et Brackfoot, lors de la création de Yellowstone, est le plus significatif car il marque le début de l'élaboration des lois qui devaient dans la suite définir les caractéristiques essentielles du premier parc moderne au monde.

    Depuis lors, la notion de « parc national » s'est étendue dans tous les continents et, avec elle, le principe préalable selon lequel, « pour être conservée, la nature doit être écartée des actions de l'homme. » Dans un document publié dans les années 1960 lors du 2ème congrès mondial des parcs nationaux, l'UICN abondera dans le même sens en définissant un parc national comme « une zone relativement étendue, où un ou plusieurs écosystèmes n'ont pas

    été sensiblement altérés par l'exploitation de l'occupation humaine; où les espèces végétales et animales, les sites géomorphologiques et les habitats présentent un intérêt spécial du point de vue de la science, de l'enseignement ou de la recréation; ou bien où il existe un paysage de grande beauté. » (Colchester M., 1994)

    Pour faire respecter ces nouvelles règles, l'UICN a fait appel aux plus hautes autorités des pays du Sud à adopter des mesures visant à prévenir et à éliminer le plus rapidement possible l'exploitation et l'occupation humaines et à imposer le respect des caractéristiques écologiques et autres qui déterminent une zone protégée. Ce qui a été vite fait (ou refait) puisque grâce à des campagnes menées par les associations de protection de la nature ou leurs interlocuteurs, plusieurs lois ont été votées à l'encontre, non seulement de la conception de la nature qu'ont bon nombre de populations autochtones, mais aussi à l'encontre du droit international par exemple les conventions 107 et 169 de l'Organisation Internationale du Travail.

    Ces deux conventions stipulent en effet que les populations autochtones ont des droits reconnus tels que le « droit à la propriété collective de leurs terres ancestrales; à l'aménagement de leurs ressources naturelles sur leurs territoires, à l'exercice de leurs droits coutumiers et à être représentés par leurs propres institutions. » En outre, ces deux conventions ajoutent que ces populations ne peuvent pas être expulsées de leurs terres sauf dans des situations convaincantes. Là aussi, elles précisent que les concernés doivent être indemnisés en terres pour la perte de leurs territoires. Cependant, il a été constaté que ces droits ont été sérieusement négligés et violés par les projets de protection de la nature et mis en oeuvre par les Etats indépendants. Rappelons que ces derniers cèdent facilement, par le biais de l'aide financière, aux pressions des conservationnistes, ce qui a comme conséquence le refus systématique des droits fonciers des peuples autochtones.

    En Afrique de l'Est, il faut rappeler que deux cas de ce genre de choses se sont produits, et restent des références de ce qui se passe (ou s'est passé) dans cette région. Le premier concerne l'expulsion des éleveurs autochtones Maasai dans le Parc national de Serengeti, l'oeuvre du professeur Bernard Garzimek qui a réussi à convaincre l'opinion internationale afin que cette dernière fasse pression au gouvernement tanzanien. Dans ses déclarations, il affirme qu'« parc national doit rester à l'état sauvage primitif pour être efficace. Aucun humain, pas même les populations locales, ne doit vivre dans ses limites. » Aujourd'hui, cette expulsion a entraîné de graves difficultés au sein de ces populations puisque ces derniers ont vu leurs droits d'accès aux ressources limités.

    L'autre exemple est celui du calvaire des Batwa forestiers du Rwanda qui, en dehors de la loi du 26 avril 1974 relative aux modalités de leur expulsion dans les zones de marges du pays, ont subi, dès le début des années 1980, des effets de la campagne menée contre eux par la naturaliste américaine Dian Fossey dans le Parc National des Volcans. C'est d'ailleurs ce qu'affirme elle-même dans son ouvrage paru en 1984: « dans le Parc des Volcans, je découvris des Batwa... C'était des chasseurs... Ils récoltaient le miel sauvage. Leurs méfaits devaient avoir par la suite des répercussions notables sur mes activités. » (Fossey D., 1984; cité par J.B. Mbuzehose, 1999)

    Par la suite, les Batwa furent exclus du parc pour laisser la liberté à ce chercheur. Après avoir contribué à la mise hors jeu des usagers locaux de la forêt, D. Fossey ne s'inquiétait d'ailleurs pas de l'avenir des Batwa qui ont vécu depuis des milliers d'années et qui étaient poussés dans la galère à cause des principes de l'écologie classique. Cependant, il

    sied de signaler qu'il existe des autres exemples où des conservationnistes ou naturalistes sont sympathiques auprès des populations locales. C'est l'exemple de Jane Goodall de «Fundation Roots and Shoots » qui organise, de temps en temps, des journées de reforestation avec les écoliers tanzaniens dans la Réserve de Gombe en Tanzanie et leur explique l'importance de son travail et la pertinence de la conservation de la biodiversité (Baroin C., Constantin F., op. cit.).

    Grâce à ces deux exemples, on constate que l' « approche écologiste classique » a donc tendance à renforcer les divisions existentes entre les communautés autochtones et les autorités administratives en aggravant l'aliénation et les conflits, au lieu d'envisager des solutions durables. A partir de là, les inconvénients peuvent être lourds pour la politique de conservation car la résistance des populations locales aux espaces protégés imposés se manifeste la plupart des fois par des actions ignobles telles que les feux de brousse, l'abattage des animaux sauvages ou le défrichement des forêts; d'où certains professionnels de la conservation se demandent si, à long terme, cette approche dure de la conservation de la nature atteint ses objectifs. Le plus souvent non, affirment les mêmes experts.

    Selon toujours ces derniers, elle finit au contraire par renforcer un conflit social et politique qui entraîne, comme nous venons de le voir, une dégradation de l'environnement sans toutefois atteindre des objectifs des intérêts de la communauté internationale pour la conservation. Néanmoins, affirment-ils, l'Etat ne saurait être perdant étant donné que, même si les objectifs de conservation ne sont pas atteints, il peut réussir à accroître par la force sa capacité de gouverner, et par-là de contrôler les populations de son territoire comme on l'a vu pour le cas du Kenya.

    Face à cette nouvelle problématique, les spécialistes de la conservation essaient depuis peu de trouver des approches plus appropriées qui prennent suffisamment en compte les besoins et les intérêts des populations locales afin d'éviter le pire. C'est ainsi que l'une des résolutions du 3ème congrès des parcs nationaux, à Bali (Indonésie) en 1982, s'est penchée sur l'aide à apporter aux populations locales concernées par la mise en place des aires protégées. On pensait spécialement à des mesures compensatoires fondées sur les pertes d'usage subies par ces populations et la création, au niveau du pays, des projets à caractère de développement local.

    Dix ans plus tard, en 1992 à Caracas (Venezuela), le 4ème congrès des parcs nationaux abondait dans le même sens en se penchant également sur cette nouvelle initiative en matière de conservation. L'un des sujets abordés lors de ce congrès consistait à chercher les voies et les moyens par lesquels les espaces protégés peuvent satisfaire aux besoins des populations locales. Il s'agissait de donner aux espaces protégés un rôle imminent en matière de promotion de la société. Pour y arriver, seule l'approche qui s'appuie sur la meilleure connaissance des sociétés locales est jugée plus efficace contrairement à la politique planifiée longtemps menée par les experts venus de l'extérieur.

    1.1.2 L'approche participative comme fondement d'intégration des populations locales

    Connue depuis longtemps pour son efficacité dans des projets de développement à caractère rural, cette approche a eu des succès suite à l'échec cuisant de la démarche classique de développement par « transfert de technologie » et « planification centralisée » dans les

    pays du Sud. Au départ, comme l'affirme F. Busson (1999), les ONG, plus proches des populations cibles et travaillant sur de petits espaces, furent les premières à essayer de mettre au profit des méthodes plus réalistes, basées sur un meilleur contact avec le monde rural et les besoins des populations locales. Dans la suite, ce sont les grands organismes (Banque Mondiale, FAO, etc.) qui empruntèrent ce chemin. Mais après quelques années de travail, ces derniers constatèrent que leurs projets eurent peu de réussites. La principale raison avancée était que les concernés, les populations locales notamment, n'avaient pas été considérés comme des acteurs capables de faire quelque chose, mais comme de « simples bénéficiaires passifs. » Ce qui constitue selon les spécialistes du développement, la marque d'une approche « de haut en bas » et non participative comme on pouvait le croire.

    Face à ces échecs, les agents de développement ont pris conscience que la prise en compte des savoirs-faire des acteurs locaux est un atout majeur pour réussir son projet en milieu rural. Ceci leur a conduit à l'élaboration des méthodes d'évaluation plus efficaces où les populations locales participent non seulement aux actions de développement mais aussi aux travaux de conception, d'instruction et d'exécution de leurs projets. Parmi les nouvelles méthodes d'évaluation adoptées, on peut citer le « Rapid Rural Appraisal: RRA » (ou le « Diagnostic Rural Rapide ») issu de deux constatations importantes selon lesquelles « les études exhaustives sont trop longues et comportent trop d'informations sans valeur » d'une part, et que « les études préalables classiques sont souvent faites trop rapidement et de façon trop sectorielle » d'autre part (Busson F., op. cit.). Par contre, la RRA est une méthode conduite dans un temps limité, mais par des équipes pluridisciplinaires (géographes, économistes, anthropologues, historiens, etc.) avec une large possibilité d'échanger les idées.

    Par ailleurs, le même auteur précise que l'intérêt d'impliquer plus directement les populations locales aux actions de développement est apparu au début des années 1980, année où est alors développée la méthode de « Participatory Rural Appraisal: PRA » (ou le «Diagnostic Rural Participatif. ») Cette méthode consiste d'une part à informer les populations bénéficiaires du démarrage des projets, des objectifs qu'ils poursuivent et de la manière dont elles doivent intervenir, d'autre part à connaître les populations, le milieu, le contexte de leur organisation et l'évolution socio-économique en vue de rechercher les solutions appropriées (Bationo B., 1998). La différence entre les deux méthodes d'évaluation repose sur l'attitude de l'enquêteur, qui cherche plus à « identifier les capacités des populations locales que d'en tirer de simples informations. » Il faut noter que ces méthodes sont souvent utilisées par des organisations de protection de la nature dans des enquêtes qui précèdent la création d'un projet intégré de conservation et de développement comme c'est le cas du WWF avant le financement du projet d'intégration des populations Dayak en Indonésie au début des années 1990 (Chartier D.; Sellato B., 1998).

    L'autre méthode qui s'appuie sur les capacités des paysans avant de créer un projet dans la région est la « Méthode Accélérée de Recherche Participative: MARP. » Plus récente dans les projets de développement à caractère rural, cette méthode crée une sorte de convivialité entre les initiateurs du projet et les bénéficiaires. Elle permet ainsi à tous les acteurs de se rencontrer, de se connaître les uns les autres afin d'identifier ensemble des objectifs où chacun a son rôle à jouer. Son objectif est donc d'assurer une étude presque complète de l'environnement dans lequel va s'insérer le projet, puis de relever les différents problèmes existants et leurs probables solutions. Chaque séance est clôturée par un repas d'ensemble là où le monde d'en haut (les initiateurs du projet) et celui d'en bas (les populations locales) profitent de cette grosse occasion (ce repas) pour discuter en long et en large sur les thèmes non évoqués lors de la séance de travail. Cette méthode est aujourd'hui

    préférée par les organisations non gouvernementales américaines dans le cadre des programmes de lutte contre la pauvreté dans les pays de l'Afrique de l'Est comme le Rwanda et l'Ouganda.

    Cependant, il faut reconnaître que ces nouvelles méthodes se heurtent, elles aussi, à certains obstacles au niveau de leur mise en pratique. Le premier obstacle est dû au fait que les souhaits des paysans sont souvent variés selon les besoins de chacun, ce qui est difficile (pour les bailleurs de fonds) de satisfaire à leurs besoins ou de les combiner par thèmes selon les objectifs du projet. L'autre obstacle est enfin lié aux initiateurs du projet qui orientent de leurs manières les souhaits des populations tout en considérant les consignes d'une vision mondialiste prédéterminée des problèmes du développement et de la gestion des milieux ainsi que les moyens d'y répondre (Rossi G., 2000), ce qui compromet ainsi les objectifs principaux de ces méthodes.

    De toutes les façons, l'approche participative, parfois qualifiée de néo-populiste, est aujourd'hui la seule méthode qui est efficace pour étudier les relations entre les populations et les aires protégées dans un contexte actuel de « développement durable. »

    I.2 L'avènement de la conservation participative et quelques tentatives de gestion en comparaison avec l'Afrique australe

    Les années 1980 marquent le début d'une phase importante en matière de gestion des aires protégées. C'est la période au cours de laquelle les professionnels de la conservation acceptent publiquement d'associer les populations locales à la gestion des parcs et réserves analogues en mettant l'accent un peu plus sur l'intérêt économique (au profit des populations locales) que sur les bénéfices éthiques et/ou écologiques.

    1.2.1 Nouvelle ère de la conservation: couple conservation/développement

    Comme nous l'avons vu au départ, les premiers espaces protégés des pays du Sud furent mis en place dans le but de préserver une nature sauvage où peuvent se faire des activités récréatives telle que la chasse d'une part, puis de protéger les ressources naturelles (faune et flore) qui étaient en voie de « dilapidation » d'autre part. A cette époque, toute exploitation humaine était interdite sur le territoire protégé. Comme la plupart de ces espaces étaient habités, les mesures de protection ont été accompagnées par l'expulsion des populations autochtones et la mise en place d'un dispositif de sécurité très efficace en vue d'empêcher à ces populations d'exercer leurs activités à l'intérieur des zones protégées. Ceci s'est traduit sur le terrain par plusieurs gestes conflictuels entre les gardes des parcs et les populations riveraines de ces espaces.

    Après plus d'un demi-siècle de mésentente entre les populations locales et les pouvoirs publics, les résultats ont été jugés médiocres de tous les côtés. D'une part il faut dire que les mesures de sécurité prises par les Etats et les ONG de protection de la nature n'ont pas empêché l'augmentation des actes de braconnage à l'intérieur des aires protégées suite aux mécontentements des populations chassées de leurs terres ou aux opérations menées par les réseaux de trafiquants de l'ivoire ou des animaux vivants. D'autre part, la situation des populations vivant en bordure des aires protégées est devenue de plus en plus inquiétante.

    Face à cette ambivalence, quelques études visant à associer les populations locales ont été menées dès la fin des années 1960. On peut citer en premier lieu le concept de « réserve de la biosphère » présenté en 1970 par l'UNESCO. Inscrit dans un long programme destiné à faire l'interaction entre les activités de l'Homme et la Biosphère (Man and Biosphere: MAB), ce concept avait le principal objectif d'associer au sein d'une même zone protégée le processus de développement et la politique de conservation. Cette phase est considérée comme la première en ce qui concerne les changements de la politique de conservation en faveur des populations locales.

    Sur le terrain, une « réserve de la biosphère » est divisée en plusieurs zonages qui constituent des sous-réserves. A chacune des sous-réserves correspond une activité particulière. Parmi les activités privilégiées on peut citer le tourisme, la recherche, l'éducation-formation, la recherche expérimentale, l'utilisation traditionnelle, etc.(voir figure n° 6)

    Figure n°6: Schéma d'une réserve de biosphère

    Il faut noter que la partie centrale est consacrée à la conservation intégrale, encerclée par une zone de tampon dans laquelle sont permises certaines activités humaines, elle-même encerclée par une zone de transition où se déroule les activités de développement. A l'heure où nous sommes, les professionnels de la conservation se réjouissent des résultats atteints en matière des zones protégées considérées comme des réserves de la biosphère pour deux principales raisons: d'une part on a enregistré une nette diminution des opérations de braconnage ou feux de brousse grâce à l'intervention des populations locales, et ceci contrairement à ce qui se passe ailleurs là où la conservation classique s'impose encore; d'autre part les populations locales gagnent un peu d'argent suite aux revenus tirés dans le tourisme.

    Outre le concept de réserve de la biosphère, la prise en compte d'intérêts des populations locales a pris une autre ampleur au début des années 80 au moment où le processus d'associer la conservation et le développement a été repris par les principales organisations de conservation dans le monde (l'UICN, le WWF et le PNUE) dans leur programme intitulé « Nouvelle stratégie mondiale de la conservation. » Dans ce document, ces organisations se donnent l'objectif principal de créer et de financer les « Projets Intégrés de conservation et de Développement » en vue de venir en aide aux populations riveraines des aires protégées à sortir de la pauvreté. En effet, elles estiment que l'éradication de la pauvreté aux alentours de ces espaces est l'une des facteurs importants qui pourraient ralentir la surexploitation des ressources à l'intérieur des aires protégées.

    Cependant, même si ce type de projets semble être le meilleur en matière du bien-être des populations locales, il faut signaler que sa validité n'est pas partagée par tous les spécialistes et professionnels de la conservation. En effet, certains critiquent sèchement l'idée d'associer les populations locales à la gestion des espaces protégés. L'une des raisons avancées est que le fait de concentrer les projets de développement aux alentours des aires protégées risque de « créer une zone d'attraction et de front pionnier pour les nouvelles populations en quête des meilleures conditions de vie », et au bout du compte une pression sans précédent sur ces espaces. En abondant dans le même sens, G. Davies (1998) affirme que cette décision permettrait de « revoir à la baisse les objectifs généraux de protection de 10 % des principaux biomes mondiaux, en y incluant les paysages en gestion durable. » Par contre, d'autres auteurs remettent en cause l'idée de maintenir des zones protégées qui excluent les activités humaines compte tenu des conséquences que cela pourrait engendrer ultérieurement.

    Ces différentes critiques (surtout les premières) ont conduit les spécialistes de la conservation à revoir les principes de la politique de conservation participative. Parmi les modifications apportées, on note l'instauration du concept de « zones -tampons. » L'intérêt principal de ces dernières est qu' « une zone à fort potentiel biologique, et ayant un statut de protection contraignant ne soit pas en contact avec une zone fortement anthropisée où les activités sont peu contrôlées. » (UICN, 1990 repris par F. Busson, op. cit.) Là aussi, sont nées des contradictions entre les auteurs en ce qui concerne la question de savoir si la zone tampon doit être à l'intérieur ou à l'extérieur de l'espace protégé. Sur ce point, les écologistes radicaux préconisent qu'il vaudrait mieux étendre la zone de contrôle autour du parc, et former ainsi une zone tampon. Ce qui ne serait pas facile à réaliser suite à une éventuelle résistance farouche des populations locales consécutivement à leur ancienne expulsion. Au contraire, d'autres écologistes (plus modérés) trouvent que cette zone peut constituer une sorte de ceinture à l'intérieur d'une zone protégée à l'instar de ce qui est prévu dans le cas d'une réserve de la biosphère (voir figure n° 6). Ce qui est facilement réalisable mais avec beaucoup de risques sur le terrain suite aux effets négatifs en provenance des activités de développement.

    Que ce soit la première ou la seconde position, le but essentiel de cette zone tampon est de pouvoir éviter les effets négatifs des activités des différents acteurs de développement sur la partie principale de l'espace protégé. En vue de résoudre ce problème, l'UICN a établi en 1990 quatre zones dont les définitions répondent plus ou moins aux attentes de tous les acteurs des aires protégées, à savoir:

    - les zones tampons forestières: forêts exploitées pour les bois de chauffe ou de construction, en dehors des zones protégées mais sur le domaine public;

    - les zones-tampons économiques: zones créées pour réduire la nécessité de prélever des ressources dans les zones protégées;

    - les zones-tampons d'exploitation traditionnelle à l'intérieur des aires protégées, là où l'exclusion des populations n'est pas envisageable;

    - et barrière physique: quand l'espace manque pour créer une zone tampon (UICN, 1992 repris par F. Busson, op. cit.).

    Malgré cet apport de l'UICN, les résultats de ce concept semblent aujourd'hui mitigés. Parmi les raisons avancées de cet échec, on évoque le manque de cohérences entre le discours officiel diffusé par les ONG de protection de la nature et les actions sur le terrain. En effet, on vient de constater que certaines de ces ONG participent beaucoup plus à la médiatisation d'un discours de « conservation participative » auquel il donne force par leur présence virtuelle auprès des populations locales plutôt qu'à mettre en pratique ce discours. Parmi les ONG qui sont montrées du doigt, on cite en premier lieu le WWF, un acteur incontournable dans ce domaine à travers le monde entier mais dont les résultats laissent à désirer. Comme l'ont fait constater D. Chartier et B. Sellato (1998) lors d'une étude menée auprès d'un projet d'intégration des populations Dayak en Indonésie, cet organisme a ignoré les travaux des chercheurs de terrain dans le but de maintenir les mesures de conservation dans le pays.

    Enfin, dans la logique toujours d'associer les populations locales à la gestion des parcs et réserves, les innovations ne manquent pas. Les dernières sont celles qui définissent les nouvelles formes d'aires protégées en mettant l'accent sur les bénéfices économiques que l'exploitation de la grande faune sauvage peut apporter aux populations locales. En contrepartie, ces dernières doivent être impliquées davantage dans le contrôle anti-braconnage en vue d'améliorer les conditions écologiques des espaces protégés. Pour E. Rodary (1994), c'est tout le champ de la conservation qui cette fois-ci se trouve intégré dans l'univers social, comme « moyen de développement économique, mais surtout comme dynamique d'une socialisation politique des régions riveraines des aires protégées. » L'exemple des programmes CAMPFIRE au Zimbabwe et ADMADE en Zambie en sont les tentatives les plus connues.

    En somme, il faut dire que l'avènement d'une politique de la conservation par la participation locale au milieu des années 80 a favorisé une articulation profonde entre le développement et la conservation de la nature. En effet, on constate que la politique de conservation s'ouvre petit à petit aux problèmes socio-politiques d'aménagement du territoire pour empêcher les critiques très sévères à son encontre, et qu'il essaie de se repositionner dans une perspective de « développement durable. » Malheureusement, ce passage important d'une « conservation classique » à « une conservation participative » reste ponctuel dans le monde entier suite, d'une part à une résistance farouche des mouvements écologistes, et d'autre part à cause des législations nationales de certains pays qui ne tolèrent pas l'exercice des activités humaines à l'intérieur des zones protégées. Pour ce qui est de l'Afrique orientale, la situation s'améliore petit à petit suite aux expériences empruntées en Afrique australe notamment en Zambie et au Zimbabwe. Avant de voir l'état d'avancement de cette politique en Afrique orientale, nous allons d'abord jeter un coup d'oeil sur les expériences de l'Afrique australe dans ce domaine.

    1.2.2 Les exemples venus d'Afrique australe. Etudes de cas

    Comme nous l'avons vu dans les pages précédentes, le milieu des années 80 est l'époque qui marque le vrai début de la participation des populations locales dans la gestion des aires protégées dans les deux pays de l'Afrique australe, à savoir la Zambie et le Zimbabwe. Quelle que soit sa forme, cette participation locale, à travers des projets de conservation participative, se situe dans l'optique d'une rencontre entre deux mondes longtemps séparés par le pouvoir colonial anglais et les nouveaux Etats indépendants: un secteur de la conservation jusque-là isolé et une société locale principalement agricole (Rodary E., op. cit.).

    Selon le même auteur, cette nouvelle donne en matière de conservation lui paraît comme un processus important, car elle introduit une exigence de protection de la nature dans la vie socio-économique et politique des populations vivant aux alentours des aires protégées. A ce titre, affirme-t-il, « on peut qualifier cette nouvelle conservation de ?territoriale?, au sens où un territoire est un espace approprié socialement, à l'inverse d'une conservation ?spatiale? qui délimitait une zone en interdisant l'occupation humaine. »

    En Zambie, ce déplacement volontaire du champ de la conservation d'une position isolée vers la société locale est pris en compte suite à une étude du Département des parcs nationaux et de la faune, financée par la « New York Zoological Society », sur les populations d'éléphants. Cette étude insistait sur la nécessité d'une implication des populations locales pour limiter le braconnage. C'est à la suite de cette initiative qu'un colloque sera organisé par l'Agence norvégienne de développement et le gouvernement zambien en vue d'élaborer les programmes. Au Zimbabwe, ce sont également les services du Département des parcs nationaux et de la gestion de la faune qui, profitant d'une politique générale de décentralisation pour préserver la gestion de la faune, proposent en 1986 le projet CAMPFIRE.

    1.2.2.1 Le programme ADMADE en Zambie: un exemple du processus participatif de gestion et de conservation de la faune sauvage

    Avec 20 parcs nationaux et 36 zones de gestion du gibier (soit 30% de la superficie totale du pays) gérés tous par le Service des Parcs nationaux et de la vie sauvage (Sournia G., op. cit.), la Zambie est actuellement l'un des grands pays du continent africain pour la valeur de ses ressources naturelles (la faune sauvage en particulier). Mais comme nous l'avons vu précédemment, la création de ces espaces a été caractérisée par l'expulsion des populations autochtones et les conflits qui en ont résulté se sont traduits par une utilisation abusive de ces ressources.

    Ainsi, le braconnage s'appuyant en partie sur les populations riveraines des aires protégées a conduit à la disparition de certaines espèces comme le Rhinocéros noir dans le pays, sans oublier le nombre excessif d'éléphants disparus entre 1976 et 1986 (une dizaine chaque jour) et les grandes Antilopes abattues chaque jour en vue d'approvisionner les villes en viande de gibier. En fin de compte, les services chargés de la conservation dans le pays estimaient que l'équivalent de 500 millions de $ avaient été ainsi prélevés entre 1970 et 1985 sans aucun profit pour l'Etat ni pour les populations locales qui, bien que complices, ne reçoivent que la part très réduite avec tous les risques d'être réprimés par les forces de l'ordre anti-braconnage dans la région (Sournia G., idem).

    Face à cette multiplication d'échecs de la part des associations de la nature et du gouvernement zambien en matière de protection de la faune sauvage, ces derniers ont pris conscience (lors des ateliers organisés au début des années 1980) que tous ces échecs étaient dus au fait que le système en place niait toute implication des populations locales dans la gestion des ressources naturelles concernées. En d'autres termes, les recettes engendrées par la faune étaient versées à la caisse de l'Etat qui n'en redonnait qu'une très faible partie au Service chargé de la gestion de la faune. En outre, l'augmentation de la population et les pressions de plus en plus fortes qu'elle exerçait sur le milieu et ses ressources allaient mettre en évidence l'inadaptation de ce système.

    Pour faire face à ces difficultés, les mêmes ateliers formulèrent un certain nombre de recommandations dont les trois plus importantes furent les suivantes: d'abord, la création d'un fonds de reversement pour la conservation de la vie sauvage, ledit fonds qui devait être administré par le service chargé de la faune avec la collaboration des populations élues par les villageois; ensuite, la préparation d'une structure d'implication des populations rurales dans l'administration de ce fonds par l'intermédiaire de représentants traditionnels et élus; enfin, la mise en chantier d'un projet intégré de valorisation durable des ressources naturelles (Rodary E., op. cit.; Sournia G., op. cit.).

    D'après ces auteurs, la mise en application de ces recommandations allait se faire en trois étapes importantes. En premier lieu, on a créé un projet dans la zone de Lupanda « Lupanda Project. » Le but de ce projet était de tester la possibilité d'associer les populations locales aux activités de conservation et d'utilisation de la faune locale. Une importance fondamentale était accordée à la préoccupation socio-économique des villages riverains de la zone afin d'essayer d'identifier les voies d'une réconciliation des intérêts de la conservation avec ceux des destructeurs potentiels, c'est-à-dire les habitants de cette même zone.

    Dès lors, le projet se concentre d'abord sur un programme de rentabilisation des espèces animales dont les effectifs étaient en surnombre (les hippopotames par exemple), ensuite sur la recherche d'emploi des populations locales, et enfin sur la vente aux enchères des territoires de chasse dont 40% furent reversées aux populations locales afin que ces dernières puissent créer leurs propres projets. Il faut noter que cette bonne initiative a rencontré beaucoup de succès auprès des communautés locales associées.

    La deuxième étape fut celle de la création, en 1983, du Fonds de Reversement pour la conservation de la vie sauvage dont l'objectif principal était de « permettre au Service des Parcs et de la Vie Sauvage de fonctionner sans trop avoir à dépendre des seuls fonds consentis par l'autorité centrale. » 75 % de ce fonds devaient être réservés à la zone de production; 25 % restants étant répartis en deux destinations: 10 % pour la promotion du tourisme au niveau national et 15 % pour les frais de fonctionnement du Service des Parcs et de la vie sauvage. Après quelques années de fonctionnement, 90 % des revenus du Fonds étaient générés par les taxes d'abattage et les loyers d'admonition; l'essentiel des produits offerts par les sociétés de chasse se concentrant sur les Félins et les Buffles (Sournia G., op. cit.; Rodary E., op. cit.).

    Enfin, la dernière étape fut celle de la mise en place d'un dispositif administratif de gestion connu aujourd'hui sous l'appellation du programme ADMADE (Administrative Management Design). Agréé officiellement en 1987 par le gouvernement zambien, ce

    programme a comme principale tâche de préserver des animaux sauvages en périphérie des espaces protégés par la mise en place des mesures efficaces de gestion et de protection. Pour y arriver, quatre objectifs spécifiques ont été visés. Il s'agit d'abord de créer un réseau de zones tampons autour des aires protégées en vue d'éviter la dégradation de la réserve centrale; ensuite c'est la création d'un comité de gestion destiné à garantir aux populations locales les bénéfices tirés dans la faune sauvage; puis la mise en place d'un service chargé d'assurer de bonnes relations entre les responsables du projet et les populations locales; et enfin le programme se propose de garantir à l'Etat zambien de pratiquer une politique de conservation durable du milieu naturel protégé en vue d'assurer des revenus en devises.

    Comme ce programme regroupe 10 zones de gestion de la faune sauvage, l'objectif primordial du projet est de faire en sorte que chaque zone soit en mesure de gagner beaucoup de revenus pour les populations qui l'habitent. Etant donné que les 10 zones de gestion ne disposent pas les mêmes richesses en animaux sauvages, les responsables du projet ont instauré un système d'entraide où les zones riches, et par conséquent capables de s'autofinancer, contribuent au financement de leurs voisines moins riches grâce à un fonds spécial créé à cet effet.

    En ce qui concerne les structures administratives du projet, il faut signaler que les populations locales sont bien représentées, ce qui leur donne du poids en matière de prise de décision. Chaque zone comprend d'abord des unités de gestion qui représentent le Service des parcs dans la région; ensuite il y a le Conseil du District local (Local District Council) composé des représentants de l'Etat et ceux des populations, et enfin viennent les élus locaux qui sont des représentants des circonscriptions traditionnelles de chaque zone. Dans ce système, on constate que les populations son impliquées à l'administration et à la gestion de la faune sauvage grâce à cette responsabilité qu'elles assument.

    Pour ce qui est des retombées socio-économiques du programme, les responsables du projet estiment que: « ...nous procurons du travail à la population locale. Au lieu d'émigrer vers les villes, les jeunes, hommes et femmes ont la faculté de rester dans leur région d'origine et d'y gagner leur vie en participant à la conservation de la faune. Hier encore, rien n'était possible, mais la tendance s'est inversée et aujourd'hui l'avenir nous appartient. » (Rodary E., op. cit.)

    Sur le terrain, les succès du projet s'inscrivent dans l'aménagement des infrastructures à caractère communautaire comme des écoles, des dispensaires, des moulins, etc. Les auteurs affirment d'ailleurs que les revenus engendrés par les activités liées à la gestion de la faune sauvage et alloués à l'exécution de ce type d'infrastructures sont supérieurs à toute autre subvention publique ( dans ce domaine) dans les zones concernées par le programme. En outre, toutes les utilisations possibles des animaux abattus sont exploitées: la viande est vendue et/ou consommée fraîche, fumée ou séchée; la peau sert à la confection de chaussures et les semelles sont souvent faites à base de peaux d'hippopotames; les dents entrent dans la fabrication de bijoux. La graisse, les sabots, les os sont transformés en savon et en colle; les os servent aussi comme engrais pour les cultures potagères qui sont ensuite consommées dans les campements de safaris (Sournia G., op. cit.).

    Sur le plan écologique, il faut signaler que le braconnage est partout en forte diminution même si certains estiment que cette régression doit être replacée dans le contexte de l'interdiction du commerce international de l'ivoire, et que par conséquent il serait difficile d'évaluer le rôle exact du programme ADMADE dans cette diminution. En dehors de cela, les

    gardes locaux renseignent les chasseurs sur la présence du gibier recherché dans le secteur qui les concerne; ils accompagnent le safari et s'assurent de la conformité des abattages enregistrés par rapport au cahier de charges initial. Notons que ces gardes sont sélectionnés parmi les populations locales par les chefs des villages.

    De toutes les façons, il faut avouer que la conception du programme est jugée comme un fait original car tout part de la population d'en bas pour remonter vers le décideur politique d'en haut. Ce qui est intéressant, c'est que l'on peut prendre ce type d'aménagement comme potentiellement unificateur à l'échelle d'une communauté locale travaillant ensemble, ce qui peut compenser les lacunes du gouvernement zambien dans le domaine du développement rural et par voie de conséquence appuyer la politique de conservation dans la région.

    1.2.2.2 Le Zimbabwe: le développement rural lié au Projet CAMPFIRE

    Le Zimbabwe est sans doute l'un des Etats promoteurs de la politique participative de gestion de la faune sauvage en Afrique. Cette bonne initiative est l'oeuvre de deux chercheurs américains (Massman et Dassmann) qui, dès les années 60, démontrèrent qu'une utilisation bien réfléchie des espèces animales (encore abondantes à cette époque) était plus rentable que l'élevage des bovins dans le pays.

    Cette logique sera vite comprise puisque quelques années plus tard, en 1975, le pays s'est doté d'une législation en faveur du commerce des produits dérivés de la faune sauvage. Dès lors, cette nouvelle activité est devenue le point d'attraction de tous les investisseurs zimbabwéens (surtout les Blancs) qui avaient les moyens suffisants pour s'acheter un permis de chasse alors que les populations autochtones (dépourvues d'argent) se livraient de temps en temps aux activités de braconnage. Cette commercialisation a eu dans la suite deux conséquences dans le pays: d'abord l'abandon de l'élevage dans le milieu rural, puis le développement du réseau des trafiquants de l'ivoire, d'où une diminution épouvantable du nombre d'éléphants entre 1975 et 1986.

    Cependant, l'année la plus connue de ce pays dans le domaine de gestion participative de la faune sauvage reste 1987 (sept ans après l'indépendance obtenue en 1980) au moment où les populations locales accèdent, elles aussi, aux ressources du pays. Dès cette époque, la faune sauvage est devenue une ressource à part entière pour le développement des populations locales suite aux avantages socio-économiques engendrés par la ressource en question. A l'échelle nationale, l'utilisation de cette ressource est devenue une industrie de premier plan pour l'économie du pays grâce aux exportations de la viande animale et autres produits issus de la faune sauvage. Sur ce, les économistes zimbabwéens abondent dans le même sens en affirmant qu'entre 1986 et 1996, cette industrie a rapporté environ trois fois plus que les exportations de viande bovine ( Sournia G., op. cit.; Rodary E., op. cit.).

    Mais le plus grand succès en matière de conservation participative est que les autorités du pays ont pu expliquer le concept d'utilisation rationnelle de la faune sauvage dans les zones communales en le considérant comme un choix potentiel et utile pour le développement de ces zones rurales. Ce qui nous pousse à étudier en long et en large l'origine, les succès et les échecs du Projet CAMPFIRE (Communal Areas Management Program for Indigenous Ressources) dans ce pays.

    Comme nous l'avons vu dans les paragraphes précédents, le Projet CAMPFIRE constitue un cas d'école en matière de conservation participative au Zimbabwe depuis les années 1980, même si d'autres projets tels que l' « Opération WINDFALL: Wildlife Industries for All » existaient depuis 1978. Il faut souligner que ladite opération est le résultat d'une action extraordinaire qui date de 1964 dans la région de Chérisa (Nord-Ouest du Zimbabwe) là où la viande produite à la suite de l'abattage d'animaux sauvages pour les besoins du contrôle et de l'étude de la mouche tsé-tsé était distribuée aux populations locales. S'inspirant de ses résultats satisfaisants dans la région, cette action a pris, dès 1978, une forme plus organisée connue sous le nom de l'opération WINDFALL. Quelques années plus tard, en 1981, l'opération WINDFALL sera à son tour, le point de départ de la mise en place du projet CAMPFIRE.

    Par ailleurs, tel que nous le connaissons actuellement, ce projet est l'oeuvre du ministère zimbabwéen ayant la gestion des ressources naturelles dans ses attributions qui a voulu agrandir le principe de la libre utilisation des ressources naturelles aux terres communales marginales à faible potentiel agricole. Il faisait allusion ici aux terres de la vallée du Zambèze qui étaient envahies par les mouches tsé-tsé, et où la gestion de la faune sauvage apparaissait comme l'une des meilleures solutions possibles d'utilisation des sols (Ballan C., 1998).

    Depuis 1981, le projet possède une structure administrative chargée d'assurer la bonne marche de la conservation et de l'exploitation rationnelle des ressources naturelles au sein des différents districts. Cette structure est composée par les principaux acteurs de la politique de la conservation dans le pays. D'abord les ONG de protection de la nature (considérées comme des acteurs internationaux) qui sont représentées sur le terrain par les experts dans le domaine de développement rural, de socio-économie et de gestion de la faune sauvage. Le rôle de ces ONG est de donner des conseils utiles, de financer certains projets et surtout de veiller à ce qu'i n'y ait pas l'utilisation exagérée des ressources disponibles. Ensuite vient l'acteur-Etat, représenté par le Département des Parcs nationaux. Opérant à l'échelle nationale, son rôle primordial est de faire respecter la loi selon les schémas de gestion en vigueur. Enfin viennent les acteurs locaux, représentés par le Conseil de District et les autorités des différentes circonscriptions dudit district.

    De 1981 à 1987, l'objectif principal de CAMPFIRE était essentiellement fondé la valorisation de la grande faune sauvage en zones rurales mais les populations autochtones des zones rurales n'avaient pas le droit d'exploiter directement cette ressource. Depuis 1987, ces populations sont désormais autorisées d'exploiter les ressources à l'intérieur de leurs districts mais selon les quotas de prélèvement établis par le Conseil du district et le Département des Parcs dans la région. Pour éviter qu'il y ait excès d'exploitation, le Département des Parcs organise chaque année des comptages d'animaux sauvages sur les zones communales et établit des quotas d'exploitation en consultation avec les populations rurales et leurs représentants (Kleitz G., 1998)

    Au cours de ces dernières années, les principales activités du Projet CAMPFIRE se résument en quatre principales suivantes. Il y a d'abord la chasse pratiquée par les populations locales de chaque Canton (Ward). Dans ce contexte, les chasseurs locaux, regroupés souvent en association, doivent avoir un permis de chasse accordé par les responsables du District local. Ensuite il y a le prélèvement d'animaux sauvages pour la production de viande. Les quotas de prélèvement sont fixés ici pour certaines espèces encore en abondance comme l'impala, le buffle ou l'éléphant. L'objectif de ce prélèvement est de permettre aux paysans

    d'avoir de la viande à bas prix. Il faut noter que les opérations de prélèvement se font aux moyens modernes, d'où elles restent le monopole des grandes sociétés qui assurent la chasse sportive. Les restes des animaux abattus (carcasses, peaux, têtes, etc.) sont mis en valeur selon les méthodes qui ont été mises en place (Murombedzi J.C., 1994; Sournia G., op. cit.).

    La troisième activité est en rapport avec la chasse sportive ou tout simplement le « tourisme cynégétique. » Elle reste le monopole des grandes sociétés de safaris qui opèrent chaque fois dans plusieurs pays de l'Afrique australe. Les quotas de chasse sont fixés par le Département des Parcs nationaux et 30 % des recettes plus les taxes d'abattage reviennent au District local. Enfin, l'autre activité qui préoccupe le Projet CAMPFIRE est celle de contrôler des animaux qui occasionnent des dégâts importants aux cultures des villageois. Les animaux concernés sont les éléphants et les buffles qui, dans certains villages, détruisent plus du quart des récoltes annuelles des foyers comme c'est le cas dans le District de Guruve située dans la vallée du Zambèze (Kleitz G., 1998).

    Pour ce qui est des résultats de ce projet, ils sont en général satisfaisants même si les statistiques sont différentes selon les auteurs et les zones étudiées. En faisant une étude sur le District de Guruve, G. Kleitz (1998) a constaté que les revenus des paysans sont faibles par rapport à ce que gagnent les compagnies de chasse sportive. En plus, les recettes dépendent entièrement de la qualité des cantons comme territoire de chasse, c'est-à-dire de la présence ou non de la faune abondante. Sur une moyenne de 8 ans, il a trouvé par exemple que le revenu varie entre 10 000 FF (1 530 euros) pour 3 000 familles à 300 000 FF (46 530 euros)1 pour 160 familles, ainsi que 26 Kg de viande (de buffles ou d'éléphants) par famille. Ce qui n'est pas du tout beaucoup au regard des dégâts causés par ces animaux. Par ailleurs, le même auteur affirme que ce déficit est compensé par la chasse illégale. En effet, les productions de viande de brousse procurent aux populations locales un revenu annuel par famille variant entre 288 FF (44,3 euros) et 520 FF (80 euros). De surcroît, cette chasse illégale contribue à la ration individuelle de protéines animales pour ces populations.

    Sur le plan écologique, tous les auteurs qui ont travaillé sur le projet CAMPFIRE affirment que les résultats sont excellents. Les raisons de ce succès sont attribuées aux changements d'attitudes des populations locales vis-à-vis de la faune sauvage. Considérée avant les années 1980 comme une menace de taille à leur développement à cause de leur expulsion lors de la création des premiers sanctuaires d'animaux sauvages, cette ressource est aujourd'hui perçue comme une propriété qu'il faut gérer jalousement suite aux avantages socio-économiques qu'elle procure, d'où elles se sentent de plus en plus responsables de sa protection. Sur le terrain, cette prise de conscience se manifeste par les accusations répétées contre les organisations des braconniers et souvent par l'organisation des opérations contre ces malfaiteurs.

    En faisant un commentaire sur la situation écologique du District de Guruve, G. Kleitz (idem) explique que la faune sauvage de sa zone d'étude a connu une croissance de 20 % depuis le début des années 1980. « Plus de 1700 éléphants, 6000 buffles, tous les grands prédateurs et des populations importantes de grandes antilopes de l'Afrique australe vivent dans ces zones. » L'auteur ne cache même pas ses émotions en disant que « l'objectif de la biodiversité animale en dehors des zones protégées est en voie d'être atteint » compte tenu d'un nombre extraordinaire d'animaux recensés dans sa zone d'étude.

    1 10 FF= 6,5 euros (dans ce travail)

    Malgré ces réalisations, des critiques à l'égard des projets CAMPFIRE et ADMADE ne manquent pas. En effet, certains disent que les programmes de ce genre (conservation participative) profitent encore principalement à certains professionnels de la conservation, c'est-à-dire les chasseurs internationaux et les agences de safaris. Sur les revenus tirés de la faune par exemple, ils disent que seuls 40 % sont destinés aux programmes CAMPFIRE et ADMADE, le reste étant gardé par ces compagnies. En abondant dans le même sens, G. Kleitz (op. cit.) ajoute que les bénéfices économiques importants du Projet CAMPFIRE reviennent à ceux qui mettent en oeuvre le programme dans le pays et qui, par conséquent, ont la parole. Il s'agit ici des opérateurs de safaris, les gouvernements locaux qui vendent les admonitions, les élus et chefs locaux. En outre, l'auteur signale que ce programme permet aux ONG de conservation de la nature de capter des financements internationaux grâce aux discours qui sont souvent accompagnés par des résultats mitigés.

    Face à ces critiques, certains auteurs craignent que la politique de la conservation dans les deux pays puisse être remise en cause. Ce qui n'est pas le cas puisque, accompagnée d'un argument socio-économique au profit des populations autochtones, cette nouvelle approche renforce au contraire le mouvement conservationniste. En plus, cette approche va plus loin parce qu'elle « se place comme un élément indispensable dans son acceptation la plus aboutie », c'est-à-dire le développement durable; un concept à la une, car il touche l'intérêt mondialiste là où «l'intégration des questions environnementales dans la problématique de développement oblige à concilier la sphère économique avec la sphère du vivant. » (Rodary E., op. cit.)

    C'est d'ailleurs par cette réussite dans le domaine de la conservation participative que l'Afrique australe est aujourd'hui considérée comme précurseur et spécialiste compétent dans les politiques de gestion durable de la faune sauvage à l'échelle continentale. S'inspirant de ces expériences, les autres pays de l'Afrique sont entrain d'adopter ce système grâce aux appuis financiers des grandes organisations de protection de la nature et autres instances internationales dans ce domaine. Ce qui nous pousse à étudier l'état d'avancement de ce processus dans les pays de l'Afrique de l'Est.

    1.2.3 Etat actuel de la conservation participative en Afrique de l'Est. Etude des cas

    L'initiative de la politique de conservation participative en Afrique orientale date de plus de 10 ans. Elle est liée au fait que le monde de la conservation est aujourd'hui conscient que la préservation des ressources naturelles ne saurait se passer d'une participation des populations vivant en bordure des espaces protégés. Cette prise de conscience et de changements d'attitude en faveur de la conservation rationnelle des ressources naturelles est le résultat des expériences qui ont été faites dans les pays d'Afrique australe grâce au soutien financier des Anglo-saxons et des Scandinaves. Dans la suite, des projets de ce genre ont été étendus progressivement dans les pays anglophones de l'Afrique de l'Est en commençant bien sûr par le Kenya, pays phare en matière de conservation dans la région, puis par la Tanzanie, et très récemment par l'Ouganda.

    Au Kenya, cette prise de conscience concerne les acteurs politiques (gouvernement, fonctionnaires locaux, élus locaux) et les conservationnistes, représentés comme il se doit par une multitude d'ONG de protection de la nature (en particulier le WWF dont le siège se

    trouve à Nairobi1). Grâce aux financements de ces organisations notamment la Banque mondiale et le WWF, cette nouvelle politique de conservation s'oriente de deux façons vers les populations locales. En premier par la sensibilisation des populations riveraines des aires protégées dans des centres éducatifs créés pour cette circonstance et gérés par le Kenya Wildlife Service (KWS). Cette sensibilisation concerne également des écoliers au moyen des voyages-études à l'intérieur des parcs. Et enfin, grâce à l'arbitrage du KWS, un programme de distribution des revenus tirés dans le tourisme est en cours. Les bénéficiaires sont les populations locales qui exploitent les terres collectives (group ranches) jouxtant les aires protégées.

    Par ailleurs, le KWS a adopté, depuis 1993, une politique de « récolte » de gibier dans les réserves où certains animaux sont en surnombre. Ceci permet aux paysans de bénéficier à bas prix une ration en viande animale comme c'est le cas en Zambie et au Zimbabwe. En plus, un projet du commerce de la viande et des peaux dans les grandes villes (et si possible vers l'extérieur) devrait voir le jour très prochainement comme le font constater F. Grignon et G. Prunier (op. cit.). Ces auteurs affirment que le KWS envisage le « rétablissement de la chasse sportive dont les bénéfices sont, trois à quatre fois supérieurs au tourisme photographique pour un impact moindre sur le milieu. » Enfin, le KWS encourage les associations des populations locales en qui concerne la promotion du tourisme local. Ceci se fait en général au bord des aires protégées les plus visitées (la Réserve de Maasai-Mara ou le Parc national d'Amboseli) où ces populations tirent certains bénéfices liés au tourisme, ainsi qu'un plan sélectif du gibier dont la viande est distribuée dans les écoles les plus proches.

    Pour les spécialistes de la conservation, les changements qui s'opèrent dans la biosphère d'Amboseli constituent un bel exemple de ce qui pourrait être l'une des solutions aux différents conflits auxquels sont confrontés les gestionnaires des aires protégées. Cette réserve se trouve en effet à la frontière entre le Kenya et la République-Unie de Tanzanie, dans une zone semi-aride connue pour la diversité et l'abondance de sa faune sauvage. Sa superficie est d'environ 300.000 ha, bien que le chiffre exact reste à déterminer étant donné que la réserve doit inclure tous les pâturages parcourus par la faune migratrice en provenance du Parc national de Serengeti en Tanzanie (Hadley M., 1994).

    Selon le même auteur, la zone centrale de cette réserve est constituée par le Parc National d'Amboseli (39.200 ha), avec des zones tampons et des zones de transition, qui constituent ensemble ce que l'on appelle les « zones de dispersion », qui sont entre les mains des pasteurs Maasai locaux de la communauté Mbilikani. Depuis les années 1970 jusqu'au début des années 90, suite à l'accroissement de la population humaine (les Maasai) et animale, les conflits liés à l'utilisation des ressources, ainsi que la concurrence entre le bétail et la faune sauvage pour l'eau, l'herbe, et l'hostilité des Maasai à l'égard de la faune sauvage, avaient pris une grande ampleur. Mais la création du K.W.S., dans les années 1990, a sauvé la situation. Parmi les nouveautés introduites par cet organe, il faut citer le partage des revenus tirés des droits d'entrée dans le parc avec la population locale vivant à la périphérie du même parc.

    En 1993, la part qui revenait à la population locale, et qui représentait 25 % des droits d'entrée dans les parcs, lui était versée sous forme de services communautaires (écoles, dispensaires, eau et bains pour le bétail). En dehors de cela, il faut rappeler que ladite

    1 Avant les années 1990, le WWF partageait le même siège avec l'UICN à Gland (Suisse)

    population tire les bénéfices de son village culturel, de la rente locative d'un champ pour touristes, ainsi que d'un plan de prélèvement sélectif du gibier dont la viande est distribuée dans les écoles les plus proches comme nous l'avons vu en haut.

    En ce qui concerne les retombées écologiques liées à cette nouvelle politique, les professionnels de la conservation dans le pays se réjouissent du progrès atteint en la matière. En effet, on constate ces dernières années une forte réduction des actes d'hostilité des Maasai à l'égard des animaux sauvages; ce qui donne l'espoir que cette politique de gestion des ressources naturelles en associant les populations locales pourrait aboutir à des résultats satisfaisants. Ainsi, après des années d'errance, le gouvernement kenyan semble choisir la voie d'une politique cohérente inspirée des expériences menées depuis longtemps dans les pays d'Afrique australe, à savoir le Zimbabwe et la Zambie, même si beaucoup de choses reste à faire en ce qui concerne l'intégration des populations chassées de leurs terres lors de la création de ces sanctuaires.

    Pour ce qui est de la Tanzanie, il sied de signaler que des efforts en faveur des communautés locales sont là mais qu'ils sont encore très lents par rapport à ce qui se passe au Kenya voisin. Ils sont la simple conséquence d'une prise de conscience de la part des conservationnistes tanzaniens, mais surtout occidentaux opérant dans le pays, qu'une gestion efficace des espaces protégés passe nécessairement par une participation des populations locales. L'exemple à l'appui est celui de l'extraordinaire réussite de la protection des derniers rhinocéros résidant au fond du cratère de Ngorongoro qui dépend en grande partie de la présence de quelques communautés Maasai qui peuvent aider à localiser, voire à capter les braconniers avant qu'ils ne pénètrent dans le cratère.

    A partir de cet exemple, plusieurs associations de protection de la nature collaborent aujourd'hui avec les autorités tanzaniennes en vue d'établir des programmes de conservation participative (Community Conservation Program). Pour C. Baroin et F. Constantin (op. cit.), l'expérience de ce programme a été faite dans la Réserve de Selous au Sud du pays là où les populations locales, en collaboration avec les gestionnaires de cette réserve ont mis en place un projet de gestion de la faune sauvage. L'objectif de ce projet est donc d'assurer la protection des villages contre certains animaux destructeurs de cultures ( buffles ou éléphants) ou prédateurs du bétail ou d'hommes (les lions par exemple) en abattant certains d'entre eux d'une part; puis d'assurer une ration alimentaire en viande animale et un revenu monétaire au moyen des ventes de toutes sortes de produits (peaux, carcasses, viandes, etc.) à l'instar de ce qui se passe en Afrique australe d'autre part.

    Comme principales conséquences de ces projets dans le pays, les experts affirment qu'il y aura d'abord une nette régression des tensions conflictuelles qui existent depuis l'époque coloniale entre les populations locales et les gestionnaires des aires protégées. Ensuite ces projets seront une grosse occasion de responsabiliser ces populations au travers les structures administratives de base dont elles sont responsables mais aussi suite aux différents avantages liés à la gestion de la faune sauvage sur leur territoire. Cette motivation les poussera sans doute à mener quelques opérations contre les malfaiteurs, d'où l'augmentation des animaux sauvages dans la région.

    En ce qui concerne les résultats qui ont été atteints dans ces dix dernières années, les mêmes experts estiment qu'il est encore très tôt pour donner le bilan mais que le pays est dans le bon chemin compte tenu des progrès réalisés par le sanctuaire de Ngorongoro dans ce domaine. En effet, ce sanctuaire est exemplaire sur tout le territoire tanzanien puisqu'il

    génère des revenus sans cesse croissants depuis 1990, ce qui donne beaucoup d'espoirs aux conservationnistes du pays. Cependant, les observateurs affirment que les présupposés bénéficiaires de ces projets (les Maasai chassés de leurs terres lors de la création de ces espaces) ne gagnent presque rien malgré leur bonne volonté de participation. Comme nous l'avons vu en haut, la principale cause de cette incohérence est due au fait que les initiateurs de tels projets (les ONG de conservation) les élaborent en mettant en avant les intérêts de la conservation. Ce qui bloque le plus souvent le développement socio-économique de la région concernée.

    En faisant une étude sur le cas de la Tanzanie, C. Baroin et F. Constantin (op. cit.) ont constaté que ces projets mènent les opérations de vaccination du bétail des Maasai contre la peste bovine et la pleuropneumonie en partie pour éviter la contamination des herbivores sauvages (buffles et gnous en particulier) alors que rien n'est fait pour éradiquer la maladie de la theilériose chez le cheptel domestique ou tout simplement pour combattre la malnutrition dont souffrent de nombreux enfants Maasai. En peu de mots, les deux auteurs ont pu remarquer que les problèmes des populations locales en Tanzanie ne suscitent l'attention des conservationnistes que dans la mesure où leur mécontentement pourrait menacer l'existence des zones protégées, comme c'est le cas durant ces dernières années.

    Pour ce qui est de l'Ouganda, l'autre pays de l'ancienne communauté est-africaine britannique, il faut rappeler que l'interminable guerre civile (1972-1986 en Ouganda, 1990- 1994 au Rwanda et depuis 1996 en République Démocratique du Congo) et l'insurrection persistante dans le Nord sont les deux causes principales du retard de ce pays en matière de conservation associant les populations locales. Mais les conservationnistes restent optimistes suite à un projet de conservation et d'écotourisme qui vient à peine d'être lancé dans la Réserve forestière de Budongo au Nord-Ouest du pays. D'après les consultants de l'Union Européenne (organisme qui a financé le projet) dans la région, ce projet permettrait, d'une part au pays de gagner des recettes en accueillant des visiteurs passionnés par le milieu forestier, et d'autre part aux communautés locales de bénéficier quelques avantages (chasse, cueillette, etc.) de la forêt ( www.newafrica.com, 2002).

    En outre, deux exercices de planification forestière participative sont prévus sur le territoire ougandais dans le cadre du « Projet de biodiversité transfrontalier ». Comme nous le verrons dans le chapitre suivant, ces projets permettront aux communautés locales, à l'instar des Iks du Nord-Est du pays, de bénéficier de quelques avantages du projet comme l'eau salubre et surtout d'exercer certaines activités à l'intérieur des forêts protégées comme c'était le cas avant leur classement.

    En ce qui concerne le Rwanda et le Burundi, cette nouvelle politique de conservation participative est loin d'être adoptée. Au lieu même d'y penser, les autorités des deux pays procèdent au renforcement des systèmes de protection des anciennes aires protégées, soit en transformant les anciennes réserves forestières en parcs nationaux, comme c'est le cas depuis le mois d'Avril 2001 pour l'ancienne réserve naturelle de Nyungwe au Rwanda; soit en clôturant de nouveau les anciens parcs nationaux. De toutes les façons, ces nouvelles mesures s'avèrent aujourd'hui très archaïques en matière de conservation durable des ressources au regard des changements qui s'opèrent dans les pays les plus réputés en la matière comme le Kenya ou la Tanzanie. Au contraire, elles accentuent les conflits entre les populations locales et les gardes de ces espaces.

    Au Rwanda par exemple, I. Ndahimana (2001) souligne l'ampleur du conflit qui oppose depuis 1997 les éleveurs aux gardes locaux aux alentours du Parc National de l'Akagera. D'après ses recherches, ce combat aboutit souvent à des pertes des vies humaines tant du côté des éleveurs que du côté des gardes. Quoique la culpabilité revienne souvent aux éleveurs qui ne respectent pas les lois régissant les parcs et les réserves naturelles au Rwanda, il convient de signaler que le gouvernement rwandais est dans l'obligation d'adapter ses lois aux nouvelles politiques de conservation en cours afin de résoudre les problèmes de ce genre sur son territoire.

    Ainsi, comme le montrent des projets réalisés au Kenya et en Tanzanie, moins encore en Ouganda, on constate que la politique de conservation reste un enjeu économique et, de ce simple fait, ne rime pas nécessairement avec une utilisation sage, en termes à la fois écologique et sociologique, des ressources. Après des années d'errance, les anciennes colonies de l'Afrique orientale anglaise, le Kenya à la tête, sont aujourd'hui dans la bonne voie d'une politique cohérente de conservation suivant les expériences menées depuis les années 1980 dans les pays d'Afrique australe. A contrario les cas du Rwanda et du Burundi sont très inquiétants. Au lieu d'adopter la politique de conservation en associant les populations locales, les deux pays sont entrain de renforcer les mesures d'exclusion en créant de nouveaux parcs. Ce qui comporte beaucoup de risques au point de vue socio-économique des populations expulsées de leurs terres.

    En définitive, nous venons de voir que depuis la fin de l'époque où seule « l'écologie classique » était considérée comme la principale approche de la politique de conservation (avant les années 1970), il y a eu beaucoup de changements dans ce domaine. L'un des changements majeurs concerne le mariage entre le développement et la politique de conservation qui a donné naissance aux fameux Projets Intégrés de Développement et de Conservation (PIDC). Le but primordial de ces projets, grâce à l'approche participative, est de faire en sorte que les populations locales tirent le maximum de profit dans les aires protégées qui les entourent. Plusieurs expériences ont été réalisées en Afrique australe avec les programmes CAMPFIRE (Zimbabwe) et ADMADE (Zambie) mais beaucoup reste à faire compte tenu des pays qui ignorent encore les résultats de ces expériences en Afrique de l'Est.

    Chapitre II

    NOUVELLES FORMES D'AIRES PROTEGEES: STRATEGIES ACTUELLES ET QUELQUES CONSIDERATIONS RELATIVES EN AFRIQUE ORIENTALE

    Depuis que le concept d'aires protégées existe dans sa forme actuelle, on constate que ses principaux objectifs restent presque les mêmes; ce qu'on essaie d'ajouter au cours de ces dernières années, c'est l'élément de « développement local » en mettant un accent particulier sur les droits et les intérêts socio-économiques des populations autochtones1 et ceux des populations riveraines des espaces protégés.

    Depuis les années 1970, l'intégration de ces populations se fait au travers des projets

    d' « écodéveloppement », un concept cher aux conservationnistes puisque l'intégration en question leur apparaît, d'une part comme une « nécessité » (dans le but d'éviter que la pauvreté de ces populations n'entraîne pas la dégradation des aires protégées), et d'autre part comme une « opportunité » (en vue de capter des fonds internationaux pour le fonctionnement de leurs projets) (Castellanet C., 1998). Coté acteur-Etat, ces projets sont également considérés comme bénéfiques parce que le tourisme est partout en plein essor. Quant à acteurs locaux, les résultats de ces projets ne sont pas du tout satisfaisants même si des différences subsistent entre les pays.

    Face à ces résultats «mitigés » de cette politique de conservation participative, les deux grandes organisations de protection de la nature, l'UICN et le WWF, ont publié un document2 dans lequel on trouve les nouvelles bases conceptuelles préconisées pour les aires protégées de ce nouveau siècle. Comme nous allons le voir dans les paragraphes suivants, ces nouvelles stratégies tiennent compte des intérêts de tous les acteurs en jeu en essayant de relever les défis enregistrés par les Projets Intégrés de Conservation et de Développement durant les deux dernières décennies d'opération.

    1.1 Bases conceptuelles des aires protégées pour le 21ème siècle

    Outre la préoccupation des questions d'environnement global dans le monde, les nouvelles bases conceptuelles des aires protégées prévues pour le 21ème siècle s'appuient sur l'amélioration des méthodes d'intervention des différents acteurs dans le processus de gestion durable et de participation locale. Dans ce contexte, la nécessité de renforcer les politiques institutionnelles à tous les niveaux (local, national et régional) est considérée comme le pilier de ces nouvelles stratégies.

    1 C'est-à-dire tous groupes dont la caractéristique principale est leur mode de subsistance désormais marginal (Chartier D. et Sellato B., op. cit.)

    2 WWF/IUCN (1998) Protected Areas for a new millenium. WWF/IUCN, Gland/Suisse.

    1.1.1 Projet des aires protégées transfrontalières

    Depuis le lancement des PICD dans les régions riveraines des espaces protégés, il y a un peu plus de 20 ans, les conservationnistes croyaient que les populations vivant aux alentours de ces espaces devaient tirer assez de bénéfices pour améliorer leurs modes de vie, ce qui dans la suite allait changer positivement leurs mentalités à l'égard des initiatives de conservation. Cette idée était sage mais sans résultats escomptés comme allait le prouver une première évaluation de ces projets au début des années 1990 (Colchester M., 1998).

    Au début de cette dernière décennie, les PICD ont intégré des questions environnementales dans leurs préoccupations en vue de renforcer leurs capacités de participation dans le milieu rural. L'analyse de cette deuxième série de projets a montré que les résultats n'étaient pas à la hauteur des objectifs fixés au départ suite au manque de lien suffisant entre la conservation et le développement. Parmi les raisons de cet échec, les professionnels de la conservation évoquent d'abord le rôle des ONG de protection de la nature comme nous l'avons vu précédemment, puis le manque de cadre institutionnel entre les principaux acteurs de la politique de conservation comme c'est le cas au Zimbabwe et/ou en Zambie. Les enseignements tirés de ces échecs ont montré la nécessité d'améliorer les politiques institutionnelles entre les principaux acteurs de la conservation participative en mettant un accent particulier sur le renforcement des possibilités de participation des communautés locales. Les « Projets des aires protégées transfrontalières » sont donc des PICD de troisième génération en vue de corriger certaines imperfections du passé ( Godwin P., 2001).

    Selon le même auteur, ces projets consistent à effacer non seulement des clôtures physiques qui divisent les parcs nationaux et les exploitations privées des populations locales à l'intérieur du même pays, mais surtout de gommer des frontières géographiques entre deux pays pour donner naissance à des « zones transfrontalières protégées », appelées aussi « Parcs de la paix ». Leur but, pour reprendre l'argumentation développée à la fin des années 1990 par la Banque Mondiale, est d'associer les populations locales à la protection de l'environnement. Il s'agit, selon la même organisation, de « montrer aux communautés vivant à coté des aires protégées que la vie sauvage peut leur fournir des revenus, et d'atténuer ainsi le ressentiment que beaucoup de personnes éprouvent en se voyant interdire de cultiver la terre. » Au-delà, beaucoup espèrent promouvoir une « culture de la paix » dans les pays de l'Afrique orientale (et ailleurs) dévastés par les conflits politiques et ethniques.

    Ouvert en l'an 2000 ( 12 mai), le « Kgalagali » est le premier parc naturel transfrontalier du genre. Il réunit le Parc national Gemsbok, au Botswana, à celui du Kalahari Gemsbok, en Afrique du Sud. A l'heure actuelle, les initiateurs de ce projet dont le milliardaire sud-africain Anton Rupert (homme d'affaires et président de la section nationale du WWF sud-africain) estiment que cette fusion n'a pas posé beaucoup de problèmes, les deux parcs n'étant séparés que par le lit asséché d'une rivière sans clôture. Après cette réalisation, considérée par les professionnels de la conservation comme la première du 21ème en la matière, les deux pays se sont mis d'accord pour gérer la réserve comme une seule entité écologique, et les visiteurs qui entrent dans un parc peuvent passer librement dans l'autre et revenir, ce qui accroît la fréquentation et la rentabilité de chacun des deux pays.

    Ailleurs, les efforts des initiateurs de tels projets portent aujourd'hui sur les tentatives d'unification au sein de la communauté des Etats de l'Afrique australe de plusieurs catégories d'aires protégées (parcs, réserves de chasse, réserves forestières, terres communautaires, etc.).

    La première tentative réunira le Parc national Kruger (en République Sud-Africaine), le Parc national de Gonarezhou (au Zimbabwe), et Coutada 16, un immense ensemble de terres nationalisées dans la province de Gaza au Mozambique. A terme de ce projet, elle formera le noyau d'une vaste zone protégée à usage mixte couvrant près de 155.000 Km2. Rappelons que d'autres projets de ce genre sont prévus dans tous les pays de l'Afrique australe dans le cadre de la Communauté de Développement de l'Afrique Australe (SADC: Southern African Development Community).

    Coté humain, les initiateurs du projet affirment que la composante humaine est la clé de la réussite finale des projets d'implantation de réserves naturelles transfrontalières. Dans ce domaine, ils comptent beaucoup sur l'expérience du Zimbabwe avec son projet CAMPFIRE pour mettre les choses en ordre. Comme nous l'avons vu dans les pages précédentes, CAMPFIRE est le premier projet qui a véritablement pris en compte deux grands constats (plus ou moins ignorés jusque-là) en matière de conservation. Le premier est que l'essentiel de la faune sauvage du pays vit actuellement en dehors des réserves de chasse sans beaucoup de difficultés. Le second est que les populations locales tirent directement des profits économiques de cette faune selon le plan qu'elles élaborent elles-mêmes. Ceci diminue les risques de braconnage puisque ces populations se sentent comme les premiers gestionnaires de cette ressource. C'est grâce à cette expérience zimbabwéenne que les initiateurs du projet sont aujourd'hui conscients que les populations locales doivent être les premiers bénéficiaires des emplois qui seront créés par la nouvelle réserve. De surcroît, plusieurs infrastructures (énergie, routes, etc.) sont prévues pour ces populations.

    Pour ce qui est de l'intégration régionale, l'intérêt de ce type de projets est de mettre en place une politique de conservation qui repose sur l'entente entre les Etats dans la mesure où certaines zones protégées sont contiguës de part et d'autre d'une frontière internationale. Or, il a été constaté que cette coopération n'existe pas ou du moins existe sur papier. L'exemple typique est celui des trois parcs nationaux situés entre le Rwanda, l'Ouganda et la République Démocratique du Congo, à savoir respectivement le Parc National des Volcans, celui de Virunga et Queen Elisabeth, pour lesquels chaque pays assure la sécurité de son aire territoriale sans toutefois se soucier de ce qui se passe de l'autre côté de la frontière. Les conséquences qui en découlent sont bien sûr nombreuses en commençant par les activités de braconnage dont le contrôle reste très difficile, sans oublier aussi les tensions liées aux mouvements armés dont le refuge reste toujours les zones protégées de la région.

    Dans ce contexte, l'apport des projets du genre sera d'une grande importance en vue d'éviter toutes ces difficultés. Cependant, des incertitudes demeurent quant à la réussite de ces projets. En effet, certains disent que l'idée même des « parcs de la paix » dépend de la stabilité politique dans une région géographique donnée. Ce qui n'est pas le cas pour le moment si l'on regarde par exemple ce qui se passe au Zimbabwe ou pire encore dans la région des Grands Lacs. De toutes les façons, le projet est déjà lancé et son aire d'influence a tendance à déborder les limites habituelles de l'Afrique australe.

    En Afrique orientale par exemple, un « Projet de biodiversité transfrontalier » vient d'être lancé. Financé par le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM) par le biais du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), et mis en oeuvre par la FAO et les gouvernements du Kenya, de l'Ouganda et de la Tanzanie, ce projet a pour objectif de « réduire la perte de biodiversité dans les sites transfrontaliers en Afrique de l'Est. » (Rodgers W A.; Persha L.; Nabanyumya R. Et Mupada E., 2002)

    Selon ces auteurs, la philosophie du projet est de « travailler à tous les niveaux décisionnels d'utilisation des ressources, du ménage (sensibilisation, autres solutions) au village (arrêtés, pression des pairs, marchés), au District (directives d'utilisation des terres, programmes de financement) et à l'échelon national (politiques et législation). » Les activités centrales du projet sont la mise au point de plans de gestion participative et la promotion d'une cogestion par le gouvernement et les communautés pour conserver les ressources forestières et les utiliser dans une optique durable. Les populations sont considérées ici comme une partie intégrante de la solution au problème. Etant donné que les problèmes, les intérêts et les solutions potentielles diffèrent d'un site à l'autre, les solutions doivent être propres au site, même si l'on peut utiliser des cadres de base pour orienter les actions dans l'ensemble des sites.

    Il faut noter que ledit projet repose sur quatre sites d'écosystèmes transfrontaliers de la région (voir la carte n° 8), mais nous allons nous intéresser, au cours de ce travail, sur le site du Nord-Est de l'Ouganda, à la frontière kenyane, là où nous trouvons un « Projet de gestion traditionnelle des ressources naturelles par la communauté Iks du District de Karamoja. » L'encadrement des Iks a soulagé beaucoup de personnes (y compris les conservationnistes) puisqu'ils avaient été victimes, depuis 1962, de la politique coloniale et post-coloniale de conservation dans la région. De surcroît, cette communauté a été choisie par les conservationnistes pour la simple raison qu'elle a fait preuve de grandes connaissances sur les ressources forestières et la gestion de ces ressources par rapport aux autres principaux groupes ethniques du District de Karamoja, à savoir les Karimojong, les Tipes, les Dodos et les Pokos.

    En effet, le rapport d'évaluation qui a précédé le projet révèle que les Iks sont les seuls peuples dans la région qui, à la fois dépendent de la forêt pour survivre (sécurité, terres agricoles, eau et revenus) mais aussi qui reconnaissent les dangers qui pèsent sur cette ressource (coupe excessive d'arbres, surpâturage, feux de brousse, etc.). Cette prise de conscience les oblige ainsi à mieux préserver la ressource en question depuis plusieurs années. En abondant dans le même sens, les responsables du Parc national de Kidepo ont tous reconnu que les pratiques des Iks ne perturbent pas la forêt puisqu'ils se contentent de petites activités qui ne causent pas beaucoup de dégâts. Au contraire, ils se préoccupent des feux de brousse allumés dans le milieu environnant par les envahisseurs Turkana et Dodos, qui détruisent leurs moyens d'existence. C'était d'ailleurs pour cette raison que l'idée de participer aux interventions et aux partenariats externes comme le « Projet de biodiversité transfrontalier » les intéresse davantage.

    A l'heure actuelle, les Iks ont démarré les activités par les petits travaux qui consistent à tracer et à dégager les bordures de la Réserve forestière Timu avec un minimum d'apports du projet. Chaque groupement d'habitants a pris possession des portions de lisière les plus proches et les membres de ce village s'occupent des arbres témoins plantés par le projet le long de la frontière, les arrosent et les couvrent de paillis durant la saison sèche. En contrepartie, le projet, bénéficiant de fonds supplémentaires du PNUD, a fourni des éoliennes en bordure de la réserve pour pomper l'eau de nouveaux puits, car les Iks devaient souvent parcourir des kilomètres pour aller chercher de l'eau. Les professionnels de la conservation dans la région espèrent que cette première mesure devrait enclencher d'autres contrats sociaux pour la conservation des forêts y compris la prévention des feux et les signalements d'utilisation illicite.

    Carte n° 8: Les quatre sites transfrontaliers du Projet « Réduire la perte de biodiversité » en Afrique orientale anglophone

    En somme, il faut dire que les Projets Intégrés de Développement et de Conservation de troisième génération, c'est-à-dire les « Zones protégées transfrontalières », donnent l'espoir des changements sociaux qui se produiront dans l'avenir en matière de conservation. Comme le cas des Iks de Nord-Est de l'Ouganda l'illustre, les populations locales ne seront plus considérées comme les bénéficiaires passifs comme l'avaient été dans le passé, mais comme les acteurs ruraux actifs, c'est-à-dire capables de prendre les différentes décisions en matière de gestion des ressources naturelles se trouvant sur leur territoire.

    Le problème qui se pose aujourd'hui est que certains gouvernements ne sont pas disposés à céder la propriété de ces ressources à ces populations suite en général à l'ingérence des ONG de protection de la nature qui souhaitent, jusqu'à présent, conserver la quasi-totalité des espaces protégés tel que c'était le cas avant les années 1970. Cela se fait en général dans les pays où, d'une part les gouvernements en place n'ont pas les moyens financiers pour faire démarrer ces projets, et d'autre part là où les revendications des populations locales sont complètement anéanties par les pouvoirs publics. Toutefois, certains gouvernements commencent à reconnaître que les communautés voisines des parcs et réserves ne peuvent être exclues de l'utilisation ou de la région de ces derniers, ce qui nous amène à focaliser notre thème suivant sur la responsabilité de ces populations dans cette nouvelle stratégie de conservation.

    1.1.2 La responsabilisation des populations locales

    Comme nous l'avons vu dans les paragraphes précédents, la politique de conservation associant les populations locales remonte dans les années 70 avec le lancement du programme MAB et le concept de la réserve de la biosphère. Une décennie après, au début des années 80, les grandes organisations de protection de la nature (UICN, WWF, PNUE) ont commencé à se préoccuper des populations autochtones à travers le document intitulé « stratégie mondiale de la conservation. » Dès lors, ces organisations ont reconnu pour la première fois que la politique de conservation n'était plus considérée comme extérieure aux problèmes de développement économique, mais qu'ils pouvaient aller ensemble en vue d'éradiquer la pauvreté aux alentours des aires protégées mais surtout d'assurer la gestion durable de ces espaces.

    Les premières tentatives de Projets Intégrés de Conservation et de Développement ont échoué pour deux principales raisons: d'une part c'est que les logiques paysannes traditionnelles1 sont contradictoires avec les logiques de développement basé sur le progrès économique adapté au modèle occidental; et d'autre part c'est que les initiateurs des projets (ONG de protection de la nature) ignorent les savoirs-faire et le rôle institutionnel traditionnel des communautés locales au profit de l'acteur-Etat. Ainsi, ces populations étaient considérées comme passives dans la conception des projets, et dans une moindre mesure comme des acteurs qui assistent aux décisions prises par les autres acteurs sans qu'il y ait la moindre participation de leur part (Bationo B., 1998).

    Face à de multiples échecs de ces projets, les spécialistes en la matière trouvent qu'il doit y avoir de sérieuses révisions au niveau des démarches de développement à utiliser. C'est ainsi qu'ils trouvent par exemple qu'il ne s'agit plus de convaincre les populations locales du

    bien-fondé de la démarche, mais d'établir cette fois-ci des formules de conservation où ces populations sont invitées à participer pleinement à la cogestion, c'est-à-dire où elles reçoivent en contrepartie des avantages adéquats ou des revenus les incitant à conserver les ressources. Ainsi, outre la sensibilisation des populations sur les avantages de l'utilisation durable des ressources, notamment la conservation, l'élaboration d'incitations doit impliquer une confiance consolidée et le renforcement des capacités financières et institutionnelles de gestion de ces espaces.

    Par ailleurs, dans les zones encore habitées par des populations autochtones, la réussite des initiatives de conservation participative nécessite une « reconnaissance des droits de ces peuples à posséder et contrôler leurs territoires; à être associés d'emblée à la planification; à la reconnaissance des institutions représentatives autochtones; à la mise au point de mécanismes veillant à assurer la participation des secteurs marginaux de manière à ne pas compromettre la prise traditionnelle de décision; à des contrats qui définissent clairement les obligations mutuelles; et à une formation multiculturelles propre à sensibiliser toutes les parties intéressées. » (Colchester M., 1996)

    Le même auteur fait constater qu'il faut mettre au point une nouvelle catégorie d'aires protégées puisqu'il a été indiqué qu'aucune des catégories existantes (de l'UICN) n'est fondée sur ces principes (voir annexe n° 1). De surcroît, ajoute-il, très peu de pays ont une législation nationale permettant l'exercice de ces droits à l'intérieur des aires protégées. En peu de mots, des modifications urgentes sont nécessaires à tous les niveaux pour permettre l'application de ces nouveaux principes de gestion. Pour faire face à ce défi, et à la suite des préoccupations croissantes manifestées par les organisations de populations autochtones au sujet des exigences écologistes, le WWF a récemment élaboré une nouvelle politique des peuples autochtones. Celle-ci est fondée sur une acceptation des droits des peuples autochtones tels qu'ils sont exprimés dans le droit international ancien et nouveau, notamment leur droit à l'autodétermination, à la propriété et à l'administration de leurs territoires, à l'auto- identification et à la propriété intellectuelle.

    A propos de ce projet, ladite organisation déclare qu'elle va s'efforcer « d'établir un partenariat avec les peuples autochtones si ceux-ci manifestent le désir de conserver la diversité biologique et acceptent la limitation des activités humaines nécessaires pour parvenir à une utilisation durable. » (Colchester M., idem) Mais ce projet commence à poser déjà des difficultés liées à son adaptation sur le terrain puisque beaucoup de personnes ne comprennent pas la façon dont elles doivent réglementer les activités humaines à l'intérieur des aires protégées tout en permettant aux populations locales de satisfaire à leurs besoins de subsistance, car toute gestion efficace nécessite des procédures coercitives d'application des réglementations convenues. Les expériences actuelles montrent d'ailleurs que la plupart de ces ONG privilégient d'abord les intérêts de la conservation au détriment du progrès socio- économique des populations autochtones, ce qui fait échouer les PICD dans plusieurs pays

    (Chartier D.; Sellato B., op. Cit.)

    En outre, certains auteurs, à l'instar de G. Rossi (2000), trouvent que ce projet s'inscrit dans le cadre de cette fameuse logique de « politique d'ingérence écologique » longtemps menée par les associations de protection de la nature (d'origine occidentale) dans les pays du Sud. En abondant dans le même sens, d'autres trouvent que ce concept actuel médiatisé « des capacités autochtones et des connaissances locales » qui doivent être reconnues, « respectées, enregistrées, perfectionnées, le cas échéant utilisées », est une façon qu'utilisent ces ONG

    pour légitimer leurs pratiques dans le monde entier en vue surtout de bénéficier des capitaux de financements (Chartier D.; Sellato B., op. cit.).

    En définitive, il est clair que ce projet est à l'encontre de la logique de la « politique de conservation participative digne de son nom », parce que d'une part, il refuse le plein droit aux populations locales de s'impliquer librement dans la gestion des ressources naturelles (qu'elles ont pourtant su gérer depuis des millénaires); et que d'autre part, il s'inspire de cette politique d'ingérence qui, depuis l'époque de l'indépendance, a caractérisé les relations Nord- Sud. C'est par ce fait que certains professionnels de la conservation craignent de retomber dans les schémas classiques de planification (là où les populations locales étaient toujours considérées comme des acteurs passifs) en préconisant des réformes administratives dans chaque pays. Ces nouvelles structures administratives s'appuieraient sur la politique généralisée de décentralisation dans les pays du Sud suivant le modèle de ce qui a été fait par les programmes ADMADE et CAMPFIRE en Afrique australe.

    2.1.3 Réformes administratives

    Parmi les réformes administratives à faire en vue de faciliter la mise en oeuvre de la politique de conservation associant les populations locales, le principe de « décentralisation » est à l'honneur à cause de son principal avantage de donner la parole au monde d'en bas, c'est-à-dire les paysans. Théoriquement, certains auteurs dont R. Passet (1994, repris par F. Busson, op. cit.) fondent aujourd'hui ce principe sur une perspective systémique du fonctionnement des sociétés. Selon cet auteur, le « dynamisme d'un système repose sur l'activité des sous-systèmes qui le composent, pour autant que celle-ci ne mette pas en cause les finalités d'un niveau d'organisation supérieur. » Dans cette logique, il est tout à fait normal que toute décision devrait être prise au niveau, et par le niveau où elle développe ses conséquences. Ce qui explique bel et bien le mode de fonctionnement des systèmes administratifs décentralisés et comment ces derniers faciliteraient l'intégration des populations au processus de gestion des aires protégées.

    C'est d'ailleurs sur ce point que l'expérience des programmes ADMADE (Zambie) et CAMPFIRE (Zimbabwe) semble particulièrement convaincante et enrichissante en la matière, même si certains leur reprochent d'une certaine dépendance vis-à-vis de leurs Etats respectifs. En effet, il se pourrait que les deux Etats s'ingèrent davantage dans les affaires internes de ces programmes, ce qui ne serait pas intéressant puisque les décisions prises par les communautés locales n'auraient pas de poids comme il le faudrait. Mais au moins une chose est sûre dans ces pays: la décentralisation du pouvoir est une chose au moins comprise et son influence est très grande en faveur du monde d'en bas, c'est-à-dire les populations locales.

    Ainsi, pour la bonne marche de cette structuration, il faudrait que toutes les initiatives de gestion de l'espace protégé naissent des acteurs de terrain, à savoir les communautés locales. Quant à l'Etat, son rôle doit être celui de canaliser ces initiatives dans l'axe de la conservation et de la protection. On espère que les fameux Programmes d'Ajustement Structurel (dans leur volet politique de décentralisation) qui sont en cours dans les pays du Sud pourront servir de bases en matière de réaménagement des aires protégées de ces pays même si leurs résultats actuels laissent à désirer. De surcroît, on espère que la récente création

    de l' « Union africaine » sera une sorte d'impulsion pour la mise en place de cette politique de décentralisation dans tous les Etats du continent.

    2.1.4 Dynamiser le tissu économique dans les pays du Sud

    Comme nous l'avons vu précédemment, les gestionnaires des aires protégées dans les pays du Sud ont depuis longtemps fait savoir que les rentrées financières directes (le tourisme en particulier) ne sont pas à mesure d'équilibrer les coûts dépensés lors de l'entretien de ces espaces. De surcroît, il a été aussi constaté que le maintien de ces espaces reste aujourd'hui l'affaire qui concerne beaucoup plus les Etats du Nord que ceux du Sud.

    Partant de ce dernier constat, les bailleurs de fonds sont aujourd'hui persuadés que ce schéma classique des relations Nord/Sud va en l'encontre du contexte socio-économique et environnemental actuel de « développement durable » puisqu'ils considèrent que « tout projet sous financement international doit avoir une durée limitée » afin finalement d'être pris (au bout de quelques années) en charge par l'Etat bénéficiaire, c'est-à-dire sur le territoire duquel le projet est localisé.

    En réalité, cette logique est parfaitement convaincante dans le cadre d'une action de développement en long terme telle que les projets de conservation participative, mais le problème est de savoir si certains gouvernements du Sud seront capables de prendre durablement le relais de ces projets compte tenu des autres exigences économiques auxquelles ils sont confrontés. Pour éviter ce déséquilibre, certaines mesures doivent être prises au Nord comme au Sud.

    D'une part, tous les gouvernements du Sud doivent désormais adopter de nouvelles stratégies en matière de conservation, c'est-à-dire en reconnaissant officiellement que les populations riveraines des aires protégées doivent être les premiers bénéficiaires de ces espaces, c'est-à-dire en développant les projets de conservation participative où ces populations sont invitées à jouer un rôle de premier plan. En outre, ils doivent renoncer à cette mauvaise habitude de compter sur les aides en provenance de l'extérieur. Au contraire, des projets locaux de conservation participative doivent être financièrement soutenus (dans la mesure du possible bien sûr).

    D'autre part, puisque nous savons que les principaux bénéficiaires des parcs et réserves analogues sont plutôt les personnes du monde occidental, à la recherche du « Jardin d'Eden » qu'elles ont perdu chez elles, et les tours opérateurs (tours operators), d'origine occidentale en général, qui sont capables de transformer ces espaces en produits rentables, il convient que les gouvernements du Nord puissent continuer, tout en rompant avec leur politique d'ingérence, à apporter leur soutien financier et matériel (là où le besoin se fait sérieusement sentir) afin que le patrimoine faunistique et floristique dans les pays du Sud soit protégé le plus longtemps possible et bénéfique au profit des populations locales.

    En somme, on peut dire que les nouvelles bases conceptuelles prévues pour les aires protégées du 21ème siècle sont considérées comme des objectifs supplémentaires qui viennent renforcer les progrès atteints jusqu'à présent dans le domaine de la conservation. Leur but ultime est celui de développer le pays en commençant par les populations vivant aux alentours des aires protégées.

    2.2 Quelques considérations et perspectives d'avenir de la politique de conservation en Afrique de l'Est

    L'objet de ces considérations et perspectives est qu'elles vont nous conduire à formuler un certain nombre d'observations et de critiques de ce qui a été fait jusqu'à présent et de ce qui reste à faire dans le domaine de la conservation en Afrique orientale. En outre, elles peuvent constituer autant de conclusions sur ce travail et/ou de perspectives de ce que nous projetons faire dans nos recherches ultérieures (travail de thèse).

    2.2.1 Le cas de l'Afrique orientale ex-anglaise

    Comme nous l'avons vu précédemment, la période coloniale en Afrique orientale anglaise (ou anglophone) a été caractérisée par une scission délibérée des populations locales de l'utilisation juridique ou de l'accès aux zones abritant la faune sauvage, au profit des politiques de création des aires protégées. Une grande partie de réserves de la faune sauvage de la région était classée avant l'époque des indépendances.

    Après ces indépendances, la plupart des nouveaux gouvernements n'ont pas interrompu les pratiques coloniales, créant d'autres aires protégées et excluant des populations plus nombreuses. Le cas des peuples Maasai du Kenya et de la Tanzanie est sans doute le plus connu dans le champ de la conservation en Afrique de l'Est. Mais petit à petit, et plus récemment d'ailleurs, des changements sont intervenus en matière de conservation, avec l'apparition d'une approche participative où les populations locales sont désormais considérées en même temps comme des acteurs et des bénéficiaires de développement, et non plus comme de simples observateurs-perturbateurs de la nature.

    Cette évolution dans les politiques de conservation a démarré lentement en Afrique de l'Est en s'inspirant beaucoup de l'expérience de l'Afrique australe des années 80, même si la première expérience de ce genre est antérieure à cette date. En effet, la première du genre en Afrique de l'Est fut conduite par la FAO et le PNUD, au cours des années 70, dans le District de Kaliado au Sud de Nairobi. Selon G. Sournia (op. cit.), l'objectif de ce projet était de produire de la viande à partir de populations d'animaux sauvages; une moyenne journalière de 40 à 50 Gnous étaient abattus et leurs carcasses étaient traitées dans un abattoir de brousse; les deux tonnes de viande quotidiennement produites étaient vendues (sous contrôle vétérinaire) à une douzaine de boucheries de la capitale kenyane, située à une centaine de Kms. Les possibilités d'exportation furent un moment envisagées, tout d'ailleurs comme la mise en conserve, mais l'infrastructure à mettre en place était bien importante en comparaison avec des revenus possibles.

    Le projet fonctionnait sans beaucoup de difficultés mais des raisons variées mirent un terme à son développement au bout de quelques années. Toutefois, cette expérience (malgré son arrêt prématuré) fut approfondie dans une optique plus commerciale par un fermier privé qui produisit de la viande d'animaux sauvages dans son ranch de la rivière Athi. La difficulté principale pour ce fermier fut, au départ, de créer un marché pour le produit. Mais finalement les boucheries et les hôtels de la capitale kenyane devinrent peu à peu des clients réguliers et la demande ne cessa de croître.

    Au début des années 80, la crédibilité de cette production était établie. Tout d'abord, seule la viande fraîche était commercialisée, mais des problèmes de qualité apparurent; la production de viande et de saucissons se substituèrent peu à peu à la viande fraîche.

    Aujourd'hui, la majeure partie de la production est transformée sous forme de viande séchée afin de supprimer le problème de la conservation.

    Bien que cette expérience ne fasse pas sortir clairement l'intérêt que pouvaient bénéficier les populations locales au sein de cette entreprise, elle a néanmoins inspiré la plupart des projets de conservation participative liés à l'utilisation rationnelle de la faune sauvage dans le pays. Depuis 1990, le KWS permet le prélèvement sélectif de la faune surnuméraire dans plusieurs réserves et s'attache actuellement à mettre en place un système assez solide pour la commercialisation de la viande et des peaux en provenance de ces réserves.

    En dehors de cela, il faut rappeler que cet organisme envisage d'entreprendre les activités de la chasse sportive, jusqu'à-là abandonnée pour des raisons de braconnage exagéré et de corruption, afin d'augmenter les revenus puisque ces activités procurent des bénéfices qui sont nettement supérieurs à ceux du tourisme photographique. De surcroît, grâce au KWS, quelques expériences associatives se sont mises en place sur des terres communautaires situées en bordure des sanctuaires-vedettes comme le Parc national d'Amboseli ou la Réserve de Maasai-Mara, en vue de développer le tourisme dans ces zones.

    Cependant, malgré toutes ces initiatives en faveur des populations locales, la situation de quelques 800.000 Maasai vivant sur le territoire kenyan reste précaire. En effet, privés d'une bonne partie de leurs terrains de parcours par les colons anglais au profit des parcs et réserves, les Maasai ne sont pas les premiers bénéficiaires de ce nouveau système en place comme en témoigne le nombre de jeunes Maasai qui vagabonde dans les rues des grandes villes kenyanes. A l'heure actuelle, plusieurs auteurs font constater que les Maasai sont considérés comme les mal-aimés du Kenya puisqu'ils sont toujours exclus dans les parcs et réserves et qu'ils ne peuvent y pénétrer que sous certaines conditions, par exemple pour faire boire leurs bêtes à quelques points d'eau.

    Par contre, les « troupeaux Maasai subissent, dans leurs pâturages, la concurrence des herbivores sauvages venus des Parcs », explique A. Huetz de Lemps (op. cit.); ce qui accentue le conflit qui date de plusieurs années entre les Maasai et les gardes de ces espaces parce que ces derniers voient d'un mauvais oeil l'accès des troupeaux Maasai dans les aires protégées. Or, l'un des meilleurs moyens d'éviter de graves conflits serait d'associer ces éleveurs (sans aucun prétexte) à la gestion de ces espaces comme c'est le cas autour du Parc d'Amboseli ou aux environs de la Réserve de Maasai-Mara, même si là aussi des progrès restent à faire. En outre, une meilleure reconnaissance de leurs droits à la propriété, à la citoyenneté, et à l'épanouissement serait une bonne chose pour la survie de ces peuples, et surtout pour l'avenir de la faune sauvage dans le pays.

    En bref, il faut dire que le Kenya est aujourd'hui l'un des pays-vedettes dans le développement du tourisme lié à la faune sauvage suite à ses potentialités touristiques assez exceptionnelles. Mais pour que cette industrie puisse durer, il faut une seule chose très importante: il est impératif d'impliquer parallèlement les populations locales (surtout les Maasai) et de n'avancer aucun prétexte pour que celles-ci aient un rôle significatif à jouer, et un profit réel à tirer des initiatives relevant du tourisme durable.

    En ce qui concerne la Tanzanie, l'autre pays qui regorge des ressources naturelles exceptionnelles dans le région, il sied de rappeler que la fin de la politique « Ujamaa » est considérée comme un phénomène majeur pour les nouvelles autorités tanzaniennes. En effet,

    avec l'ouverture politique et économique de ce pays sur le monde occidental, la situation dans le domaine de conservation ne cesse de s'améliorer. Les autorités en place pensent que les sanctuaires et le gibier vont enfin payer leur part dans la construction du pays grâce aux différentes aides en provenances de l'occident.

    Tout comme à l'époque coloniale, mais peut être de façon plus nuancée, reste posé le problème du véritable partage des bénéfices tirés des ressources naturelles avec les communautés locales, à majorité d'ethnie Maasai, qui en ont été pourtant les vrais gestionnaires durant de nombreux siècles et qui maintenant n'en subissent que les inconvénients. Mais comme nous l'avons vu précédemment, des programmes de conservation associant les populations locales sont déjà là même si les efforts de leur exécution restent très timides par rapport à ce qui se passe en Afrique australe.

    Après plus de 15 ans de la politique « Ujamaa » du Président Nyerere et ses conséquences dans le domaine de la conservation, il est aujourd'hui nécessaire que le gouvernement tanzanien profite de la politique de décentralisation (dans le cadre du Programme d'Ajustement Structurel) en cours dans le pays depuis plus d'une dizaine d'années, afin d'appliquer ces nouveaux programmes en matière de conservation participative. En outre, il doit s'intégrer parfaitement, à travers les « Projets de biodiversité transfrontaliers » ou « Parcs de la paix » dans la région (que ce soit au Kenya ou en Zambie) en vue de bien faire participer les populations locales, surtout les quelques 1.200.000 Maasai que comptent le pays, à la gestion durable des ressources naturelles (en particulier la faune sauvage) que regorge le pays. C'est à travers de cette politique de conservation participative que prendront fin certains conflits qui opposent les populations locales aux gardiens à l'intérieur et/ou autour des parcs et réserves de la Tanzanie.

    Côté ougandais, il faut dire qu'après plusieurs années de cauchemar, le pays semble retrouve le bon chemin. Des projets de conservation participative sont déjà sur place, grâce à l'influence de l'extérieur (comme c'est d'ailleurs le cas du Kenya et de la Tanzanie), mais il faut que le gouvernement ougandais s'investisse davantage dans ces projets. Il doit d'abord miser sur la politique régionale de conservation en essayant de coopérer étroitement avec les pays voisins (ce qui n'est pas le cas aujourd'hui), notamment le Rwanda et le Congo- Kinshasa, sans oublier le Soudan au Nord, afin que la sécurité des aires protégées contiguës entre l'un ou l'autre des pays ci-haut cités soit assurée. Cela reste une condition sine qua non pour l'arrivée massive des touristes.

    Ensuite, il doit essayer de résoudre durablement le problème des peuples Iks situés au Nord-Est du pays (autour du Parc National de Kidepo), sans oublier celui de quelques 30.000 paysans déplacés lors de la création du corridor des éléphants entre le Parc national de la Reine Elisabeth et la Réserve de Kabale à la fin des années 1980. Si le premier semble trouver une issue étant donné qu'un projet de biodiversité transfrontalier commence à s'occuper de ces populations dans les forêts situées en dehors du parc, il semblerait que le second est loin d'être résolu. Or, ces populations sont en danger puisque, privées de leurs terres d'exploitation agricole, elles n'ont plus d'autres moyens d'assurer leur survie. Ce qui n'est pas bon ni pour ces populations ni pour les aires protégées car les menaces qui pèsent sur ces dernières vont absolument augmenter.

    les années 80 en Afrique australe, mais qu'un grand pas reste à franchir. En effet, aussi longtemps que les populations locales chassées de leurs terres (depuis le début du 20ème siècle) ne seront pas véritablement associées à la politique de conservation pour en tirer profit, tous les projets seront voués à l'échec et le fameux « développement durable » tant chanté par les organisations de tout genre ne sera pas atteint.

    2.2.2 Le cas de l'Afrique orientale ex-belge ou francophone

    Comme nous l'avons vu dans les pages précédentes, la « pression démographique » apparaît à première vue comme la première menace qui pèse lourdement sur la politique de conservation au Rwanda et au Burundi. En effet, dans un contexte actuel de « forte pression foncière », certains auteurs affirment que cette explosion démographique aurait déclenché un déséquilibre population nationale/ressources disponibles qui serait à son tour à l'origine de la diminution de l'Exploitation Agricole Familiale et de tous les maux qui s'abattent sur ces deux pays depuis deux à trois dernières décennies comme « la mise en culture de terrains à forte pente et l'aggravation des phénomènes d'érosion, une baisse généralisée de la fertilité et une chute des rendements, la généralisation du sous-emploi à la campagne, etc. » (Cochet H., 2001)

    En outre, ajoutent-ils, cette « contrainte démographique » serait l'une des causes directes des conflits interethniques qui secouent les deux pays depuis 1988 et 1990, respectivement pour le Burundi et le Rwanda. Une hypothèse à ne pas affirmer ou infirmer au hasard mais dont il faut prendre avec un maximum de sérieux. Par contre, d'autres auteurs estiment que le poids démographique aurait constitué un facteur stimulant en matière d'innovations agricoles et de lutte contre la dégradation des sols dans les années 1980, une décennie au cours de laquelle les décideurs politiques (y compris les agents de développement) des deux pays avaient fondé leurs discours socio-économiques sur le « problème démographique »1.

    Que ce soit les premiers (s'inspirant de la théorie néo-malthusienne) ou les seconds (s'inspirant de la théorie anti-malthusienne), il faut signaler que le problème de la pression démographique existe dans les deux pays, qu'il est réel et menaçant, et que, d'une façon ou d'une autre, remet en cause la politique de conservation répressive menée par les différents gouvernements qui se sont succédés au pouvoir depuis l'époque coloniale jusqu'à nos jours. La question qui se pose aujourd'hui est de savoir si dans les prochaines décennies les deux Etats seront capables de résister à une pression paysanne de plus en plus croissante autour des espaces protégés. Certainement non. La décision « sage » prise par les autorités rwandaises d'amputer les 2/3 du Parc national de l'Akagera en vue de réinstaller les réfugiés de 1959 venus d'Ouganda en est la preuve. De surcroît, le défrichement « désordonné » de la quasi- totalité de la Réserve naturelle de Gishwati (sous les yeux des autorités locales) dans le but de réinstaller les anciens réfugiés venus du Nord-Kivu (RDC) en est l'autre témoignage. Et ce n'est pas fini puisque d'autres agressions clandestines subsistent autour des aires protégées du pays malgré le contrôle assez délicat des ONG de protection de la nature et de certains pays occidentaux2 qui financent les projets de clôture de ces espaces.

    1 Aujourd'hui tous discours politiques sont fondés sur la recherche de « l'unité et la réconciliation » suite aux événements douloureux qu'ont traversé les deux pays

    2 Coopération allemande (GTZ) et la Coopération belge

    Pour ce qui est du Burundi, les autorités en place continuent de geler plus de 3 % du territoire national en zones protégées mais les agressions ne tarderont pas à se manifester puisque ces espaces sont souvent localisés dans des zones densément peuplées du pays. Le cas le plus probable est celui de la Réserve de Rumonge créée très récemment dans l'une des régions les plus peuplées du pays, à savoir les bas versants de Mumirwa. A part cela, les professionnels de la conservation dans le pays craignent aujourd'hui le retour possible (si on parvient à mettre en oeuvre les accords signés dernièrement à Arusha) des réfugiés de 1972 et 1993 dans le pays. Une cause noble qui pousserait les autorités burundaises à sacrifier les quelques 40.000 hectares du Parc national de Ruvubu en vue de réinstaller ces réfugiés.

    En dehors de cette croissance démographique sans précédent, la politique de conservation dans les deux pays est confrontée au problème des acteurs locaux (les Batwa forestiers en particulier) qui, depuis l'époque coloniale jusqu'à nos jours, subissent les conséquences de la création des aires protégées sur leurs territoires. A l'heure où nous sommes, la médiatisation des discours sur les raisons d'être des parcs nationaux et réserves analogues, accompagnée d'aide financière massive pour la protection de la faune et de la flore dans les deux pays, a brisé la logique des autorités locales en matière de prise de décisions vis-à-vis de ce problème. Les responsables de ces pays se trouvent donc dans l'impossibilité de mettre en oeuvre une politique de gestion des aires protégées qui concilie en même temps les intérêts touristiques de l'acteur-Etat, ceux de conservation intégrale des ONG de protection de la nature et les intérêts vitaux des acteurs locaux comme c'est le cas en Zambie et au Zimbabwe.

    Coté rwandais, plusieurs tentatives de recherche de solutions à ce problème ont conduit à l'avancée de plusieurs hypothèses de solutions dont trois logiques dominent le débat des responsables du pays depuis le début des années 1980 (Mbuzehose J.B., op. cit.). La première logique épouse la politique, jusqu'à présent, pratiquée par l'Etat, à savoir le « conservationnisme radical » qui s'appuie sur les principes de l'écologie classique tel que nous les avons vus précédemment, mais surtout aux arguments qui traitent les zones protégées comme « patrimoine planétaire, générateurs de revenus pour le pays et qu'elles constituent aussi un héritage qu'il faudra léguer à nos descendants. » Il faut noter que cette position radicale de la conservation a longtemps bénéficié l'appui politique des anciens décideurs de la 2ème République suite aux différentes raisons ci-haut mentionnées.

    Sur le terrain, les conséquences de cette position ont été nombreuses tant sur le plan humain qu'écologique. Outre le calvaire des Batwa forestiers dont la vie ne cesse de se dégrader aux alentours de certaines aires protégées, il faut noter également la disparition tragique de la naturaliste américaine Dian Fossey suite à un assassinat organisé par un des réseaux maffieux de la région des Grands lacs qui était intéressé par la capture des jeunes Gorilles dans le Parc national des Volcans. En effet, prônant l'approche du conservationnisme radical dans ce parc depuis le début des années 80 en vue de protéger les Gorilles de montagne, ce chercheur a eu beaucoup d'influence auprès des autorités du pays, ce qui a entraîné l'expulsion des Batwa forestiers de la forêt.

    Malheureusement, cette expulsion des acteurs locaux n'a pas contribué à l'éradication du problème de braconnage dans le parc tel que Dian Fossey l'espérait, au contraire les gestionnaires du parc affirment qu'elle l'a rendu sophistiqué à cause non seulement de la participation des autorités locales corrompues, mais aussi suite mécontentement des paysans qui, dès son arrivée, ne pouvaient plus continuer leurs activités traditionnelles à l'intérieur du parc. Bref, nous sommes convaincus que si les populations locales avaient été associées à la

    gestion du Parc National des Volcans, le drame qui s'est produit n'aurait pu avoir lieu, et les Batwa forestiers auraient pu contribuer aux opérations de repérage des braconniers.

    Justement, la deuxième logique qui était préconisée par les autorités rwandaises en vue de résoudre le problème des Batwa forestiers était celle de la « gestion forestière participative ou foresterie sociale. » Tout en écartant l'idéologie radicale qui exclue tout dialogue avec les acteurs forestiers et qui ne tient pas compte des réalités locales, cette logique s'acharne pour l'octroi en faveur des Batwa forestiers un espace de survie et demande l'ouverture saisonnière des parcs aux populations pour la plantation des arbres et la coupe du bois sec seulement. En outre, elle précise que les agents de développement doivent respecter le mode de vie des Batwa, leur tradition et leur rythme de développement, sans toutefois essayer de les convertir par force en agriculteurs sédentaires. Aussi, remet-elle en cause le décret-loi ci-haut signalé qui ne tient pas en compte du rôle social de la forêt en milieu rural, et qui minimise certaines activités des populations vivant de la forêt.

    Cependant, il convient de mentionner que tous ces souhaits sont malheureusement restés lettre morte puisque la situation socio-économique des Batwa forestiers continue de se dégrader comme en témoigne la pérennisation de la malnutrition chez les enfants Batwa et l'augmentation de leur taux de mortalité dans les zones environnant la Forêt naturelle de Gishwati et le Parc National des Volcans (Mbuzehose J.B., op. cit.). Ce qui montre que les professionnels de la politique de conservation, sans oublier les décideurs politiques qui les facilitent la tâche, peuvent se tromper pour une longue durée en se cramponnant sur leur politique d'exclusion au lieu d'adopter les démarches entreprises par les pays de l'Afrique australe.

    Enfin, la dernière logique est celle d'orienter la politique de conservation vers le « le productivisme agricole. » Comme l'explique toujours J.B. Mbuzehose, cette logique était inscrite dans le cadre de la mise en application des résultats de la recherche agrosociologique du PNAP (Programme National pour l'Amélioration de la Pomme de terre) dans les zones de marge du Nord-Ouest du pays. Au départ, l'objectif de ce programme était de rentabiliser la forêt de Gishwati au profit des paysans mais malheureusement il fut dévié vers le profit de gros producteurs de la région notamment les hauts responsables du pays. Cette expropriation forcée (sous la houlette de l'Etat) eut comme conséquence l'expulsion des Batwa qui vivaient dans cette forêt, sans oublier les paysans riverains qui y faisaient paître leur bétail pendant la saison sèche.

    Ceci explique d'ailleurs les difficultés d'obtention (pour les paysans d'en bas) des parcelles destinées à l'agriculture ou à l'élevage dans les zones de marge soumises au défrichement sous l'autorité de l'Etat. Il faut noter que cette tendance existe même aujourd'hui dans la mesure où on remarque que certaines personnalités (ou leurs proches) disposent de grandes propriétés foncières, souvent clôturées, au milieu des petits lopins de terres des paysans d'en bas. Cela concerne les régions récemment défrichées comme l'Umutara ou encore la Réserve de Gishwati. Ce constat pourrait d'ailleurs servir d'exemple à toutes les personnes qui, depuis un bout de temps, préconisent la suppression des aires protégées comme l'une des meilleures solutions au problème de surpeuplement dans le pays.

    Au final, on peut se poser la question de savoir pourquoi la mise en oeuvre de cette logique productiviste ne permettait pas (ou ne permet pas) aux populations déplacées de leurs terres (les Batwa forestiers en particulier) d'obtenir des parcelles dans les zones protégées soumises au défrichement sous l'ordre de l'Etat. La réponse à cette question nécessite une

    étude approfondie de l'évolution des milieux ruraux qui environnent les aires protégées du pays (depuis l'époque coloniale jusqu'à nos jours), ce qui nous pousse à envisager cette étude pour nos recherches ultérieures.

    En ce qui concerne la situation des populations expulsées de leurs terres au Burundi, il faut signaler que le gouvernement burundais semble ignorer le problème de quelques 3000 familles déplacées lors de la création en 1983 du Parc national de Ruvubu ou celui des populations chassées de leurs terres lors de la récente création des Réserves naturelles de Rumonge et Vyanda. Comme nous l'avons dit en haut, le problème qui préoccupe les autorités burundaises pour le moment est la recherche des devises à travers le développement du tourisme lié à la faune sauvage, peu importe donc les dégâts matériels ou humains que cela peut entraîner. En faisant une enquête d'estimation du coût qu'a représenté la création du Parc national de Ruvubu par exemple, J. Rwubatsebabiri (1994, repris par H. Cochet, op. cit.) a fait constater que les coûts étaient énormes.

    En effet, réalisée sur une période de 20 ans (1983-2002), le calcul faisait apparaître un coût de quelque 80 milliards de francs burundais constants de 1993, soit l'équivalent d'environ 400 millions de dollars américains. Il faut noter que cette estimation tenait compte « des investissements réalisés, des coûts de fonctionnements, et surtout du coût de renoncement des terrains, à savoir la production agricole et pastorale à laquelle le pays renonça du fait de l'affectation de cet espace au parc. » (Cochet H., idem) Or, l'auteur fait savoir que les 50 000 hectares qui furent réservés au Parc national de Ruvubu auraient pu dans le meilleur des cas réinstaller plus de 10.000 familles de nouveaux migrants en provenance des régions plus densément peuplées du pays comme les collines du Buyenzi (coté Centre-Nord) ou les Versants du Mumirwa qui surplombent la capitale de Bujumbura.

    Comme les autorités en place n'envisagent pas une solution durable ni en faveur des populations des régions surpeuplées ni pour les populations chassées de leurs terres, préférant au contraire les intérêts liés au développement de l'écotourisme, H. Cochet se contente de proposer une solution radicale selon laquelle l'Etat burundais doit mettre un terme aux différentes expropriations et mises en défens des terres paysannes, puis de « restituer à l'agriculture et à l'élevage les milliers d'hectares qui lui ont été retirés dans le cadre de la politique de ?protection de l'environnement?, en particulier ceux du Parc national de Ruvubu, ceux des Réserves de Vyanda et de Rumonge, ainsi que les espaces stérilisés par des ?boisements de protection? inefficaces. » Ce qui n'est pas facile bien sûr à réaliser compte tenu des enjeux actuels du capital foncier dans ce pays, d'où d'autres solutions plus modérées et raisonnables seraient les meilleures.

    En ce qui nous concerne, nous trouvons que les problèmes fonciers (dans le cadre de la politique de conservation) au Burundi (comme au Rwanda d'ailleurs) méritent une attention particulière dans ce sens que seule la politique coercitive actuelle risque de compromettre l'avenir de ces espaces. Ainsi, nous proposons que la nouvelle approche de conservation participative, appuyée par les ONG de protection de la nature sous la volonté et la bénédiction des gouvernements en place, soit considérée comme la meilleure solution aux deux problèmes qui pèsent lourdement sur la politique de conservation dans les deux pays, à savoir la pression démographique et la précarité des modes de vie des populations déplacées de leurs terres lors de la création des espaces protégés.

    ces espaces. Il est temps donc de tirer la sonnette d'alarme envers les autorités rwandaises et burundaises, plus spécialement aux professionnels de la conservation dans ces deux pays, de bien vouloir entreprendre la politique de conservation participative en s'inspirant de ce qui a été fait dans les autres pays notamment ceux de l'Afrique australe. Nous savons qu'il n'est pas du tout facile de les convaincre puisqu'ils agissent sous la pression des lobbies internationaux mais nous espérons que la logique finira par l'emporter.

    En définitive, il faut dire que l'Afrique orientale francophone reste toujours en retrait par rapport aux progrès réalisés par les pays de l'Afrique orientale, et surtout ceux de l'Afrique australe, en matière d'intégration des populations locales à la gestion des aires protégées. A l'heure actuelle, la mise en pratique de cette politique risque de se heurter à la rigidité législative en place dans les deux pays puisque les parcs et réserves sont classés parmi les capteurs de devises octroyées par les donateurs du Nord pour la promotion du tourisme et la protection des animaux: une manne venue du ciel pour ces pays dans la mesure où leur principale priorité est aujourd'hui de combler le trou budgétaire occasionné par la diminution (liée au contexte régional assez difficile) des entrées en devises étrangères.

    De quoi qu'il en soit, cette logique n'arrange pas grand chose pour les deux gouvernements. Au contraire, la situation des aires protégées risque de se détériorer parce que les populations déplacées lors (de leur création) se sentiront toujours menacées par la loi de leur mise en place, d'où la multiplication des actes de vengeance à l'égard de ces espaces. Il est grand temps donc que les deux pays puissent revoir leur politique en matière de conservation, en s'inspirant des expériences d'ailleurs, afin d'intégrer ces populations. C'est de là que se développera sans doute une politique de conservation qui s'attache, non seulement, aux intérêts de l'Etat et/ou de quelques notables d'en haut, mais qui s'attachera aussi à ceux du monde d'en bas, à savoir les populations vivant aux alentours des aires protégées.

    Conclusion de la troisième partie

    A la fin de cette dernière partie, nous pouvons dire que depuis la fin de l'époque où les principes de « l'écologie classique » dominaient encore la politique de conservation dans le monde (avant les années 1970), le champ conservationniste a connu beaucoup de changements en faveur du bien-être de l'humanité. L'un des changements qui a marqué les années 1970-80 est en rapport avec la mise en oeuvre des projets d'écodéveloppement connus sous le nom de Projets Intégrés de Conservation et de Développement (PICD) de première et de deuxième génération. Le but primordial de ces projets, grâce à l'approche participative, était de faire associer les populations locales à la gestion des aires protégées. Plusieurs expériences réalisées par les ONG de protection de la nature ont toutes vouées à l'échec parce que ces organisations considéraient les populations locales comme les acteurs passifs. Au contraire, les programmes CAMPFIRE (Zimbabwe) et ADMADE (Zambie) ont connu des succès suite aux structures mises en place en faveur des populations locales. C'est pour cette raison que les grandes organisations de protection de la nature dans le monde ont proposée de nouvelles stratégies pour les aires protégées du le 21ème siècle.

    Ainsi, en dehors des objectifs habituels impliquant les populations locales à la gestion des aires protégées, ces organisations vont soutenir financièrement l'initiative prônant la promotion de l'éthique de la paix à travers la création des zones protégées transfrontalières. Un objectif très intéressant compte tenu du nombre de conflits qu'on trouve dans les pays de l'Afrique orientale et partout ailleurs en Afrique, mais difficile à réaliser suite au manque de prise de conscience des autorités de certains pays comme c'est le cas au Rwanda et au Burundi où les efforts de faire participer les populations locales à la gestion des aires protégées sont très timides contrairement à ce qui se passe dans les Etats de l'Afrique orientale ex-anglaise.

    Conclusion générale

    A la fin de ce travail, il convient d'évaluer le résultat de notre démarche en fonction des hypothèses émises au départ. Au-delà de quelques considérations générales (acquis historiques et théoriques) qui, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, justifient les relations « homme/nature » en général, ce travail avait comme ultime tâche de mettre en exergue l'impact de la politique coloniale et post-coloniale de conservation sur la gestion du territoire et de ses ressources par les sociétés en Afrique de l'Est. Sur ce, un accent particulier a été mis sur la gestion des ressources naturelles connues sous l'appellation actuelle d' « aires protégées terrestres » c'est-à-dire les parcs nationaux et les réserves analogues.

    Tout au long de ce travail, nous avons donc vu que les pays de l'Afrique orientale, à l'instar de tous les pays du Sud, avaient hérité des colonisateurs européens, un mode dit « moderne » de gestion des ressources naturelles en remplacement au mode de gestion dit « traditionnel » des populations indigènes. Sur le terrain, cette innovation en matière de gestion des ressources naturelles s'est traduit par la création d'un réseau extraordinaire des parcs nationaux et réserves analogues à vocation essentiellement de conservation de la faune et de la flore. Outre la préservation des espèces animales et végétales qui, selon les autorités coloniales, étaient menacées par les activités indigènes, ces espaces ont été créés dans le but de répondre à des besoins récréatifs (chasse sportive), esthétiques (photographie animalière, décoration des maisons coloniales) et scientifiques (recherche pharmacologique). Bref, il fallait assurer leur protection en vue d'utilisation durable des ressources qu'ils regorgeaient. Mais au fond, l'objectif était simple: « créer le jardin d'Eden » qu'ils ont perdu chez eux suite au développement de l'industrialisation.

    Comme le système de protection qui a été mis en place était semblable à celui des Américains tel que formalisé lors de la création de Yellowstone en 1872, puis répandu, dès le début du 1 9ème siècle, dans le monde entier à travers la colonisation européenne, cette création a entraîné progressivement l'expulsion des populations autochtones qui habitaient « les zones les plus étrangères aux conceptions occidentales de gestion de l'espace » 1 comme les pasteurs nomades ou les chasseurs de forêts (Rodary E., op. cit.). Etaient donc concernés les pasteurs Maasai du Kenya et de la Tanzanie, les chasseurs-cueilleurs Iks du Nord-Est de l'Ouganda, les Batwa forestiers du Rwanda et du Burundi, sans oublier bien sûr les autres acteurs locaux qui exploitaient les différentes zones mises en défens. Les systèmes législatifs et juridiques sont alors mis en place pour la protection des zones protégées.

    Dès l'avènement des indépendances, les autorités des Etats indépendants ont pris les choses en mains en gardant le système de protection laissé par leurs anciens maîtres, car la pratique était jugée économiquement rentable et politiquement efficace suite, d'une part au développement de l'industrie touristique depuis les années 1960, et d'autre part au contrôle de toutes les populations du pays. C'est ainsi que tous les pays (chacun selon les potentialités touristiques dont il dispose) ont compris que l'aménagement des zones touristiques pouvait être l'un des piliers de l'économie nationale. L'accent a été mis sur la création des réserves de chasse (Game reserves) et le développement de la photographie animalière. Pour y arriver, les espaces protégés existants ont fait d'abord l'objet d'une protection assez sévère grâce au renforcement de la législation en la matière, puis les gouvernements en place ont procédé à la

    création d'autres sanctuaires d'animaux dans leurs pays respectifs. Ceci a eu comme conséquence la nouvelle expulsion (souvent musclée) des populations locales. Les aires protégées avaient ainsi une dimension de plus en plus économique (au profit du seul acteurEtat) qui laissait peu de place aux considérations strictement écologiques des conservationnistes classiques.

    Sur le côté humain, les apports sociaux étaient médiocres compte tenu de la situation dans laquelle vivaient les populations chassées de leurs terres ou celle des populations qui vivaient aux alentours des espaces protégés où le problème de manque de terres cultivables devenait de plus en plus cruel. Cette dépossession territoriale a entraîné une certaine désarticulation des systèmes socio-économiques des communautés autochtones ci-haut mentionnées en les exposant aux problèmes de vulnérabilité. En signe de mécontentement, ces populations se livraient de temps en temps aux actes de vengeance (braconnage, défrichement des forêts, les feux de brousse, etc.) aux conséquences écologiques énormes. Il faut noter ici que la période des années 1970-1980 a été caractérisée par une diminution épouvantable de certaines espèces animales (éléphants et rhinocéros en particulier) dans plusieurs parcs est-africains suite à une implication soutenue des populations locales aux actes de braconnage.

    Par ailleurs, depuis les années 1990, sous l'influence des résultats satisfaisants des programmes CAMPFIRE (Zimbabwe) et ADMADE (Zambie) en matière de gestion participative de la faune sauvage, les pays de l'Afrique orientale, le Kenya à la tête, ont désormais compris qu'une bonne gestion des ressources naturelles ne pouvait se passer de la participation des communautés vivant aux alentours des espaces protégés. Soutenue financièrement en général par les pays riches anglo-saxons, cette nouvelle approche semble aujourd'hui donner un nouveau souffle à la politique de conservation dans ces pays en désamorçant des critiques parfois assez sévères à son encontre.

    Cependant, les professionnels de la conservation dans ces pays affirment que les résultats de la politique en question laissent à désirer compte tenu de la misère dans laquelle vivent les populations riveraines des espaces protégés1. De surcroît, un grand écart existe entre les pays de l'Afrique orientale ex-anglaise où les efforts d'intégration des communautés rurales sont en cours depuis plus d'une dizaine d'années ( avec une légère supériorité de la politique kenyane sur les politiques tanzaniennes et ougandaises)2 et ceux de l'Afrique orientale ex-belge où la politique répressive excluant les populations locales à l'accès à certaines ressources est toujours à l'honneur comme en témoigne la récente transformation de la Réserve naturelle de Nyungwe (Rwanda) en parc national.

    Quel que soit le résultat au point de vue socio-économique, il faut reconnaître que l'avènement de la politique de conservation intégrée en Afrique orientale ex-anglaise marque le bouleversement d'une organisation spatiale héritée de plusieurs années d'une politique répressive des autorités coloniales et post-coloniales, où la gestion des aires protégées était essentiellement une affaire entre l'acteur-Etat et les ONG de conservation de la nature alors que les populations locales ( les Maasai du Kenya et de la Tanzanie ou les Iks de l'Ouganda en particulier) se mordaient les doigts aux alentours des espaces protégés. A l'heure actuelle, un compromis semble être trouvé suite à cette prise en compte des intérêts des acteurs locaux

    1 L'échec de cette politique est lié au fait que les ONG de protection de la nature pensent d'abord en termes de conservation avant de songer aux problèmes socio-économiques des paysans

    2 La politique tanzanienne subit encore les séquelles de la politique « ujamaa » des années 1970-1980 tandis que la politique ougandaise, quant à elle, subit les séquelles des guerres interminables de la période 1972-1986.

    au travers des différents projets intégrés de conservation et de développement mais beaucoup restent à faire pour qu'il ait une meilleure intégration de ces populations à l'instar de ce qui se passe en Zambie et au Zimbabwe. Parmi les réformes à faire, il faudra songer à la responsabilisation de ces communautés afin qu'elles aient une prise de conscience de la politique de conservation en cours. Pour y arriver, la politique administrative de décentralisation est la seule solution.

    Pour ce qui est de l'Afrique orientale ex-belge, il faut dire que les efforts de participation locale à la gestion des aires protégées semblent inexistants au Rwanda tout comme au Burundi malgré la bonne volonté des nouveaux décideurs politiques au Rwanda depuis leur arrivée au pouvoir en 1994. A part l'amputation des 2/3 du Parc national de l'Akagera (y compris l'ancien domaine de chasse du Mutara)1 en 1995 dans le but de réinstaller les anciens réfugiés de 1959 venus d'Ouganda, on constate que la recherche des solutions alternatives aux problèmes des populations riveraines des aires protégées (les Batwa forestiers en particulier) se heurte à la rigidité législative nationale en faveur à la fois des intérêts économiques et écologiques de l'Etat et des ONG de protection de la nature puisque les aires protégées sont classées parmi les capteurs de devises octroyées par les pays occidentaux pour la promotion de la biodiversité (Mbuzehose J.B., op. cit.).

    Dans ce contexte, Il faut rappeler que ce sont les intérêts des populations locales qui en souffrent puisque les autorités du pays prennent ces populations comme des braconniers qui peuvent d'un moment à l'autre freiner l'arrivée massive des touristes étrangers. C'est ainsi qu'elles procèdent à de nouvelles expulsions en vue d'éviter qu'il y ait des risques de faillite de l'industrie touristique du pays alors qu'elle constitue le troisième secteur pourvoyeur de devises étrangères (après le café et le thé) malgré son fléchissement actuel lié aux événements de 1994. Cependant, il est temps que les nouveaux décideurs du pays mettent les pendules à l'heure en adoptant de nouvelles approches qui prônent la prise en compte des intérêts des populations locales. Ce serait une décision « très amère » pour eux, mais « très sage » pour l'avenir de la politique de conservation dans le pays car elle permettrait à la fois de diminuer relativement la pauvreté des populations vivant aux alentours des aires protégées mais aussi de diminuer les dangers qui pèsent actuellement sur ces espaces comme le problème de pression démographique et les actes de vengeance à l'égard de la politique de conservation.

    En ce qui concerne le Burundi, il faut dire que la politique en vigueur dans le pays n'est pas du tout favorable au bien-être des populations chassées de leurs terres lors de la récente création du Parc national de Ruvubu et les Réserves de Rumonge et de Vyanda. Comme leurs homologues rwandaises, les autorités burundaises sont aussi préoccupées en premier lieu par les intérêts liés au développement du tourisme dans le pays, sans se soucier aux problèmes auxquels sont confrontées ces populations. Or, il semble que l'ère de la politique coercitive en matière de conservation est entrain de prendre fin compte tenu de nouveaux changements qui s'affichent actuellement en Afrique australe et moins encore en Afrique orientale ex-anglaise en faveur d'une approche participative. Ce qui nous pousse à inviter les autorités de ce pays à faire la même chose afin qu'il y ait une gestion durable de peu de ressources dont le pays dispose. Une tâche qui sera difficile à réaliser parce que le pays est aujourd'hui confronté aux problèmes de conflits qui pourraient entraver toutes initiatives

    1 Une décision qui n'a pas plu du tout les ONG de protection de la nature et certains pays occidentaux

    de développement surtout que les aires protégées constituent les lieux de refuge des assaillants qui attaquent sporadiquement les zones habitées2 notamment la ville de Bujumbura.

    A la fin de cette conclusion, l'on peut se pose la question de savoir si la politique de conservation participative est réellement plus efficace que la politique coercitive longtemps menée par les pouvoirs publics en Afrique de l'Est. La réponse est certainement oui, mais dans la mesure où cette participation locale permet aux acteurs locaux d'être considérés à la fois comme les gestionnaires et les bénéficiaires des ressources disponibles. Cependant, il faut reconnaître que seule la gestion participative ne suffit pas pour résoudre les problèmes liés à la politique de conservation en Afrique orientale notamment la pauvreté des populations vivant aux alentours des aires protégées. Elle nécessite, pour atteindre ses objectifs, un soutien important en provenance des autres secteurs de l'économie nationale. « Tant que persistera en effet la pauvreté, la gestion participative ne pourra que difficilement atteindre ses objectifs qui sont à la fois de préserver les ressources naturelles des aires protégées et de répondre aux besoins socio-économiques des populations riveraines. » (Zakane V., 1998)

    BIBLIOGRAPHIE

    I. Ouvrages

    1. Alain A. et Gladieux X. (2000). Environnement: ses enjeux économiques, politiques et culturels. Lille3, Collection Université de Lille 3, 284p.

    2. Anderson D. et Grove R. (dir.) (1987). Conservation in Africa: people, policies, and practice, Cambridge, Cambridge University Press, 320p.

    3. Ballif N. (1992). Les pygmées de la grande forêt. Paris, Harmattan, 432p.

    4. Banque Mondiale et all. (1997). Ressources mondiales 1999-1997. 0ttawa-Paris, pp. 288

    5. Baroin C., Constantin F. (1999). La Tanzanie contemporaine. Paris - Nairobi, Karthala - IFRA, 359p.

    6. Bart F. (1993). Montagnes d'Afrique; Terres paysannes. Le cas du Rwanda. CEGETCNRS, PUB, Espaces tropicaux n° 7, 588 p.

    7. Bart F. (Sous la dir.) (1998). Caféicultures d'Afrique orientale. Territoires, enjeux et politiques. Paris/Nairobi, Karthala/IFRA , 310p.

    8. Bart F. (dir.); Morin S. (dir.); Salomon J. N. (dir.) (2001). Les montagnes tropicales : identités, mutations, développement. Pessac, DYMSET/CRET, 669p.

    9. Battistini R. (1968). Géographie de l'Afrique orientale: Kenya, Ouganda, Tanzanie. Paris, CDU, 168p.

    10. Baud P. et all. (1997). Dictionnaire de géographie. Paris, Hatier, 509p.

    11. Beaux J. F. (1998). L'environnement. Paris, Nathan, 159p.

    12. Blanc-Pamard, C. et Cambrézy L.(1995). Terre, terroir, territoire: les tensions foncières. Paris, ORSTOM Editions, 472p.

    13. Bozonnet J.P. et Jakubec J. (2000). L'écologisme à l'aube du 21ème siècle: de la rupture à la banalisation ? Genève, GEORG Editeur, 254p.

    14. Braeckaman C. (1994). Rwanda, histoire d'un génocide. Bruxelles, Fayard, 1994.

    15. Brunet R. et all. (1994). Les Afriques au sud du Sahara. Paris, Belin - Reclus, (Afrique de l'Est: pp. 260-27 1)

    16. Burgat F. (1997). La protection de l'animal. Paris, PUF (QSJ), 127p.

    17. Buttoud. G. (2001). Gérer les forêts du Sud. L'essentiel sur la politique et l'économie forestières dans les pays en développement. Paris, Karthala, 321p.

    18. Cambrézy L. (1984). Le surpeuplement en question. Organisation spatiale et écologie des migrations au Rwanda. Paris, ORSTOM, 292 p.

    19. Castel V. (2001). La géo-économie et les organisations internationales. Les enjeux du XXIème siècle. Paris, Harmattan, 215p.

    20. Chambers R. (1990). Développement rural, la pauvreté cachée. Paris, Kathala, 1990, 322p.

    21. Claval P. (1995). Géographie culturelle. Paris, Nathan, 320p.

    22. Cochet, H. (2001). Crises et révolutions agricoles au Burundi. Paris, Karthala/INAPG, 468p.

    23. Deléage J.P. (1991). Une histoire de l'écologie. Paris, Editions La découverte, 330p.

    24. Di Méo G. (1998). Géographie sociale et territoires. Paris, Nathan, 320p.

    25. Dixon, J.A.; Sherman, P.B. (1990). Economics of protected areas: a new look at benefits and costs. Washington, Island Press, 234p.

    26. Dollfus O. (1994). Espace monde. Paris, Economica, 111p.

    27. Dollfus O. (1997). La mondialisation. Paris, Presses de Sciences Pô, 160p.

    28. Domanach H. Et Picouet M. (2000). Population et environnement. Paris, PUF(QSJ), 127p.

    29. Fossey D. (1983). Gorilles dans la brume, treize ans chez les Gorilles. Paris, France Loisirs, 256p.

    30. Gabas J. J. (2002). Nord-Sud: l'impossible coopération ? Paris, Presses de Sciences Pô, 115p.

    31. Grignon F.; Maupeu H. (sous la dir.)(2000). L'Afrique orientale (annuaire 2000). Paris, Harmattan, 428p.

    32. Grignon F.; Prunier G. (1998). Le Kenya contemporain. Paris/Nairobi, Karthala/IFRA, 394p.

    33. Hanssen A. (1989). Le désenchantement de la coopération, enquête au pays de mille coopérants. Paris, Harmattan, 324p.

    34. Harroy J.P. et all. (1956). Le Ruanda-Urundi: ses ressources, ses populations. Bruxelles, Les naturalistes belges, 153p.

    35. Heineman N.; Iliffe J. (1979). A modern History of Tanganyika. Cambridge Cambridge University Press, 275p.

    36. Huxley J. (1961). The conservation of wildlife and natural habitats in Central and East Africa, Paris, UNESCO,169 p.

    37. IUCN (1992). Protectes areas of the world. A review of national systems. Volume 3: Afrotropical, Gland-Cambridge, UICN, 411p.

    38. Kabala, D. M. (1994). Protection des écosystèmes et développement des sociétés: état d'urgence en Afrique. Paris, l'Harmattan, 271p.

    39. Kleitz G. (1996). Frontières des aires protégées en zone tropicale humide: quels projets de développement et de gestion des ressources naturelles ? Paris, GRET, 110p.

    40. Lacoste Y. (sous la dir.)(1993): Dictionnaire de géopolitique. Paris, Flammarion, (Afrique orientale: pp.82-83)

    41. Lanquar R. (1993). Le tourisme international. Paris, PUF(QSJ), 127p.

    42. Lanquar R. (1994). L'économie du tourisme. Paris, PUF (QSJ), 127p.

    43. Le roy E. et all. (1996). La sécurisation foncière en Afrique: pour une gestion viable des ressources naturelles. Paris, Karthala, 388p.

    44. Lery A. et all. (2001). Population et développement: les principaux enjeux cinq ans après la conférence du Caire. Paris, CEPED, 220p.

    45. Leveque C. (1997). La biodiversité. Paris, PUF (QSJ), 127p.

    46. Mackenzie J.M. (1988). The empire of nature. Hunting, conservation and British imperrialisme, Manchester, Manchester University Press, 369p.

    47. Marchan, C. (1991). Nord-Sud: pour un développement équitable. De l'aide au contrat. Paris, Syros, 245p.

    48. Nduwayezu J D. (1990). Les fondement physiques, humains et économiques du développement du Rwanda. UNR, éditions universitaires du Rwanda, Ruhengeri, 292p.

    49. Nzisabira J. (1995). Organisation de l'espace: le système dominant et son fonctionnement. Louvain La Neuve, Paris, Academia, Harmattan, 184p.

    50. Ouvrage Collectif (2000). L'Afrique de l'Est. In L 'Etat du monde. Annuaire économique, géopolitique mondial 2001, Paris, pp.176-187

    51. Parent S. (1990). Dictionnaire des sciences de l'environnement. Ottawa, Broquet, 740p.

    52. Pearce, D. W. ; Warford J. J. (1993). World without end: economics, environemnt and sustainable development. New York/ Oxford, 440p.

    53. Pech P. et all. (1998). Lexique de géographie physique. Paris, Armand colin / Masson, 95p.

    54. Pfeffer P. (1989). Vie et mort d'un géant : l'éléphant d'Afrique. Paris, Flammarion, 191p.

    55. Péron X. (1995). L'occidentalisation des Maasai du Kenya: privatisation foncière et destruction sociale chez les Maasai du Kenya. Paris, Harmattan, 324p.

    56. PNUE (1999). L'avenir de l'environnement mondial 2000. Turin, 398p.

    57. Prunier G.; Calas B. (1994). L'Ouganda contemporain. Paris/ Nairobi, Karthala/IFRA, 304p.

    58. Raison J. P. (1974). L'Afrique des hautes terres. Paris, Armand Colin, 231p.

    59. Raison J. P. et all. (1997). Essais sur les montagnes de Tanzanie. Karthala-IFRAGEOPOLITIQUES, Paris, Nairobi, Nanterre, 266p.

    60. Ramade F. (1981). Ecologie des ressources naturelles. Paris, Masson, 322p.

    61. Ramade F. (1997). Eléments d'écologie: écologie fondamentale. Paris: MacGraw-Hill, 403p.

    62. Ramade F. (1999). Le grand massacre. L'avenir des espèces vivantes. Paris, Hachette, 287p.

    63. République Rwandaise: MINETO & GTZ (1996). Proposition d'aménagement pour la région du Mutara et du Parc National de l 'Akagera. Kigali, MINETO & GTZ, 1996, 77p.

    64. République Rwandaise: MINAGRI (Security Research Project +Division des Statistiques agricoles)(2000). Enquête sur la sécurité alimentaire: Phase I: Production agricole et utilisation des terres saison 2000A, Kigali, 16p.

    65. République Rwandaise. MINAGRI (Division des statistiques agricoles)(1992). Enquête Nationale Agricole 1990: Production, superficie, Rendement, Elevage et leur évolution 1984-1990, Kigali, 95p.

    66. Rist, G. (1996). Le développement: Histoire d'une croyance occidentale. Paris, Presses de Sciences Pô, 426p.

    67. Rossi G. (sous la dir.)(1998). Sociétés rurales et environnement. Gestion des ressources et dynamiques locales au Sud. Karthala, REGARDS / CRET, 402p.

    68. Rossi G. (2000). Ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord au Sud. CNRS Editions, Paris, 248p.

    69. Rougerie G.; Beroutchachvili N. (1991). Géosystèmes et paysages: Bilan et méthodes. Armand Colin, Paris, 302p.

    70. Rumiya J.G. (1992). Le Rwanda sous le régime du mandat belge 1916-1931. Paris, Harmattan, 362p.

    71. Sabelli F. (1995). Ecologie contre nature: développement et d'ingérence. Paris/ Genève, 193p.

    72. Sachs, I. (1997). L 'écodéveloppement. Paris, Syros, 123p.

    73. SCETAGRI (1986). Etude du massif forestier de Kibira (Burundi). SCETAGRI, Paris, 43p.

    74. Simonnet D. (1994). L'écologisme. PUF(QSJ), Paris, 127p.

    75. Sirven P. et all. (1974). Géographie du Rwanda. Bruxelles-Kigali, Editions A. de Boeck/Editions rwandaises, 174p.

    76. Sirven P. Et all. (1981). Atlas du Rwanda. Kigali-Paris-Nantes, 33 planches

    77. Smouts M. C. (2001). Forêts tropicales, jungle internationale. Les revers d'un écopolitique mondiale. Paris, Presses des Sciences Pô, 349p.

    78. Spear T. (1997). Mountains famers.Villiers publications, London, 262p.

    79. Tamisier J.C. (1998)(Sous la dir.). Dictionnaire des peuples. Sociétés d'Afrique, d'Amérique, d'Asie et d'Océanie. Paris, Larousse/ Bordas, 371p.

    80. Tiffen M.; Moltimore M.; Gichuki F. (1994). More people, less erosion: environnemental recovery in Kenya. Chichester: John Wiley and Son, 311p.

    81. Trochet J. P. (1998). Géographie historique: hommes et territoires dans les sociétés traditionnelles. Paris, Nathan, 231p.

    82. Turnbull C. (1987). Les Iks: survivre par cruauté. Nord Ouganda. Plon, Terre humaine, 389p.

    83. Twarabamenye E, Karibana M. (1997). Biodiversité au Rwanda, Kigali, 81p.

    84. UICN (1993). Parks and progress. Cambridge, UICN, 240p.

    85. UICN(1994). Guidelines for protected areas management categories. Cambridge, UICN, 261p.

    86. UICN/PNUE/WWF (1980). Stratégie mondiale de la conservation. Gland, UICN, 66p.

    87. UNESCO (MAB 1990). Réserves de la biosphère: compilation 5, Oct. 1990. Paris : UNESCO, 184p.

    88. UNESCO (2001). Propeties inscribed on the World Heritage list. Paris, UNESCO, 16p.

    89. UNESCO (1981). Enquêtes pâtures tropicales/structures et fonctionnement de l'écosystème pâture semi-aride de la région de Serengeti (République Unie de Tanzanie): Paris, Unesco, 179p.

    90. Université du Burundi (1989). Géographie et aménagement en Afrique des Grands Lacs. Bordeaux, CRET, 183p.

    91. Véron J. (1994). Population et développement. Paris, PUF (QSJ), 127p.

    92. Veyret Y.; Pech P. (1993). L'homme et l'environnement. Paris, PUF, 423p.

    93. Wells, M. ; Brandon K. (1992). People and parks: linking protected area management with local communities. Washington D.C., World Bank/ WWF/USAID, 99p.

    94. Winter (coord.) et all. (2001). Inégalités et politiques publiques en Afrique. Pluralité des normes et jeux d'acteurs. Paris, Karthala-IRD, 452p.

    95. Woods A. (1997). Strategies for sustainability: Africa. UICN, London, UICN, 188p.

    96. Woods A.; Braga de Macedo J. (2000). Les ONG européennes actives dans le monde du développement: état des lieux. Paris, les éditions de l'OCDE, 95p.

    97. WRI/UICN/PNUE (1994). Stratégie mondiale de la biodiversité: propositions pour la sauvegarde, l'étude et l'utilisation durable et équitable des ressources biotiques de la planète (traduit de l'anglais par le comité français de l'UICN. Le titre original est « Global Biodiversity Strategy, 1992. » Paris, 259p.

    98. World Bank (2001). African Development Indicators 2001.Washington D.C., World Bank, pp. 355-35

    99. WWF/IUCN (1998). Protected area for a new millinium. WWF/IUCN, Gland, 332p.

    II. Thèses de doctorat, mémoires de DEA (ou de licence) et TER de maîtrise

    1. Ausset S. (1993). L'évolution d'un paysage de la Crète Zaïre-Nil rwandaise. Etude comparée des photos aériennes. TER de maîtrise, université de Bordeaux III, 139p.

    2. Amélot X. (1998). La dynamique des systèmes ruraux rwandais. Approche cartographique d'une crise. Thèse de doctorat, Bordeaux III, 347p. (2vol.)

    3. Bart F. (1988). La paysannerie rwandaise, étude géographique d'une haute terre densément peuplée. Bordeaux, Université de Bordeaux III.

    4. Bawa D. (1992). L'homme et la dynamique des écosystèmes forestiers du Togo, du Ghana et de la Cote d'Ivoire. DEA, Université de Bordeaux III, 1 10p.

    5. Bidou J. E. (1994). Croissance de la population et mutations agraires au Burundi. Thèse de doctorat, Bordeaux, Université de Bordeaux III, 2vol, 590p.

    6. Breuil C. (1999). Aires protégées et gestion de l'environnement : exemple de la forêt de la Sala en moyenne Guinée. TER de maîtrise, Université de Bordeaux III, 94p.

    7. Busson F. (1999). Les aires protégées en milieu tropical: frontières géographiques imposées et constructions sociales nécessaires. Mémoire de DEA, Bordeaux III, 98p.

    8. Cuisinier Raynal A. (1997). Entre parc et forêt classée: réponses paysannes à une contrainte à extrême. L'exemple des villages de Niendila, Bantankountou et Mansadala au Sénégal. Mémoire de DEA, Bordeaux, Université de Bordeaux III, 196p.

    9. Dufour C. (2001). Etude géographique d'un exemple de conservation en Afrique de l'Est: Le cas des aires protégées terrestres du Kenya. Mémoire de DEA, Bordeaux III, 93p.

    10. Habyarimana E. (2001). Le phénomène du déboisement sur le versant occidental de la chaîne de montagne Ndiza dans l'ancienne commune de Nyakabanda. Butare, Université Nationale du Rwanda, 128p.(mémoire de licence de géographie)

    11. Houmadi A. (1987). Evolution récente de l'économie tanzanienne. TER de Maîtrise, Bordeaux III, 95p.

    12. Jost C. (1987). Contraintes d'aménagement en région volcanique tropicale: la chaîne centrale des Birunga au Rwanda. Thèse de doctorat, Strasbourg, Université Louis Pasteur, 290p.

    13. Kajyibwami J. (1989). Aménagement planifié et développement rural au Rwanda: le cas de la région du Bugesera. Thèse de doctorat, Bordeaux, Université de Bordeaux III, 395p.

    14. Mbuzehose J.B. (1995). Ingérence écologique et Contraintes économiques: de la nationalisation des zones de marge à l'Ajustement Structurel Rwanda (1962-1994). Mémoire de recherche, Genève, I.U.E.D, 1995

    15. Mbuzehose J.B. (1999). Rationalisation forestière stratégique et précarité communautaire: le cas de l'odyssée des Batwa dans les marges forestières du Rwanda 1896- 1996. Mémoire de recherche, I.U.E.D.- Genève, 167p.

    16. . Ndahimana L. (2001). Effets de la surcharge bovine de l'élevage bovin sur l'écosystème d'Umutara: cas des communes Kagitumba, Kahi, Muvumba et Nyagatare. Université Nationale, Butare, 84p. (Mémoire de licence)

    17. Rogerri I. (1990). Les méthodes et les techniques de la télédétection appliquées aux Sciences de la terre : exemples thématiques en Afrique orientale (Tanzanie et Burundi). Thèse de doctorat, Nice, Université de Nice Sophia-Antipolis, 420p.

    18. Rubyagiza Kirotha S. (1999). Problèmes d'aménagement et de l'installation de la population dans la région d'Umutara. Mémoire de licence, Butare, UNR-Butare, 159p.

    19. Rwanyiziri G. (1999). La crise de la caféiculture dans le paysannat de l'Icyanya. Mémoire de licence, Butare, UNR-Butare, 108p.

    20. Sibomana C. (1992). L'érosion sur les contreforts Nord-Est de la crête Zaire-Nil au Rwanda. Thèse de doctorat, Bordeaux, Université de Bordeaux III, 328p.

    21. Sirven P. (1983). La sous-urbanisation et les villes du Rwanda et du Burundi. Thèse pour le Doctorat d'Etat, Université de Bordeaux III, Bordeaux, 788p.

    22. Sournia G. (1996). Les aires protégées d'Afrique francophone (Afrique centrale et occidentale). Hier, aujourd'hui, demain. Espaces à protéger ou espaces à partager ? Thèse de doctorat, Bordeaux, Université de Bordeaux III, 302p.

    23. Tombola J.P. (1997). Impact des rapatriés rwandais sur l'environnement forestier au Rwanda. (Cas du Nord-Ouest du pays). Mémoire de recherche, IUED-Genève, Genève, 31p.

    III. Articles et rapports

    2. Aubreville A. (1949). Ancienneté de la destruction de la couverture forestière primitive de l'Afrique tropicale. In Bulletin Agricole Belge, vol.40, n° 2

    3. Ballan E. (1998). De participation en conflit: la décision partagée à l'épreuve des faits dans la moyenne vallée du Zambèze. In Compte rendu de la table ronde de dynamiques sociales et environnement: pour un dialogue entre chercheurs, opérateurs bailleurs de fonds. Tome 2, Bordeaux, pp. 293-302

    4. Bart F. (1998). Paysans caféiculteurs et gestion de l'environnement montagnard au Kenya/l'exemple de la région de Machakos. In Espaces tropicaux, n15, Bordeaux, pp. 5 9-90

    5. Bationo B. (1998). La responsabilité des communautés à la base dans la gestion des ressources naturelles. In Compte rendu de la table ronde des dynamiques sociales et environnement: pour un dialogue entre chercheurs, opérateurs bailleurs de fonds. Tome 2, Bordeaux, pp. 287-294

    6. Beroutchachvili, N.; Mathieu, J.L. (1977). L'éthologie des géosystèmes. In Espace géographique, vol. 6, n° 2, pp. 73-84

    7. Busson F. (1998). L'utilisation de bases de données dans la gestion opérationnelle de projets. L'exemple du Projet de Conservation et Développement Intégré de BEMARAHA (Madagascar). In Compte rendu de la table ronde dynamiques sociales et environnement: pour un dialogue entre chercheurs, opérateurs bailleurs de fonds. Tome 2, Bordeaux, pp.309- 385

    8. Cambrézy L. (1986). Environnement et densités de population: recours à l'histoire. In Cahiers d'Etudes africaines, vol.26, n° 101-102, pp. 63-73

    9. Chartier D. Et Sellato, B. (1998). La prise en compte des pratiques et des usages autochtones: réalité efficiente ou construction occidentale. Interférences entre chercheurs et opérateurs/bailleurs de fonds. In Compte rendu de la table ronde des dynamiques sociales et environnement: pour un dialogue entre chercheurs, opérateurs bailleurs de fonds. Tome 2, Bordeaux, pp. 3 19-326

    10. Chrétien J.P. (1987). Démographie et écologie en Afrique orientale à la fin du XIXème siècle: une crise exceptionnelle. In Cahiers d'Etudes Africaines, pp.43-60

    11. Colchester M. (1996). Au-delà de la <<participation>>: peuples autochtones, conservation de la diversité biologique et aménagement des aires protégées. In Unasylva, vol.47, n° 186, FAO, Rome, pp. 33-38

    12. Colchester M. (1994). Salvaging Nature: indigenous peoples, protected areas and biodiversity conservation. In UNRISD discussion paper, n° 55, Genève, 76p.

    13. Constantin F. (1994). L'homme et la nature: une gestion à réinventer? In Politique africaine, n° 53, Paris, Karthala, pp. 3-10

    14. Constantin F. (1989). « La production sociale des espaces naturels protégés: Ossau- Tsavo, mêmes combats ? » . In Mélanges Aventur, Université de Pau et des Pays de l'Adour, pp. 153-182

    15. Delor Vandueren A., Degand J. (1992). Burundi: démographie, agriculture et environnement. In Cahiers du CIPED, n° 14, Paris, pp. 1-74

    16. Dollfus O. Et all. (1999). Trois ou quatre choses que la mondialisation dit à la géographie. In Espace monde, Tome 28, n°1

    17. Dabrowski P.(1994). Interdépendance du tourisme et de la protection de la nature. In Unasylva, vol.47, n° 186, FAO, Rome, pp. 42-44

    18. Duban F. (2001). L'écologisme américain: des mythes fondateurs de la nation aux aspirations planétaires. In Hérodote, n° 100, Paris, pp. 5 5-85

    19. Duprelle K. (2001). Recompositions régionales en Afrique orientale. In Afrique contemporaine, n° 198

    20. Fairhead J et Leach M. (1994). Représentations culturelles africaines et gestion de l'environnement. In Politique africaine, n° 53, Paris, Karthala, pp.1 1-28

    21. François A. (1997). Les enjeux de la réforme foncière en Ouganda. In IFRA-Les Cahiers, n° 3, Nairobi, pp. 4-23

    22. Gatera F. (1980). Accroissement démographique et déforestation au Rwanda. In Bulletin Agricole du Rwanda, n°14, pp. 28-33

    23. Goduin P. (2001). Nature sans frontières. In National Geographic, vol. 53, n°24, septembre 2001, pp. 26-55

    24. Gourou P. (1953). La densité de la population au Ruanda-Urundi. Institut Royal colonial belge

    25. Gourou P. (1962). L'Ouganda. In Revue belge de géographie. Bruxelles, pp. 7-39

    26. Gotanègre J F. (1996). Surpopulation et guerre: l'exemple du Rwanda. In Bulletin de la Société languedocienne de Géographie, Montpellier, 119e année, n° 1-2, pp. 33-35

    27. Hadley M. (1994). Associer la conservation, le développement et la recherche pour l'aménagement des zones protégées en Afrique. In Unasylva, vol. n° 176, Rome, FAO, pp. 28-33

    28. Hardin G. (1969). « The Tragedy of Commons ». In G. Hardin (1969): Population, Evolution and Birth Control, a collage of Controversial Ideas. San Francisco, Freeman § Company, pp. 367-380

    29. Hawkins T, Ozanne J., (1998). L'économie du Kenya. In Problèmes économiques, n° 2139, Paris, pp. 23-29

    30. Huetz de Lemps A. (1998). La difficile gestion des réserves et parcs nationaux du Kenya méridional. In Espaces tropicaux, n° 11, pp.343-350

    31. Huetz de Lemps A. (1993). Population, problèmes ethniques et développement: le cas du Rwanda et du Burundi. In Les Cahiers d'Outre-mer, 467ème année, n° 184, pp. 443-446

    32. Hughes G. R. (1998). La valeur économique et sociale des aires protégées au Kwazulu- Natal /République d'Afrique du Sud. In Compte rendu de la table ronde de dynamiques sociales et environnement: pour un dialogue entre chercheurs, opérateurs bailleurs de fonds. Tome 2, Bordeaux, pp. 384-385

    33. Imbs F. (1997). Retours et reconstruction au Rwanda. Et pourtant ils vivent. In Hérodote, n° 86/87, Paris, la Découverte, pp.150-181

    34. Imbs F., Bart F., Bart A. (1994). Le Rwanda, données socio-démographiques. In Hérodote, n° 72-73, pp. 246-269

    35. MacNeely, J.A. (1994). Des zones protégées pour le 21ème siècle: améliorer leur utilité pour la société. In Unaslyva, vol. 45, n° 176, Rome, FAO, pp.3-7

    36. Mathieu P. (1998). Population, pauvreté et dégradation de l'environnement en Afrique: fatale attraction ou liaisons hasardeuses? In Nature, Sciences, Sociétés, vol.6, n° 3, pp.27-34

    37. May J., Boucher M. (1996). Pression démographique et politique de population au Rwanda 1962- 1994. In Population et Sociétés, n° 319, Paris, 4p.

    38. Médard C.(1996). Les conflits « ethniques » au Kenya: une question de votes ou de de terres? In Afrique contemporaine, n° spécial, 4ème trimestre, pp. 62-74

    39. Moulis I.; Pasquis R.(1998). Les systèmes d'aires protégées amazoniens: de la conservation au développement durable. In Espaces tropicaux, n° 15, Tome 4, Bordeaux, pp.1-10

    40. Murombedzi J. C. (1994). Campfire ou alliance impie: conservation par le profit local. In Politique africaine n° 53 pp. 64-74

    41. Nzuzi L. (1999). Les guerres au Congo-Kinshasa et la destruction du Parc National des Virunga. In Acta geographica, n° 120, Paris, pp. 50-62

    42. Nyanga-nzo (1999). Menaces sur les forêts sacrées autour de Kinshasa. In APFT- news, n° 7, Bruxelles, pp. 16-18

    43. Papy, L. (1982). Le Rwanda et le Burundi d'après deux récents atlas. In Cahiers d'outremer, vol. 140, pp. 379-387

    44. Péron X. (1994). Flamands roses, éléphants blancs et idées noires: conservation en pays Maasai. In Politique africaine, n° 53 pp.37-51

    45. Phuong, N.N. et Dembrer, S., A. (1994). Améliorer le mode de vie des populations des zones protégées du Viêt-Nam. In Unasylva, n° 176, Rome, FAO, pp. 15-2 1

    46. Poon A. (1999). Qu'est-ce que le développement durable ? In Le Courrier Caraïbes- Pacifique -Union Européenne, n° 175, pp. 66-67

    47. Pourtier R. (1996). La guerre au Kivu: un conflit multidimensionnel. In Afrique contemporaine, n° spécial, 4ème trimestre, pp. 15-38

    48. Reed D. (2001). Les pauvres en milieu rural et leurs ressources naturelles. In Le Courrier: le magazine de la coopération au développement ACP-UE, n° 189, pp.30-31

    49. Rodary E. (1994). Territorialisation de la conservation des ressources naturelles: opportunité ou restriction au développement ? Conservation et participation locale en Zambie et au Zimbabwe. In Compte rendu de la table ronde des dynamiques sociales et environnement: pour un dialogue entre chercheurs, opérateurs bailleurs de fonds. Tome 2, Bordeaux, pp. 425-433

    50. Rodgers W.A.; Nabanyumya R.; Mupada E. Et Persha L (2002). La conservation communautaire de la biodiversité des forets denses en Afrique de l'Est est-elle viable? In Unasylva 209, vol. 53, pp. 41-47

    51. Rossi G. (1991). Croissance de la population, mise en valeur et équilibre des versants: quel avenir pour le Rwanda ? In Les cahiers d'outre-mer, n° 173, Bordeaux, pp.29-48

    52. Rossi G. (1998a). Nous et les autres: points de vue sur la dialectique environnement/développement. In Sociétés rurales et environnement. Gestion des ressources et dynamiques locales au Sud. Karthala, REGARDS / CRET, pp. 11-20

    53. Rossi G. (1998b). Etats, minorités montagnardes et déforestation en Asie du Sud- Est. In Cahiers d'outre-mer, n° 204, 51ème année, pp.33 5-406

    54. Rossi G. et all. (1998c). Dynamiques sociales et évolution de l'environnement: quelques exemples d'interactions. In Espaces tropicaux, n° 15, Bordeaux, pp. 55-61

    55. Rossi G. et Rossi M. (1998d): La montagne d'Ambre (extrême Nord de Madagascar): espace à protéger ? In Compte rendu de la table ronde des dynamiques sociales et environnement: pour un dialogue entre chercheurs, opérateurs bailleurs de fonds. Tome 2, Bordeaux, ppÀ35-442

    56. Roy M. (1997). L'histoire des Pygmées selon eux. In Le courrier, 181, Genève, du 8 au 9 Août 1997

    57. Runyinya Barabwiriza (1980). Impact de l'homme sur les formations forestières marginales au Rwanda. In Bulletin Agricole du Rwanda, Janvier, pp. 14-23

    58. Seuret F. (2002). Environnement et développement, le défi du XXIème siècle : 2ème Sommet de la Terre, Johannesburg. In Alternatives Economiques, n° 205, Juillet-Aout 2002, pp. 35-45

    59. Sikar T O. (1997). Conflits sur l'exploitation des ressources naturelles dans le District Maasai de Simanjiro en Tanzanie. In Bulletin du FTPP, n° 11, pp.34-37

    60. Takforyan A. (1994). Conservation et développement local au Niokolo Koba. In Politique africaine n° 53, pp.52-63

    61. Tchamie T. T. K. (1994). Enseignements à tirer de l'hostilité des populations locales à l'égard des aires protégées au Togo. In Unasylva, vol. 45, n° 176, Rome, FAO, pp. 22-27

    62. Thibon C. (1992). Politiques de l'environnement dans la région des grands lacs. In Afrique contemporaine, n° 161, Paris, pp.230-238

    63. Thiltiges E. ; Tibutin D. (1997). Population et environnement. Une synthèse des faits, doctrines et politique dans les pays du Sud. In Cahiers du CIDEP, n° 15, Bruxelles, pp.3 1-59

    64. Uganda Geographical Association (1970). Evolution of tourists regions in East Africa. In The East African Geographical Review, April 1970, n° 8

    65. Wyly L. (1997). Bientôt des réserves forestières villageoises à Duru-Haitemba en Tanzanie. In Bulletin FTPP, n° 11, pp. 4-13

    70. Zakane V. (1998). La gestion participative des aires protégées au Burukina Faso. In Compte rendu de la table ronde des dynamiques sociales et environnement: pour un dialogue entre chercheurs, opérateurs bailleurs de fonds. Tome 2, Bordeaux, pp. 457-462

    71. Zecchini A. (2000). En pays Maasai, la lutte de l'écologiste et du berger. In Le Monde diplomatique, novembre 2000

    IV. Sources inédites

    1. Bart F. (2001/2002). Sociétés paysannes et développement dans les espaces tropicaux. L'exemple des paysanneries des hautes terres tropicales densément peuplées (notes de cours). Université de Bordeaux III, inédit.

    2. Pomel S. (2001). Des territoires Maasai en marge de la montagne. In Archives spatio- temporelles de l'environnement: mémoires des sols, horloges volcaniques. Cours de DEA- UFR de géographie et d'aménagement, pp.26-27

    V. Sites consultés

    www.ouganda.fr.st ( site du tourisme en Ouganda)

    www.dree.org/ouganda/default.html ( site de l'expansion économique en Ouganda) www.sauvages-espaces.com ( site des espaces abritant les animaux sauvages au Kenya et Tanzanie)

    www.grandslacs.net (Réseau documentaire international sur la région des grands lacs africains: Rwanda, Burundi, Kivu de la R.D.C.)

    www.panda.org (site de la Commission mondiale des aires protégées/Union mondiale pour la nature)

    www.menv.gouv.qc.ca [ site du gouvernement canadien (Québec) en rapport avec les aires protégées et leurs catégories]

    www.kenyaweb.com ( site du gouvernement kenyan)

    www.newafrica. Com (informations sur l'Afrique orientale et australe)