WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La faisabilité economico-financiere du projet d'elevage des poules pondeuses à  Mugina


par Faustin NIZEYIMANA
ULK - A0 2009
Dans la categorie: Economie et Finance
   
Télécharger le fichier original

Disponible en mode multipage

UNIVERSITE LIBRE DE KIGALI (ULK)

FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET GESTION

DEPARTEMENT DE GESTION

B.P. 2280 Kigali

ETUDE DE FAISABILITE TECHNIQUE ET FINANCIERE D'UN PROJET D'ELEVAGE DES VOLAILLES :

CAS D'ELEVAGE DES POULES PONDEUSES A MUGINA.

Mémoire présenté en vue de l'obtention du grade de licence en gestion.

Par Faustin NIZEYIMANA

Directeur : CCA RUYUMBU Peter

Kigali, mai 2009

DEDICACE

A ma très chère famille pour tant de sacrifices consentis pour nous;

A vous nos frères et soeurs avec qui nous avons partagé joies et peines familiales ;

Aux éducateurs qui ont modelé notre personnalité ;

A tous

REMERCIEMENTS

Nous sommes très heureux de pouvoir exprimer notre gratitude à toutes les personnes, morales ou physiques, qui nous ont permis de mener cette étude à terme.

Nous adressons notre profonde gratitude au Sénateur Prof. Dr RWIGAMBA BALINDA, Promoteur et Président de l'Université Libre de Kigali et tout le corps professoral de la dite Université pour tant d'effort déployés en faveur du développement intellectuel de notre pays.

Nous témoignons une très grande reconnaissance au CCA RUYUMBU Peter qui a bien voulu diriger ce travail. Sa disponibilité, son sens humain ainsi que sa critique rigoureuse ont chaque fois enrichi notre cheminement intellectuel et scientifique.

Nos remerciements vont ensuite à la communauté des Soeur de la charité de st Anne plus particulièrement à Soeur Agnès KAVUNGAL qui n'ont jamais cessé de nous appuyer durant nos études.

Nous restons très reconnaissantes envers les membres de familles et amis, les collègues et camarades de promotion pour leur amitié qu'ils ont toujours manifestée durant le séjour que nous avons passé ensemble.

Que chacun trouve dans l'aboutissement de ce mémoire le couronnement de son précieux apport.

NIZEYIMANA Faustin

SIGLE ET ABREVIATIONS

Prof : Professeur

Dr: Docteur

CCA: Chargé des cours associés

PIB: Produit Intérieur Brut

VAN: Valeur actuelle Net

TRI: Taux de rendement interne

DR: Délai de Récupération

IP: Indice de profitabilité

MINAGRI : Ministère de l'agriculture

Frw : Franc Rwandais

CA : Chiffre d'affaire

CFB : Cash Flow Brute

CFN: Cash Flow Net

STP: Solde de Trésorerie Prévisionnel

U.L.K: Université Libre de Kigali

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1 : Exemple de normes d'abreuvoir 39

Tableau 2 : Exemple de norme de mangeoire 39

Tableau 3 : Tableau de température jusqu'à 5 semaine de vie 41

Tableau 4 Le calendrier d'achat des poules. 48

Tableau 5 : Calendrier prévisionnel de ponte 49

Tableau 6: Calendrier de reforme 50

Tableau 7: Production prévisionnel 51

Tableau 8: Frais de premier établissement 53

Tableau 9: Cout d'acquisition du terrain 54

Tableau 10 : Acquisition des bâtiments 54

Tableau 11: Estimation du matériel et mobilier 55

Tableau 12: Coût d'acquisition des poules. 56

Tableau 13: Estimation de besoin en personnel 56

Tableau 14: La prévision des salaires. 57

Tableau 15: Frais de réparation 59

Tableau 16 : Le fond de roulement du projet 60

Tableau 17: Le cout total du projet 61

Tableau 18: Bilan d'ouverture 62

Tableau 19: Remboursement de l'emprunt 63

Tableau 20: Dotation aux amortissements 64

Tableau 21: Recapitulation des charges 65

Tableau 22 : Chiffre d'affaire des oeufs 67

Tableau 23: Chiffre d'affaire des poules reformes 68

Tableau 24: Chiffre d'affaire globale (en frw). 68

Tableau 25: Compte d'exploitation prévisionnel 69

Tableau 26: Cumul des flux financier attendus 71

Tableau 27 : Flux financier actualisées 72

Tableau 28: calcul du TRI 73

Tableau 29: Tableau de financement prévisionnel 75

LISTE DES FIGURES ET GRAPHIQUES

Figure 1: schéma d'une poussinière 40

Figure 2: Arbre à Problèmes 46

Figure 3 : Arbre à objectifs 46

Graphique 1. Evolution des charges. 66

LISTE DES ANNEXES

ANNEXE 1 : Ration alimentaire des poules

ANNEXE 2 : Calendrier des vaccinations proposé par le couvoir de RUBIRIZI

ANNEXE 3 : Principales infections Microbiennes (bactéries et Virus)

ANNEXE 4 : Principales affections parasitaires

ANNEXE 5 : Ubwoko bw'imiti n'amazina yayo.

ANNEXE 6 : Imiti y'inkoko iboneka muri AGROTECH

TABLE DES MATIERES

DEDICACE ii

REMERCIEMENTS iii

SIGLE ET ABREVIATIONS iv

LISTE DES TABLEAUX v

LISTE DES FIGURES ET GRAPHIQUES vii

LISTE DES ANNEXES viii

TABLE DES MATIERES ix

INTRODUCTION GENERALE 1

0.1. CHOIX ET INTERET DU SUJET 1

0.1.1. Intérêt académique  et scientifique 2

0.1.2. Intérêt social 3

0.1.3. Intérêt économique 3

0.1.4. Intérêt personnel 3

0.2. DELIMITATION DU SUJET 3

0.3. PROBLEMATIQUE 4

0.4. HYPOTHESE 5

0.5. OBJECTIFS DU TRAVAIL 5

0.6. TECHNIQUES ET METHODES DE TRAVAIL 6

0.6.1. Techniques 6

0.6.1.3. Technique d'observation participante 7

0.6.2. Méthodes 7

0.6.2.1. Méthode analytique 7

0.6.2.2. Méthode statistique 8

0.6.2.3. Méthode synthétique 8

0.7. SUBDIVISION DU TRAVAIL 8

CHAPITRE I. CADRE LOGIQUE ET CONCEPTUEL 9

I.1. PROJET. 9

I.1.2. Typologie de projet 11

I.2. NOTION DE L'INVESTISSEMENT 17

I.2.1. Définition 17

I.2.2.Catégorie d'investissement 19

I.2.3. Projet d'investissement 20

I.2.4. Les caractéristiques d'un projet d'investissement. 21

I.3. RENTABILITE D'UN PROJET D'INVESTISSEMENT 22

1.4.1 La notion du taux d'actualisation 23

I.4.2. La valeur actuelle nette 26

I.4.3 Le Taux de Rendement Interne (TRI) 27

I.4.4. Le délai de récupération 28

I.4.5. L'indice de profitabilité 29

I.5. RISQUE D'UN PROJET D'INVESTISSEMENT 29

I.5.1. Définition 29

1.5.2. Typologie de risque d'un projet d'investissement 30

CHAP. II. APERÇU HISTORIQUE DE L'ELEVAGE DES POULES 33

PONDEUSES. 33

II.1.PREAMBULE 33

II.2 LES PRINCIPALES RACES DES POULES 33

II.2.1. Races locales 33

II.2.2. Races améliorées 34

II.3. LES BESOIN POUR ELEVER LES POULES PONDEUSES 35

II.3.1.La mise en place du poulailler 35

II.3.1.1.Matériaux de construction 35

II.3.2. Peuplement des poulaillers 35

II.3.3. Main d'oeuvre salariée 36

II.3.4. Ration alimentaires des poules de race améliorée. (Voir annexe 1) 36

II.3.5.intrants vétérinaires 36

II.3.6.hygiène prophylactique 37

II.4. LES DIFFERENTS PHASES DE L'ELEVAGES DES POULES 38

II.4.1.Elevage en poussinière 38

II.4.2. Elevage en poulaille de croissance 41

II.5. PRINCIPALE MALADIES DES POULES ET LES MESURES A PRENDRE 42

II.5.1. LES PRINCIPALES MALADIES 42

II.5.1.3. Maladie carentielles 43

II.5.2. Les mesures a prendre 43

III.1. DESCRIPTION DU PROJET 45

III.1.1. Identification du projet et son objectif 45

III.1.2. Etude du marche 47

III.1.3. Les activités durant ce projet 47

III.2. ETUDE TECHNIQUE ET DES COUTS PREVISIONNEL 48

III.2.1. Etude technique 48

III.3. MODALITE DE FINANCEMENT DU PROJET 61

III.4. RENTABILITE ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PROJET. 62

III.5. CONTRIBUTION SOCIO-ECONOMIQUE DU PROJET 76

CONCLUSION ET SUGGESTIONS 77

INTRODUCTION GENERALE

0.1. CHOIX ET INTERET DU SUJET

Le Rwanda est un pays en voie de développement, d'où chacun doit penser comment sera le Rwanda de demain. Ce développement est nécessaire et se traduit par différents facteurs tels que la transformation du secteur agricole considérée comme un objectif essentiel à la réduction de la pauvreté, le développement des ressources humaines par une amélioration de l'enseignement et de la santé, les infrastructures économiques, le renforcement des capacités et le développement du secteur privé.

La vision 2020 que le Rwanda s'est doté est basé sur les piliers suivantes :1(*)

· La reconstruction de la nation et de son capital social ancrée dans la bonne gouvernance et soutenue par l'Etat capable.

· La transformation de l'agriculture en un secteur productif à haute valeur ajouté orientée vers le marché ayant des liens avec d'autres secteurs ;

· Le développement d'un secteur privé efficace guidé par la compétitivité et l'esprit d'entreprise

· Un approche holistique de développement des ressources humaines englobant l'éducation et la santé, visant le secteur public, le secteur prive et la société civile.

· Le développement de l'infrastructure y compris les réseaux améliorés de transport, la distribution de l'énergie et de l'eau.

Ces piliers seront toujours en permanence affectés par un certain nombre de thèmes transversaux, y compris l'égalité du genre, la gestion durable de l'environnement et des ressources naturels.

Pour y arriver il faut une transformation de l'économie, actuellement basée sur l'agriculture de subsistance, en une société basée sur la connaissance, avec des niveaux élève d'épargne et d'investissement privée, réduisant ainsi la forte dépense de l'aide extérieure.

Pour en faire, il faut créer des propres emploies en élaborant des projets générateur des revenu. L'élaboration d'un projet nécessite le suivi et évaluation pour pouvoir voir si toutes les étapes d'un projet sont respectées.

L'élevage des poules pondeuses est très important dans le programme de réduction de la pauvreté et par conséquent contribue au développement du pays et dans la réalisation des objectifs de la vision 2020 que le Rwanda s'est fixé.

Le projet d'élevage des poules pondeuses est aussi l'une des stratégies de réduction de la pauvreté.

Le projet sera une réponse aux problèmes que se pose des jeunes dans de but de créer leur propre emploies : On montrera le bien fondé de l'élevage des poules pondeuses vis-à-vis de la croissance économique et de la réduction de la pauvreté.

0.1.1. Intérêt académique  et scientifique 

Du point de vue académique, l'intérêt de cette recherche est que le sujet entre dans la ligne de notre formation et répond a l'exigence académique qui prévoit qu'à la fin du second cycle, l'étudiant(e) devra être capable de mener une recherche a fin de relier les théories acquises au réalités de l'environnement dans lequel nous vivons.

Notre travail va en outre servir aux investisseurs, aux bailleurs des fonds, aux institutions et à ceux qui s'intéresse à la faisabilité et à l'évolution des projets d'investissement avant son exploitation.

0.1.2. Intérêt social

Intérêt social réside aussi dans le fait que l'étude de faisabilité technique et financière d'un projet d'élevage des poules pondeuses à Mugina contribuera aux développement socio économique de la région ( de la population).La réalisation de ce projet orientera vers l'amélioration de mode de vie des Rwandais (spécialement de Mugina) .

0.1.3. Intérêt économique

La réalisation de ce projet contribuera dans l'augmentation di P.I.B en payant des impôts sur le revenu.

Le projet sera aussi un facteur permettant la circulation monétaire ce qui contribuera dans la lutte contre l'inflation.

0.1.4. Intérêt personnel

Notre sujet d'étude présente pour nous un intérêt particulier car ce projet fera de nous des créateur d'empois et ce ci nous permet de faire face aux problèmes issues de la pauvreté.

0.2. DELIMITATION DU SUJET

Notre travail est délimité dans le domaine, dans le temps et dans l'espace. Dans le temps, notre travail porte sur cinq ans (5ans) c'est-à-dire la période de

2010-2014,

Dans l'espace, notre recherche est effectuée dans la province du sud, district de Kamonyi secteur de MUGINA. Notre travail s'inscrit dans le domaine économique, l'analyse et gestion du projet d'investissement.

0.3. PROBLEMATIQUE

L'agriculture, qui représente plus de 90% de la force de travail, demeure cependant improductive et se situe largement à un niveau de subsistance.

La distribution des terres arabes s'élève maintenant à un hectare pour 9 Rwandais et continue à diminuer en raison de taux élevés de natalité.2(*)

La conséquence évidente est qu'un nombre substantiel de familles rurales qui subsistent grâce à l'agriculture possède moins d'un hectare. Ce qui est insuffisant pour gagner sa vie. Les pâturages disponibles s'élevés a 350000 hectares dont une majorité est de mauvaise qualité.

Le résultat net a été une baisse de la productivité de terres et une dégradation environnementale massive, contribuant à une sous-alimentation effrénée au sein de la population Rwandaise. Les Rwandais ne peuvent plus subsister grâce à la terre et des vois et moyens doivent être trouvés pour étendre l'économie vers les secteurs secondaires et tertiaires. L'élevage des poules pondeuses vient pour faire face à l'insuffisance du produit alimentaire causé par la réduction de la terre cultivable.

De ce qui précède, il y a lieu de se poser les questions suivantes :

§ Le projet d'investissement dans l'élevage des poules pondeuses à MUGINA est techniquement faisable et financièrement rentable ?

§ Ce projet contribuera au développement socio-économique de la population de MUGINA ?

0.4. HYPOTHESE

L'hypothèse est une réponse provisoire à la question de départ de la recherche.

C'est une proposition de réponse à la question posée. Elle suggère les procédures de recherches. La formulation de l'hypothèse est très importante car l'organisation d'une recherche autour d'elle constitue le meilleur moyen d'amener avec l'ordre et rigueur jusqu'aux résultats finals.

Nous avons opté des hypothèses suivantes :

· Le projet d'élevage des poules pondeuses à Mugina est techniquement faisable et financièrement rentable.

· Ce projet contribuera au développement socio-économique de la population de MUGINA.

0.5. OBJECTIFS DU TRAVAIL

En élaborant ce travail de recherche nous avons comme objectifs :

§ Analyser la faisabilité technique du projet d'élevage des poules pondeuses à MUGINA.

§ Analyse la rentabilité financière de ce projet

§ Montrer à la population de MUGINA l'importance de l'élevage des poules pondeuses.

§ Inciter les gens de MUGINA à créer leur propre emploies.

0.6. TECHNIQUES ET METHODES DE TRAVAIL

0.6.1. Techniques  

Par technique, nous entendons un simple outil de collecte des données et informations servant à tester les hypothèses de la recherche.

Selon RWIGAMBA. B (2001) une technique est définie comme « un ensemble des moyens et procèdes qui permettent au chercheur de ressembler des données et des informations sur son sujet de recherche. »

Dans notre travail, nous avons utilisé les techniques suivantes :

0.6.1.1. La technique documentaire 

Elle est nous orientera vers une fouille systématique de tout ce qui est écrit ayant une liaison avec le domaine de recherche. Cette technique nous a permis de puiser les données et les informations contenues dans les ouvrages, rapports, qui sont utiles pour enrichissement de notre travail.

0.6.1.2. La technique d'entretien

C'est une technique qui consiste à des entretiens au cours desquels le chercheur interroge des personnes qui lui fournissent des informations relatives à son sujet de recherche. Selon ALBERT BRIMO, cité par MULUMBATI (1980 : 28), « L'interview est une technique qui a pour but d'organiser un rapport de communication verbale entre deux personnes, l'enquêteur et l'enquêté afin de permettre à l'enquêteur de recueillir certaines informations concernant un objet précis »

Dans le cas de notre travail, elle nous a permis d'entretenir la population de MUGINA. Cela nous a permis d'avoir des idées claires pour vérifier toutes les hypothèses.

0.6.1.3. Technique d'observation participante

Cette technique consiste en un effort systémique pour enregistrer les faits que l'on voit et entend ; l'observateur participe au phénomène qu'il observe, il doit se faire accepter, se faire intégrer au groupe, en vue de gagner sa confiance pour avoir le maximum des données et d'informations. Nous avons également utilisé cette technique sans aucun intermédiaire en observant l'élevage des poules pondeuse sur terrain.

0.6.2. Méthodes  

Par méthode, nous entendons un ensemble ordonné des principes, des règles et des opérations intellectuelles permettant d'analyser, de comprendre et d'expliquer la réalité analysée ou encore de structurer la recherche.3(*)

Selon M.GRAWITZ, une méthode est définie comme « un ensemble des opérations intellectuelles pour les quelles une discipline cherche à atteindre les vérités qu'elle poursuit, les démontre et les vérifie ».

Durant notre travail, les méthodes suivantes sont utilisées :

0.6.2.1. Méthode analytique

Cette méthode permet d'analyser systématiquement toutes les informations ainsi que les données récoltées pendant la recherche. Au cours de notre étude, cette méthode nous a permis d'analyser toutes les informations et les données récoltées, en insistant sur chaque cas, en vue de pouvoir tirer les conclusions appropriées.

0.6.2.2. Méthode statistique 

Cette méthode nous a aidés à quantifier et à chiffrer les résultats de la recherche et pouvoir les présenter sous forme de tableaux.

0.6.2.3. Méthode synthétique 

Elle nous a permis de globaliser les éléments en un ensemble cohérent et tirer la conclusion du travail effectué.

0.7. SUBDIVISION DU TRAVAIL

Notre présent travail est subdivisé en trois chapitres avec une introduction générale et une conclusion. Le premier chapitre est consacré à la définition des concepts en rapport avec la gestion des projets.

Le second chapitre porte sur l'aperçu historique de l'élevage des poules pondeuses. Le chapitre troisième est axé sur la faisabilité technico-financière d'un projet d'élevage des poules pondeuses.

Après l'analyse de ces différents chapitres, notre travail se termine par une conclusion et un ensemble de recommandations relatives à notre travail.

CHAPITRE I. CADRE LOGIQUE ET CONCEPTUEL

I.1. PROJET.

I.1.1. La définition d'un projet.

Le concept «projet» possède beaucoup de sens. On l'utilise dans différents domaine tels que l'architecture, la législation, la gestion, l'économie etc.

Etymologiquement le mot projet provient du mot latin projectum de projicere, «jeter quelque chose vers l'avant» dont le préfixe pro- signifie« qui précède dans le temps». Et le radical jacere signifie «jeter». Ainsi, le mot projet voulait initialement dire « quelque chose qui vient avant que le reste ne soit fait».

Quand le mot a été initialement adopté, il se rapportait au plan de quelque chose, non à l'exécution proprement dite de ce plan. Quelque chose accompli selon un projet était appelé «objet». Cette utilisation du mot «projet» changea dans les années 1950, quand plusieurs techniques de gestion d'un projet ont été élaborées : avec cette avancée, le mot à légèrement dévié de ce sens pour couvrir à la fois les projets et les objets.

Pour Robert HOUDAYER (2006) un projet est « ensemble cohérent d'activités4(*) »

Selon lui sous l'angle financier, un projet d'investissement représente l'acquisition des immobilisations, permettant de réaliser ou de développer une activité ou un objectif donné.

Dans son aspect commun il correspond à une dépense immédiate dont on attend des avantages futurs. Wikipédia, l'encyclopédie libre définie le projet comme : «une aventure temporaire entreprise dans le but de créer quelque chose d'unique»5(*) .

Il est temporaire car il se termine à une date déterminée et unique car le résultat final est proprement entrepris. Dans le contexte professionnel, il s'agit de réalisation d'un produit ou un service.

Pour M. BRIDER et S.MICHAILOF, le projet est «un ensemble complet d'activité et d'opération qui consomment des ressources limités et dont on attend des revenues et d'autres avantages monétaires ou non monétaires»6(*).

Cette définition a le mérite d'insister sur le caractère global en relativement autonome que doit présenter tout projet.

Le projet est une opération ou un ensemble d'operation précises à réaliser au cours d'une période de temps donnée pour mettre à la disposition de son promoteur (entreprises ou organismes publics) de nouveaux moyens de production ( usine centrale) ou de nouveau équipements collectifs (écoles,hopitaaux,...).7(*) Cette définition met l'accès sur l'idée de la nouveauté ou de la création et la durée nécessaire à sa réalisation.

Elle intéresse principalement l'auteur (initiateur ou promoteur) du projet (et tous ce qu'il réunit autour de lui pour réaliser son projet). C'est aussi l'ensemble des actions à accomplir ou accomplis qui tendent vers une même finalité : le changement d'une situation existante. En mettant en exergue le changement, cette déinitions'inscrit nettement dans l'optique des bénéficiaire ou usagers du bien produit par le projet.

C'est aussi un processus unique qui consiste en un ensemble d'activités coordonnées et maitrisées, comportant des dates de début et de fin, entrepris dans le but d'atteindre un objectif conforme à des exigences spécifiques incluant des contraintes de délais, de couts et de ressources.8(*) Cette définition résumé un projet et elle insiste sur les trois principaux caractères d'un projet qui sont couts, délais et objectif. Ces trois caractères d'un projet sont interdépendants. Chaque changement d'un caractère déséquilibre le projet :

· Si l'on souhaite atteindre plus vite l'objectif, il faut engager des moyens supplémentaires, ce qui agit directement sur les couts.

· Si l'on veut diminuer les couts du projet, c'est la qualité d'ensemble de ce dernier (objectif) qui en pârtira. D'ou il faut toujours prendre en considération ces caractères d'un projet envue d'achever les objectifs assignés. Un projet peut être régulé par un plan de développement ou planifié, c'est ce qui cloisonne sa progression par des contraintes, en le limitant à des objectifs et des paramètres déterminant des objectifs et des paramètres determinés.la planification, l'exécution et le contrôle de projets de grande envergue demandent parfois la mise en place d'une organisation temporaire, qui consiste en une équipe de travail. Un projet nécessite le plus souvent des ressources humaine, matérielles, logicielles et financières.

I.1.2. Typologie de projet

Les projets peuvent être classés par finalité et par activité

I.1.2.1.Classification des projets par finalité

Dans ces types des projets il y a le lancement d'un produit nouveau, l'amélioration de la productivité, investissement de capacité, les projets collectifs et les projets de développement.

· Projet de création de produits nouveaux

Leur originalité tient d'abord au fait que nous cherchons à mesurer la rentabilité d'un produit qui n'existe pas encore. Par ailleurs, il est possible dans le cas d'un développement dans une entreprise déjà créée que l'activité nouvelle absorbe une part de charges déjà existantes. Ceci va entrainer quelque difficulté de mesure.

Pour aboutir à un produit, il sera nécessaire de définir les caractéristiques du bien ou d'un service, de son marché et de son processus d'élaboration. Le point le plus sensible est souvent représenté par le marché du produit.

Ceci pose des le problème de l'adaptation de la capacité de production et de son évolution par la monté en production.

Il sera nécessaire de faire plusieurs hypothèses et de tester les possibilités d'adaptation à une modification du marché. Il faudra majorer systématiquement les charges et avoir une attitude pessimiste dans les choix implicites.

· Projet d'amélioration de la productivité

L'entreprise cherche à mesurer l'opportunité du changement de l'équipement, et non la rentabilité de l'équipement. De ce fait, la rentabilité du produit peut rester bonne et le changement d'équipement s'avérer mauvais et vice versa. Le produit est connu, la demande déjà apprécier .toute la difficulté réside dans le calcul des couts et notamment l'intégration correcte de changement induits par le nouvel équipement : le cout de la formation, de la nouvelle organisation ainsi que la surcharge administrative.

Il faudra généralement tenir compte de la valeur de l'équipement ancien (cas de cession). Tout remplacement ne se fait pas à l'identique .Le problème est alors de savoir quand remplacer l'équipement.

· Le projet d'investissement de capacité

Ce type de projet combine des éléments de fulgure antérieures : le changement de dimension du marché. Et le changement de l'équipement. La finalité de ce type de projet est le changement de taille de la production à partir de la modification de la demande. Il s'agit donc de déterminer une nouvelle capacité optimale de l'investissement. Parmi leurs particularités nous retrouvons les points sensibles précédents : l'incertitude de la marche l'intégration du cout de changement technologique .Le problème déjà soulevé de répartition des charges entre ancien et nouveau devient très aiguë.

· Le projet collectif ou social

Le terme social a un double sens ; il peut signifier ce qui concerne le personnel d'une entreprise ou la nature collective du projet, dans le sens du national(ou du public). Dans le premier cas nous trouvons des investissements relatifs aux conditions général de vie dans une entreprise.ils sont nécessaire à toutes les catégories des projets. Et à ce titre, ils doivent être intégrés à l'investissement directement productif.

Néanmoins ils peuvent faire l'objet d'une étude spécifique ils sont destinés alors à obtenir une meilleur intégration du personnel (pont de vue interne) ou même simplement une meilleure image de marque point de vue externe).

Dans ce cas, l'étude de leur rentabilité ne peut être menée qu'avec des indicateurs propres, par exemple la diminution du «turn over» ou l'amélioration du rendement de travail. Le terme de rentabilité sociale a également fait son apparition. Dans le second cas, nous avons tous le projet d'aménagement ou de façon général tous les projets publics de substitution à l'initiative privée. L'étude de ces types des projets ne devrait être analysée qu'en collectivité internationale, nationale ou régionale par opposition à celui plus étroit d'un agent.

· Projet de développement

Ces projets peuvent concerner toutes les catégories précédentes, mais avec une composante particulière dans la finalité, qui est celle du développement. Souvent dans ces types de projets, il est prévu d'atteindre en quelques années un niveau de production maximal a partir d'in put classiques (avec malheureusement souvent un taux de réussite faible). Il serait au contraire intéressant de faire apparaitre le cout du développement a part, en plus des couts classique de production, comme c'est par exemple fait pour la formation. Ceci permettrait peut être de mieux effectuer le suivi et l'évaluation ex poste de ces projets.

I.1.2.2.Classification des projets selon l'activité.

L'activité donne lieu à des spécificités que nous n'allons pas développer mais qui méritent quelques remarques destinées à montrer que la technique de l'analyse et celle de l'évaluation ne peuvent être uniforme et par conséquent doivent s'adapter à la nature du produit pris en considération.

· Le cas du secteur agricole et industriel

Les particularités du secteur agricole tiennent souvent à la spécificité de la production qui obéit à des règles differentes.

· Le cas de la production d'un bien ou de la réalisation d'un service.

Les caractéristiques majeures des services sont l'intégrité (non matérialité), la simultanéité (absence de stock) et l'interactivité (présence souvent active du client).

Elles induisent les difficultés de définition et de standardisation du contenue des services offertes.

Elaboration et l'évaluation d'un services restent a des plus forts contraintes dues a l'existence d'un support et a la proximité du client.

· Le cas de la saisonnalité des ventes 

Il correspond a une variation significative des ventes eu/ou de production a l'intérieur de l'année que l'on rencontre dans les projet agricoles ou des projet industriels.

I.1.3. Phase de gestion d'un projet d'investissement9(*)

Généralement un projet d'investissement a quatres phases à savoir :

I.1.3.1.La phase d'identification du projet.

La phase d'identification du projet comprend à la première maturation de l'idée du projet. Il s'agit d'un préliminaire destiné à définir clairement l'objectif de recherche et recueillir les renseignements préliminaires sur le besoin, les ressources et les autres facteurs pouvant afin de faire ou de réaliser les études appropriées (localisation géographique du projet, insuffisance des potentialités ou les ressources existantes etc..).

Il est intéressant de distinguer l'étude de la situation de référence (situation actuelle sans projet ; l'action à entreprendre a partir de la situation de référence et des objectifs vises.

Dans cette phase, le projet est localise et grossièrement dimensionne. Les paramètres clés sont estimes sommairement et sont justifies en détail dans la phase d'élaboration.

La définition de cette phase, dans le cas d'un produit nouveau, est la définition complète du produit entendu comme l'expression de trois composantes :10(*)

· Un bien ou un service dont il faudra déterminer les caractéristiques propres ;

· Un ou plusieurs procèdes d'élaboration (ou exécution pour un service) ;

· Une marche réelle (avec un prix de vente et modalité de distribution)

Ce ci doit se traduire, dans le cadre de la finalité du projet par la détermination des objectifs et des moyens nécessaires que les phases suivantes vont permettre d'affiner et de développer.

I.1.3.2.La phase d'élaboration du projet

La phase d'élaboration du projet ou l'étude de faisabilité vise à prouver que les techniques, financières et économiques esquisses sommairement sont viable et sont les meilleurs ; dans le cas contraire, l'étude de faisabilité a pour finalité de servir de base commerciale, technique, financière et économique à la décision d'investir dans le projet.

I.1.3.3.Phase d'évaluation financière d'un projet

L'évaluation financière est la phase de l'étude d'un projet qui permet d'analyser si ce projet est viable et dans quelles conditions, compte tenu des normes et des contraintes qui lui sont imposées, et à partir des études techniques et commerciales déjà réalisé. Elle consiste a valoriser les flux résultant des études précédentes pour déterminer la rentabilité et le financement du projet.

Pour cela, on construit généralement plusieurs scenarios résultant d'une analyse de sensibilité menée à partir des différents risques encourus par le projet et permettant de définir des stratégies de réalisation.

L'évaluation financière du projet peut se faire en trois phases à savoir :11(*)

a. Lors du lancement du projet : On analyse par approximation l'utilité d'un projet une fois qu'il sera exécuté. c'est l'évaluation financière proprement dite du projet. Elle généralement du ressort du bailleur de fonds (banquier ou autres organismes) charge du financement du projet. L'étude d'évaluation vérifie l'étude de faisabilité afin de préparer la prise de décision et de boucler le montage financier.

b. Périodiquement en cours d'exécution du projet : pendant cette phase, l'évaluation consiste à analyser les écarts planning et de l'écart cout et ces analyses peuvent conduire aux actions correctives pour éliminer les écarts négatifs.

c. A la fin du projet : Pendant cette phase, l'évaluation consiste à décrire les conséquences du projet et établir un bilan économique du projet.

I.1.3.4. Phase d'exécution du projet

L'exécution du projet débute par une étape de réalisation des équipements (installation des équipements) et formation du personnel. Entre la phase d'évaluation et celle d'exécution du projet s'intercale parfois pour les grands projets une étape dite d'avant-projet d'exécution.

L'importance de la durée de ces differentes phases d'étude varie, bien entendu, avec l'importance et la complexité des projets.

I.2. NOTION DE L'INVESTISSEMENT

I.2.1. Définition

L'investissement est un facteur essentiel du développement des entreprises et de l'économie générale. Particulièrement au cour des dernière décennies, la pensée et l'action économique ont mis en évidence son rôle majeur. Cependant, c'est une notion qui selon qu'on se réfère d'une macro économiste, un ingénieur ou un financier d'entreprise, n'a pas toujours un contenue identique.

Un investissement est l'opération par la quelle l'entreprise affecte des ressources a des projets (commerciaux, industriels ou financiers) dans l'espoir d'en retirer des revenues sur une certaines durée. 12(*) Investissement est un engagement durable de capital que fait l'entreprise en vue de maintenir ou d'améliorer sa situation économique.

Du point de vue financier, l'investissement se traduit par une sortie de fond initiale, qui doit avoir des effets sur plusieurs années sous formes d'encaissement successifs.13(*) Investir consiste donc à échanger une dépense actuelle qui présente un caractère certain, contre des bénéfices futurs incertains. C'est pourquoi la décision d'investir est souvent présentée comme un pari sur l'avenir.

Faire un investissement consiste pour l'entreprise a engager durablement des capitaux sous divers formes dans l'espoir de maintenir ou d `améliorer sa situation économique et sa valeur.

Dans le domaine de l'analyse et de la gestion financière des entreprises, la notion d'investissement peut être utilisée avec différents contenus.

· La notion d'investissement peut d'abord designer l'acte ou l'opération d'investissement. C'est généralement le sens retenue par la théorie financière qui s'intéresse aux critères du choit des investissements en vue d'éclairer ceux qui prendre des décisions d'investissement. Cette réflexion est tournée vers l'avenir.

· La théorie financière distingue les choit en avenir certain et en avenir incertain ; c'est en ce sens que l'on peut dire que l'investissement est un pari sur l'avenir de l'entreprise.

· La notion d'investissement peut également designer l'objet, ou le support même de la décision d'investir. On parle ainsi de façon courante d'investissement immobilier ou l'investissement dans la formation du personnel ou dans la publicité. Dans ce second sens, l'investissement désigne l'acquisition ou la création de bien matériel ou immateriel, qui est le résultat directe de l'acte d'investissement et qui dans la plus part des cas, correspond a l'augmentation des actifs immobilier de l'entreprise.

· La notion d'investissement, en finance, peut être utilisée pour designer l'ensemble des capitaux investis dans l'entreprise.14(*)

I.2.2.Catégorie d'investissement

On peut proposer de classer l'investissement d'après leur nature ou d'après leurs objectifs.

D'après la nature

On peut distinguer, en première lieu, l'investissement matériel. Dans ce cas, la notion d'investissement designer tout aussi bien la création ou l'acquisition des biens correspondant a la notion économique de formation de capital, que les eux mêmes, ou d'une façon général, toutes dépenses en capital susceptible de maintenir ou d'accroitre le potentiel de production.

Cette notion d'investissement est étroitement lié à la croissance et au progrée technique qui exigent l'augmentation de la capacité de production et la modernisation des équipement productifs.

Par investissement immatériel, on peut designer par exemple des investissements réalisées dans le domaine de la recherche, de la formation du personnel, ou l'investissement commerciaux dans le domaine de l'information et de la publicité.

D'après leurs objectifs.

On peut notamment distinguer

· Les investissements de remplacement qui sont destines a se substituer a des équipement anciens. Le remplacement peut se faire a l'identique, ou avec un équipement plus moderne, ce qui est généralement le cas ;

· Les investissements de capacité qui sont destinée à accroitre la production de l'entreprise qui veut par exemple conquérir de nouvel part de marche ;

· Les investissements d'innovation sont destinée a créer de nouveaux produits ou a perfectionner les produits anciens ;

· Les investissements dits stratégiques qui sont destinés à accompagner les stratégies de l'entreprise (stratégie de diversification, de domination par les couts, internationalisation .....).

I.2.3. Projet d'investissement

Le projet est élaboré autour d'un produit (dans sa globalité) pour un ou plusieurs acteurs qui a (ont) une finalité ou des objectifs.

Plusieurs projets (incompatibles) restent possible a partir d'un même produit, il faudra donc les comparer et choisir. Les différents acteurs peuvent intervenir sur le même produit (projet compatible) sur la chaine (ou filière) de création de valeurs, de fabrication ou de l'achat de matière a la distribution finale. Il existe donc une réflexion de cohérence et de pertinence.

Le projet ne se limite pas à la fabrication d'un bien ou a l'exécution d'un service.il représente une complexité comportant souvent de nombreuse implication qu'il faudra intégrer. Sous l'aspect financier, un projet d'investissement représente l'acquisition d'un ensemble d'immobilisations permettant de réaliser ou de développer une activité donnée. Dans son aspect commun il correspond à une dépense immédiate dont on attend des avantages futurs.15(*)

I.2.4. Les caractéristiques d'un projet d'investissement.

I.2.4.1. Le capital investi

C'est la dépense que doit supporter l'investissement pour réaliser le projet. Le capital investi désigne « le montant total des dépenses initiale d'investissement que le promoteur engage jusqu'au démarrage effectif de l'exploitation de son projet».16(*)

- L'investissement comprend donc :

- Le prix d'achat hors taxes (ou cout de fabrication) ;

- Les frais accessoires (frais de transport, l'installation,...)

L'augmentation du besoin en fond de roulement (en général tout projet d'investissement accroit l'activité de l'entreprise, ce qui a pour conséquence d'augmenter la différence (stock +créances d'exploitation) - dettes d'exploitation. Cette différence est positive, son augmentation représente un besoin nouveau qui appelle un financement nouveau.

I.2.4.2. La durée de vie du projet

La durée de vie du projet est la durée de vie économique de l'investissement, c'est à dire le periode pendant la quelle l'investissement à réaliser permettra d'obtenir les revenue financiers. 17(*)Si la durée de vie du projet est difficile à prévoir, on lui substitue la durée d'amortissement de l'équipement principal du projet

Par exemple, pour déterminer la durée du projet d'atelier de couture, on doit se référer à la durée de vie technique de l'équipement principal (la machine a coudre).

I.2.4.3. Flux de trésorerie généré par le projet

L'entreprise attend d'un projet d'investissement :

- Soit qu'il apporte des rentrées nettes d'argent (recettes-dépenses) ;

- Soit qu'il permette de réaliser des économies au niveau de certains couts d'exploitation.

Ces rentrées des fonds des économies sont désignées par le cash flow qui est la différence entre les recettes imputables au projet et les dépenses imputables au projet.

I.2.4.4. Valeur résiduelle de l'investissement

Chaque élément investi du projet doit avoir une vie, ceci constitue la vie dite vie économique d'un projet et ces éléments doivent avoir aussi une valeur résiduelle en tenant compte du capital investi et du revenue de l'investissement.

Ici, la valeur résiduelle est définie comme :

« La valeur résiduelle est la valeur probable de négociation ou la valeur vénale à al fin de la durée de vie économique des différents éléments investis lors de la réalisation du projet. Cette valeur résiduelle viendra ainsi en augmentation des flux financiers attendus au cours de la periode d'exploitation du projet »18(*)

I.3. RENTABILITE D'UN PROJET D'INVESTISSEMENT

Selon le Dictionnaire petit Larousse, la rentabilité d'un projet est une aptitude à produire un bénéfice.

Elle est aussi un rapport entre les profits tirés d'une entreprise et les capitaux engagés. La rentabilité est le point central de l'évaluation d'un projet d'investissement.

Calculer la rentabilité d'un projet d'investissement consiste à apprécier la capacité à engager une valeur ajouté par rapport au capital investi. On distingue la rentabilité économique qui met en rapport un résultat économique avec des capitaux économique et la rentabilité financière qui met en rapport un résultat net avec des capitaux propres.19(*)

1.4. LES CRITERE DE SELECTION D'UN PROJET D'INVESTISSEMENT.

Tout projet nécessite la mobilisation des fonds et ceci est considérer comme un cout d'investissement. Un investisseur qui engage ce cout, doit avoir son contre partie c'est-à-dire le profit après la réalisation de son investissement. C'est pourquoi avant de prendre tel décision d'investir il faut faire une étude approfondit qui nous assure que réellement le projet est rentable. Pour en faire, on fait recours au critère de sélection d'un projet.

Avant qu'un investisseur commence son projet il doit avoir en tête un principe suivant «Pour que un projet d'investissement soit acceptable, il est nécessaire que l'on en attende un rendement au moins égal aux couts des capitaux qui serviront à le financer»20(*)La pertinence de ces critères seront jugé en fonction des ce principe.

Ces critères sont : La valeur actuelle net ; le taux de rendement interne ; la durée de récupération et l'indice de profitabilité.

Avant de développer ces critères on passe une revue globale au rappel du taux d'actualisation qui est considéré comme un dénominateur commun de ces facteurs.

1.4.1 La notion du taux d'actualisation

Le taux d'actualisation est «le coût d'opportunité du capital investi c'est à dire le rendement qu'il serait possible d'obtenir en investissant ailleurs le même capital21(*)».

En d'autre mot le taux d'actualisation d'un projet est un taux minimal de rentabilité en dessous du quel un investisseur considère qu'il n'a pas d'intérêt à investir ses capitaux. Ceci veut dire qu'à partir d'un taux d'actualisation donné l'investisseur peut prendre une décision d'investir ou non.

Le choit du taux d'actualisation est en fonction des plusieurs facteurs, parmi eux nous citons :22(*)

· Le taux du marché (marché financier) qui peut connaitre des modifications en suite à la condition d'emprunt.

· Le poids accordé par le promoteur ou les dirigeants de l'entreprise ou les actionnaires aux revenues futures du projet.

· Le risque lié au projet : comme le risque traduit la probabilité d'échec d'un projet, il doit être considérer dans le calcul du taux d'actualisation.

· La prise en compte du temps : plus le temps de remboursement des capitaux est long, plus ces capitaux à rembourser sont déprécié.

· La nature de l'activité : le taux est élevé pour le projet à rendement rapide.

Une entreprise peut faire recours aux diverses sources de financement (banque, actionnaires, fournisseurs etc.). Le coût de financement différent vis-à-vis de chaque source et vis-à-vis d'une période donnée. D'où alors le coût du capital est «une moyenne du coût des différentes sources de financement utilisée»23(*).

Par conséquent, le terme devient le cout moyen pondéré du capital investi et se calcule comme suit :

Supposons qu'une entreprise a deux sources de financement tel que :

Les capitaux propres et l'endettement auprès de la banque.


Où K= coût moyen pondéré du capital

A= Les capitaux propres

E= l'endentement

Ka = coûts des fond propres

Ke = coût de l'endettement.

Le coût des fonds propres peut se résumé comme suit :


Où d= Dividende

a=Cout de l'action

g= croissance espéré ou souhaitée des dividendes.

Le cout de l'endettement se définit par Ke où :

Où E : La somme empruntée

Ft : les charges de remboursement augmentées des intérêts

I.4.2. La valeur actuelle nette

La valeur actuelle nette ou revenue actualisé, bénéfice actualisé ou encore le goodwill de l'investissement. Elle définie comme «La valeur actualisée des flux monétaires prévues d'un investissement de laquelle on déduit le montant de cet investissement24(*)»

Elle est calculée de la manière suivante :

Où R 1,2,3...n =Recette d'exploitation pour l'année 1,2,3,....n.

D1,2,3...n = dépense d'exploitation pour l'année 1,2,3,....n.

Io = Investissement initiale qui est unique et réalisé au temps t = o

a= le taux d'actualisation qui est déterminé en fonction du cout d'investissement.

Parmi plusieurs projets, on choisira celui qui a une VAN positive.

Si la VAN est strictement positive (VAN > O) L'investissement est accepté et cette VAN signifie que le projet est rentable. Car25(*) :

· Tous les capitaux investis peuvent être investis peuvent être récupérer par les flux de revenue de l'investissement ;

· Ces même flux de revenue permettent aussi entre -temps de rémunérer ceux qui apportent les fonds pour financer le projet ;

· Il reste un surplus qui revient à l'entreprise et qui enrichit donc cette dernière.

Si VAN est nulle c'est-à-dire qu'elle est égale à zéro (VAN =O)  ici on peut exécuter le projet ou non tout dépend de la nature de l'environnement du projet.

Logiquement, on ne peut rejeter un tel projet arguant le risque, car le risque est déjà inclus dans le taux d'actualisation.

Si la VAN est négative c'est-à-dire qu'elle inferieur à zéro (VAN < O ) ,ici le projet est à rejeter .donc le projet évolue au dessous du seuil de rentabilité qu'on s'est fixe.

«L'application du critère de la VAN se heurte à deux ensembles de difficultés : une première difficulté concerne la prévision des cash flows futurs que l'on peut associer aux projets d'investissement étudiés. Elle renvoie aux incertitudes qui entachent les études techniques, économiques et commerciales préalables à l'évaluation financière de l'investissement. Une deuxième difficulté concerne le choix du taux d'actualisation.

En effet, le critère de la VAN est extrêmement sensible aux variations de taux d'actualisation. Le choix d'un «  bon »taux s'avère donc essentiel 26(*) ».

I.4.3 Le Taux de Rendement Interne (TRI)

« Le taux de rendement interne est le taux d'actualisation pour le quel la valeur actuelle nette est nulle. Autrement dit c'est le taux qui rend égaux le montant de l'investissement et les cash flows induits par le même investissement27(*) ».

Le taux de rendement interne est le taux d'intérêt pour le quel la valeur actualisée des recettes futures escomptées est égale aux capital investi28(*).

Logiquement, il représente le taux que l'investisseur va percevoir en moyenne chaque année sur les fonds restant investis, l'investissement initial étant progressivement recouvre.

Pour l'acceptation du projet, on compare le TRI et le cout du capital investi (a).

Le projet est accepté dans le cas où le TRI est supérieur au cout du capital investi.

Par formule le taux de rendement interne s'écrit :

Où TRI= Taux de Rendement Interne

= Taux d'actualisation 1

= Taux d'actualisation 2

= VAN au Taux d'actualisation 1

= VAN au Taux d'actualisation 2

I.4.4. Le délai de récupération

Le délai de récupération est le nombre d'année nécessaires pour reconstituer le capital investi29(*).

Le délai de récupération est donné par la relation suivante :

Où d= Délai de récupération de l'investissement

Cp= Flux financiers attendus au bout de chaque période p

k= taux d'actualisation

p= période considérée

I= Dépenses initiales d'investissement

I.4.5. L'indice de profitabilité

L'indice de profitabilité est définie comme « L'indice de profitabilité (ou indice de rentabilité ou encore rendement d'une unité monétaire investi) est le quotient des cash flows actualisés par le montant du capital investi30(*).

Par formule, l'indice de profitabilité s'écrit :

Où Io=investissement Initial

CFN=cash flow net

p=période d'étude et i= taux d'actualisation

I.5. RISQUE D'UN PROJET D'INVESTISSEMENT

I.5.1. Définition

Le risque est omniprésent dans tout élaboration d'un projet. Le mot risque peut se définir comme : « toute situation dans la quelle les flux de trésorerie qui lui sont associés ne sont pas connus avec certitude. Le risque est un fait particulier connu par expérience pour le quel joue la loi de grands nombres et la probabilité que se fait se réalise est donc connu».L'analyse des risques est la méthode qui permet l'étude des problèmes posés par l'incertitude future des résultats attendus d'un ou plusieurs projets d'investissement. Le risque ne peut donc se calculer que dans un univers probabilisable .Mais en contre partie, il peut être mesuré avec précision de la performance.

1.5.2. Typologie de risque d'un projet d'investissement

En évaluation d'un projet d'investissement, les risques encourus sont différents selon que l'on est en phase d'élaboration d'exécution.

1.5.2.1. Risque encourus en phase d'élaboration d'un projet

Durant cette phase, le responsable et son équipe définisse le travail à exécuter et des ressources nécessaires à mettre en oeuvre à cet effet. Ce travail doit être conditionné par des facteurs internes et externes au projet.

Le risque en phase d'élaboration sont au nombre de trois (3) à savoir :

a. Imprécision des taches

Lors des études préliminaires, l'information manipulée ne peuvent pas être toujours très précises sur un certain nombre de caractéristiques fondamentales. Ceux-ci peuvent être causés par :

· L'existence des taches futures dont le contenue exacte dépend des décisions à prendre dans le cadre de taches plus précoces qui n'ont pas été encore exécutées.

· L'existence de plusieurs scénarisons techniques possibles entre les quels l'analyse hésite à trancher.

· Une absence de connaissance du travail à exécuter liée à une absence d'expériences antérieures.

b. Incohérence des cahiers de charges d'un projet.

C'est dans les cahiers de charges que nous spécifions des objectifs principaux et les moyens y relatifs. Apriori, rien ne garantie la cohérence entre les objectifs et les moyens qui ne peuvent que résulter d'un processus itératifs entre les differentes parties prenantes d'un projet.

Par ailleurs, nous savons que d'un coté, les bailleurs de fonds d'un projet sont tentés d'abuser de leur position pour limiter excessivement les moyens par rapport aux objectifs assignés. De l'autre cote, les responsable de l'exécution des taches veulent garder une marge de manoeuvre pour se prémunir contre l'éventuelle difficulté et pour tenir des engagements pour les quels ils seront jugés.

Les causes possibles de la non cohérence entre les objectifs fixée et les moyens sont notamment :

· Le budget affecté au projet est insuffisant ;

· Les performances techniques des ressources sont surestimées ;

· Les spécifications de qualité retenue sont trop ambitieuses ;

· La durée minimale d'un projet ;etc.

c. Manque de maitrise du processus de suivis de projet.

Les procédures de suivis de l'exécution du projet peuvent accroitre ou atténuer certains risques.

L'absence ou l'inadéquation des procédures formelles conduise à une détection tardives des problèmes ou de délivrées.

1.5.2.2. Risque encourus en phase d'exécution d'un projet

Durant la phase d'exécution d'un projet l'événement défavorable (qui sont prévue ou non) peuvent se présenter et handicapent la réalisation des objectifs fixés en avance. Nous avons le risque de détection tardive, le risque de diagnostic erroné et le risque de réponses inappropriées.

ü Risque de détection tardive

Les éléments suivants sont des provenances de ce type de risque.

· L'information externe relative à l'environnement techno-économique et relativement aisée mais souvent couteuse ;

· L'information interne nécessaire et généralement disponible mais rarement sous la bonne forme, le bon support et au bon endroit.

ü Risque de diagnostic erroné

Le problème peut être sur estimé ou sous estimé suite à une analyse de l'information, mais très souvent, l'erreur de diagnostic porte sur l'interprétation des faits. Il est évident qu'un diagnostic erroné a toutes les chances de conduire à une réponse inappropriée mais un bon diagnostic n'appelle pas nécessairement des réponses appropriées.

CHAP. II. APERÇU HISTORIQUE DE L'ELEVAGE DES POULES

PONDEUSES.

II.1.PREAMBULE

Quelle qu'en soit la forme, l'élevage des volailles est pratiqué dans la plus part des régions du globe. la volaille permet de fournir un apport acceptable en protéines animales à la plupart des populations du monde, à l'exception des végétaliens stricts.

La guerre qui a eu lieu au Rwanda en 1994 a été la cause d'une considérable diminution des bétails. Il y a certains qui sont en voie de disparition. Parmi eux, on peut citer les poules. Après la guerre, les grands efforts ont été déployés pour que la situation des bétails se rétablisse. On a procède à leur importation à l'étranger. Les poules sont parmi les bétails dont les agro-éleveurs ont commencés à élever. La cause a été que les poules produisent dans une courte durée. De même encore les oeufs ont actuellement une clientèle remarquable. Les éleveurs ont obligatoire de l'intérêt, de ce fait il y a beaucoup de gens qui s'orientent dans ce secteur d'élevage.

II.2 LES PRINCIPALES RACES DES POULES

II.2.1. Races locales

Ce sont des poules qu'on rencontre souvent dans les milieux ruraux, ils ont caractérisées par de faibles performances zootechniques par rapport aux races améliorées. Le rapport annuel du MINAGRI estime à 2841 399 le nombre total des volailles au Rwanda31(*).La race locale de race indéterminée est plutôt le résultat de croisement multiple et désordonné avec une race importée. Elle est petite, rustique et bonne couveuse. La production annuelle est estimée à 40 oeufs, l'un pèse en moyenne 35 grammes.

Il n'existe pas de technique d'élevage à proprement parler car la poule se débrouille pour chercher sa nourriture aux alentours de la maison. Il ya une chute de production d'oeufs pendant la periode de semis car elles sont enfermées sans supplément.

II.2.2. Races améliorées

Ces races sont des résultats des recherches qui ont eu lieu en Europe et en Amerique.ils ont une bonne performance que ça soit leurs chair ou les oeufs.

On peut élever les poules de chair ou les poules pondeuses. Au Rwanda on peut les trouver au couvoir National de Rubirizi.

ü ISA BROWN : c'est une souche parentale de ponte, leurs poussins se distinguent par la couleur des plumes : les femelles sont d'une couleur blanche, les males eux sont de couleurs rouge. La femelle produit entre 312 et 320 oeufs pendant un an. Son oeuf normal pèse entre 55 et 68 grammes, la femelle pèse 1,5 à 2 kg en état adulte alors que le coq pèse entre 2 et 2,5 kg.

ü DERCO : De plumage rouge, les poussins se distinguent de leurs couleurs : le femelles sont de couleurs rouge et les males sont de couleurs jaune. Les poules de cette catégorie commencent la ponte à cinq mois et à ce moment là il pèse deux kilos. Elles pontent entre 245 et 265 pendant 12 mois et un oeuf pèse 63gr.

ü Rhodes Island Red (RIR): D'originalité américaine, de plumage rouge. Elle pèse 2,5kg jusqu'à 3 kg et le coq peut même peser 4 kg.il ponte plus de 200 oeufs par an.

II.3. LES BESOIN POUR ELEVER LES POULES PONDEUSES

Chaque individu qui veut pour sa première fois élever les poules pondeuses doit s'évaluer c'est à dire voir sa capacité qui va l'aider à réaliser son projet.

Il doit prendre en considération les points suivant :

II.3.1.La mise en place du poulailler

Le promoteur du projet veillera à aménager sa ferme sur un terrain plat, perméable, non inondable. Pour éviter un très fort ensoleillement, des plantations de 2 à 3 rangées d'arbres à feuillage permanent doivent être prévus. Le poulailler doit être placé perpendiculairement aux vents dominants. Il aura deux accès :

· Un pour les aliments et les animaux (zone propre)

· Un autre pour les déjections, litières, cadavres (zone contaminée).

II.3.1.1.Matériaux de construction

Suivant la capacité financière de l'éleveur, il peut concevoir un poulailler en matériaux durs (briques cuites ou blocs de ciment, tôles, tuiles) ou semi-durs (bois ou briques adobes, tôles).

II.3.2. Peuplement des poulaillers

Suivant la métrise des techniques d'élevage des poules pondeuses, le promoteur du projet peut choisir de démarrer son élevage avec des poussins de 1 jour ou des poulettes de 3 ou 8 semaines. Ainsi :

-avec des poussins de 1 jour : Le promoteur doit maitriser les technique de suivis de la température ambiante car des fois il aura besoin de chauffer le poulailler jusqu'aux 21 jours. Les poussins de 1 jour sont disponibles au couvoir national de RUBIRIZI.

-Avec des poulettes âgées de 8 semaines ou des poussins de 3 semaines

Un groupe d'éleveurs peuvent passer une commande groupée auprès du couvoir national de Rubirizi ou un éleveur privé pourrait les approvisionner en poussins d'un âge plus avancé (3ou 8 semaines).

II.3.3. Main d'oeuvre salariée

Avant le démarrage de l'élevage, le promoteur devra penser à recruter quel' un qui dispose d'une bonne expérience en la matière si non il faudra penser à lui faire bénéficier d'une formation à la ferme voire chez un tiers.

II.3.4. Ration alimentaires des poules de race améliorée. (Voir annexe 1)

L'aliment joue un rôle important dans la vie des volailles : elle conditionne la croissance el la résistance aux maladies.les aliments sont choisis en fonction de l'âge des poules.il est nécessaire d'utiliser les matières premières telle que les produits agricoles (céréales,...), les sous-produits de l'agro-industrie ( tourteaux, drêches,...) et aussi les produit de l'industrie chimique (minéraux, vitamines et additifs).

II.3.5.intrants vétérinaires

L'éleveur devra penser à s'approvisionner à temps en médicaments dont il aura besoin pour immunisation des volailles. L'immunisation coûte moins chère comparativement aux pertes lourdes éventuelles que l'éleveur peut enregistrer en cas de maladie chez les volailles non immunisées.

II.3.6.hygiène prophylactique

Avant de peupler un poulailler son nettoyage et désinfection s'avèrent obligatoires :

Le nettoyage consiste à :

v Retirer la litière (s'il y a en) ou la déjection, les épandre plus loin possible

v Sortir tout équipement amovible du local

v Passer au jet d'eau local et matériel

v Nettoyer, dépoussiérer les parties hautes

v Gratter, brosser les parties encrassées, les angles avec de l'eau plus un détergent

v Rincer à l'eau claire

La désinfection consiste à :

v Tremper le matériel dans une solution désinfectante ou pulvériser avec un pulvérisateur horticole

v Arroser le sol avec une solution désinfectante et pulvériser les autres parties du local

v Pulvériser un insecticide sur les parois

v Badigeonner éventuellement les parois d'un lait de chaux

v Traiter au carbonyle les parties en bois

v Nettoyer les entrepôts des aliments et tout autre équipement de stockage

v Mettre en place des appâts pour rongeurs et colmater les fissures d'accès

v Laisser le poulailler en repos (vide sanitaire) au moins 2 semaines consécutives avant de l'occuper de nouveau.

II.4. LES DIFFERENTS PHASES DE L'ELEVAGES DES POULES

Dans l'élevage des poules il est conseillé de ne pas mélanger les poules de différents âges, c'est pourquoi l'élevage se en trois phases :

§ Elevage en poussinière

§ Elevage en poulailler de croissance et

§ Elevage en poulailler de ponte.

II.4.1.Elevage en poussinière

A la réception des poussins, on doit faire un contrôle pour vérifier leur normalité. On vérifie plus spécialement l'état de santé en observant le comportement et l'état général de poussins et on vérifie si l'ombilic est cicatrisé, si les pattes et le bec de chacun ne sont déformés.

Ce contrôle est très important car le nombre réel initial de poussins reçus permet de calculer le taux de mortalité pendant élevage et facilite le suivi journalier des poussins. Le taux de mortalité global est estimé à 7% dont 5% en poussinière et 2% en croissance. L'accueille des poussins se fait en parallèle avec la préparation de matériel qui doit servir pour bien être. Ce matériel est le suivant :

- Poussinière : Logement des poussins à l'âge de un jour jusqu'à 8 semaines, les males et les femelles vivent ensemble. Le contour de la poussinière est borné par les gardes de triplex de 40-50 cm de hauteur.

- Abreuvoirs : de forme siphoïde à remplissage manuel, existe en tôles galvanisées ou en plastique.

Exemple de norme d'abreuvoirs utilisés pour 100 poules

Tableau 1 : Exemple de normes d'abreuvoir

Age en semaine

Capacité de l'abreuvoir en litre

nombre

0-3

31

2

4-22

201

3

Source : SETI.C. Etude de faisabilité économico-financière d'un projet d'investissement dans l'élevage des volailles Kigali, 2005, p 44

- Mangeoires  ou trémie d'alimentation à suspendre : en galvanisée, à remplissage manuel. Sont d'une forme rectangulaire et aide les poussins à s'alimenter facilement.

Voici l'exemple de normes de mangeoires utilisées pour 100 poules

Tableau 2 : Exemple de norme de mangeoire

Age en semaines

Longueur de la mangeoire

nombre

0-2

1m

2

2-10

1m

4

11-20

1m

6

20 et plus

1m

6

Source : idem

-Pondoirs : prévoir un nid pour 5à 6 poules qui a 45 cm de longueur,35 cm de largeur et de 40 cm de hauteur. Il est fait en bois avec un fond grillagé garni de feuilles de maïs pour permettre une bonne circulation de l'air.il faut le traiter contre des termites. D'autres matériaux sont nécessaires selon le groupe d'âge.

-Eleveuse : Durant la période de démarrage, les poussins ont besoin de la chaleurs. Pour chauffer, on utilise le radiant au centre de la poussinière qui est la source de la chaleur. A l'absence des radiant on utile un brasier à charbon.

La disposition du Matériel doit être faite de façon que un abreuvoir soit mis entre deux mangeoire et au centre une source de chaleur.

Figure 1: schéma d'une poussinière

Mangeoire Abreuvoir Source de chaleur Mangeoire

A part de ce matériel, avant l'arrivé des poussins, d'autres conditions sont vérifié pour éviter qu'il y ait un changement entre la condition dans les quelles les poussins étaient, et celles du lieu d'accueil.

a. Les conditions liées à la température : il faut qu'il soit toujours uniforme dans les poussinières.

b. Les conditions de chauffage : On doit observer bien le degré de température pour les poussins. Ceci se fait en observant leur comportement : par exemple lorsqu'ils sont éparpillés la chaleur est suffisante, lorsqu'ils sont serrés ils sont froid lorsqu'ils éloignent dans un coin c'est qu'ils sont chaud. Tous ceux ci sont des comportements qu'un éleveur doit prendre en compte et qui lui informe à-propos du degré de température enfin de prendre décision de chauffer la salle ou non.

Tableau 3 : Tableau de température jusqu'à 5 semaine de vie

Semaine de vie

1

2

3

4

5

Température

34°

32°

30°

28°

20°

Source : www.google.fr

c. Les conditions d'aération : L'aération est très importante pour les poussins car ça aide à éliminer les gaz qui peuvent provoquer une asphyxie se traduisant par une mauvaise croissance et finalement par des mortalités considérables.

d. Condition d'alimentation et d'abreuvement : les poussins reçoivent les aliments destinés au premier âge qu'ils consomment à volonté.

A l'eau de boissons, on ajoute les produits médicamenteux à savoir les anti-infectieux et les vitamines.

e. Le parcours : les poussins doit prendre l'air dès la quatrième semaine , il faut éviter que les poussins sortent pendant le froid ou pendant le temps humide ou pluvieux.les poussins doivent prendre de l'exercices et disposer d'un parcours pour se développer favorablement.

II.4.2. Elevage en poulaille de croissance

 Apres deux mois de démarrage, les poules sont mises dans une grande salle libre (poulailler).Dans ce poulailler les poules prennent une ration de croissance (les aliments du deuxième âge). Cet élevage ira jusqu'à l'âge de 4,5 mois et les poulettes auront besoin d'un parcours extérieur de 10 m2 par poulette. Pour les poules pondeuses, le taux d'occupation du poulailler est de 6 poulettes au m2.

II.4.3. Elevage en poulailler de ponte.

A l'âge de 5mois, les pondeuse sont dans un poulailler de ponte dans le quel on met les bondoirs.la ponte dure 12 mois .Le taux d'occupation du poulailler est de 4 poules au m2 et il faut prévoir un parcours à l'ordre de 20 m2 par poule.

II.5. PRINCIPALE MALADIES DES POULES ET LES MESURES A PRENDRE

Les soins médicaux sont nécessaires pour les poules pondeuses comme d'autres animaux pour pouvoir obtenir le bon résultat de leur élevage.

Plusieurs maladies attaquent les poules, mais les plus observées et qui causes les problèmes sont :

II.5.1. LES PRINCIPALES MALADIES

II.5.1.1. Infection microbiennes (bactérie et virus)

§ Gumboro : Maladie virale qui attaque un grand nombre de poules pondeuses ce qui peut causer la perte importante.les symptômes d'une poule attaquée par cette maladie sont : diarrhée verdâtre, tremblement et retard de croissance chez les poussins.

§ Bronchite infectieuse : les difficultés de respiration caractérise les poules qui souffrent ce type de maladie.les poules ne pondent pas comme d'habitude et lorsqu'elles pondent, elles donnent des oeufs déformés.

§ Newcastle : Maladie virale dont les caractéristiques sont : diarrhée jaunâtre/ verdâtre, tremblement de la tête et du cou, paralysie du cou, diminution de la production des oeufs. La vaccination est mieux conseillée pour faire face à cette maladie.

§ Salmonellos : Maladie bactérienne, transmise par l'oeuf. Elle cause des normes mortalité avant l'éclosion. Les caractéristiques sont : diarrhée blanchâtres, l'inappétence et les poules ne boivent pas.

II.5.1.2. Infection parasitaires

§ Coccidiose : Maladie parasitaire dont les caractéristiques sont :la diarrhée hémorragique et l'amaigrissement. On la traite avec les coccidiostatiques.

§ Verminose : Elle est caractérisée par la toux. Les poules ont une odeur désagréable avec une diarrhée liquide.

II.5.1.3. Maladie carentielles

Ces types de maladie sont causés par la carence des aliments, le surpeuplements, l'atmosphère chaude et insuffisance du matériel. On peut citer : cannibalisme, la déformation des pattes, pertes de plumes, etc...

II.5.2. Les mesures a prendre

La vaccination, la correction de l'alimentation, le respect des règles d'hygiène et le traitement rapide des cas dépistés sont des principales mesures à prendre pour faire face aux maladies qui attaquent les poules pondeuses.

Les dix points suivants indiquent les mesures à prendre :

1. Dératiser (éliminer les rats)

2. Désinfecter les parcours et les locaux

3. Préparer un poulailler avant l'arrivée des animaux

4. Séparer les espèces

5. Constituer des bandes de même âge

6. Renouveler les litières

7. Nettoyer chaque jour les récipients

8. Créer une infirmerie pour soigner et séparer les volailles malades

9. Les observer régulièrement

10. Enfin, adapter abreuvoirs et mangeoires à chaque espèce.

CHAP III. ETUDE DE FAISABILITÉ TECHNIQUE ET FINANCIERE D'UN PROJET D'ELEVAGE DES POULES PONDEUSES A MUGINA.

III.1. DESCRIPTION DU PROJET

III.1.1. Identification du projet et son objectif

Ce projet d'élevage des poules pondeuses se fera à MUGINA, District de Kamonyi province du Sud. Ce projet durera cinq ans, c'est a dire de 2010 a 2014 et cet endroit est propice car les aliment sont disponible comme les mais ,les sorgho etc. , le main d'oeuvre est moins chers ce qui est plus important est qu'on y trouve bénéficiaires c'est a dite ceux dont le projet va satisfaire leurs besoin.

Une fois le projet démarré, les activités de démarrage et de croissance des poulets, la production et la vente des oeufs, la vente des poules reformées, vont se poursuivre sans arrêt à une durée de 5ans.

Le projet d'élevage des poules pondeuses à MUGINA, ayant comme objectif, la réduction de la pauvreté par le biais de l'accroissement des revenues de la population à travers la production intensive des oeufs de consommation.

Figure 2: Arbre à Problèmes

Hiérarchie des problèmes

Insuff. des terres

Pauvreté

Faible prod. agricole

Degradation des sols

Faible revenue

Exode rural

Chaumage

Salaire insuffisante

Figure 3 : Arbre à objectifs

Rémunération améliorée

Pauvreté réduite

Prod. agricole améliorée

Revenu amélioré

Terres gérées

Sols restauré

Exode rural réduit

Chômage réduit

5. Stratégies

Pour atteindre l'objectif de ce projet, nous avons deux stratégies :

- Amélioration de la production agricole

- Amélioration du revenu

Ces deux objectifs sont en interaction car la première peut être une cause directe de la deuxième

En tenant compte des capacités dont nous disposons, la deuxième stratégie nous paraîtrait plus coûteuse. C'est pourquoi nous avons opté pour la première stratégie d'amélioration de la production agricole à travers notre projet d'élevage des poules pondeuses. Ainsi, nous augmenterons le revenu des associés, mais aussi des employés, contribuant ainsi à la réalisation de notre objectif général de la lutte contre la pauvreté.

III.1.2. Etude du marche

Le projet d'élevage des poules pondeuses vient pour répondre le problème causé par l'insuffisance d'oeufs. Ce ci se traduit par le degré d'importation des oeufs.

L'importation alimentaire en 2000 était 1266,5 ; 1589,7 en 2001 et 1365,6 en 2002.32(*)

Ceux ci montre qu'il ya un accroissement de la dépendance des importations des oeufs extérieur ce qui veut dire que notre marche est insuffisant pour satisfaire les besoin de la population. Plus le pays ne dépend de l'importation il ya toujours tendance de la hausse des prix. En 2003 le prix moyen d'un oeuf était de cinquante francs (50 frw) mais actuellement (2090 le prix devient cent francs rwandais (100frw). Le projet aura à vendre ses poules et ses oeufs à la population environnante, dans la ville de Muhanga et dans la ville de Kigali.

III.1.3. Les activités durant ce projet

Les activités qui se réaliseront tout au long de l'exécution du projet (60 Mois)

- Achat des aliments

- Ramassage des oeufs

- Vente des oeufs

Les activités à faire une fois pour toute la durée du projet :

- Achat du terrain

- Recrutement du personnel

- Construction du poulailler et des autres infrastructures

Les activités qui se répéteront après un certain temps :

- Vente des poules reformes

- Démarrage et production des oeufs

- Achat des vaccins et médicaments

- Achat des poussins

- Achat des matériels

III.2. ETUDE TECHNIQUE ET DES COUTS PREVISIONNEL

III.2.1. Etude technique

III.2.1.1. Processus de production

Le projet achètera des poussins a 550frw et seront élevées au sein du projet.

Apres deux mois, les poules pondeuses passeront dans un poussinière et a cinq mois dans un poulailler de ponte. La poule commence á pondre a cinq mois et la ponte dure douze mois avec une moyenne de 25 oeufs par an et par poule.

Tableau 4 Le calendrier d'achat des poules.

Mois

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

année

2010

#

 
 
 
 

#

 
 
 
 

#

 

2011

 
 
 

#

 
 
 
 

#

 
 
 

2012

 

#

 
 
 
 

#

 
 
 
 

#

2013

 
 
 
 

#

 
 
 
 

#

 
 

2014

 
 

#

 
 
 
 

#

 
 
 
 

Source : Elaborer sur base des prévisions du projet d'achat des poules

Ce tableau montre le moment l'achat des poules compte tenu de la durée de vie du projet et la durée de ponte pour éviter les vides causés par la reforme des poules.

AU cinquième mois la poules commence à pondre et cela dure 12 mois.

Tableau 5 : Calendrier prévisionnel de ponte

Mois

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

année

2010

 
 
 
 

*

 
 
 
 

*

 
 

2011

 
 

*

 
 
 
 

*

 
 
 
 

2012

*

 
 
 
 

*

 
 
 
 

*

 

2013

 
 
 

*

 
 
 
 

*

 
 
 

2014

 

*

 
 
 
 

*

 
 
 
 

*

Source : Elaborer sur base des prévisions du projet

* début de ponte

A la fin de la ponte les poules seront reforme, d'où le calendrier de la reforme des poules.

Tableau 6: Calendrier de reforme

Mois

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

Année

2010

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

2011

 
 
 

=

 
 
 
 

=

 
 
 

2012

 

=

 
 
 
 

=

 
 
 
 

=

2013

 
 
 
 

=

 
 
 
 

=

 
 

2014

 
 

=

 
 
 
 

=

 
 
 
 

Source : Elaborer sur base des prévision du projet

= le moment de reforme

Par exemple, les poussins achetées au mois de janvier 2010, commenceront la ponte au mois de mai, et comme la ponte dure douze mois, elles seront reforme au mois d'avril 2011.

III.2.1.2. Programme de production

Les races des poules pondeuses de ce projet sont capable de pondre 300 oeufs par an et par poule, c'est a dire 25 oeufs par mois et par poules. Le taux de mortalité est de 7% c'est à dire 5% en poussinière et 2% en croissance d'ou nous aurions les poules à 93% qui donneront la production dont nous avons besoin.

Par exemple, si on veut avoir 800 poules adultes, on doit acheter 856 poulettes.33(*)

Tableau 7: Production prévisionnel

Désignation

Années

oeufs

Poules reformées

2010

192500

-

2011

490000

1400

2012

525000

2100

2013

490000

1400

2014

507500

1400

Source : Elaborer par nous même sur base des tableau 1,2 et3

Ce projet envisage l'élevage de 700 poulettes a chaque periode (voir tableau 1,2et 3).

Il n'y aura pas de reforme a la première année. Le calendrier de ponte des poules pondeuses est comme suit :

v 700 poules commenceront au mois de mais 2010, ils auront 8mois de ponte en 2010 et 4mois de ponte en 2011

v 700poules commenceront la ponte au mois d'octobre 2010, ils auront 3 mois de ponte en 2010 et 9mois de ponte en 2011.

v 700 poules commenceront la ponte au mois de mars 2011, ils auront 10 mois de ponte en 2011 et 2 mois de ponte en 2012.

v 700 poules commenceront la ponte au mois d'aout 2011, ils auront 5 mois de ponte en 2011 et 7 mois de ponte en 2012.

v 700poules commenceront la ponte au mois de janvier 2012, ils o auront 12 mois de ponte en 2012.

v 700poules commenceront la ponte au mois de juin 2012, ils auront t 7 mois de ponte en 2012 et 5 mois de ponte en 2013.

v 700 poules commenceront la ponte au mois de novembre 2012, ils auront deux mois de ponte2012 et 10 mois de ponte en 2013.

v 700 poules commenceront la ponte en avril 2013, ils auront 9 mois de ponte en 2013 et 3 mois en 2014.

v 700 poules commenceront la ponte au mois de septembre 2013, ils auront 4 mois de ponte en 2013 et 8 mois de ponte en 2014.

v 700 poules commenceront la ponte au mois de février 2014, ils auront 11 mois en 2014 et 1 mois 2015.

v 700 poules commenceront au mois de juillet, elles auront 6 mois de ponte en 2014 et 6 mois en 2015.

v 700 poules commenceront au mois de décembre .ils auront 1 mois de ponte en 20014 et 11 mois en 2015

Par exemple, en 2010, les poules qui commenceront la ponte au mois de mais 2010 (voir tableau 2) auront 8 mois de ponte avec une moyenne de 25 oeufs par mois et par poules. Ce ci donnera 25×700×8=140000oeufs.

Les poules qui commenceront la ponte au mois d'octobre 2010, ils auront 3 mois de ponte en 2010 et ca donnera 25×700×3=52500 oeufs.

D'ou le total d'oeufs pondus en 2010 est 192500 oeufs.

Ces poules continueront a pondre et il va s'y augmenter celles qui commenceront a pondre en2011.

Pour que le projet réalise ses objectifs, il faut les investissements immobilises et les investissements d'exploitation.

III.2.2. LES COUTS PREVISIONNELS.

III.2.2.1. Les investissements immobilisés

III.2.2.1.1. Les frais du premier établissement

En général les du premier établissement comprennent : les frais de formation du personnel, les frais d'étude du projet et les frais de gestion.

Tableau 8: Frais de premier établissement

DESIGNATION

MONTANT

Frais de formation du personnel

75.500

Frais d'étude du projet

250.000

Frais de gestion

90.000

Total

420.000

Source : Elaborer par nous- même sur base des données du marché

Ce tableau montre les frais que le projet prévoit avant son exploitation. Ici le projet prévoit la formation de 15 agents pendant 10 jours et chacun touchera le montant de 600frw par jour de formation.ces agents seront formes par un vétérinaire du projet.

III.2.2.1.2. Evaluation des terrains

Tableau 9: Cout d'acquisition du terrain

Désignation

Mettre carrée

Montant

Terrains pour Construction

500

180.000

Terrain pour parcours

30.000

600.000

TOTAL

30.500

780.000

Source : Elaborer par nous même sur base des besoins du projet et les prix actuels.

Ce tableau montre le cout d'acquisition du terrain dont le projet aura besoin durant son exécution.

III.2.2.1.3. Acquisition des bâtiments

Ce projet compte avoir un bâtiment administratif et des bâtiments destinés à l'élevage. Ces derniers sont poussinière, poulaille et le magasin.

Tableau 10 : Acquisition des bâtiments

Désignation

Nombre

Prix unitaire

Prix total

Bâtiment administratif

1

1.500.000

1.500.000

Poussinière

1

1.500.000

1.500.000

Poulailler

1

3.000.000

3.000.000

Magasin

1

500.000

500.000

TOTAL

 
 

6.500.000

Source : Elaborer sur base des prix actuels.

Ce tableau montre le cout d'acquisition des bâtiments qui permettront l'éleveur de réaliser ses objectifs d'une façon efficace et efficiente.

On réservera dans un poulailler une partie pour faire soigner les poules et dans un bâtiment administratifs une partie pour la vente.

III.2.2.1.4. Détermination du cout de transport

Le projet aura besoin d'une camionnette pour approvisionnement et transport des poules et des oeufs. L'estimation de cette camionnette est de 3.000.000frw.

III.2.2.1.5. Estimation du cout du matériel et mobiliers

Tableau 11: Estimation du matériel et mobilier

Désignation

Nombre

Prix unitaire (Frw)

Prix total (Frw)

Chaise

6

4.000

24.000

Ordinateur

1

500.000

500.000

Etagère

3

20.000

60.000

Bureaux

2

20.000

40.000

Brouettes

2

18.000

36.000

Mangeoires

30

1.500

45.000

Abreuvoirs

30

1500

45.000

Autres

-

50.000

50.000

Total

 
 

800.000

Source : Elaborer par nous même sur base des prix actuelle

III.2.2.1.6.Estimation du cout d'acquisition des poules

Les poules sont disponibles au couvoir National de RUBIRIZI.

Tableau 12: Coût d'acquisition des poules.

Désignation

Nombre

Prix unitaire (Frw)

Prix total(Frw)

Poulettes

3180

550

1.749.000

Source : Elaborer par nous même sur base des prix actuels

III.2.2.2. DETERMINATION DES BESOINS TECHNIQUES D'EXPLOITATION

III.2.2.2.1. BESOINS EN PERSONNEL

Ce projet aura besoin du personnel compétant, par les quelles les objectifs financier du projet seront atteint. Le tableau suivant montre la prévision du personnel et le salaire brut mensuel de chacun.

Tableau 13: Estimation de besoin en personnel

Poste

Nombre

Salaire brut /mois par personne

Salaire brut

Total/mois

Salaire brut

/an

Directeur

1

80.000

80.000

960.000

Comptable

1

60.000

60.000

720.000

Vétérinaire

1

50.000

50.000

600.000

Magasinier

1

40.000

40.000

480.000

chauffeur

1

40.000

40.000

480.000

Ouvriers

10

15.000

150.000

1.800.000

Gardien

2

10.000

20.000

240.000

Planton

1

10.000

10.000

120.000

Total

 
 

450.000

3780000

Source : Elaborer par nous même sur base des besoins du projet

Ce tableau montre la prévision des ressources humaines et leur salaire mensuel et annuel suivant leurs postes.

Apres chaque deux ans, il y aura une accroissement de salaire de 3% par an sur le salaire de cette année. Le projet commencera avec un Directeur, un vétérinaire, six ouvriers et un gardien.les autres employées commenceront au début du sixième mois de la première année sauf un gardien qui commencera au début de la deuxième année. Le tableau suivant montre les coûts prévisionnels des salaires durant toute la vie du projet.

Tableau 14: La prévision des salaires.

Année

Poste

2010

2011

2012

2013

2014

Directeur

960.000

960.000

988.800

988.800

1.018.464

Comptable

420.000

720.000

741.600

741.600

763.848

Vétérinaire

600.000

600.000

618.000

618.000

636.540

Magasinier

280.000

480.000

494..400

494.400

509.232

Chauffeur

280.000

480.000

494..400

494..400

509.232

Ouvrier

1.500.000

1.800.000

1.854.000

1.854.000

1.909.620

Gardien

120.000

240.000

247.200

247.200

254.616

Planton

70.000

120.000

123.600

123.600

127.308

Total

1.570.000

5.400.000

5.562.000

5.562.000

5728860

Source : Elaborer par nous même sur base des prévisions du projet

Ce tableau montre le cout annuel de salaire

Le salaire annuel est calculer en multipliant le salaire mensuel par l'effectifs fois douze.

Exemple : pour l'année 2010 salaire annuel des ouvriers =

(15000Frw/mois×6×12) + (15000Frw /mois ×4×7)=1.500.000Frw

1.080.000 + 420.000 =1.500.000Frw

III.2.2.2.2. Cout des besoins en hygiène

Suite aux conditions d'hygiène prévues par le projet nous prévoyons 40.000frw par mois. Soit 480.000 frw par an.

III.2.2.2.3. Besoin en eaux et électricité

Pour notre projet l'eau est gratuite et nous prévoyons 4000frw par mois, soit 48.000frw par an pour la consommation de l'électricité.

III.2.2.2.4. Estimation du carburant

Le coût du carburant s'élevé a 60 000frw par mois soit 720000frw par an.

III.2.2.2.5. Besoin pour le chauffage de poulailler

Le projet utilisera les braises pour chauffer le poulailler, le chauffage se fera pendant 6 semaines.

Le cout du chauffage s'élève a 36.000Frw c'est a dire qu'on utilisera trois sacs de blaise et l'un coute 2000frw et il ya trois achats dans une année d'où le total du cout de chauffage est estimes à 108.000frw.

III.2.2.2.6. Estimation des frais généraux

Les frais généraux comprennent les frais d'assurance d'une camionnette et des bâtiments Ces frais sont estimes à 280.000 Frw par an.

III.2.2.2.7. Estimation des frais de réparation

Tableau 15: Frais de réparation

Désignation

Valeur

Taux d'entretien et de réparation

Coût annuel d'entretien

Bâtiments

6.500.000

3%

195.000

Matériel

800.000

4%

32.000

Camionnette

3.000.000

8%

240.000

TOTAL

10.300.000

 

467.000

Source : Elaborer par nous même sur base des données du projet.

Ce tableau montre le cout total d'entretient et de réparation pour chaque année. Ce coût est calculé en prenant la valeur fois le taux correspondant.

III.2.2.3. Détermination du besoin en fonds de roulement

Avant que les poules commence a pondre, le projet aura besoin un montant d'argent permettant à survivre avant son auto financement. Comme les poules commenceront à pondre a la cinquième mois, le fonds de roulement est calculer en raison de quatre (4) mois.

Estimons que le coût de besoin alimentaire est de 6.500.000 Frw pour la première année. Le fond de roulement est le suivant :

Tableau 16 : Le fond de roulement du projet

Désignation

Montant (Frw)

Fonds de roulement (Frw)

Frais du personnel

1.570.000

523.333

Besoin alimentaires

6.500.000

2.166.666

Besoin en hygiène

480.000

160.000

Carburants

720.000

240.000

Chauffage

108.000

36.000

Frais généraux

280.000

93.333

Entretient et réparation

467.000

155.666

Eau et électricité

48.000

16.000

Total

 

3.390.998

Source : Elaborer par nous même sur base des données du projet.

L'argent que le projet aura besoin avant son exploitation c'est à dire avant que ca commence à produire est égale à trois million trois cent nonante milles neuf cent nonante et huit francs rwandais.

III.2.2.4. Détermination du cout total d'investissement

Tableau 17: Le cout total du projet

Désignation

Montant (Frw)

Frais d'établissement

420.000

Terrain

780.000

Bâtiment

6.500.000

Matériel

800.000

Camionnette

3.000.000

Acquisition des poules

1.749.000

Fonds de roulement

3.390.998

Divers et imprévus

500.000

Total

17.139.998

Ce tableau montre le coût total qu'on doit avoir pour commencer le projet.

Ce coût est égal à 17.139.998 Frw.

III.3. MODALITE DE FINANCEMENT DU PROJET

Ce projet sera financer a 12% par apport personnel c'est a dire deux million cent trente neuf, neuf cent nonante -huit franc Rwandais (2.139.998 frw) ; et 88% par emprunt c'est à dire quinze million de francs rwandais. Cet emprunt sera d'une durée de 3 ans, à un taux d'intérêt de 14% applicable au capital du, avec une année de grâce pour le remboursement du capital.

III.4. RENTABILITE ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PROJET.

III.4.1. Analyse financière du projet.

L'étude financière du projet nous oriente à connaitre le niveau d'acceptabilité des risque du projet. Elle montre le promoteur du projet, sa rentabilité financière et lui aide a prendre décision à propos. Avant de commencer à exécuter un projet, il faut faire une analyse financière pour ne pas tomber dans un piège irréversible. Le tableau suivant montre le bilan d'ouverture du projet.

Tableau 18: Bilan d'ouverture

Actifs

Passifs

Libelle

Montant

Libelle

Montant

Frais de premier établissement

420.000

Capital propre

2.139.998

Terrain

780.000

Emprunt

15.000.000

Bâtiments

6.500.000

 
 

Matériel et mobilier

800.000

 
 

Matériel roulant

3.000.000

 
 

Poules

1.749.000

 
 

Fond de roulement

3.390.998

 
 

Divers et imprévus

500.000

 
 

Total

17.139.998

 

17.139.998

Source : Elaborer sur base du tableau 13

III.4.1.1. Estimation de charges d'exploitation du projet.

III.4.1.1.1. Impôt et taxes

Ce projet payera l'impôt sur bénéfice au cours de l'exécution de ses activités et le taux d'impôt est de 35% sur l'excédent de l'exercice.

III.4.1.1.2. Frais financiers.

Le promoteur de ce projet va contracter un emprunt de quinze million francs Rwandais (15.000.000frw.) au taux annuel de 14% sur le solde restant du pour une periode de trois ans et un an de grâce.

Les frais financiers sont calcules dans le tableau de remboursement de l'emprunt.

Tableau 19: Remboursement de l'emprunt

Année

Capital restant du au début de l'année.

Frais financiers

Remboursement

Ou

Amortissement du capital

Annuités

Capital a la fin de l'année.

0

15.000.000

-

-

-

15.000.000

2010

15.000.000

2.100.000

-

2.100.000

15.000.000

2011

10.000.000

2.100.000

5.000.000

7.100.000

10.000.000

2012

5.000.000

1.400.000

5.000.000

6.400.000

5.000.000

2013

 

700.000

5.000.000

5.700.000

0

Total

 

6.300.000

15.000.000

21.300.000

 

Source : Elaborer par nous même sur base des donnes du projet.

Ce tableau représente les frais que le projet doit a son banquier pendant trois ans considéré comme la durée d'emprunt. La méthode utilisée pour le calcule des amortissements est celle des amortissements linéaire.

Pour calculer l'amortissement du capital on divise le capital emprunté par la durée de l'emprunt : dans notre exemple on a divisé le capital de 15.000.000 frw par trois et on obtient 5.000.000 frw comme remboursement annuel du capital emprunté.

Les frais financiers sont obtenus en multipliant le capital restant dû au début de l'année par le taux d'intérêt. Par exemple, les frais financier de 2013 sont obtenue en multipliant 5.000.000 comme le capital restant du au début de cet année par 14% comme le taux d'intérêt.

III.4.1.1.3. Dotation aux amortissements

Tableau 20: Dotation aux amortissements

Année

Valeur

Taux

2010

2011

2012

2013

2014

Désignation

Bâtiment

6.500.000

5%

325.000

325.000

325.000

325.000

325.000

Matériel

800.000

20%

160.000

160.000

160.000

160.000

160.000

Camionnette

3.000.000

25%

750.000

750.000

750.000

750.000

750.000

Frais d'établissement

420.000

25%

105.000

105.000

105.000

105.000

105.000

Total

 
 

1.340.000

1.340.000

1.340.000

1.340.000

1.340.000

Source : Elaborer par nous même sur base des données du projet.

Ce tableau montre le montant total de l'amortissement chaque année. La méthode dont nous avons utilisée est la méthode des amortissements constants.

Elle consiste à multiplier la valeur d'acquisition par le taux d'amortissement et ce dernier est obtenu en divisant 100 par la durée de vie de l'élément.

III.4.1.1.4. Tableau récapitulatifs des charges

Tableau 21: Récapitulation des charges

Année

2010

2011

2012

2013

2014

Désignation

Frais du personnel

1.570.000

5.400.000

5.562.000

5.562.000

5.728.860

Besoins alimentaires

6.500.000

6.500.000

6.500.000

6.500.000

6.500.000

Besoins d'hygiène

480.000

480.000

480.000

480.000

480.000

Besoins de chauffage

108.000

108.00

108.00

108.00

108.00

Eau et électricité

48.000

48.000

48.000

48.000

48.000

Carburant

720.000

720.000

720.000

720.000

720.000

Entretien et réparation

467.000

467.000

467.000

467.000

467.000

Frais financier

2.100.000

2.100.000

1.400.000

700.000

-

Amortissement

1.340.000

1.340.000

1.340.000

1.340.000

1.340.000

Frais généraux

280.000

280.000

280.000

280.000

280.000

Total

13.721.000

17.443.000

16.905.000

16.205.000

15.671.860

Source : Elaborer par nous même sur base des données du projet.

Graphique 1. Evolution des charges.

EVOLUTION DES CHARGES DU PROJET

0

2000000

4000000

6000000

8000000

10000000

12000000

14000000

16000000

18000000

20000000

1

2

3

4

5

Année

Source : Elaborer par nous même sur base des données du projet.

Ce graphique montre l'évolution des charges durant toute la vie du projet.

Pendant la première année, les charges étaient moins élever par rapport à la deuxième année qui est marqué par la hausse des charges.

III.4.1.2. La prévision du chiffre d'affaire du projet.

Le projet aura à vendre les oeufs et les poules reformées.

III.4.1.2.1. La vente des oeufs

Tableau 22 : Chiffre d'affaire des oeufs

Année

oeufs

Prix unitaire ( Frw)

Prix total (Frw)

2010

192.500

90

17.325.000

2011

490.000

93

45.570.000

2012

525.000

96

50.400.000

2013

490.000

99

48.510.000

2014

507.500

102

51.765.000

Source : Elaborer par nous même sur base des prix du marché.

Ce tableau montre le CA annuel des oeufs vendus. Avec un accroissement de 3% du prix d'oeufs chaque année.

III.4.1.2.2. La vente des poules reformées

Tableau 23: Chiffre d'affaire des poules reformes

Année

Poules reformées

Prix unitaire(Frw)

Prix total(frw)

2010

-

-

-

2011

1.400

3.000

4.200.000

2012

2.100

3.090

6.489.000

2013

1.400

3.093

4.326.000

2014

1.400

3.093

4.326.000

Source : Elaborer par nous -même sur base des prix du marché.

Ce tableau montre le chiffre d'affaire des poules reformé qui seront vendus chaque année.

III.4.1.2.3. Tableau récapitulatifs des ventes

Tableau 24: Chiffre d'affaire globale (en frw).

Désignation

Année

2010

2011

2012

2013

2014

CA des oeufs

17.325.000

45.570.000

50.400.000

48.510.000

51.765.000

CA des poules réformé

-

4.200.000

6.489.000

4.326.000

4.326.000

Total

17.325.000

49.770.000

56.889.000

52.836.000

56.091.000

Source : Elaborer par nous même sur base des tableaux 18 et 19.

III.4.1.3. Compte d'exploitation prévisionnel

Tableau 25: Compte d'exploitation prévisionnel

Année

Désignation

2010

2011

2012

2013

2014

C.A oeufs

17.325.000

45.570.000

50.400.000

48.510.000

51.765.000

C.A. Poules reformés

-

4.200.000

6.489.000

4.326.000

4.326.000

C.A. Global

17.325.000

49.770.000

56.889.000

52.836.000

56.091.000

Aliments

6.500.000

6.500.000

6.500.000

6.500.000

6.500.000

Hygiène

480.000

480.000

480.000

480.000

480.000

Chauffage

108.000

108.000

108.000

108.000

108.000

Eau et électricité

48.000

48.000

48.000

48.000

48.000

Carburant

720.000

720.000

720.000

720.000

720.000

Entretien et réparation

467.000

467.000

467.000

467.000

467.000

Consommation intermédiaire

8.323.000

8.323.000

8.323.000

8.323.000

8.323.000

Valeur ajouté

9.002.000

41.447.000

48.566.000

44.513.000

47.768.000

Frais du personnel

1.570.000

5.400.000

5.562.000

5.562.000

5.728.860

Frais généraux

280.000

280.000

280.000

280.000

280.000

Charges de gestion

1.850.000

5.680.000

5.842.000

5.842.000

6.008.860

CFB

7.152.000

35.767.000

42.724.000

38.761.000

41.759.140

Frais financier

2.100.000

2.100.000

1.400.000

700.000

-

Amortissement

1.340.000

1.340.000

1.340.000

1.340.000

1.340.000

Autres charges d'exploitation

3.440.000

3.440.000

2.740.000

2.040.000

1.340.000

Résultat brut

3.712.000

32.327.000

39.984.000

36.631.000

40.419.140

Impôt sur le résultat

1.299.200

11.314.450

13.994.400

12.820.850

14.146.699

Résultat net

2.41 2.800

21.012.550

25.989.600

23.810.150

26.272.441

Cash flow ne

3.752.800

22.352.550

27.329.600

25.150.150

27.612.441

III.4.1.4. Evaluation financière du projet

Avant de mettre en exécution le projet il faut d'abord l'évaluer financièrement. Dans notre cas, l'évaluation financière repose sur les critères suivants :

· Délai de récupération (DR) ;

· Valeur actuelle Nette (VAN) ;

· Indice de profitabilité (IP) et

· Taux de rentabilité interne (TRI).

III.4.1.4. 1. Détermination du délai de récupération

Tableau 26: Cumul des flux financier attendus

Désignation

Années

CFN

Cumul CFN

0

-17.139.998

-17.239.998

2010

3.752.800

-13.387.198

2011

22.352.550

8.965.352

2012

27.329.600

36.294.952

2013

25.150.150

61.445.102

2014

27.612.441

87.057.543

Source : Elaborer par nous même sur base des données du projet

Ce tableau montre qu'à la fin de la deuxième année, on aura récupérer la total de l'investissement avec un surplus de 8.965.352frw.

Ce ci veut dire que, le délai de récupération est compris entre la première année et la deuxième année.

L'interpolation nous aide à déterminer le délai exact de récupération de ce projet.

L'interpolation se fait de la manière suivante :

DR=1an +12mois*13387198/22352550.

DR=1an + 12mois*0,60

DR=1an+7,2 mois

DR=1an+7mois+0,20mois*30 jours

DR=1an+7mois+6jours

Notre projet va récupérer son investissement à 1an, 7 mois et 6jours dés le début de l'exécution du projet.

III.4.1.4. 2. Détermination de la VAN du projet

La VAN est la différence entre la valeur actuelle des flux financiers attendus du projet et son capital initial.

Tableau 27 : Flux financier actualisées

Désignation

Années

CFN

Coefficient d'actualisation

(1+10%)-p

CFN Actualisé

2010

3.752.800

0,909

3.411.295

2011

22.352.550

0,826

18.463.206

2012

27.329.600

0,751

20.524.529

2013

25.150.150

0,683

17,177,552

2014

27.612.441

0,621

17.147.325

Total

 
 

76.723.907

VAN=76.723.907- 17.139.998

VAN=59.583.909

Interprétation : Comme la VAN est positive, notre projet est rentable et acceptable. Ce ci veut dire que après cinq ans, sur la valeur marchande, il y aura une augmentation de 59.583.909 frw. Le taux d'actualisation (a= 10%) représente le cout d'opportunité.

III.4.1.4.3. Indice de profitabilité

L'I.P. est le rapport entre la valeur actuelle des cash flows net attendus du projet et son capital initial.

I.P=76723907/17139998= 4,47

Interprétation :l'I.P est strictement positif. Ce la implique que le projet est rentable et acceptable. 1 franc investi rapportera 4.47 franc au taux de 10% l'an pendant cinq ans.

III.4.1.4.4. Calcul du taux de rentabilité interne

Le TRI est le taux d'actualisation par le quel la VAN est nulle. Par formule :

Tableau 28: calcul du TRI

Désignation

Année

CFN

Coefficient d'actualisation

1+80%

CFN Actualisés au taux de 80%

Coefficient d'actualisation

1+85%

CFN actualisés au taux de 85%

0

-17139998

1

-17139998

1

-17139998

2010

3.752.800

0,555

2.082.804

0,540

2.026.512

2011

22.352.550

0,308

6.884.585

0,292

6.526.944

2012

27.329.600

0.171

4.673.361

0,157

4.290.747

2013

25.150.150

0.095

2.389.264

0.085

2.137.762

2014

27.612.441

0,052

1.435.846

0.046

1. 270.172

VAN

 
 

325862

 

-887.861

Ce tableau montre qu'en actualisant le CFN attendus du projet au taux de 80% , la VAN est strictement positive(325862),contrairement au taux de 85% où la VAN est négative (- 887.861).ce ci implique que le TRI est compris entre 80% et 85%.

L'interpolation linéaire nous aide à calculer le TRI exacte de ce projet.

325862

TRI=80%+(85%-80%)---------------------

325862 +887861

TRI=80%+5%(0,268)

TRI=80%+1,34%

TRI=81,34%

Interprétation : Le TRI est positif. Comme le TRI est supérieur au taux d'actualisation, le projet est rentable et acceptable.la rentabilité de ce projet explique par le fait que si on investi dans ce projet on gagne plus que placer le même capital dans le banques du pays.

Lorsque les flux financiers à actualiser utilisé pour le calcul du TRI sont des cash flows nets, alors le TRI équivaut au taux de profit net attendus par le promoteur du projet. Pour notre projet ce taux est de 81,34%.

III.4.1.4.5. Plan de financement prévisionnel du projet

La rentabilité financière du projet est complémentaire avec la solvabilité prévisionnelle du projet. C'est à travers le plan de financement ou le tableau de financement que se montre cette complémentarité. Ce tableau est en termes d'emploi et ressource.

Tableau 29: Tableau de financement prévisionnel

Année

Désignation

0

2010

2011

2012

2013

2014

Ressources

17.139.998

3.752.800

22.352.550

27.329.600

25.150.150

27.612.441

Fond propres

2.139.998

---

---

---

---

---

Emprunt

15.000.000

---

---

---

---

---

CFN

---

3.752.800

22.352.550

27.329.600

25.150.150

27.612.441

Emplois

17.139.998

---

---

---

---

---

Investissement et renouvellement

17.139.998

---

---

---

---

---

Remboursement du capital

----

----

5.000.000

5.000.000

5.000.000

----

Solde de trésorerie prévionnel

---

3.752.800

17.352.550

22.329.600

20.150.150

27.612.441

Cumul du S.T.P.

---

3.752.800

21.105.350

43.434.950

63.585.100

91.197.541

Le tableau ci- dessous montre les ressources, les emploies et le solde des tresorerie. Ce dernier est la différence entre les ressources et les emploies. Dans notre projet le STP est positif ce qui implique que le projet n'aura aucun problème durant toute la sa vie c'est a dire d'autofinancement et de remboursement du crédit.

III.5. CONTRIBUTION SOCIO-ECONOMIQUE DU PROJET

Notre projet d'élevage des poules pondeuses, est très important dans le développement socio-économique de la population de Mugina en particulier et du pays en général.

Le projet contribuera à la réduction de la pauvreté et du chômage.

Ce projet créera de l'emploi : il engagera 18 personnes en direct : un Directeur, un comptable, un vétérinaire, un magasinier, un chauffeur, 10 ouvriers, 2 gardien et un planton.

Ce projet contribuera à l'augmentation du P.I.B.C'est à dire en payant les impôts au trésor public. Grace à ce projet, la mode de vie de la population sera améliorée.

CONCLUSION ET SUGGESTIONS

Notre projet porte sur l'analyse de la faisabilité technico financière d'un projet d'élevage des volailles avec comme cas l'élevage des poules pondeuses à MUGINA.Tout projet de recherche nécessite un problème qui sera répondu par le résultat de recherche. C'est dans ce contexte qu'avant de commencer l'étude de ce projet nous nous sommmes poser des questions suivantes :

v Le projet d'investissement dans l'élevage des poules pondeuses à MUGINA est techniquement faisable et financièrement rentable ?

v Ce projet contribuera au développement socio-économique de la population de MUGINA ?

Pour répondre à ces questions nous avons formulées hypothèse suivantes :

v Le projet d'élevage des poules pondeuses est techniquement faisable et techniquement rentable.

v Ce projet contribuera au développement socio-économique de la population de MUGINA.

Les objectifs poursuivis dans ce projet repose sur l'analyse de la faisabilité technique et financière du projet, montre à la population de MUGINA l'importance de l'élevage des poules pondeuses et inciter la population à créer leurs propres emploies. Notre recherche est englobé en trois chapitres : le premier chapitre se focalise sur la définition des concepts en rapport avec la gestion des projet ;

Le second est porte sur l'aperçu historique de l'élevage des poules pondeuses et le dernier chapitre est axé sur la faisabilité technico-financière de ce projet.

Après l'analyse des données, les résultats obtenus sont les suivants :

Le DR (1an, 7mois et 6 jours) ce ci veut dire que le promoteur aura récupérer son capital investi dans un an, 7 mois et 6 jours.

La VAN est égal 59.583.909 frw. Comme la VAN est positive au taux d'actualisation de 10% Ce ci veut dire que après cinq ans, sur la valeur marchande, il y aura une augmentation de 59.583.909 frw.

L'I.P. (4,47) au taux d'actualisation de 10% l'an pendant 5ans, ce ci montre que 1 frw investi rapporte 4,47 et par cette raison le projet est rentable.

Le TRI (81,34%) est supérieur au taux d'actualisation par conséquent le projet est rentable. Le tableau de financement ou le plan de financement dégage le solde de trésorerie qui est positif d'où le projet est solvable.

Ces résultats confirment notre recherche par lequel, un projet d'élevage des poules pondeuses à MUGINA, présente une rentabilité économique et financière.

Nous recommandons que l'Etat fasse un effort dans la promotion des microprojets en élaborant la politique d'obtention des crédits aux investisseurs qui veulent commencer des tels projets.

La population surtout des jeunes doivent avoir l'idée en tête de créer leur propre emploies en commençant par des petit projets.

BIBLIOGRAPHIE

I.OUVRAGES

1.HOUDAYER,R ;Evaluation des projet 2emeédition , écnomica, Paris, 1999

2.BRIDIER, M&Als : Guide pratique d'analyse de projet, Evaluation et choix d'investissement, Economica,Paris,1989

3.BARREAUX,J.et DELAHAYE,J :Gestion financière 10emeédition, Dunord, Paris,2001

4.BELZILE,R et Als :Analyse et gestion financiere,édition Daloz,Paris,2001

5.JOLY.X.La décision d'investir, Paris ,1988

6.GINGLINGER,V,Gestion financière de l'entreprises Edition Dalloz,Paris,1991

7.SANOFI et FEDIDA, Sauté Animale de l'aviculture tropical, Mai 1996

8 .KALINJABO,N.Guide d'élaboration de projet d ;investissement, Kigali,1999

9. MINJECOFIN Vision 2020 kigali, 2007

II.NOTES DES COURS

1.KALALA .F. Notes des cours d'analyse et gestion de projet, LIC II/G/S ULK Kigali,2008

2.NGAMIJE,J,Notes de cours de cmptabilité de gestion ,BACC II/G/J ULK,Kigali,2006

3.RWIGAMBA, B,Sullabus du cours de Méthodologie de recherche cycle de licence,

ULK,2001.

4.KANOBAYITA.A.Notes des cours d'analyse et des projets,LIC II/G/J,2003-2004,ULK, KIGALI.

III.MEMOIRES

1.UZAMUKUNDA.C Etudes de faisabilité d'un projet d'investissement hotelier dénomé CLARIDO,ULK 2006

2.SETI.C. Etude de faisabilité economico-financiere d'un projet d'investissement d'élevage des volailles, Ulk., kigali 2005

3.KABANO.C Analyse de faisabilité d'un projet d'investissement dans l'élevages de gros bétail, Ulk,2006

IV.SITE INTERNET :

http://www.wikipedia.org

* 1 MINECOFIN vision 2020, Kigali, 2007

* 2 KABANO.C. L'analyse de la faisabilité financière d'un projet d'investissement dans l'élevage des bovins, Kigali,2006

* 3 RWIGAMBA.B. Cours d'initiation à la recherché scientifique,.ulk,2001

* 4 HOUDAYER.R.Evaluation financière des projets ; Paris,2006.

* 5 http://www.wikipedia.org

* 6 http://www.wikipedia.org

* 7 KALALA .F. Cours d'analyse et gestion des projets ,ULK,2008

* 8 KALALA, F. Op.cit.p.13.

* 9 BRIDIER,M, ET MACHAILOF,S.,Guide pratique d'analyse de projet,5emeedition économica,Paris,1995,p.3

* 10 KAMUSABE.D.Analyse de faisabilité et de rentabilité d'un projet d'investissement en élévage.kigali,2006

* 11 KANOBAYITA,A,Notes des cours d'évaluation des projets, ULK ,2003

* 12AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOFONIE, manuel de gestion (volume 2), Ellipse, AUF Paris 1999,p232.

* 13 GINGLINGER,E., gestion financière d'une entreprise, éd.Dalloz,Paris,1991,p.45.

* 14 GEORGE D.& J.P JOBARD gestion financière de l'entreprise 9 edition,paris 1985).p.689

* 15 HOUDAYER.R.Projet d'investissement :guide d'évaluation financière, paris,2006

* 16 HITIMANA.D.Etude de faisabilité et de rentabilité d'un projet d'investissement de transport de passagers, Kigali, 2006

* 17 KALALA.F. Analyse et gestion des projets ,ULK 2006

* 18 KANOBAYITA , A : Notes d'analyses de projet, LIC II/G/J, 2003-2004,ulk,Kigali.

* 19 GIARS, V,Gestion des projet, éd. Economica,Paris,1991,p.136.

* 20 BELZILE,R., et Als, Analyse et gestion financiere,éd.presse de l'Université de Québec,1989,p.453.

* 21 JOLY,X., : La décision d'investir, les éditions d'organisation, Paris,1988,p.61

* 22 JOLY,X., Op.cit p.62.

* 23 Idem, p.60

* 24 BERZILE,R.,Op.cit,469

* 25 KALALA .F,. Op.cit. p 66.

* 26 JOLLY,X.,op.cit., p.63

* 27 KEISER,A.M.Gestion financière,3eme edition ESKA,Paris,1996,p.386

* 28 NGAMIJE.J. Notes de cours de comptabilité de gestion ,2emebaccaraureat en gestion,ULK,année académique 2006.

* 29NGAMIJE,.J.op.cit. p.36.

* 30 BARREAU,J,., et DELAYE,J.,Gestion financiere,10emeedition Dunod,Paris 2001,p.327.

* 31 MINAGRI, Unité de ressources animales, Rapport annuel 2004

* 32 MINECOFIN,Indicateur de developpement au Rwanda, Kigali,2003,p76

* 33 MINAGRI,Projet avicole de Kanombe, kigali,1979,p15